Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 16:38

 

 

« Operation Earnest Voice (OEV) est le programme fondamental qui regroupe moyens et ressources pour synchroniser nos activités opérationnelles d’Information […] via les médias traditionnels, mais aussi les sites internet ou encore les blogs.
Dans chacun de ces domaines, nous suivons le principe que nous avons appliqué en Irak, celui d’essayer d’être “les premiers avec la vérité” ».

General David H. Petraeus (1)

 

 

 

Dupés. Bernés. Floués.

 

Reconnaissons-le.

 

Encore une fois, l’opinion publique conditionnée, tétanisée, dans son écrasante majorité, a foncé tête baissée dans le panneau. Avec une remarquable maestria, une foudroyante réactivité, la propagande de l’Empire a su faire assimiler son agression coloniale en Libye à la “protection” d’une révolte populaire semblable à celles de la Tunisie ou de l’Egypte.

 

Car, il n’y a pas plus de volonté de protéger le peuple Libyen par les Occidentaux qu’il n’y a eu de massacres de population libyenne par son dictateur. Ainsi qu’en témoignaient les réactions des premiers “expatriés européens” à leur descente d’avion, devant micros et caméras. Témoignages rapidement occultés, par la suite…

 

Soulignant que jamais ne s’étaient produites des manifestations réunissant toutes les couches sociales, avec femmes et enfants, sur une place publique, face à une présence massive et violente de forces de répression, comme Egyptiens et Tunisiens en avaient longuement vécu l’expérience et partagé l’émotion.

 

La Libye reste avant tout une société tribale où chacun bénéficie de la protection de son clan. Son dictateur n’est pas plus, ou est tout autant, sanguinaire, corrompu, débauché, et autres qualificatifs, que ceux protégés par l’Empire dans la Péninsule Arabique, en Asie Centrale, en Amérique latine, en Afrique subsaharienne, ou ailleurs, quand ils se conforment à ses diktats.

 

cartoon-peace-mcdonald honduras

 

“Philosophie” de la canonnière

 

Il s’agit tout simplement d’un coup d’Etat, minutieusement préparé à l’instigation des puissances coloniales, sur fond de partition, de sécession, semant guerre civile, chaos et anarchie dans le pays. 

 

Le pivot étant la ville de Benghazi, dans l’est de la Libye, s’opposant à Tripoli au cœur des provinces de l’ouest fidèles au dictateur actuel. Cyrénaïque contre Tripolitaine. Benghazi, fief des tribus Zuwayaa et Senoussi, d’où était issue la dynastie du dernier roi Idriss, un Senoussi, renversé lors du Coup d’Etat de Kadhafi en 1969.

 

Ces “monarchistes” sont regroupés autour de l’ancien ministre de la justice Mustapha Abdel-Jalil, connu par ses propres concitoyens pour sa corruption effrénée et son appartenance à la CIA. (2) Ce qui explique l’apparition subite de milliers de drapeaux monarchistes, aux trois couleurs, pavoisant Benghazi dès le premier coup de feu, et bien d’autres bizarreries ou incohérences dans les bobards de la propagande...

 

Pris au milieu d’un règlement de comptes entre deux bandes de gangsters, celle du clan d’un dictateur et celle des prédateurs de l’Occident n’aspirant qu’à le remplacer par des marionnettes plus dociles, tel est le sort du peuple Libyen. Assistant impuissant à la régression de son pays au niveau de la Somalie ou du Soudan, dans un déchirement entre tribus rivales, une guerre fratricide entretenue par les Occidentaux. (3)

 

Comment ne pas éprouver compassion et honte, à la fois ?...

 

L’apparition bondissante, d’un plateau TV à un micro radio, d’un BHL, son omniprésence, dans tous les médias francophones, (4) étaient pourtant la signature d’une arnaque de l’appareil de désinformation. Volant au secours d’un Juppé, notre ministre des affaires étrangères à peine capable de lire le texte imposé par notre suzerain et de sourire béatement devant les caméras, pour vendre cette expédition coloniale. Cette énième mise en scène destinée légitimer ce qu’on appelait, au XIX° siècle, la “diplomatie de la canonnière”…

 

Son histrionisme exalté, son fanatisme à la Torquemada, confits de mépris et d’appels à la haine, avaient rythmé l’anéantissement de l’Irak sous les bombes et les mensonges de la propagande. Donnant d’autant plus de relief à son silence, pendant des semaines, lors de l’écrasement dans le souffle et le feu des explosions, obus à uranium appauvri, et épandages de phosphore blanc, de milliers d’innocents : Liban, juillet 2006 ; Gaza, décembre 2008 - janvier 2009…

 

Mutisme de cette Belle Ame, tout aussi monumental, sur les horreurs des dictatures de Ben Ali en Tunisie ou de Moubarak en Egypte. Tout aussi verrouillé, quand il s’agit des pétromonarchies écrasant la révolte de leurs peuples sous la répression depuis des décennies : Bahreïn, Yémen, Arabie Saoudite, Jordanie, Oman, Emirats Arabes Unis. Régimes aussi barbares que pourris, ne connaissant aucun bureau de vote. Seule la Jordanie s’autorisant des simulacres électoraux…

 

Cultivant le mensonge avec un incommensurable culot lors de l’agression par la Géorgie, avec l’assistance de l’Empire et son bras armé l’OTAN, des provinces autonomes du Caucase Russe en août 2008. Contre toutes les évidences, faits et preuves, il n’hésitait pas une seconde à affirmer que c’était la Russie l’agresseur…

 

Alors, entendre un BHL se vanter dans tous les médias français d’avoir "présenté" les dirigeants du Conseil National de Transition de Libye (le mystérieux et autoproclamé CNT) à Sarkozy donne une idée de ce qui est, et était, en train de se préparer… Cela me rappelait son acharnement à vouloir introniser officiellement le Commandant Massoud auprès du gouvernement français de l’époque. Alias "le lion du Penshir" dans nos médias, féodal, chef de guerre, grand baron de l’opium et un des plus fidèles pions de la CIA en Afghanistan. Plus “indépendant” que notre gouvernement actuel, il avait flairé l’embrouille…

 

 

Cynisme et casuistique

 

Le cynisme de l’homme, posant en sauveur de la Civilisation, n’est pas une surprise, mais une norme. Après tout, cette  nouvelle guerre contre un pays arabe producteur de pétrole vient d’être lancée par un Prix Nobel de La Paix, faisant office de “président” de l’Empire. Postures clonées par tous les charlatans cathodiques, payés pour entretenir le ronronnement de la désinformation dans nos médias : experts en stratégie, politologues, spécialistes du monde arabe, géopoliticiens. Lui, nullement gêné par l’imposture, c’est en « philosophe » qu’il interpelle la planète…

 

Ethique…. Morale… Connaissance de l’Autre… Logique… Méthodologie d’analyse… Où est la « philosophie » dans sa logorrhée belliciste, du niveau de la rhétorique des animateurs médiatiques des JT, singeant leurs ancêtres des “actualités cinématographiques” qu’on peut apercevoir dans certains documentaires sur nos désastres coloniaux : expédition de Suez, guerre d’Indochine, guerre d’Algérie ?… Mots, argumentations, triomphalismes, identiques, devant les indispensables exploits des glorieux militaires à la pointe du combat et de la technologie, pour écraser les ennemis de La Liberté

 

Plus préoccupant que les gesticulations de ce propagandiste, archétype de l’habitus colonial de notre caste au pouvoir, est de voir des hommes politiques, se disant hostiles aux néoconservateurs US dictant notre politique étrangère, au premier claquement de doigts prêter allégeance à l’Empire !... Dans une casuistique acrobatique, rappelant les discussions byzantines sur le sexe des anges.

 

La conscience tranquille, approuvant une "zone d’exclusion aérienne" pour protéger une résistance populaire qu’ils comparent, dans un analphabétisme géopolitique sidérant, à la Guerre civile d’Espagne de 1936. Dès lors que la décision est avalisée par l’ONU. Quand on sait les ravages que cela entraîne, liés à un embargo inhumain, pour les pays qui les subissent, comme l’Irak avant sa pulvérisation définitive…

 

« L’ONU, rien que l’ONU, toute l’ONU », comment claironner, ânonner pareille stupidité ? Me faisant penser à ces preux chevaliers s’enrôlant dans une « guerre juste », « l’âme en paix » : ils avaient reçu la bénédiction papale. Clamant, avant de charger sur leurs destriers : « Au Diable les dégâts collatéraux ! Dieu reconnaîtra les siens ! ».

 

Ont-ils oublié que l’ONU, depuis sa création, n’est que la chambre d’enregistrement des décisions, pillages et atrocités de l’Empire ?...

 

L’ONU n’a jamais été capable de protéger les populations civiles, de faire respecter les Conventions de Genève, de faire appliquer le droit international, ne serait-ce qu’au cours des atroces guerres d’indépendance coloniales : Afrique du sud de l’apartheid, Algérie, Angola, Guinée équatoriale, Indochine puis Vietnam, Kenya, Mozambique, et tant d’autres. Massacres, blocus, de Palestine et de Gaza, de Yougoslavie et d’Irak, d’Afghanistan et du Pakistan, centres de torture de Guantanamo, Abu Ghaïb, Bagram, resteront des hontes ineffaçables pour l’ONU.

 

Ont-ils oublié que de multiples pays sont pillés par les groupes miniers occidentaux avec l’aval de l’ONU légitimant partition et mise sous tutelle, du Congo (ex-Belge notamment) au Timor oriental, en passant par le Darfour et la pantalonnade de la sécession du sud-Soudan ?... L'ONU incapable de faire respecter ses propres résolutions en Palestine, incapable de faire respecter des élections libres, des gouvernements légitimes, renversés dans des coups d’Etat militaires en Amérique latine, en Algérie, au Burkina, au Togo, en Côte d’Ivoire, en Indonésie, et ailleurs…

 

Et Martin Nesirky, porte-parole du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon, d’affirmer sans rire, à propos des violences en Libye :

"Tous ceux qui violent le droit international humanitaire et les droits de l'homme devront répondre de leurs actes". (5)

 

 

Vidéos & cocoricos 

 

Kadhafi ?... Avec l’usure du temps, devenu une caricature de dictateur, dérapant d’extravagances en gaspillages. En comparaison, un Franco ou un Pinochet, si longuement appréciés en Occident, paraissent austères, très BCBG …

 

Bien sûr, il a dilapidé les richesses de son pays, au lieu d’investir avec ses voisins dans le développement de la région. Inapte à promouvoir un Etat moderne, fort, indépendant, comme avait su le faire un Atatürk en Turquie sur les débris de l’empire Ottoman. Il avait été mis au pas, après des velléités d’autonomie à l’égard des occidentaux, mais la servilité affichée ne lui enlevait ni mépris raciste, ni rancune de ses maîtres.

 

Beaucoup lui en voulaient. Les Britanniques pour son soutien à la cause de l’indépendance irlandaise de l’Ulster, les Français pour avoir soutenu les diverses tentatives de libération du Tchad et autres Etats africains pourvoyeurs quasi-gratis de son uranium, les Italiens pour les avoir contraints à reconnaitre les atrocités de leur colonisation libyenne, les Israéliens pour avoir soutenu la Palestine, les USA pour avoir osé les défier et mettre les doigts dans le nucléaire.

 

Jusqu’aux Saoudiens et les pétromonarchies du Golfe, pour les avoir copieusement traités de “vendus” à l’Empire à chaque “sommet” de la Ligue Arabe, fustigeant leur lâcheté dans l’abandon des Palestiniens, 

 

En fait, il était mûr pour tomber. Comme Saddam Hussein, à la veille d’être renversé, si l’Irak avait été laissé en paix. Il n’était aucunement nécessaire de bombarder le pays, y répandre mort, souffrance, destruction, humiliation, ressentiment. Ses concitoyens, son propre clan, s’en seraient chargés, sans guerre civile.

 

Mais l’Empire, les relations internationales ne sont pas fondées sur la négociation, ni la gestion des équilibres entre Etats dans le respect d’un droit international. On cogne d’abord, on discute après, éventuellement. L’usage de la force est prioritaire. La Loi du Plus Fort et les lobbies de l’armement l’exigent. Amen.

 

Il n’existe aucun « Ordre International », l’Empire s’y opposant farouchement, imposant des règles de gouvernance à La Communauté Internationale suivant de réelles règles d’éthique, bannissant, sanctionnant :

i)  pour des dirigeants, de tirer sur leurs propres peuples
ii) pour des pays étrangers, d’intervenir militairement dans des Etats souverains qui ne se sont livrés à aucune agression militaire à l’égard d’autres nations.

 

Car, la Libye n’agresse personne, ne bombarde ni ne détruit aucun de ses voisins, n’enferme pas 1,5 million de personnes dans un blocus illégal comme à Gaza. Non. Mais, lorsque l’Empire décide de l’écrasement d’un pays, son pillage et son appropriation, il commence par diaboliser celui qui le dirige.

 

En conséquence, il ne sera pas mis "hors la loi", mais "hors de l’humanité". Transformé en monstre, si ce n’est en terroriste. C'est "l’excommunication", nouvelle formule. Légitimant ainsi toutes les violences à l’encontre de son pays, puisque nous sommes face au “Diable”…

 

Poutine n’a pas hésité à le reconnaître :

« La résolution 1973 adoptée par le Conseil de Sécurité est défectueuse et mal rédigée ; elle permet tout et rappelle l’appel médiéval à la Croisade. Car elle autorise une intervention dans un Etat souverain […] Sous prétexte de protéger des civils. Où sont logique et conscience ? Il n’y en a pas. Les évènements actuels en Libye confirment que la Russie à raison de renforcer ses capacités de défense. » (6)

 

Tout est bon, dans un terrorisme intellectuel chloroformant notre inconscient collectif : une pluie de fausses vidéos, faux blogs et bloggeurs, faux chiffres, faux témoignages, fausses joies de faux combattants. En corollaire, une inflation galopante dans le morbide, le macabre : milliers de morts, dont on ne retrouvera jamais trace, imposant l’urgence des bombardements, sinon on arriverait à des centaines de milliers. Pour peu on atteindrait les “300.000 Irakiens assassinés” faussement imputés à Saddam Hussein. Et, dans le cas de la Libye, pays de 6,5 millions d’habitants, cela ferait beaucoup…

 

La meute est, ensuite, lâchée. Plus de 350 avions et des dizaines de navires, de tout l’Occident avec sa mosaïque de nationalités. Chacun considérant le pays comme un champ de manœuvre “vivant”, réactif mais sans danger réel. Avec l’avantage pour les marchands de canon de tester les matériels, recevant l’indispensable label « Combat Proven » favorisant les ventes, et pour les commandements de coordonner leurs carnages.

 

Ne fermons pas les yeux : bombarder un pays sans défense efficace équivaut à un « carnage ». Ainsi celui commis par nos avions, à Tika notamment, sur des véhicules en retraite ne menaçant pas Benghazi. Choquant même les correspondants de presse étrangers, parlant de la "férocité" des français. (7)

 

Mais Cocorico !  La France se veut “en pointe”, avant de passer le relais à l’OTAN :

 

« La France en pointe de l'opération. "Il est clair que la France assure le leadership de l'action militaire dans l'espace aérien libyen", a reconnu le premier ministre belge Yves Leterme. En effet, Paris a été à l'origine de la mobilisation diplomatique, et c'est le président français qui a annoncé seul le lancement de l'opération militaire, samedi. » (8)

 

Il est vrai que cette opération devenait urgente, plus qu’urgente, pour les pays occidentaux. Quatre objectifs immédiats :

 

i) Faire oublier la contre-révolution en marche, non seulement en Tunisie et en Egypte, mais surtout dans la péninsule arabique réservoir de pétrole de l’Occident, les atrocités de l’oppression : Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats Arabes Unis, Oman, Yémen, sans oublier le Qatar et la Jordanie.

 

Notons par exemple, le silence total de nos médias et de l’ONU sur la terrible répression du dictateur de Bahreïn, Al Khalifa, soutenue, encouragée par l’Empire. Où, l’Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis viennent d’envoyer plus de 1000 hommes de troupes, chars  et hélicoptères de combat, pour mater une révolution aussi pacifique que l’étaient celles des Tunisiens et des Egyptiens. Noyée dans le sang.

 

Rappelons que Bahreïn, depuis des décennies, est un pays où la population vit dans la terreur et l’atrocité des tortures. S’y est illustré pendant 25 ans, le sadique Ian Henderson, écossais connu pour avoir forgé ses techniques de torture lors des guerres d’indépendance au Soudan et au Kenya. Les horreurs commises par le colonisateur lors de la lutte pour l’indépendance du Kenya, contemporaines de celle de l’Algérie, sont parmi les plus terribles qu’aura connues l’Humanité.

 

A Bahreïn, Ian Henderson a fondé la State Intelligence Security (SIS), équivalente de la SAVAK en Iran sous le règne du protégé de l’Occident, le Shah, à la même période. Avec une équipe de spécialistes en tortures britanniques, dont le général Jim Bell qui avait gagné ses galons dans cette discipline contre les indépendantistes de Birmanie et d’Irlande du nord. En comparaison, un Klaus Barbie ferait figure d’amateur dans la sauvagerie des tortures qu’ils ont fait subir aux Bahreïnis et que perpétue l’appareil répressif qu’ils ont mis en place. (9)

 

ii) Faire oublier aux opinions publiques les implacables politiques antisociales mises en œuvre par les Etats occidentaux, en Amérique du nord comme en Europe. La volonté des populations de “défendre la justice et le droit” dans les rues inquiète les gouvernements. La révolte gronde contre les gaspillages de la ploutocratie dans des budgets militaires et sécuritaires sans limites, au détriment de la création d’emplois et de la redistribution de la richesse nationale.

 

Ainsi à Londres, le samedi 26 mars 2011, ce sont plus de 500.000 personnes qui ont manifesté. (10) Les USA n’y échappent pas. Dans l’Etat du Wisconsin les manifestants, jusqu’à 100.000 dans les rues, crient « Mort aux tyrans ! » à l’encontre de leur gouverneur du parti républicain Scott Walker, dans leur colère contre l’injustice sociale…

 

iii) Faire oublier le pillage des richesses pétrolières de la Libye. Une guerre civile, un état d’anarchie, sont les occasions rêvées pour pomper pétrole, gaz et autres richesses minières. Autant qu’on veut et sans payer !... Si ce n’est d’accorder des miettes aux chefs de guerres et potentats locaux. De quoi entretenir l’anarchie en les opposant les uns aux autres. Un des pires exemples, dans ce genre de spoliation, est la RDC (ex-Zaïre) et ses immenses ressources.

 

Avec un double avantage pour la nomenklatura occidentale : un enrichissement personnel, sous prétexte de "remplissage des caisses électorales", via les paradis fiscaux pour les promoteurs et les organisateurs de cette dévastation, et la fermeture de l’accès des Chinois au marché du brut Libyen, un des meilleurs du monde par sa qualité…

 

iv) Faire oublier le soutien aux dictatures des Ben Ali et Moubarak, le manque de réactivité face aux revendications démocratiques des peuples de Tunisie et d’Egypte. D’une façon générale, faire oublier le soutien passé, présent et à venir, aux dictatures ou autocraties inféodées à l’Empire et au service de ses seuls intérêts.

 

 

Intox & CyberWar 

 

Le camouflage des guerres coloniales en sauvetage humanitaire exige un appareil de propagande hautement réactif et performant. D’où l’importance des budgets généreusement accordés à la propagande de l’Empire. L’armée américaine, à elle seule, consacre chaque année un minimum d’US $ 200 millions aux opérations de désinformation sur internet, blogs et réseaux sociaux. (11)

 

Cette action d’infiltration et de noyautage, considérée comme prioritaire, est gérée 24h/24h à partir de la base aérienne de MacDill, près de Tampa en Floride, siège des opérations psychologiques et de propagande (US Special Operations Command) de l’appareil militaire américain. Avec, en complément, huit autres “serveurs virtuellement privés” (virtual private server), répartis dans le monde. Dans toutes les langues, tout particulièrement en Arabe, Farsi (Iran - Pakistan), Ourdou et Pashtoun (Pakistan - Afghanistan). (12)

 

Assisté de logiciels spécialisés, un même opérateur peut emprunter simultanément 10 identités ou “personnalités” différentes, avec des IP distincts, utilisant tous les vecteurs internet, dans le jargon : blogposts, tweets, retweets, chatroom posts, etc. Indétectables, simulant leur présence dans le pays cible pour communiquer de fausses informations, vidéos truquées, fausses photos prises soi-disant à partir de téléphones portables, et autres astuces. (13)

 

Ces techniques de faux bloggeurs, appelées « sock puppets » (marionnettes de chaussette), déjà connues et pratiquées, deviennent de plus en plus sophistiquées dans la crédibilité. En mai 2010, s’était tenue une conférence réunissant les experts les plus pointus en la matière, avec un titre révélateur : InfoWar (14). Des pays, comme Cuba, l’Iran, la Chine, le Venezuela, sont soumis en permanence à cette pression, manipulation et subversion. (15)

 

Sont ainsi fabriqués des “héros de la dissidence” sur des blogs ou Facebook, à partir de la Floride… Parfois, il arrive que des journalistes (du moins, les rares en mesure d’effectuer un travail sérieux…) insistant pour les rencontrer, on soit obligé de les faire “disparaître” comme les héros de séries TV en fin de contrat au cours du tournage : prétendument abattus ou jetés dans les oubliettes. Par le régime à diaboliser, évidemment.

 

Après la Libye, à qui le tour ?...

 

La procédure inquisitoriale, l’excommunication, sont lancées : la Syrie !  La "fatwa" a été officiellement émise par The Jerusalem Post, le 23 mars 2011 :

For all his faults, Assad is the devil we know”

 

Le grand mot est lâché : “Devil”, le Démon, le Diable !... (16)

 

Pays de 25 millions d’habitants, non pétrolier, qui ne menace personne, mais accueille des milliers de réfugiés, Palestiniens puis Irakiens, chassés par la violence occidentale dans leurs pays. Se débattant dans une des pires sècheresses depuis des années, sous embargo non justifié, il a effectivement le tort de ne pas accepter La Loi du Plus Fort et de défendre sa souveraineté face à l’Empire.

 

Alors son dirigeant, Bachar Al Assad, certainement, le plus sérieux, honnête et courageux de la région, en comparaison des despotes moyenâgeux des pétromonarchies et de la Jordanie qui l'entourent, est en cours de diabolisation. D’ici peu, parions-le, nous allons apprendre que ce chef d’Etat, ophtalmologue de formation ainsi que son épouse, a ordonné d’étrangler les bébés de ses opposants dans leurs couveuses…

 

Pendant ce temps, les "manifestants" crient dans les rues des slogans surprenants par rapport à la situation économique et sociale que traverse le pays :

" No Iran. No Hizbullah. We want a Muslim who believe in God ! ".

 Traduction :

"Non à l'Iran. Non au Hezbollah. Nous voulons un Musulman qui croit en Dieu !"

Oui, parce qu'Assad appartient à la minorité religieuse Alaouite, une des multiples branches du Shiisme. Alors, créer des conflits religieux par-dessus le marché... (17)

 

Dans les médias et les couloirs du Congrès des USA, on présente déjà le successeur d’Al-Assad : Ammar Abdulhamid. Présenté comme un porte-parole de la « révolution syrienne », un héros, par The Washington Times du 29 mars 2011, par exemple. C’est le Chalabi syrien, play-boy au catogan, soutenu avec des moyens financiers considérables par tous les « ziocons » (lui-même membre du Brookings Institute) auxquels il a fourni tous les gages de servilité.

 

Résident et citoyen américain, se déclarant entre autres « haut et fort » athée, après avoir écrit un pamphlet contre l’Islam (Menstruation : A Novel) qu’il décrit comme un instrument d’oppression morale et sexuelle en Syrie. Bien sûr, ouvrage primé…

 

Leur marionnette en poche, prétextant l’exemple Libyen, les extrémistes du Congrès notamment au Sénat, faux-nez des lobbies bellicistes et sionistes, ne cachent même pas leur jeu. Ainsi :

=> John McCain, dans l’émission CNN “State of the Union” :  

“This is an opportunity to get rid of an enemy of America. And this administration is playing a repeat of their inaction on Iran in 2009”

ou encore,
=> Joe Lieberman, dans l’émission "Fox News Sunday" :  

“There is a precedent now. … We’re not going to allow Assad to slaughter his own people.” (18)

 

Mais, soyons rassurés, l'ONU veille !...

 

Tournant le dos, pour mieux se concentrer, aux bombardements quotidiens de Gaza, aux orages permanents de drones tombant sur les villages des vallées d'Afghanistan et du Pakistan, Navi Pilla, Haut Commissaire aux Droits de l'Homme (UN High Commissioner for Human Rights) a exigé des autorités Syriennes d'enquêter sur la répression et de "mettre un terme à l'usage excessif de la force" ... (19)

 

 

 

 


 

 

 

 

(1)  General David H. Petraeus onThe Posture of U.S. Central Command - Senate Armed Services Committee, March 16 – 2010, p. 7, http://www.centcom.mil/en/about-centcom/posture-statement 

(2)  Georges Kazola, Imperial Hypocrisy – The Libyan Crusade, CounterPunch, 22 mars 2011, http://www.counterpunch.org/kazolias03222011.html

(3)  Pepe Escobar, Endgame : Divide, rule and get the oil, Asia Times, 25 mars 2011, http://www.atimes.com/atimes/Middle_East/MC25Ak01.html

(4)  Exemple : Canal +, Edition spéciale, 18 mars 2011

(5)  http://fr.rian.ru/world/20110323/188963093.html 

(6)  In Gaddafi triggers Kremlin rift, by M K Bhadrakumar, 23 Mars, 2011, http://www.atimes.com/atimes/Central_Asia/MC23Ag02.html 

(7)  L'intervention française en Libye qualifiée de "jeu de massacre" - Accusés d'un "carnage", dimanche matin à Tika, les militaires français démentent s'être trouvés sur la zone, Le Point.fr - Publié le 21/03/2011 à 13:41, http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/jean-guisnel/l-intervention-francaise-en-libye-qualifiee-de-jeu-de-massacre-21-03-2011-1309359_53.php

(8) http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/03/19/qui-participera-aux-operations-militaires-en-libye_1495866_3212.html

(9)  Jean-Pierre Perrin, Ian Henderson, un Britannique de l'ombre au service du Bahreïn - Depuis 30 ans, il dirige d'une main de fer les services secrets de l'émirat, Le Monde, 31 mai 1995, http://www.liberation.fr/monde/0101141069-ian-henderson-un-britannique-de-l-ombre-au-service-du-bahrein-depuis-30-ans-il-dirige-d-une-main-de-fer-les-services-secrets-de-l-emirat

(10)  Voir les photos de cette impressionnante manifestation publiées dans The Guardian du 26 mars 2011 : http://www.guardian.co.uk/world/gallery/2011/mar/26/thousands-march-against-cuts-in-pictures?picture=373067834#/?picture=373059557&index=0

(11)  Statement Of General James N. Mattis - U.S. Marine Corps Commander - U.S. Central Command - Before The Senate Armed Services Committee On The Posture Of U.S. Central Command, 1 Mars 2011, pp. 39 - 40, http://armed-services.senate.gov/statemnt/2011/03%20March/Mattis%2003-01-11.pdf

(12)  Nick Fielding & Ian Cobain, Revealed : US Spy operation that manipulates social media – Exclusive : Military’s “sock puppet” software creates fake online identities to spread pro-American propaganda, The Guardian, 17 mars 2011, http://www.guardian.co.uk/technology/2011/mar/17/us-spy-operation-social-networks

(13)  Ces photos truquées sont repérables, si on prête attention au fait que les visages ne sont pas montrés (prises de loin, de dos ou avec des lunettes noires pour en brouiller l’authentification), car elles sont souvent reconstituées, après avoir été prises en studio avec des acteurs et figurants …

(14)  Voir le programme de ce colloque : InfoWarCon, 20 mai 2010, http://www.crows.org/the-io-institute/infowarcon-2010-agenda.html

(15)  Deisy Francis Medidor, Marina Menendez et Jean-Guy Allard, Cuba : Opération Surf, 20 mars 2011, http://www.legrandsoir.info/Operation-Surf.html

(16)  Yaakov Katz, For all his faults, Assad is the devil we know, The Jerusalem Post, 23 mars 2011, http://www.jpost.com/MiddleEast/Article.aspx?id=213368

(17) http://www.joshualandis.com/blog/?p=8692

(18) A titre d'actualisation et de complément d'information pour faciliter la compréhension du "contexte Syrien", ce paragraphe ainsi que les deux précédents sont une reprise d'une partie de mon commentaire n° 8, en date du 30 mars 2011.

(19) http://english.aljazeera.net/news/middleeast/2011/03/2011322155925612161.html

 

 

 

Caricature de l’artiste du Honduras Allan Macdonald

 


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Georges Stanechy 28/04/2011 19:42



 


Bonsoir Christian


 


Merci de votre commentaire et de votre amical soutien !


 


Avec mes amitiés






Christian T. 27/04/2011 22:43



Je suis surpris et presque choqué par la qualité de ce blog, de la pertinence des ses information, du brio du style ! Surpris car je croyais que ça n'existait plus et choqué parce que cela pointe
du doigts par contraste l'inanité verbeuse des médias. Grâce à vous je reprend un peu espoir dans le journalisme et je salue la perspicacité de l'analyse mariée heureusement à la langue française
! Du beau travail qui mériterait d'être mieux connu


Bien amicalement



Georges Stanechy 09/04/2011 15:08



 


 


 


Cher Hédi


 


Prendre du recul, par rapport aux évènements immédiats, c’est percevoir nettement les deux politiques convergentes de la nomenklatura de
l’Empire. Prenant en tenaille l’Humanité, avec le support de ses énormes moyens technologiques : militaires, instruments financiers et monétaires, propagande/NTIC (avec ses
sous-produits : désinformation & abrutissement). Accentuées, dans une accélération vertigineuse, par l’absence d’un « Monde Multipolaire », depuis 1989…


 


L’une, celle de la prédation des richesses, ressources, patrimoines, des peuples et pays qu’il asservit dans un néocolonialisme implacable,
assisté des régimes qu’il se choisit.


 


Dans la négation d’un Droit International privilégiant la négociation, la concertation, la coopération, la paix, en lieu et place de la
violence du langage et de l’action : diabolisation - sanction – bombardement – destruction - pillage.


 


La France en donne le plus récent et cynique exemple en Côte d’Ivoire. Pillée depuis des décennies, sans discontinuer, quels que soient les
partis au gouvernement français, jusqu’à ses services publics (entièrement privatisés pour le compte des groupes français), son transport maritime, son commerce extérieur, etc. A présent,
précipitée dans la guerre civile parce que Gbagbo exprimait des velléités de changer de « parrain »....


 


L’autre, celle de la spoliation de ses propres concitoyens dans le détournement de la richesse nationale au seul profit de la caste au
pouvoir.


 


Abyssale régression de l’Empire, tous pays occidentaux confondus, dans un régime archaïque, qui est celui de la Ploutocratie, le
gouvernement des riches pour les riches (dont les revenus ont augmenté de 25 % en moyenne l’an passé), avec ses seconds couteaux, ses mandarins, ses courtisans et sa domesticité.


 


En interaction avec l’affaissement de la philosophie et de l’éthique (cf. les intellectuels réactionnaires), de la justice sociale et économique (démantèlement de tous les systèmes de redistribution de
la richesse collective dans la solidarité), des libertés publiques (paranoïa sécuritaire).


 


Avec, en corollaire, le développement exponentiel de la corruption à haut niveau via les paradis fiscaux : poids déterminant, dans le
formatage de nos législations (ou absence de législations…) y compris européennes, des lobbies de l’armement, de la finance, de la grande distribution, de l’industrie chimie-pharmacie, de
l’industrie de l’addiction (alcool-tabac-jeu), etc.


 


Evidemment, par ses excès, ce système inique porte en lui-même son inéluctable destruction, ne serait-ce que par effet d’entropie. Le problème
c’est qu’il est adossé à un complexe militaro-industriel démesuré, prêt à tous les extrêmes pour ne pas perdre son rôle dominateur… Comme dans un jeu de l’Oie mortifère, pourra-t-on éviter la
case « Guerre Mondiale » avant la refondation de nos sytèmes de gestion collective fondés sur un Contrat Social entre citoyens, ou devra-t-on y passer ?...


 


Apparaît, en filigrane, l’incapacité de nos institutions à générer des gouvernements conscients de ces enjeux. Ne sont au pouvoir que des
personnalités aux pathologies mégalomaniaques et paranoïaques évidentes. Se cooptant dans les chamailleries de leurs egos délirants, niant la réalité dans le mensonge et le cynisme, pour la
satisfaction urgente de leur narcissisme...


 


Nous sommes encore dans la préhistoire de l’Humanité…


 


Ce qui ne doit pas pour autant nous empêcher, du haut de notre arbre, en bon bonobo de lutter pour un monde meilleur !...


 


Amitiés


 






Hédi 07/04/2011 15:52



Cher Georges


Merci pour cette magistrale leçon des choses qui prouve la justesse de vos vues sur le système que vous dénoncez  : celui des dragonnades, des croisades, des génocides indiens, des guerres
de religion et de toutes les guerres du XXe siècle. Et il continue. Sa dernière victime sera peut-être l'espèce humaine, si ce n'est la Planète.


Malgré tout, restons optimiste. Je voudrais votre avis sur ce qui suit.


Marx disait que l'histoire ne se repète jamais; la première fois, c'est une tragédie, la seconde une farce. Cette réflexion m'est venue avec l'effrondement du régime de BEn Ali en Tunisie qui m'a
rappelé les conditions de l'effondrement du régime beylical qui fut suivi en 1881 par la colonisation du pays.


Ce qui avait préparé l'effondrement du régime du bey était l'état désastreux des finances, favorisé par la corruption entretenue par la France et l'Italie qui avaient des vues sur le pays. A
titre d'exemple, le ministre des finances, Khaznadar, avait volé en une année et placé en France, avec la complicité du financier Erlanger qui avait déja sévi en Algérie, l'équivalent de deux
fois le bubget du pays! Ces circonstances m'ont ramené en mémoire les conditions de l'effondrement du régime de Ben Ali. Lui aussi était corrompu par les mêmes puissances et il laisse un pays
criblé de dettes "ignobles". Peu après, voila les Français qui chargent en Libye et en Côte d'Ivoire, comme au bon vieux temps des canonnières. Le nouveau Napoléon III, le "petit" est Sarkozy :
la farce est à son comble et on rirait volontiers s'il n'y avait pas tant de massacres.


Autre rapprochements: dans la péninsule arabique, vous savez que la colonisation britannique du Proche-Orient y avait débuté sous couvert de "révolte arabe" contre les Otthomans. Retournement de
l'histoire. Farce tragique : une vraie révolte arabe y est réprimée avec la cruauté que vous imaginez, par les agents et les patrons de ceux qui avaient commandité la première "révolte"!


Merci Marx.


Car le monde a changé.


La Turquie n'est plus "l'homme malade", mais l'un des plus jeunes et des plus sains, de l'Europe. Elle se rapproche des puissances  civilisées par l'épreuve au contact des barabres
d'Occident :  la Russie, l'Iran, la Chine et les pays d'Amérique latine.


L'Allemagne commence à retirer ses billes : elle ne participera pas aux horreurs que n'ont eu de cesse de lui reprocher ceux qui génocident aujourd'hui à tout va,en Palestine, en Afghanistan et
partout où leurs bombardiers et leurs drones se déploient. Civilisation des "Lumières"!


Amitiés


 



Georges Stanechy 07/04/2011 10:14



 


Bonjour Rita


 


Merci de ces précisions.


 


Amicalement


 


 



ritapitton 05/04/2011 10:58



Bonjour Georges,


Les posts que je t'ai envoyés proviennent d'un  forum sur le site du Mouvement de la paix mouvement de paix  qui se trouve paradoxalement  être pour l'intervention de l'Otan en
Libye et  qui  réclame maintenant  l'arrêt des bombardements après les premières frappes . Comme tous les forumeurs postaient des posts  anti guerre ,anti- ONU, le forum a été
supprimé .Donc je n'ai pas de liens.


Merci à toi , à Abdelkader pour vos posts éclairants ,lucides que je corrobore totalement .


Amitiés .  Rita



Georges Stanechy 04/04/2011 22:30



 


Bonsoir Cher Chahid


 


Une médiation est une offre, une proposition. Jouant, en général sur l’empathie ou la neutralité du médiateur par rapport aux parties en
conflit. Offre qui s’accepte ou pas. En aucun cas, ce n’est une immixtion dans les affaires d’un pays.


 


L’offre de médiation de Chavez, dans le conflit entre les parties libyennes, qui représentait un  certain nombre d’Etats
latino-américains, était recevable, utile, crédible. J’en reste convaincu. Permettant d’éviter la destruction de la Libye. Du fait justement de sa neutralité, aucun Etat d’Amérique du sud n’ayant
de près ou de loin colonisé cette partie du continent.


 


En l’occurrence, l’offre n’a pas été acceptée. Amen.


 


Quant aux déclarations de Chavez sur le Sahara, dont j’ai pris connaissance dans la vidéo (je n’ai pas pu identifier l’année) que tu m’as fait
l’amitié de me communiquer, elles sont tout simplement : inacceptables.


 


Tu connais ma position sur ce dossier, j’en ai fait même un billet qui m’a d’ailleurs attiré des volées de bois vert, tant sur mon blog et mon
mail que sur des sites qui l’avaient repris. Visiblement, il a été abusé par un habile travail de lobby, mais le résultat est là.


 


A partir de ce constat, l’alternative est simple :


 


=>  Soit, on se drape dans sa dignité bafouée, se réfugiant pour bouder sous sa
tente tel Achille vexé, en brûlant le blasphémateur sur la place publique, lui jetant l’anathème et toute la rage de nos insultes





=>  Soit, on se remet en cause en se disant qu’en termes de communication et de
diplomatie on a été "nul", et on réagit au quart de tour. Une délégation officielle ou privée peut se rendre au Vénézuela, avec documents et arguments, prendre rendez-vous avec Chavez. Lui
faisant crédit de l’intelligence, et lui prouvant par A + B qu’il s’est fourvoyé.


 


Chavez est un homme honnête, qui comprend si on lui explique un problème. Et, qui n’a jamais hésité à se remettre en cause.


 


Je regardais récemment l’acteur espagnol Javier Bardem dans l’émission TV de Charlie Rose, sur NBC. Il reproduit les mêmes arguments. Beaucoup
d’espagnols en sont convaincus. Cela m’a toujours choqué de voir combien diplomatie et communication du Maroc, sur ce plan et tout particulièrement en Espagne, étaient aussi
défaillantes. 


 


J'espère, d’ailleurs, que les évènements que connait le Maghreb soient l’occasion d’un rapprochement entre les différents Etats et
gouvernements pour mettre un terme, comme je l’avais expliqué dans mon billet, à ce différend qui ne devrait même pas exister. Se fondant dans l’édification du Grand Maghreb.


 


Amitiés


 






Chahid Slimani 04/04/2011 20:23



Bonsoir Cher Georges


 


Là où il y a un Etablissement de Crédit (Banque, Société de financement …), le loup de l’Empire est déjà dans la bergerie, et il est plus efficace que tous ces
avions, CIA & Co !


Y a-t-il un endroit sur terre où un Etablissement de Crédit de l’Empire n’opère pas actuellement ?


 


Les américains et les anglais avec les fils de Kadhafi monopolisent déjà le secteur en Libye, donc question « intervention », le Loup a pris la place de
 la Grand-mère du Petit Chaperon rouge il y a bien longtemps !


 


« Les problèmes locaux doivent être résolus par les nations et peuples de la zone concernée, sans immixtion étrangère (…) Le rejet de la "propagande"
diabolisante et délirante de mégalomanie »


 


Totalement d’accord avec toi. Mais que dire de cette vidéo postée sur mon blog. Chavez semble ignorer qu’au Maroc, il y a un régime mais aussi un peuple
qu’il faut écouter, une histoire qu’il faut lire… Chouia et Chavez aurait parlé d’un génocide au Maroc !


 


Chavez ne peut pas tout comprendre et tout maitriser, j’ignore tout des dossiers de l’Amérique du Sud, je me tais, mais admettons aussi que Chavez ne maitrise pas
vraiment le dossier du Maghreb. Résultat : je vanterai Chavez sur d’autres dossiers mais on doit l’abaisser au Maghreb, question de contexte, et c’est mieux pour tout le monde!


 


Sur la blogosphère maghrébine Chavez est déjà une « épave »… quelques mois encore et il finira par le comprendre…


 


Un thé à la menthe bien "Mcheher" t’attend tout près des  Cascades d'Ouzoud là où le ciel est toujours clair !


 


Amitiés


 



Georges Stanechy 04/04/2011 17:39



 


 


Bonsoir Cher Chahid


 


Notre thé à la menthe sous la houle de nos discussions animées, mais néanmoins fraternelles, en frémit dans les tasses… Je m’en
réjouis !


 


Il n’y a pas d’Homme Providentiel en Libye, du style Atatürk (avec ses excès et ses erreurs) en mesure de donner du souffle à la
révolution en cours et de l’organiser. Pas plus en Tunisie qu’en Egypte. Cela viendra avec une nouvelle génération, probablement. Encore faudrait-il la laisser émerger, car l’Empire va imposer
ses dinosaures, survivants des anciens régimes, sous travestissement électoral comme en Irak ou en Afghanistan.


 


Ce qui est certain c’est qu’en faisant entrer le loup dans la bergerie, l’Empire va administrer directement la Libye, avec l’OTAN pour
“libérer” les chaumières… Et le loup ne partira qu’après avoir tout dévoré, ne laissant que la peau et les os du cheptel.


 


Il vient ainsi, à titre de hors d'œuvre, de s'approprier les 33 milliards de dollars en dépôts de la Banque Centrale Libyenne aux USA, et
envisage de payer ses frais de guerre sur les livraisons du brut libyen à titre d’entremets. Pour le plus grand profit de ses copains : les marchands de canons...


 


La complexité rend effectivement la pensée binaire inopérante. Raison de plus d’avoir, pour traverser ce brouillard, quelques points cardinaux
présents à l’esprit. Pour ma part, je me limite à quelques principes :


 


i)  Le rejet de toute diplomatie qui ne soit
pas fondée sur l’instauration d’un droit international respectueux de l’autodétermination des peuples, la coopération sous toutes ses formes (quand je vois le Musée du Louvre, contrairement aux
accords signés, refuser d’organiser une exposition à Téhéran avec les œuvres d’art iraniennes en sa possession…), et la négociation en lieu et place du recours systématique à la force
armée.


La Loi du Plus Fort, telle qu’elle est appliqué, se réduit à un matraquage immédiat, avec sa déclinaison mortifère :
sanction-diabolisation-destruction-invasion-pillage.



ii)  Le rejet de toute intervention
militaire de l’Empire, tout particulièrement des anciens colonisateurs dans des régions où ils ont sévi. Les problèmes locaux doivent être résolus par les nations et peuples de la zone concernée,
sans immixtion étrangère. Notamment dans les pays arabes, actuellement truffés de bases et occupations occidentales.



iii)  Le rejet de la "propagande"
diabolisante et délirante de mégalomanie de nos médias occidentaux. Amener à une plus juste mesure des évènements, des hommes et des "contextes" pour « dédramatiser », assainir un
problème, est une discipline essentielle dans la résolution des crises et conflits.


 


Mais actuellement, en Occident, nos médias sont entre les mains de l’appareil militaro-industriel, fanatisant les foules au lieu de susciter
la réflexion. L’hystérie médiatique a atteint encore des sommets. C’est ainsi qu’en France se sont répandus, démultipliés, les propagandistes-brontosaures de la guerre d’Irak, aussi sanguinaires
que véhéments dans le racisme et la bêtise coloniale.


 


Nous nous enfonçons progressivement, comme le pressentait Harold Pinter, dans une société de type « fasciste »…



Restons unis, comme tu le rappelles, car la Bête rugissante, si nous ne la combattons pas, va nous dévorer, nous et nos enfants, dans la violence et la fureur…


 


Amitiés


 






Georges Stanechy 04/04/2011 17:35



 


Bonsoir Rita


 


Merci pour ces commentaires. Pense à communiquer les liens, si possible.


 


Amicalement


 


 



ritapitton 04/04/2011 09:37



 Avis de forumeurs qui voient clair  en ce monde  de brutes :

 Posté par Chantal         Le 29/03/2011
Voilà ce qui arrive quand on prête inconsciemment sa voix à la propagande de guerre et à l'ingérence humanitaire. Dans le cas de la Libye, comme bien souvent dans le cas de l'Iran (voir l'affaire
Sakineh), l'ingérence et les indignations sélectives ne vise qu'a manipuler et mobiliser les opinions pour couvrir des intérêts impérialistes inavouables. Il est tout de même curieux de voir que
les éternelles têtes de turcs de "la communauté internationale" soient les gouvernements qui ont nationalisé leur pétrole (Iran, Venezuela, Libye ...), toujours présentés comme d'affreuses
dictatures sanguinaires et totalitaires. Quid des monarchies pétrolière (Arabie, Bahreïn, etc.) qui en ce moment répriment et massacrent allègrement leur révoltes populaires?
Il n'est pas question ici de défendre Kadhafi, ses méthodes et son clan, mais d'après de nombreuses sources d'informations fiables ce qui se passait en Libye avant l'intervention impériale
ressemblait plus à une guerre civile entre intérêts claniques, ethniques et pétroliers qu'a une révolution populaire réprimée dans le sang.
Il aurait donc été judicieux de ne pas hurler avec la meute derrière BHL et consort, avant d'emboiter le pas à Sarkozy et à son pote le prix nobel de la guerre.
Après cette remarquable intervention, n'en doutez pas, ce sera pire!

 Posté par cyber action le 29/03/2011

Un ami bosniaque m'a traduit hier un article de radio Sarajevo (point de vue d'un lybien) En fait, en Libye, il existe une allocation de chômage(700 dol./mois), allocation de naissance (7000
dol./enfant), capital de départ pour petite entreprise (20.000 dol), après premier mariage 64.000 dol. pour l'achat d'un appartement, essence 0,14 dol./litre. Peu de payas, même en Europe peuvent
en dire autant. En Tunisie et en Egypte, c'était clair, le peuple était dans la rue pour protester.

En Lybie, ce qu'on en voyait, c'était des rebelles au régime (bien armés). En fait, il semble qu'il s'agissait plus d'une guerre tribale. D'ailleurs, c'était un très mauvais indicateur que les
rebelles demandaient l'intervention extérieure, contrairement aux manifestations en Tunisie et en Egypte où le peuple a fait clairement savoir qu'il n'en voulait plus. Le seul homme politique qui
a fait une proposition sensée, à savoir : envoyer en mission des observateurs et ouvrir le dialogue avec Khadafi, c'est Chavez. Khadafi était d'accord, mais les hommes politiques de l'occident
n'en ont pas tenu compte. L'occasion était trop bonne pour une ingérence de plus, avec contrôle de la richesse du pétrole. Le processus de paix passe à mon sens par le dialogue. Après tout, nous
ne savons pas réellement ce qu'il se passe là bas, comme disait Chavez. De plus, l'Onu, on sait maintenant ce que ça vaut.


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------




Chahid Slimani 04/04/2011 08:18



Bonjour Cher Georges


 


De quelle « transition » parlons-nous?


Remplacer Kadhafi par son fils Saif Islam, Bouteflika par son frère ?


Tout le monde sait qu’en Libye le seul prétendant est Saif Islam, contrairement à l’Egypte, même avant la chute de Moubarak on parlait déjà de Soulieman, Amr
Moussa, Mohamed El Baradei etc.


 


Connais-tu un autre prétendant que Saif Islam ? Un autre nom qui circule ? Donc il n’est question que de continuité…


 


C’est vrai il est avant tout question d’un contexte, de contextes. Et chaque contexte a ses propres balises…


 


En Syrie il est important voire vital de ne pas noyer Bachar Al-Assad pour l’instant, pour préserver la base arrière de la résistance, et c’est aux syriens de
décider des alliances : russes, iraniens… pourquoi pas, il est question avant tout d’enjeux et de desseins stratégiques...


Les russes ou les chinois ne sont pas mère Theresa, qui n’existe pas dans les relations et les enjeux internationaux, ils interviennent selon des desseins et des
calculs où il est question avant tout de leur sécurité nationale et des autres intérêts, ça n’a rien d’une histoire d’amour, de gratitude ou d’ingratitude.  Le mot
« dévouement » n’existe pas entre les Etats.


 


Si les américains décident d’intervenir demain en Corée du Nord, les chinois opposeront immédiatement leur Veto, peu importe alors le spectre et les argumentaires
de la Guerre Froide. Dans les relations internationales, la bonne position c’est justement de ne jamais avoir de position. Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont ces prédateurs qui dominent le
monde qui ont fini par nous le faire comprendre, loin des illusions du « militantisme » qui berçait notre « innocence » d’antan !   


Au Maghreb par contre, nous savons tous que pour construire un Grand Maghreb, il faut affaiblir les généraux algériens dont l’armement est à 70% russe, un marché
juteux pour les russes. Après la chute de Kadhafi, le régime algérien sera affaibli (l’occasion historique pour la société civile de s’émanciper de la mainmise des militaires), le drapeau des
révolutionnaires libyens flotte déjà à Rabat et à Tunis, même à Nouakchott ! 


 


Une partie de l’héritage de la guerre froide au Maghreb qui empêche le Maghreb d’avancer est en train d’être liquidée. Après Kadhafi, une page sera tournée, en tout
cas dans le contexte maghrébin. N’oublions pas que les algériens tirent leur balle sur le pied du Maghreb d’une arme russe !


 


Que dire aussi cher Georges des syriens qui soutiennent l’intervention saoudienne au Bahreïn qu’ils trouvent « légitime » et les iraniens, leurs alliés,
qui parlent d’une « invasion saoudienne » ? Le Hezbollah qui attend la chute de Kadhafi pour connaitre enfin la vérité sur la disparition de Moussa Sadr…


 


La solution grise domine les enjeux des crises et des conflits qui secouent notre monde. Ma
position est grise, je l’assume, alors pourquoi les autres veulent-ils nous convaincre qu’il n’y a que la solution toute blanche ou toute noire !


 


Enfin, pour ceux qui ne cessent de parler du précédent d’une intervention militaire… peut-on faire croire à nos enfants que les américains le font pour la première
fois ? que les russes et les chinois débarquent pour la première fois avec leurs dents de lait dans le marécage des « Nations Unies » ? Que les  américains
sont sensibles à de tels précédents ou ont chaque fois besoin de l’aval de l’ONU ?


 


Disons-le clairement à nos enfants, pour l’instant, l’Empire n’a pas besoin de tendre des pièges, il impose ouvertement sa doctrine écrasante au monde entier, à
commencer par les russes et les chinois. Obama l’a dit il y a quelques jours « nous intervenons en Libye parce que nous sommes aussi le pays le plus puissant du monde ».


 


Les révolutionnaires libyens sont le bouc émissaire de notre impuissance…


 


Mais restons unis, laissons cette brume passer, évitons les anathèmes. L’Empire n’a lancé qu’une pierre hélas, mais nous tombons par centaines !


 


Amitiés






Georges Stanechy 03/04/2011 22:38



 


 


Chère Aline Bonsoir,


 


La Libye emportée par le Printemps Arabe a provoqué paradoxalement, outre le drame sanglant qui l’accable, une cacophonie parmi ceux
qui soutiennent du fond du cœur la Renaissance du Monde Arabe et de sa brillante civilisation. C’est regrettable. Peut-être, nécessaire. Pour mieux appréhender une réalité complexe dans laquelle
les enjeux, et donc les manipulations, sont multiples.


 


Deux balises sont importantes :





i)  Ne pas se tromper d’adversaire.


Caricaturalement. Dans l’injure et l’ingratitude. Un exemple :


Chine et Russie souhaitaient opposer leur veto à la résolution 1973 anticipant les distorsions qui allaient suivre, à condition qu’au moins
un pays occidental se joigne à eux, au niveau du Conseil de Sécurité.


 


Pourquoi ?


 


Pour ne pas “reconstituer” l’ancien bloc marxiste, réveillant spectres et argumentaires de la Guerre Froide. Ce qu’attend l’Empire avec
impatience, son appareil de propagande prêt à déclencher son bourrage de crânes planétaire sur ce thème, considérant Russie et Chine comme ses véritables et ultimes ennemis. Ne l’oublions
pas !


 


Mais aucun vassal de l’Empire n’a bronché… Les obligeant ainsi à se rabattre sur l’abstention. N’oublions pas non plus que sans Russie et
Chine, la Syrie aurait était pulvérisée et l’Iran nucléarisé, depuis longtemps...

ii)  Ne pas se tromper de contexte.
Personne ne souhaite défendre Kadhafi. A commencer par Abdelkader (je parle sous son contrôle) qui a été un des premiers à dénoncer courageusement, sur le Web, l’aide d’une partie des généraux
algériens à Kadhafi…


 


De plus, il milite à fond pour le Printemps en Algérie dont, bizarrement, tous nos médias et observateurs avertis se désintéressent…
Fermant les yeux tout autant que sur la répression des révolutions en Arabie saoudite, Bahreïn et Yémen…


 


Par contre, il fait partie de ceux que je rejoins, dans le rappel du droit à l’autodétermination, dans le refus de l’intervention de l’Empire
par des bombardements et agressions armées, instaurant une guerre civile, et un démantèlement du pays similaire à celui de la Somalie.


 


L’entourage entier de Kadhafi l’avait déjà trahi depuis de nombreux mois, ses plus proches collaborateurs, jusqu’à un de ses fils. Une
négociation avec une médiation, des voisins, de pays non colonisateurs de la région (et en cela la proposition de Chavez, qui n’a nullement besoin du pétrole de Kadhafi, était crédible) pouvait
résoudre en douceur la transition. Il suffisait d’un déplacement de Kadhafi à l’étranger et le tour était joué.


 


Mais non : tout le monde s’est précipité dans le piège tendu par l’Empire. Renforçant ainsi son emprise sur les gouvernements et
l’évolution de la région…


 


Ce qui s’appelle se tirer une balle dans le pied. Ce qui n’est pas le meilleur moyen d’avancer.


 


Amitiés


 






aline 03/04/2011 20:00



Cher Georges, bonsoir,



Tout le monde sait que dans toutes les guerres, la première victime est la vérité. Dans une guerre de libération nationale, la vérité est encore plus profondément enfouie dans un puits car les
intérêts des différentes parties sont forcément différents, contradictoires et varient selon qu’on les analyse du point de vue de Kadhafi, des habitants de Benghazi, à l’origine du mouvement,
mais aussi de l’Amérique, d’Israël, de la France, de l’Angleterre, de l’Allemagne, de la Russie, des pays africains, des Etats de l’Amérique du Sud et ce n’est pas tout . De plus, l’analyse varie
selon que les intérêts des uns et des autres se croisent, sont antagonistes ou complémentaires.  Comment établir une hiérarchie et décider quel est le point d’observation  qui décidera
de ce qui doit être considéré comme "légitime" et de ce qui sera qualifié d'"illégitime".  A moins d'être un partisan, on ne peut, en l’espèce, qu'osciller entre un  « Mal » et un 
« moindre Mal », autrement dit entre la peste et le choléra.



C’est pourquoi l’optimisme et le pessimisme reposent sur l’idée que l’on se fait de l’objectif à atteindre et de ses  chances de succès. Le pire est-il l’écrasement des « rats de Benghazi »
et le maintien de Kadhafi ou l’aide étrangère accordée aux insurgés  qui avaient l’invraisemblable prétention de vouloir à la fois la liberté et la démocratie? Cette incroyable
revendication  dérange beaucoup de monde, puisque les seuls arabes qui l’avaient mise en pratique – les Palestiniens – ont été cruellement punis par le gendarme mondial. Feu Samuel
Huntington n’avait-il pas écrit : « Si nous permettons la démocratie dans le monde arabe, nous risquons d’obtenir des gouvernements élus qui seront hostiles aux Etats-Unis. » Quelle
horreur, n’est-ce pas ! Quant au  Russe Gromyko, il révèle que l’URSS avait résolu ce douloureux dilemme d'une manière radicale et expéditive : en décidant à l’avance du résultat. « Les
élections libres, c’est très bien, il n’y a qu’un ennui, c’est qu’on n’est jamais certain à l’avance du résultat. » 


 
Est-ce que l’union du Machrek et Maghreb qu’évoque Abdelkader est favorisée par le maintien de Kadhafi ou par son départ ?



A l’intérieur de la coalition OTAN, un conflit annexe est en train de se développer entre les USA et la France-Angleterre puisque, après avoir claironné que Kadhafi devait partir, la girouette
Obama qui semble avoir obtenu ce qu’elle voulait, vient de  tourner de  180°, de retirer une partie de son aviation et de déclarer que l’objectif n’était plus le changement de
gouvernement et que le soutien aux insurgés ne reprendrait  que si Kadhafi bombardait Benghazi. autrement dit, il parie sur l'écrasement des insurgés.



Pour ma part, je n’ai que des questions et presqu’aucune certitude, sauf une : avec le départ de Kadhafi, l’histoire reste en marche et l’avenir demeure ouvert - le meilleur comme le pire,
malheureusement, sont possibles – mais avec le maintien de Kadhafi, seul le pire est certain et le printemps arabe risque de ne pas connaître d’été.



Amitiés




Georges Stanechy 03/04/2011 14:13



 


 


Aux Amis Lecteurs


 


Lire la dernière publication du philosophe Manuel de Diéguez :


Le printemps arabe et
l'avenir de la pensée mondiale


 


Bonne lecture !


 





 



Georges Stanechy 01/04/2011 17:18



 


 


Cher Abdelkader Bonsoir,


 


Merci de ce complément d’analyse et de documentation « géopolitiques » !


 


J’y souscris entièrement. La Libye est une pièce essentielle dans la constitution du Grand Maghreb, comme dans celui d’une communauté des
Etats Arabes, et musulmans, à venir. Economique, puis politique.


 


Effectivement, en l’écrasant et s’en emparant l’Empire enfonce un « coin », comme on dit dans les techniques forestières, pour
abattre l’arbre d’une « Renaissance ». Il le fait en Palestine et aussi, plus loin, en Afghanistan-Pakistan. Diviser pour régner. Détruire, multiplier les conflits, pour empêcher tout
développement…


 


Mais, tu as raison de rappeler la sagesse du proverbe qui me rappelle celle de la fable du Lièvre et de la Tortue. Tôt ou tard ce qu’il se
refuse à accepter se réalisera. Qu’il le veuille ou non.


 


Amitiés


 





 



Georges Stanechy 01/04/2011 17:16



 


Cher Chahid Bonsoir,


 


Gardons nos rêves. De paix et de Fraternité.


 


C’est essentiel pour débarrasser notre planète de tous ses prédateurs qui, eux, ne pensent qu’aux guerres, destructions et écrasements de la
Dignité Humaine. Long cheminement…


 


Je t’avoue que voir des pilotes de l’armée de mon pays se glorifier de « faire des cartons » sur des soldats sans défense aérienne,
contribuant au chaos et à la guerre civile de leur pays, me dégoûte profondément.


 


Encore plus ces politiciens qui, uniquement préoccupés de combinaisons politiques dans la fébrilité du prochain cirque électoral, exonèrent
leur conscience en se réfugiant sous l’ombrelle de l’ONU…


 


Incapables de rappeler le principe élémentaire qui est de ne jamais utiliser la force contre un pays, sur lequel nos pays se sont engagés
après l'effroyable tuerie de la deuxième guerre mondiale. Négociations et pressions, présentant une palette infinie pour trouver une solution à tout problème. Le bain de sang n’est pas un
« art » de gouverner, mais une pratique de barbares.


 


Raison de plus de cultiver nos rêves d’un monde meilleur, pour conserver notre sérénité face à ces pulsions de fureur et de violence. Dans
l'indifférence de ceux qui n'en sont pas victimes…


 


Amitiés


 





 



Georges Stanechy 01/04/2011 17:11



 


 


Chère Aline Bonsoir,


 


Nos sociétés ne sont que des coques de noix flottant sur un magma. Pessimisme ou optimisme ne sont pas de mise. Seules, lucidité et
détermination peuvent nous permettre de ne pas perdre le nord…


 


Evolutions, révolutions, auxquelles nous assistons, dans le Monde Arabe comme en Amérique latine ou ailleurs (je pense très fort à la lutte
des chemises rouges en Thaïlande, se poursuivant malgré une terrible répression) sont loin d’être terminées, mais bien sûr extrêmement positives pour les peuples qui les vivent. Retrouvant
dignité et foi en l’avenir. Avec des répercussions jusque chez nous.


 


Dans l’éclosion du Printemps Arabe apparaissent, en effet, les signes annonciateurs de la décrue de l’emprise du sionisme en France,
par exemple. Le fait que le premier ministre, Fillon, avec la ministre de la Solidarité Nationale, Bachelot, renoncent à participer au débat sur la laïcité organisé par leur parti au pouvoir,
l’UMP, en fait une énième opération islamophobe, est un indicateur saisissant.


 


Jean-François Copé, secrétaire général de ce parti, une des locomotives des incessantes campagnes islamophobes en France, membre du Comité
Directeur, après en avoir été un temps le Président, de la prestigieuse « Association
France-Israël », doit en avaler son piano...


 


La « réaction » poursuit son travail de sape. Sous toutes ses formes et en tous lieux. C’est inévitable… Là encore, même sous nos
latitudes.


 


Au lendemain de l’extraordinaire manifestation (complètement occultée dans les médias occidentaux) à Londres samedi dernier, 500.000 personnes
manifestant dans les rues contre l’injustice sociale, la première réaction de la majorité gouvernementale a été de mettre en œuvre une réflexion pour créer une législation destinée à limiter,
pour ne pas dire « interdire », ce genre de mobilisation…


 


Dans le pays initiateur de l’Habeas Corpus, c’est la liberté de réunion et de manifestation qui va être démantelée… Probablement,
sous le couvert d’une loi antiterroriste.


 


Défendre la Paix, la Justice et la Dignité, demandent de maintenir le cap dans une constante vigilance…


 


Amitiés


 





 



Abdelkader DEHBI 01/04/2011 09:29




Cher Georges,


Merci pour cette lucidité bienfaisante, même si elle "dérange" souvent, comme dans tant d’autres de tes analyses politiques. Je dirais, une lucidité - glaçante ou tonifiante - selon que l’on
s’accroche à de faux espoirs de "printemps arabe" généralisé ou que l’on préfère sagement raisonner, en fonction des faits concrets et des situations particulières dans chaque pays considéré.


Indépendamment des "contre-feux" de l’Empire, mis en place en Tunisie et surtout, en Egypte - le terme de contre-révolution étant encore prématuré – je me hasarde à penser, s’agissant de la
Libye, que nous sommes en présence d’une "anticipation" décidée dans l’urgence, pour barrer la route à une quelconque forme de synergie avec l’Egypte. Qui plus est, on a la nette impression
qu’au-delà des considérations d’ordre énergétique bien réelles, il y a aussi et surtout, une volonté d’installer - avant qu’il ne soit trop tard - un no man’s land libyen entre le "Machrek" et
le "Maghreb", pour empêcher l’émergence d’un ensemble territorial monolithique arabe qui constituerait l’assise concrète d’un vrai « printemps arabe ».


Mais il n’y a pas que çà. Car, il devient à présent légitime de suspecter les Etats-Unis de vouloir faire d’une pierre deux coups en estimant que la crise libyenne est une véritable aubaine
pour l’Empire, à propos des perspectives qu’elle lui offre, pour une installation en terre d’Afrique d’une base pour son « Africom » après avoir essuyé des refus de plusieurs Etats
africains.


Il ne faut jamais perdre de vue en effet, le postulat permanent du tandem idéologique sionisme / impérialisme, fondé sur leur hostilité viscérale contre les peuples arabes et musulmans.


Rappelons à cet égard, les « Recommandations » du Rapport commandité en 1907 – déjà ! – par Camille Bittermann, lui-même de confession juive, Président du Conseil Britannique
(l’équivalent de la fonction de Premier Ministre d’alors) ?


Ce dernier avait en effet constitué une Commission officielle dont les membres étaient d’éminents historiens et sociologues européens. Cette Commission avait pour mission d’étudier les moyens
susceptibles de perpétuer la prépondérance impérialiste britannique dans le monde. Lors de la première réunion de cette Commission, Bitterman prononça une allocution. Il y déclara notamment
ceci :


"Les empires se forment, s’agrandissent et se stabilisent un tant soit peu, avant de se désagréger et de disparaître….Avons-nous un moyen d’empêcher cette chute, cet effondrement ? Nous
est-il possible de freiner le destin du colonialisme européen actuellement à son point critique ? En fait, l’Europe est devenue un vieux continent aux ressources épuisées et aux intérêts
émoussés, alors que le reste du monde encore en pleine jeunesse, aspire à plus de science, d’organisation et de bonheur…." ("Le conflit israélo-arabe" in – Numéro Spécial de la Revue Les Temps
Moderne n°253 Bis, page 225 - Juin 1967).


En réponse à cette question qui exprimait clairement les craintes des impérialistes britanniques quant à leur avenir, la Commission élabora un important rapport. Celui-ci soulignait


"la nécessité de lutter contre l’union des masses populaires dans la région arabe ou l’établissement de tout lien intellectuel, spirituel ou historique entre elles" (ibid) - et préconisait -
"la recherche de tous les moyens pratiques pour les diviser autant que possible".(ibid). Comme moyen d’y parvenir, le rapport suggérait : "l’édification d’une barrière humaine puissante et
étrangère à la région – pont reliant l’Asie à l’Afrique – de façon à créer dans cette partie du monde, à proximité du canal de Suez, une force amie de l’impérialisme et hostile aux habitants de
la région." (ibid)


Plus tard, à l’issue de la deuxième Guerre Mondiale, c’est Winston Churchill, apôtre de l’impérialisme britannique – qui venait de passer le témoin aux Etats-Unis -, qui devait déclarer de
son coté :


"Si nous avions la chance d’assister de notre vivant à la naissance d’un Etat juif, non seulement en Palestine, mais sur les deux rives du Jourdain, nous verrions se produire un évènement
absolument conforme aux intérêts réels de l’Empire." (ibid) Bien entendu ce vœu aura été largement exaucé depuis….


(cf : http://www.hoggar.org/index.php?opt...
)


 


Serions-nous en train d’assister à un projet d’édification d’une nouvelle barrière – cette fois-ci, non pas humaine, mais militaire – séparant physiquement les régions Machrek et Maghreb du
monde arabe comme l’est l’entité sioniste implantée tel un poignard, en plein cœur du Moyen-Orient ?


Sauf que…. Sauf qu’un vieux proverbe bien de chez nous, est là pour nous rappeler que : « Celui qui fait ses comptes tout seul, n’y voit jamais que bénéfices. ». L’Histoire
immédiate et visible à moins d’un an de distance nous apprend que de gros nuages noirs sont en train de s’amonceler à l’horizon des places fortes de l’Empire, de Wall Street à la City, tandis
que l’allié asiatique, le Japon, n’en peut déjà mais, sous les coups du sort. Rendez-vous donc en Septembre – Octobre – Novembre 2011, pour le futur Fukuchima financier de l’Empire.




Chahid Slimani 31/03/2011 08:14



Bonjour cher Georges


 


Et comment cher ami, je te dois plus qu’un thé à la menthe et des briouats, je te dois tout ce que j’ai appris en te lisant avec enthousiasme et satisfaction
décortiquer une actualité et des enjeux qui m’échappent souvent, tu es quelqu’un de très honnête qui s’inquiète des conséquences imprévisibles d’une intervention aussi suspecte, je ne peux que te
comprendre, je dois te comprendre, et je suis complètement d’accord avec toi, mon commentaire est un soupir plus qu’une « analyse », Kadhafi ne doit pas nous diviser, puissant et impuissant. Il
est en train de couler, nous sommes en train de renaître. Il est en train de descendre, nous sommes en train de remonter…


 


Non cher Georges ce n’est pas toi qui risque de confondre un modeste blogueur avec un « sock puppet », jamais, ce sont les autres, les faucheurs de rêves qui
traitent déjà les blogueurs dans les pays arabes,  d’« homos, athées etc.»… qui veut noyer son chien…la vipère prépare le gibet…


 


J’étais en train de t’écrire ce commentaire et j’ai fini par écrire un petit texte que je vais publier bientôt.


 


Amitiés



aline 30/03/2011 19:56



Cher Georges, Bonsoir,


Ecrire quelque chose d’intelligent et de nouveau sur les révoltes des peuples de la rive sud de la Méditerranée constitue un pari que je ne m’engagerai pas à tenir. Je constate seulement que la
majorité des commentateurs sont passés d’un optimiste délirant à un pessimisme démoralisé et démoralisant alors que les données de fond n’ont pas fondamentalement changé.



Pourquoi les magnifiques paroles du poète tunisien  Abou Qacem El Chabi , qui étaient sur toutes les lèvres hier, seraient-elles brusquement devenues obsolètes ?
Lorsqu'un peuple veut la vie, force est au destin de répondre,
 Aux ténèbres de se dissiper et aux chaînes de se rompre !
C’est toujours vrai aujourd’hui. Ce qui a existé ne peut pas être effacé. Le tsunami géopolitique du « printemps arabe » continue de manifester ses effets .


Il était candide de croire qu’il n’y aurait pas de résistance et que l’ordre ancien ne banderait pas ses muscles partout où il est en mesure d’agir, afin d’essayer de briser l’élan d’une « nation
arabe » naissante dont la volonté de libération a ondulé du Maroc à la Péninsule arabique.



D’abord, la     planète a pris conscience qu’un embryon de « nation arabe » commençait à exister et qu’elle avait beaucoup plus en commun que la « nation européenne » et son Babel
linguistique.



En effet,  cette nation naissante possède une langue commune, des mœurs et des fondements religieux communs et surtout  une fabuleuse et très nombreuse jeunesse dont le dynamisme 
forme un contraste violent avec les peuples vieillissants de la rive nord d’un  Mare Nostrum, quasiment devenu un lac américain: ce sera notre destin commun de l’en éliminer. La démographie
a toujours été la source de tous les grands mouvements politiques.



C’est pourquoi, malgré des variantes locales, la dimension nationale demeure  prépondérante dans tous les soulèvements qu’on voit se manifester les uns après les autres. La revendication de
retrouver une dignité bafouée par des régimes  corrompus, indéboulonnables, qui ont vendu le pays et ses ressources  à des multinationales étrangères, constitue un point commun à toutes
les révoltes. La soumission  aux intérêts américano-sionistes et l’abandon des Palestiniens sont des humiliations que la jeunesse de tous les pays arabes ne pardonne pas à des dirigeants
affairistes, incompétents et lâches.
Les évènements de Libye  n’ont pas fait disparaître ces données de fond même si l’Occident, qui  a sous-estimé la résistance que pouvait opposer Kadhafi, croit pouvoir réitérer les «
croisades » passées.  En revanche, ju’espère que nous ne sur-estimons pas Bachar  El-Assad, qui semble se crisper sur un  statu quo imprudent  et de nature à offrir un espace
à la contre-attaque. Une politique étrangère indépendante et honorable est une condition nécessaire, mais non suffisante. La Libye, avec son dirigeant fantasque, indéracinable, une famille
imbuvable, un pays désertique, mais riche de son sous-sol, peu peuplé, dispersé en tribus rivales, offrait un terrain de contre-attaque idéal. Mais à l'origine , avant de devenir des "insurgés",
les Libyens étaient simplement des manifestants comme ceux des pays voisins qui demandaient plus de justice et de liberté.


Il ne faut pas oublier que la Révolution française  a conduit à la Terreur, a valu à la France deux Restaurations et deux empires avant que s’instaure, cahin-caha une République  dont
les défauts nous sautent aux yeux chaque jour .

 Mais la persévérance est une  condition  majeure du succès. Les  colibris palestiniens résistent depuis soixante cinq ans ! Ils sont la démonstration  vivante que 
le destin se pliera tôt ou tard aux peuples qui « veulent la vie ».
Amitiés




Georges Stanechy 30/03/2011 15:15



 


 


Cher Chahid Bonsoir


 


Aucun dictateur ne mérite d’être « défendu », je suis entièrement d’accord avec toi.


 


Par contre ce qui est inadmissible, et c’est le sens que je souhaitais donner à mon billet, c’est "l’instrumentalisation" de Kadhafi par les
nomenklaturas de l’Occident afin de soulager leur “Conscience” à bon compte, en soutenant et couvrant les exactions de dictatures pires que la sienne comme celles de Bahreïn, du Yémen ou d’Arabie
saoudite. Pour me limiter à cette partie du monde.


 


Tout aussi inadmissible, au travers d’une diabolisation savamment mise en scène, est le bombardement du pays, sa balkanisation (ou
"Somalisation"…) entre tribus ou groupes ethniques dont on arme les tueries, instaurant guerre civile, anarchie et chaos. Pour le piller en toute tranquillité.


 


Le sommet de Londres d’hier montre l’extraordinaire cynisme de l’Empire s’emparant du Printemps Arabe pour le gérer selon ses seuls
intérêts, dans le mépris du droit à l’autodétermination des peuples. Car, c’est lui qui va déterminer les partis et responsables politiques destinés à administrer son
« néocolonialisme new look » dans la région.


 


Avec une réactivité implacable, il s’adapte aux contextes locaux : freinant les processus révolutionnaires comme en Egypte, Tunisie, ou
Yémen ; les brisant ou les écrasant dans l’œuf, comme en Arabie saoudite ou à Bahreïn ; ou encore, les suscitant artificiellement comme en Syrie.


 


Dans les médias et les couloirs du Congrès des USA, on présente déjà le successeur d’Al-Assad : Ammar Abdulhamid. Présenté comme
un porte-parole de la « révolution syrienne », un héros, par The Washington Times du 29 mars 2011, par exemple. C’est le Chalabi syrien, play-boy au catogan, soutenu avec des
moyens financiers considérables par tous les « ziocons » (lui-même membre du Brookings Institute) auxquels il a fourni tous les gages de servilité.


 


Résident et citoyen américain, se déclarant entre autres « haut et fort » athée, après avoir écrit un pamphlet contre l’Islam
(Menstruation : A Novel) qu’il décrit comme un instrument d’oppression morale et sexuelle en Syrie. Bien sûr, ouvrage primé…


 


Leur marionnette en poche, prétextant l’exemple Libyen, les extrémistes du Congrès notamment au Sénat, faux-nez des lobbies bellicistes et
sionistes, ne cachent même pas leur jeu. Ainsi :


=>  John McCain, dans l’émission CNN “State of the Union” :


“This is an opportunity to get rid of an enemy of America. And this administration is playing a repeat of their inaction on
Iran in 2009.”


 


Ou encore,



=> Joe Lieberman, dans l’émission Fox News Sunday :


“There is a precedent now. … We’re not going to allow Assad to slaughter his own people.”


 


Ceci étant, Cher Chahid, tu me dois un thé à la menthe (agrémenté de briouats au miel, de macarons aux amendes et de cornes de gazelle) pour
avoir suggéré que je puisse confondre, ne serait-ce qu’un centième de seconde, un courageux et talentueux blogueur avec un « sock puppet »…


 


Amitiés


 


 



ritapitton 29/03/2011 21:20



Georges voici le lien de l'article original :



 http://www.michelcollon.info

La Libye face à l'impérialisme humanitaire. Entretien avec Jean Bricmont


Interview réalisée par Grégoire Lalieu

Kosovo, Irak, Afghanistan : les partisans d'une intervention en Libye n'auraient-ils pas retenu la leçon ? Jean Bricmont, auteur d'un ouvrage sur l'impérialisme humanitaire, nous explique
pourquoi le droit d'ingérence est incompatible avec la paix dans le monde et dessert les causes humanitaires. A moins bien-sûr, que ces causes ne soient que des prétextes...



Chahid Slimani 29/03/2011 19:01



Cher Georges Bonsoir


 


Je crois que la réponse est venue de Bachar Al-Assad lui-même. En acceptant la démission de son gouvernement, il admet que l’armée syrienne a tiré sur la foule
« par manque de sang-froid, de sens politique, de réalisme, paniquant devant un mouvement de foule à priori pacifique »…


 


Un très bon départ pour désamorcer la bombe à retardement. Bachar Al-Assad vient de comprendre qu’il faut parfois nager avec le courant, surtout qu’une partie des
prétentions du courant est légitime : un printemps arabe.


 


L’entourage de Bachar Al-Assad, (comme Jamal pour son père Moubarak) aurait pu le déconseiller de faire des concessions et  Bachar Al-Assad aurait
joué son avenir. et c’est là qu’entre l’empire en scène !


 


Parfois la solution est très simple. Des manifestants pacifiques qui demandent des réformes, plus de dignité… il suffit de les écouter, de les laisser manifester,
ce sont des moments historiques dans le monde arabe, tout le monde voudrait participer et le voir le soir sur Al-Jazeera, pourquoi des balles
réelles cher Georges, ça peut être moi, toi, un ami, un voisin…


 


Est ce qu’il est si important de connaitre le nombre des victimes en Libye ?


 


Peut-on défendre un dirigeant qui traite ses citoyens de « rats » ? Pas besoin de l’intox et de la cyberwar, Kadhafi et ses fils s’occupent de
tout ! 


 


Quand je sors manifester, est ce que je suis vraiment dupé, berné, floué ?


 


Au Maroc, ils ont parlé au début de manifestants « manipulés par le Polisario », puis « une bande d’homos » (oui oui !), puis des
« convertis au christianisme », puis remarquant que le courant islamiste commence à s’imposer dans les manifestations, ils sont en train d’inventer quelque chose d’autre, on va voir,
ceci dit, tout le monde sait qu’au Maroc, à la première balle réelle tirée, le pays éclatera… donc ils ont choisi de nager avec le courant, tant mieux !


 


Dans le commentaire 3,  Jean Bricmont parle  « d'une insurrection armée et tous les gouvernements répriment ce type
d'insurrection », mais c’est grave comme analyse.


La brume de guerre s’installe dans les deux camps !


 


À la base, ce sont de jeunes gens qui sortent manifester contre la dictature, la gérontocratie, la ploutocratie …   ce que nous
dénonçons tous, et c’est la raison d’être de nos blogs.


Demain si les choses s'empirent dans mon pays et je ne le souhaite pas, deviendrais-je moi aussi un « « sock puppet », une « insurrection
armée » ?


 


Amitiés



Georges Stanechy 29/03/2011 17:44



 


 


Bonsoir Cher Chahid


 


Je rejoins ton analyse, notamment sur la Syrie, même si je l’aborde sous un angle différent. Occasion de préciser pour nos amis lecteurs deux
points de “contexte” :


 


i)  La Syrie est toujours “juridiquement” en
guerre depuis son dernier conflit avec Israël, refusant de signer tout traité de paix qui ne serait qu’une acceptation des territoires conquis et colonisés par l’entité occidentale à son
détriment : le plateau du Golan, tout particulièrement.


Expliquant les embargos, entraves à son commerce, aux investissements étrangers, et autres harcèlements organisés par les pays occidentaux.
Pénalisant bien évidemment un pays qui, malgré ces manœuvres de déstabilisation et les ravages de la sècheresse actuelle, fournit de gros efforts pour accueillir les milliers de réfugiés fuyant
la violence infligée dans les pays voisins par la Coalition…



ii)  La Syrie est infiltrée par tous les
services spéciaux occidentaux, utilisant toutes les techniques de subversion pour en miner la cohésion. A commencer par des valises de dollars… Allant jusqu’à fomenter des conflits
religieux…


Dans les techniques de subversion, lorsqu’on veut discréditer un régime, outre les désinformations (on l’a vu lors de l’affaire Hariri), une
des favorites est de tirer sur des manifestants par snipers embusqués pour faire croire que c’est le fait de l’armée ou de la police.


 


On en arrive ainsi au Ruban de Moebius ou, plus prosaïquement, au dilemme “qui fait l’œuf qui fait la poule” ?...





=>  Est-ce l’armée syrienne qui a tiré sur la foule, par manque de sang-froid,
de sens politique, de réalisme, paniquant devant un mouvement de foule à priori pacifique ?


Caractéristique d’un régime aux abois et d’un dictateur impopulaire. Ce que n’est pas Bachar Al-Assad.



ou



=>  Est-ce une action des services spéciaux occidentaux, avec leurs sous-traitants sur place ?


Afin d’envenimer une situation, avec un jet constant d’huile sur le feu par l’appareil de propagande. Légitimant, ainsi, une “intervention
humanitaire” de La Communauté Internationale, suivant le schéma Libyen…


 


Pour ma part, je fais crédit de "l’intelligence de la situation" au gouvernement Syrien, dont le pays vit avec un remarquable courage et une
infinie patience, depuis des décennies, sur le plus dangereux volcan géopolitique de la planète…


 


Amitiés


 


 






Georges Stanechy 29/03/2011 17:34



 


Bonsoir Rita


 


Merci de ce résumé de l'article de Jean Bricmont.


 


Il aurait été intéressant, pour nos amis lecteurs, d'en mentionner les références ou le "lien". Afin de pouvoir le lire dans son intégralité, pour ceux qui l'auraient souhaité.


 


Amicalement


 


 



ritapitton 29/03/2011 09:58



Bonjour Georges , bonjour à  à tous ,
Je vous fais un résumé  de l'excellent texte (un peu long ) de Jean Bricmont  . A l'école j'étais toujours première en  résumé .

 1) Droit d'ingérence ??? Incompatible avec la paix dans le monde et dessert les causes humanitaires qui sont des prétextes .L'impérialisme humanitaire ce n'est qu'un prétexte pour faire
accepter l'intervention et ça légitime par la ruse le droit d'ingérence.

2)  La Résolution de l'ONU a été votée à l'encontre des principes de la Charte des Nations Unies car il n'y a aucune menace extérieure dans le conflit libyen . Ill s'agit d'une insurrection
armée et tous les gouvernements répriment ce type d'insurrection .

3) On reproche les morts civils à Khadafi ???? mais que font les Israéliens à Gaza et les US en Irak , en Afghanistan ??????

4)Le conflit libyen n'a rien d'exceptionnel : il y en a à Gaza , à Bahrein , et au Congo il y en eut  il y a quelques années où il s'agissait pourtant  d'un conflit extérieur et l'ONU
n'avait rien fait pour sauver des millions de vie .

5) Une grande caractéristique du droit  d'ingérence est donc le non -respect du droit international classique .

6) Les pays qui sont dans la ligne de mire des US vont automatiquement renforcer leur armement . La Russie pourtant pas désarmée va renforcer son armement.Et si la Libye avait l'arme nucléaire
elle n'aurait jamais été attaquée .Ex : la Corée du Nord . On créé donc des logiques de guerre  à long terme .

7) NB   Après cette  intervention le nouveau gouvernement libyen sera évidemment prisonnier des intérêts occidentaux .

8) Sachez qu 'en Libye Khadafi avait accepté un cessez le feu et proposé l'envoi des observateurs internationaux . Mais les fouteurs de guerre ont rejeté cette proposition et aussi celle de
médiation de Chavez  pourtant suivie de nombreux pays d'Amérique du Sud ainsi que de l'OUA . Sale guerre quand tu tiens les impérialistes !!!

9)Et ces  gens de gauche dans leur petit coin  n'ont RIEN compris et dénoncent  " l"horrible Alliance Bolivarienne " qui soutient Khadafi !!! Mais ces dirigeants latinos sont au
pouvoir avec d'énormes responsabilités et l'ingérence des US c'est leur grand problème . Ils veulent s'émanciper à raison de la  tutelle  US .

10) Voyez ce scénario : les peuples européens  qui voient l'Islam comme une menace voient leurs pays se battre en Cyrenaïque pour des insurgés criant "ALLAH ACKBAR " Contradictoire tout ça
!!

11) Le FN s"oppose à raison à cette guerre et évoque la menace des flux migratoires . Allez FN  pour 2012 ;

12) La Tunisie et l'Egypte pourraient désormais être hostiles à Israel et pour protéger Tel Aviv  les Occidentaux veulent se débarrasser de l'Iran , de la Syrie , de la Libye .Et  ils
bombardent la Libye pour commencer . Vade retro Satanas .Amen

14) La politique d'ingérence nécessite un budget militaire et les US ont un budget militaire délirant !!

Conclusion de Jean Bricmont
Il faut une autre vision politique pas celle des guerres et des embargos avec leurs conséquences désastreuses .La meilleure alternative est la COOPERATION avec les différents pays quelque soient
les régimes .Les idées circulent à travers le commerce (pas celui des armes évidemment )et les choses peuvent évoluer sans guerre.Amen

Conclusion spirituelle de Rita
Eh oui la Nature s'est montrée violente au Japon en secouant les entrailles de la Terre et voilà que les hommes de nature mauvaise prennent le relais en bombardant par ingérence lourdement la
Libye !!  Quand la Nature attaque c'est un désastre et quand les brutes humaines passent à l'attaque on entend le bruit  du tonnerre et et on voit des éclairs .
Oui l'homme a été crée avec le concours de ces Forces androgynes et violentes de la Nature et sa finalité c'est de sortir  de ces Forces contraires ténébreuses pour évoluer vers la
Transcendance .

A BON ENTENDEUR  .......................................

Merci de votre attention   R.I .T .A  COSMIQUE






Chahid Slimani 29/03/2011 00:44



suite du commentaire…


 


Maintenant essayons d’anticiper les choses un peu en Syrie :


 


Le 8 mars dernier, Donald Rumsfeld qui vient de créer un site internet aussi médiocre et obscur que sa carrière, a publié sur son site une vidéo que Saddam Hussein
lui aurait remise  en 1983 lors d'un entretien secret alors qu'il était l'envoyé spécial de Ronald Reagan… Des séquences qui montrent des femmes-soldats en Syrie en train
d’arracher la tête à des serpents avec leurs dents, avant de les manger… D’autres soldats poignardent des chiots etc.


 


Pour Donald Rumsfeld donc il est question de montrer au monde « la barbarie de l’armée syrienne » !


 


Réponse de l’armée syrienne : après l’éclatement comme par hasard de la première manifestation, ils tirent à balles réelles sur les manifestants, alors qu’ils
savent très bien que les scènes vont être filmées avec des portables etc.


 


Honnêtement, je n’ai pas vu une manière aussi rapide et stupide de mordre à l’hameçon et de foncer tête baissée dans le panneau !


 


Oui nous soutenons Bachar Al-Assad, mais on doit lui dire dès aujourd’hui, le chemin du sang est un chemin de non retour. Les syriens aiment Bachar Al-Assad mais
ils ne pourront pas tolérer plus longtemps les folies de sa mère, son frère et son cousin.


 


Il est temps que Bachar Al-Assad s’impose comme seul dirigeant  du pays, ce que Ben Ali, Moubarak, Kadhafi et les autres n’ont pas voulu et ne
veulent pas comprendre.


 


C’est un tournant, et rien n’est encore joué, Bachar Al-Assad, s’il est sagement conseillé, loin de la même rhétorique, peut désamorcer la bombe a retardement et
s’en sortir indemne.


 


Amitiés



Chahid Slimani 29/03/2011 00:33



Bonsoir cher Georges


 


Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a dit tout à l’heure qu’il a appelé Bachar Al-Assad deux fois en trois jours pour le conseiller de réagir favorablement aux attentes des syriens…


La question est : pourquoi employer le terme « conseiller » comme si Bachar Al-Assad est très mal conseillé en ce moment ?


 


Je dirais sans hésiter que Recep Tayyip Erdogan est un grand sage.  Il ne soutient pas, ne dénonce pas, mais conseille, remarquant que les amis de
Kadhafi au lieu de le conseiller de désamorcer la bombe à retardement qui risque d’éclater en Libye ouvrant les portes à une intervention de l’empire, ils ont préféré renchérir « 
Kadhafi est victime d’un complot impérialiste ». Résultat : ils ont la guerre civile, les massacres, l’intervention de l’empire, les carnages et un Kadhafi qui va
disparaitre…bravo !


 


Admettons cher Georges, qu’encore une fois la propagande de l’empire n’a pas trouvé la bonne réponse. On ne peut pas soutenir Kadhafi et ne pas discréditer sa
crédibilité.


 


Loin de la propagande et des desseins de l’empire qui doit forcément anticiper les choses, voire récupérer les manifestations et leurs « leaders » (c’est
normal puisqu’on parle d’un empire !) , rappelons que les manifestations étaient pacifiques au début, pourquoi personne n’a conseillé à Kadhafi de laisser faire, de faire des concessions, de
préparer son départ ?


 


Et l’empire et BHL n’auraient rien pu récupérer !


 


Admettons aussi que l’empire ne fait que récolter les erreurs des autres et les transformer en « victoire » !


 


Pourquoi nos dirigeants doivent-ils chaque fois la rejouer de la même manière : mater, massacrer et attendre la réaction de la « communauté
internationale » selon les enjeux ?


 


La CIA ?


 


Que faisait le fils de Kadhafi « chargé des questions sécuritaires » aux Etats Unis durant 20 jours après les événements en Tunisie ?


 


suite du commentaire…