Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

10 janvier 2020 5 10 /01 /janvier /2020 23:30

 

« Comme Faust, ils ont fait le choix de la haine pour devenir immortels.
La haine est une force malfaisante et mortifère de destruction qui donne de l’énergie. »

Saverio Tomasella  (1)

 

 

 

Le général Iranien Soleimani a été assassiné, le 3 janvier 2020, à sa descente d’avion sur l’aéroport international de Bagdad sur ordre du président des Etats-Unis. Il revenait de Beyrouth avant de rentrer à Téhéran. Faisant escale en Irak à l’invitation de son gouvernement, au cours d’un voyage officiel.

Pour justifier cet acte, l’industrie de la désinformation a activé les fourneaux de ses cuisines pour nous servir la bouillie de sa propagande diabolisante, la France se distinguant par son zèle : presse, radio, TV,  ‟censure-occultation” des moteurs de recherche, trolls automatisés distillant leurs commentaires sur les réseaux sociaux ; avec, brassant de leurs louches cette soupe, les "prêcheurs-bonimenteurs" travestis en "experts" autoproclamés du Moyen-Orient et de l’Iran.

 

Objectif : Blanchir les auteurs du crime et anesthésier les opinions publiques, dans une soporifique ‟Bonne Conscience”…

 

Dressant de ce général, dans le meilleur des cas, un portrait à la Picasso. Autrement dit : n’importe quoi…

 

Cet évènement par sa dimension symbolique a une portée aux conséquences majeures pour la région, dont les enjeux échappent totalement à ceux qui l’ont organisé ; révélant leur abyssale imbécillité, leur analphabétisme crasse : culturel, historique, géopolitique. Et, même, spirituel.

 

Leur fanatisme colonial. D’un autre âge.

 

Essayons la simplicité et la précision, pour en délimiter les contours…

 

 

Soleimani : La Victoire Posthume d’un Valeureux Général …

 

Un Soldat d’Elite…

 

Il était un ‟soldat”. Et tel, il se revendiquait. Tout simplement et uniquement.

 

‟Soldat” d’élite. Au service de sa Nation, en premier lieu. Mais aussi, des Peuples de la région occupés, dévastés, spoliés par la soldatesque étrangère, d’une cruauté sans borne, venue de pays situés à des milliers de kilomètres ; avec ses hordes de mercenaires et coupeurs de gorges. (2)

 

Non pas un ‟Homme de l’Ombre”, comme l’affirme la propagande francophone ;  copié-collé du qualificatif ‟Shadow General”, de la propagande anglophone. Il ne se cachait pas, dans des grottes ou des souterrains. Il était connu de tous, dans son pays et au-delà.

 

Homme discret pourtant, dont l’humilité était une qualité fondamentale, il devait sa notoriété à ses faits d’armes.


Il commandait la brigade Al Qods, qu’il avait contribué à forger, secondé par un remarquable encadrement issu, comme lui, des tranchées, marais et combats de rue des 8 ans de la guerre Irak-Iran. (3)

 

Cette Unité des forces spéciales est intégrée aux Forces Armées des Gardiens de la Révolution. Immense organisation militaire qui gère outre son armée de terre, avec sa propre artillerie et sa défense anti-aérienne, sa marine, son aviation, ses missiles à longue portée, ses centres de recherche, ses usines d’armement. Avec des centaines d’officiers généraux et supérieurs, d’ingénieurs et de chercheurs ; de très haut niveau, technique, mais tout aussi important, en termes de motivation.

 

Nous sommes loin, très loin, des descriptions caricaturales de la propagande décrivant les Gardiens de la Révolution en ramassis de fanatiques…

 

Normal : les propagandistes n’ont jamais lu, ni cherché à comprendre, la Constitution Iranienne. Un modèle du genre, qui a su contourner le problème de toute révolution : le détournement de ses acquis, notamment économiques et sociaux, par l’oligarchie et ses profondes ramifications.

 

… Membre d’une Armée d’Elite

 

Deux forces armées coexistent, en effet, en Iran.

 

Les Gardiens de la Révolution mais encore, une Armée Nationale, régulière, avec sa marine, son aviation, ses régiments de missiles, ses centres de recherche (très pointus dans les radars) et industries d’armement (chantiers navals, notamment).

 

Deux armées se répartissant la protection du pays en étroite collaboration, et sous la coordination d’un Ministère de la Défense dont le titulaire, à tour de rôle, est un général provenant de chacune d’elles. Les Gardiens de la Révolution ayant pour responsabilité essentielle la façade sud du Golfe Persique, alors que l’armée régulière, notamment sa marine et son aviation, protège la façade iranienne de la mer Caspienne et celle donnant, à la sortie du détroit d’Ormuz, sur le Golfe d’Oman.

 

Les forces armées des Gardiens de la Révolution sont directement rattachées au "Guide Suprême" qui est le ‟garant de la Constitution”. Tout coup d’Etat militaire est ainsi rendu impossible. Pour comprendre cette conception, ou ce mécanisme, livrons-nous à une analogie.

 

Le Guide Suprême, assisté d’un Conseil aux membres cooptés, n’a aucun pouvoir exécutif qui relève du gouvernement, ni pouvoir législatif qui est exercé par le parlement élu. En tant que "gardien de la Constitution", pour la faire éventuellement respecter face à des putschs, généralement orchestrés par des gouvernements étrangers (actuellement : Venezuela, Bolivie, etc.), il dispose des forces dissuasives nécessaires. Agissant, en fait, comme le Président d’un Conseil Constitutionnel, avec « le pouvoir » de la faire appliquer si besoin est.

 

Imaginons que le CNR (Conseil National de la Résistance), à qui nous devons tous nos acquis sociaux (Retraites, Sécurité Sociale, etc.) que nos oligarchies successives (4), depuis la présidence Pompidou, s’acharnent à démanteler sous couvert de "modernisation" du pays (6° pays le plus riche du monde…) ait conservé à la fin de la deuxième guerre mondiale les FFL (Forces Françaises Libres) de la Résistance ; les organisant, les renforçant, en puissantes forces armées, indépendantes de l’armée nationale, pour les mettre à disposition du Conseil Constitutionnel…

 

Il n’est pas certain que nos oligarques, officiels et dissimulés, agiraient à longueur d’année dans l’impunité et le mépris de la volonté populaire. Crevant des yeux et arrachant des mains… (5)

Des centaines de milliers de personnes ont participé aux  funérailles du général Soleimani dans les priipales villes du pays

Des centaines de milliers de personnes ont participé aux funérailles du général Soleimani dans les priipales villes du pays

Un Homme d’Honneur et de Valeurs

 

En dehors de ses responsabilités militaires, il menait une vie simple. Hors des coteries politiques - elles sont aussi nombreuses et vibrionnantes en Iran qu’ailleurs - et sans aucune relation avec les milieux d’affaires, sans lesquels aucun destin politique n’est possible. D’une rigoureuse probité, il se tenait à l’écart de cette sphère.

 

Prétendre, comme certains médias l’ont claironné, que le général Soleimani aurait été un probable candidat à la présidence du pays, pour succéder à Rouhani, est d’un ridicule intergalactique… Mais, chacun sait que nos médias débitent des bobards à la chaîne.

 

La propagande, il est vrai, veut faire croire que l’Iran est "décapité", selon les termes d’un journal du soir : ‟le numéro 2 du régime” vient d’être ‟éliminé” !... Comme un poulet dont la tête vient d’être tranchée d’un coup de sabre et qui continue à courir en battant des ailes, sans savoir où il va…

 

C’est prendre ses désirs pour la réalité…

 

Il était un général parmi d’autres. Tous aussi valeureux et décorés que lui. Certes, le général Soleimani commandait une brigade d’élite, couvert de gloire, admiré et aimé de ses frères d’armes, ce qui ne faisait pas de lui ‟le numéro 2 du régime”, ou de l’Etat. Proférer de telles affirmations est aussi grotesque que prétendre que le général commandant la Garde Impériale de Napoléon était ‟le numéro 2 du régime napoléonien”. Mais nos médias, dans un rapport fusionnel, ne cultivent-ils pas le grotesque ?...

 

Vieille mentalité coloniale, considérant qu’assassiner un chef de tribu permet d’assurer l’asservissement du reste de la collectivité…

 

L’Iran "décapité", apeuré ?...

 

C’est démontrer, là encore, une idiotie, une ineptie, de dimension sidérale. Héritier d’une des civilisations les plus brillantes que l’Humanité ait connue, des siècles de connaissances et de réalisations accumulées, plus de 3 fois la France en superficie, près de 85 millions d’habitants, aux multiples universités à la pointe des recherches (nanotechnologies, en particulier), ressources naturelles et potentiels économiques : "décapité" ?...

 

Evidemment, ce courageux général était détesté des Occidentaux qui voulaient sa peau, le portraiturant en" terroriste" ; eux, qui détruisent des pays, et sèment le chaos, pour mieux piller... Il le savait, mais ne craignait pas la mort.

 

Il avait développé une activité importante, au sein de sa brigade, dans la formation et l’entraînement des armées alliées ou partenaires de l’Iran, à leur demande.

 

En Syrie, avec ses collaborateurs, en association avec les forces russes et syriennes, il avait fortement contribué à reprendre villes et villages, occupés et saccagés par les mercenaires de l’OTAN. Rue par rue, tunnel par tunnel, immeuble par immeuble, étage par étage, les principales agglomérations furent reconquises. Plusieurs de ses hommes, dont des officiers supérieurs, y laissèrent leur vie.

 

Se retrouvant face aux forces spéciales américaines, britanniques et françaises, armant et encadrant chacune leurs propres milices sous des noms différents. La France, s’illustrant par son dynamisme dans la création du chaos syrien ; souvenons-nous de notre ministre des affaires étrangères Fabius se félicitant du ‟bon boulot” de la milice Al-Nostra ‟made in France”…

 

Les vociférateurs de l’OTAN ne pouvaient lui pardonner.

 

D’autant qu’il avait, par son charisme, sa patience et sa compassion, un formidable talent diplomatique "de terrain" ; sachant convaincre et rassurer, lors des nombreuses négociations de reddition, ou de retournement, de certaines milices.

 

Un Résistant Intransigeant face à la prédation Occidentale

 

On le disait anti-américain, anti-occidental… Même pas. C’était pour lui, l’archétype du faux problème.

 

Le général Soleimani se considérait foncièrement comme un "résistant" face aux prédateurs, quelle que soit leur nationalité, se comportant en terre conquise. Il ne voyait pas pourquoi sa Nation, sa Région, devaient être livrées au pillage de pays étrangers, dictant leur mode de gouvernement, d’organisation économique et sociale, ou sociétale. Dans le mépris, l’humiliation, les destructions et les souffrances les plus horribles. (5)

 

De quel Droit ?... Droit Divin ?... Droit Biblique ?... Droit Chamanique ?... Droit sorti de la cuisse de Jupiter ?...

 

Il était né peu de temps après le renversement du gouvernement démocratique de Mossadegh, par les services secrets britanniques et américains, en 1953. Les Iraniens en ont été marqués. Renversé par un  coup d’Etat fomenté par des puissances étrangères pour avoir eu l’audace de demander des comptes sur les extractions de pétrole et de gaz des compagnies anglo-américaines et, devant leur refus, les avoir nationalisées…

 

Les Occidentaux installèrent, alors, leur polichinelle mégalomane, le Shah d’Iran,  dans une des plus atroces et sanglantes dictatures - avec sa sinistre police secrète la Savak - que la planète ait engendrée.

 

Ils n’acceptèrent jamais la révolution populaire de 1979 qui provoqua l’exil du Shah.

 

Il n’oubliait pas, pour l’avoir vécu et vu beaucoup de ses concitoyens y mourir, que les Occidentaux armèrent et poussèrent Saddam Hussein à envahir par surprise l’Iran en 1980. Imposant (les Iraniens le qualifient de "Guerre Imposée") un conflit qui dura 8 ans, et provoqua d’immenses destructions.

 

Particulièrement visées, toutes les installations pétrolières et gazières furent détruites, l’Iran se trouvant otage d’un blocus l’empêchant  de s’armer ou de se procurer des pièces détachées pour se défendre ; l’Union Soviétique frontalière étant entravée par son effondrement ne pouvait apporter aucune aide.  Tout son matériel étant, sous le Shah, quasi intégralement de fabrication anglo-américaine…

 

Il était intransigeant, comme la majorité des Iraniens, sur le respect de la souveraineté de sa Nation, et la protection des acquis de la Révolution. Tout particulièrement, les acquis sociaux, représentés par la gratuité des soins et de l’accès à l’enseignement pour tous.

 

Son assassinat est sa dernière victoire… Dans d’immenses, et émouvantes funérailles, le Peuple iranien s’est uni dans une réaction solidaire face à l’arrogance sanguinaire des Occidentaux.

 

Il avait une sereine confiance en l’avenir de son Pays, qu’il savait à présent solide, en état de se défendre. En pleine Renaissance, malgré menaces et embargos qui ne l’impressionnaient pas. Avec une jeunesse pleine de vitalité et confiante dans son avenir.

 

Une vidéo très récente, tournée par un couple de français lors des dernières fêtes de fin d'année. Pour en finir avec "l'iranophobie" délirante de notre industrie de la désinformation...

 

La Nation Iranienne, grâce à des hommes comme lui, peut enfin vivre dans la dignité de sa souveraineté, malgré la guerre économique qui lui est infligée par l’Occident depuis une quarantaine d’années, dans une iranophobie délirante ; renouant peu à peu avec la force et le rayonnement du prestigieux passé de la Perse.

 

Quand je vois le niveau d’avilissement de nos oligarques, corrompus, vendus, vassalisés, dans l’obséquiosité la plus abjecte, j’éprouve à l’égard d’un Homme de la trempe du général Soleimani un immense respect et la plus profonde admiration.

 

 

 

 

 

1.  Saverio Tomasella, La Folie Cachée, Albin Michel, 2015, p. 213
2.  Georges Stanechy, Noël : Les Enfants de Fallujah, 14 décembre 2012,
http://stanechy.over-blog.com/article-noel-les-enfants-de-falloujah-113449774.html
3.  Georges Stanechy, Khorramchahr : Le Verdun Iranien, 18 juin 2014,
http://stanechy.over-blog.com/2014/06/khorramchahr-le-verdun-iranien.html
4.  Georges Stanechy, Macron : Le Masque de L’Hyperviolence Oligarchique, 11 mars 1917,

http://stanechy.over-blog.com/2017/02/macron-le-masque.html
5.  Georges Stanechy, Où Va l’Argent ?..., 15 janvier 2019, 
http://stanechy.over-blog.com/2019/01/ou-va-l-argent.html

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Depuis l'assassinat de Qassem Soleimani que n'ai-je lu, de l'abracadabrant, de l'inique, du révoltant, des choses parfois qui me laissaient muette et avec, à chaque fois, beaucoup de souffrance et de colère impuissante au final exténuante.
Je ne remercierais jamais assez un internaute qui a posté votre lien sur un autre site, qui m'a soudain fait me rappeler ma boite mel, en effet j'y ai trouvé votre article, je l'ai lu-bu en vraie assoiffée que j'étais de cette substance devenue rare, un article intègre, juste et.... amical. Quel bien de vous lire Georges Stanechy, tout à l'heure je m'endormirais mieux informée et sereine. Merci d'exister et j'ose rajouter, cher Georges Stanechy !
Bien à vous.
Répondre
G
Chère Safiya, je comprends et partage votre exaspération face au formatage que la propagande s'efforce de nous imposer. L'essentiel est de conserver, exercer, notre esprit critique malgré cette satanique pression fondée sur le cynisme et le mensonge, et comme dans le cas du général Soleimani : sur le crime. Tout aussi important est de conserver l'espoir : l'Histoire déroule ses siècles et rétablit toujours les vérités. Et, les grandes Nations retrouvent leur Renaissance. Avec mes Amitiés.
S
Comme tous vos articles, vous apportez ce regard à contre courant sur les événements d'actualité !
Le cas de l'Iran est sans doute, de par sa particularité, le dernier pays souverain en voie de disparition ..... enfin selon les volontés mises en oeuvre! Mais les peuples commencent à savoir ..... et ce grâce aussi a des initiatives comme les votre!

En tout cas je suis toujours ravi de recevoir le mail qui contient le lien de votre dernier article......surtout après cette longue absence!

Je vous souhaite tout le meilleur pour cette nouvelle année et toutes celles qui suivront!

Samel
Répondre
S
Ceci dit durant votre absence...j'ai eu une pensée pour vous en écoutant cette interview... ;)
(Michel Collon interviewee père Elias Zahlaoui)

https://www.facebook.com/InvestigAction/posts/10156881900182935

Amicalement,
Samel
G
Merci & tous mes voeux. Amicalement