Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

28 février 2007 3 28 /02 /février /2007 08:08

 

Quito Verde

 

Quito, capitale de l’Equateur.

 

Nichée dans l’écrin du massif des Andes. Oswaldo Guayasamin n’a cessé de la peindre tout au long de sa vie. Alternant les palettes de couleurs, les nuances de luminosité, les jeux d’ombres et de reliefs. Symbole de son attachement viscéral à sa terre natale.

 

Artiste exceptionnel par son talent, la puissance et la sensibilité de son œuvre, sa lutte permanente aux côtés du peuple indien. Fils d’un père amérindien et d’une mère métisse, son art s’est nourri de ses racines profondes. Peintures sur cadre, peintures murales, sculptures, monuments. Ses œuvres ont été exposées dans le monde entier, dans près de 200 manifestations.

 

Tout aussi important à ses yeux : la recherche archéologique et la sauvegarde des œuvres indiennes (1). Pillées par des contrebandiers, soudoyés par les "antiquaires" et autres "marchands d’art" en Europe et en Amérique du nord. Il ne supportait pas ce pillage, voir ces œuvres dites "d’arts premiers" aux mains d’intermédiaires véreux, au service de capitaines d’industrie du même acabit.  Oeuvres d’art arrachées au patrimoine de pays encore incapables de se protéger contre ce trafic.

 

Pillage artistique, symbole du pillage économique de l’Amérique du sud et de son pays. Petit pays, incrusté sur la côte du Pacifique avec une partie du bassin amazonien. Connu pour ses iguanes géants, des îles Galápagos. La moitié de la France en superficie, avec 15 millions d’habitants.


Riche de son pétrole, il devrait avoir le niveau de vie de la Norvège. Mais, sa population est une des plus pauvres de l’Amérique du sud. Notamment dans les régions minières et pétrolifères : spoliée, pourchassée, terrorisée, ses "représentants élus" assassinés… Dictatures, milices publiques et privées, protégées, encouragées, par les intérêts des multinationales.

 

Schéma habituel…

 

La souffrance et la misère des indiens ont été la trame de son œuvre. Trame de son action, aussi, sur la dénonciation permanente de la violence de l’Occident à l’égard des peuples subissant sa puissance militaire et financière. Sa série de tableaux sur "les mains" est poignante de vérité (2).

 

Son œuvre n’est pas que colère. Il chante l’amour de la mère, de la femme, sources de réconfort dans les épreuves et de courage dans la résistance à l’humiliation. Présences aussi permanentes dans sa peinture et ses sculptures, que l’hommage à l’histoire de son pays et à sa splendeur.

 

Oswaldo Guayasamin, est décédé le 10 mars 1999, à 79 ans. Huit ans, déjà… A sa mort, c’est tout un peuple qui pleura. Ce jour-là, tous les indiens se mirent en grève : ils perdaient leur voix et leur protecteur…

 

Mais, l’impulsion est donnée. Le nouveau président, Rafael Correa, élu le 26 novembre 2006, veut renégocier les accords, passés par les gouvernements antérieurs corrompus, avec les groupes miniers et pétroliers internationaux.

 

Redistribuer, enfin, cette richesse pour l’ensemble du peuple équatorien, est une priorité. En un geste fort, il a annoncé la diminution par deux de son salaire ainsi que la diminution des salaires des hauts fonctionnaires équatoriens.

 

Il fait partie de cette nouvelle génération de dirigeants qui luttent contre la spoliation de leur pays : Chavez au Venezuela, Moralès en Bolivie, Lula au Brésil. L’étranglement de Cuba, les massacres du Nicaragua, du Guatemala et de tant d'autres nations, n’ont pas réussi à décourager les autres pays du continent dans la voie de l’indépendance.

 

La Renaissance de l’Amérique Latine, malgré l’hostilité de l’Occident et ses manœuvres permanentes de déstabilisation, n’existerait pas sans le combat  des artistes de la trempe des Oswaldo Guayasamin (3)…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(1)    Sa Fondation - Musée, à Quito, regroupe 3.000 pièces, dont 1.500 exposées en permanence. 
(2)   
« La Edad de Ira » (L’âge de la colère), est un ensemble de 150 tableaux exécutés sur une trentaine d’années, entre 1960 et 1990. La série sur les mains en comporte douze. Celui présenté, en illustration, est intitulé  "Les mains de larmes"
.
(3)    Crédit photos : Fundación Guayasamin, Quito.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Georges Stanechy - dans Artistes et Ecrivains
commenter cet article

commentaires

Georges Stanechy 19/02/2010 09:23



Bonjour

Si vous effectuez un travail de recherche sur l'oeuvre et la technique de Guyasamin, je vous conseille de vous mettre en rapport direct avec la Fondation Guayasamin à Quito, qui vous réservera le
meilleur accueil.

Vous pouvez aussi établir le contact via l'ambassade d'Equateur à Paris.

Bien à vous



martine.aynaud 19/02/2010 07:17


Jai besoind d'une chronologie des ouevres de Guayasamin comportant les titres les dimensions les supoorts les dates la tecnique

Avez vous la moindre idée qui puisse m'aider
le site montre les oeuvres mais ne donne aucune ces indications