Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 20:33

 

    

En France médias et politiciens se mobilisent, s’empoignent, s’enflamment. A coups de milliers d’articles, d’interviews, d’amendements…

 

Sur les réformes urgentes de l’économie, de la fiscalité ?...

 

Sur le chômage exponentiel, la paupérisation croissante de la majorité de la population du cinquième pays le plus riche de la planète,  les expéditions coloniales aussi criminelles que ruineuses ?...

 

Non.

 

Sur le mariage des homosexuels et de l’adoption par des couples du même sexe… Qui n'intéressent, en fait, qu'une infime minorité de cette minorité.

 

Un avis comme un autre…

 

Celui du docteur Pierre Lévy-Soussan.

 

Médecin psychiatre, psychanalyste, chargé de cours à l'Université Paris-Diderot, expert auprès de l'Assemblée Nationale et du Sénat, directeur de la Consultation Filiations Centre Médico-Psychologique pour l'enfant et la famille.

 

Il travaille sur le sujet depuis plus de dix ans. Sous tous les angles.

 

 

 

Alors ?...

 

 

 

 

vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=Kk5V9ZGflws&feature=player_embedded

 

 

 


 

 

Partager cet article

Published by Georges Stanechy - dans Politique et Destin Collectif
commenter cet article

commentaires

Mémoire vive 20/02/2013 20:15


En réponse au commentaire n°17 posté par Catherine avant-hier à 21h49


La Franc-maçonnerie et la mutation culturelle et sociale.  


Les obsédés de la  « destruction »  siècle après
siècle :


Après le Rabaut qui veut raboter furieusement et faire « table rase du passé » (tabula rasa), « purifier », « régénérer »,
« épurer »,  faisons un bond de deux siècles et situons nous donc au XX ème siècle et nous trouvons absolument  la même idélogie de culture de mort. Lisez donc ce qui suit et , peut-être, diriez vous que c’est pour le moins « troublant » :   


De l’influence de la franc-maçonnerie :                                                                                                      --«
" Nous voulons DETRUIRE  la civilisation judéo-chrétienne. Pour la DETRUIRE , nous DEVONS DETRUIRE la famille. Pour DETRUIRE la famille nous devons
l’ATTAQUER dans son maillon le plus faible : l’enfant qui n’est pas encore né. Donc nous sommes pour l’avortement. » .                                                      
( Dr Pierre Simon (1), co‑fondateur et vice président du Mouvement Français pour le Planning Familial, ancien président de la “ Fraternelle du Planning Familial ” collaborateur direct de Robert
Boulin puis de Simone Veil au Ministère de la santé, et plusieurs fois grand maître de la Grande Loge de France, il fut à l’avant garde du combat pour la légalisation de l’avortement.) (2)
                                                                                                                                                                                                                  
Selon lui, la finalité de ce premier combat est très claire:

" Nous sommes conscients que ce combat n’est pas seulement technique, mais philosophique. La vie comme matériau, tel est le principe de notre lutte. […] La
révision du concept de vie, induite par la contraception, transformera la société dans son intégralité ».(3)


 C’est aussi l’époque où le pouvoir politique va prendre à son compte
les idées du monde maçonnique, tout en s’appuyant sur l’autorité du pouvoir médical. C’est ainsi que Pierre Simon affirme :


« Si la société ne cesse de peser sur l’objet même de la médecine, celle-ci en retour façonne tous les jours un peu
plus le visage et le destin des sociétés modernes… Cette intervention politique des médecins est rendue toujours plus nécessaire : à ne plus se donner pour seul projet d’assurer la survie des
humains mais à se mêler de changer leur condition, donc de bousculer leur morale, les médecins, comme les autres scientifiques, participent désormais très concrètement au pouvoir
».(3)


 


Le pouvoir politique démocratique entérine la Révolution . Nous le voyons aujourd’hui, l’État lui-même parachève ce
que les illuminés ont initié .( éducation sexuelle aux enfants-pilule abortive à l’école- pacs- mariage homo – adoptions d’enfants par les homos –- inceste? euthanasie ).


 Sources :
Pierre Simon - (1) Son maitre ouvrage à lire absolument : « De la vie avant toute chose ». Editions Mazarine . 1979 .


(2) http://henrivedas.blogspot.fr/2006/03/origine-et-idologie-du-planning.html


(3) http://notredamedesneiges.over-blog.com/

Georges Stanechy 20/02/2013 14:12


 


Chère Truth


 


Vous êtes la bienvenue dans tout débat ou circulation d’arguments et d’idées !


 


Nous vivons dans le règne de la désinformation et de l’imposture où le « faux » nous est montré comme étant le
« vrai »…


 


La viande de cheval pour du bœuf, la graisse de bœuf pour du chocolat, le médicament qui rend malade ou qui tue pour le remède miracle, la
"féministe" en petite culotte dans les cathédrales pour les gardiennes de "La Démocratie", l’extrême-droite pour de la "gauche", etc.… La liste est infinie…


 


Alors, surtout : ne jamais hésiter à faire circuler l’information et stimuler la réflexion !


 


Amitiés


 



truth 19/02/2013 21:31


Merci Catherine! c'est bon de lire vos propos , de s'y retrouver et encore mieux de savoir que l'on n'est pas seul et que nous nous multiplions .


A propos de la Russie je pense que tu connais les merveilleux articles que nous a délivré Georges et notamment son "Poutine: Frankenstein et les Prédateurs".


 


 


 Je profite de ce messages pour faire un aveu à Georges et lui présenter mes excuses pour avoir , lors de certaines urgences , transmis cet article à
de multiple sites , sans lui en avoir demandé l'autorisation ; cependant quand je l'ai fait je n'ai  jamais omis ni son nom , ni celui de son site .


J'espère qu'il ne m'en voudra pas !

Catherine 19/02/2013 10:52


...pour que la débâcle soit complète. Remercions les Russes qui résistent et essayons d’en faire autant.



Bonne nuit à tous


 


(fin du message à truth)

Catherine 18/02/2013 21:49





@ Mémoire vive  (merci Aline),


    Je vous entends bien et je sais que la franc-maçonnerie
(venue comme tant d’autres chausses-trapes de la perfide Albion) a été très à la mode au XVIIIe siècle et, sans doute, l’est toujours, et je ne doute pas que les frères trois points n’aient leur
idée sur ce que devrait être la société et ne s’emploient de toutes leurs forces à concrétiser leurs fantasmes. Ce dont je doute, c’est qu’ils y arrivent. Quelqu’un (qui n’était pas franc-mac
mais docteur en histoire) a dit « en histoire, les impondérables sont toujours plus déterminants que les pondérables ». En d’autre termes, vous pouvez tirer tous les plans sur la comète
que vous voulez, fabriquer de nouveaux calendriers, imaginer une société bourgeoise industrielle pour remplacer une société féodale terrienne ou planifier à l’équerre votre Reich de mille ans,
l’histoire (ou la nature ? ou un quelconque clinamen ?) fera voler en éclats tous vos beaux calculs par quelque fait que personne n’avait prévu et qui, à un certain moment,
redistribuera les cartes.


  Rabaut Saint-Etienne était pasteur protestant. Et franc-maçon. D’autres
étaient catholiques (éventuellement prêtres). Et francs-maçons. Je n’arrive pas à croire qu’ils n’aient pas fait, dans la franc-maçonnerie, exactement la même chose qu’ils avaient fait (et ont
continué à faire) dans leurs églises respectives, vis à vis de la société. Voyez d’ailleurs à quel point
l’une est la quasi décalque des autres !Les uns croyants les autres incroyants ? Mais, non. Tous
infantiles !


   Pour ne prendre que l’exemple de la Révolution, pouvez-vous me dire
quel rôle la franc-maçonnerie a joué dans l’arrestation du roi à Varennes ? dans la journée de Valmy (voyez ce qu’en dit Goethe)  ? pendant les massacres de septembre ? à
Fleurus ? Et oseriez-vous me dire que ces événements-là n’ont pas été irrémédiablement déterminants pour l’histoire immédiate mais aussi pour la nôtre ? Que les frères maçons aient
freiné ici, poussé là, détourné ou tenté de détourner le cours des choses ailleurs, je suis d’accord avec vous. Comme l’ont fait ou ont tenté de le faire d’autres groupes d’influence ou
d’intérêts.


   Robespierre n’a jamais été franc-maçon. A part peut-être contribuer
à sa chute, qu’a pu faire contre lui la franc-maçonnerie ? Or, qui a laissé son empreinte sur le présent et plus encore sur l’avenir (pas nécessairement dans son pays), Robespierre ou la
franc-maçonnerie ?


   « Le changement, c’est maintenant » que vous invoquez,
n’est rien d’autre qu’un slogan débile, pas un programme. Depuis la guerre et en exceptant De Gaulle qui a au moins eu des velléités, il n’y a plus eu de programme de société nulle part. Ni en
France ni ailleurs en Europe – sauf en Grèce, et celui-là a été tout de suite et préventivement noyé dans le sang.


   Ce que vous déplorez n’est pas dû à la franc-maçonnerie qui, au
mieux ou au pire, ne sera jamais qu’un instrument comme un autre. Cela est dû aux appétits et à la volonté de puissance de l’oligarchie supra-nationale en chute libre mais qui mord encore.
L’ambition – et l’entreprise - de ces factions est de disloquer le tissu social, d’atomiser la société des pays qui leur font peur car susceptibles de se soustraire à leur pouvoir. L’Irak et la
Yougoslavie ont été délibérément – et de la façon la plus sauvage qui soit – renvoyés à l’âge de pierre. Nous avons laissé faire sans lever le petit doigt. C’était une répétition
générale. Notre tour arrive. C’est notre faute, pas celle de la franc-maçonnerie, qui n’eut rien pu contre notre solidarité et notre fraternité, si elles eussent existé. Le mal est intérieur. Il
ne viendra pas des compagnons de Jéhu, pas même des jésuites (et pourtant…), ni du Bilderberg ni des Loges. Ayons donc le courage de regarder notre impuissance (par passivité volontaire) en
face.


Avidité et volonté de puissance : deux pulsions dont les tout petits enfants ont eu besoin depuis l’origine de
l’humanité pour que l’espèce survive, mais dont ils doivent se débarrasser une fois venu « l’âge de raison » pour qu’une vie en société soit possible. Les psychopathes aujourd’hui à la barre du Titanic ne l’ont jamais atteint. Il faudrait demander au Dr. Levy-Soussan ce qu’il en
pense et ce qu’il préconise comme méthode pour en venir à bout.


Pendant que je suis là, un petit mot à Truth, dont je partage la répulsion pour les réformes orthographiques imposées par les fabricants anglo-saxons de logiciels informatiques
et les glaireuses corruptions de langage que tentent effrontément de nous imposer les cuistres qui frétillent dans les allées du pouvoir. Heureusement, l’Académie Française ne reconnaît pas les
professeures, auteures, écrivaines que les mauvais écrivains se laissent fourguer. Gloire à elle ! La seule réforme de l’orthographe qui ait été déterminante sur l’évolution du français est
celle d’Etienne Dolet. On l’a brûlé, on a brûlé ses livres, et sa réforme a pris racine, parce qu’elle était nécessaire. Et déjà grâce l’Académie. Qui a dit qu’elle ne servait à
rien ?


Si le français devait sortir vivant de sa descente aux enfers actuelle, c’est aux écrivains des anciennes colonies françaises et
belges qu’on le devrait. A leur apport d’un sang neuf et d’un limon de chez eux. A condition, bien entendu, que la France affairiste ne leur impose pas l’usage de l’anglais, comme elle le fait au
Vietnam.


Pour le calendrier qu’on nous concocte, ce n’est pas la première fois, rappelez-vous, et tant pis pour les chrétiens qui ont laissé
un pape (Jean-Paul II, non ?) liquider leurs vieux saints, presque tous anciens dieux païens christianisés certes, mais auxquels on était habitués. On commence comme ça et après, au lieu de
donner à ses enfants les noms des aïeux, oncles et tantes comme cela s’était toujours fait, on leur balance des Laetitia, des Samantha, des Jonathan et des Kevin à la louche, quand ce n’est pas
des Sue Ellen.


Il suffit que, pour faire bonne mesure, on vous fasse avaler comme progressistes des gay-prides, des Femen et de Pussy Riots pour
que

Georges Stanechy 18/02/2013 21:46


 


Chère Truth


 


Merci de votre commentaire, et de votre témoignage.


 


Il est, effectivement, important dans un débat de société de pouvoir exprimer, partager, ou comprendre, toutes les sensibilités.


 


Amitiés


 



truth 18/02/2013 08:59


Truth (suite et fin )


Un jour, elle avait 7 ans, nous revenions d’une ballade au Jardin du Luxembourg et l’enfant, nous distançant toutes deux d’avec son père,  me dit « Maman !» et ajouta «  Ne le
dis pas à papa, mais permet moi,  laisse moi t’APPELER MAMAN. Je sais que tu n’es pas ma maman, mais tu comprends, je n’ai jamais pu dire « maman » à personne ».

Voilà ce que se propose d’anéantir cette loi délirante : la possibilité de dire « papa «  et « maman » et les sens que ces termes portent : sens qui ouvrent à tous les
sens à venir .


Tout ceci me fait penser au film Z qui abordait la question de la dictature en Grèce du temps des colonels : ces derniers,  pour parfaire leur emprise totalitaire, supprimaient de
l’alphabet grec la lettre Z :  lettre , pour eux insupportable car elle signifiait « liberté »

Car oui ! je pense que ceux qui nous gouvernent, avec le mariage homo et les lois qui l’accompagnent –PMA,  « Grossesse Par Autrui » qu’ils veulent légaliser, l’Euthanazi
qu’ils veulent légaliser, ne font que recycler en soft toute les pratiques totalitaires nazies  - ils y avait les ventres des femmes exploités dans les Lebensborn au nom de la race, ils le
seront au nom du fric et des interets des riches homos,  (et ce ne seront pas les filles de nos parlementaires, ni de nos bobos aisées qui enroleront les ventres de leurs femmes ou filles
).  Sur cette question l’abject Berger vend la mèche, lui qui ose dire : « louer la force de ses bras pour le travail ou louer son ventre quelle différence ?» Oui le GPA,
etre  « mères porteuses» , c’est bon pour la catégorie qui loue ses bras, sa force de travail » : à elle de louer les ventres de ses femmes (… il paraît qu’en Ukraine de
pauvres paysannes se portent déjà candidates pour servir en enfants nos homos de France !).

Je m’excuse de la longueur de ce commentaire mais où, à part sur quelques sites catholiques et sur le votre Georges,  peut-on exprimer ça ?

Amitiés



truth 18/02/2013 00:56



`Cher Georges ,

 Je travaille dans le meme champ que le Docteur  Levy-Soussan et je le remercie de me donner l’exemple des Romains qui ne faisaient pas n’importe quoi et refusaient, concernant la
filiation, d’inscrire dans le Droit « une fiction qui ne serait pas raisonnable ».


Je voudrais cependant ajouter un ou deux compléments à ce que dit Levy-Soussan et souligner que le ravage que mentionne le docteur me paraît encore plus radical que celui qu’il souligne et
concerne la racine meme de chaque Etre .

Je m’explique : Le docteur nous dit que pour que l’enfant puisse se construire,  il doit disposer d’un temps, d’une configuration qui lui offre la possibilité d’une « fiction
raisonnable » sur son origine, fiction qui a un sens et qui lui donne par la meme un sens . Hors, quand on parle de SENS,  on parle de se construire dans et par le langage- c’est dans
le langage  que L’ETRE HUMAIN se construit comme sujet, c’est par lui  qu’il  acquiert la notion de son existence, de sa place dans le monde,  de son identité sexuelle et
sociale, de son sens et de son humanité : nous sommes des « parletres » disait Lacan.

Je hais tous ces idéologues  délirants, désinsérés de toute réalité, qui au lieu de travailler à ce pourquoi ils sont élus- mettre un peu d’ordre dans le monde pour que soit pacifié le lien
social grace à un peu plus de justice, de solidarité, de respect - passent leur temps, depuis quelques décennies, à triturer, désintégrer le langage dans tous les sens : Levy Soussan a bien
raison de souligner le piège du terme de  « parentalité », terme abstrait,  inconsistant qui ne vient là que pour dé-differencier et éliminer les termes bien concrets de
« père » et de « mère »  «  papa »  « maman » qui eux renvoient  à la réalité de la différence sexuelle, de  la différence de
générations, à l’union d’un homme et d’une femme comme origine de notre existence. Ils remplacent ceci par l’inconsistance du terme de parentalité.

Ils ne travaillent pas à solutionner ce pourquoi ils sont grassement payés, en lieu de quoi ils passent leur temps à nous inventer et refiler leurs euphémismes comme solution : les
« gouvernants » sont devenus la « gouvernance »  - avec ça plus de compte à leur  demander puisque les « gouvernants » bien concrets, inclus dans la
réalité, incarnés et donc responsables,  avec deux oreilles pour entendre, disparaissent… Allez donc adresser vos remarques ou vos revendication à des « gouvernances ». Je
n’évoquerais pas les traficotages concernant l’orthographe auxquels s’est attelé en un temps  le cher  Michel Rocard … sans parler des féminisations des termes à la noix « la
professeure » , « l’auteure » etc. Qu’attendent-ils pour masculiniser « la sentinelle » »… . Maintenant ces canailles ignares parlent de "déchristianiser le
calendrier," selon eux trop chrétiens,  en changeant le nom des jours ou des mois ceci faute d’avoir appris que l’Eglise elle a su distinguer le civil et le spirituel et que pour l’Eglise
Catholique par ex.  1) l’année commence avec l’Avent,  2) le nom des mois sont restés ce qu’ils étaient et se sont conservés tels qu’ils étaient dans l'Antiquité (
« Augustus » pour Aout en souvenir de César Auguste ...), et quant aux noms de la semaine c’est au nom des dieux de l’Antiquité qu’ils se réfèrent et l’Eglise chrétienne n’y a rien
changé: la lune, Mars, Mercure, Jupiter, Venus, Saturne . Bref on voudrait fabriquer des fous on ne s’y prendrait pas autrement .

Je découvre aujourd’hui la solution qu’ils promeuvent pour nos vieux : on ne les appellera plus les vieux mais les personnes d’un « age avancé ». Savez-vous  ce qu’ils
inventent en ce moment meme, celui où ils sabordent les pauvres retraites de ces vieux, au moment meme où ils parlent pour eux d’euthanazi ?ILS veulent organiser et financer une « age
pride » sur le modèle de la gay pride … mais quand donc cesseront-ils de nous faire honte ????!!!(
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/01/29/97001-20130129FILWWW00504-delaunay-veut-creer-une-age-pride.php)

Mais j’en reviens à ces compléments que j’annonçais pour dire que le ravage qu’ils promeuvent est encore plus radical que ne le dit Levy-Soussan car il touche à la racine meme du langage chez
l’Etre Humain.

Savez–vous Georges ! qu’avant cette « fiction raisonnable » que mentionne Levy –Soussan , dans l’en deça de la fiction, c’est   la structure meme du langage, celle à
partir de laquelle  se fera cette fiction, que désintègrent nos crétins .

Les linguistes nous découvrent - l’on ne sait pas pourquoi,  mais c’est à la racine de notre identité humaine, (comme les genes le sont sur le plan biologique de notre organisme) - que la
première étape linguistique chez le nourrisson débute par une voyelle, le « a » et que simultanément une occlusive antérieure inaugure le consonantisme :
-à 28 semaine, le nourrisson emet des « ba » et des « m » ;
-à 5-6 mois l’enfant double les syllabes et prononce  ( papa "baba", "dada", "…). et ainsi naît le "premier mot", généralement "papa ».

Ceci dans TOUTES LES LANGUES VIVANTES DU MONDE : « dans toutes les langues du monde, -dit Jakobson-,  la première opposition consonantique se produit entre une labiale occlusive
« P, B, K,G » et une nasale « M, N »  qui sera suivie par l’opposition consonantique labiale dentale (Pa,Ta,Da) : ceci amène, que dans toutes les langues du monde
et  cela sans doute depuis l'âge de pierre, nous aurons pour le PÈRE d’un coté « Papa », « Tata (polonais)» « Babbo (Italien) » Baa (arabe), "Pa(chinois) …et
que quelle que soit la langue, nous aurons pour la MÈRE  « Maman , Mummy, Mamma Matz chez les Ouzguours etc…

 -Vers la 44 °semaine ces mots prendrons leur SENS mais ce n’est pas l’enfant qui va donner un sens à ces premiers mots : ce sont les parents et l’entourage, et le nourrisson va
rattacher ces deux premiers mots à une réalité et les référer à une différence – de sexe , de génération- : à partir de ces mots  naitra pour lui la possibilité de construire ces
« fictions raisonnables» qui lui donneront une place, une identité–d’homme , de femmes, de fils de, de fille, de nièce, de neveux …, un corps aussi, dont il pourra interroger les
énigmes ,  bref ! à un monde présentant un minimum d’ordre et de repérage .

Parlons des homos comme parents 1 et 2 ou de nous comme « parent 1 » et « parent 2 » : comment donner sens à ces termes « papa » , « maman »
universels, éternels, déjà là chez tous les nourrissons du monde, prononcés avant tous les autres termes par les petits d’hommes et de femme. On peut tricher, faire que l’enfant adopté par un
couple homo appelle le  parent 1 « PAPA » et le Parent 2 « MAMAN » mais pour signifier quelle différence sexuelle ou générationnelle ?  Pour s’accorder à
quel langage commun qui lui permettra de communiquer transversalement avec ses semblables humains et verticalement avec toute la lignée de ses  ascendants humains ?

Reste plus qu’à lui faire supprimer du langage, de sa parole,   les termes de PAPA et MAMAN .

A ce sujet juste une histoire personnelle : un vieil ami avait une merveilleuse petite fille qui a perdu sa maman quand elle avait 6 mois. Mon  ami adorait son enfant et S.
recevait  tout l’amour du monde de son papa, ses oncles, tantes, oncles et cousins  cousines . En tant qu’amie il m’arrivait d’accompagner le papa et la fillette dans leurs 
sorties

Mémoire vive 17/02/2013 19:00


En réponse au commentaire n°3 posté par Catherine le 09/02/2013 à 18h 


Vous dites, chère Catherine :


« Par ailleurs, petit rebondissement sur le commentaire d'Abdelkader Dehbi  :  Je ne vois pas trop ce que les francs-maçons viennent faire là-dedans. Depuis le temps qu’on les accuse de tout et de rien et qu’ils ne semblent pas avoir eu une
quelconque influence sur l’histoire… ».                                                                                                                              


Mazette ! Avec l’émergence du Web et ses boulevards de l’information, , il faut une sacré dose de mauvaise foi  ou bien être bougrement ignorant pour  écrire cela ! Par courtoisie, je dirai simplement que vous n’aviez pas
eu à connaître le pouvoir occulte et le rôle décisif de cette secte universelle dans les grands bouleversements politiques qui ont changé la face du monde depuis la révolution de 1789
.  En ce qui concerne les transformations radicales qui renversent nos sociétés – les « frères la truelle » en sont les concepteurs et les
exécuteurs.                  


Je me limiterai à laisser parler l’un de ces forts nombreux hommes politiques franc-maçons, qui nous éclaire de ses « Lumières » sur cette
idéologie messianique totalitaire :


Jean-Paul Rabaut Saint Etienne, protestant franc-maçon (1),député de l’Aube à la Convention nationale et qui
vota pour la mort du roi Louis XVI , écrivait froidement : "pour rendre le peuple heureux, il FAUT le renouveler, changer ses idées, changer ses lois, changer ses moeurs, changer les hommes,
changer les choses, tout détruire, oui, tout détruire puisque TOUT est à recréer."                                                                                           
                                         
Il fut lui-même détruit par le Tribunal révolutionnaire, qui le condamna à mort en 1793.  


Source :  Les protestants français et la franc-maçonnerie                                            
Pendant la Révolution, nombreux sont les députés protestants francs-maçons.    


-- 7 pasteurs francs-maçons (sur 16 pasteurs) à la Constituante                                   - -2 pasteurs
francs-maçons (sur 15 pasteurs) à la Législative                                  
-- 7 pasteurs francs-maçons (sur 29 pasteurs) à la Convention                                                                                                                                                     
Citons les pasteurs Antoine Court de Gébelin, Jean-Paul Rabaut-Saint Etienne, et son frère Rabaut-Pommier, Jeanbon Saint André ; également les députés protestants francs-maçons Boissy d'Anglas,
Marat.                                                                                          
Source :http://www.museeprotestant.org/Pages/Notices.php?noticeid=734&scatid=80&lev=1             


Note : Avec le PS et son slogan électoral : « Le changement c’est maintenant  », la Révolution maçonnique messanique (c.à.d le
Renversement, dixit  Monseigneur Gaume)) et ses « Lumières » irradiantes , tel un navire brise glace nucléaire, semble bien arriver à
bon port « que cela nous plaise ou non, par conquète ou consentement ».

Georges Stanechy 11/02/2013 16:49


 


 


 


Bonsoir Cher Chahid


 


En juriste, tu rappelles justement que « Le Droit » est neutre. Au sens où il ne fait que mettre en forme les lois votées par les
“parlements”. Du moins dans les régimes parlementaires…


 


Ce qui ne veut pas dire par les “citoyens”. Comme on peut le constater dans les « démocraties vertueuses », ou éternelles
donneuses de "leçons démocratiques". Contournant, par exemple,  le rejet de la Constitution Européenne dans un référendum par un vote quasi immédiat
des parlements, à l’opposé de la volonté populaire exprimée (France, Irlande, etc.). Les oligarchies, quels que soient les pays, prenant soin d’instrumentaliser à leur avantage les parlements
« élus »…


 


Mais impossible à « La Justice » d’être neutre.


 


Etant le lieu de confrontation entre intérêts opposés, voire hostiles. Carrefour aussi des pressions politiques et de la corruption. D’où
l’urgence, l’impératif d’avoir une administration judiciaire impeccable sur le plan de l’organisation, du contrôle et de la transparence. Et, des « ressources humaines »…


 


Le Parquet, en France, est connu pour sa servilité à l’égard de la chancellerie, et non pas pour son zèle dans la défense de l’ordre public
et des citoyens. L’exemple connu du « deux poids-deux mesures », dans les délits d’incitation à la haine islamophobe, crève les yeux au quotidien. Pourtant, les articles de lois sont
bien inscrits dans les codes.


 


A l’exemple, de la Cour Suprême américaine qui, un siècle après l’abrogation de l’esclavage inscrit dans la Constitution, justifiait
l’apartheid dans les Etas du sud. Jusqu’en 1964 ! 


 


Dans mon métier, et dans plusieurs pays (y compris chez les « vertueux »…), je ne cesse d’assister à des corruptions de juges,
avocats (des parties adverses), témoins, et, surtout, « experts » auprès des tribunaux, dès que les enjeux financiers sont importants (commerciaux, industriels, et même
divorces !). Les jugements devenant des "ventes aux enchères", faisant dire aux articles des codes tout et leur contraire…


 


Je ne cesse de constater combien de lois, avec codes et articles détaillés, restent inappliquées… En droit administratif, par exemple,
l’inapplication par de multiples municipalités, en France, de construire le minimum légal de 20% de logements sociaux sur leur territoire…


 


Dans ce "débat houleux" (en GB idem), malgré le brouillage instauré par l’appareil de propagande, les citoyens sont avant tout choqués par
la disproportion entre la cause et l’effet, dans un contexte de crises et d’injustices économiques et sociales majeures.  Si, comme le rappelle Pierre
Lévy-Soussan, il n’y a annuellement en France qu'une moyenne de 700 adoptions pour une liste d’attente de 25.000 couples « éligibles », ce n’est pas demain la veille que vont se
multiplier les adoptions par des couples de même sexe…


 


Au-delà du fond, il y a effectivement la forme. Pour les citoyens, cette forme repose sur la hiérarchisation des priorités et la protection
des symboles. C’est en cela que le « sens », qui représente une composante essentielle du Contrat Social charpentant une société, se trouve atteint et provoque un rejet de l’ensemble de
la population. Un référendum l’aurait d’ailleurs amplement prouvé…


 


Quant au pire à venir, effectivement, certains spécialistes nous assurent que c’est non seulement la légalisation de "l’inceste" qui est en
cours, mais encore plus pervers dans cette « évolution des libertés» : celle de la "pédophilie"…


 


Amitiés


 


 

Chahid Slimani 10/02/2013 23:27


Bonjour cher Georges


 


300 Abdelkader Dehbi et Pierre Bergé dans une société et c’est foutu !


L’un voit des sionistes partout, l’autre des antisémites !


 


Bref, le fond de la question ne m’intéresse pas vraiment, la forme si. D’un point de vue purement
« juridique », je dirais qu’il n’y a pas un droit positif « moral » et un autre « immoral ». Nous avons seulement le droit positif que nous méritons.


 Quand on accepte le droit positif et rejette le religieux, c’est pour le
meilleur et pour le pire. Le droit positif devient le père et la mère des individus sans distinction de religion, de sexe, d’ethnie ou de classe… (un principe que ne respecte pas assez le code
civil français toujours sous l’influence de la vision bourgeoise de Napoléon…)   


 


La société, les différences, les mœurs, les minorités etc., s’invitent au droit et le droit doit les accepter. Et le débat, ce débat, houleux, ne fait en réalité que préparer le droit à accueillir d’autres institutions dans un avenir proche.
(qui vivra verra !)


 


La pauvreté s’est invitée au droit français il y a bien longtemps (licenciements, surendettement des particuliers etc.).
Le patronat, les banquiers etc. ont réagi de la même manière !


 


Pire que l’adoption par des couples du même sexe, d’ici des années le droit civil français va devoir accueillir la
filiation incestueuse. L'inceste n'étant plus un délit pénal en France (le viol incestueux si)… on se souvient du procès pour « inceste consenti entre père et filles » aux assises de
l’Oise… Le père est actuellement le père de son petit-fils !


 


Amitiés

Georges Stanechy 10/02/2013 17:00


 


 


Cher Hédi


 


Merci d’apporter un complément historique !


 


Le sentiment d’arriver à la fin d’un cycle est très prégnant, comme vous le rappelez. La démence semble s’être imposée en mode de
gouvernement de nos sociétés. Dans une abyssale régression…


 


Espérons qu’une forme de Renaissance prenne forme. Rapidement.


 


Espérons, surtout, que la condition nécessaire à cette Renaissance, vu le niveau de folie atteint, ne soit pas une catastrophe majeure
imposée à l’humanité…


 


Sorte de rite préhistorique de purification initiatique…


 


Amitiés


 



Georges Stanechy 10/02/2013 16:30


 


Chère Aline, Bonjour


 


Dans ce spectacle de polichinelles, les propos de Pierre Berger atteignent des sommets de vulgarité imbécile. L’arrogance du personnage a du
mal à masquer la grossièreté de l’étoffe de cet affairiste aussi malin que stupidement cynique.


 


Je recommande, sur ce plan, la lecture d’un livre qui lève un coin du voile sur l’envergure de cet individu et le panier de crabes de ce
milieu :


« Saint Laurent mauvais garçon », par Marie-Dominique Lelièvre, chez l’éditeur Flammarion.


 


Décapant !...


 


Je partage votre indignation.


 


C’est, en grande partie, en réaction aux propos de Pierre Berger que j’ai pris soin de mettre en ligne la conférence de Pierre
Lévy-Soussan…


 


Pour l’avoir vu affirmer froidement sur une TV (source BFMTV et youtube http://www.youtube.com/watch?v=srWSrQyogxo&feature=player_embedded), et
ailleurs aussi, que toute réaction de scepticisme ou d’opposition au projet de loi était un acte « homophobe » et, tenons-nous biens les côtes :


« Antisémite » !!!


 


Plus idiot ou cynique que moi, tu meurs…


 


Amitiés


 

Dhoukar Hédi 10/02/2013 16:17


Bonjour Georges,


Heureusement que vous êtes là pour nous orienter vers ces richesses. À voir les réactions hystériques contre toute critique de cette loi démente, votée par des zombies (quelqu'un dont la vie
s'est retirée pour n'en laisser que les formes), il faut se rendre à l'évidence que nous vivons la fin de plusieurs cycles; une période où les contraires se rejoignent : la bêtise rejoint
l'intelligence; le raffinement, la bestialité; la différenciation, l'indifférenciation; l'instruction, l'ignorance; la sagesse, la folie, etc. Contre cela, personne, hélas, ne peut faire grand
chose, car l'indignation rencontre l'indifférence, et la révolte le mur du silence.


S'agissant de la question qui vous a été posée sur le patriarcat et matriarcat, il me paraît évident qu'elle ne met pas en cause la structuration de l'enfant par le couple père-mère, quel que
soit le pouvoir dévolu à chacun. Les orgies ont depuis toujours existé et correspondent généralement à des périodes de périls. C'est le cas des orgies à Athènes touchée par la peste en pleine
guerre du Péloponnèse rapportée par Thucydide. C'est également le cas  dans Rome à son déclin décrite par Pétrone. Il s'agit, en tout état de causes, de la manifestation de Dionysos (dieu de
la nature et de la musique) contre son contraire complémentaire Apollon, dieu de la sculpture et de la culture. La preuve que, en tout, on a besoin d'opposés complémentaire. Il ne saurait exister
de jour sans la nuit, de chaud sans le froid, de haut sans le bas, ni d'un père sans la mère. Mais il est vrai que dans un certain Meilleur des mondes, imaginé par aldoux Huxley, les bébé
naissent directement en laboratoire, puis conditionnés pour faire partie d'une classe sociale donné, avec des besoins de consommation précis. Dans ce monde heureux, il n'y a pas d'histoire, ni de
livres, ni rien qui puisse éveiller le moindre sentiment.


Amitiés à tous

Georges Stanechy 10/02/2013 15:04


 


 


Chère Catherine


 


Immense question !... Par son étendue et sa perspective historique, qui demanderait une efficace machine à remonter Le Temps…


 


Je me limiterai à ouvrir quelques pistes de réflexion, à partir des travaux des spécialistes des sociétés anciennes, tribales ou
premières.


 


Je pense à ceux de Paul-Emile Victor, en particulier. A tous ceux surtout qui ont non seulement "observé", mais "vécu", dans les iglous Inuits, les yourtes mongoles, ou les tepees
des amérindiens des plaines nord-américaines.


 


S’il y avait, éventuellement, "sexualité collective" dans ces sociétés, restait dans tous les cas une "identité sexuelle" fortement marquée,
quelle que soit « l’origine biologique ». L’homme étant le "guerrier-chasseur", et la femme la "gardienne du foyer" (du feu) au rôle éminemment fondamental et respecté.


 


Respecté, dans le cadre tribal, par son importance au niveau de l’éducation des enfants jusqu’à la puberté et son apport vital dans
l’organisation de la logistique de ces populations nomades ou semi-nomades. Soumises, rappelons-le, à des conditions de précarité climatiques, guerrières, économiques, extrêmement dures. Avec une
espérance de vie très courte.


 


Dans la promiscuité des lieux de vie, l’enfant ne pouvait éviter de se relier, de fantasmer, de naître au quotidien dans la
« scène originaire » sur laquelle insiste Pierre Lévy-Soussan. D’autant plus qu’il se trouvait souvent témoin malgré lui de la « scène primitive », plus ou moins discrète,
celle de l’accouplement d’un homme avec une femme. La plus proche de lui, dans son rôle protecteur, étant sa mère.


 


Il était témoin aussi des amours et passions entre un homme et une femme. Dans une société dite « primitive », l’amour fou que
portait un conquérant aussi impitoyable que Gengis Khan à sa première épouse est absolument magnifique. Après lui avoir été enlevée, il alla jusqu’à la rechercher les armes à la main…


 


Ces sociétés très structurées, pour faire face à l’hostilité du milieu ambiant, ne devaient pas éviter les névroses (structurantes
lorsqu’elles sont transcendées) qui avant d’être "familiales" ont dû être "tribales". Le fait est que le garçon n’aspirait qu’à s’identifier au "guerrier-chasseur" et la fille à la "gardienne du
feu", en respectant "la famille" ; au sens le plus large possible puisqu’il s’étendait jusqu’au respect absolu des "anciens", mais aussi des "ancêtres".


 


Un dernier exemple celui de l’héroïque sacrifice des 300 aux Thermopyles. Se  faisant tuer sur
place pour retarder l’avance des Perses sur Athènes, combattant aux côtés de leurs amants pour la plupart. Ils laissaient derrière eux des familles à Sparte, avec leurs femmes et leurs enfants.
Enfants qui, probablement, rêvaient de rejoindre leurs pères sur le sentier de la gloire, tout en partageant le stoïcisme affectueux de leurs mères.


 


Toutes ces sociétés savaient que leur existence reposait sur le maintien d’un « sens », comme le rappelle Pierre
Lévy-Soussan : celui de la solidarité collective fondée sur le respect de l’union entre un homme et une femme.


 


Amicalement


 



Georges Stanechy 10/02/2013 13:42


 


 


Bonjour Omar


 


Effectivement, c’est le genre d’analyses, de réflexions, que nous n’avons jamais l’occasion d’entendre, de voir, de lire dans nos médias.
L’appareil de désinformation, ayant pour vocation de multiplier les clichés, empiler les propos des démagogues et politiciens les plus stupides ou malhonnêtes, dans un abrutissement systématique
de l’opinion publique.


 


Il ne faut pas s’en étonner, ni s’en désoler. Il est grassement financé, subventionné, sponsorisé, pour cela. Il assure donc sa mission qui
lui est confiée, dans une authentique prostitution intellectuelle…


 


L’essentiel est de le contourner en faisant circuler informations, témoignages et analyses, occultés par cette propagande. Dans une
vigilance et une détermination constantes, afin de vivre en "citoyens”, exerçant leur intelligence et leur esprit critique. Et, non pas en "moutons" bons à tondre à coups de TVA confiscatoire, ou
à envoyer à l’abattoir…


 


Amicalement


 



Georges Stanechy 10/02/2013 13:24


 


 


Cher Abdelkader,


 


Cette mascarade, au-delà des considérations d’ordre éthique, illustre la profonde décrépitude de nos institutions politiques. La
"représentation populaire", au sens noble du terme, n’existe plus. Si tant est qu’elle ait réellement existée, ou été respectée…

Les partis fantoches actuels, quelles que soient couleurs ou orientations, au "gouvernement" ou dans "l’opposition", se révèlent incapables de débattre et légiférer sur les enjeux réels de nos
sociétés.


 


Tout simplement parce qu’ils ne détiennent aucun pouvoir.


 


Le pouvoir réel étant monopolisé par “l’oligarchie de la rente et de la spéculation” avec ses bras armés : grands groupes, banksters,
lobbies et autres rouages de la corruption.


 


Ne leur reste, pour reprendre la métaphore de Sainte-Beuve, qu’à :


« peser des œufs de mouches dans des balances en toile d’araignée »…


 


Le pitoyable histrionisme de "la ministre de La Justice", Mme Taubira, renforce l’éclairage sur cette triste réalité.


 


Présentée par l’appareil médiatique de désinformation comme une "héroïne" de la défense des Droits et de la Dignité, elle n’a cessé des
heures durant de gesticuler et pérorer dans cette pantalonnade.


 


Au lieu de défendre le budget de son ministère en pleine déliquescence par manque de moyens : des années de retard dans des jugements,
des citoyens emprisonnés à tort avant d’être jugés au bout de nombreux mois, etc.


 


Au lieu de lutter pour la rénovation de la quasi-totalité des centres de détention en France, devenus de véritables cloaques inacceptables
au regard du respect de la Dignité Humaine… La France étant, chaque année, dénoncée dans de multiples rapports pour oublier qu’un condamné n’est pas un homme ou une femme à jeter dans une
poubelle ou une oubliette comme au Moyen-Age, mais à placer dans un lieu de "réhabilitation".


 


Et, dire que ce constat d’échec, d’impuissance, de veulerie, d’imbécillité collective, nous est présenté par la propagande comme une avancée
de La Civilisation…


 


Amitiés


 



Aline 09/02/2013 19:07


Cher Georges, bonsoir


Pendant qu’on licencie dans tous les coins de l’hexagone, que le budget européen se  garde bien de toucher à la masse salariale exorbitante des rond-de-cuir bruxellois, que Merkel et Cameron
se félicitent d’avoir encore diminué les miettes jetées aux  pauvres, le Parlement français jaspine et ratiocine sur la ridicule comédie du pseudo mariage homosexuel. Une urgence absolue,
n’est-il pas vrai !
Et si la farce s’arrêtait là, on pourrait hausser les épaules et laisser faire. Mais non. Comme le montre l’excellente vidéo que vous avez mise en ligne,  derrière l’imposture qui consiste à
transformer une réalité physique marginale en idéologie progressiste et à présenter les tenants du bon sens et d’un raisonnement naturel partagé par l’humanité entière depuis que le monde est
monde en vieux schnocks rétrogrades, se profile la transformation des enfants en articles de commerce.
«...Nous ne pouvons pas faire de distinction dans les droits, que ce soit la PMA, la GPA ou l'adoption...Moi je suis pour toutes les libertés. Louer son ventre pour faire un enfant
ou louer ses bras pour travailler à l'usine, quelle différence? C'est faire un distinguo qui est choquant...»
Déclaration de Pierre Bergé, le roi des bobos parisiens. La dernière phrase est particulièrement savoureuse et révélatrice du niveau moral de son auteur.


A l’heure où tout s’achète et se vend, un nouveau et juteux créneau commercial  s’ouvrira bientôt afin de satisfaire les désirs et les caprices de riches Messieurs. 


Amitiés

Catherine 09/02/2013 18:50





Cher Monsieur Stanechy,


En écoutant le Dr. Levy-Soussan, qui paraît vraiment plein de bon sens pour un psychiatre, je me disais que j’aurais aimé lui poser une question idiote, mais comme je n’y étais pas, c’est à vous
que je la pose.


Voilà :


Si on admet le préalable « L’histoire humaine, c’est 100.000 ans de matriarcat + 10.000 ans de patriarcat » (Jacob Dellacqua,  je crois), on
doit admettre que, pendant une certaine période de l’histoire, les enfants n’ont pas connu leur père. Selon divers mythologues, le renouvellement du cheptel humain se faisait au cours d’orgies,
sacrées sans doute mais orgies quand même, où tout le monde avait le devoir de se mélanger avec tout le monde pour assurer la survie de l’espèce. Une des conséquences admises du matriarcat a été
l’infantilisation des hommes (conséquence funeste). La conséquence positive de la procréation « à l’aveugle » est que la notion de bâtardise était inconnue.


La question que j’aurais aimé poser au Dr. Levy-Soussan, est : quelles peuvent avoir été les conséquences psychiques de cette forme de parenté, en dehors de l’infantilisation des
mâles ? Comment les enfants se construisaient-ils, pour reprendre son expression, quand ils connaissaient leur mère mais pas leur père ? Cela s’est-il traduit par des névroses ou même
des psychopathologies repérables ? La préhistoire n’étant pas l’histoire…


Je me souviens que, dans l’immédiat après-soixante-huit, des jeunes en âge de procréer et de fonder ou non une famille ont fait l’expérience de la vie en commun et de la « mise en
commun des enfants», pensant que cela pourrait leur faire plus de bien de grandir ainsi, protégés de l’instinct de propriété de leurs parents biologiques. Qu’est devenue cette
expérience ? Comment s’en sont tirés ces enfants-cobayes? A-t-on étudié le problème ? Plein de questions pour moi sans réponses.


Par ailleurs, petit rebondissement sur le commentaire d'Abdelkader Dehbi      :


Je ne vois pas trop ce que les francs-maçons viennent faire là-dedans. Depuis le temps qu’on les accuse de tout et de rien et qu’ils ne semblent pas avoir eu une quelconque influence sur
l’histoire…


En revanche, on trouve, sur le blog d’eva r-sistons des considérations qui sont peut-être paranos et peut-être justes en tout ou en partie. Elle accuse, elle, le N.O.M. d’arrière-pensées
malveillantes. C’est là :


http://r-sistons.over-blog.com/article-mariage-pour-tous-amour-different-nouvel-ordre-mondial-et-boite-de-pandore-114868731.html


Et merci à vous pour tout. 

Omar 09/02/2013 15:50

Salut George, désolé pour l’orthographe et désolé de me manifester aussi rarement mais encore une fois, merci.... Merci pour tout ce que tu fais... Merci pour tout ce que tu partages et nous fais
découvrir. A 12 minutes, j'ai décidé d'arrêter d'écouter et de regarder ce GRAND monsieur pour écrire quelques lignes... EXCEPTIONNEL! De la vérité, de la logique, de la connaissance, de
l'humanisme, de l'éloquence, de l'humour, de la modestie... Bref, le genre de choses qu'on ne verra certainement jamais sur un petit écran... En résumé, merci professeur, merci mon frère...
Htiramati... from Casablanca... :-)mar

Abdelkader Dehbi 09/02/2013 12:04


Il s'agit bien entendu ici d'un point de vue personnel, mais je trouve immoral, indigne et honteux
qu'un sujet aussi dégradant pour l'image de la France – qui n'en a pas tant besoin – puisse être érigé par les Socialistes-francs-maçons, en question d'intérêt national, alors qu'elle ne concerne
comme le souligne Georges Stanechy, qu'une poignée de "déviants" qui ont toujours été ignorés ou marginalisés par les sociétés humaines, aussi loin que l'on remonte dans l'Histoire.


Ce qui est moralement abject et politiquement malhonnête – au-delà de ces originaux qui constituent donc une infime minorité dans la plupart des
pays – c'est l'instrumentalisation politicienne et électoraliste irresponsable d'une catégorie de population, pour transformer une "tolérance sociale" qui n'a jamais posé problème, en on ne sait
quels "droits", comme si on voulait encourager par la Loi, toute une société à s'enfoncer davantage dans l'immoralité et les déviances contre-nature. Sans parler de l'effet de sape – à venir –
aussi bien sur la morale publique que sur la structure des familles et en fin de compte, sur la démographie, c’est-à-dire sur la pérennité-même d'une nation.


Qu'y a-t-il derrière cet acharnement socialo-sioniste à détruire toute idée de morale en France et ailleurs ?