Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 14:14

 

 

« … Nous vivons sur la foi d’autrui… C’est là qu’il faut la plus grande attention pour percer l’intention de l’intermédiaire, et pour savoir d’avance sur quel pied danser. Corrigez par la réflexion le défaut ou le faux de l’information. »

Baltazar Gracián  [1601 – 1658] (1)

 

 

 

« On ne s’improvise pas diplomate »…

 

Tel était le titre d’un manifeste signé par des diplomates français, sous le nom collectif de “Marly”, dans Le Monde du 22 février 2011. (2)

 

“ Intéressant ! ”, me suis-je dit face aux décombres fumants de notre diplomatie, d’entendre enfin une réaction de ses propres membres. Le journal précisant :

« Un groupe de diplomates français de générations différentes, certains actifs, d'autres à la retraite, et d'obédiences politiques variées… ». 

 

Label de “neutralité”, en prime ! Le titre, toutefois, me paraissait suspect par son ambiguïté. Une diplomatie ne s’improvise pas : oui. On ne s’improvise pas diplomate : il y a du réflexe corporatiste dans l’air…  

 

Les réactions accompagnant ce genre de papier n’ont pas manqué. Il convient toujours de ne pas les négliger : confortant la crédibilité, ou le contraire. Même venant de l’étranger. Nos amis britanniques, toujours aussi fins que leurs petits pois en béton assaisonnés à la gelée de menthe dès qu’il s’agit de se payer notre tête, en pavoisent de satisfaction. (3)

 

Souvent, plus qu’on ne pourrait l’imaginer, ce n’est que faux débat organisé pour mettre en valeur une campagne de communication, ou plus près de la vérité, de désinformation. Jusqu’aux soi-disant avis divergents de deux apparatchiks, membres éminents du même clan de la nomenklatura au pouvoir. Préparant le sauvetage ou le ravalement de façade d’une “politique” en difficulté, par exemple.

 

Ainsi, Henri Guaino, le conseiller spécial de notre président, parle d’un “tract politique”, posant la question : « Qui sont-ils ? De jeunes ambitieux qui cherchent des places, des diplomates retraités aigris ?... ». Alors que  pour Jean-François Copé, le patron du parti majoritaire, cette tribune aurait été rédigée : «… par des diplomates du plus haut niveau ». (4) Michèle Alliot-Marie, alors ministre des affaires étrangères, préférant la formulation poétique dans sa critique de “Marly” : « La diplomatie française n’est pas une nostalgie ». (5) 

 

Texte complexe, riche en perspectives audacieuses, porteur d’une profonde remise en cause, ouvrant des pistes nouvelles, proposant une rénovation, une réflexion géopolitique adaptée au siècle dans lequel nous vivons et préparant le prochain, une renaissance de notre politique étrangère et de son « corps diplomatique » ?... 

 

Sa simple lecture donne la réponse : une grossière opération d’enfumage…

 

Sock_Puppet_3_small.jpg

“Domaine réservé”… De qui ?  Pour qui ?

 

La France s'enorgueillit du plus grand réseau diplomatique mondial après celui des USA : 160 ambassades, une centaine de consulats, avec centres culturels et autres vitrines, répartis sur 5 continents.  Davantage que ceux des géants : Chine, Inde, Brésil, Russie !... Ou, d’anciennes nations au passé impérial : Grande-Bretagne, Espagne, Italie, Allemagne…

 

Un des premiers budgets de la planète qui ne connaît ni restriction, ni exigence de recettes pour en justifier les dépenses. Elus de nos assemblées, politiciens de tous bords, médias, “experts politico-radio-télévisuels”, si vigilants d’ordinaire dès qu’il s’agit d’investissements ou de dépenses dans le social, l’éducation, la recherche, les services à la collectivité, évitant de se pencher sur ces sommes pharaoniques.

 

Apparemment, dépenses de fonctionnement ou d’investissement des représentations diplomatiques, calculs de rentabilité entre un budget et ses “obligations de résultat”, efficiences des contributions colossales octroyées sans contrôles, ni exigences de diminution, à une multitude d’organisations internationales, n’attisent pas leur curiosité, ni leur sens aigu de la préservation des deniers publics.

 

Pourtant il y a de quoi s’inquiéter quand Michèle Alliot-Marie elle-même, qui a été récemment responsable des affaires étrangères, reconnaît la totale inefficacité de ce dispendieux appareil d’information et de représentation :

« Non, en janvier [2011] il n'y avait pas dans les notes et télégrammes [diplomatiques révélés par le site WikiLeaks] de quoi anticiper ce qui se passe aujourd'hui dans le monde arabe. La France n'a pas su comprendre ce qui était en train de se produire. Pas plus qu'aucun autre pays d'ailleurs. » (6)

 

Pourquoi un tel éléphant n’est-il même pas capable d’accoucher d’une souris ? Qui gère cet énorme « machin » aussi coûteux qu’obsolète, au 21° siècle ? Pour nous limiter à ce seul exemple : sourd, aveugle, devant révoltes, répressions, massacres, bombardements qui ravagent le monde arabe depuis des décennies.

 

En fait, se refusant d’entendre, reconnaître, admettre, ce qui mobilise de multiples sites et blogs du Web, livrant toutes les informations avec des faits, des dates, des noms. Depuis les hurlements des salles de tortures connus de tous, jusqu’aux soulèvements et rebellions agitant des régions entières, comme en Tunisie depuis plus de deux ans à Gafsa…

 

Qui ?

 

Un homme entouré de son clan et de sa cour, ayant carte blanche avec ses “conseillers” ? Henri Guaino l’affirme :

« La politique étrangère de la France, c'est le domaine réservé du président de la République depuis le début de la Ve République ». (7)

Michèle Alliot-Marie le confirme, dans un émouvant culte de la personnalité, très vintage Stalinien, par ses références incessantes au “Guide Suprême” (cette cascade de flagorneries n’ayant pas réussi à lui conserver sa fonction de ministre) :

« Oui la diplomatie française a une feuille de route : celle fixée par le président de la République. Elle est lucide, elle est claire. Elle s'inscrit dans une vision cohérente et globale du monde...

C'est bien l'action du président de la République qui a permis que notre vision devienne la feuille de route de l'Europe

Aujourd'hui, par la volonté déterminée du président de la République…

C'est ce que fait le président de la République

Aujourd'hui grâce à l'action de Nicolas Sarkozy, la France… etc. etc. » (8)

 

Ou, une caste ?

 

Si “on ne s’improvise pas diplomate”, comme le prétend “Marly” dans l’arrogance, c’est qu’on le devient après un processus de cooptation semblable à celui des castes de grands prêtres ou de mandarins. Seule une “élite”, autoproclamée au-dessus du commun des mortels, serait en mesure de maîtriser la complexité des relations internationales.

 

Entre ces deux dogmes, prise entre marteau et enclume, l’expression de la volonté nationale ou de la collectivité, n’a aucune place ni existence. C’est tout ce qui est à retenir : le Peuple, dans ce modèle politique, est un “non-être”. L’autocratie dans sa splendeur !...

 

En fait, rien n’est plus simple que les relations internationales lorsqu’elles sont fondées sur la volonté de coopérer entre nations, dans le respect  mutuel, le droit à l’autodétermination, dans la paix et la solidarité pour améliorer le sort des populations sur une terre, sans cesse fragilisée par les ravages des catastrophes naturelles, la surexploitation industrielle et les guerres incessantes.

 

 

Géopolitique “Marlynesque””

 

Cette simple et claire préoccupation serait-elle la priorité de "Marly" ? Car nos aristocrates de la diplomatie s’agitent, tapent du point sur la table :

« Il n'est que temps de réagir. Nous devons retrouver une politique étrangère fondée sur la cohérence, l'efficacité et la discrétion ».

 

Mais leur manifeste ne véhicule que les clichés géopolitiques les plus recuits d’incohérence, d’inefficacité et d’indiscrétion, des néoconservateurs américains analphabètes en géopolitique, du fanatisme sioniste, tartinés des vieux réflexes coloniaux de la "Françafrique" ou "France-à-fric".

 

Trois exemples :

 

i) Moyen-Orient  

 

"Marly" s’inquiète sur la situation au Moyen-Orient :

« Notre politique au Moyen-Orient est devenue illisible, s'enferre dans des impasses et renforce les cartes de la Syrie »…

 

Dans tout son manifeste un seul pays du Moyen-Orient est cité, pour le diaboliser : la Syrie…

 

Pays de 25 millions d’habitants présenté comme une “menace”, alors qu’une partie de son territoire est sous occupation occidentale, non rétrocédé malgré les résolutions de l’ONU, soumis à des embargos illégaux, régulièrement bombardé ou survolé par Israël.

 

Diffamé dans une campagne de propagande pour l’assassinant du représentant des saoudiens et des sionistes au Liban, Rafiq Hariri, dans le cadre d’une commission d’enquête organisée par l’ONU et La Communauté Internationale… Qui a reconnu ensuite s’être trompée... Pays, qui cette année est soumis à une terrible sécheresse, alors qu’il accueille généreusement des centaines de milliers de réfugiés Irakiens sur son sol.

 

« … Renforce les cartes de la Syrie… », "Marly" regrette probablement le temps où la France, "pays des Lumières et de La Liberté", administrait la Syrie à la suite de la chute de l’Empire Ottoman, dans une féroce occupation où toute velléité d’indépendance, après lui avoir arraché la province du Liban, était noyée dans le sang par les troupes françaises :

« Le 29 mai 1945, après dix jours de manifestations ininterrompues, les Français, sous l'ordre du général Oliva-Roget bombardent Damas pendant 36 heures d'affilée. Les morts et les blessés se comptent par centaines. Une partie de la ville est détruite par ce bombardement dont le parlement syrien. » (9)

 

Palestine ? Gaza ? Plus de 60 ans de massacres et de génocides, dans le cynisme et la négation des résolutions de l’ONU, du droit international, des Conventions de Genève : aucune mention. Alors qu’il s’agit du point fondamental, et plus qu’urgent, de l’édification de la Paix dans la région et au-delà.

 

Les désastres de l’Occident en Irak et, plus loin, en Afghanistan ? Tabou. Un regard sur tous les mouvements de révolte actuels, annonçant la Renaissance du Monde Arabe et Musulman dans le monde ? Même pas. Impensable pour cette fine fleur de la diplomatie.

 

La préoccupation essentielle de "Marly" : la Syrie !...

 

 

ii) Asie 

 

Autre diabolisation tout aussi caricaturale et inévitable : la Chine !... "Marly" se lamentant : « la Chine nous a domptés ».

 

Pourquoi ?

 

Parce qu’elle s’est libérée du pillage, dans la violence et l’humiliation, que nous lui avions imposé avec les autres puissances occidentales pendant un siècle (1840 – 1940) ? Suivi, après la deuxième guerre mondiale, d’une exclusion de l’ONU (seule l’île de Taiwan étant considérée comme la véritable Chine…), d’un embargo. Aberrations illégales, iniques, stupides, auxquelles le général de Gaulle a mis courageusement fin, le 27 janvier 1964, par la reconnaissance de la Chine.

 

Parce qu’elle sort chaque année des millions de Chinois de la pauvreté ? Alors que les démocraties occidentales y plongent progressivement leurs propres peuples dans une politique économique et sociale, aussi injuste que suicidaire, pour le seul bénéfice des nomenklaturas au pouvoir ?

 

Parce qu’elle ne se laisse pas intimider par les escadres de l’Empire croisant en permanence à la limite de ses eaux territoriales, avec porte-avions nucléaires, sous-marins nucléaires, multiples bases installées à ses frontières, portant atteinte à son indépendance et son intégrité nationale ?

 

Oubliant la militarisation accélérée des pays vassalisés par l’Empire en Asie : surarmement de la Corée du sud, du Japon, de Taïwan, de l’Inde, dans une politique agressive sous-tendue par de multiples provocations, à l’encontre la Chine qui ne menace personne...

 

 

iii) Afrique

 

« … L'Afrique nous échappe… ».  Quel aveu !

 

L’Afrique, formatée dans l’inconscient collectif de cette caste comme étant en servage, au service, la propriété exclusive, la chasse-gardée, de la France… Partis de "droite" ou de "gauche", cultivant la Françafrique, allant régulièrement au "remplissage de leurs caisses électorales", et autres ficelles d’enrichissement personnel. Le fameux procès Elf, vite étouffé, a donné un bref éclairage de ces pratiques admises et cultivées par tous les politiciens de notre pays. Là encore, depuis des décennies…

 

Souvenons-nous : Jean-Christophe Mitterrand, affublé du sobriquet de « Papamadi » par les dirigeants africains, labourant à longueur d’année ce continent, de la Mauritanie à Madagascar en passant par la Côte d’Ivoire. Ridiculisant par son affairisme non seulement la France, mais aussi la fonction présidentielle dont son propre père avait la charge…

 

Autre aveu, tout aussi pathétique : « … l'Afrique francophone, négligée politiquement et désormais sevrée de toute aide bilatérale ». Ah ! « L’aide bilatérale » ! La diplomatie adore ces pratiques qui lient les pays à ce qui fut souvent « l’ancienne métropole ».

 

Par des financements dans de multiples projets, souvent "bidons", ne créant ni emplois qualifiés, ni valeur ajouté, ni transfert de technologie, pour le pays prétendument « bénéficiaire ». Mais, la plupart du temps, des rentes de situation pour les groupes français spécialisés dans la privatisation des services publics et la prédation des ressources naturelles, avec au passage de confortables “enveloppes” à ceux qui les initient, les gèrent, ou ferment les yeux.

 

Voir “Marly” trimbaler encore ce vieux mythe comme étant une exigence morale : « l’aide à l’Afrique ». Alors qu’elle n’est qu’une arnaque de propagande destinée à perpétuer son pillage. L’Afrique, immensément riche, n’a nul besoin d’aide. Elle n’est qu’immensément pillée. Aussi riche, par ses ressources, que le Brésil et le continent latino-américain, ou l’espace de la Russie et de l’Asie centrale.

 

Car le prochain siècle sera celui de l’Afrique, sa révolte et la réappropriation de sa richesse et de sa culture. Et, non pas de vivre, sous des dictatures, complices de la spoliation et la prédation de l’Empire. Le niveau et la qualité de vie de ce continent du fait de l’immensité de ses ressources naturelles devrait être celui de la Norvège. Non pas de voir ses hommes et femmes fuir dans une immigration faite d’esclavage et d’humiliation.

 

“Marly” anticipant sur cette inéluctable évolution, proposerait-il de nouveaux schémas de développement fondés sur l'intégration des économies des pays africains entre elles, dans des projets de développement régionaux valorisant leurs richesses naturelles, minières ou pétrolières, au lieu de les exporter sous forme de produit bruts ?...

 

Non : scotché sur « l’aide bilatérale »…

 

 

Caste sclérosée dans son formatage colonial

 

Mais rassurons-nous, “Marly” et ses potes :

« … souhaitent aussi que notre diplomatie puisse à nouveau s'appuyer sur certaines valeurs (solidarité, démocratie, respect des cultures) bien souvent délaissées au profit d'un coup par coup sans vision ».

 

C’est beau, ces bons sentiments : solidarité, démocratie, respect des cultures…

 

Démocratie ?...

 

Soyons brefs sur ce point, tellement la connivence de nos diplomates avec les dictatures les plus sanguinaires, abandonnant leur pays à la prédation des occidentaux, crève les yeux. Ostracisant les nations qui essaient d’avoir une politique sociale et économique fondée sur la justice, dans le refus du pillage de leur pays, comme Cuba, Venezuela, Bolivie, Equateur, et d’autres encore.


Respect des cultures ?...

 

Pourtant la diplomatie française n’a cessé depuis des années de soutenir l'idéologie du "Choc des Civilisations". Des faits ? Un seul suffit à comprendre : Prenez sur les 20 dernières années la liste des conférenciers que la France ballade luxueusement d’un centre culturel à l’autre à l’étranger, aux frais du contribuable français. Vous y relèverez le nom de toutes les stars, même les plus grotesques dans l’inculture, du circuit médiatique de l’islamophobie et du racisme d’Etat. Pas un nom ne manque…

 

Solidarité ?... Même pas avec leurs propres concitoyens…

 

Les diplomates ignorent totalement ces français vivant à l’étranger qui se retrouvent pratiquement sans retraite, ni soins médicaux. Les compléments d’aides n’étant accordés que si vous vivez en France. Alors, âgés, sans famille en “métropole”, ils restent sur place. Survivant comme ils peuvent, dans la quasi-misère. Après avoir travaillé pendant des années pour le compte « d’entreprises métropolitaines » qui s’en sont mis plein les poches, n’ayant jamais cotisé pour leurs modestes employés français. J’en connais à Madagascar, à Diégo-Suarez. Et, ailleurs.

 

Vous croyez que les diplomates s’en préoccupent ?...

 

Non. Ce qui les préoccupe, ils l’écrivent en toutes lettres, se désolant :

« Dans le même temps, nos avions Rafale et notre industrie nucléaire, loin des triomphes annoncés, restent sur l'étagère. »

 

Vendre des armes, des avions, du nucléaire ! Reconnaissons-le, c’est plus valorisant que du camembert ou du saucisson. Les contrats, commissions, rétrocommissions, dans les paradis fiscaux et paradis tout court, procurant de plantureuses retombées…

 

Dans leur vocation, l’exercice de leur fonction, nos diplomates se voient, se vivent  ainsi, représentants VRP de luxe de Dassault et autres groupes privés, à la chasse aux privatisations de l’eau, de l’énergie, des transports, dans les pays étrangers. Ce sont, encore, les contribuables qui paient ces commerciaux de luxe pour le compte de ces intérêts privés. Pendant que ces groupes engrangent les profits. La "Libre Concurrence" est un magnifique concept pour les contorsionnistes de la logique…

 

“Marly”, par son texte, personnalise la pire dérive de notre politique étrangère. Qui ne représente en aucun cas la préservation de notre souveraineté nationale, la défense des intérêts de notre collectivité dans la paix et la coopération, mais l’allégeance, confite d’obséquiosité dans une double servitude : à l’égard de l’argent-prédateur d’une poignée de groupes privés, et des puissances étrangères nous forçant à la vassalité.

 

Loin de vouloir la réformer, cette opération de désinformation n’est que l’expression d’une volonté de la renforcer.

 

“Marly” ?... Des diplomates ?...

 

Des “têtes à claques”.

 

 

 

 

 

 

 

(1)  Baltazar Gracián, Traités politiques – esthétiques – éthiques, Seuil, édition 2005.

(2)  Marly, On ne s’improvise pas diplomate, Le Monde, 22 février 2011, http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/02/22/on-ne-s-improvise-pas-diplomate_1483517_3232.html#ens_id=1245377

(3)  Angelique Chrisafis, Nicolas Sarkozy’s foreign policies denounced by rebel diplomats – Anonymous letter accuses president of diminishing France’s role on the international stage, The Guardian, mercredi 23 février 2011, http://www.guardian.co.uk/world/2011/feb/23/nicolas-sarkozy-foreign-policies-denounced

(4)  Pour Guaino, la tribune des diplomates est un « tract politique », Le Monde, du 23 février 2011, http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/02/23/pour-guaino-la-tribune-des-diplomates-est-un-tract-politique_1483933_823448.html

(5)  Michèle Alliot-Marie, La diplomatie française n’est pas une nostalgie, Le Monde, 25 février 2011, http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/02/25/la-diplomatie-francaise-n-est-pas-une-nostalgie-par-michele-alliot-marie_1484911_3232.html

(6)  Michèle Alliot-Marie, Op. Cit., Le Monde, 25 février 2011.

(7)  Op. Cit. Le Monde, 23 février 2011.

(8)  Michèle Alliot-Marie, Op. Cit., Le Monde, 25 février 2011.

(9)  http://fr.wikipedia.org/wiki/Syrie_mandataire. Au moment où les troupes françaises, sortant de la deuxième guerre mondiale, s’illustraient dans de nombreux massacres pour “reprendre en mains” les “colonies”. Notamment, les atrocités de Sétif en Algérie en 1945, et de Madagascar en 1947 (100.000 personnes assassinées)…

 

 


 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Georges Stanechy 02/03/2011 19:42



 


Bonsoir Cher Chahid


 


Juppé et Longuet ont traversé chacun de graves démêlés avec la Justice dans le cadre de l’exercice de leurs fonctions. Les revoilà,
triomphants, membres du gouvernement à des postes de responsabilité éminents : affaires étrangères pour l’un, défense nationale pour l’autre…


 


Geste symbolique de la caste politique, éclatant d’arrogance à l’égard de la collectivité, de la Nation : l’impunité de ses membres.
Symptôme de la profonde décrépitude de nos institutions républicaines. Nous vivons dans une autocratie gérée par des prédateurs.


 


Autant reconnaître que nos libertés publiques sont en danger, à commencer par la liberté d’expression. Cette liberté, si chèrement acquise
dans nos révolutions successives, est complètement bafouée, étouffée, par le lobby sioniste en France. Comme dans d’autres pays.


 


Mais comme tout abus, à force de pression se produira un juste retour de manivelle… Si ce lobby arrive à maintenir sous sa coupe, pour le
moment, les représentants du Peuple élus qui votent leurs lois, viendra un jour où cela ne sera plus possible.


 


S’effectuera, alors, le choix d’une authentique démocratie : entre la liberté d’expression souhaitée par tous, et la volonté d’étouffer
les crimes contre l’Humanité imposée par une poignée de fanatiques.


 


Amitiés


 






Georges Stanechy 02/03/2011 19:14



 


Bonsoir Naradamuni


 


J'aime beaucoup la métaphore des gouttes d'eau de l'océan, aussi liées que solidaires !...


 


Amicalement


 


 



Chahid Slimani 02/03/2011 18:23



Cher Georges bonjour


 


Ce n’est pas la surexcitation forcée de  Juppé et son gourou qui va
« sauver » l’avenir de la France, je crois par contre  que les réactions et les conséquences de la condamnation de l'ENS pour entrave à la
liberté d'expression par le Tribunal administratif de Paris, pourront jouer un rôle déterminant, il s’agit de briser l’influence de cette « cinquième colonne » qui fait saigner la
France.


 


Voilà ce que déclare Patrick Klugman (joli nom !) l'un des avocats de l'école « cette décision est un
dangereux précédent (…) La semaine contre l'apartheid d'Israël  est un événement susceptible de poursuites pénales, donc je ne vois pas comment la
direction de l'école aurait pu l'autoriser (…) l'emploi du terme apartheid concernant l'Etat d'Israël est illégal en France »


 


La France des Lois connait désormais son vrai législateur !


 


Amitiés



naradamuni 02/03/2011 16:51



Re Bonjour Georges


Merci pour votre aval.


Tous les penseurs vrais et authentiques écrivains sont l’Indien!


Sur le mystère du pourquoi seuls les penseurs et les écrivains, ces êtres plus que bénéfiques, tels l'Indien sont maudits Kundera éclaire .« C’est (là) le nihilisme absolu à l’égard de tout ce
qui est travail, art, oeuvre,... ».


Depuis que les vrais savants, penseurs et écrivains sont bannis, exclus de la place publique, les catastrophes se multiplient. Étrange non?


«Vous emportez toujours votre vous même. Sur la lune. Dans les prouesses techniques. Toujours le même vous. Commencez par changer vous même, creusez en vous car c’est notre état intérieur qui
crée ce monde monstrueux.(...)Mon comportement élabore le seul monde qui existe parce que les événements de ce monde sont le comportement. Et le comportement est la vie intérieure(...) Ma
conscience est le monde. Or la crise existe dans cette conscience et non dans l’organisation extérieure, l’amélioration du réseau routier, l’aplanissement des collines ...etc (...) Quand il y une
modification dans cette conscience, elle agit sur la conscience entière du monde. Toute modification qui aura lieu en moi agira sur la conscience totale.» nous dit Krishnamurti. Tout changement
est donc à la portée de tout le monde, de n’importe qui; personne ne possède la moindre excuse, le moindre alibi. «Nul ne commit de plus grande erreur que celui qui ne fit rien en prétextant
qu’il ne pouvait faire qu’un petit peu» (Edmond Burke). L’infime trace marque le soliloque, mais je ne suis qu’un parmi 6 milliards, mon geste n’aura pas de sens, restera inaperçu. Il ne peut
avoir le moindre impact, alors, à quoi bon ? Pas de chance, des milliards sont en train de soliloquer cela, en même temps, donc cela produit que 6 milliards de petits gestes changent le monde, en
plus sans violence. Chacun(e) à part, séparé des autres, aveuglé de solitude ne comprend, même plus, la simple logique du mon geste n’ayant pas d’impact, ajouté à des millions de gestes qui n’ont
pas d’impact, à des millions d’autres, encore des millions, des millions, eh bien ça a, soudain, bien fort impact. Que serait l’océan si chaque goutte décidait qu’elle ne lui était pas nécessaire
? Le diagnostic demeure terrifiant qui montre chacun et chacune inconscients, inaccessibles mentalement ou , affectivement, fermés à la simple idée de faire partie d’une même humanité,
civilisation ou société, avec ces milliards d’opinions juxtaposées. Cette déchéance collective de ,ne plus parler du collectif se reflète, , dans la perte de toute logique puisque aucun acte, de
qui que ce soit, est infime, aucun, par le simple fait que nul ne peut l’accomplir à sa place. En cela il reste irremplaçable.


Seule la Religion masquée du capitalisme et la nocivité conformiste empêchent la mutation de l’Humanité.


Merci.


Bien à vous


Naradamuni/Sans, n+, ni-.



Georges Stanechy 02/03/2011 15:59



 


Bonjour Naradamuni


 


Bien sûr ! Vous pouvez emprunter et citer ce qui vous plaira. Vous êtes ici, dans ce blog, chez vous. 


 


J'en profite pour vous remercier des découvertes que vous nous proposez : chansons, poèmes et artistes. Le texte poétique sur le "zoning" est exquis d'inventivité et de sensibilité...


 


Amicalement


 


 



naradamuni 02/03/2011 15:28



Bonjour Georges,


Merci pour vos réponses toujours aussi claires, précises et instructives.


Me permettrez-vous de citer certaines d'entre elles dans mes commentaires sur d'autres blogs (en donnant le lien du vôtre bien évidemment !) ?


"zoning" :


Il était une fois en pays de Famenne, Marche, Marenne et autre lieux, un champ de roses qui faisait la pause dans la nonchalance d'un printemps qui tétait le soleil.


Les roses faisaient leur métier de rose et quelque-unes, lorsque le soleil était au zénith, se mirent à s'ouvrir.


Quand un zoo-logue incompétent qui s'était trompé de micro-climat acheta pour quatre milliards de léopards, confondant un peu dans sa petite tête l'intérêt public avec son propre intérêt et celui
de quelques planteurs d'arbres à canon. Les léopards du zoo-logue se mirent à tout dévorer sur leur passage, les léopards sont voraces, c'est le combat des voraces contre les coriaces. Ils
dévorèrent trois-mille-deux-cents hectares de bois et de blé, et les roses eurent beau sortir leur épines, le zoo-logue promoteur ordonna la destruction totale du zoning naturel des roses, et en
racontant cette histoire à peu près que le coeur ne me fend.
Alors la Famenne chauve oublia qu'il y avait des arbres et des roses sur son sol.
Après l'homo faber vint l'homo sapiens, après l'homo sapiens vint l'homo léopardus
et les horticulteurs régionaux mirent en berne le drapeau de l'amour et décapitèrent le tartuffe démocratique.





Il était une fois en pays de Famenne - Julos Beaucarne


Bien à vous.


Naradamuni/Sans, ni+, ni-.



Georges Stanechy 02/03/2011 13:49



 


Bonjour Cher Chahid


 


Tu soulèves un point fondamental : la perte, ou l'absence, de "sens" des sociétés occidentales, du moins des "classes" ou "castes" dirigeantes.


 


Les voir toutes, sans exception, dès la fin de la deuxième guerre mondiale, après les horreurs nazis et les massacres de civils de part et d'autre (des villes allemandes entièrement rasées au
phosphore), se précipiter dans les mêmes sortes de massacres et de terreurs dans des "colonies", est incompréhensible. Au regard de la simple logique, de la morale, de "l'intelligence
historique"...


 


Notamment, Hollandais en Indonésie, Britanniques en Malaisie ou au Kenya, Français au Maghreb, en Afrique (terribles massacres à Madagascar, au Cameroun, etc.), en Indochine. Multipliant, tueries
de civils, camps d'internement, enlèvements et tortures, considérant les non-occidentaux comme une "sous-humanité". Sans oublier les massacres et nettoyages ethniques, pendant la même période de
l'après guerre, par les occidentaux débarquant en Palestine.


 


L'Habitus Colonial est une des tares de l'inconscient collectif occidental. Ce sont des siècles de conditionnement, de formatage, intellectuels. Faisant croire à la "supériorité d'une
race". Le débat qui recommence en France sur la place de l'Islam dans la société française, dans le cadre de la préparation de l'élection présidentielle 2012, n'est qu'une résurgence de cette
pathologie de l'intelligence.


 


Pathologie qui explique comment notre pays, à l'exemple d'autres pays européens, se soit si facilement laissé "absorber" dans l'Empire, même en tant que vassal. D'autant plus qu'en France notre
nomenklatura dans une écrasante majorité (politiciens, intelligentsia médiatique, monopole audiovisuel et "culturel"), est issue, par ascendance familiale, des "anciennes colonies", du
Maghreb tout particulièrement, où la conviction, la certitude, d'être "une race supérieure" n'étaient qu'une norme comportementale, inculquée dès le berceau...


 


Amitiés


 


 



Georges Stanechy 02/03/2011 13:07



 


 


Chère Aline, Bonjour


 


Le cynisme de l'Empire est sans limite. Tout juste, si avec ses instruments de propapande, il ne persuade pas son opinion publique que c'est grâce à l'Occident et son modèle, que les révolutions
contre les dictatures arabes ont pu voir le jour. Dictatures qu'il a lui-même installées, armées, protégées, encouragées...


 


L'agitation de l'ONU, de l'OTAN, des gouvernements occidentaux, leurs déclarations outragées sur la "protection des populations civiles", à propos de la Libye, est aussi renversante de culot !...


 


Aucun d'eux n'avait bougé le petit doigt lors de l'écrasement sous les bombes du Liban, en juillet 2006, ou lors des bombardements de Gaza... Encore moins pour l'Irak, et l'Afghanistan ravagé
tous les jours dans des massacres de civils...


 


Quant au blocus inhumain de Gaza, illégal au regard du droit international, des Conventions de Genève sur la protection des civils, et de la simple morale, aucune de ces Belles Ames ne
se mobilise...


 


Les occidentaux rêvent, à présent, d'une intervention militaire en Libye. Ce n'est certainement pas pour protéger la population civile, ni installer la démocratie (l'Irak est là pour en
témoigner), ni pour protéger les puits de pétrole, mais pour réactiver le vieux principe de la "diplomatie de la canonnière" légitimant les grandes puissances à intervenir dans des pays pour y
installer les gouvernements de leurs choix afin de mieux les piller. Du XV° au XIX° siècle, c'était au nom de l'apport de la Civilisation, à présent au nom de la Démocratie et de la protection
des populations...


 


A partir de ce prétexte, il suffira de provoquer des "troubles" via des agents infiltrés ou à leur solde, accompagnés d'une campagne de propagande,  pour intervenir dans les pays de leur
choix au nom de la "protection des populations et des Libertés". Ce qui explique les agitations organisées en Syrie et en Iran, en ce moment...


 


Remarquons que l'Empire se garde bien d'intervenir, ou même d'en suggérer l'idée, dans des "monarchies" où la révolte fait rage : Bahrein, Oman, Jordanie... Et, bien sûr, en Arabie saoudite, où
n'existe aucune liberté publique...


 


La contre-révolution dans les pays arabes est plus que jamais en marche. Avec d'énormes moyens.


 


La "libération" de nos pays (nos pays européens n'étant que des provinces vassalisées) comme celle des autres dans le monde, ne sera vraiment effective que lorsque l'Empire implosera. Les
manifestations réunissant actuellement des milliers de manifestants dans le Wisconsin (jusqu'à 70.000 personnes dans les rues) contre la sauvagerie des politiques antisociales des gouvernants
sont le signe d'une accélération de cet écroulement que nous souhaitons tous...


 


Amitiés


 


 


 


 


 



Georges Stanechy 02/03/2011 11:46



 


Bonjour Naradamuni


 


Merci de cette excellente synthèse sur les multiples instrumentalisations, distorsions,  auquel est soumis, par les nomenklaturas au pouvoir notamment en Occident, le concept de
"Démocratie"...


 


Une des manipulations à la mode actuellement, qui m'amuse beaucoup, est celle de vouloir inscrire dans la Constitution des pays européens l'interdiction du "déficit public"...


 


Sachant qu'un "déficit public" n'est que la transcription en "comptabilité publique" de la partie de "l'impôt non payé à l'Etat" par les grandes entreprises d'une part et, d'autre part, par "la
rente" prospérant sur la spéculation (immobilière, boursière, etc.) et sur le capital non investi dans la production et la création d'emploi...


 


De même pour le dogme de La Libre Concurrence qui n'est qu'un argument de propagande, car cela n'existe qu'à un seul niveau : celui qui n'a aucune prise sur le pouvoir politique. Je le
constate tous les jours dans mon métier. Ce ne sont qu'ententes occultes entre grands fabricants de ciments par exemple, qui, au-delà d'une entente sur les prix, se répartissent même les zones de
commercialisation entre eux : les accords secrets de "zoning"... La concurrence n'existant qu'au niveau des petits distributeurs.


 


Dans la grande distribution même pratique. La concurrence n'est appliquée qu'aux petits agriculteurs et éleveurs, étranglés par un réseau de grossistes au service des grandes surfaces (leurs
fameuses centrales d'achats, véritables oligopoles racketteurs), qui, elles, protègent soigneusement leur "non-concurrence", en s'assurant les marges les plus confortables...


 


La réforme de nos institutions, comme vous le soulignez sera insuffisante, si un profond nettoyage au kärcher n'est pas effectué au niveau de l'organisation économique de nos
collectivités. Collectivités, conçues et perçues par ces castes prédatrices comme un enclos à moutons qu'on tond à longueur d'année en les anesthésiant...


 


Amicalement


 


 



Chahid Slimani 01/03/2011 19:44



Bonjour cher Georges


 


Je crois qu’en libérant Paris en 1944, il y a eu un sacré « malentendu » (que les « révolutionnaires
arabes » doivent comprendre et prévenir en ce moment), les français se sont carrément trompés de « lendemain », la domination allemande n’était pas que militaire, et la faiblesse
de la France n’était pas que militaire. En août 1944, il n’était question que d’une libération militaire, le chemin de la « rédemption » (expression si chère à certains) morale et
culturelle devait être le vrai chemin de libération des esprits du joug de la bêtise humaine (colonialisme, racisme, ethnocentrisme etc.)… mais c’était trop tard car l’américanisation de
l’Europe a tué dans l’œuf tout espoir ou germe d’une vraie révolution, réflexion et « rachat » moral …


 


Avant 1945 la France était colonialiste, après 1945 elle est devenue au service d’un autre impérialisme plus planétaire
… les français qui nous ont appris à dire « Oui », ont appris à dire « Yes »…


 


Ces « faux insurgés de Marly » comme l’écrit le philosophe Manuel de Diéguez, ainsi que le reste d’une
certaine « intelligentsia » française ou même francophone, ont célébré et célèbrent une fausse libération de Paris et de la France…


 


Et à l’intérieur de cette ridicule bulle ou mascarade, nous africains et maghrébins célébrons à notre tour, une fausse
indépendance !


 


Amitiés



aline 01/03/2011 19:18



Cher Georges, bonsoir,



Ce qui est fascinant dans la politique internationale d’aujourd’hui, c’est de voir les Obama, les Sarkozy et tutti quanti courir derrière l’histoire qui galope devant eux. L’homme de la rive sud
de la Méditerranée est si bien entré dans l’histoire qu’il l’a mise cul par-dessus tête. Etourdis, nos dirigeants ont, au sens propre, perdu le nord. Quel bonheur de voir tous ces pédants 
avec  leurs discours paternalistes, réduits à ânonner des discours humanitaires piteux là où des jeunes gens courageux défendent leur patrie et leur idéal au péril de leur vie.



Souvenons-nous du spectacle hideux, durant le bombardement de Gaza, de la brochette de « démocrates » européens bambochant avec Olmert dans une présentation grotesque du banquet rappelant la
Sainte Cène. Les effusions de Sarkozy et de son complice Berlusconi serrant le tueur dans leur bras avec effusion pendant que Gaza était écrasée sous les bombes demeurent inoubliables. Et
aujourd’hui, ils soutiennent les mouvements populaires ! J’espère que les révolutionnaires arabes sauront se méfier de l’hypocrisie des pseudo démocrates occidentaux et qu’ils se souviendront de
l’amour qu’ils ont manifesté à tous les dictateurs. 
Amitiés,



naradamuni 28/02/2011 18:32



Bonjour Georges,


Il y a bien longtemps que nous avons quitté la
Démocratie.                                              
Y avons-nous été un jour ?


« Est démocratique, une société qui se reconnaît divisée, c'est-à-dire traversée par des contradictions d'intérêts, et
qui se fixe comme modalité d'associer à parts égales chaque citoyen dans l'expression, l'analyse, la délibération et l'arbitrage de ces
contradictions. » Paul Ricoeur


Il faut sortir de ces élections dites démocratiques - l'élection est par essence aristocratique - comme du capitalisme qui est tout aussi antidémocratique.
La compétition se dresse très exactement comme l’exact opposé de la démocratie (où il n’y a plus de perdants). La concurrence se profile, aussi, comme le ferment venimeux de l’égoïsme monstre
dans chaque individu séparé de tous les autres. Car «la guerre est fondée sur la compétition, sur la rivalité, sur la concurrence», trivialisait Charles Péguy. Plus est que, décider à la place
des autres est aussi incompétence à la démocratie.


Quant aux opposants du jeu démocratique (sic!): factices puisqu'il jouent sur le même échiquier !
C'est l'autre faction de la même partie qui sévit, qui met en danger l’Humanité entière, celle qui fait semblant de s’opposer au tribunal du conformisme. Atteints aussi de la maladie du surplomb,
ils se profilent imbus d’eux-mêmes, aveuglés par l’hypnotisme de leur propre «intelligence» de laquelle ils badigeonnent l’Autre, sans même l’écouter ou le voir en sa réalité, à quoi cela
servirait, ils savent tout d’avance. Acte donc peu démocratique: mais leur but masqué reste de le manipuler afin de le faire tout risquer et qu’eux tirent les marrons du feu. Nous les avons
toujours vu venir de loin, les balourds. Nous allions oublier, leurs minces esprits ne reposent que sur des lieux communs, des préjugés qui font débord de partout.


La Religion capitaliste (ce refus de l’arbitre politique) se dessine ainsi telle l’antidémocratie achevée. Ce pourquoi cette Religion capitaliste intolérante ne survit que par la diffamation et
la censure. Pourtant, la Fin de cette Religion de l’égoïsme intolérant est déjà entamée. La prise de conscience que son seul fondement demeure religieux (aucun fondement scientifique possible!),
avec toute l’accumulation répulsive qui s’est effectuée ces derniers siècles sur ce vocable, va lui revenir comme un boomerang. Le capitalisme égoïste et asocial va enfin être submergé par notre
dégoût. D’autant plus que sa traînée catastrophique va émerger en plein jour. Colomb n'a pas découvert l'Amérique !


Nous chutons alors dans l’universalité mensongère de la Religion masquée du capitalisme : la compétition sourde et aveugle, ne sachant jamais où elle va, pour quoi elle va...etc laisse à nu ; le
plus grand gâchis économique jamais observé. Le profit ne profite vraiment pas à grand monde: où se trouve la démocratie dans tout cela?


Les soi-disant dirigeants se méfiant à 1000% du peuple, reste préféré quelques gros agriculteurs, quelques entreprises géantes ou les hypermarchés pour raison de haine des dirigeants pour la
démocratie, de démagogie antipopulaire. L’émergence de la «Société d’information» s’explique ainsi qu’après, disons les mouvements insurrectionnels des années 60-70, la Religion démasquée du
capitalisme ait voulu se passer au maximum du peuple, d’où le chômage qui demeure entièrement voulu et complètement maintenu parce que le «communisme privé» c’est aussi sans le peuple. Ainsi
saisissons-nous le règne de la ploutocratie: censures et diffamations le prouvent, oligarchie unilatérale et irresponsable en tout. Les ennemis de la démocratie sont ceux-là même qui prétendent
la défendre. En mots mais en actes écrasent toujours plus sous le règne d’une totalement illégale oligarchie, comme ne faisant pas partie d’aucun «contrat social».


Les 340 personnes les plus riches du monde possèdent exactement la même richesse que la moitié la plus pauvre de l’Humanité. 340 = 3 milliards. Étrange arithmétique lorsque l’on devine que le
plus grand nombre de ces riches s’auto-prétendent pour la démocratie. Donc 340 est la majorité et plus de 3 milliards la minorité, puisque la démocratie est la loi du nombre. Il s’agit, pour eux,
de masquer qu’ils ne sont qu’une infime minorité, afin que les consciences ne saisissent pas à quel point ce sont eux les ennemis de la démocratie, insurgés devant toute solution complète,
contestataires du réel - la complétude -, fauteurs de désordres mondiaux, bref tout le vocable qui, depuis toujours, fut déversé, illogiquement et irrationnellement, sur les pauvres, puisque pour
semer le désordre il faut avoir de sacrés moyens d’ubiquité, pour corrompre la vie sociale il faut avoir des revenus exponentiels. Riches tous les trafiquants, riches le capital au noir, riche le
capital clandestin, riches les désordres mondiaux: il parait alors improbable, illogique, absurde, inefficace, cinglé de ne s’occuper que du travailleur clandestin, du banlieusard, du dealer ou
du maigre travail au noir. Il faut être complètement fou pour agir ainsi, ou, alors, adepte de l’intolérante Religion du capitalisme, la plus fanatique qui soit. Capital mondial = impôt zéro,
calculait le prix Nobel Alphonse Allais. L’intérêt collectif ne peut que se trouver de plus en plus opposé à ce monstrueux égoïsme! La preuve que le capitalisme «ignore» le bien commun, la
collectivité, se voit enfin atteinte.


A quoi sert donc d’attaquer les effets sans remettre en cause les causes. D’éviter ce réel disqualifie tout verbiage à ce sujet. Surtout de...prétendus de gauche. Depuis que Christophe Colomb n’a
pas découvert l’Amérique nous découvrons tout, il semble. La même énergie résolutrice sera dans tout. D’autant que le piège fut parfait: les sauterelles écervelées et illégales sautèrent sur
l’alibi de «l’économie mondialisée», la pire poisse qui pouvait leur tomber dessus.


L’Indien a bien découvert l’Amérique!


Bien à vous.


Naradamuni/Sans, ni+, ni-.


 



Georges Stanechy 28/02/2011 14:57



 


Aux Amis Lecteurs  


 


A lire, sur le même thème, l'analyse complémentaire du philosophe Manuel de Diéguez : 


 


Le manifeste de Marly et
la pauvreté intellectuelle de la classe politique européenne


 


Bonne Lecture !