Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 12:52

 

 

« Vous n’avez pas été conçus pour vivre comme des bêtes
Mais pour faire preuve de courage et de savoir. »

Ulysse (1)

 

 

 

 

 

 

La "claque" !...

 

Expression jubilatoire de nos plus acharnés chroniqueurs russophobes dans nos médias. Trépignant d’excitation vengeresse en célébrant la réussite du coup d’Etat, renversant président et gouvernement élus de l’Ukraine.

 

"Poutine" venait, d’après ces analystes euphoriques, de recevoir une monumentale "claque". Poutine "avait perdu la main", "s’était endormi" pendant les jeux de Sotchi, "surpris" par les évènements… Et autres sarcasmes et ricanements.

 

Sous-entendu, grâce à l’ingénieux stratagème organisé par les services spéciaux des pays de l’OTAN. Car, dans le fond, ces commentateurs ou "analystes" ne sont pas dupes. Ils mettent, tout simplement, en œuvre leur inépuisable servilité.

 

Tout le monde le sait, l’a compris : sur fond d’un incontestable mécontentement populaire face à la corruption du pouvoir politique, tous partis confondus, les violentes manifestations sur la place principale de Kiev n’était qu’une méthodique mise en scène. Animée, encadrée, par des commandos formés et équipés aux combats de rue, en cheville avec les médias de la propagande occidentale.

 

Avec pour objectif premier de bloquer toute évolution normale en cas de crise politique dans un pays à prétention "démocratique" : dissolution des institutions parlementaires ou représentatives défaillantes, et recours aux élections pour désigner de nouveaux responsables.

 

Pas de quoi s’étonner. Depuis des semaines le "Russia Bashing" battait son plein dans notre sphère médiatique. Ce mélange de désinformation paranoïaque : mensonge, mépris, calomnie, procès d’intention. Avec pour cible principale, la bête noire, le cauchemar des dirigeants occidentaux : Poutine.

 

Comment ne pas rire, là encore, si le contexte n’était aussi dangereux et dramatique, d’un tel niveau de cynique imbécilité ?...

 

En fait, nous venons d’assister à  la vieille recette des coups d’Etat organisés par les occidentaux. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, des décennies durant. Sur tous les continents. Se spécialisant par régions, dans leurs zones d’administration coloniale ou néocoloniale : Afrique dite "francophone" pour la France, "anglophone" pour le Royaume Uni. Amérique latine, Moyen-Orient ou Asie (Indonésie, Philippines, etc.), pour les Etats-Unis.

 

En évitant, à présent, de laisser les militaires au premier plan. Dans le meilleur des cas, sous couvert d’élections truquées.

 

Sauf, que l’Ukraine n’est pas la Côte d’Ivoire, le Nigéria, la Colombie ou le Nicaragua.

 

Ce fut, donc, le réveil... Style : lendemain de réveillon... S'il y eut "claque", le "retour de claque" fut fulgurant... Nos propagandistes, de fureur, en avalent leurs micros et prompteurs...

 

L’oligarchie occidentale titubant dans l’ivresse de sa mégalomanie se retrouve, en Ukraine, soudainement confrontée dans son "hubris", cette démesure dans l’orgueil et le mépris de l’Autre, face à une implacable détermination architecturée sur une remarquable stratégie.

 

Choc d’autant plus démesuré, ou déséquilibré, que cette oligarchie, profondément corrompue, ne peut faire le poids devant un homme d’Etat, son gouvernement et ses collaborateurs, incarnant la souveraineté et les valeurs d’une Nation, au sens large, en pleine Renaissance.

Ukraine : Le Passing-Shot…

L’Hubris de l’oligarchie occidentale

 

Trois tares accablent cette oligarchie, sclérosée dans sa mégalomanie :

 

i) L’analphabétisme géopolitique

 

Habituée à dominer, massacrer, piller, pays et populations sans défenses ou quasiment, elle en vient à oublier l’état du monde, sa rapide évolution, les nations et leurs origines. Prétendre provoquer la Russie dans ce qui constitue un de ses hauts lieux d’identité nationale, par ses racines historiques et culturelles, représente une totale méconnaissance des enjeux géopolitiques actuels.

 

C’est oublier que la fondation de la Russie  remonte au IX° siècle à Kiev. La Russie Kiévienne fondée par Oleg le Sage, la Rus’ de Kiev, en 882, y déplaçant la capitale de son  royaume depuis Novgorod.

 

Puissant Etat qui se permit d’attaquer Constantinople en 907 avec 80.000 guerriers, et 2000 embarcations. A défaut de prendre la ville, ils en repartirent les fourgons débordant d’or payé par Byzance, avec un traité de paix signé en 911 les autorisant à ouvrir un comptoir dans la cité et y commercer librement. Ce fut le premier traité international de la Russie avec un Etat étranger.

 

En 988, lors du règne de Vladimir le Grand, un missionnaire, Cyrille, réussit à convertir au christianisme ces rudes descendants de Vikings, les Varègues. La cathédrale Sainte-Sophie de Kiev a été construite par un des plus grands rois de cette dynastie, Iaroslav le Sage. Cette succession de monarques exceptionnels par leur courage et leurs compétences d’administrateurs avisés, sur les immenses territoires des grands fleuves de la Baltique à la Mer Noire, incarne, symbolise, le socle de la Russie.

 

Non, Monsieur Obama, "Mille ans d’Histoire" ne se balayent pas d’un effet de manche !... Il est vrai, qu’il y a 1000 ans, les Etats-Unis n’existaient pas…

 

L’Occident était pourtant prévenu.

Souvenons-nous en 2008, lors des JO de Pékin, les occidentaux avaient fomenté une attaque-surprise lancée depuis leur protectorat de Géorgie, armé et encadré par l’OTAN. Violente et traitreuse agression contre des membres de la Fédération Russe, Ossétie et Abkhazie, sur ses frontières du Caucase. (2)

 

Ce fut la raclée immédiate.

 

C’est oublier, aussi, deux principes fondamentaux de la stratégie, connus depuis des millénaires. Depuis Sun Tzu (3) :

=>   On n’agresse jamais une nation, qui ne vous souhaite aucun mal, sur son territoire. C’est l’échec assuré. Sun Tzu emploie le terme : « mortel ». (XI-10-225)

=>   Encore plus important : sous-estimer son adversaire est la certitude d’une défaite. (IX-46-212)

 

 

ii) L’illusion de la condescendance

Ce mépris, cette condescendance, attitude permanente des oligarques occidentaux et de leurs médias à l’égard de la Russie, illustrent l’expression récurrente de leur hystérie :
« Prendre ses désirs pour la réalité ».

 

Comment pouvait-on penser, une seule seconde, que les Russes "s’endormaient" dans la préparation ou la célébration des jeux de Sotchi et autres fadaises de la propagande ?... Depuis 2008, les Russes savaient qu’après le fiasco de leur aventure militaire, via la Géorgie, l'oligarchie occidentale organiserait une manœuvre de déstabilisation de l’Ukraine.

 

Eux aussi, ils ont leurs "War Room", "Data Room", moyens d’écoute et de repérage. Avec des dizaines de spécialistes, surveillant les opérations sur le terrain. Minute après minute. Avec organigrammes, photos, profils de tous les protagonistes, groupuscules et commandos. Agitations de tous les diplomates, intellectuels, ONG et journalistes, vrais et faux, des pays de l’OTAN. Venant déverser leur huile sur les feux du mécontentement, de la colère ou de la rue.

 

Relevés méticuleux des circuits de tous les mouvements d’argent. Corruptions des politiciens de tous les partis, responsables des services de police, officiers généraux de l’armée. Paiements "cash", lors des combats de rue, des mercenaires-agitateurs (30 € la journée, 35 € avec leur équipement personnel : casque, bouclier, barre de fer ; 5 € la bouteille incendiaire, etc.) : Business as usual… Identification, aussi, de ceux qui refusaient de se mettre à la solde des occidentaux pour encourager, répandre, le chaos.

 

C’est oublier que leurs services de renseignement sont parmi les plus performants. En Ukraine plus qu’ailleurs. N’oublions pas qu’ils étaient comme chez eux à la NSA, et qu’ils décortiquent semaine après semaine les "2 millions" de  documents ramenés pas Snowden avec sa brosse à dent…

 

Alors, le tissage de la toile, par les services spéciaux (action psychologique et action militaire) des membres de l’OTAN ne pouvait échapper à leur vigilance. Surtout le théâtre d’ombres animé par les services américains, britanniques, et allemands. Et, tout aussi actifs en Ukraine : polonais. La Pologne étant frontalière, et puissance occupante pendant deux siècles (XV° - XVII° siècles) avec une importante influence dans la partie "Ouest" comme il est dit actuellement, par opposition à l'Est de l'Ukraine et à la Crimée.

 

Cette maîtrise du renseignement leur a permis de préparer un large éventail de ripostes en fonction du degré d’implication de l’OTAN, avec ses ramifications dans "l'économie-casino" : spéculations boursières, manipulations du marché des devises, etc. Dans une stratégie parfaitement planifiée. Au-delà d’une simple riposte, il convient en effet de maximiser les gains au détriment d’un agresseur imprévoyant, pris au piège de ses propres mésaventures et de son incurable mégalomanie.

 

Dérisoire illusion de l’arrogance occidentale…

 

iii)  Le fanatisme idéologique
 

Arrogance nourrie par une idéologie coloniale forgée au cours des siècles qui atteint, de nos jours, des dimensions délirantes. Sans contrepoids, du fait que les puissances régionales (Russie et Chine, principalement) évitent, pour le moment, toute confrontation déclarée. Les occidentaux assimilant, évidemment, cette attitude de retenue et de prudence à de la faiblesse.

 

En Ukraine, ils se sont crus ainsi tout permis pour renverser le gouvernement et installer leurs marionnettes. Utilisant pour cela tous les moyens.

 

Jusqu’aux groupes néonazis, très nombreux et bien organisés en Ukraine de l’Ouest. Violemment antirusses. Héritiers des 250.000 d’entre eux qui se sont engagés, lors de la deuxième guerre mondiale, dans les troupes allemandes. Dont certaines se sont férocement illustrées dans l’occupation de la Yougoslavie, défendue par les résistants de Tito.

 

Ce sont eux qui ont pris d’assaut le parlement, armes à la main, pour faire « voter  la destitution » du président...

 

En termes d’organisation et de montage opérationnel, ce coup d’Etat m’a renvoyé à celui de 1953 qui a renversé Mossadegh et son gouvernement, régulièrement élus. Sanctionnés par les anglo-américains pour avoir refusé la spoliation des ressources énergétiques de l'Iran. Même racaille de félons, repris de justice, gangsters et tueurs, pour abattre des institutions démocratiques. Bien sûr, la personnalité magnifique d’intégrité de Mossadegh n’a rien à voir avec celle, pitoyable, de l’incompétent Yanoukovich.

 

Natalia Vitrenko, blessée dans un attentat à la grenade lors de sa campagne à l’élection présidentielle de 1999, responsable d’un des partis politiques du pays (Parti Socialiste Progressiste d’Ukraine - PSPU), a dénoncé ce coup d’Etat :
« Washington et Bruxelles… ont organisé un coup de type Nazi, effectué par des insurgés, des terroristes et des politiciens… pour servir les intérêts de l’Occident »

[Washington and Brussels … used a Nazi coup, carried out by insurgents, terrorists and politicians … to serve the geopolitical interests of the West.]

 

L’américain Mike Whitney qualifie ce coup d’Etat de « plan le plus stupide d’Obama à ce jour » [Obama’s Dumbest Plan Yet] (4) :

« Obama & Co ont renversé le président démocratiquement élu, Viktor Yanoukovich, avec l’aide de l’ultra-droite, de groupes paramilitaires, de gangs néo-nazis, qui se sont emparés et ont brûlé des bâtiments du gouvernement, tué des policiers antiémeutes, et répandu le chaos et la terreur à travers le pays. »

[Obama and Co. have ousted Ukraine’s democratically-elected president, Viktor Yanukovych, with the help of ultra-right, paramilitary, neo-Nazi gangs who seized and burned government offices, killed riot police, and spread mayhem and terror across the country.]

 

Jean-Bernard Pinatel, ancien général de l’armée française, dans une analyse, rappelle les faits qu’omettent systématiquement les médias de la propagande en France (5):
« Un président démocratiquement élu en 2012, chassé de sa capitale par les manifestants de la place de Maïdan où l’on a vu se côtoyer des groupes paramilitaires ultranationalistes affichant des signes nazis et qui refusent l’Europe. »

 

Notre pays, inévitablement, suivant dans son habituel réflexe moutonnier, docile, le troupeau des bellicistes et de l’extrême-droite américaine. "Gauche" en tête, en rang par deux...

 

Au lieu de recommander l'apaisement et le respect des règles démocratiques, de rappeler qu’un "gouvernement de transition" n’a pas à légiférer ni procéder à des nominations  de responsables d'administration, mais se doit de préparer le plus rapidement possible des élections fiables, cette "gauche" se précipite dans la diabolisation de la Russie et de son président. Même José Bové : pathétique…

 

Quant à Bernard-Henri Lévy, du fond des abysses du ridicule, il provoque l’ironie d’Eric Zemmour s’étonnant de le voir soutenir des groupes néo-nazis et des coupeurs de gorge. Mais, à force de répéter : « Ce qui est bon pour Israël… ». N’en perd-il pas la boussole ?...

 

En fait, tous ces zélés propagandistes appliquent à la lettre les directives du plan élaboré dans les années 1990 par Zbigniew Brzezinski et ses acolytes, suite à la disparition de l’Union Soviétique. Programmant la déstabilisation et l’éclatement de la Russie. Dont les grandes lignes, dans une provocante impudence, ont été publiées fin 1997 (6) :
 “A Geostrategy for Eurasia”.

 

Il y est stipulé, avec précision, que la Russie doit être divisée en trois entités : Russie Européenne (European Russia), République Sibérienne (Siberian Republic), et République d’Extrême-Orient (Far Eastern Republic)… L’avantage de cette partition serait une Russie « moins susceptible d’une mobilisation impériale » […“ a decentralized Russia would be less susceptible to imperial mobilization”].

 

Ce projet géopolitique à long terme structure, en conséquence, la russophobie médiatique et les manœuvres incessantes de déstabilisation de ce pays. D’autant que son opposition, exprimée dans ses votes au Conseil de Sécurité, aux récentes aventures guerrières de l'OTAN à l’encontre de la Syrie et de l’Iran, tout particulièrement, ont enragé les grands timoniers de cette géopolitique de la soumission et de la prédation de la planète à leur seul profit.

 

On comprend mieux l’acharnement de la coordinatrice des opérations du coup d’Etat en Ukraine, Victoria Nuland, contre l Russie. Son activisme effréné, caricatural, hystérique, l’avait même amenée à distribuer des cookies aux manifestants, complaisamment photographiée, sur la principale place de Kiev, en décembre dernier. Jusqu’à reconnaître officiellement que le budget de déstabilisation de l’Ukraine, qualifié de "promotion de la démocratie", s’élevait à 5 milliards de dollars (oui : milliards…), sur deux décennies (7).  

 

Elaborant, tel un chef cuisinier choisissant avec soin ses ingrédients, le futur gouvernement et ses titulaires dans un échange avec l’ambassadeur américain à Kiev, Geoffrey Pyatt.  Insultant, au passage, l’Union Européenne, témoignant du mépris du gouvernement américain, dans la plus extrême des vulgarités : « Fuck the EU » (8).

 

Véritable pièce d’anthologie sur la préparation des coups d’Etat, cette conversation téléphonique a été piratée et mise en ligne sur internet. Figurant dans une vidéo téléchargeable (avant censure…), intitulée  ‘Maidan Puppets’ [Les Marionnettes de Maidan (la place centrale de Kiev)]. (9)
 

Depuis, elle s’est excusée auprès de ses collègues européens. Mais, pas auprès du peuple Ukrainien.

 

Ajoutons, pour la petite histoire, qu’elle est mariée à Robert Kagan. Pour ceux qui s’en souviennent, hôte permanent des grands débats sur nos chaînes de TV "publiques", notamment sous la houlette de la "directrice de l’information" de l'époque Arlette Chabot, lors de l’invasion de l’Irak. Islamophobe halluciné, chargé de vendre, à l’opinion publique française, la nécessité de réduire l’Irak en poussière pour la défense de "Notre Civilisation"…

 

En fin de compte, ce coup d’Etat, cette provocation, représentent, pour la Russie, l’occasion rêvée, sur un plateau, de marquer un coup d’arrêt à cette pathologie des oligarques occidentaux. De donner une réelle leçon de géopolitique à cette bande de voyous, fanatiques, hyperviolents, prédateurs sanguinaires et cruels, multipliant destruction, souffrance, désespoir, de tant de peuples et nations.

"An-225 - Plus gros avion de transport du monde (32 roues) de l'avionneur Ukrainien Antonov"

"An-225 - Plus gros avion de transport du monde (32 roues) de l'avionneur Ukrainien Antonov"

Coup pour coup

 

Nos "chroniqueurs-analystes" n’ont rien compris… Loin d’administrer une "claque", les dirigeants occidentaux, infatués, trop sûrs d’eux-mêmes, se sont retrouvés dans un contexte qui les dépassait par ses enjeux mal évalués.

 

En résumé, la métaphore d’une partie de tennis aidant, ils se sont précipités au filet, frappant de toute leur énergie, certains de marquer le point. Sauf que Poutine, maîtrisant parfaitement la vision du jeu, reprenant la balle au bond, a répliqué par un magistral passing-shot, hors de leur portée. Brillant gagnant. Sans effort…

 

 

i)  Présomptueuse montée au filet

 

L’Ukraine traverse le même état de décomposition que la Russie sous Eltsine. Pourrie de corruption, largement alimentée par l’Occident, entretenue par des oligarques locaux. Noyautée, manipulée, par une multitude d’ONG "bidons", dont la vocation est de déstabiliser, fragiliser, fracturer, la société civile exaspérée par l’incurie de sa classe dirigeante.

 

La Russie, tout en connaissant ces mécanismes, ne pouvait intervenir : elle serait immédiatement accusée de vouloir reconstruire l’Empire Soviétique ou, dans le meilleur des cas, l’Empire Russe. Pour reprendre les clichés de la propagande russophobe… Dans l’attente d’une réforme constitutionnelle et l’arrivée d’une nouvelle génération de dirigeants, ne lui restait donc qu’une solution : attendre l’écroulement du système politique actuel, préalable à une mutation, tout en sauvegardant au mieux ses intérêts et ceux de la population Russe dans le pays.

 

A la faveur de cette situation, avec la complicité des responsables politiques soudoyés, cet important marché, de 45 à 50 millions d’habitants selon les recensements, était progressivement pénétré, pour ne pas dire gangréné par les intérêts étrangers.

 

Notamment les meilleures terres agricoles, accaparées par des sociétés occidentales, transformées en monoculture intensive, hyper-mécanisée, dont la production est uniquement destinée aux marchés internationaux spéculatifs (le blé, tout particulièrement). Avec les métastases habituelles : aucune création d’emplois, marges bénéficiaires encaissées à l’étranger, et dissimulées dans les paradis fiscaux.

 

Cette spoliation devait être accélérée, beaucoup d’entreprises et de services publics restant à privatiser. Les requins de la "mondialisation" se délectant, à l’avance, du plantureux festin.

 

A la perspective, mirobolante, de se saisir à bon compte, c’est-à-dire pour une poignée de cacahuètes, du pôle industriel des villes de l’Ukraine de l’Est (Kharkov, Donetsk, etc.). Un des premiers d'Europe centrale : métallurgie (une aciérie est déjà intégrée dans le groupe Mittal) et alliages, mécanique et transformation (matériel de transport, agricole), agroalimentaire, etc. Très lié, pour ses débouchés, au marché Russe fortement demandeur.

 

Signe évident : le "gouvernement désigné par les gangs de la rue", a immédiatement nommé 18 nouveaux gouverneurs dans les provinces. Dont deux "oligarques- milliardaires" (en euros), œuvrant dans les coulisses du pouvoir depuis la "révolution orange". Spécialement affectés à la préparation des "privatisations" dans les régions industrielles de l’Est, en tant que fondés de pouvoir des groupes occidentaux (10) :

   Igor Kolomoysky pour l la region de Dnepropetrovsk

   Sergey Taruta pour la region de Donetsk

 

 

ii)  Fatale erreur d’appréciation

 

Toutefois l’Occident, emporté par la voracité de ses affairistes et le fanatisme de ses idéologues, a franchi deux "lignes rouges". Ce qu’il n’aurait jamais dû faire. Provocation, prétention, action, projet, inacceptables pour la Russie : véritable "Casus Belli" ! Fatale erreur d’appréciation :

 

=>  Remettre en cause la base navale de Sébastopol
Son gouvernement fantoche sous le bras, l’Occident allait rapidement faire dénoncer le contrat de bail (il avait fait "voter" une loi pour supprimer l’usage et l’enseignement de la langue Russe !…) liant l’Ukraine et la Russie pour la location de la base navale de Sébastopol. Célèbre, vénérée par les Russes, pour sa résistance héroïque face aux troupes allemandes pendant la seconde guerre mondiale.
 

D’où sont partis, ne l’oublions pas, les bâtiments de la marine Russe venus s’interposer entre les forces de l’OTAN et la Syrie. L’objectif étant de fermer ces imposantes installations militaires pour affaiblir le dispositif de défense et de dissuasion de la Russie.

 

=>  S’emparer du pôle aéronautique et spatial Russo-Ukrainien

Situé en Ukraine de l’Est (Kharkov, principalement), enjeu stratégique majeur : les occidentaux s'apprêtaient à faire main basse, à partir de rapides opérations "privatisation-escroquerie", sur un des plus importants pôles de haute technologie de la planète dans le domaine aéronautique et spatial. Indissolublement fusionné, depuis des décennies, avec l’industrie de la défense et de l'armement de la Russie.

 

Exemple : à la pointe de l’innovation et de la prouesse technique, le constructeur d’avions Antonov qui vient de lancer le plus gros avion de transport existant sur le marché avec l’impressionnant An-225.

 

Prétention occidentale aussi stupide que le serait celle des Russes voulant s’emparer d’une partie des bureaux d’études et des installations de fabrication de Boeing ou de Lockheed Martin… 

 

 

iii)  Imparable passing-shot

 

Face à ce coup d’Etat, ce coup de force, les Russes bénéficient du soutien de la totalité de l’opinion publique internationale, hors formatage de celles des pays de l’OTAN asphyxiées de propagande. Unanimement détestés pour leurs incessantes manifestations d’arrogance et campagnes de violence armée, sous les prétextes les plus mensongers.

 

Plus important, ils ont le support actif des chancelleries des principaux pays du monde. A commencer par la Chine qui a officiellement déclaré le 3 mars 2014 sa solidarité.

 

Endettés jusqu’au coup, croulant sous le chômage exponentiel, brandissant leurs ineptes menaces de "sanctions économiques", sans foi, ni loi, habitués à ne pas respecter le droit international, les occidentaux ont beau multiplier postures et grands airs, s’agiter et aboyer : ils sont coincés. Pris au piège, comme des rats.

 

Ou, ils acceptent la légalité en Ukraine, élections fiables et non pas "dictature des gangs de rue" agissant pour le compte de l’oligarchie occidentale, reconnaissent les intérêts civils et militaires de la Russie.

 

Ou, Poutine double la mise. Emportant immédiatement deux superbes lots, sous le nez des oligarques de l’OTAN :

 

=>   La Crimée. Donnée en cadeau par Khrouchtchev à l’Ukraine en 1954, retournant à la mère-patrie. D’abord par une autonomie renforcée, évoluant vers l’indépendance, s’achevant par l’intégration à la Fédération Russe. Ce que souhaitent les habitants Russes de Crimée. La Russie sécurisant ainsi sa base navale de Sébastopol, sans avoir à renouveler de bail.

 

=>   L’Ukraine de l’Est. Peuplée majoritairement de Russes souhaitant, eux aussi, rejoindre la Fédération Russe. Rejetant en masse le "gouvernement des casseurs" de Kiev. Surtout, depuis les velléités du "nouveau gouvernement" de vouloir interdire la langue Russe.

Par une sécession en réactivant, sous une forme actualisée, l’éphémère République de Donetsk-Krivoï-Rog proclamée le 11 février 1918. Elle avait eu pour capitales successives : Kharkov et Louhansk. Avant d’être fondue dans l’Union Soviétique.

Elle suivrait la même évolution que la Crimée dans son rattachement à la Fédération Russe. Laissant, la partie Ouest de l’Ukraine à sa russophobie, et aux délices des "plans d’austérité" du paradis de l’UE…

 

Ainsi l’arrogance, l’inculture, l’obscurantisme, la stupidité, des castes au pouvoir en Occident ont fait de Poutine et de la Russie les vainqueurs, toutes catégories, de l’imbécile confrontation qu’ils ont organisée en Ukraine…

 

Ukraine : Le Passing-Shot…

Pour se rassurer, les incrédules sous perfusion de la propagande OTANesque, persuadés de l’invasion par la méchante Russie d’un pays au gouvernement démocratiquement désigné par les "gangs de la rue", vertueusement défendu par les pays occidentaux, considèreront que tout ce que j'énonce n’est que "politique-fiction".

 

Avec raison, peut-être ?...

Sauf sur un point, en dépit de leur déni forcené, grotesque d'obstination : Vladimir Poutine est indubitablement un "Homme d’Etat". D’une exceptionnelle envergure par sa vision politique, sa pondération, sa ténacité et son courage.

 

Son pays et le présent siècle lui devront beaucoup…

 

 

 

 

 

 

 

 

(1)  Ulysse à ses compagnons, Chant XXVI de L’Enfer de Dante, cité par Primo Levi dans "Il canto di Ulisse", éditions italiennes Einaudi, traduction française Julliard 1987, p. 142, note 1, René de Ceccatty, Op. Cit., p. 270.

(2)  Voir :
=> Georgie : La Chasse à l’Ours (1° partie), 27 septembre 2008,
http://stanechy.over-blog.com/article-23178862.html
=> Georgie : La Chasse à l’Ours (2° partie), 27 septembre 2008,
http://stanechy.over-blog.com/article-23178912.html
(3)  Sun Tzu, “L’Art de la Guerre”, préface et introduction par Samuel Griffith, éditions Flammarion, Collection Champs-essais, 2008. 

(4)  Mike Whitney, "Obama’s Dumbest Plan Yet" [Le plan le plus stupide d’Obama à ce jour], CounterPunch, 28 février 2014,

http://www.counterpunch.org/2014/02/28/obamas-dumbest-plan-yet/

(5)  Jean-Bernard Pinatel, Crise Ukrainienne : les 4 scénarios entre lesquelsl’avenir du pays se joue, Atlantico, 1er mars 2014,
http://www.atlantico.fr/decryptage/crise-ukrainienne-4-scenarios-entre-lesquels-avenir-pays-se-joue-jean-bernard-pinatel-997179.html

(6)  Zbigniew Brzezinski, “A Geostrategy for Eurasia”, Foreign Affairs, septembre-octobre 1997,
http://www.foreignaffairs.com/articles/53392/zbigniew-brzezinski/a-geostrategy-for-eurasia
(7)  Finian Cunningham, "Putin faces down Obama over Ukraine" [Poutine défie Obama sur l’Ukraine], Press TV, 1er mars 2014,
http://www.presstv.ir/detail/2014/03/01/352833/putin-faces-down-obama-over-ukraine/

(8) “‘F**k the EU’ : Snr US State Dept. official caught in alleged phone chat on Ukraine”, RT, 7 février 2014,
http://rt.com/news/nuland-phone-chat-ukraine-927/

(9)  img.rt.com/files/news/22/29/70
/00/english_international_2014-02-07_01_01_10_480p.mp4?event=download
(10)  "Rule by oligarchs : Kiev appoints billionaires to govern east", RT, 4 mars 2014,
http://rt.com/news/ukraine-oligarch-rule-governors-512/


 

Caricature de l'artiste Chinoise Li Min du China Daily

 

 


 

Partager cet article

commentaires

Georges Stanechy 02/04/2014 12:22

.
Bonjour Truth !

Merci de ce texte et de sa traduction, qu'il est utile de faire circuler.

D'autant que la propagande ne relâche pas la pression. J'entendais encore, hier ou avant-hier, un des chroniqueurs de "BFM Business TV" (se voulant "sérieuse", "documentée" et "professionnelle"...) traiter Poutine de "dictateur"...

Pour contrer cette "russophobie" dominante, fondée sur une désinformation systématique, la seule voie est de créer des groupes médias indépendants des "médias dominants" inféodés à l'extrême-droite américaine. ou d'une façon plus globale au fanatisme OTANesque...

Il aurait été intéressant de voir les oligarques russes, enrichis par leurs spoliations sous Eltsine, résidant (ou "réfugiés") en Europe occidentale, qui achètent équipes de foot, luxueuses propriétés et yachts, racheter des groupes de presse avec leurs radios et TV. Pour rééquilibrer l'image de leur pays, de son système politique, etc. Mais, ils s'en gardent bien : aucune reconnaissance, même pas, comme on dit : "celle du ventre" !... Il est vrai que, s'ils le faisaient, la "protection" dont ils bénéficient (avec leurs colossaux avantages fiscaux...) tomberait aussitôt.

Quoiqu'il en soit, les Russes (comme les Chinois) doivent prévoir dans leurs investissements en Occident, l'édification de groupes médias permettant d'avoir accès à une information "non déformée". Et, monopolisée par des propagandistes haineux, ou "vendus", pratiquant le "lavage de cerveaux" de leurs lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs, dans le mensonge.

Mensonge, par "destination" ou "omission", pour reprendre l'expression traditionnelle de l'Eglise...

Amitiés
.

Truth 02/04/2014 03:56

Cher Georges ! juste un petit bonjour et cet article que je viens de traduire et que je t'adresse au nom de notre commune sympathie envers ce cher Wladimir Poutine . Et merci encore des lumières que tu nous apporte .

WLADIMIR POUTINE : EST-IL LE PLUS GRAND DIRIGEANT DE NOTRE TEMPS ?
(Posted by Marucha : 2014-03-30 Traduction Truth ) http://marucha.wordpress.com/2014/03/30/czy-wladimir-putin-jest-najwiekszym-przywodca-naszych-czasow/
Source :AlcibiadesBilzerian

http://thebilzerianreport.com


De nombreux citoyens de l’Ouest ont une opinion négative concernant Wladimir Poutine, résultant de la partialité des informations que leurs délivrent les medias occidentaux . Si l’on en croit ce que disent les medias U.S. ils sont amenés à croire que Poutine est un dictateur tyrannique adoubé par sa famille- alors qu’en réalité il est né dans une famille ouvrière et qu’il est plus soutenu par ses concitoyens que ne le sont tous les autres dirigeants occidentaux .

En huit ans de gouvernement Poutine l’économie russe a progressé chaque année au point que le Produit Intérieur Brut s’est accru de 70%. Durant cette période les investissements ont augmenté de 125%, la production de 76%, et le seuil de pauvreté a diminué de 50%. Le salaire moyen en Russie est passé de 80 à 640 dollars par mois et la classe moyenne s’est accrue passant de 8 millions à 55 millions de sujets .

Les analystes économiques nous indiquent que l’accès à de pareils résultats économiques trouve sa source dans un fort « macromanagement » , un afflux de capital, une réforme de la politique fiscale ainsi que l’accroissement mondial du prix de l’énergie ( La Russie est un grand exportateur de pétrole brut et de gaz).

Poutine de façon intelligente a fait retour à l’énergie nucléaire et a positionné la Russie comme une superpuissance énergétique dont l’Europe est dépendante. Il a puissamment investi dans les infrastructures russes et notamment dans les pipe-lines. Parmi ses autres réalisations il faut citer l’introduction du taux uniforme d’impot à 13%, ainsi que la baisse d’impot pour les sociétés passant de 35 à 24% . Ceci ayant pour résultat que Poutine a trouvé un incroyable soutien dans le peuple russe en obtenant sa seconde réélection avec un score de 71% des votants en sa faveur .
Ces réalisations de Poutine s’avèrent encore plus impressionnantes quand nous réalisons qu’il a eu à faire à l’un des gangs les plus menaçants du monde.
La nommée « mafia russe » dirigée par les biens connus gangster-milliardaires qui profitent de leur double nationalité dans les pays ne pratiquant pas l’extradition ( comme par ex. Israel) pour échapper à la justice et qui est responsable des esclavages sexuels, du trafic des armes, du trafic des drogues, -en plus de la corruption démentielle qui a infesté la Russie lors de la chute de l’Union Soviétique.
De multiples fois Poutine a risqué sa vie afin de s’opposer à ces gansters mais il a pu en fin de compte amener un grand nombre de ces bandits devant la justice. Malgré celà dans les prisons russes nous trouvons moins d’incarcérations qu’aux U.S.A.
Les medias américains ne cessent de questionner l’intégrité des élections en Russie. Hors personne n’a pu présenter une quelconque preuve de tricherie électorale concernant Poutine – alors qu’existent de solides preuves concernant des tricherie commises par le Parti Républicain à l’encontre du candidat Ron Paul.
Quand Obama a obtenu son « prix Nobel de la Paix » tout en tenant dans ses pattes les ficelles conduisant à la guerre en Irak et en Afghanistan – guerres que nul n’a déclarées-Poutine utilisait toutes ses influences pour s’opposer et empecher les guerres illégales, autrement dit l’invasion des pays étrangers .
En 2003 les puissances occidentales ont utilisé toutes leurs influences pour envahir sans cause l’Irak au prétexte de possession d’armes de destruction massive par ce pays . Cette guerre a amené la hausse du prix du pétrole ainsi que le massacre de un million (1 000 000) de civils Irakiens innocents. Quelques personnes lucides des Nations Unis à l’instar de la Russie de Poutine se sont opposées fermement à l’invasion de l’Irak tout en exprimant des doutes quand à la véracité des preuves matérielles présentées par les leaders rivaux de Saddam Hussein. Poutine a essayé d’empecher la guerre désastreuse contre l’Irak en mettant son veto lors des résolutions de l’O.N.U mais l’AIPAC, -le puissant lobby israelo-américain- a convaincu les politiciens américains d’attaquer l’Irak sans le soutien de l’O.N.U.
Comme pour l’Irak Poutine s’est vigoureusement opposé à l’intervention en Libye qui s’est, elle aussi, révélée etre une catastrophe humanitaire. La Libye est passé du statut de pays conforme aux lois internationales à une nation en déroute gouvernée par des éléments les plus radicaux. Ses infrastructures ont été en grande partie détruites et les atteintes aux droits humains sont de loin pires qu’ils ne l’ont jamais été du temps de Kadhafi.
Maintenant le lobby israelo-américain et les medias de masse poussent à d’autres guerres non-déclarées en Syrie et en Iran. Encore deux guerres qui amèneraient à d’importantes hausses du cout du pétrole et à la régression de la déjà fragile économie mondiale.
Pour Poutine l’accroissement du prix du pétrole – principale marchandise d’exportation russe- serait une aubaine. Mais Poutine prend plus en compte, dans ce cas, les conséquences humanitaires de pareilles guerres que le profit financier pour sa nation. C’est pourquoi il a utilisé son droit de veto au Conseil de Sécurité pour bloquer l’attaque contre la Syrie. Les medias américains assoiffés de sang ont immédiatement condamné Poutine l’accusant d’etre un « obstructionniste » entamant une seconde guerre froide. Poutine quand à lui s’est tenu au dessus des roquets belliqueux et n’a fait qu’enseigner aux américains qu’ils devraient freiner le prurit qui les pousse à entamer sans cesse de nouvelles guerres.
La lucidité de Poutine dans les affaires économiques, ses décisions justes en matière de politique étrangère, le caractère humanitaire de la conduite de sa politique sont des choses dont le monde entier devrait le féliciter.
Si les présidents américains pouvaient respecter la liberté et la souveraineté des autres nations comme le fait Wladimir Poutine notre planète serait –et de loin- bien plus paisible .

Georges Stanechy 17/03/2014 21:28

.
Cher Abdelkader

Merci de ton fraternel compliment. Je voudrais le partager dans l'autre sens : je te suis, je t'admire, grâce à tes mails, dans ton gigantesque "combat" pour faire avancer, évoluer, le "climat politique" dans ton magnifique pays. Formidable travail !

Ton commentaire à Médiapart résume parfaitement la situation dans ce pivot de l'Eurasie.

Quant à Ashton, nos amis Iraniens viennent de lui décerner le prix "Wet Powder". Leur humour m'a ravi !

Son attitude de provocation et d'insulte à l'égard de cette grande Nation, lors de sa dernière visite à Téhéran, piétinant les règles élémentaires de l'hospitalité, si importantes dans cette région, a provoqué en retour leur rire !... Belle démonstration de civilité et de civilisation pour cette "tête à claques"...

Amitiés
.

Georges Stanechy 17/03/2014 21:17

.
Bonsoir Mohsen

A mon avis, mais je peux me tromper, les enjeux et mouvements géopolitiques ne sont pas liés aux seuls intérêts des pratiquants d'une religion, ou d'une croyance, X ou Y. Les tragédies du Moyen-Orient en témoignent. Où l'on voit s'acoquiner, dans les pires méfaits et exactions, des individus aux croyances à priori antagonistes...

Le plus souvent, ce sont des prédateurs de tous acabits qui fédèrent leurs intérêts pour atteindre la même cible, proie, ou victime. Quitte à se déchiqueter ensuite pour s'en disputer les dépouilles.

Seuls peuvent y faire face, des personnalités croyant en des valeurs d'humanité, de partage, de solidarité, dans un monde en folie.

La Russie a la chance d'avoir avec Poutine, toute une génération de responsables, conscients que nous allons collectivement droit dans le mur si nous ne faisons pas face à ces maffieux, hyperviolents et spoliateurs.

Cette "renaissance" d'une Russie travaillant à améliorer les relations internationales et le destin précaire de notre planète communique l'espoir que les autres pays, comme la France par exemple, trouveront aussi le chemin de "La Raison" et du "Devoir"...

Amicalement
.

Abdelkader Dehbi 17/03/2014 19:44

Cher Georges, c'en est devenu presque gênant de te complimenter à chaque fois, pour l'excellence de tes solides chroniques historiques dont tu nous alimentes si généreusement et dont - sois-en certain - les historiens honnêtes, sauront faire un bon usage, pour l'intérêt de la vérité historique.
Voici en copie-collée un commentaire sur le même sujet, que j'ai publié sur Médiapart :
http://www.mediapart.fr/journal/international/160314/referendum-en-crimee-les-europeens-preparent-la-riposte?onglet=commentaires#comment-4559732

16/03/2014, 20:07 | Par Abdelkader Dehbi

A mon avis, la seule chose qui fera plier Moscou, c'est d'y envoyer de nuit - et sans masque, j'insiste là-dessus - la baronne Ashton, pour semer l'épouvante dans la ville... Plus sérieusement, dans cette partie géostratégique d'échecs, la Russie vient de positionner une énorme Tour qui balaye désormais toute sa façade Ouest et a placé sa Reine dans la Mer Noire. Les pions de l'UE ont intérêt à rester à Bruxelles, loin du champ de bataille, à proximité de Barroso le fou noir.

modifier
dépublier
recommander (8)
déconseiller
répondre
Alerter

Mohsen 17/03/2014 19:39

Bonsoir Mr Stanechy . Et bonsoir aussi à vos lecteurs.

Pour la petite histoire :
Le chef de Svoboda aux côtés des juifs Victoria Nuland, Arseni Iatseniouk et Vitali Klitschko .
BREIZATAO – ETREBROADEL (06/03/2014) http://breizatao.com/2014/03/06/le-chef-de-svoboda-aux-cotes-de-la-diplomate-us-juive-victoria-nuland/

Extraits : Oleh Tyahnybok reçu par la juive Nuland.(Nudelman). http://www.taraskuzio.net/media18_files/105.pdf

-Oleh Tyahnybok était bien accompagné, puisqu’à ses côtés figurait l’actuel “premier ministre”, Arseni Iatseniouk, qui était – ô surprise – le candidat de Nuland pour ce poste lors de la fameuse conversation.
- Iatseniouk, membre de la commission Trilatérale
- Iatseniouk est tout sauf un patriote ukrainien puisqu’il a participé au dernier sommet de la Commission Trilatérale en Pologne, une organisation transnationaliste créée par le juif Henry Kissinger. Lors de cette réunion, il a parlé sur le thème “l’Ukraine et l’Union Européenne”. http://www.unn.com.ua/en/news/1265380-a-yatsenyuk-u-krakovi-vizme-uchast-u-37-iy-yevropeyskiy-zustrichi-tristoronnoyi-komisiyi-yevropi
- Ce qui peut s’expliquer par le fait qu’Arseni Iatseniouk est juif, comme le confirme ce document.de.l’université.anglaise.d’Oxford : http://www.taraskuzio.net/media18_files/105.pdf

- Dernier larron : le juif Vitali Klitschko.
- Dernière figure de la délégation de l’opposition reçue, un ancien boxeur vedette. Son parti, UDAR, a pour sponsor l’International Republican Institute. On retrouve à l’IRI le sénateur John Mc Cain, lié à Bernard Henri Lévy.
Cependant, l’élément le plus intéressant est l’origine ethnique de Klitschko. Le journal Chabad Lubavitch “Lechaïm” l’a évoqué en décembre 2003

Note perso : On n'en sort pas. Et, ils ne s'arrêteront jamais d'eux-mêmes.

Georges Stanechy 08/03/2014 19:05

.
Bonsoir Nicolas

"Pouvoir" ou "prétention" hégémoniques des pays de l’OTAN passent obligatoirement par la « guerre économique » : embargos, sanctions, etc. Avec plus ou moins de succès suivant la capacité de résistance de la « cible ». Guerre illégale, dans tous les cas, au regard de la Charte de l’ONU et des dispositions des différentes Constitutions des « pays démocratiques-membres de l’OTAN »…

Souvenons-nous que la Chine par exemple, méthodiquement pillée pendant un siècle par les occidentaux (1840-1940), a été soumise à un terrible embargo dès l’échec de leur marionnette Tchang Kaï-chek, après la 2° guerre mondiale, face à Mao. Jusqu’à la reconnaissance officielle par les Etats-Unis, et son entrée au Conseil de Sécurité (en remplacement de Taïwan, jusqu’alors considérée comme la seule Chine par l’Occident…). Mesures d’embargo qui existent encore sur certains matériels pour empêcher les transferts de technologies en faveur de la Chine.

Cuba est encore sous ce régime, contrairement aux dispositions, là encore, de l’ONU. Et, on voit que l’Iran résiste fort bien, avec courage, à ce type de guerre. Son gouvernement se prépare d’ailleurs à « renforcer sa défense en ce domaine », anticipant un probable échec (voulu par les extrémistes du Congrès US) des négociations actuelles de Genève sur le nucléaire.

Effectivement, ce type de mesures à l’encontre de la Russie est plus que ridicule, comme vous le soulignez, ainsi que la plupart des observateurs lucides.

Non seulement parce qu’elle s’est préparée à cette hypothèse et ripostera à chaque coup, mais parce que ce sont les pays "en faillite" (les Etats-Unis battent tous les records d’endettement et ne survivent que grâce à leur planche à billets), accablés de problèmes économiques et sociaux qui prétendent la menacer. En comparaison, la Russie n’a aucun endettement extérieur et se trouve dotée de toutes les richesses minières et énergétiques imaginables…

Le paradoxe est de constater que ce sont des pays, dits « démocratiques », qui veulent entamer une "guerre économique" contre la Russie qui souhaite, simplement, la tenue d’élections "libres et fiables" en Ukraine. Alors qu’eux s’y refusent, s’accrochant au mythe d’un gouvernement qu’ils qualifient de « légitime » sans voir été élu.

Le monde à l’envers…

Bien à vous

.

Nicolas 08/03/2014 00:57

La crise glisse maintenant sur le terrain économique, c'est là que les choses sérieuses commencent.... Si j'ai bien compris ce que me raconte la télévision française, si le peuple ukrainien manifeste, c'est contre la corruption et le népotisme. Mais ce peuple, n'a-t-il pas compris que c'est le monde financier occidental qui a participé activement à la curée générale et au dépeçage économique de l'Ukraine ? Les pays occidentaux, surtout la cité de Londres et la Suisse, adorent les évasions et fraudes fiscales des pays tels que l'Ukraine... La spéculation n'a pas d'autres buts que de faire le maximum de profits sur la population. C'est ce contexte qui engendre inégalités et injustices sociales. Et tout ça fait monter les extrémistes de droite qui atteignent des sommets partout en Europe, et en particulier en Ukraine.

Maintenant, Américains et Européens veulent des sanctions économiques. C'est vraiment ubuesque ! En cas de sanctions, les Russes couperont l'approvisionnement en gaz en Europe. Quand on sait que le gaz est une ressource indispensable pour faire marcher l'économie européenne, on se demande si Hollande n'est pas un peu fou ? Les Russes vont alors exiger le remboursement des 40 milliards que doit l'Ukraine à la Russie. Et ce sont les Européens qui vont payer tout ça, alors que nos dirigeants nous disent que les caisses sont vides ? L'aide économique à l'Ukraine ? Ce que la FMI va lui proposer, ce serait un régime amaigrissant pire que celui imposé aux Grecs !

Georges Stanechy 06/03/2014 17:37

Bonsoir Redrock

J’ai lu votre analyse [ http://environnement.geopolitique.over-blog.fr/2014/03/geopolitique-ukrainienne-jeu-d-echec-s-ou-des-pipes.html ] que je recommande à tous les lecteurs. Tant elle met en relief les points de la "Crise en Ukraine" que nous avons relevés en commun, sans nous consulter !

En fait, je me garde de tout optimisme pour me limiter à une approche "clinique" : le constat des faits. Premier travail de salubrité intellectuelle à effectuer pour s’affranchir du lavage de cerveau, auquel nous sommes soumis par la propagande. Irrespirable…

Un point de certitude : aucune solution militaire n’est viable pour conforter les prétentions hégémoniques de l’OTAN.

Surtout, dans la péninsule de Crimée. Qui n’est ni Gaza, ni les provinces du Waziristân au nord du Pakistan que les USA dronent tous les jours. En Crimée, ce ne sont pas des Palestiniens affamés, ou des montagnards équipés de tongs et de kalachnikovs, qui les attendent. Mais, des troupes d’élite possédant les meilleurs matériels militaires du moment…

Les oligarques de l’OTAN doivent, en conséquence, respecter la souveraineté de l’Ukraine et accepter la tenue d’élections « fiables ». Ce qu’ils ne veulent pas, pour le moment. A écouter les ministres des affaires étrangères européens. Qui ne sont que des clones, employant arguments identiques, dans la présentation mensongère des évènements, à la virgule près : William Hague (UK), Carl Bildt (Suède), Fabius, etc. Sidérant !

Ils tiennent à leur "régime de marionnettes". C’est s’obstiner en vain.

Poutine est trop intelligent pour les acculer à perdre la face, et vouloir humilier cette bande de rigolos. Mais, il ne cèdera pas d’un pouce sur le principe d’élections "libres et fiables"… Lui, que notre appareil de désinformation fait passer pour "dictateur"...

A eux, de calmer le jeu et de trouver la formule leur permettant de s’extraire du bourbier dans lequel ils ont plongé, sans recevoir au passage un magistral coup de pied au derrière…

Bien à vous

Georges Stanechy 06/03/2014 17:07

Cerisier du Japon, Bonsoir

"Hitler" est devenu la marque d’infamie. Tampon, cachet, appliqués sur le dossier, ou fer rouge sur l’épaule, du supplicié. Condamné à être brûlé sur la place publique, pour s’être élevé contre le dogme de la toute-puissance de l'Empire !...

Mais, à force d’être distribuée à tous vents, elle perd de son sens. Galvaudée, progressivement plus personne n’y croit, à part nos médias de la propagande, chargés de placarder ces condamnations, ou excommunications, pour hérésie.

A se demander, sans se perdre dans les dédales de la psychanalyse, si les adeptes de cette expression, réduite à présent à une figure de rhétorique, ne pratiquent pas inconsciemment une "projection" condamnant leurs propres crimes.

Car, il est bizarre de constater que tous ceux qui ont ce mot à la bouche sont ceux qui organisent, ou cautionnent, l’hyperviolence, les pires horreurs contre l'humanité sur notre malheureuse planète… Des millions de morts, de blessés, de traumatisés, de désespérés…

De Gaza à l’Irak, d’Abou Ghaïb à Guantanamo… Massacres, "dronages", tortures, spoliations, embargos… Quotidiens... De préférence à l'encontre de populations sans réels moyens de défense...

A l’abri, provisoirement, de forces armées délirantes de suréquipement leur garantissant la protection de "La Loi du Plus Fort"…

Jusqu’à quand ?...

L’histoire, un jour, les jugera pour ce qu’ils sont en réalité. Des monstres pervers, psychopathes du crime de masse…

Bien à vous

redrock 06/03/2014 11:45

Bonjour,
je vous rejoins dans l'analyse globale de la situation mais je ne suis pas aussi confiant que vous.Il ne suffit pas d'avoir raison pour être victorieux; le rêve occidental même s'il a perdu déjà la bataille économique et écologique reste encore trop inscrit dans les cerveaux des gens façonnés par la ronde des écrans et des publicitaires.
La Big One Crise n'est plus très loin comme je l'ai écrit dans mon dernier texte:
http://environnement.geopolitique.over-blog.fr/2014/03/geopolitique-ukrainienne-jeu-d-echec-s-ou-des-pipes.html

Cordialement
Redrock

cerisisierdujapon 05/03/2014 22:45

Bonjour,

Comme toujours Georges, vos articles sont édifiants! La Russie, nous y voilà, à croire que c'est le grain de sable dans la machine "crasseuse" de l'oncle sam. Il essaye par tous les moyens de déstabiliser. Je lisais dernièrement que Hillary Clinton avait comparée le président Poutine à Hitler ou plus exactement "l'intervention russe en Ukraine, aux invasions nazies en Europe dans les années 30".
Finalement ce nouveau siècle aura été celui d'Hitler réincarné si l'on suit les comparaisons états-unienne (Bush comparait Saddam Hussein à d'hitler, ensuite Kadafi, dernièrement Bashar el assad) et aujourd'hui c'est au tour du président Poutine. En fait dès qu'un chef d'Etat va à l'encontre étatsunienne c'est qu'il est contre lui donc il devient un ennemi (où vous êtes avec nous, ou vous êtes contre nous comme disait Bush).