Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

27 juillet 2008 7 27 /07 /juillet /2008 11:57


31 juillet 1944 ...


Parti en mission de reconnaissance aérienne au-dessus de la France, depuis sa base en Corse, dans le cadre de la préparation  du débarquement en Provence, Antoine de Saint-Exupéry, disparaît aux commandes de son avion P 38 Lightning.


Il avait 44 ans.




 


Bien plus tard, à l'est de l'île de Riou, au sud de Marseille... On retrouva d'abord sa gourmette, signée du nom de sa femme, Consuelo. Elle lui avait offerte. Emouvant témoignage de ce qui fut une splendide Passion, avec ses joies, ses douleurs et sa tendresse. Nous léguant, braises rougeoyantes, un des plus beaux échanges de lettres d'Amour que l'on connaisse. Quelques années après, les débris de son appareil ont été découverts. Officiellement identifiés en avril 2004.


Saint-Ex, comme on le surnommait, écrivain déjà célèbre, avait soulevé des montagnes, mobilisant toutes les relations et interventions possibles... Pas pour obtenir une quelconque sinécure, un marché public, la "Légion d'Honneur", ou un fauteuil à l'Académie Française...


Non.


Tout simplement, pour pouvoir voler dans les forces aériennes alliées. Contribuer à la libération de son pays. En première ligne. Il avait franchi l'âge limite pour ces opérations de guerre. Cette dernière mission, aussi, il aurait pu s'en abstenir. Il avait dépassé son quota...


Difficile d'imaginer un tel geste de nos "littérateurs" médiatiques actuels. Se prenant pour des Torquemada de génie, ils passent leur temps à organiser des bûchers pour brûler les blasphémateurs du "politiquement correct"...


Ah ! Que ne ferait-on pas pour complaire à ses sponsors ?... Au premier courant d'air vous êtes excommunié pour hérésie, déclaré antisémite, anti-américain primaire, quand ce n'est pas stalinien ou suppôt du terrorisme. Au Moyen Age, on disait suppôt du Diable. Rénovation du vocabulaire, à défaut des institutions et des mentalités. Leurs caisses à outils de chasseurs de primes débordent de ces accusations inquisitoriales.


Saint-Ex était d'une autre étoffe. Incapable de s'abaisser pour manger dans de tels râteliers. Rare à notre époque. Ni un courtisan, ni un planqué. Encore moins, un traîneur de sabre. Il l'avait écrit dans son roman Pilote de Guerre :

"La guerre n'est pas une aventure. La guerre est une maladie comme le typhus".


Son courage, son esprit chevaleresque, sa sensibilité, sa poésie, il les mettait au service de la "dignité humaine".


L'univers du cynisme, du racisme à l'encontre de tout ce qui n'est pas "blanc", de l'hypocrisie, de l'escroquerie du "Charity Business", de l'arnaque des charlatans des "droits-de-l'hommisme", est à des années-lumière du sien. Au cœur de sa pensée, de ses préoccupations, l'Homme dans sa dimension fraternelle :

 "Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m'enrichis".


Qui oserait écrire cela, aujourd'hui ?... L'écrire et le vivre.


Lucide. Les lendemains de la victoire l'inquiétaient. Atterré, il voyait les ambitions personnelles, de tous bords, grouiller, aiguisant leurs couteaux dans la perspective du partage des dépouilles...


Lui, fasciné par les étoiles et le désert :


"La termitière future m'épouvante. Et je hais leur vertu de robots. Moi, j'étais fait pour être jardinier"... 



C'est sur le souvenir de ce Prince du Courage et de la Tendresse que je vous quitte, pour quelques semaines.


Baissant le rideau de ce blog, sans savoir si j'en continuerai le cours, lors de la prochaine "rentrée".


Alors, laissez-moi vous dire, au lieu du traditionnel " à bientôt "...


... " À peut-être "...



Salut et Fraternité

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Georges Stanechy - dans Artistes et Ecrivains
commenter cet article

commentaires

truth 16/10/2008 23:11

Annonce-leurque l’eau doit être partagéeEntre eux et la chamelleEt qu’il appartient à chacunDe boire à son tour. Annonce-leurQue l’eau doit être buePar plusieurs soifsLa plus grande et la plus petite. Ne mesure pasLa bonté de l’eauA l’ampleur de ta cruche. La part promiseLa part permiseA chacun C’est celle que peut contenirLe creux de ses mains. Annonce-leur encoreQue l’eau n’est viveQue pour ceux qui ont soif. In Déserts.

Nadine/Nor 16/10/2008 10:46

Bonjour Georges,Un peu de tendresse dans un monde de brutes! http://www.auxquatrecoinsduglobe.fr ...

Arthénice 22/08/2008 12:23

"Hasta siempre" disait le Ché !Et des frissons me parcourent le coeurJe suis un auteur-pilote parce que survolant un après midi aux alentours de Buenos-Aires, la campagne, mon instructeur me fit la surprise la plus extraordinaire de ma vie, moi qui venait de lui offrir le "petit prince" en espagnol.Là, sous mes pieds et mon émoi à vif, un ancien hangar qui inscrivait encore, en lettres pastelles : AEROPOSTALE !!Oui, St Ex qui me fait porter autour de ma cheville, un serpent d'argentCe serpent de la Connaissance !Il est intimement dans ma vie, mes écrits, mon étonnement d'enfant et mon désir de Connaissance

cecile delalandre 30/07/2008 21:52

 "Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m'enrichis".
Cette phrase de lui, c'est vrai, pourrait vous correspondre. ... et je suis sincèrement triste de penser que vous  pourriez ne pas revenir...vous et les autres ... Chahid aussi.C'est tellement riche, intelligent et chaud de vous lire, de vous cotoyer, même en silence....Vous ferez ce que bon vous semble, Georges, sachez cependant que si vous ne revenez pas, j'ai eu un plaisir et un intérêt immenses à vous lire et à lire les commentaires subtiles et pertinents que vous avez suscités...Merci pour ce que vous êtes.Bonnes vacancesEt je l'espère, à bientôtAmicalementCécile

Aline-Mariali 28/07/2008 19:49

Cher Georges,
bonsoir,Pour un « au revoir » que j’espère le plus court possible, vous nous offrez un bouquet de tous les symboles que nous chérissons et dont nous nous languissons dans le monde brutal et vulgaire qui nous est imposé aujourd’hui. Vous avez raison d'évoquer sa femme, que la famille Saint-Exupéry détestait et qu'elle continue de salir après sa mort. Les merveilleuses lettres que « l’enfant blond » et « la rose » ont échangées et celles qu'elle a continué de lui écrire par delà la mort , donnent leur véritable sens à l’apparent conte pour enfant qu’est le Petit Prince, en réalité, récit biographico-symbolique de son amour pour la belle Consuelo . Pour rester dans les thèmes de Saint-Exupéry, nous serons tristes d’avoir été « apprivoisés » et reconnaissants de la générosité de votre engagement pour une vérité « à contre courant » Cher Georges, passez de belles vacances , et à bientôt …
Avec tout mon amitié,Aline

Nadine 28/07/2008 12:03

Salam Georges,Ben alors! je venais juste de grandir. Je vous promets Georges que je ferais de mon mieux pour changer le Monde avec courage et tendresse. Dès que je mangerai une tranche de pain d'épice aux fruits confis, une pensée sucrée s'envolera vers vous.Que Dieu vous garde

Chahid 27/07/2008 23:28

Salam Georges
 
Antoine de Saint-Exupéry a vécu en oiseau, pensé en oiseau, brillé en oiseau et parti en oiseau …
... " À peut-être "...  me fait penser à Edmond Haraucourt :
« Partir, c’est mourir un peu
  C’est mourir à ce qu’on aime
  On laisse un peu de soi-même
  En toute heure et en tout lieu » …
 
Je pense aussi à  Hamlet de Shakespeare « To be or not to be : that is the question. »
Bloguer ou ne plus bloguer …
Sache cher Georges que tu seras toujours le bienvenu parmi cette communauté « merveilleuse » de blogueurs/étoiles séparés les uns des autres mais « ce qui les rapproche n’étant que leur volonté de briller ensemble » comme disait Edmond Jabès …
Salut et Fraternité