Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

1 mai 2007 2 01 /05 /mai /2007 18:18
 


Les 2 et 3 mai sont des dates marquantes dans l’histoire de l’Art. Et, dans l’Histoire tout court : celle des destins nationaux, avec leurs luttes d’indépendance.

Je pense aux deux chefs-d’oeuvre de Francisco Goya : Dos de Mayo et Tres de Mayo (1)
. Ces  deux tableaux montrent les massacres perpétrés par les armées françaises, sur deux journées consécutives à Madrid, en 1808.


Il n’y avait ni photo, ni caméra à l’époque. Ces deux témoignages visuels en sont d’autant plus impressionnants, restituant avec intensité ce drame dans son horreur, son désespoir et son héroïsme.

Napoléon avait envahi l’Espagne, renversant la monarchie espagnole et son gouvernement pour installer, à la place, son frère comme Roi d’Espagne, avec le titre de Joseph I.


Les affirmations de certains historiens qualifiant Napoléon de "grand stratège" m’ont toujours amusé. Il considérait l’Europe du XIX° siècle comme celle du Moyen Age où, par conquête ou mariage, on pouvait installer sa famille selon son bon plaisir et en faire sa propriété familiale… 

Excellent tacticien militaire sur un champ de bataille, il était complètement inculte en termes de géopolitique. Vouloir mettre ses frères et sœurs, gendres et beaux-parents à la tête de chacune de ses conquêtes !... Ou, plus tard, contre l’avis de ses maréchaux expérimentés, envahir la Russie… 


Bien sûr, son service de propagande faisait croire que c’était pour diffuser "l’esprit des lumières", "les idéaux de la Révolution Française", le Code Civil, etc. Le plus curieux est de lire pareils propos dans nos manuels scolaires…

Même si le peuple espagnol n’éprouvait, à l’époque, aucune estime pour sa monarchie décadente, il n’a pas accepté cette invasion et la destitution de son gouvernement. L’armée française était, alors, la plus puissante du monde. Nullement impressionné, le peuple de Madrid s’est révolté et s’est précipité sur les troupes commandées par un des plus illustres bras droit de Napoléon : le général Murat.

Sans hésitation, se jetant à mains nues, armés parfois d’un simple couteau, les madrilènes se sont rués sur les cavaliers d’élite du général Murat : les dragons et mameluks. L’armée espagnole aux ordres de l’oligarchie corrompue, collaborant avec les envahisseurs, n’est pas sortie de ses casernes, excepté un régiment d’artillerie qui s’est fait tailler en pièces jusqu’à sa dernière cartouche. Le 2 mai 1808, le : Dos de Mayo. (2)

 

Goya-Dos-de-Mayo.jpg 

                                         Dos de Mayo

 

La répression fut terrible. Tous les civils pris dans cette révolte, ou suspectés d’y avoir participé, furent fusillés. Même la nuit, par vagues continues. Ce fut la journée du 3 mai, le : Tres de Mayo. On remarquera, au premier plan un moine, un homme d’église, s’apprêtant à recevoir la salve du peloton d’exécution aux côtés des civils. Dans une guerre d’indépendance, les religieux sont toujours aux côtés des civils.

 


 

Tres-de-Mayo.jpg 

                                      Tres de Mayo

 

Murat pensait, en bon militaire, que la violence de la répression allait briser la résistance par la peur. Lui, et Napoléon, n’avaient rien compris. Une nation ne se traite pas, ne s’aborde pas comme un simple champ de bataille. C’est l’Espagne entière qui allait se révolter à l’annonce des horreurs commises.


Napoléon allait ainsi, de longues années durant, user, démoraliser, dans une guerre, faite de « guérillas » et d’harcèlements incessants, pour laquelle l’armée française n’était ni préparée, ni équipée, ses meilleures troupes, y perdre ses meilleurs officiers et son meilleur matériel.

Les horreurs de cette guerre ont inspiré à Goya, par la suite, la composition de cette série d’estampes terribles : "Les Désastres de la Guerre" (3).
Elles renvoient, en écho, aux bouleversantes gravures de Jacques Callot : "Les Misères de la Guerre", publiées en 1633. Avec pour toile de fond les ravages des guerres religieuses dans l’Europe du début du XVII° siècle : 230 ans plus tôt. Les bégaiements de l’Histoire…

Devant ces deux chefs-d’œuvre, je me demande comment Goya aurait représenté, de nos jours, le soulèvement des peuples Irakien et Afghan contre l’invasion et l’occupation de leurs pays ?...

 

 


 

 

(1)  Goya les a achevés en 1814. Ils sont exposés au musée du Prado, à Madrid.

(2)  Lire le remarquable et émouvant ouvrage de l'écrivain espagnol Arturo Perez-Reverte, publié en octobre 2007, détaillant heure par heure ce soulèvement populaire. Très bien documenté, avec une excellente bibliographie et une carte du Madrid de l'époque où sont reportés les principaux lieux d'affrontement. Sa traduction est disponible en français, sous le titre : Un Jour de Colère, éditions du Seuil, 354 pp., octobre 2008.

(3)  Los Desastres de la Guerra, 80 gravures imprimées en 1863 (35 ans après sa mort).

 

 





Partager cet article

Repost 0
Published by Georges Stanechy - dans Artistes et Ecrivains
commenter cet article

commentaires

for more details 04/08/2014 14:52

To know more of the massacres perpetrated by the French army in the consecutive days. Here is all the information regarding this. I still don’t understand the fact that how come these data’s are crystal perfect without the cameras and no photos.

Georges Stanechy 28/05/2008 14:18

Merci !Bien à vous.

Don Jerry Can 28/05/2008 12:06

Belle analyse ! j'ai mis votre lien sur mon blog.

chahid 01/05/2007 23:47

Un très bon post ! Pour la situation en Irak et même face à une planétarisation ou mondialisation aveugle et qui nous déchire en silence, j’ai pensé à la toile des sourds de Goya ! Nous sommes ainsi, comme le monde entier, les sourds de Goya qui dansaient pendant les carnages car ils n’entendaient à l'intérieur de leur grosse tête que la musique ! http://chahids.over-blog.com/article-5190761-6.html#anchorComment

Georges Stanechy 03/05/2007 09:34

Merci et bien à toi !