Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 17:00

 

 

« Toutes les idées, idéologies, concepts, sentiments, automatismes culturels qui, animant un individu, l'arrêtent sur le chemin qui le mène à l'espèce et le sécurisent par une appartenance à un groupe social, relèvent de la préhistoire de l'espèce humaine. »
Henri Laborit  (1)

 

 

 

A ne rien y comprendre !...

 

Dépassant Poutine dans l'exécration, le dernier épouvantail médiatique à la mode, aux Etats-Unis : Donald Trump

 

Blanc bonnet...

 

Ce milliardaire, sans mandat de député ou de sénateur, ni fonction passée ou présente dans un parti ou un gouvernement, s’est porté candidat aux élections primaires pour obtenir l’investiture du "Parti Républicain" dans la perspective de la prochaine élection présidentielle de son pays.

 

D’après les sondages, il serait actuellement le candidat le mieux placé à la fois dans les primaires et même pour l’élection finale. Face à la candidate du "Parti Démocrate" : Hillary Clinton. (2)

Donald Trump : Notre Président…

Pourtant : "Blanc bonnet – Bonnet blanc"… Choix difficile, peut-être : entre Peste et Choléra… Mais, telle est la finalité d’un système de cooptation oligarchique où s’affrontent des milliardaires, ou des clans de milliardaires, pour gérer les intérêts de la "Caste des 1%" dont ils sont les membres actifs…

 

So what ?... Et, alors ?...

 

L’acharnement hystérique, dont il est l’objet dans les grands médias et dans tous les cercles de pouvoirs, officiels et occultes de son pays, est plus que surprenant.

 

Jusqu’aux dirigeants de son propre parti qui se mobilisent contre lui, le présentant en danger mortel pour "la radieuse et incomparable démocratie" nord-américaine. Des généraux et des "experts en sécurité nationale", membres de son parti, ont même diffusé une "lettre ouverte" pour s’offusquer de sa candidature... (3)

GOP (Grand Old Party) : surnom du Parti Républicain dont l'emblème est l'éléphant... Jetant son candidat le mieux placé, pour la prochaine présidentielle, dans un ravin... Et, Donald Trump de s'exclamer : "Mais, qu'est-ce que j'ai dit ?..."

GOP (Grand Old Party) : surnom du Parti Républicain dont l'emblème est l'éléphant... Jetant son candidat le mieux placé, pour la prochaine présidentielle, dans un ravin... Et, Donald Trump de s'exclamer : "Mais, qu'est-ce que j'ai dit ?..."

Un niveau de violence extrême vient d’être franchi avec des commandos, visiblement bien organisés et en cheville avec les médias, provoquant des bagarres lors des réunions électorales, imposant l’annulation de plusieurs d’entre elles ; notamment à Chicago.

 

La diabolisation a atteint son paroxysme : on a sorti Hitler, et même Mussolini, du placard à balais de l’Histoire, pour le comparer à ces figures dantesques !… Avec, évidemment, des blogs et sites "nazis", créés pour la circonstance, qui ne cessent de l’encenser afin d’entretenir la panique par cette assimilation "satanique"…

Donald Trump : Notre Président…

Il est raciste, islamophobe, « suprématiste de la race blanche » ?... Rien de nouveau sous le soleil. Aucun projet politique, aucune carrière dans la haute administration ou le gouvernement du pays, ne peuvent se concevoir sans souscrire à cette doxa.

 

Seule différence par rapport à ses concurrents, opposants ou détracteurs politiques, tous partis confondus, lui n’a pas encore du sang sur les mains : il n'a ni voté, ni ordonné, de bombardements de populations sans défense, ni détruit ou réduit en cendres de pays qui ne livraient pas une guerre au sien, ni commandité d’assassinat par drones ou tueurs patentés, ni approuvé l’organisation ou le maintien de centres de tortures et autres crimes contre l’humanité, dont ils sont de fervent adeptes…

 

En quoi est-il pire qu’un Ted Cruz, son rival le plus acharné dans les primaires du Parti Républicain ?  Ce sénateur du Texas, membre du clan "Bush", évangéliste fanatique aux déclamations bibliques hallucinées à chacune de ses réunions électorales…  

 

Lié à l’industrie du pétrole, par son père qui possédait une florissante entreprise spécialisée dans les recherches sismiques d’hydrocarbures ; à la finance affairiste et spéculatrice par son épouse, membre du clan Bush tout comme lui, gestionnaire de fortunes chez Goldmann Sachs (actuellement, en congé sans solde pour suivre son mari dans sa campagne électorale) après être passée par Merrill Lynch… (4)

 

Quant à Hillary Clinton, belliciste obsessionnelle, "La Reine du Chaos" pour reprendre le titre du livre de Diana Johnstone, tout a été dit sur cette virago… (5)

 

Où est la différence ?...

En fait, j'aime mes adversaires. Ils me font sentir "éligible"...

En fait, j'aime mes adversaires. Ils me font sentir "éligible"...

Oligarques et "Pères Prédateurs"

 

Donald Trump, milliardaire de l’immobilier au flamboyant brushing, flanqué de son épouse top model, archétype de "la réussite à l’américaine",  incarnerait-il le bouc émissaire de "la Mauvaise Conscience" de la nomenklatura US ?... Repue de spoliations à l’encontre de ses propres concitoyens, et de dévastations prédatrices  aux dépens de multiples nations sur des continents entiers ?...

 

Impensable.

 

Non du fait du niveau de cynisme de la caste au pouvoir, l'enfermant hermétiquement dans sa mégalomanie, mais des racines mêmes de cette prétendue démocratie…

 

Depuis l’origine, le système politique des Etats-Unis a été méthodiquement architecturé en régime géré par les riches, "dans l’intérêt exclusif des riches". Ce qu’on dénomme, avec pudeur, une ploutocratie en termes de "sciences politiques".

 

C’est une mafia de richissimes colons britanniques qui a fondé les Etats-Unis. L’Histoire, ou la propagande, les ont sacralisés en Pères Fondateurs (Founding Fathers). En réalité, ils devraient être qualifiés de "Pères Prédateurs"… Tous milliardaires, par la naissance, le sens des affaires, le commerce international, le traficotage d’avocats et de financiers jonglant avec les délits d’initiés de l’époque pour s’enrichir au plus vite et de manière exponentielle.

 

Entre autres… Benjamin Franklin a démarré sa fortune dans la presse et l’édition. John Langdon était le propriétaire d’une impressionnante flotte de bateaux de commerce rayonnant sur plusieurs continents. John Dickinson, à la colossale fortune, était le plus riche propriétaire terrien de Pennsylvanie…

 

Les plus célèbres de ces "fondateurs" étaient, en effet, propriétaires d’immenses plantations aux centaines d’esclaves, notamment de tabac et de coton, tels George Washington ou Thomas Jefferson. George Washington trouve même l’occasion d’élargir son gigantesque patrimoine en épousant une riche veuve, Martha Dandridge Custis, qui lui apporta dans sa corbeille de mariée de vastes plantations de Virginie et environ 300 esclaves.

 

Outre une énergie motrice quasi-gratuite, l’esclavage présentait, aussi, de confortables aspects "ludiques", ne disons pas "lubriques", pour ces grands propriétaires…

 

George Washington eut un fils d’une de ses esclaves, au joli nom de Vénus, appelé West Ford. Mais, les descendants n’ont pas pu faire procéder à une recherche ADN : pas touche au Totem… (6) Moins divinisé, Thomas Jefferson y eut droit. Les analyses ADN ont prouvé que ses amours avec la belle esclave Sally Hemings, avait bien donné naissance à un fils : Eston Hemings. Piteusement, ce fervent dévot de la Déclaration des Droits de l'Homme n'a même pas eu les cojones d'affranchir la mère et son fils avant sa mort...

 

Les tonitruantes et glapissantes féministes nord-américaines, curieusement, restent "bouche cousue" sur ce qu’elles qualifieraient "d’esclavage sexuel", sous d’autres latitudes ou d’autres époques… Blaise Pascal le disait : Vérité en-deçà des Pyrénées, erreur au-delà… (7)

 

Sans se vouloir l’avocat du diable, en quoi Donald Trump est-il pire que cette engeance ?...

L'auto-sabotage du Parti Républicain...

L'auto-sabotage du Parti Républicain...

Ces "Pères Prédateurs" qui ont fondé, formaté, les institutions des Etats-Unis à leur profit. Et, en conséquence, l’inconscient collectif de cette colonisation européenne s’érigeant en nation nouvelle.

 

Sur fondement de la Liberté et des Droits de l’Homme ?...  

 

Seuls les imbéciles peuvent croire à cette légende, forgée par une propagande permanente. Prétexte, habillage rhétorique, hypocrite, d’une prédation. Travestissant un régime fondé sur un principe simple : "La Loi du Plus Fort". Jusqu’aux conséquences les plus extrêmes.

 

Le point de départ a été une "fronde fiscale" contre la "mère-patrie", ou la métropole… Ces richissimes colons souhaitant s’enrichir sans frein et ne rien verser à la Couronne britannique ; s’organisant cyniquement pour faire partager ce mouvement à plus modestes qu’eux. Toujours cette exigence inversement proportionnelle à l’enrichissement : plus ma fortune s'accroît, moins je veux payer d’impôts ou de taxes…

 

La continuité, la durabilité, d’une aristocratie ou d’une oligarchie, imposent, en effet, l’édification d’une large assise démographique, conditionnée et anesthésiée. Défendre des privilèges, une spoliation organisée, exigeant de la chair à canon et des pourvoyeurs de taxes dont la caste au pouvoir, avec ses rejetons, est la première à s’affranchir… D’où la méthodique importation de la misère de l’Europe, sous forme d’une immigration aussi massive que rapide.

 

La réussite de cette colonisation fondée sur le vol des terres et l'accaparement des richesses naturelles du pays, dans le génocide, physique et culturel, des autochtones amérindiens. Une Bible dans une main, un fusil dans l’autre… 

 

La plupart de ces colons se donnant Bonne Conscience en se revendiquant "Evangélistes", "porteurs du message du Christ" ; expliquant leur "proximité idéologique" actuelle, dans un radicalisme religieux à la Ted Cruz, avec le barbare et ultra-islamophobe colonialisme sioniste, sur un autre continent. L’héroïque résistance du grand chef amérindien Geronimo témoigne, malgré tous les efforts pour en occulter l’impact, de l’atrocité de ce "nettoyage ethnique"… (8)

 

Le deuxième moteur de la prospérité de cette oligarchie a été l’esclavage, maintenu de longues années après sa clôture officielle, notamment par une ségrégation raciale légalement organisée. Dont toutes les lois n’ont pas encore été abrogées à ce jour.

 

Ainsi, en 2004 a échoué une tentative fédérale, fondée sur les décisions de la Cour Suprême, de supprimer un article de la Constitution de l’Etat d’Alabama stipulant que :

« … des établissements scolaires distincts doivent être fournis pour les enfants blancs et les enfants noirs, et aucun enfant de l'une de ces deux races ne doit être autorisé à aller dans un établissement réservé à l'autre ».

 

Même Obama, comme pour le centre de tortures de Guantanamo qu’il avait promis de fermer, n’a pas bougé le petit doigt sur cette infamie…

 

Esclavagisme et ségrégation raciale ont imbibé la mentalité entrepreneuriale du pays, contaminant son modèle idéologique : le Libéralisme Economique. Considérant le travail comme un « coût » à éradiquer par tous les moyens, quel que soit l’impact en termes de paupérisation sur la collectivité et, au-delà, la négation de La Dignité Humaine. L’essentiel étant de préserver les mécanismes d’enrichissement facile et exponentiel de "la Caste du 1%".

 

Les atroces conditions de vie de ces esclaves ont été récemment mises en lumière dans une série de films, issus de témoignages de l’époque :  Django Unchained (Oscar du meilleur film 2013) de Quentin Tarantino, ou Twelve years a slave (Oscar du meilleur film 2014) de Steve McQueen. Avec un paroxysme atteint entre 1889 et 1903, où les historiens ont répertorié une moyenne de deux américains Noirs assassinés chaque semaine, avec les mêmes variantes : pendus, brûlés vifs ou mutilés… (9)

 

Ce mépris des oligarques nord-américains, pour la valeur « Travail », a provoqué aussi des dévastations chez les "travailleurs blancs pauvres" (working poors), tout particulièrement entre les deux guerres mondiales. Les grands écrivains américains de l’époque en ont dénoncé les aspects les plus violents dans leurs romans, dont plusieurs ont été adaptés au cinéma: John Steinbeck (Les Raisins de la Colère, Des Souris et des Hommes) ou, mon préféré pour sa qualité d’écriture, Erskine Caldwell (La Route du Tabac, Le Petit Arpent du Bon Dieu)…

 

Pas de quoi s’étonner que tous les candidats à la présidentielle ne s’intéressent pas au sort de leurs concitoyens, plongés dans la précarité permanente du salariat ou de la micro-entreprise, dont les revenus ne proviennent pas des "délits d’initiés" ou de la spéculation financière, des rentes de situation et de la corruption de l’industrie de l’armement. Austérité, blocage des salaires, opposition à tout mécanisme de redistribution de la richesse nationale étant leur unique credo.

 

D’autant que l’oligarchie s’est constituée une mine d’or inépuisable, pour son "économie-casino" et sa structure militaro-industrielle, dans le maintien d’un Empire asservissant et pillant tous les continents depuis son expansion, à la fin du XIX° siècle.

 

L’implacable indifférence de ces clans de milliardaires à l’égard de leurs concitoyens, malgré d’incessantes manifestations de protestation dans toutes les communautés des Etats-Unis solidement occultées par notre système de désinformation semble, toutefois, trouver ses limites…

 

Inscription du T-shirt sur fond de drapeau des USA : " Nous  -  Le Peuple  -  en avons marre ! "...

Inscription du T-shirt sur fond de drapeau des USA : " Nous - Le Peuple - en avons marre ! "...

(NB sur cette caricature révélatrice d'un sentiment largement répandu au sein d'une population excédée par le comportement irresponsable et corrompu de son "élite" : Le canon est pointé sur Washington, avec la Maison Blanche en toile de fond. A noter le panneau indiquant la direction de la capitale en abrégé : "WASH"... Qui est aussi le verbe "laver", "nettoyer"...)

 

 

Hérésie et Blasphèmes

 

Pourquoi, donc, autant de détestation pour Donald Trump, de la part de l’oligarchie et de son appareil de propagande, y compris en Europe ?... Il n’est pourtant qu’un épiphénomène.

A prendre en considération, malgré tout : s’il est élu, il sera « Notre » Président. Même si nous n’avons pas de droit de vote pour exprimer notre choix…

Nous le savons, depuis le départ du Général de Gaulle, la France est réduite à une simple colonie américaine. Nos "présidents" n’étant que de simples gouverneurs élus d’une de leurs colonies européennes. Sans pouvoir et, encore moins, sans « tripes » : un ectoplasme succédant à un agité, lui-même à une fripouille ou un grand dadais, en relais d'un « colin froid » pour reprendre le mot de Jean Edern Hallier, etc.

 

Les bouffons qui nous gouvernent, dans leur obséquieuse servilité à l’égard de notre suzerain, n’ont pas cessé d’aliéner la souveraineté de notre Nation : notre diplomatie, nos forces armées, notre économie. (10)

 

Jusqu’à démanteler, délocaliser, implanter, nos industries de pointe et de haute technologie à son profit (11)…

 

En quoi Donald Trump se révèlerait-il plus « dangereux » qu’un autre président des USA à notre encontre, ou celle du reste de la planète ?... Pourquoi cet acharnement des oligarques, alors qu’il est membre de leur caste?...

 

J’ai écouté quelques uns de ses discours, de ses conférences de presse, de ses débats télévisés. J’ai reconstitué les phrases et paragraphes qui avaient été tronqués.

 

Et, j’ai compris…

 

Il a commis des blasphèmes impardonnables, inadmissibles, envers "les 10 commandements" de l’oligarchie des USA. Celle qui nous impose sa vision du monde. Non seulement aux USA, mais à toutes ses colonies ; la France, comme tous les autres pays européens et au-delà. Jusqu’en Australie et en Nouvelle-Zélande, dans l’hémisphère sud.

 

En conséquence, Donald Trump est accusé d’hérésie et condamné à être brûlé médiatiquement sur la place publique...

 

Sans faire appel à Torquemada & Co, il est facile d’identifier les inacceptables blasphèmes proférés par cet individu :
 

i)     Dire des médias qu’ils sont malhonnêtes

ii)   Dire des politiciens, en charge des responsabilités publiques, qu’ils sont incompétents et, pour la plupart, corrompus

iii)  Dire que l’immigration clandestine est voulue, organisée, par les politiciens pour casser le marché du travail ; génératrice d’insécurité et d’injustice à l’égard des nationaux qui ont besoin de l’aide prioritaire de la collectivité (oser affirmer que les vétérans - Vietnam, Afghanistan, Irak, etc. - blessés et amputés de guerre sont laissés à l’abandon !...)

iv)  Dire que les bases militaires des USA à travers le monde sont inutiles, représentent un gaspillage colossal de l’argent public, en lieu et place de la construction d’écoles, d’hôpitaux, de routes et de ponts (oser affirmer que 60% des ponts du pays sont en situation dégradée !…)

 v)  Dire que la diplomatie doit être revue dans un sens d’apaisement, et non pas de confrontation, à l’égard de la Russie et de la Chine (soutenir cette proposition horrible : Make Business Not War / Faire du Business – Pas la Guerre…)

vi)  Dire que la "Mondialisation" avec ses traités de libre échange est suicidaire pour l’économie et que le pays doit procéder, en lieu et place, à des accords au cas par cas, de façon bilatérale et équilibrée

vii)  Dire que toutes les guerres récentes conduites par le pays sont un désastre sur tous les plans. Un concentré d’incompétences, de gabegies, et de mensonges. Soutenir que la guerre d’Irak fut une des « pires décisions » prises, par des responsables gouvernementaux, dans l’Histoire du pays, cause de tous les ravages actuels :

« Going into Iraq, in my opinion, was one of the worst mistakes in the history of this country. It was one of the worst decisions ever made in the history of this country. It started everything that’s happening today in the Middle East, it is because of that one decision to go into Iraq. OK? It was a horrible decision, including the migration. Everything that, you know, it’s a mess. »  (12)

viii)  Affirmer que la Paix au Moyen-Orient dépend, en premier lieu, de la solution du problème Palestinien

ix)  Et, suprême blasphème, affirmer que pour ce faire les USA doivent avoir une position impartiale, équitable (le terme blasphématoire, en anglais : even-handed). En clair : mettre un bémol au soutien inconditionnel aux sionistes fanatiques…

x)   Prétendre que le rôle primordial du Président des USA est d’être imperméable aux lobbies de tous bords.

 

Intolérable.

 

Les oreilles des oligarques du panier de crabes washingtonien, hébétés de corruption et de bellicisme, en permanence penchés au-dessus de leur chaudron à "sanctions" et "guerres préventives", ont senti le vent du boulet …

 

Prémisses d’un retournement de courbe ?...

Restons lucides.

 

Donald Trump est un membre éminent de l'oligarchie des USA. Rapports de force et négociations vont rapidement niveler les divergences d’opinion entre prédateurs.

 

Nul besoin d’être un prospectiviste chanceux pour affirmer sans se tromper :
Avec ou sans lui, dans tous les cas de figure, la "Caste du 1 %" mondialisée va démultiplier ses ravages …

 

Nous y sommes arrivés !  Nous avons pu accaparer la moitié de la richesse de la planète ! Tu penses à ce que je pense ?... L'autre moitié !!!

Nous y sommes arrivés ! Nous avons pu accaparer la moitié de la richesse de la planète ! Tu penses à ce que je pense ?... L'autre moitié !!!

 

 

 

1.  Henri Laborit, Eloge de la Fuite, Collection Folio / Essais, p. 66, téléchargeable gratuitement : http://inventin.lautre.net/livres/Henri-Laborit-Eloge-de-la-fuite.pdf

2.  Yvan Couronne, Après les primaires de mardi, un duel entre Clinton et Trump se dessine, 16 mars 2016,
https://fr.news.yahoo.com/primaires-victoire-%C3%A9clatante-trump-floride-rubio-retire-011438050.html?nhp=1

3.  Lettre ouverte à propos de Donald Trump par des experts républicains de la sécurité nationale, Réseau Voltaire, 3 mars 2016, http://www.voltairenet.org/article190579.html

4.  J’entendais un de nos politiciens, sur une de nos bruyantes radios matinales franchouillardes, dire que chez les candidats Républicains son préféré était Ted Cruz… S’agissait-il d’un imbécile, d’un ignare ou d’un propagandiste à la solde du clan Bush ?... Ou, les trois à la fois ?...

5.  Diana Johnstone, Queen of Chaos – The Misadventures of Hillary Clinton, publié chez CounterPunch, 2015,
http://store.counterpunch.org/product/queen-of-chaos/

6.  Cf. : Virginia Historical Society, « An Imperfect God: George Washington, His Slaves, and the Creation of America ».

7.  "L’esclavage sexuel" se pratiquait dans les deux sens. Certaines femmes de propriétaires de plantations dans les Etats du sud se livrant aux mêmes "pratiques ludiques", avec l’assentiment du conjoint. Des films récents y font allusion : "12 Years a Slave" du metteur en scène Steve McQueen, "Django Unchained" de Tarantino, etc.

8.  Georges Stanechy, Geronimo…,  8 mai 2011, http://stanechy.over-blog.com/article-geronimo-73423407.html

9.  Howard Zinn, Une histoire populaire des États-Unis. De 1492 à nos jours, Agone, 2002, p. 361.

10.  La colonisation US du ministère français de l’Economie, Réseau Voltaire, 20 octobre 2007, http://www.voltairenet.org/article152247.html

11.  Georges Stanechy, Rapport Gallois : Dévotion à Sainte Ploutocratie, 20 novembre 2012,
http://stanechy.over-blog.com/article-rapport-gallois-devotion-a-sainte-plouto-112655173.html

12.  Aleksander Jokic, Donald Trump and Michael Walzer :  Great Minds Think Alike, CounterPunch, 15 mars 2016
http://www.counterpunch.org/2016/03/15/donald-trump-and-michael-walzer-great-minds-think-alike/

 

Partager cet article