Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 20:16

 

 

« Ceux qui perdent leur temps à dénoncer le « péril oriental », alors que les Orientaux ne menacent personne, ne font aucun prosélytisme et demandent simplement qu’on les laisse tranquilles chez eux, ce qui est assez légitime, ceux-là, dis-je, devraient bien se rendre compte que le vrai péril, pour l’Occident moderne, est celui qui vient de ses propres défauts. »

René Guénon (1)

 

 

 

 

Coup de sang…

 

 « Il entra dans le Temple, et il se mit à chasser ceux qui vendaient, leur disant : Ma maison sera une maison de prière. Mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs. » (2)

 

Jésus, multipliant les coups de cordes de chanvre sur le dos des « marchands » qu’il chassait du Temple, les traitant de voleurs.

 

Lui… Non-violence, douceur, tendresse…

 

Dès que prière et spiritualité en sont infestées. Tièdes, hypocrites, voleurs, trafiquants, il ne peut s’empêcher de les “vomir”. Expressions, qualificatifs, repris par les Evangiles, dans leur crudité, leur dureté.

 

Moment fort, explosion d’indignation, qui m’a le plus marqué à leur lecture.

 

Comment ne pas y penser, devant le grouillement des manipulations engluant les Eglises d’Orient, mosaïque fascinante de communautés chrétiennes souvent férocement antagonistes entre elles, au cours des siècles, dans la préservation de leurs identités schismatiques ?...

 

Leandro-Bassano--vers-1610--Jesus-Temple.jpg

 

Coups tordus…

 

Oui, je sais. Des politiciens affirment que “la religion n’a rien à voir avec la politique”. Mais, l’aveuglement doctrinaire n’est-il pas, actuellement, la pathologie intellectuelle la mieux partagée ?…

 

L’instrumentalisation des religions est aussi ancienne que leur apparition dans nos sociétés. Trafiquer n’est pas limité aux biens matériels, mais s’applique tout autant aux informations, aux faits. Religieux ou pas. L’art de duper étant le même.

 

Quand hiérarchie, dignitaires, prélats et autres notables des Eglises d’Orient, souscrivent, “les yeux fermés” aux pires campagnes de propagande islamophobes. Pas tous, mais presque… Ils dupent ceux qui leur font confiance. Sur leur sincérité, leur honnêteté, leur sens des responsabilités.

 

Car, s’effectue un travail, intense, méthodique, alimenté par des moyens financiers considérables, pour dresser les chrétiens d’Orient contre leurs compatriotes musulmans, leurs « frères », devrait-on dire… Et, via leurs relais en Occident, les chrétiens, tout particulièrement, d’Europe, d’Amérique du nord, et même d’Australie, contre le monde musulman dans son ensemble. Opinion publique occidentale méticuleusement désinformée par les médias, publics ou privés, laïcs ou pas, de la propagande officielle.

 

Je cite à dessein l’Australie, ouvrant une parenthèse, nos “journalistes d’investigation”, “décrypteurs” autoproclamés de l’information, n’en parlent jamais. Sauf pour nous enfumer dans l’opium des peuples, les rituels : JO, rugby, surf et tournois de tennis.

 

Ce pays joue pourtant un rôle, en Asie - Pacifique sud, équivalent à celui d’Israël au Moyen Orient. En plus discret, moins “sanguinairement explosif”. Ses troupes se sont retrouvées à guerroyer au Vietnam aux côtés des USA ; sont en Irak et, inévitablement, en Afghanistan et au Pakistan. Sa marine, aux marges des eaux territoriales chinoises, en posture permanente de provocation OTANesque. En échange, la nomenklatura australienne reçoit son bout de gras…

 

Menant une politique étrangère agressive et conquérante, totalement alignée sur l’extrême-droite US, elle s’est emparée de la moitié de l’île de Timor en 1999, le Timor Oriental. Partie de l’Indonésie arrachée à sa souveraineté, avec la complicité de la Communauté Internationale qui, à son habitude, installa un gouvernement “indépendant” fantoche. Imposant sa force, elle en pille les ressources minières : pétrole, gaz, manganèse, marbre, or…

 

Tout comme en Papouasie-Nouvelle Guinée. En principe, Etat “indépendant”, équivalent en superficie à la France, membre du Commonwealth, qu’elle pille tout aussi systématiquement. Laissant, pour soulager leur misère, coquillages et tatouages aux “indigènes”. On y trouve, il est vrai, parmi les plus grandes mines d’or et de cuivre du monde, avec du pétrole en prime…

 

N’oublions pas, dans notre réflexion de “géopolitique religieuse”, que les principaux grands groupes miniers mondialisés sont “domiciliés fiscalement” en Australie. Dans un souci de rationalisation de la prédation entre ses membres, Big Business procède, en effet, à une répartition des zones ou des spécialisations d’intervention : militaires, minières, financières, etc.

 

A charge pour les services spéciaux australiens, de propagande, de guerres psychologiques, de diaboliser l’Islam dans sa zone géographique où les communautés musulmanes sont majoritaires.

 

Deux pays sont très “travaillés” dans cet exercice de déstabilisation, avec même une accentuation des opérations spéciales (psyops, dans le jargon du métier…), depuis une bonne décennie : Indonésie et Malaisie.  

 

L’objectif étant, à terme, de démanteler, éclater, ces pays ; comme l’Irak en ce moment, le Pakistan ou l’Afghanistan dans un futur immédiat, et l’Iran dans une perspective proche. Facteur aggravant, Indonésie et Malaisie se permettent de critiquer le comportement occidental dans les pays musulmans, de la Palestine au Pakistan. Impardonnable crime de lèse-Empire…

 

Là, la thématique de la désinformation n’est plus celle de la jupe, des minarets, de la burqa, ou de l’hamburger halal. Du musulman “incapable de s’intégrer dans une société occidentale”, dite “moderne”, à moins qu’il ne se décide, de gré ou de force, à abandonner sa religion.

 

L’angle d’attaque est différent. Nous sommes dans la manipulation des religions sur le plan de leur coexistence. En l’occurrence, prouver, démontrer, l’incapacité de l’Islam à “cohabiter” avec d’autres religions. Les tolérer. Au Moyen-Orient, comme en Asie…

 

Induisant, dans des campagnes de propagande parfaitement coordonnées entre plusieurs continents, le réflexe pavlovien, ou subliminal, du vieux slogan colonial :

 “Cogner pour civiliser”.

 

 

La presse rugit…

 

« La presse rugit, intoxiquée par l’argent pétrolier… », écrivait Louis Massignon (3) à son ami Vincent Monteil, (4) qui, ajoutait-il en parlant de certains médias, « … rivalisent d’injures contre l’Islam… ».

 

Comprendre les relations Islam et Eglises d’Orient ?... Facile, il suffit de prendre pour “passeur” : Louis Massignon. Personnalité exceptionnelle. (5) Et, de bien s’accrocher. Car c’est évoluer, avec lui, à un haut niveau de culture, de connaissance, de réflexion et de spiritualité.

 

Diplomate de métier, connaissant tous les rouages géopolitiques du Moyen-Orient pour avoir été membre de l’équipe française chargée de mettre au point le plan de partage de l’Empire Ottoman avec la création d’un foyer juif en Palestine, entre la Grande-Bretagne et la France à l’issue de la première guerre mondiale.

 

Les tristement célèbres “accords secrets Sykes-Picot” de 1916, liant les deux superpuissances de l’époque. Dont il mesurera et dénoncera, bien plus tard, l’absurdité, l’irréalisme du cynisme colonial, semant les germes des sanguinaires conflits actuels dans la région.

 

Spécialiste de l’Islam, dans toutes ses composantes, et des Eglises d’Orient, l’intensité, la générosité de sa spiritualité, lui font respecter et aimer ces religions. Sur un même plan. A tel point que certains le considèrent, affectueusement, comme un “catholique musulman”. Ses travaux de recherche sont un exemple de rigueur intellectuelle et d’ouverture à l’Autre. Sa thèse monumentale, ses recherches, sur le célèbre mystique musulman Al-Hajjaj, en quatre volumes, restent, à ce jour, inégalées.

 

Marié, il fut ordonné prêtre de l’Eglise d’Orient dite melkite, dont la liturgie est en langue arabe, rattachée à Rome depuis 1724. Eglise qui présente la particularité d’autoriser le mariage de ses prêtres. Comme quoi, la hiérarchie catholique peut s’accommoder de “la modernité”, quand elle le veut.

 

Il était atterré par le niveau d'ignorance d’une grande partie du clergé des Eglises d’Orient sur la religion musulmane, son islamophobie primaire, son racisme soigneusement dissimulé, profondément influencé par l’expansionnisme occidental dans cette région.

 

L’esprit des Croisades, dans sa survivance primitive. Louis Massignon, en excellent géopoliticien qu’il était, dénonçait le mythe et l’imposture, déjà, le 2 novembre 1949 :

"Toute croisade coloniale des judéo-chrétiens contre le « fanatisme » islamique est vouée tôt ou tard à l’échec. »

 

Trop tard, l’inconscient collectif occidental en est profondément gangréné.

 

Le dilemme des communautés chrétiennes d’Orient est pourtant clair :

=> soit, en tant qu’orientaux eux-mêmes, partager le présent et l’avenir de leurs frères musulmans, leurs luttes pour l’indépendance et la souveraineté de leurs nations, constituant “un pont” entre l'Occident et l’Orient aux racines spirituelles communes. A l’exemple des Palestiniens chrétiens ;

=> soit, être instrumentalisées en “tête de pont” d’un Empire conquérant dont elles seraient la cinquième colonne, les auxiliaires, les fondés de pouvoir, dans l’administration, la gestion des conquêtes occidentales.

 

Par irresponsabilité, pour ne pas dire par intérêt personnel, une grande partie des leaders des Eglises d’Orient ont choisi depuis l’époque des Croisades, entraînant avec eux les fidèles qui leur font confiance, d’agir en supplétifs d’un Occident prédateur à chaque période de faiblesse traversée par les nations de confession musulmane. Partager les moments de gloire et de prospérité des périodes fastes du monde musulman, et se désolidariser dès qu’il y a agression ou envahissement de l’Occident.

 

Choix impardonnable, car malhonnête et funeste pour le devenir des communautés chrétiennes d’Orient, leur faisant assumer le rôle du “traitre” dans l’épreuve subie par l’ensemble de la collectivité.

 

 Ce que rappelait Louis Massignon (6) :

« Déjà, il y a mille ans, la chrétienté occidentale avait trahi. Mobilisée par la croisade pour libérer les Lieux Saints de l'occupation musulmane, qui y tolérait, elle, des chrétiens arabes, parce que l'Islam honore la sainteté de Jésus, et vénère la pureté de sa Mère, elle avait vite cédé, à cette époque de sentimentalité naïve et barbare, au machiavélisme des politiciens annexionnistes, avides d'exploiter et d'asservir leurs frères chrétiens d'Orient. »

 

Aujourd’hui, le martèlement permanent, systématique, d’une désinformation atteignant les dérives extrêmes d’une propagande stalinienne, n’est que la suite ou la conséquence de cette attitude irresponsable. Avec pour slogan :

Les communautés chrétiennes d’Orient en péril”.

 

La propagande “rugit” donc, y compris les médias s’affichant chrétiens. Multipliant articles, conférences, documentaires à sensation, le tout savamment orchestré par des campagnes de presse simultanées dans plusieurs pays occidentaux. Nourrissant ses rugissements dans des évènements dramatiques, aussi violents que suspects.

 

Un exemple. Gros titre du journal La Croix du 8 janvier 2010, soutenu par un dossier de trois pages (7) :

« En Egypte les coptes se sentent menacés. »

 

Le mois dernier, à Nagaa-Hammadi près de Louxor, à la sortie de la messe de Noël qui est fêtée par les coptes le 6 janvier, une voiture passant à vive allure mitraille la foule. On relève six chrétiens et un policier tués, plus une  dizaine de blessés. Dans une ville, composée à 70% de coptes, tout le monde a compris. A commencer par la communauté musulmane. La provocation va permettre tous les amalgames, et toutes les répressions.

 

Comme par hasard, autre attentat deux jours plus tard, plus artisanal, moins meurtrier, mais tout aussi bruyant. Le 8 janvier, en Malaisie, des bouteilles incendiaires jetées par des individus, depuis une motocyclette, sur deux églises. Quelques dégâts mineurs sur les portes d’entrée. Le genre de non-évènement, lorsqu’en France cela se produit sur une mosquée. Mais là, inflation de titres dans la presse occidentale : églises “incendiés”, “bombardées”, etc. (8)

 

Deux cas de figure intéressants en termes de techniques de désinformation. Même si l’œil le plus endormi décèle immédiatement, dans ces pseudos attentats, la barbouzerie la plus ringarde, les réactions sont typiques. Aucune analyse : Pourquoi ? Comment ? A qui profite le crime ?...

 

Ce ne sont que grands moulinets démagogiques : victimisations, émotions, condamnations. Pour, bien sûr, ouvrir la voie à des revendications sur fond de stigmatisation.

 

Sans nuance.

 

Mgr Philippe Brizard, directeur général de l’Œuvre d’Orient, parlant de l’attentat d’Egypte :

« … Il y a un foyer de Frères musulmans qui profite de la mollesse des autorités publiques… Une montée des intégrismes dans les pays musulmans, on va vers l’explosion…

C’est tout l’enjeu aujourd’hui du rapport entre foi et raison, comme l’a si bien compris Benoît XVI, afin que l’Occident traditionnellement chrétien puisse aider l’islam à approfondir et à développer une démarche religieuse compatible avec la raison. » (9)

 

Propos de ces curés de campagne des XVIII° ou XIX° siècles, quasi-analphabètes qu’on envoyait “évangéliser les sauvages” de nos colonies… La référence au discours islamophobe de Benoit XVI témoigne du niveau de pertinence et d’honnêteté dans la réflexion. (10)

 

Comme si 1,5 milliard de musulmans attendaient de l’Occident une aide quant à une « démarche religieuse compatible avec la raison »…  Denise Masson, Henri Corbin, Louis Massignon, Edward Saïd, d’autres encore, authentiques chrétiens s’il en est, ont déjà ridiculisé ces inusables clichés de caniveaux, traduisant un obscurantisme sidérant sur tous les trésors de logique, de philosophie, de spiritualité de l’Islam. (11)

 

Mais, dans le fanatisme l’important est d’enfoncer le clou de la peur et de l’ignorance.

 

Ainsi, un synode des évêques pour les “églises catholiques orientales” va se réunir du 10 au 24 octobre 2010, sous le titre fédérateur : « L’Eglise catholique au Moyen-Orient, communion et témoignage ». Avec pour vecteur de méditation :

« L’occasion pour les communautés chrétiennes … d’exprimer leurs inquiétudes face à la montée de l’intolérance et des fondamentalismes musulmans. »

 

 

Groupes de pression, lobbies et officines

 

Outre les médias, on retrouve cette propagande relayée, amplifiée, par un réseau de groupes de pression, de lobbies et d’officines spécialisées, notamment auprès des instances européennes.

 

Un des lobbies les plus puissants est la COMECE (Commission des Episcopats de la Communauté Européenne). Ses exigences sont claires : “Violences contre les Chrétiens dans le monde : L'UE doit mettre en place une action diplomatique ferme et efficace”. Du religieux, on passe à une diplomatie. “Ferme et efficace”. Autrement dit : La Loi du Bâton.

 

Animant réunions, interventions, pressions, pour ne pas dire harcèlements, auprès des députés européens. Un des grands passe-temps du parlement européen étant, non pas de résoudre crises économiques et catastrophes sociales mais d’émettre, à répétition, des résolutions pour complaire à tous les groupes de pression qui pullulent dans les couloirs de la Bureaucratie Européenne, pourquoi se gêner ?...

 

« … Des résolutions dénonçant les persécutions religieuses, notamment de chrétiens, sont souvent adoptées à l’initiative de quelques députés européens », écrivent benoîtement les journalistes de La Croix. (12) Sauf que la brochette, des quelques députés européens qu’ils nous présentent, est constituée de gens au cursus plutôt bizarre…

 

Charles Tannock, britannique, dirige la délégation des conservateurs britanniques chargée des “affaires étrangères et des libertés”… Plus Blair ou Bush que lui, tu meurs comme dit le comique. Il est vrai que ces chefs d’Etat sont de bons chrétiens, ils ne manqueraient aucun office le dimanche, après avoir ordonné massacres, destructions et tortures, sur fond de mensonges. Certainement, un exemple de démarche religieuse compatible avec la raison, comme diraient Benoit XVI et ses disciples…

 

Il s’est fait remarquer comme un des membres du parlement européen les plus actifs dans le soutien de “la révolution orange” en Ukraine, du parti antirusse et pro-OTAN. Créateur, ou membre zélé, d’une multitude d’amicales de députés européens pour soutenir causes ou pays. Parmi les plus notables :

Créateur de l’amicale des parlementaires européens de l’Inde, président de celle de Taïwan, vice-président de celle des amis européens d’Israël, membre du comité directeur d’autres amicales du Tibet, d’Arménie, du Bengladesh. Cette lourde charge l’empêche probablement d’être membre des amicales de Russie, Chine, Turquie, Palestine, Pakistan. Il convient d’être indulgent. Les amicales ça use…

 

Mario Mauro, italien, représentant personnel du président en exercice de l'OSCE “contre le racisme, la xénophobie et les discriminations, avec mention spéciale de la discrimination des chrétiens” (2009). Il se dit et se veut : “catholique radical à la droite de Berlusconi”… Nos amis italiens le surnomment le porte-flingue de Berlusconi. La fine fleur de l’extrême droite italienne.

 

On le retrouve avec Bastiann Belder, protestant hollandais, non seulement, dans la défense des minorités chrétiennes, mais encore dans toutes les manifestations et manœuvres politiques anti-avortement (antichoice, dans le jargon des lobbies…).

 

Pourquoi pas ?... Défendre le droit à la vie, au respect de l’innocence, c’est méritoire. Mais ce militantisme devient suspect, au niveau de sa dimension chrétienne et charitable, lorsqu’il s’arrête à l’embryon. Qu’en est-il des milliers d’enfants, tués, infirmes, traumatisés, affamés, dans des bombardements aveugles et des conflits coloniaux aux motivations mensongères ?... Chaque jour. Silence… Des “non-être” : ils ne sont pas chrétiens.

 

Vitore Bonsignore, italien proche du Vatican dit-on, un de mes eurodéputés préférés, tant il m’amuse. Il me fait penser à ces canards qui traversent tous les orages, en secouant leurs plumes, poursuivant leur trottinement, impassibles. En France aussi, nous avons ce type de canards… Certains s’autorisent même à recommander au gouvernement les ministres “à virer”. En dehors de la défense des minorités chrétiennes, spécialiste des budgets et des affaires financières.

 

Impliqué, à plusieurs reprises, par la justice italienne dans des affaires de corruption de marchés publics. Notamment, au cours de l’opération anticorruption Mains Propres (Mani pulite) pour avoir encaissé plus de 100 millions de lires en tant que secrétaire d’Etat au Budget. Puis, condamné pour deux ans de prison, encore en Italie, dans une affaire de détournement de fonds lors de la construction d’un hôpital à Asti. (13)

 

Dans ce chœur de pleureuses des “minorités chrétiennes en péril”, on trouve même, à ma grande surprise, un “expert en liberté religieuse” auprès des évêques catholiques européens à Bruxelles (Comece) : Vincent Legrand !... Du coup, j’ai cherché un “expert en tolérance religieuse”. En vain, cette expertise n’existe pas encore…

 

Grâce à la réunion de ces talents, à la grandeur d’âme incommensurable, on aboutit à des résolutions votées par le parlement européen. Quand elles ne condamnent pas nommément des pays, en général musulmans tenant compagnie à la Chine et à la Corée du nord, elles batifolent dans l’hypocrisie onctueuse. Dans le genre de celle du 16 novembre 2009, inspirées par le Quai d’Orsay nous souffle-t-on, à la suite de la réunion des ministres des affaires étrangères :

 « … Les Etats ont le devoir de protéger chaque individu, y compris les personnes qui appartiennent à des minorités, de la discrimination, de la violence et d’autres formes de violation ».

 

Autre variante, il existe des Index des persécutions antichrétiennes, avec des cartes en couleurs, publiés par des officines aux financements occultes. On y apprend ainsi, sans surprise, que “… sur les 50 pays où les chrétiens sont le plus persécutés, 35 sont des pays où l'islam est majoritaire…”.

 

Inévitablement, on y retrouve par superposition la carte des pays considérés avec hostilité par l’extrême-droite occidentale. L’opposition, la résistance des populations ou des gouvernements à l’hégémonie et à la prédation occidentales étant, en fait, le critère déterminant de la stigmatisation.

 

Car, dans ces cartes et dénonciations, beaucoup de “trous noirs” apparaissent. Les minorités chrétiennes qui, en Amérique latine, sont marginalisées, exploitées, dépouillées de leurs terres, de leurs langues et de leurs cultures à partir du moment où elles sont amérindiennes ou indigènes. Spoliées par les colons européens et leurs descendants, qui se revendiquent “chrétiens”, mais présentent la particularité d’être au service des multinationales…

 

Sans parler, évidemment, des minorités musulmanes martyrisées à Gaza, au Liban. Ou encore, en Inde, celles du Gujarat ou du Cachemire. Sans compter les horreurs, massacres et destructions accomplies par les armées occidentales à l’encontre des populations musulmanes, en Palestine, Irak, Afghanistan, Pakistan, sud des Philippines.

 

Là, la vigilance des valeurs chrétiennes ne peut s’y exercer, nous sommes en Terra Incognita de la Conscience

 

 

Mensonge par omission

 

Comment ne pas éprouver compassion pour ces défenseurs des Eglises d’Orient “en péril”, ces preux chevaliers sans peur et sans reproche, adeptes de la démarche religieuse compatible avec la raison ?... Ils souffrent.  Leur mémoire, d’amnésie. Leur vision, d’angle mort. A un degré tel, qu’on peut parler du culte de l’oubli, du refus de voir. Du déni constant.

 

Syndrome d’une maladie qui les ronge en permanence, à mon avis, incurable : l’omission.

 

Ils omettent de dire, que la plus grande église catholique construite dans le monde depuis ces vingt dernières années, avec un budget dépassant 20 millions de dollars, a été édifiée dans la capitale d’un Etat musulman.

 

Oui. Notre Dame du Rosaire, inaugurée lors des fêtes de Pâques, le samedi 15 mars 2008. Pouvant accueillir 5000 fidèles. A Doha, au Qatar. (14) Lors de son inauguration, il y en avait 15000 venus de toute la région.

 

D’autres centres de prière vont être créés autour de cette splendide réalisation architecturale, pour les orthodoxes, hindous, bouddhistes, shintoïstes, protestants. Constituant un exemple exceptionnel de rapprochements spirituels entre “hommes de bonne volonté”.

 

Imaginez le même budget pour une mosquée édifiée dans la capitale d’un Etat occidental… De quoi provoquer des apoplexies chez les pourfendeurs du hamburger halal ou de l’arrachage libérateur du voile !...

 

Ils omettent de dire, que les chrétiens ont toujours connu la liberté de culte en terre d’Islam, dès lors qu’ils respectaient les musulmans, et le pays dont ils partageaient la nationalité.

 

Ils omettent de rappeler que la terre d’Islam a toujours été une terre d’hospitalité, un refuge pour les fidèles des religions persécutées dans d’autres contrées. Qu’ils soient Juifs ou Chrétiens.

 

Comme les Nestoriens, persécutés par Byzance, qui y ont trouvé le meilleur accueil. Beaucoup occupant des fonctions importantes, auprès des chefs d’Etat musulmans, conseillers, banquiers, médecins, traducteurs. Notamment sous la dynastie abbasside, et même à la cour de Gengis Khan. Communauté prospère et respectée, certains de ses membres devenant richissimes.

 

Ils omettent de citer l’exemple le plus récent : Tarik Aziz. Le puissant ministre des Affaires Etrangères de l’Irak, sous Saddam Hussein. Chrétien de rite chaldéen, église composée de nestoriens ralliés à Rome en 1551. Sa communauté était une des plus prospères d’Irak et du Moyen-Orient avant la destruction du pays, sur fondement de mensonges, par l’Occident judéo-chrétien.

 

Se sentant profondément Irakien, modèle de courage et de probité, Tarik Aziz n’a jamais plié devant l’humiliation que lui infligeaient les occidentaux. Qui ne lui ont jamais pardonné son refus de devenir un « collabo ». On vient d’apprendre, le 17 janvier dernier, qu’il vient, suite aux mauvais traitements infligés par ses geôliers américains (soins médicaux réduits au minimum), d’être victime d’un accident vasculaire cérébral le privant de l’usage de la parole.

 

Ils omettent de reconnaître que, dans tout l’Empire Ottoman, les chrétiens ont bénéficié d’avantages exorbitants. Allant, progressivement, jusqu’à monopoliser l’intégralité de son commerce extérieur, son système bancaire, son transport maritime et ferroviaire, son réseau portuaire. Ces activités cumulées, en liaison avec des sociétés et intérêts occidentaux, ont donné lieu à un colossal enrichissement des communautés chrétiennes, dans le libre exercice de leurs religions et rites, aux cotés des juifs et des musulmans.

 

Ils omettent de relever qu’à Istanbul, aux XVII° et XVIII° siècles, on recense parmi les principaux édifices religieux, 23 mosquées ; et, implantés dans les quartiers où se regroupent les communautés, notamment arméniennes, grecques et juives : 18 églises et 6 synagogues. (15)

 

Ils omettent de souligner que tout au long de l’histoire ottomane «  Les non musulmans peuvent pratiquer leur religion sous l’autorité de leurs patriarches (grec-orthodoxe, arménien) ou de leur grand rabbin qui sont leurs représentants et leurs responsables auprès du gouvernement ottoman. Chrétiens et juifs vivent en symbiose avec des musulmans… Dans une ville comme Istanbul, la cohabitation est un fait patent et les mesures d’intolérance ou les manifestations antiminoritaires sont exceptionnelles. » (16)

 

Ils omettent de témoigner qu’ « En 1700, la ville de Smyrne (Izmir) comptait dix-neuf mosquées, trois églises catholiques latines, deux églises grecques orthodoxes, deux églises arméniennes et huit synagogues. Dans la rue Franque, on pouvait se croire dans une ville chrétienne. Certains marchands européens, qui n’avaient jamais appris le turc, opéraient leurs échanges en italien, exclusivement grâce à des intermédiaires juifs. » (17)

 

Ils omettent de dire qu’ « En 1871, la communauté arménienne dispose à Istanbul de 48 écoles et la communauté grecque par l’intermédiaire de l’Association Littéraire Hellénique, d’au moins autant ; les juifs n’ont alors qu’une demi-douzaine d’établissements mais l’Alliance Israélite Universelle permet la création de plus de cinquante écoles avant 1900. A cela, il faut ajouter les écoles fondées par des congrégations religieuses catholiques – françaises, italiennes, puis autrichiennes – ou par les missions protestantes, en particulier les missions américaines qui ont ouvert en 1863, à Belbek, le Robert College. » (18)

 

Ils omettent de dénoncer, le calvaire actuel des musulmans pratiquants d’Egypte, de son peuple, dans une des pires dictatures, par son niveau de corruption et de terreur, qu’a connue la région et le monde. Depuis celle du Shah d’Iran et de sa terrible police secrète la SAVAK, réputée pour son art de torturer les enfants devant leurs parents, ou les parents devant leurs enfants. Suivant l’humeur changeante des tortionnaires formés par les occidentaux…

 

La violence des répressions, infligées par le régime du général Moubarak, est tout aussi horrible : enlèvements, tortures, viols, rafles, internements arbitraires. Tout musulman pratiquant “suspect d’opposition” sera considéré comme islamiste, terroriste ou sympathisant. L’enlèvement des mères, épouses, femmes, sœurs ou filles des “opposants” est pratique courante. Les “déshonorant” dans des tortures sexuelles, pour pétrifier toute résistance à l’oppression.

 

En Haute Egypte, les fidèles qui refusent d’aller dans les mosquées pour écouter les prêches du clergé “formaté” par le régime sont interdits de prière en public. Les services de police allant jusqu’à répandre des eaux d’égouts dans les rues et sur les places, où ils souhaiteraient se réunir pour prier. (19)

 

Pratiques que certains prélats chrétiens assimilent, dans leur élan fraternel et caritatif, à “… de la mollesse des autorités publiques…”.

 

Ils omettent d’écouter et de diffuser les déclarations des responsables de la communauté musulmane d’Egypte, et des observateurs appliquant un minimum d’honnêteté dans le traitement de l’information :

« Nous considérons que ce qui se passe entre chrétiens et musulmans en Egypte relève la plupart du temps de la provocation, dénonce aujourd’hui un leader de la Gemaa islamyya (20).

Le régime les provoque pour y trouver un prétexte devant l’opinion publique mondiale pour frapper les musulmans : il a besoin de pouvoir dire qu’ils attaquent la minorité chrétienne. » (21)

« … Force est de constater que chacune des occurrences de violence confessionnelle “intercommunautaire” aboutit avant tout à conforter localement et internationalement l’option répressive du régime et donc sa seule chance de survie ». (22)

 

 « Tous rejettent généralement la responsabilité sur des “services secrets étrangers qui souhaiteraient aggraver les difficultés économiques et politiques de l’Egypte”, ou plus vraisemblablement encore les services égyptiens qui –tout en légitimant ainsi l’option répressive-  auraient tenté de prévenir une possible connivence entre la population et les « justiciers islamistes ». (23)

 

Ces Bonnes Ames omettent de reconnaître, d’admettre, que « Les éclats de voix de la “lutte contre le terrorisme” n’ont pour objectif que de masquer le blocage du système politique tout entier. » (24)

 

Comment ne pas comprendre frustration et colère de beaucoup de chrétiens de Palestine, du Liban, d’Irak, de Syrie, d’Egypte, de Turquie, de se voir manipulés par une nomenklatura ecclésiastique au service non pas de l’intérêt de leurs communautés, fondé sur la Paix et la Justice, mais de celui de la prédation cynique et hyperviolente de l’Occident ?...

 

Ils n’ont nul besoin de traîneurs de sabre en costume d’évêque ou de patriarche, adeptes de la “diplomatie ferme et efficace”, mais d'hommes porteurs de paroles de compassion, de charité et de respect.

 

Tels ces magnifiques chrétiens arabes, Makram Ebeid affirmant « ma patrie est l’Islam, ma religion le christianisme » (25), ou encore le père Khodr qui se sentait « … peut-être pas musulman, mais néanmoins islamique » (26) dans le sens noble du terme.

 

Eux ont compris, que l’avenir des communautés chrétiennes en Orient … « dépend … de leur capacité à ne pas entrer dans le jeu pervers des régimes ou de l’environnement occidental…» (27)

 

Voir ces ecclésiastiques, prélats, hiérarques, politiciens, se prétendre “chrétiens”, instrumentaliser les Eglises d’Orient, incapables de rendre à Dieu ce qui est à Dieu, et à César ce qui est à César.

 

“Trafiquants” de la désinformation, insensibles, sourds et muets, devant les plus grands crimes contre l’humanité endurés par leurs frères et sœurs. Autour d’eux, devant eux, populations musulmanes accablées de guerres, d’occupations militaires et de dictatures, par l’Occident Judéo-Chrétien.

 

Depuis des décennies, bientôt un siècle, et même plus dans certaines régions. Au mépris du droit international, des Conventions de Genève, des résolutions de l’ONU, du droit à l’autodétermination des peuples et nations. Des simples « valeurs » humaines.

 

Devant ces faux dévots sortant leurs mouchoirs sur “le péril des Eglises d’Orient”, confits d’hypocrisie et de fanatisme…

 

Je pense à Jésus…

 

Rêvant de Le voir, de toutes Ses forces, chasser de Ses Eglises, d’Orient ou d’ailleurs, ces « marchands » de mensonges et d’obscurantisme…

 

Dans une volée de cordes de chanvre.

 

 

 

 

 

 

 

(1)  Les Appels de l’Orient, Les Cahiers du Mois, 9/10, Paris, 1925, pp. 277-280 (Guénon) et pp. 297-298 (Massignon)  http://www.moncelon.com/appels.htm

(2)  Evangile selon Luc 19, 45-46 ; ou, encore, Evangile selon Matthieu 21, 12-17 et Jean 2, 13-22.

(3)  Louis Massignon, lettre du 25 août 1959 à Vincent Monteil, http://www.moncelon.com/louismassignon.htm

(4)  Vincent Monteil, personnage hors du commun par sa culture et sa générosité, est un ancien militaire, grand spécialiste de l’Afrique et du Moyen-0rient. Il fut observateur de l’ONU en Palestine. Il se convertit à l’Islam et adopta le prénom de Mansour. Ses ouvrages passionnants sont à lire.

(5)  Christian Destremau et Jean Moncelon, Biographie de Louis Massignon, rééditée aux Éditions Le Capucin - Lagarde - Fimarcon - B.P. 8 - 32700 Lectoure.

(6) Louis Massignon, Article paru dans la Vie franciscaine, 1948, http://www.moncelon.com/nazareth.htm

(7)  En Egypte, les coptes se sentent menacés, La Croix, 8 janvier 2010 ; avec les contributions de Nina Hubinet, Sébastien Maillard et Claire Lesegretain, pp. 1, 2, 3.

(8)  Two Malaysian churches bombed ahead of Muslim protest, 8 janvier 2010, http://www.earthtimes.org/articles/show/302630,two-malaysian-churches-bombed-ahead-of-muslim-protest.html#

(9)   Claire Lesegretain, Entretien avec Mgr Philippe Brizard, La Croix, Op. Cit., p. 3.

(10)  Discours islamophobe du pape Benoit XVI à Ratisbonne (Allemagne), du mardi 12 septembre 2006. Lire l’article de Henri Tincq, Islam : un faux pas de Benoît XVI, Le Monde, 20 septembre 2006.

(11)  Suggérons à cet ecclésiastique de feuilleter le splendide volume édité par L’Institut du Monde Arabe de Paris (octobre 2009) sur l’exposition Arts de l’Islamchefs d’œuvre de la collection Khalili  (6 octobre 2009 - 14 mars 2010). Il lui reste encore 15 jours pour se rendre à cette exposition et y méditer, dans l’humilité…

(12)  Sébastien Maillard, Des élus veillent à la défense de la liberté religieuse, La Croix, Op. Cit., p. 2.

(13)  Marco Travaglio, La scomparsa dei fatti, il Saggiatore tascabili, 2006, p.80-81.

(14)  Paroisse Notre-dame du Rosaire : http://www.vivreauqatar.com/paroisse.html

(15)  Histoire de l’Empire Ottoman, ouvrage collectif sous la direction de Robert Mantran, Fayard, 1989. carte d’Istanbul p. 260.

(16)  Histoire de l’Empire Ottoman, Op. Cit., p. 261.

(17)  Philip Mansel, Smyrne, deux mille sept cents ans d’une histoire tourmentée, http://www.monde-diplomatique.fr/2008/03/MANSEL/15723

(18)  Robert Mantran, Histoire d’Istanbul, Fayard, 1996, p. 109.

(19)  Quelques échantillons de ces persécutions, tortures et humiliations, individuelles et collectives, à l’encontre des musulmans égyptiens opposés à la dictature, sont présentés dans François Burgat, L’islamisme en face, La Découverte, 1996, p. 150 & 151.

(20)  Un des plus actifs mouvements d’opposition au régime dictatorial du général Moubarak.

(21)  François Burgat, L’islamisme en face, La Découverte, 1996, note 6, p. 126.

(22)  François Burgat, Op. Cit., p. 132.

(23)  François Burgat, Op. Cit., p. 154.

(24)  François Burgat, Op. Cit., p. 156.

(25)  François Burgat, Op. Cit., p. 135.

(26)  François Burgat, Op. Cit., p. 136.

(27)  François Burgat, Op. Cit., p. 138.

 

 

 

 

Illustration : Leandro Bassano, Jésus chassant les marchands du temple, huile sur toile, Musée des Beaux-Arts de Lille.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Agence de Voyages Toulouse 22/03/2014 18:34

Les communautés chrétiennes d'Orient sont divisées par leurs multitudes. C'est leur faiblesse. (mais leur force réside par leur unicité multiple)

Georges Stanechy 27/06/2011 09:17



 


 


 


Cher Shérif


 


Merci de vos remarques et commentaires formulés à la suite de cet article, publié en février 2010. Avec inévitablement, sur un sujet aussi
sensible, vaste et complexe, des raccourcis et des simplifications. Me permettant, avec votre concours, de le compléter et surtout de le nuancer.


 


Soyez certain que je comprends les angoisses des communautés religieuses, musulmanes et chrétiennes au Moyen Orient, spécialement en Egypte.
Car, ne l’oublions pas, les minorités religieuses musulmanes sont, comme les minorités chrétiennes, l’objet de manipulations, menaces, répressions, dès qu’elles sont noyées sous une
autocratie confessionnelle différente (le « diviser pour régner », des Occidentaux) : sunnites (Irak), shiites (Bahreïn, Arabie saoudite et autres pétromonarchies), druzes,
alaouites, ismaéliens, etc.


 


Ne perdons pas de vue le contexte. Tragique.


 


Mettre en cause le comportement, l’irresponsabilité et la mauvaise foi, inadmissibles, d’une partie de la hiérarchie religieuse chrétienne
d’Orient, n’est pas stigmatiser l’ensemble de la communauté chrétienne.


 


Au contraire, c’est vouloir assurer sa place fondamentale, sa pérennité, au sein des sociétés de la région. Région actuellement, nous
partageons ce sentiment, soumise à une des plus violentes agressions, militaires et économiques, de l’Occident de toute l’Histoire Humaine. Je la considère comme la « neuvième
croisade ». Entreprise dès la chute de l’Empire Ottoman, à la fin de la première guerre mondiale et du traité de Sèvres organisant son démembrement.


 


Entretenue par un obsessionnel matraquage de propagande islamophobe, accompagné d’humiliations et persécutions permanentes dans les pays
d’Occident à l’encontre des musulmans. Expression d’une idéologie coloniale camouflée sous couvert de répandre des « valeurs » de "démocratie" et "droits de l’homme", dont
seuls les judéo-chrétiens seraient détenteurs. Dans l’hyperviolence mégalomaniaque…


 


Plus une situation parait confuse, brumeuse, et plus il convient d’être vigilant, en maintenant le cap sans faillir. Face à cette invasion,
occupation, pillage, les communautés chrétiennes doivent avoir une position claire et inébranlable : refuser le "fait accompli" et éviter l’instrumentalisation des religions, de la foi, de
la transcendance, par des voyous et des criminels.


 


La solidarité de la communauté chrétienne d’Orient (sous ses multiples formes et églises) avec ses frères musulmans, dans la défense du destin
de leurs nations, doit s’affirmer avec force, dans la solidarité, et la fraternité. Son rôle n’est pas d’être au service des envahisseurs ou des colonisateurs.


 


L’Egypte est au cœur de cet enjeu. Tout est fait pour qu’elle ne sorte pas des difficultés économiques, ne trouve ni paix ni stabilité. En y
entretenant la guerre civile ou religieuse. Le rêve des bellicistes occidentaux étant de faire éclater ce pays en provinces autonomes, ou micro-Etats, comme au Soudan, en Irak et ailleurs.


 


Le radicalisme provoquant la division ne m’inquiète pas. Il disparaîtra dès que l’Egypte deviendra indépendante économiquement et
militairement. Avec la fermeture des bases militaires et centres de tortures occidentaux dans la région. La paix religieuse sera instantanée, car les pseudos conflits religieux ne sont que des
créations de services spéciaux.


 


Je ne m’inquiète pas davantage d’un obscurantisme religieux s’emparant du pouvoir. Les Egyptiens sont trop avancés, instruits, authentiquement
religieux, pour une telle régression. On l’a parfaitement perçu dans les manifestations du Peuple Egyptien lors du renversement de Moubarak. S’il y a un parlement à majorité
« islamique », ce sera sur le modèle Turc actuel avec Erdogan. Un modèle de tolérance, d’ouverture, de dynamisme et de progrès.


 


Je suis convaincu que les chrétiens d’Orient qui ont toujours connu la prospérité aux côtés de leurs concitoyens musulmans, d’un dynamisme
souvent remarquable (j’ai rencontré des Egyptiens Coptes à Londres qui sont des milliardaires dans l’immobilier…) ont une place essentielle, dans le devenir de l’Egypte tout
particulièrement.


 


Leur revient, toutefois, une responsabilité capitale, celle de dire : « non » à la « neuvième croisade ».


 


Comme leurs ancêtres, lors des précédentes croisades, l’avaient déjà fait voyant, effarés, atterrés, débarquer d’Europe les soudards et
pillards "chrétiens" venus, affirmaient-ils, "libérer le tombeau du Christ"…


 


Amitiés


 


 



Shérif 24/06/2011 17:39



Cher Georges, 


 


Je viens de découvrir avec enthousiasme votre blog. Je suis étudiant en Lettres, d’origine égyptienne, et après voir lu quelques articles, il semblerait que nous partagions beaucoup d’idées et de
visions. 


J’aimerais toutefois réagir sur un article qui m’a particulièrement intéressé, celui concernant les chrétiens d’Orient. il se trouve que je suis moi même Copte par mon père, je me suis donc senti
assez concerné par ce que vous avez écrit. Et en fait, pour tout dire, je suis d’accord avec le message général que vous faites passer: ces communautés sont instrumentalisées tant par les régimes
dictatoriaux en place que par l’Occident. L’un des meilleurs derniers exemples est bien celui de l’attentat qui a frappé une église d’Alexandrie lors du dernier jour de l’an: cet attentat a
provoqué un intérêt sans précédant chez les médias occidentaux pour les « pauvres chrétiens d’Orient » victimes de l’islamisme (on a pu lire « ces chrétiens qui résistent »;
« la chasse aux chrétiens » et j’en passe. Les journaux s’en sont donnés à coeur joie), on a même vu, comble de l’hypocrisie, Hortefeux venir prier aux côtés des coptes de France à
l’église copte de Chatenay Malabry. Ce qui est atterrant et en même temps tragiquement révélateur, c’est que presque personne n’ait relayé l’information qui est tombée quelques temps plus tard
démontrant que le cerveau de cet attentat n’était autre qu’un haut placé du gouvernement égyptien. Les médias ne mettent décidément les projecteurs sur le terroriste que lorsque celui-ci a le
statut qui nous arrange... 


Cependant monsieur Georges, j’aimerais quand même faire un petit commentaire sur la façon dont vous évoquez ces mêmes chrétiens d’Orient dans votre article. Car j’ai l’impression malgré tout que
vous ne saisissez pas assez la douleur et l’angoisse qui peuvent toucher plusieurs millions d’entre eux, en tout cas c’est ce que j’ai ressenti en vous lisant. La situation des Coptes en Egypte
n’est pas facile, et l’islamisation assez « dure » de la société ne les aide pas à se sentir toujours chez eux, en paix et en communion avec leurs frères musulmans.Car la société
d’aujourd’hui n’est plus du tout celle de Makram Ebeid, ou celle du temps de la révolution de 1919 ou chrétiens et musulmans luttaient ensemble contre les colons anglas. Sortir seule les cheveux
découverts n’est pas chose aisée pour une jeune chrétienne dans les rues du Caire aujourd’hui. Enormément de Coptes se sentent constamment attaqués dans leur foi, et je ne tiens pas ça des
journaux mais de mes amis et de ma famille; c’est par exemple un simple chauffeur de taxi qui va tout faire le temps du trajet pour vous convaincre qu’il faut adhérer à l’Islam, c’est une
pression sociale qui fera d’une fille voilée une fille supérieure en terme de valeur et de vertu à une fille qui ne l’est pas... Les discriminations à l’embauche contre les chrétiens dans
plusieurs secteurs de la société égyptienne sont monnaie courante... Et il y a toute cette dictature qui dure depuis des décennies qui a alimenté l’imaginaire craintif d’un peuple qui vit en
minorité, et dont on ne peut pas dire aujourd’hui, malgré les déclarations fraternels qui viennent des deux bords, qu’il vit dans une paix totale avec les musulmans. Je peux vous dire que la
fracture est réelle, qu’elle grandit, que les chrétiens d’Egypte aussi se communautarisent de plus en plus, qu’ils s’extrémisent, et il est claire que cela est néfaste. Cependant, je crois que
c’est la conséquences de réelles craintes, de réelles discriminations et de réelles souffrances, et si ces dernières sont bien en grande partie le fruit d’une horrible dictature qui, soutenue par
les puissances occidentales et leurs représentations idéologiques, a creusé et alimenté la fracture entre les chrétiens et musulmans, je ne crois pas que l’on puisse qualifier de « traitre »
une communauté qui, peut être-mal guidée, c’est vrai, n’arrive pas à faire face de la meilleure des façons aux impasses qui se dressent devant elle.


J’espère que vous comprenez mon point de vue. Je suis moi-même très à « contre-courrant » au sein de ma communauté quand j’évoque cette instrumentalisation des médias et leurs
représentations qui vise à nous désunir de nos frères égyptiens musulmans, mais je crois que beaucoup de musulmans tombent eux aussi dans des travers similaires lorsqu’ils assimilent trop
rapidement les chrétiens d’Orient aux chrétiens d’Occident, alors que ceux-ci (en Egypte en tous cas) sont de pures autochtones, présents en Egypte avec leur religion « égyptienne »
(c’est un christianisme purement oriental, qui s’est développé en Egypte, et dont nombreux des chants liturgiques se chantent encore en Copte, langue de l’Egypte ancienne) avant même que l’Islam
n’y arrive. 


Et je voudrai aussi émettre une petite réserve quant à la répression systématique des égyptiens « pratiquants ». Dans un pays où 8 femmes sur 10 sont voilées, et où l’immense majorité
de la population prie, il faudrait s’entendre sur le terme même de « pratiquant »... Ce sont surtout les Frères musulmans qui subissaient cette injuste répression. Ils sont aujourd’hui
le parti mieux organisé en Egypte à l’approche de nouvelles élections. Et malgré une image constamment salie par les médias, autant ici que là bas, il est normal pour une minorité chrétienne qui
représente près de 10% de la population de craindre l’arrivée au pouvoir d’un parti qui veut un Etat islamique et souhaite instaurer la charia comme source de lois (de manière beaucoup plus
poussée que ça ne l’est aujourd’hui). Même si ce dernier serait assurément moins corrompu que la dictature de Moubarak, cela reviendrait, encore une fois, à proclamer la supériorité, en termes de
valeurs et de vertu, d’une religion sur une autre, de certains comportements ou prescriptions (musulmans, comme le port du voile ou autre) par rapport à d’autres, et ce n’est certainement pas ce
qui aiderait les deux communautés à se rapprocher. Une minorité autochtone n’a pas à être « tolérée » dans son propre pays. Et certains frères musulmans continuent d’entretenir des
positions assez ouvertement anti-chrétiennes.


Dissoudre ces fractures imaginaires entre chrétiens et musulmans d’Orient n’est pas donc pas, je le crois, seulement l’affaire des chrétiens d’Orient. 


Amitiés. 



Noor 15/06/2010 15:58






Eglise Arménienne Iran 2009. Remarquerez les trois croix!



Noor 15/06/2010 12:41



 Eglise arménienne Iran 2009


Dis moi Georges as tu des nouvelles de la "Truth"?!



georges stanechy 06/03/2010 16:51




 


Aux amis lecteurs de ce blog :


 


Je recommande la lecture de la deuxième partie de l’analyse d’Aline de Diéguez,
“Aux sources du chaos mondial actuel”, qui vient de paraître sur son site.


 


Passionnante, soutenue par une rigoureuse approche, au confluent de plusieurs disciplines  – histoire, économie,
archéologie, philosophie, psychologie – elle fait suite à la première partie qu’il est indispensable de lire :


Du Système de la
Réserve fédérale au camp de concentration de Gaza Le rôle d'une éminence grise: le Colonel House


 


Bon WE à tous


 


 




Chahid Slimani 04/03/2010 23:08



Bonjour Loubna


 


Je viens de t’envoyer un mail sur ta boite… j’espère que tout va bien !


 


Je n’ai pas oublié le Liban et les libanais, je reviens au blogging prochainement !


 


Amitiés


 


Chahid Slimani



loubna 04/03/2010 17:39


merci,

je n'ai pas vu son commentaire, mais je lui ai envoyé deux mails et sans réussite, problème de livraison,

si vous avez son e mail, pourriez vous SVP lui dire que j'ai essayé de le contacetr sans réussite

merci d'avance

Cordialement
Loubna


Georges Stanechy 04/03/2010 13:54



Bonjour Loubna

Chahid me paraît aller "super bien" !... Il a pris le temps de poster un commentaire (n° 2) sur le présent billet.

Toujours aussi pertinent, et serein !

Bien à vous





loubna 04/03/2010 11:53


Bonjour,

est ce que vous avez des nouvelles de chahid?

je m'inquiète, plus de nouvelles de lui, ni mail, ni blog

merci d'avance

Loubna EL ZEIN


Georges Stanechy 24/02/2010 21:01




 


Bonsoir Truth


 


Merci de ces bonnes nouvelles.


 


Il convient de rester toutefois vigilant. Car, les dialogues islamo-chrétiens encadrés par le Vatican sont souvent des opérations de
communication où les représentants musulmans sont obligés de faire amende honorable, dans une attitude coupable suivant le contexte préparé… De manière plus ou moins voilée…


 


Dans le genre du pitoyable spectacle, donné par les “représentants” ou les “notables officiels” de la communauté musulmane du CFCM, en France,
se prêtant annuellement à la traditionnelle cérémonie d’allégeance au CRIF…


 


Amicalement


 


 




Georges Stanechy 24/02/2010 20:47




 


 


Cher Chahid, Bonsoir


 


Traitant d’un “axe” de la désinformation et de la propagande de l’Occident sur les communautés chrétiennes en péril dans les
pays musulmans, c’est inévitablement donner un coup de projecteur sur les régimes dictatoriaux soutenus par lui.


 


Sujet plus que délicat, puisqu’il fait apparaître que la plupart de ces régimes sont très satisfaits de diaboliser leurs “oppositions”, avec
le soutien aveugle et « financier » des “démocraties occidentales”…


 


Ce qui est frappant et paradoxal c’est de constater que, malgré censure et terreur policière, tous les peuples musulmans le savent. Alors
qu’en Occident, un Chavez régulièrement élu sera considéré, par l’opinion publique, comme un dictateur et Moubarak, aux élections plus que truquées, passera pour un démocrate !...
Sidérant.


 


Je suis convaincu, aussi, que l’Egypte a un rôle fondamental à jouer dans la prochaine Renaissance du Moyen-Orient. Son régime est détesté et
méprisé par son peuple, comme l’était celui du Shah d’Iran. Comme le sien celui de Moubarak s’écroulera, tel un château de cartes. Si ce n’est pas sous son emprise, ce sera sous celle de son
fils, puisqu’on veut en faire son successeur. Sauf que l’Egypte n’est pas le Gabon ou le Togo, par la taille, la population et l’enjeu stratégique.


 


Il est à prévoir une évolution de l’Egypte dans le sens de celle de la Turquie qui, progressivement, s’affranchit (malgré pressions et
tentatives de putsch…) de son statut néocolonial occidental.


 


Laissons le temps au temps…


 


Mes amitiés


 




Truth 24/02/2010 20:35


fin du premiercommentaire amputé  de sa conclusion:


Il y a lieu de noter que, depuis trois ans, des célébrations communes de la fête de l’Annonciation sont organisées au Collège Notre-Dame de
Jamhour sur le thème « Ensemble autour de Marie Notre-Dame », sous la supervision de l’amicale des anciens de cette école, avec la participation de délégations étrangères, notamment
d’al-Azhar.


L’une des personnalités les plus activement engagées dans l’instauration de cette fête est cheikh Mohammad Nokkari, ancien secrétaire général de
Dar el-Fatwa, professeur à l’Université Saint-Joseph et membre du Groupe de recherche islamo-chrétien (GRIC), une association internationale de chercheurs.




Chahid Slimani 24/02/2010 18:49



Cher Georges


 


Toujours aussi « insoumis » !


Ton article mérite intérêt et réflexion, et généralisation sur le web bien entendu…


Pourquoi ?


Tu soulèves quelques questions trop brulantes actuellement dans le monde arabe pour être discutées publiquement et sans
« polémiques ».


Comme tu sais, je m’intéresse beaucoup à la société égyptienne, aux élites égyptiennes etc. pour les raisons que nous
connaissons : de l’Egypte viendrait le « mal », de l’Egypte viendrait le « bien » pour les autres arabes …


Il y a quelques mois, le célèbre Professeur Zaghloul El-Naggar (http://en.wikipedia.org/wiki/Zaghloul_El-Naggar)  qui est un grand humaniste et musulman « modéré », avait critiqué ouvertement certains comportements de
l’Eglise Copte (prosélytisme etc.)… il a subi un terrible lynchage des médias et de certains centres… les mêmes qui ont voulu faire des derniers matchs entre l’Algérie et l’Egypte un instrument
de propagande, de racisme et de neutralisation de l’identité de l’Egypte…


 


Bref, de la bêtise et du machiavélisme de certains, je préfère retenir la citation de Makram Ebeid  « ma patrie est l’Islam, ma religion le christianisme » et une déclaration d’un prêtre à Gaza durant le dernier massacre, sous les bombes il a dit « nous
sommes tous musulmans, nous sommes tous chrétiens, nous sommes tous gazaouis, nous sommes tous palestiniens »…


 
Amitiés


Truth 24/02/2010 13:45



Bonjour Georges


 


Je suis catholique cependant comme toi je bondis devant les pages de honte que tu signales à
l’actif de mes co-réligionaires. Je meurs de honte quand à la messe des soldats français tués en Afghanistan le cardinal Vingtrois de Notre Dame compare ces soldats aux résistants de la deuxième
guerre mondiale … jusqu’à quand l’Eglise héritière du message evangélique  se
retrouvera–elle- dans de pareil contretemps, menant contre les musulmans la guerre qu’elle n’a pas mené contre la collaboration ?


 


Et puis il y a la Bonne Nouvelle , qui parfois se réalise dans le champ politique autant que
religieux :


 


Celle-ci par exemple qui fait bondir de joie la catholique que je suis , (« digne d’etre
musulmane » m’a dit un jour un Palestinien de Jérusalem à qui je rétorquais que je le trouvais digne d’etre catholique ).


 


 


BONNE NOUVELLE VENANT DU LIBAN PARU CE VENDREDI SUR LE SITE DE RECHERCHES ISLAMO -CHRETIEN:


Le Conseil des ministres a approuvé hier un décret proclamant la fête de l’Annonciation (25 mars) « fête nationale commune islamo-chrétienne ».
Cette initiative sans précédent a été accueillie avec enthousiasme par tous les milieux prônant le dialogue.


Dans sa décision, le Conseil des ministres s’est appuyé sur le fait que la Vierge Marie est un dénominateur commun entre les chrétiens et les
musulmans, qui lui réservent une très grande place dans leurs dévotions respectives.


À noter que l’Évangile et le Coran affirment tous les deux que le Christ est né de Marie d’une naissance virginale. Il s’agit là d’un article de
foi commun aux chrétiens et aux musulmans, même si les deux religions diffèrent ensuite sur le Christ qui, pour les chrétiens, est de nature divine.


La fête sera chômée et sera marquée par un programme commun social, culturel et religieux mettant en évidence les points culturels et religieux
entre chrétiens et musulmans.


La décision sera, samedi, au centre de l’entretien que le Premier ministre doit avoir au Vatican avec le pape Benoît XVI ; elle pourrait
également servir d’exemple et être adoptée dans d’autres pays que le Liban, a-t-on appris de bonne source.


Mardi, une délégation islamo-chrétienne conduite par MM. Michel Eddé, président de la Fondation maronite dans le monde, et Ibrahim Chamseddine,
ancien ministre, avait soumis le projet au Premier ministre.


Il y a lieu de noter que, depuis trois ans, des célébrations communes de la fête de l’Annonciation sont organisées au Collège Notre-Dame de
Jamhour sur le thème « Ensemble autour de Marie Notre-Dame », sous la supervision de l’amicale des anciens de cette école, avec la participation de délégations étrangères, notamment d’al-