Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 04:30

 

 

 

Ils ne respectent rien … ”.

 

Ce fut le premier commentaire de nos amis Chinois, du moins ceux intéressés aux enjeux diplomatiques et géopolitiques, sereinement fatalistes devant une évidence, apprenant l’invasion de l’Ossétie du Sud par la Georgie, dans la nuit du 7 au 8 août 2008. Au moment même de l’inauguration des Jeux Olympiques de Pékin.

 

Référence au principe de la trêve entre nations antagonistes, telle que l’appliquaient les Grecs dans l’Antiquité, lors des jeux olympiques. “L’idéal olympique”, sensé rapprocher les peuples et atténuer les différends…

 

Mais, aussi aux traités et accords internationaux signés entre l’ONU, la “Communauté Internationale”, et les anciennes républiques qui formaient la fédération de l’URSS, pour la résolution délicate et conflictuelle des choix nationaux de cette mosaïque d’ethnies, une quarantaine, vivant dans l’immense Caucase. Avec leurs langues, leurs traditions, leurs religions. Peuples imbriqués, frères souvent ennemis, depuis des siècles.

 

Massif montagneux, carrefour de vallées. Région instable, riche d’enjeux économiques déterminants pour les décennies à venir, pétrie de violences, meurtrie par des conflits, des déportations, des génocides. Une des régions du monde actuel qui ont le plus besoin d’apaisement, de dialogue, de concorde et de paix. Sur laquelle les prédateurs viennent jeter l’huile sur le feu.

 

Attiser les haines. Diviser pour régner…

 

 

Halhin Gol

 

Il existe peu de livres en langue française sur la région du Caucase, et la Russie en général, qui ne soient pas financés par la propagande russophobe. Parmi les rares exceptions j’en conseille un, publié en 2006, pour ceux qui voudraient comprendre ce qui se passe derrière l’écran de fumée de la désinformation ambiante : A la conquête du Caucase – Epopée géopolitique et guerres d’influence. Du sérieux, bien documenté, qui présente, en plus, l’avantage de se lire comme un roman d’aventure (1).

 

Evidemment, la Georgie (2), tout le monde le sait, n’étant qu’un protectorat forgé par les occidentaux depuis l’effondrement de l’URSS, renforcé par le coup d’Etat ayant éliminé Chevardnadze, le “ils” n’était que la désignation des castes au pouvoir en Occident.

 

Les Chinois retrouvaient les inévitables interférences et pratiques pour susciter, entretenir, financer, guerres civiles et antagonismes, dans un pays ou à ses frontières. Dont eux-mêmes avaient longtemps souffert lors de l’occupation de la Chine. Et, subissent encore, au Xinjiang, au Tibet ou dans les obstacles mis par l’Occident à la réintégration de Taiwan dans la Chine. En Georgie, c’est la Russie qui était visée.

 

Priorité était donnée, par les Chinois, au bon déroulement des Jeux. Une splendide réussite. Sur tous les plans. Mais, au plus haut sommet de l’Etat, dans la discrétion, les évènements de Georgie  étaient suivis heure par heure.

 

Par une équipe pluridisciplinaire, constituant une Data Room. Compilant et analysant toutes les informations sur les manœuvres et les moyens employés dans le montage de l’agression. En liaison avec leurs homologues Russes. Aucun domaine n’y échappait : militaire (stratégie, tactique, systèmes d’armes et leur combinatoire), diplomatique (gesticulations publiques et manœuvres souterraines), désinformation, propagande …

 

Car, à l’égard de la Russie, un palier majeur venait d’être franchi en ce 21° siècle.

 

Majeur.

 

De la provocation, les occidentaux passaient à l’agression armée.

 

Jusqu’à présent, les attaques contre la Russie, depuis les entreprises de pillage et de démantèlement du pays en cheville avec les mafias sous Eltsine, se limitaient à des opérations de déstabilisation intérieure. Via des ONG “bidons” ou des “dissidents” médiatiques financés par les services spéciaux occidentaux.

 

Sur le plan extérieur, un encerclement systématique, avec pour bras armé l’OTAN, justifié auprès de l’opinion publique occidentale par d’intenses campagnes russophobes, appuyant des provocations par l’implantation de missiles à longue portée dans des Etats d’Europe centrale frontaliers de la Russie, par la pression dans l’urgence pour inclure l’Ukraine et la Georgie dans l’OTAN, et autres manœuvres d’harcèlement… Alors que l’équivalent de l’OTAN soviétique, Le Pacte de Varsovie, a complètement disparu.

 

La Chine est bien placée pour savoir que sa déstabilisation, sa partition même, sont programmées avec détermination par les occidentaux. Malgré leurs semblants de bonnes intentions hypocritement diplomatiques. Comme pour la Russie. D’où son intérêt dans l’examen attentif des rouages de cette opération.

 

La propagande occidentale n’a cessé de justifier son agression militaire antirusse, à partir de la Georgie, comme étant “ l’anti-Munich” (3). Ce qu’il aurait été courageux d’accomplir quand Hitler s’est emparé de la Tchécoslovaquie, au lieu de signer les accords de Munich en septembre 1938...

 

Mais, Russes et Chinois se réfèrent, s’agissant de la même époque, aux pressions et agressions japonaises contre la Russie soviétique. Le Japon, visant les immenses richesses pétrolières et minières de la Sibérie, avait provoqué et attaqué les soviétiques aux frontières de la Mandchourie et de la Mongolie, pour tester leur capacité de résistance. Sous le commandement du futur maréchal Joukov, cette tentative se termina par l’écrasement des japonais lors de la bataille de Halhin Gol du 31 août 1939. Suivi d’un cessez-le-feu le 15 septembre suivant.

 

La Chasse à l’Ours” avait tourné au désastre, avec un effet secondaire capital : l’armée de terre japonaise, dominant la pensée géostratégique de l’Empire Japonais, perdit son influence au profit de la marine qui réorienta l’expansion militaire vers le Pacifique, au lieu de l’intérieur du continent asiatique et de la Sibérie…

 

Sans aller jusqu’à retracer dans le détail la chronologie de “La Chasse à l’Ours” occidentale en Georgie, retenons quelques faits marquants pour comprendre les points d’ancrage actuels de la géopolitique Russe. Et, en contrepoint, l’aveuglement géopolitique occidental.

 

 

 

 

Le Masque

 

L’agression armée occidentale, du mois d’août 2008, s’est avancée masquée. Derrière l’écran de la Georgie. Authentique colonie occidentale, gérée par les USA et leurs auxiliaires israéliens. Il y a, en effet, en Georgie une communauté de 12.000 personnes environ, possédant la double nationalité israélienne et géorgienne (4).

 

Communauté très influente, plusieurs de ses membres sont ministres du gouvernement géorgien, et très active dans le Business : commerce des armes notamment, immobilier, sociétés de sécurité ou de conseillers militaires, et établissements de jeux. Avec tout ce que cela suppose ou entraîne comme activités secondaires…

 

Régime de protectorat ou de colonie, officiellement entériné depuis 2002 (5). Militairement, le pays avait perdu son indépendance de facto lors de la signature des accords militaires signés par Chavernadze, cette année là, avec les USA. En contrepartie d’une aide financière, pour “sauver” son pays englué dans un endettement gigantesque alimenté par une corruption endémique dont les nomenklaturas occidentales, pas seulement les marchands de  canons, sont les principaux  bénéficiaires.

 

Un doute ?...

L’accord militaire signé entre les deux Etats est léonin : il donne un droit d’entrée sans visa aux soldats des forces américaines sur le territoire georgien. Les militaires américains disposent également du droit de porter une arme à feu personnelle, un privilège interdit aux soldats géorgiens eux-mêmes, et bénéficient de l’immunité diplomatique. Les avions et les véhicules militaires américains peuvent pénétrer dans l’espace aérien ou sur le territoire national sans taxe ni inspection. Enfin la Georgie ouvre ses aéroports au transit des appareils de l’US Air Force vers l’Irak et s’engage à fournir elle-même un contingent à la coalition proaméricaine en guerre contre Bagdad.” (6)

 

A cela s’ajoutait un volet économique interdisant, de façon plus ou moins voilée, tout investissement Russe en Georgie. La libre concurrence n’étant qu’un mythe chez ses prêcheurs… Chevardnadze, soucieux d’un rééquilibrage nécessaire à l’indépendance et à la modernisation de son pays, veut passer outre :

Fin juillet (2003), il signe un accord de livraison de gaz avec le géant Gazprom valable vingt-cinq ans ; après quoi, le 7 août, il annonce la vente de la moitié du réseau d’électricité du pays à la société russe UES. La nouvelle entreprise mixte créée pour l’occasion appartiendra pour les trois quarts aux Russes d’UES et pour un quart à l’Etat géorgien” (7).

 

 La foudre s’abat :

 “… le 25 juillet 2003 le FMI exige une réduction immédiate du déficit budgétaire de 65 millions de dollars, ainsi qu’une hausse des impôts et des tarifs de l’électricité” (8).

 

L’étranglement. Le coup d’Etat est lancé. Intitulé La Révolution des Roses, pour faire soft dans les plans médias de la propagande occidentale. Etranglement financier, blocage des comptes, campagne de corruption et de communication à l’encontre de Chevardnadze. La démolition est en marche avec les inévitables ONG-CIA, radios “privées” aux financements occultes, distribution de dollars (en espèces) aux manifestants, aux milices et aux mafias locales. Toute la caisse à outils des coups d’Etat “new look”…

 

Chevardnadze, dépassé, isolé, est éjecté. Remplacé, en décembre 2003, par Saakachvili. Ancien avocat américain, membre du cabinet new-yorkais Paterson. Il possède la double nationalité américaine et géorgienne. Saakachvili ?... La docilité incarnée.

 

Et, soudain : le miracle ! L’avalanche ! Le torrent d’argent se déversant sur la Georgie est impressionnant !  Au point qu’en mai 2004, les USA assurent un cinquième du budget de l’Etat géorgien. Le FMI, oubliant subitement ses manœuvres de strangulation du temps de Chevardnadze, accorde 144 millions de dollars d’aide. L’UE obéissant aux ordres, en bon vassal, en accorde 150 millions.

 

Sans compter divers programmes privés américains, aux obscures ramifications, tel le Millenium Challenge Account, rajoutant des montants équivalents. Par habitant, la Georgie est désormais le pays le plus fortement alimenté en aide américaine et internationale, au monde, après Israël.

 

Encore plus fort :

Lors de la conférence internationale consacrée à la Georgie qui se tient le 16 juin 2004, une surprise de taille se produit : la Banque Mondiale et les grands donateurs offrent un milliard de dollars, une somme plus de deux fois supérieure à celle demandée par le gouvernement géorgien. De mémoire de banquier international, on n’a jamais vu ça.” (8)

 

Une pluie de dollars et d’euros… “Son budget a plus que doublé…” (9). Mais, pour ne pas changer dans ce type d’aides, le pays reste aussi pauvre et corrompu. Pourquoi s’étonner ?... Le budget militaire “officiel”, en un an (2004-2005), est plus que quadruplé. En fait, l’augmentation exponentielle des aides est massivement basculée dans les poches des marchands d’armes.

 

La corruption s’en trouve renforcée. Santé, éducation, solidarité avec les démunis et les précaires ?... Pas possible : les caisses sont vides ! Le pauvre reste pauvre. La Georgie, mine d’or pour les corrompus et les marchands de canons, s’arme jusqu’aux dents.

 

Bref, la Georgie n’a d’indépendance que le nom. Véritable enclave occidentale ou colonie. Porte-avions en plein Caucase. Vocation ?... Surveiller les oléoducs, exercer une pression armée sur la Russie aussi bien que sur l’Iran, bouter progressivement la Russie hors du Caucase. Il ne restait qu’à en tester l’efficacité…

 

 

La Préméditation

 

Tout avait été préparé, programmé, planifié. Depuis des mois. Méticuleusement.

 

La Georgie, devait annexer définitivement l’Ossétie du sud et l’Abkhazie qui depuis l’éclatement de l’URSS souhaitaient leur rattachement à la fédération Russe, la Communauté des Etats Indépendants (CEI). Contrairement aux tracé des républiques décidé, en son temps, par Staline le Georgien. Maître tout-puissant de l’URSS, il avait agrandi sa terre natale en lui rajoutant d’un trait de crayon : l’Abkhazie et une partie de l’Ossétie. Dénommée, depuis : Ossétie du sud.

 

Le fondement stratégique de l’opération reposait sur une action militaire foudroyante, avec deux composantes  essentielles : une surprise totale des Russes et leur paralysie face aux intenses campagnes de diabolisation du pays et de ses dirigeants.

 

Les aides colossales à l’échelon de la Georgie, engrangées depuis les cinq dernières années, ont servi en premier lieu à des achats massifs d’armement ultramoderne vendu par les principaux fabricants d’armes occidentaux : missiles de tous calibres et de tous usages (anti-aériens, en particulier), blindés, artillerie, systèmes d’armes électronique, optronique, drones, transmission et surveillance, appareils de vision nocturne, informatique militaire. Israël, à lui seul, en a vendu “officiellement” pour plus de US $ 200 millions. Tout l’arsenal d’une armée “dernier cri”.

 

A cet arsenal correspondaient des investissements sans compter, pour le plus grand profit des sociétés de construction liées au pouvoir mafieux, dans l’édification et l’agrandissement de bases militaires. Budgets et appels d’offres, contrats, comme toujours dans ce genre de Business, largement surévalués et sans contrôle des coûts de revient effectif… Que voulez-vous ?... Il faut bien caser tout cet arsenal et accueillir leurs utilisateurs !…

 

En plus, il convient de les former, de les encadrer. Là, encore, les budgets de “formation” explosent. Les “conseillers” militaires occidentaux sont envoyés en nombre. Pour l’essentiel américains et israéliens. Plus d’un millier d’instructeurs israéliens encadraient l’armée géorgienne, tout spécialement au niveau de son état-major, à la veille du conflit.

A cette dispendieuse préparation militaire, s’ajoute la planification de l’opération militaire. Une préparation militaire gérée par des conseillers militaires israéliens et américains, avec le général israélien Gal Hirsch à leur tête (10). C’est un des stratèges de l’invasion du Liban en juillet 2006, qui avait vu la destruction de l’intégralité des infrastructures du pays et le largage de milliers de bombes à sous–munitions qui explosent encore de nos jours. Il avait quitté l’armée israélienne à la suite des résultats de la Commission Winograd qui l’avait accusé d’incompétence …


Il est vrai que les stratégies actuelles, israélienne et américaine, sont des plus primaires. Pas besoin d’un génie : bombardement massifs, notamment d’infrastructures civiles (parmi les bombardements les plus déments : usines de conditionnement de lait au Liban ou stations d’épuration d’eau en Irak…), suivis d’un assaut de troupes surarmées face à des civils sans armes. Ou du moins, lorsqu’ils sont armés, avec un différentiel en qualité d’armement qui fonde la supériorité des troupes d’invasion.


Le bombardement de Tskhinvali, la capitale de l’Ossétie du sud, était donc essentiel pour en chasser les habitants et terroriser le reste de la population. A la suite de ce massacre, le nettoyage ethnique contre les populations Ossètes et Russes se mettrait en route de lui-même.


Un point avait été spécialement peaufiné. Pour neutraliser toute intervention de l’aviation russe, avait été mis en œuvre un système très sophistiqué de liaisons par satellite militaire, spécialement positionné au-dessus de la zone de guerre, pour gérer les batteries de missiles anti-aériens.


Dans les configurations classiques, les batteries antiaériennes sont équipées de radars pour repérer les avions ennemis et guider les missiles vers leurs cibles. Ce qui les rend vulnérables aux contre-mesures électroniques. Il existe même des missiles air-sol antiradars. L’emploi d’un satellite militaire pour ce repérage et guidage, permettant de se passer de radars au sol, rendait les avions russes vulnérables, dès leur décollage, et les batteries pratiquement invisibles. Très efficace.


Pour affiner l’organisation d’ensemble, un galop d’essai avait été organisé. C’est ainsi que trois semaines avant l’attaque surprise, à la mi-juillet 2008, des manœuvres avaient rodé l’appareil militaire et surtout la coordination interarmes. Rien que du beau monde dans ces manœuvres : plusieurs membres de l’OTAN, et aux côtés de la Georgie, l’Ukraine. La France, bien sûr, y a participé… Des manœuvres complémentaires entre la Georgie et les USA se sont, même, tenues à partir de la base militaire de Vaziani, à moins de 100 km des frontières de la Russie.


Cerise sur le gâteau : il était prévu d’opérer, par les autorités ukrainiennes, un blocus du port militaire russe de Sébastopol dans la province de Crimée, se trouvant pour le moment dans l’Ukraine actuelle, sous forme d’un bail locatif (11). Sous prétextes d’un embargo militaire pour calmer le conflit en cours… Profitant du désarroi probable des Russes devant l’attaque-surprise, renforcée d’une campagne d’intimidation des pays de l’OTAN.

 

L’agression était soutenue sur le plan médiatique par une écrasante campagne de propagande antirusse mobilisant tous les médias. Longuement élaborée avec ses déclinaisons thématiques décrivant les Russes comme d’implacables “agresseurs”, “revanchards”, “expansionnistes”, “ivres de conquêtes”, “destructeurs de démocraties”, qu’il convenait, bien évidemment, de condamner énergiquement. Mobilisant toutes les ressources médiatiques et académiques. Avec, bien sûr, les inévitables “spécialistes” de la Russie portant des noms à consonance russe, ou slave, pour conforter la crédibilité de leurs propos russophobes. Selon un argument central : montrer sa détermination en muselant L’Ours Russe

 

Suprême raffinement : le déclenchement de l’opération devait s’opérer au moment du lancement des Jeux Olympiques à Pékin, en pleine période estivale. Plusieurs avantages : l’opinion publique internationale aurait l’attention détournée par l’évènement sportif. Poutine, le premier ministre, serait absent de Moscou pour représenter la Fédération Russe à Pékin, et le président Medvedev serait en vacances dans la résidence officielle de Sotchi.

 

Seul défaut de cette stratégie : considérer pour acquis l’acceptation par les Russes, sous le choc de l’attaque-surprise et des campagnes d’intimidation, du fait accompli.

 

 

 (A suivre...)

 

N.B.  Mille excuses auprès de mes lecteurs : j'ai été contraint de scinder cet article en deux, du fait du blocage de sa publication par l'hébergeur. Motif : "trop long"... Comme je le dis dans un commentaire : Patientons, nous n'en sommes qu'à la préhistoire d'internet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(1)   Hoesli, Eric, A la conquête du Caucase – Epopée géopolitique et guerres d’influence, Editions des Syrtes, 2006, 685 pages. Résultat d’une dizaine d’années de travail et de nombreux séjours dans le Caucase, avec une excellente cartographie. Lire, notamment, la sixième partie : “La lutte pour le contrôle des richesses pétrolières” (p. 505 – 612). L’auteur, Suisse, exemple de journalisme de rigueur et d’honnêteté, que nous n’avons plus en France, dirige les plus grands journaux de son pays.

(2)   La Georgie a donné à l’URSS plusieurs de ses dirigeants. Avec leurs qualités et leurs défauts… Staline, né à Gori d’un père Géorgien et d’une mère Ossète. Ou encore, Beria, son implacable ministre de l’intérieur et de la police, grand pourvoyeur des goulags, né aux environs de Soukhoumi en Abkhazie. Plus récemment, un de ses plus influents ministres des Affaires Etrangères, Chevardnadze. Après l’éclatement de l’URSS, élu à la tête de la Georgie, les occidentaux le remplaceront par Saakachvili.

(3)   Parmi les articles d’une russophobie abyssale sur ce thème de propagande, lire l’article paru dans Le Monde du 20-08-08 : Pusillanimité occidentale face à la Russie. Par Françoise Thom, présentée comme «  historienne, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris IV - Sorbonne ». Savoureux !  Du fanatisme “ziocons” pur sucre. Pauvre Sorbonne, se dit-on. Du niveau des publications de l’American Enterprise Institute

(4)   Zarchin, Tomer et Blumenkratz, Zohar, We’ve reached a safe haven – say Israelis returning from Georgia, article du journal israélien Haaretz du 13 août 2008, http://www.haaretz.com/hasen/spages/1010833.html

(5)   Dès 1998, profitant des énormes problèmes économiques et sociaux de la Russie, les USA sous Clinton renforcent l’axe Turquie – Georgie - Azerbaïdjan, réactivant l’organisation régionale à dominante militaire intitulée GUAM (Georgie - Ukraine- Azerbaïdjan - Moldavie).

(6)   Hoesli, Eric, Op. Cit., p. 606.

(7)   Hoesli, Eric, Op. Cit., p. 607.

(8)   Hoesli, Eric, Op. Cit., p. 608.

(9)   Hoesli, Eric, Op. Cit., p. 609.

(10)  Melman, Yossi, Georgia Violence – A frozen alliance, Haaretz, 10 août 2008. De plus, un accord secret avait été conclu entre Israël et la Georgie pour la concession de deux bases aériennes devant servir aux bombardements de l'Iran par l'aviation israélienne : http://www.washingtontimes.com/news/2008/sep/04/israel-of-the-caucasus/

(11) Dreyfus, François-Georges, Une histoire de la Russie, Editions de Fallois, 2005,  cf.chapitre “Poutine le temps de la reconstruction”, p. 253 :

La crise ukrainienne de l’automne 2004 n’a pas réchauffé les relations Moscou - Washington et a refroidi un  temps les relations avec Berlin. Pour les Russes, et historiquement ils n’ont pas tort, l’idée d’un Etat ukrainien repose sur un mythe, il n’y a jamais eu d’Etat ukrainien dans l’histoire : le particularisme ukrainien ne s’est vraiment développé qu’à l’ouest du Dniepr du temps des occupations austro-allemandes ou de l’autoritarisme tsariste après 1860. Il renaît après 1990, soutenu cette fois-ci par l’Etat polonais, qui veut établir un glacis entre la Russie et la Pologne, avec l’appui des Etats-Unis toujours en tête, pour déstabiliser la Russie. Cette politique contribue vraisemblablement à renforcer l’influence de Poutine sur le peuple russe : aux yeux du Russe moyen, Kiev est une ville russe !”


 

 

 

 

Caricature : de Steven Bell, publiée dans The Guardian le 15 août 2008. Avec Bush portraituré en singe bafouilleur, sautillant aux pieds de L’Ours symbole de la Russie, mélangeant, avec à propos pour une fois, “irrational” et “international” pour qualifier la “Communauté Internationale” …

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Georges Stanechy - dans Russie
commenter cet article

commentaires

Georges Stanechy 05/10/2008 14:11

Chère Aline, BonjourIl est à craindre que l'Empire, entrant dans un cyclone de profonde crise économique, n'en accentue ses dérives guerrières, "boostée" en cela par son économie de guerre (budget de 1000/milliards de dollars par an...) pour trouver une issue de secours. Quand on voit, on entend, les déclarations irrresponsables des candidats US à la présidence, de Sarah Palin à Obama, on ne peut que s'attendre au pire. Le clonage "ziocons" réussi des castes politiques européennes, dont le sarkozysme est l'exemple parfait, élimine toute possibilité de "freinage" efficace face à ces dérapages délirants.L'entropie des systèmes économiques et politiques des sociétés occidentales a atteint la zone du "chaos". La mobilisation citoyenne sera-t-elle assez rapide et puissante pour en sortir ?...Avec mes amitiés

Aline-Mariali 03/10/2008 18:58

Cher Georges, bonsoir, Merci pour ce vigoureux rétablissement de la vérité sur les événements qui se sont déroulés dans le Caucase. Certes, c’est bien la Georgie qui a pris imprudemment l’initiative du déclenchement des hostilités et commis des crimes de guerre, comme l’ont établi des sénateurs belges indépendants. Mais l’Empire est le véritable responsable . L’Empire anathématise et diabolise tous les Etats qui résistent ou s’opposent à son emprise et aux décisions qu’il prend dans son propre intérêt, en faisant fi des lois internationales. On se souvient du French-bashing après le refus de la France de se soumettre à leur décision d’attaquer l’Irak. Depuis lors, nous avons eu – dans le désordre - le China-bashing destiné à pourrir leurs jeux olympiques, le Venezuela-bashing, puis l’Iran-bashing, qui se poursuit, pour de multiples raisons parmi lesquelles la mythique et inexistante bombe nucléaire est la moins importante, et maintenant voici le Russia-bashing destiné à rameuter autour du coq prétentieux la couvée de poussins européens qui manifestent néanmoins, il faut le reconnaître, un embryon d’indépendance parce qu’ils découvrent que leurs intérêts ne coïncident pas forcément avec ceux de l’Empire. Si Mme Rice en est réduite à publier en pages intérieures, du Monde , comme une banale contribution d’un vulgaire Finkielkraut, Glucksmann , ou BHL, un texte dans lequel elle en appelle pathétiquement et à cor et à cri à « l’unité transatlantique» - dont tout le monde sait maintenant ce qu’elle signifie - c’est que l’Empire est en mauvaise situation en Europe. Car au même moment , les ministres les plus importants du gouvernement Merkel – MM. Steinbruck et Steinmeyer – ont accompagné la Chancelière proatlantiste en Russie – et l’ont visiblement encadrée si bien que dans le communiqué final, les parties se félicitent de ce que la crise n’ait que très peu influencé les négociations germano-russes. La France sera bien obligée de suivre . Car on se frotte les yeux de voir Mme Rice bavardouiller sans complexe sur la nécessité pour tout « Etat civilisé » de « respecter la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale des Etats» . Elle  parlait de la Russie , alors que ce texte s'applique beaucoup plus à son propre gouvernement. On se pince devant tant de mauvaise fois en pensant à leur invasion barbare de l’Irak et de l’Afghanistan et de toutes celles qui ont précédé ailleurs. Mais la la bonne conscience des Etats-Uniens est sans limite. Mme Palin n'évoquait-elle pas hier la possibilité d'une guerre avec la Russie?  Le même genre d’argument a d’ailleurs été repris presque à l’identique par les deux candidats à l’investiture. C’est ainsi que fonctionne un Empire : il se croit au-dessus des lois . Et pendant ce temps, le Pentagone vient d’annoncer la naissance, le 1er octobre du Commandement Africa (Africom), dont la responsabilité embrasse quasiment tout le continent , sauf l’Egypte, avec à sa tête un général noir, comme il se doit, Le général William « Kip » Ward. C’est ainsi qu’ils veulent contrôler toute la production du pétrole en Afrique. Comme le disait tranquillement Obama lors de son débat avec MacCain : « Nous consommons 25% de la production mondiale de pétrole et nous avons notre propre stratégie énergétique ». Et voilà pourquoi votre fille n’est pas muette et que l’Empire qualifie l’Iran , le Venezuela ou la Russie « d’Etats voyous » et cherche à enrôler les Européens dans SA guerre mondiale contre tous les Etats qui s’opposent à sa stratégie. Amitiés à vous et à Chahid et merci pour vos textes,

Georges Stanechy 29/09/2008 23:50

Bonsoir ChahidMerci d'avoir signalé les difficultés d'affichage avec Explorer. Je ne navigue qu'avec Firefox et je ne m'étais pas rendu compte du problème. Conclusion : pour éviter tout problème de lecture, il vaut mieux utiliser Firefox, moins sujet aux bugs qu'Explorer.Amitiés

Chahid 29/09/2008 23:15

Cher Georgesil y a apparemment un problème avec le navigateur Internet Explorer qui n'affiche plus le module "ajouter commentaire" pour les deux parties de cet article.Pire encore, pour la première partie, il affiche à la place les 21 commentaires du post sur l'Afghanistan...Des bugs sur les deux parties je crois.Par contre, le navigateur FireFox (et peut être Google Chrome) affiche la page correctement.je ne sais pas si les autres lecteurs ont le même problème?Amitiés.

Chahid 29/09/2008 22:57

Bonsoir Georgesje reposte donc le même commentaire, puisque je garde toujours une copie au cas où!il est étonnant de découvrir l'absurdité et la stupidité avec lesquelles les américains et leurs vassaux font avancer leurs pions. Les Saakachvili & Co.Une incroyable ignorance de la réalité des choses sur le terrain.Quand on voit qui anime désormais leurs fameux "think tank", à l'image du fasciste et mesquin José Aznar, on comprend pourquoi ils sont en train d'essuyer défaite après défaite, humiliation après humiliation.L'attaque contre la Russie a sûrement été préparée et ordonnée par les apprentis va-t-en-guerre de Curtis LeMay, aujourd'hui devenus tous de hauts responsables militaires.LeMay adepte de la solution apocalyptique, est parti avant de voir son pays carboniser le "diable soviétique" comme il ne cessait de demander...Les néo-LeMay ont toujours cette rage d'en découdre avec les russes... mais il semble que la génération Poutine a les bonnes réponses et solutions.Et tant mieux!Amitiés

Georges Stanechy 29/09/2008 11:06





 
Bonjour Truth !
 
Merci de ton commentaire et de ton soutien.
 
Je reprends rapidement trois points :
 
1. J’ai évoqué les DVD-films, jeux- vidéo et conventions islamophobes dans un commentaire récent (n°36) sur le dernier article du blog de mon ami Chahid (http://chahids.over-blog.com/article-22818056-6.html#anchorComment). Un des très rares blog où j’interviens, par manque de temps.
 
2. La lutte contre la désinformation passe naturellement par celui d’un combat inévitable contre ceux qui refusent le débat, ou veulent discréditer, voire bloquer l’information. Il faut le prendre avec sérénité. La liberté d’expression passe d’abord par la liberté de s’informer et d’échanger sur des faits, vérifiés, recoupés provenant de sources diversifiées.
 
Tu remarqueras que beaucoup de sites, dits “alters”, sont largement infiltrés, noyautés par des éléments qui veulent bloquer cette diversité d’information et d’échanges, surtout dès qu’on touche des sujets au cœur des campagnes de propagande en cours : diabolisation de l’Islam, Palestine, Irak ou encore Russie, Chine, Venezuela… Il ne faut pas s’en étonner. Ils pratiquent un “buzz” sur le plan de la politique intérieure (les problèmes de fond ne sont jamais abordés) et c’est le blocage dès qu’on souhaite traiter, en dehors des axes de propagande admis, les problèmes de politique étrangère.
 
3. Pour le moment je reste discret sur l’Afrique, surtout francophone. J’y ai des amis, de la famille, une partie de ma vie. J’y ai travaillé et j’y travaille. J’y ai beaucoup d’affection et de colère. Colère pour les ravages que l’Occident, et mon pays, la France y ont fait et y font. Je pense sortir un livre. Vieux projet, en panne par manque de temps. Mais, je vais y venir.
 
Tu évoques le Kivu et un des pays qui m’est le plus cher : le Congo, l’ex-Zaïre. J’y ai effectué des séjours professionnels, à Kinshasa et à Lubumbashi (les mines de cuivre). Voir ce pays colossalement riche de ses ressources pillé à ce point, m’a rendu “malade”… J’y ai rencontré des gens extraordinaires. Si ce pays était laissé en paix, il aurait un niveau de vie pour chacun de ses habitants supérieur à celui de la Suède… Mais, on anesthésie l’opinion publique en disant que l’Afrique était “pauvre”…
 
J’en parlerai un jour. Merci pour m’y encourager.
 
 
Bien amicalement
 
 

Georges Stanechy 29/09/2008 11:02

Cher Chahid, BonjourLe texte de tes commentaires n'apparaît pas.J'ai rencontré le même problème avec overblog pour la rédaction des commentaires. Si on veut copier un texte à partir de Word, il ne s'imprime pas lors de sa publication, bien qu'il soit visible au moment de la rédaction... Ce qui oblige, en fait, à rédiger directement sur la fenêtre des commentaires.Visiblement overblog éprouve beaucoup de difficulté dans la maîtrse de l'interface avec les traitements de texte (police de caractères qui ne correspondent pas, sauts de paragraphe différents de ce qui est souhaité, etc.)...Patientons, nous ne sommes que dans la préhistoire du Net !Amitiés

truth 8888 29/09/2008 08:16

Merci Georghes !Autant  pour l'article, dont on mesure le l'honneteté et le travail,  que  pour la réponse au commentaire qui, comme tout commentaire réac,  joue à brouiller les pistes, parler d'autre  chose, chercher à remplacer la discussion sur l'agression guerrière et ses crimes  par des considérations sur le boycott - comme s'il s'agissait de la même chose . Avec bien sur,  une fois la confusion établie,  un relativisme total et la condamnation simultané du faible qui se défend et du fort qui massacre avec les armes de destructions massives qui ne font pas de quartier quand à leurs ravages . Le genre d'arguments et de dialectique que les militants antineocon- sionistes connaissent bien et qui visent à dispenser,  décourager tout mouvement de solidarité avec la Palestine, l'Irak, l'Afghanistan, l'Iran ...  non seulement décourager mais à faire avaler la propagande visant à massacrer les peuples rétifs au New World Order - Musulmans , Chinois , Russes , Latino  . As-tu entendu parler à ce sujet de la distribution aux USA  de 28 000 000 de DVD gratuits ( je ne plaisante pas 28 Millions de DVD gratuits... ça en fait du fric ! )  produits, évidemment par le directeur d'un site sioniste web connu nommé Honest Reporting et intitulé" Obsession" , DVD qui n'a d'autre objet que de présenter tous les musulmans comme des nazis . Là la racaille neocon sioniste ne brouille pas les pistes elle y va franco : "ce sont des nazis ... vous voyez ce qu'il vous reste à faire".Tout ça pour dire que je n'ai aucune foi dans ceux qui babelisent tout et dont la raison d'être sur les sites n'est là que pour brouiller les faits, établir la confusion des langues et décourager les mouvements de solidarité envers nos frères les plus faibles et les plus massacrés  tout en  dédouanant  les maitres impérialistes du temps présent . Ton commentateur me rappelle un Tartuffe que je connais bien, qui sévit sur les indymedia francophones et qui ne semble avoir d'autres raisons d'être que d'instaurer ce type de confusion entre le juste et l'injuste , la victime et l'agresseur, etc...  là où lui -même n'est pas du tout confus puisque tous ses arguments lui sont dictés par le fameux PNAC (Project for the New American Century) , ce programme neocon sioniste de domination mondiale de la planète, base actuelle de la politique étrangère des USA ( Voir wikipedia : PNAC ou Projet pour le Nouveau Siècle Americain ) et véritable Mein Kampf pour les jours d'aujourd'hui . ( "C'est le nouveau Mein Kampf "- nous dit du PNAC  Hélène Caldicott grande militant antinucléaire- "avec cette seule différence que Hitler n'avait pas la bombe atomique" ) .Pour conclure Georges je te dis "Merci , encore! Quand je te lis je m'entends ... en mieux  " J'ai encore  une demande encore à formuler en forme de suggestion  ... Quand nous feras-tu un article aussi clair, informé, dense, consistant sur le Kivu , le Congo, Kagame , le FPR ?... Ne m'en veux pas de te solliciter mais ce n'est que parce que, dans ce domaine d'information et d'analyse, je t'ai toujours trouvé plus fiable que moi-même et que ta prose et ton style sont ceux  que j'aurais voulu avoir étant ce qui fait  passer plus efficacemen le message qu'il s'agit de délivrer . Et où le tiens concorde avec le mien .Sauf parfois en ce qui concerne "Le Catholique " . Je t'en parlerai plus précisément un jour ...Des rumeurs nous apprennent qu'au Kivu -Congo se déroulent  des atrocités sans nom qui ont fait ces  dernières années  6 Millions de morts ... un génocide quoi! Aucun de nos medias couchées n'en parle jamais.  Big Brother a bien  occulté ces massacres , leur tenants , leur visées , leurs agents  dont on peut supposer qu'ils sont de l'Empire ... ce ne sont que ceux -ci que le BIg Brother occidental occulte ...  .A part le lumineux John Le Carré, dans son avant dernier livre "Le chant de la Mission", nul n'en parle .Que font  les ames sensibles, avant garde des soit-disant révolutions droitdel'hommistes fruits, fleurs, couleurs,  concoctées dans la NED made in CIA, pour nous mobilser contre ce génocide  sans équivalent à l'heure actuelle ?  Si ton article m'amène à parler du Congo c'est bien parce que c'est sous la houlette des mêms que s'opèrent le massacre des Ossètes par marionnettes neocon sionistes et ceux au Congo sous la férule de Kagame .

Chahid 29/09/2008 07:58

Chahid 29/09/2008 07:55

Georges Stanechy 28/09/2008 20:21

@ NatHypocrisie ?...Ne jouons pas sur les mots, ne déformons pas le contexte...A ma connaissance, (je parle sous votre contrôle), la Chine n'a jamais profité de l'ouverture des Jeux Olympiques dans un pays tiers, pour lancer une attaque-surprise, ou déclencher une guerre, à l'encontre d'un autre pays. Que ce soit à ses frontières ou à des milliers de kilomètres de ses propres frontières...

Nat 28/09/2008 16:43

> “Ils ne respectent rien … ”.
> Référence au principe de la trêve
Dès 1956 la Chine boycotta les JO car "Formose" (Taïwan, son ennemi politique) y participait.
Elle réédita cet exploit en 1976 (Taïwan en fit autant, pour le motif réciproque).
En 1980 (jeux de Moscou) elle boycotta les JO, sur proposition des USA, afin de protester contre l'invasion de l'Afghanistan par l'URSS!
À chacun sa vérité et à chacun son boycott, en somme... Contradictions, hypocrisies..
Ils ne respectent rien... :-)