Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 22:51

 

 

"Il y a sur cette terre des fléaux et des victimes ... Il faut, autant que possible, refuser d'être avec le fléau."
Georges Braque   (1)

 

 

 

 

 

Je ne m'en lasse pas...

 

Feuilleter ce joyau de la littérature latino-américaine : « La mort d’Artemio Cruz » de Carlos Fuentes. (2)

 

Flamboyant de poésie, de sensualité et de violence. Crépusculaire portrait d'un richissime mexicain, magnat de la presse, des mines, industries, transports, exploitations agricoles et forrestières. De la finance, inévitablement. Qui pourrait être, sous nos latitudes, n'importe quel de nos "grands patrons" médiatiques, boursouflés de prétentions, la dimension épique en moins.
 

Mégalomane lucide se regardant mourir, revivant ses trahisons, ambitions, haines et amours. Au sommet du pouvoir, jonglant cyniquement avec politiciens et affairistes, nationaux et étrangers, après l'abandon de ses utopies et combats révolutionnaires.

 

Requin des eaux profondes de la prédation, corruption et mensonge, prenant conscience qu'il n'emportera rien dans sa tombe. Même pas l'affection, ou le mépris, de ses proches...

 

Dans mon hamac dominical, ce livre s'est télescopé avec un autre ouvrage. Etrange rapprochement entre deux destins marqués par une frénétique volonté de puissance, dans le rejet de leurs rêves de jeunesse. Evoqué au détour d’un de mes derniers commentaires. Rédigé et publié par Emmanuel Ratier :

"Le Vrai Visage de Manuel Valls"  (3)

 

Précisons qu'Emmanuel Ratier représente un des plus précieux spécimens d'une espèce en extinction dans notre pays, et plus généralement en Europe. Espèce non protégée par les luxueuses gargotes sous label ONG, débordantes de subventions, chargées de défendre la "Biodiversité" dès lors qu'elle ne concerne pas la "diversité de l'information", encore moins "l'exercice de l'esprit critique".

 

En clair : le "Journaliste d'Investigation".

 

Son engagement dans la défense de la liberté d'expression et d'information va jusqu'à gérer une librairie dans le 9° arrondissement de Paris. La librairie "Facta". Régulièrement vandalisée par des actions de commandos et nervis, chargés d'intimider, neutraliser, éradiquer, ces fondements de notre vie "d'hommes libres" que sont la Liberté d'Opinion, d'Expression et de Réunion.

 

Preuve évidente, en Occident tout particulièrement, de l'inéluctable et rapide évolution de nos sociétés actuelles, sous l'emprise de nomenklaturas aussi cyniques qu'implacables, vers un régime autocratique de type féodal. Pour ne pas employer le terme galvaudé de : "fascisme"...

 

Livre totalement occulté par notre appareil de désinformation, si ce n'est sous les clichés diabolisants des médias de la propagande, trempés dans la fureur et la lâcheté des journalistes "vendus". Hystérie, excommunication, inquisitoriales : parfait exemple de la "Presstitution", comme disent nos amis aglophones.

Comment ne pas les comprendre ?... Il s'agit d'un des plus décapants du genre !...  Donc à lire, à promouvoir et faire circuler. La valeur des informations qu'on y découvre étant proportionnelle à la méthodique manoeuvre d'étouffement en cours...

 

Dans la trajectoire d'un Rastignac, le plus captivant à observer ne sont pas les luttes, ruses, alliances changeantes, pour gravir les marches de l'ambition personnelle, mais : les "reniements".
 

Le plus significatif pour ma part est, en effet, de constater dans cet ouvrage l'étendue du passé vigoureusement "pro-Palestinien", et farouchement "antisioniste" du personnage !... Allant, il y a peu de temps, jusqu'à se déplacer en Palestine avec des sympathisants français pour visiter des camps de "réfugiés", chassés de leurs maisons et de leurs terres, vicitmes du nettoyage ethnique des extrémistes sionistes.

 

Quel retournement de veste, depuis !

 

L'extrait d'un de ses discours, visible dans une vidéo sur Youtube (encore accessible...), en solidarité avec la Résistance Palestinienne, n'en est que plus émouvant ou pathétique... (4)

 

 

Récemment, Manuel Valls était donc en mesure d'opérer une distinction évidente entre le "Judaïsme", religion monothéiste dont on se doit de respecter fondements et rites dans le cadre de la Loi de 1905 sur la protection de la laïcité et des religions (5) ; et, le "sionisme", idéologie coloniale fondée, au Congrès de Bâle de 1897, par l'Austro-Hongrois Thedor Herzl.

 

Idéologie fondée sur l'instrumentalisation, ou la manipulation, d'une religion, que tout citoyen est en droit de remettre en cause ou de critiquer dès qu'elle prétend nier "La Dignité Humaine". Et, la "Vie Humaine", tout court.

 

Au même titre que tous les "radicalismes religieux" infestant à intervalles réguliers l'espace politique de nos pays, sur tous les continents. Les longues guerres de religions opposant pendant des siècles, en Europe, "Protestants" et "Catholiques" dans d'innommables atrocités, en sont un tragique exemple.

 

Au-delà de ces considérations relevant de l'Histoire ou de la Géopolitique, et non pas de la Théologie, le fanatisme sioniste de Manuel Valls voulant, à présent, "criminaliser" les débats, quelles qu'en soient les formes, s'appliquant à une idéologie prônant la spoliation du Peuple Palestinien et son apartheid, dans l'hyperviolence et la négation permanente des Conventions de Genève sur la protection des populations civiles, sans oublier les multiples résolutions de l'ONU n'ont appliquées à ce jour, conduit à formuler des "doutes"...

 

"Doutes" quant à la "cohérence" de la réflexion humaniste ou éthique, "l'équilibre" intellectuel, voire psychologique, d'un individu sujet à des revirements aussi opposés que féroces, en très peu de temps. Ou, encore plus préoccupant, sur la "sincérité" de ses engagements successifs...

 

A moins, pour paraphraser Pascal, qu'un politicien professionnel, "apparatchik" des arcanes et coulisses des appareils politiques, n'ait pour justifier d'aussi drastiques abjurations ou volte-face :

"... ses raisons que La Raison ne connaît pas " ?...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1.  Alex Danchev, Georges Braque - Biographie, Hazan, 2005, p. 220.

2.  Carlos Fuentes, La mort d'Artemio Cruz, Folio, Gallimard, 1966.

3.  Disponible, entre autres, sur Amazon : http://www.amazon.fr/Le-vrai-visage-Manuel-Valls/dp/2950831877
4. 
Lien vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=O3gXgVtFx38
5. 
Il est bon de rappeler que la "Loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Eglises et de l'Etat" stipule dans son Titre Premier : Principes - Article 1 :
"La République assure la liberté de conscience. Elle garantit la liberté des cultes..."
Cf. : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006070169&dateTexte=20080306

 

 


 

Partager cet article

commentaires

Truth 22/05/2014 06:12

Ce jour-là Aude de Kerros m'a dédicacé son livre avec ces mots :
"A....
...Il y a du grain à moudre pour comprendre notre époque
en amitié!"
Aude de Kerros .

Georges Stanechy 21/05/2014 17:04

.

Bonjour Truth !

Platon nous a montré la voie avec sa métaphore de La Caverne.

De tâtonnements en tâtonnements, nous avançons, cherchons, découvrons.

Si, évidemment, nous souhaitons "aller au-delà" des évidences, fausses réalités qui nous sont imposées ; "comprendre", "participer", "agir", solidairement, dans le cheminement difficile de l'Humanité vers une amélioration de son destin. Qui n'est certainement pas celui de vivre en mouton, réduit à être tondu à longueur d’année avant d’être, en fin de vie, docilement conduit à l’abattoir…

Se vouloir « éveillé » implique, inévitablement, des erreurs d’appréciation ou d’orientation que des "Valeurs", comme vous le rappelez, confortées par l’interaction entre le vécu et la réflexion, nous aident à corriger, ou redresser.

D’autant que nous vivons dans une société aux colossaux moyens non pas « d’information », que les slogans du conditionnement commercial et politique veulent nous faire admettre béatement, mais de « désinformation ». Mensonge, dissimulation, règnent en maître. Au prix ,même, de millions de morts et de nations écrasées de destructions.

Je le mesure tous les jours dans le domaine "économique" et "fiscal", par exemple, où ne sont tolérés que discours, théories et « experts » de la pensée unique du Capitalisme Sauvage. Le reste étant étouffé, marginalisé, voire "diabolisé", pour le rendre inaudible.

Nous sommes ainsi formatés, du matin au soir, pour nous faire croire que la prospérité d’un pays est la résultante obligée du chômage et de la paupérisation de la majorité de sa population. Au bénéfice de sa minorité, soi-disant "entrepreneuriale" et gorgée du génie de "l’innovation". Et, bla-bla-bla… Le fameux TINA (There Is No Alternative) de l’horrible Thatcher !...

Que cette rhétorique du Libéralisme de La Jungle soit promue, rien que de plus normal dans une démocratie. Tout autant que la délirante apologie du sionisme et autres aventures coloniales ou impériales, que l’on se doit de tolérer.

Par contre, rien ne va plus quand ce sont les seuls discours admis. Les constants efforts de nos oligarchies pour supprimer nos Libertés Publiques sont, dans ce cas, à combattre avec la plus déterminée des actions citoyennes.

Alors, dans votre formidable témoignage, dont je partage toutes les vibrations, je ne parviens pas à voir le "manteau de Nessus" !... Plutôt la cape de Cyrano, bravant le « prêt-à-penser », clichés et préjugés ; l’arrogance, la cupidité, la stupidité, des petits marquis en rubans et des grands ducs en dentelles…

Dans ce combat pour l’Humanisme, qui est le « sens » de toute personne se voulant un "Etre Humain".

Amitiés
.

Truth 20/05/2014 22:44

Salut Georges ! J'ai bien sur lu "Le vrai visage de Manuel Valls ".

Je n’ai rien à ajouter à votre article sinon la remarque que je me suis faite après avoir découvert les engagements pro-palestiniens de la Vallseuse que l’hollandocratie a donné à la France : voilà qu’il a tout compris ! quand on a les dents longues et que l’on veut faire carrière vaut mieux etre un sioniste « éternellement fidèle à Israel » qu’un honnete homme défenseur des Palestiniens et de leurs droits .


Mais comme cela m’arrive souvent dans ce que vous dites j’ai été touché par vos propos sur Emmanuel Ratier et la librairie Facta. Cela m’a touché dans la mesure où cela vient à la rencontre de toute ma démarche qui m’a poussé un jour à devoir tout repenser pour ne pas trahir ce qui m’accrochait à la vie :le Beau , le Juste , le Bon, en résumé à tout ce qui rend fier d’appartenir à notre Espèce Humaine et qu’il convient de ne pas trahir .

Amon grand regret, aujourd’hui je dois l’avouer, j’ai longtemps fricoté avec ceux qui se disaient l’avant–garde de la libération des hommes , mais qui réduisaient les Hommes à leurs Concepts …et le mot de « masses » me génait autant que ces mots d’aujourd’hui qui parlent de « ressources humaines » comme on parle de « ressources minières » . Après quoi me genait aussi le peu de poids que pesaient pour mes copains d’antan la VIE des hommes : on l’a vu dans leurs goulags contre lesquels ils n’avaient rien à redire . Et puis est venu le temps de faire la somme des exactions admises et de se poser la question de savoir dans quoi nous nous sommes laissés prendre- par ignorance ou de bonne foi ( Une remarque de Jacques Lacan à ce sujet : « l’erreur de bonne foi est de toutes la plus impardonnable » . Un seul devoir donc : savoir, ne pas ignorer )

Tout cela pour vous raconter juste une petite anecdote .

Je ne connaissais pas Emmanuel Ratier -si ce n’est de Nom- ni n’avais jamais rien lu de lui, tout comme je ne connaissais la Librairie Facta que par les mentions venimeuses faites par nos laveurs de cerveaux subventionnés mentionnant parfois quelques plasticages ou destructions par des « nervis ou des commandos subventionnés » –eux aussi - ! qui ne me paraissaient particulièrement coupables de s’en prendre à une librairie dite « nazi » .

Bien que déjà sur le chemin de ne plus croire ce que l’on me transfusait je ne me serais jamais rendu dans cette librairie dite « soumise à la croix gammée » si ce n’est,qu’un jour du début de cette année, ne m’était parvenue la nouvelle que Aude de Kerros , - artiste qui avec Jean Clair et Christine Sourgins , nous livre une des plus belles analyses sur l’art, la peinture, et les ravages de ce que l’on appelle « l’art contemporain » ou « l’art conceptuel » -allait y signer son dernier livre « 1983-2013. Années noires de la peinture ».

J’arrive donc à la librairie Facta : devanture discrète tagée d’obscenités , client attentifs , discutant avec le libraire –Emmanuel Ratier ??? j’ignore ! moi qui me ratatine avec l’impression d’etre entré dans l’antre du diable ; je feuillette des livres « de droite » pas ma tasse de thé …. Un client style « arabe », pas du tout le look que je supposais etre celui de la maison, qui cherche et demande « le Capital » de Karl Marx …AIE ! Betement avec un sourire de « non-dupe » je lui dis en souriant de sa naiveté « ce n’est pas tout à fait le style de la maison ». Le libraire ,aimable lui dit « Non ! nous l’avions encore la semaine dernière. Nous allons le recommander » et m’ayant entendu il se tourne vers moi pour me dire avec gravité : « mais bien sur ! qu’il faut lire Karl Marx » .



Conclusion : Jusqu’à quand , à ma grande honte , garderais–je ces écailles de préjugés qui me collent encore à la chair comme une tunique de Nessus ???

Amitiés