Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

21 décembre 2008 7 21 /12 /décembre /2008 19:41



Les gens ne sont pas sympas… Vraiment.

 

J’éprouvais le plus grand mal à calmer amis et correspondants. Furieux par cette histoire de bombe dans un grand magasin de Paris, ces jours derniers. S’insurgeant devant cette “ Alerte à Malibu ” infligée à la population, pendant la crise, à la veille des fêtes familiales, en plein mois de décembre.

 

Comme si on n’avait pas d’autres chats à fouetter. Des SDF qui crèvent de froid, des gens obligés de camper dans la rue pour faire entendre leur détresse. Alors que, peu de temps auparavant, des milliards ont été débloqués à toute vitesse pour conforter des banquiers véreux. Avec une mise en scène et un scénario encore plus nuls que dans cette série TV. Me disaient-ils.

 

Je le concède.

 

Entre un scénario nul sur une plage californienne, et nul dans la froide grisaille parisienne, il y a un univers. Au moins, à Malibu, on rêve de soleil, courir ou bronzer sur la plage, en compagnie de Pamela Anderson pour les garçons, ou de David Hasselhoff pour les filles…

 

Fumisterie… Ces enfoirés nous prennent pour des buses… Bloquer tout le centre d’une ville pour un cirque”... Et, j’en oublie de plus crus. Parmi les commentaires…

 

 

 

 

Pétard mouillé

 

 

Il ne faut pas exagérer…

 

Comment amener mes interlocuteurs à positiver, à dédramatiser l’évènement ?… Pour ma part, je trouve que ce fut une splendide réussite. Il ne manquait pas un coup de fer à repasser, pour cette revue de fin d’année. Si on considère cette fanfare médiatico-tsoin-tsoin comme un exercice d’alerte. Il est vrai que le scénario était un peu léger. Je l’admets. De quoi agacer, ou énerver, les plus patients…

 

Des bâtons de dynamite “relativement anciens”, posés à l’intérieur d’une chasse d’eau de WC, au 3° étage d’un grand magasin parisien. Par un groupe terroriste “inconnu”, prenant soin de prévenir la police, avec indication de l’emplacement précis où avaient été entreposés les explosifs. Qui, bien entendu, n’étaient équipés d’aucun système de mise à feu.

 

Cela sent le “stage commando”, où pour passer votre brevet d’artificier vous devez dissimuler des mines, pièges et autre engins explosifs dans les endroits les plus  improbables. Une autre équipe étant chargée de les trouver. Jeu de cache-cache avec explosifs inertes évidemment, car sans dispositif de mise à feu. Dépourvus de détonateurs, c’est aussi dangereux que de transporter un  paquet de lessive.

 

Jusqu’au communiqué de ce mystérieux groupe révolutionnaire afghan. Ecrit au normographe, nous précise-t-on… Comme à la maternelle. Forcément, un afghan, sauvage par définition s’il n’a pas fait ses études au Lycée français de Kaboul, ne connaît pas l’usage de l’ordinateur ni de l’imprimante. Alors, il utilise un normographe…

 

Normographe… J’aime beaucoup ce côté artisanal et désuet dans le scénario. Très Sherlock Holmes, ou Agatha Christie. On s’attend à voir surgir Hercule Poirot, la moustache gominée, décryptant à la loupe une lettre anonyme… Cela donne un aspect patiné à l’histoire. Sentant la cire d’abeille, sur des meubles briqués chaque veille de week-end. Senteur indispensable à la saveur d’un bon thé chaud…

 

Contrairement à mes amis, qui n’arrêtent pas de pester, je pense que la date était parfaitement ciblée. Un exercice, ou des grandes manoeuvres d’évacuation grandeur nature, sont une nécessité pour entraîner les services de protection civile et de police. Il fallait suffisamment de monde. Ni trop, ni pas assez.

 

A l’approche de Noël, c’était une excellente idée ! Pas le 24 décembre, la veille de Noël, il y aurait eu trop de clients dans l’établissement, et cela aurait fait désordre. Puis, il ne fallait pas perturber le jour où le magasin réalise son plus grand taux d’affluence et son plus gros chiffre d’affaires de l’année.

 

En Grande-Bretagne, ils réalisent ces opérations d’alerte, chaque année au départ des vacances d’été. Quand les aéroports sont bourrés. Eux, ils se spécialisent dans les aéroports. Jusqu’à des colonnes de blindés qui stationnent devant ! C’est l’avantage des grands parkings.

 

A l’aéroport international d’Heathrow, on se croirait à Beyrouth pendant la guerre civile. Et, on ne perturbe pas la City, le centre des affaires. Business first ! Quant à prendre l’avion à l’heure, pas de problèmes, tous les Big Bosses prennent des jets privés (1) dans un autre aéroport.

 

Une fois, ils avaient fait le coup au cœur de Londres, en plein Piccadilly Circus. Mais les grands patrons de la City n’avaient pas apprécié. D’être dérangé dans leurs liberté de circuler, leurs meetings et leurs déjeuners d’affaires. Figurez-vous que des “terroristes” avaient réussi à stationner une vieille Mercedes déglinguée, soi-disant bourrée d’explosifs, visible comme une mouche sur de la chantilly, à cet endroit !

 

Vous le connaissez sûrement. Il y a des caméras tous les deux mètres et un flic derrière chaque corbeille à papier. Pas moyen de rester, même pour un taxi, plus de 30 secondes sur cette place en plein cœur de la capitale. Mes amis anglais en rient encore. Quand les British se lancent dans des farces, ils ne font pas dans la dentelle !...

 

Chez nous, on a innové : le grand magasin. Belle initiative ! Sérieusement menée, en plus.

 

Dans ce remake d’Alerte à Malibu, même la mythique Pamela Anderson Michèle Alliot-Marie, était présente sur les lieux. Notre Ministre de l’Intérieur. L’air martial, à son habitude, drapée dans la gravité. Hiératique, en croqueuse déterminée “d’ultragauchistes” éleveurs de moutons dans le Massif Central.

 

Elle m’est apparue majestueuse, dans son calme olympien et la fulgurance de ses synthèses. Dressée sur les remparts de notre République, à l’exemple d’Athéna sur l’Acropole. Athéna, sans son bouclier, mais avec son écharpe en étendard de chevalier sans peur et sans reproche. Ah !... Rien qu’à la regarder, je me suis senti rassuré. Le Chevalier Blanc était là, veillant sur la quiétude de mon sommeil.

 

A l’instant “T”, tout était prêt. A commencer par les trompettes de la propagande. Les inévitables JT, “déprogrammés spécialement” pour ne nous parler que de ça… Les animateurs de JT, l’air tendu, pénétré, concentré, avec suffisamment de tonalité angoissante dans le phrasé pour nous persuader qu’ils délivraient des informations cruciales pour l’avenir de l’espèce humaine. Des Pros !... Par respect, j’en ôte ma casquette de rappeur.

 

Si, si : il convient de saluer le talent.

 

N’arrêtant pas de répéter soixante dix fois à la minute, qu’ils “donnaient tout de suite la parole à…”, ou qu’ils “ne manqueraient pas « s’il y avait du nouveau » de donner tout de suite la parole à …”.

 

A qui ?...

 

Aux “reporters” envoyés, “sur le terrain”, se prenant pour des reporters de guerre au Vietnam. Dans leurs véhicules et scooters high tech, pour collecter “l’info”, assurer “le direct”. Du moins, “le brassage de vent” débité “en direct”… Ils ventilent du vide, alors on les appelle les “ventilateurs”.  

 

Mais, ils sont rafraîchissants. Nous donnant l’impression d’être à la source de l’information. Quoi de plus rafraîchissant que de boire l’eau d’une source ?... J’aime bien cette sensation.

 

 

 

Titeuf  “expert en terrorisme”

 

 

Sans oublier, sortis de leur étagère, indispensables à la dramaturgie : les “experts” !... En terrorisme, islamisme, djihadisme, islamo-fascisme, talibanisme, turbanisme… Je ne comprends toujours pas le déplaisir de mes amis devant, ce qu'ils appellent, “ce trombinoscope”.

 

Que voulez-vous : les gens ne sont pas sympas…

 

Moi, j’adore cette galerie. Tous ces “experts” en “isme”.

 

En rang d’oignon. Ils étaient tous là. Plateaux TV, radios. Judicieusement répartis, suivant un planning parfait : rotation par créneaux horaires, par chaîne de TV et de radio. Sans se marcher sur les pieds, un chorégraphe n’aurait pas mieux imaginé. Impeccable. Présents à l’appel.

 

Tous, sauf un que ne n’ai pas revu. Celui qui se dit spécialiste en “Hyperterrorisme”. J’en étais déçu. Il devait être en conférence à l’ONU ou en réunion avec Obama. J’aimais beaucoup ses prestations. C’était mon préféré. A chacun de ses commentaires, j’étais plié en deux de rire. Il me faisait penser un peu à Coluche en cravate. L’intelligence en moins. Heureusement, les autres étaient là !

 

“Le vétéran”, en premier lieu. Passant pour le grand spécialiste du monde arabe, du Moyen Orient, de l’Islam et du taboulé. Il a tout fait. Bardé des médailles de ses multiples campagnes, parmi les plus célèbres : invasion et destruction de l’Irak, hystérie collective sur l'interdiction du voile, traitement au lance-flammes de Tariq Ramadan, bombardement du Liban, diabolisation de l'Iran.

 

Bref, cabossé en vieux grognard par ses efforts perpétuels dans le catapultage des bobards de destruction massive, sous guidage des “ziocons”. Dans les “cercles bien informés”, par une facétieuse analogie avec le Seigneur des Anneaux, il est surnommé le “Peigneur des Chameaux”. Car, il maîtrise l’art délicat de peigner toujours dans le bon sens, suivant où il se trouve. Le sens du vent.

 

En tournée de conférences au Maghreb, il proposera à son auditoire quelques "néocons" à déguster en brochette. Fustigeant l’irresponsabilité de “l’idéologie néoconservatrice”. En France, il alimentera, dans ses apparitions médiatiques récurrentes, la phobie collective ou la chasse implacable à l’improbable et introuvable "djihadiste".

 

Cet homme invisible, dont il nous affirme, dans “son dernier livre” car il a toujours un “dernier livre” à proposer, ou dans l’émission TV “Tête en l’Air”, qu’il est caché dans l’ombre, le couteau entre les dents, prêt à égorger le bourgeois. Peaufinant l’increvable antiquité de “la cinquième colonne”, “l’ennemi intérieur”, ce délicieux cassoulet qu’on ne cesse de servir et resservir dans tout bon régime policier, soft ou hard, qui se respecte.

 

 

 


 

                 

Dernière innovation, dans cette cour de récréation à la Titeuf (2), “une génération nouvelle” !... Celui ou celle dont on nous dit, l’air entendu, roulant des yeux complices, qu’il s’agit d’un “ancien espion”… Pour renforcer leur autorité “d’expert”, on insiste en ne cessant de nous rappeler qu’ils ont ouvert leur boutique “d’expertise en terrorisme” !... C’est dire le niveau de qualité du sérieux, quand l’oracle va parler.

 

Je ne me souviens plus très bien du nom de leurs officines. Devant la vacuité de l’analyse, le brouillard de la vision sur le terrorisme et la géopolitique, je me dis que leur expérience antérieure a dû se limiter à l’espionnage de la culture du haricot rouge en Espagne. Toutefois, entendre mouliner des fadaises avec application donne ce ronronnement agréable que j’aime bien, pour atteindre l’état de lévitation nécessaire au repos de mes neurones.

 

Evidemment tout cela n’est pas fiable, mais ce que ne comprennent pas mes amis, c’est que cela n’en est pas moins indispensable. Tous ces “experts” ont un rôle essentiel à jouer dans le “buzz”, ce bruit qui se prend pour de l’information, mais qui n’est que de la désinformation. S’ils n’étaient pas là, la propagande manquerait de crédibilité, n’ayant pas cet habillage “d’objectivité scientifique”...

 

Imaginez si ces “experts” exerçaient la logique enfantine d’un Titeuf, où irait-on ?...

 

Un exemple.

 

Avec des regards mystérieux, tous ces “experts” en renseignement, espionnage, terrorisme et culture du haricot rouge, nous affirment à chaque occasion, en France et dans d’autres pays européens (3), que ce sont des dizaines de tentatives d’attentats et de réseaux neutralisés, “déjoués”, chaque année, “grâce à l’efficacité” des services spécialisés. Sauf, en Corse, où visiblement nos “efficaces” services spéciaux ne peuvent rien contre les explosions à répétition, incapables de trouver la moindre cache d’armes…

 

Titeuf, lui, contrairement aux “experts”, formulerait quatre remarques citoyennes. Aussi simples que fondamentales :

 

i)  Ces réseaux démantelés, ces terroristes arrêtés, où sont-ils ?... Même si le mode opératoire de leur repérage et neutralisation reste confidentiel, il n’en demeure pas moins que dans une Démocratie, dans un Etat de Droit, ils doivent être jugés publiquement. Permettant que Justice soit rendue dans le respect des Droits de l’Homme, si souvent opposé aux “Autres” mais jamais pratiqué chez soi, ainsi qu’aux citoyens d’être pleinement informés.

 

ii)  S’ils ne sont pas jugés publiquement, sous un prétexte de Raison d’Etat ou de Secret Défense, c’est la preuve que nous ne sommes plus dans un Etat de Droit, mais dans un régime policier pratiquant un “autoritarisme” ou autocratisme non avoué, pour ne pas employer le mot “fascisme” trop galvaudé.

A partir du moment où il y aurait une justice secrète, des tribunaux d’exception, envoyant des hommes ou femmes, sous quelque prétexte que ce soit, dans des oubliettes, des cages en fer, des salles de torture, des exécutions, nous vivrions au pire temps de la féodalité.

 

iii)  Dans l’éventualité où les hypothèses i) et ii) ne seraient pas fondées, il ne s’agirait, ni plus ni moins, que d’une intoxication de l’opinion publique, sous forme de désinformation et de propagande.

 

iv) Qu’on le veuille ou non, une organisation de lutte indépendantiste, “terroriste” ou pas, possède un minimum d’intelligence collective. Elle sait très bien, qu’en dehors des formes de combat sur le sol de son pays, elle n’a aucun intérêt à dresser une opinion publique internationale contre la cause qu’elle défend. La diabolisation serait immédiate.

Sans préjuger de la justesse de leur cause, les organisations indépendantistes, basque espagnole, l’ETA, Corse ou Irlandaise, par exemple, sont rigoureuses sur ce plan : jamais d’attentat contre des intérêts d’autres pays voisins. Comment croire qu’une organisation de lutte, “terroriste” ou pas, cherche le rejet de sa propre cause par une opinion publique ?...

 

 

Mais, nos “experts” ne soulèveront jamais ces remarques. Depuis longtemps, ils ont dépassé le niveau du quotient intellectuel de Titeuf, navigant dans la stratosphère de la haute expertise… Ils n’en sont que plus admirables dans l’exercice de leur métier, tel qu’il est souhaité par leurs commanditaires, employeurs et sponsors : distiller la peur.

 

 

                                                                                                     

Coucou fais-moi peur !

 

 

Là encore, je ne comprends pas l’attitude de mes amis. Soutenir que dans une “démocratie” il est inadmissible de voir des gouvernants se livrer au jeu du “Coucou fais-moi peur !”, avec l’opinion publique, est ne rien comprendre aux ressorts du pouvoir dans nos sociétés.

 

C’est vivre dans la “terrocratie”, s’est lamenté l’un d’eux. Mais, oui !... Où est le problème ?... Prétendre le contraire, c’est manquer tout simplement de logique et de réalisme.

 

Nos sociétés sont gouvernées par une minorité qui s’arroge l’essentiel des richesses du pays, qu’elle administre comme une copropriété privée. Toutes les statistiques économiques, mêmes les plus trafiquées, le prouvent. Avec quelques miettes pour ses seconds couteaux. Les politiciens de service faisant office de gardiens et personnel d’entretien.

 

Sous l’habillage d’un multipartisme bidon, les partis au pouvoir, grâce à des lois électorales et des découpages électoraux taillés sur mesure, donnant la majorité en alternance à deux partis complices, pratiquant la même politique. Ce qui revient, en fait, à maintenir un régime de parti unique. Les autres, marginalisés avec les voix qu’ils représentent, n’arrivant jamais à gouverner. L’essentiel étant de donner l’illusion d’un “débat démocratique”.

 

La réalité est là, incontournable : des riches gouvernant, derrière un écran de politiciens professionnels, pour permettre aux riches de s’enrichir davantage. “Une ploutocratie au pouvoir !...”, clament les théoriciens en régimes politiques. Oui, et alors ?... “Ils ne respectent même plus le suffrage universel, le vote par référendum, c’est du fascisme BCBG !…” vont jusqu’à affirmer certains. Là, je ne suis plus d’accord.

 

Ils exagèrent. Les gens ne sont pas sympas…

 

Il faut comprendre : comment obliger la majorité de la population d’accepter un état permanent d’injustice sociale et économique ?... Comment obliger une majorité à accepter, en ce 21° siècle, des aventures coloniales et guerrières imposées par une minorité, alors que “les caisses sont vides”, en pleine crise économique ?...

 

Sans révolte, sans soulèvement.

 

Une ploutocratie se doit de préserver ses intérêts. Tout cela n’est que normal. Quoi de plus naturel qu’une minorité, détournant à son usage exclusif les richesses de la collectivité, mette en œuvre tous les procédés possibles pour que la volonté, les décisions et les revendications de la majorité ne soient pas prises en  compte et ne parviennent pas à s’imposer ?...

 

Par la violence ?... Non. La violence brutale ne peut s’exercer que dans des systèmes coloniaux, comme en Algérie ou en Kanaky. Même là, à long terme, mener des populations à coups de fouet, de répressions permanentes ou de massacres, cela s’use. Contre sa propre population, c’est difficilement tenable. Et puis, la violence seule, à l’état brut, ce n’est pas très bon pour le Business.

 

A part la coercition, il y a un autre moyen, plus subtil : l’anesthésie. L’anesthésie par la peur. La peur de l’ennemi intérieur, extérieur. De l’Autre, l’étranger, le terroriste. Ayez peur, taisez-vous et on s’occupe du reste… Voilà le système idéal.

 

J’en conviens, Le problème de la manipulation, de l’entretien de la peur, c’est qu’on ne sait jamais jusqu’où cela peut aller. Il est nécessaire de nourrir la bête en permanence. C’est un peu comme une drogue, une addiction, pour maintenir le même niveau de crédibilité on est contraint d'augmenter progressivement les doses.

 

D’un côté, il convient d’accentuer la régression des libertés publiques. Depuis le non respect des décisions du vote populaire, notamment des référendums, la limitation de la liberté d’expression par le développement du délit d’opinion, la régression du droit de la défense, la légalisation de la torture, la banalisation de l’assassinat politique… C’est la peau de chagrin de l’espace des libertés.

 

D’un autre côté, écraser les libertés publiques exige une recherche accrue, une course incessante à la crédibilité. La désinformation et la propagande, précèdent le passage à l’acte. On tombe dans la barbouzerie, avec la prolifération de services spéciaux aux moyens illimités et à l’impunité assurée. Système échappant, en fin de compte, à tout contrôle de la collectivité. Devenant un Etat dans l’Etat.

 

Evolution normale. Pour rendre crédible la peur, “le pouvoir” organise lui-même des attentats. Tant que cela reste l’imité dans l’impact, on en reste au stade de l’anecdote. Nous avons en mémoire quelques dérapages. Bavures inévitables…

 

Tout le monde se souvient encore de l’action rocambolesque des gendarmes, censés assurer l’ordre et la paix civile, se transformant la nuit en faux terroristes, commettant eux-mêmes des attentats, lors de l’affaire dite de “l’incendie des paillotes” en Corse.

 

Sans oublier les histoires que le cinéaste le plus délirant n’aurait jamais imaginées des “réseaux barbouzes”, chargés par le Ministère de l’Intérieur français, du montage d’attentats à l’explosif pendant la guerre d’indépendance de l’Algérie, avec prisons privées dans des villas, enlèvements, tortures et exécutions.

 

Même le gouvernement socialiste n’a pas échappé à ces comportements. Sous Mitterrand, l’Etat français a envoyé des agents secrets jusqu’en Nouvelle-Zélande, dans l’hémisphère sud, à des milliers de kilomètres, pour couler un bateau de Greenpeace, qui s’opposait aux essais nucléaires dans le Pacifique.

 

Il y eut aussi l’affaire des faux terroristes Irlandais de Vincennes, arrêtés avec fracas médiatique, par des gendarmes qui avaient déposé des armes et autres engins de guerre pour rendre plus crédible l’opération. Ces gendarmes faisaient partie d’une cellule antiterroriste, spécialisée dans les écoutes illégales, qui relevait directement du Président Mitterrand.

 

C’est vrai. Je le reconnais, il s’agit d’un jeu dangereux. Mais, inévitable pour qui veut appliquer, sous un camouflage légal, la loi du plus fort dans un Etat. Entretenir la peur a un prix.

 

Par contre, là où je ne suis pas d’accord, c’est ce que craigne mes amis. Leur alarmisme ! En référence à un véritable attentat commis par l’extrême-droite allemande au pouvoir qui avait mis le feu au parlement allemand, le Reichstag, accusant les communistes. Pour se débarrasser de cette opposition bien organisée.

 

Autorisant ainsi l’arrestation de 4000 cadres et militants du parti, pour les envoyer dans le premier camp de concentration créé à cet effet. C’était le 27 février 1933. Ce qui n’était pas pour déplaire aux oligarchies capitalistes européennes de l’époque (4) …

 

C’est ainsi que la nation allemande, communauté de haute civilisation, par ses philosophes, musiciens, écrivains, poètes, gouvernée par une “droite décomplexée”, s’est retrouvée, un beau matin, prise en otage par une “dictature décomplexée”.

 

Là, je dis non. En arriver à échafauder des parallèles avec l’Incendie du Reichstag !... D’une bombinette on saute au Reichstag. N’importe quoi !...

 

D’abord, nous ne sommes pas au 20° siècle, mais au 21° siècle.

 

La ploutocratie allemande de l’époque, dont l’immense richesse financière était fondée sur l’acier et la chimie, refusant de redistribuer équitablement le revenu national, a précipité la paupérisation de la population pour la conditionner, l’endoctriner, la transformer en chair à canon, afin de bâtir un Empire de 1000 ans.

 

Dans le rêve mégalomaniaque d’établir des fortunes dynastiques et familiales sans limites, immortelles. Nos “démocraties” actuelles ne partagent pas cette philosophie. L’esprit de solidarité y est permanent.

 

Ensuite, nous ne sommes pas gouvernés par des fous furieux, racistes et bellicistes !... Douter de la sagesse infinie, de la rectitude morale, de nos gouvernants dans nos “démocraties”, en dramatisant à cet extrême ! Comment oser ?...

 

Aimer à ce point se faire peur. Les gens ne sont pas sympas…

 

Vraiment.

 

 

 

 

 

 

(1)  L’aéroport de Luton, au nord de Londres, abrite, concentre, une des plus somptueuses flottes de jets et d’hélicoptères privés du monde. Avec ses équipages, centres de maintenance, et sociétés de gestion.

(2)  Titeuf : héros d’une de mes BD préférées, www.titeuf.fr.

(3)  Argument récurrent, par exemple, dans les médias officiels en Grande-Bretagne.

(4)  Pour ceux qui voudraient s'informer sur l'interaction entre milieux d'affaires et "droite décomplexée", lire le magistral travail de recherche d'Annie Lacroix-Riz : Le Choix de la défaite : les élites françaises dans les années 30, Editions Armand-Colin, 2006, 671 p.

 

 

Photo : Enfants chinois sachant mettre à feu des pétards… Photo prise lors du  nouvel an chinois, à Lijiang dans la province du Yunnan. http://www.galileo-web.com/

 

Illustration : Titeuf, www.titeuf.fr.







Partager cet article

Repost 0
Published by Georges Stanechy - dans Politique et Destin Collectif
commenter cet article

commentaires

Georges Stanechy 23/12/2008 23:05

Bonsoir RitaMerci pour ton gentil commentaire ! Pour le moment, disons que je me limite à lutter contre la désinformation et la propagande. Dans un rayon limité, qui est celui de mon vécu et de mon expérience. Ajoutant seulement ma petite pierre à l'édifice construit, même si c'est au rythme des fourmis, par "les hommes de bonne volonté"...Je te souhaite de bonnes fêtes et beaucoup de bonnes choses pour la prochaine année. A toi et à tes proches.Amitiés

ritapitton 23/12/2008 22:55

Bonsoir Georges ,Avant de partir pour les fêtes de fin d'année je tiens à te dire que j'ai dégusté ton article et comme dit Truth = (vérité ) tu es comme Saint Georges qui combat le Dragon .Je te souhaite un JOYEUX NOËL et une bonne année 2009 ! Que le Très Haut te garde la santé de l'esprit et du corps pour que tu puisses continuer à combattre le MAL en ce monde avec tenacité !C'est le SENS de ta vie je le sais .Amitiés . Rita

Georges Stanechy 23/12/2008 10:47

Cher Chahid, BonjourNous sommes dans une spirale descendante, préoccupante, de nos libertés publiques. On le voit dans la négation du plus grand exercice démocratique d'une nation : le référendum. Lorsque la caste au pouvoir n'en accepte pas la décision, celui de la majorité, elle trouve un artifice pour faire appliquer son propre choix. On connaît son choix de société : transformer le citoyen en consommateur "décérébré", surendetté, isolé ou solitaire, paralysé par la peur du terrorisme. Avec pour vocation : se taire et approuver les volontés de la ploutocratie. Les seules libertés qui seront concédées à la collectivité sont celles relevant des moeurs. Mais peut-on parler de liberté, ou doit-on parler de licence ?...Avec même un encouragement pour tout ce qui peut contribuer à l'éclatement de ce qui risquerait de constituer un rempart contre l'idéologie dominante : la famille.C'est ainsi qu'organiser des "parades", dans les villes, avec des femmes et des hommes dénudés, peinturlurés, emplumés, hurlant sur des  camions dans le vacarme de la "musique" techno, est désormais considéré comme le summum de la liberté... Que l'on se doit d'admirer, sinon c'est se trouver stigmatisé, par les médias de la propagande, comme ringard ou intolérant. Les autres pays ne se livrant pas à ces grandes manifestations de "l'expression de la liberté" seront considérés comme rétrogrades et liberticides...En résumé : consommez, abrutissez-vous, mais surtout, ne pensez pas et ne contestez pas la caste au pouvoir.La "démocratie", telle que nous la souhaitons, n'est qu'une utopie au sens positif du terme. Il va falloir encore de nombreuses générations avant d'en approcher le commencement de son application...Participer à cette longue chaîne d'efforts et de luttes est, à la fois, un devoir et une joie. Joie, le mot est peut-être fort. C'est pour marquer que ce combat donne du sens à notre vie, en nous joignant à tous ceux qui croient en l'avenir de l'Humanité.Amitiés

Georges Stanechy 23/12/2008 10:03

Bonjour TruthLes "exercices d'entraînement" actuels, sur toute la France, ont pour finalité "non avouée" de tester l'appareil répressif du régime, en cas de troubles de type "prérévolutionnaires" ou révolutionnaires. L'oligarchie sait très bien que la situation économique et sociale devient explosive. Ils en deviennent tellement nerveux qu'ils sont prêts à jeter en prison tout militant pacifique qui soutient des idées considérées comme "ultragauchistes". Le délit d'opinion est, à présent, institutionnalisé...Ce qui se passe en Grèce est suivi de très près par les castes au pouvoir en Europe. Le gouvernement grec est encouragé à "tenir" pour que l'effet ne fasse pas tâche d'huile dans les autres pays européens.Le moment venu, il suffira de faire éclater un gros pétard quelque part pour supprimer les quelques lambeaux de libertés publiques survivants...Il faut donc "résister" face à cette idéologie et à ces manipulations. Positivons, les gens sont nombreux à ne pas accepter ces dérives.Passe de bonnes fêtes de fin d'année. Avec tous mes voeux pour toi et tes proches.Amitiés

Chahid 23/12/2008 00:16

Bonsoir  Georges  
 
On se souvient tous de l'affaire des GAL (Groupes armés de libération) en Espagne orchestrée par le ministère de l'Intérieur espagnol qui finançait grâce aux fameux « fonds réservés » les opérations, attentats, enlèvements, séquestrations, assassinats etc., des « escadrons de la mort »…
 
Des polices ou mercenaires de « l’ombre » (absence de cadre légal), des barbouzes à la gâchette facile, bras armées de l’Etat … est un jeu d’enfants pour les gouvernements de droite, malheureusement, les « socialistes » finissent eux aussi par apprécier ce jeu criminel avant tout, puisque des vies innocentes sont souvent fauchées pour le « spectacle » …
 
Le terrorisme d’Etat a anéanti la démocratie au nord et tout espoir de démocratie au sud.  
 
Amitiés

truth 22/12/2008 22:41

Salut cher Georges , Bien sur que ce Big Brother est un fieffé crétin qui fait rire , mais qui fait rire jaune car il est méthodique dans la promotion et la mise en pratique de sa betise - un vrai Père Ubu jamais las de ses massacres ! Comme ces bandits dans les western Américains on le voit venir de loin mais on ne peut empecher son arrivée ... faut engager le combat .J'ai un peu peur ce soir ... oh! pas des "islamistes" mais des "exercices d'entrainement de nos forces de sécurité" ayant cours aujourd'hui   dans toutes la France et censés  répondre à un attentat terroriste . Comment oublier que c'est  peu après des "exercices  d'entrainement" de ce type que se sont produits les attentats de Londre, de New York . A les voir on sent que l'on chauffe le public et que donc "ça" se rapproche . Allons cependant retrouver ceux que l'on aime et feter Noel ... escapade qui me privera de ma visite quotidienne à votre blog cher Georges ( j'ai failli écrire "Saint Georges".. ouais! celui qui libère la ville du dragon qui l'avait mise en coupe réglée et  détruisait ses habitants ).. J'ai effacé... puis finalement je me suis dite que je n'aurais pas du... et que vous n'avez pas démérité face à votre Saint Patron . Bref! l'approche de Noel me fait l'ame religieuse et c'est en souhaitant un Joyeux Noel et une année à venir  plus fraternelle et  plus juste pour tous nos amis et tous les peuples que nous aimons , que je vous dis "Au Revoir" et Rendez vous le 2 Janvier" . Truth

Léla 22/12/2008 22:21

Léla 22/12/2008 21:42

Georges Stanechy 22/12/2008 19:18

Bonsoir Nadine/NoorTrès beau livre, en effet, sur l'Afghanistan. Stéphane Allix  a ramené de superbes photos, mais surtout un regard empreint d'empathie et de respect pour son peuple. Ce qui est plus que rare dans la production éditoriale actuelle...Amitiés

Nadine/Noor 22/12/2008 14:23

Bonjour Georges,Ils se moquent bien de nos tronches quand même! Mais ne  pensons pas à la peur qu'engendre cette mascarade du pétard mouillé (occidentaux, nous avons toujours la frousse!) non ce qui m'inquiète le plus c'est l' image si injustement véhiculée de nos amis frères Afghans qui eux vont devoir subir davantage de méfiance et de racisme et vivre un peu plus dans la frustration et le dédain de beaucoup de gens.Depuis cette trouvaille du pétard mouillé trouvé dans les C...j'ai l'impression de subir un lavage de cerveau, c'est une étrange sensation d'ailleurs que je perçois quand je prends le métro, espaces engouffrants des milliers de gens aseptisés, pasteurisés, appeurés se regardant tous en chien de faïence, surtout quand la voix du haut -parleur annonce "attentifs ensemble...toutes les cinq minutes en plus c'est l'endroit idéal pour toucher un max de gens, ça va dans le sens de votre article du pas trop mais du juste suffisant, pour une propagante et une désinformation orchestrée qui plus est ne dérange pas trop le mouton.Au fait j'ai lu et relus le livre de Stéphan Allix "Afghanistan" pays de mes rêves enfin c'est moi qui rajoute ça!Alliot-Marie comme veilleuse de votre sommeil, Georges vous pourriez trouver mieux non?!!!