Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 20:44

 

 

« Chaque matin, pour gagner mon pain, je vais au marché où l’on vend des mensonges et plein d’espoir, je me range du côté des marchands… »

Jean-Luc Godard (1)

 

 

 

 

Et, le Soleil se leva !...

 

Cette image du splendide poème chanté par l’artiste québécois Richard Desjardins ne me quittait pas face à la joie du peuple Egyptien, à l’annonce de la démission du tyran qui l’opprimait dans la sauvagerie et la honte depuis plus de trente ans.

 

Dans sa chanson, Richard dénonce l’Empire qui surgit pour asservir un peuple. Avant de le spolier, le violenter, sous la menace, le chef de la soldatesque demande dans un mégaphone : « Qui est le chef ? Et, qu’il se lève ! »…

 

« Et, le Soleil se leva !… ».

 

Magnifique métaphore, pleine vérité. Le Temps, l’Histoire, triomphent toujours de la violence, de l’arrogance de ceux qui pensent que l’esclavage des peuples et nations est le privilège éternel du plus Fort.

 

Egyptian-Revolution-3.jpg

 

L’aveu

 

Obama ne m'a jamais paru aussi pathétique que dans sa déclaration, prenant acte du renversement de son protégé. Je le regardais en direct sur une TV : visage fermé, élocution crispée, une tête d’enterrement ! En complet déphasage avec les propos qui se voulaient empreints de sympathie à l’égard de la nation Egyptienne rassemblée dans une immense allégresse. Les déclarations des pantins-vassaux européens, qui suivirent, ne valaient guère mieux.

 

Dans ce non-dit, lugubre, du président des USA : l’aveu…

 

D’une immense défaite pour  l’Empire.

 

D’abord psychologique. Remettant en cause son emprise sur la région, fissurant toutes les dictatures installées par ses soins et ses armes. Jusqu’au bout, les USA, Israël, l’Europe, les occidentaux, ont essayé de sauver le dictateur, leur créature depuis des décennies. Souhaitant écraser la Révolution, ils voulaient faire tirer sur la foule, comme ils l’ont fait dans de multiples pays pour sauver les dictatures à leurs ordres.

 

Installant pour cela, en tant que vice-président, le tortionnaire de son régime sanguinaire, surnommé « Sheikh Al-Torture »… Un tueur sans état d’âme, réputé pour son “raffinement”. Se livrant, entre autres pratiques suaves pour terroriser davantage ses victimes lors d’interrogatoire qu’il lui arrivait de superviser personnellement, à l’exécution d’un détenu au préalable réduit en loque, par un coup de karaté …

 

Tirer sur la foule. Comme à Bangkok, il n’y a pas si longtemps. Comme ils l’avaient fait lors de la révolte des Mexicains rassemblés pacifiquement, en famille, sur la grande place de Tlatelolco. Des centaines de morts, disparus, suite à la fusillade de l’armée mexicaine, la nuit du 2 octobre 1968. (2)

 

En Egypte, les occidentaux avaient à leurs bottes tout l’appareil répressif, police et services secrets, la garde présidentielle, et l’armée de l’air. Ils n’ont pas réussi à faire adhérer l’armée de terre, à part quelques généraux, à leur projet. C’est ce qui a fait basculer la décision. Gênés aussi, les temps changent, que le reste de la planète les observe “à la fenêtre”, regardant jusqu’où leur cynisme allait les mener, grâce aux liaisons Internet difficile à censurer.

 

Egyptian-Revolution-2.jpg

 

 Le déni

 

Bien sûr, perdre une bataille n’est pas perdre la guerre se disent les stratèges de l’Empire. Ils vont tout faire pour mettre en pratique ce qu’ils savent si bien faire, et qu’ils sont en train de programmer en Tunisie. Trois objectifs immédiats : 

 

i) Conserver la politique étrangère et la défense nationale

 

Bloquer par tous les moyens une évolution politique similaire à celle de la Turquie, qui a réussi à conforter son régime parlementaire après avoir remis les militaires à leur juste place : celle des casernes. Leur rôle n’étant pas de gouverner. Car, ce n’est pas l’exemple Iranien qui leur fait peur, mais l’exemple Turc.

 

La Turquie, pays de 75 millions d’habitants en pleine croissance économique, s’émancipe de plus en plus. Faisant entendre sa voix et ses désaccords. Erdogan est le seul chef d’Etat à avoir, au sommet de Davos de 2009, dit publiquement ses quatre vérités à Simon Peres sur les crimes commis en Palestine…

 

On a vu aussi le courage des Turcs, lors du massacre de la Flottille de la Liberté apportant une aide humanitaire à la population de Gaza. Ils viennent de sortir un film sur ce crime contre l’humanité et acte de piraterie, non condamnés par l’ONU, qui connaît un succès international : Valley of the Wolves Palestine.

 

Une suite au célèbre film donnant lieu a une série TV, La Vallée des Loups en français, sur le comportement de la soldatesque occidentale en Irak avec, notamment, la condamnation d’une de leurs pratiques favorites le massacre des populations lors des mariages…

 

Films et séries, évidemment, censurés en Occident et dans les dictatures à son service.

 

Le dynamisme de leur industrie cinématographique produisant Films et séries TV à gros budgets, dont l’engouement dans les pays arabes et ailleurs est colossal, inquiète beaucoup les spécialistes de la désinformation. Il est le signe de l’indépendance ultime : celui de la réappropriation de sa Culture et de son Histoire. Allant à l’encontre des schémas de propagande et d’autosatisfaction de l’Empire.

 

Si cette attitude à la “de Gaulle” se généralisait au Moyen-Orient, cela va faire subitement beaucoup « d’indépendances » à gérer. Et, sombre perspective, annonciateur de la fin des multiples bases et centres de tortures occidentaux dans la région, couvrant les pillages…

 

Il est, en conséquence, vital, prioritaire, pour l’Empire de conserver à son seul usage les privilèges d’une authentique souveraineté de l’Egypte : la politique étrangère et les forces armées. Pour cela, truquer les élections en éliminant tous ceux qui ne voudraient pas souscrire à ses directives, prétendant affirmer une volonté d’autodétermination en politique étrangère et défense nationale.

 

Pour ce qui est de la prétendue aide et assistance militaire, d’environ 1,5 milliard de dollars chaque année (l’aide civile n’est que de 250 millions de dollars…), rappelons qu’elle retourne à son point de départ puisque les achats d’armes bénéficient aux industries de l’armement US. De plus, dans du matériel dépassé, obsolète, ou “bridé”, et largement tourné vers la répression, les performances du matériel livré, tant des forces terrestres qu’aériennes, étant contrôlées par Israël.

 

 

ii) Conserver la mainmise sur l’économie égyptienne

 

Le contrôle l’appropriation du système économique est un gage de servitude. L’Egypte la subit déjà. Elle va être renforcée : système bancaire et financier, services publics rentes de situation type télécoms, eau, transport, etc., investissements et industries de sous-traitance, avec interdiction d’accès aux hautes technologies dans tous les domaines, étant les principales orientations fixées.

 

Comme en Afrique du sud, où la chute de l’apartheid a permis la création d’une petite bourgeoisie, hormis les dignitaires politiques rapidement corrompus. Mais, le peuple Sud-Africain dans son immense majorité vivant dans la misère, encore spolié des gigantesques richesses minières du pays. Restant toujours la propriété des occidentaux, essentiellement par l’intermédiaire de groupes miniers canadiens ou australiens.

 

 

iii) Empêcher toute “épuration”

 

Ne pas toucher à l’infrastructure de l’appareil répressif. Eviter toute “vague” qui étalerait bien des secrets d’Etat. Imposer une "commission de réconciliation", comme les occidentaux l’ont imposée en Afrique du sud. Pour étouffer toute épuration, procès publics, nationalisations des biens spoliés, et condamnations de tous les tortionnaires, profiteurs, indics et "collabos" de la dictature.

 

L’essentiel, dans ce type d’opération, de mascarade, n’étant pas la réconciliation nationale mais avant tout bloquer toute fuite démontrant l’implication des occidentaux dans la répression, son organisation, sa mise en place de moyens, ses conseils techniques et l’apport de ses spécialistes es-tortures.

 

Egyptian-Revolution-4.jpg

 

Tartuferie et Torture

 

Evidence : aucune remise en cause de la politique de l’Occident. Les médias de l’Empire, très réactifs à la suite du discours d’Obama, déballaient sans transition leur nouvel arsenal de propagande. Chantant les louanges d’Obama et de l’Occident des Lumières, qui grâce à leur patiente sollicitude avaient conduit les pays arabes à l’âge adulte, parvenant enfin à se libérer des dictateurs, et de leurs régimes corrompus, qu’ils s’étaient choisis…

 

Cynisme sans borne.

 

J’entendais sur une chaîne de TV un "politologue-spécialiste du monde arabe” dire que cela allait faire tâche d’huile et s’étendre en Chine !... Apparemment, ce distingué "expert-du-monde-arabe", emporté dans sa fulgurante analyse se retrouvait en Asie, par vol sans escale, après avoir survolé la Jordanie, l’Arabie saoudite, le Yémen, les monarchies pétrolières d’opérette, les yeux fermés !... (3) Tout juste s’il n’allait pas se retrouver au Venezuela ou, encore, à Cuba.

 

On a beau se vouloir adepte du pacifisme et de la non-violence, sincèrement : il y a des paires de claques qui se perdent. Alors que l’écroulement de l’idéologie du Choc des Civilisations devrait emmener, immédiatement, les pays occidentaux à une profonde remise en cause de leur vision, de leur politique étrangère... C’est l’aveuglement impérial qui poursuit sa course, dans le mur. Cet obscurantisme, ce fanatisme, qui nous déconsidèrent aux yeux du reste de la planète.

 

Se posent en effet trois exigences, que notre tartuferie n’est plus en mesure de contourner :

 

1. Arrêter l’instrumentalisation des Droits de l’Homme et de La Dignité Humaine servant à couvrir nos crimes et complicités, mais en réaffirmer, en renforcer les obligations :

=>  Condamner la torture. Mettre au ban des nations, les régimes et les personnes qui l’organisent, la pratiquent. Les traduire devant le Tribunal International de la Haye pour crimes contre l'Humanité. Qui sont, rappelons-le, imprescriptibles !

=>  Condamner la pratique de l’internement de toute personne sans procès. Ce sont des milliers de personnes qui croupissent dans les geôles des dictatures, et entreprises coloniales occidentales de la Palestine à l’Afghanistan.

=>  Condamner l’enlèvement de tout national, quel qu’en soit le prétexte, jugé par des tribunaux qui ne sont pas de son pays pour des crimes réels ou supposés commis sur le territoire de sa nationalité. Guantanamo étant l’archétype de l’abjection pour l’Occident, quant à cette pratique banalisée.

=>  Interdire  l’internement des enfants dans la stricte application de La protection des Enfants imposée par la charte de l’ONU. On parle des "enfants soldats", mais jamais des "enfants emprisonnés" pour fait de Résistance, aux dictatures, aux aventures coloniales, en Palestine, en Irak, en Afghanistan. Des milliers.

 

2. Condamner le racisme anti-arabe et l’islamophobie qui sont des instruments de propagande dans les pays occidentaux. Encouragés, bénéficiant de tous les moyens, dans tous nos médias, dans l’impunité absolue. Avec pour effet d’endoctriner les opinions publiques afin de camoufler nos soutiens aux dictatures et les pillages auxquels nous nous livrons dans leurs pays.

 

3. Revoir nos principes et actions diplomatiques qui soutiennent les régimes sanguinaires opprimant les populations civiles, sur tous les continents, dans des élections truquées dont toute opposition est bannie, si ce n’est sous forme de simulacre.

 

Mesures, principes et dispositions ne sont que chiffons de papier si nos propres dirigeants, responsables, politiques, économiques, n’ont aucune éthique.

 

Voir nos dirigeants, tous partis confondus, se rendre en vacances dans des dictatures, à l’invitation des tyrans pour être logés dans des palaces, en caravane, avec épouses, concubines et courtisans est, non seulement, une honte, mais encore, un crime, du moins une complicité de crime. Se piquant de philosophie, de culture, d’art, de méditation, devant des monuments antiques, sachant qu’hommes, femmes, enfants, sont torturés, internés arbitrairement, pour s’être révoltés contre l’injustice dans le pays hôte.

 

Car, comme je ne manque pas de le répéter, à ce niveau de responsabilité :

i) Soit, on ne le sait pas et c’est inadmissible, toutes les informations étant disponibles par de multiples canaux officiels et officieux. En ce cas là : on est un nul, un incompétent, dans l’exercice de ses fonctions.

ii) Soit, on le sait et on fait semblant de ne pas le savoir et, en ce cas, on est aussi abject que les dictateurs sanguinaires qu’on cautionne.

 

Face à cette répugnante tartuferie, les Peuples de Tunisie, d’Egypte, viennent de nous donner une leçon de courage et d’éthique. Souhaitons qu’ils connaissent enfin la paix, la prospérité, l’épanouissement qu’ils méritent. Partageons leur joie.

 

Pour avoir évoqué la longe lutte du Peuple de l’Afrique du sud pour sa libération de l’apartheid, lutte se poursuivant plus souterraine pour la réappropriation de ses richesses nationales, je leur dédie l’émouvante chanson de Johnny Clegg, Asimbonanga. Dans cette chanson,  il célèbre cette lutte universelle, la mémoire des principaux résistantes et résistants assassinés, souvent sous la torture : Steve Beko, Victoria Mxenge, Neil Aggett…

 

A la mémoire de Mohamed Bouazizi, de tous les Tunisiens, de tous les Egyptiens, et tous ces combattants de la liberté de par le monde, assassinés, torturés, humiliés, par les dictatures et les colonisateurs, avec la complicité de La Communauté Internationale.

 

Johnny Clegg  chantant en zoulou:

 

Asimbonang 'umfowethu thina

Laph'ekhona,
Laph'wafela khona

 

Notre frère n’est plus là
Là où il vivait

Là où il est mort…

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

(1) Phrase dite, dans son film Le Mépris, par Fritz Lang.

(2) Lire le poignant ouvrage, compilations de témoignages sur ce massacre : La Noche de Tlatelolco d’Elena Poniatowska, Ediciones Era, México D.F, 1971 (réédition 2001).

Notons que son livre extraordinaire d’émotion et de vérité historique, à ma connaissance, n’a pas encore été traduit en français.

Le niveau de carnage et de sauvagerie avait révolté la conscience du chef de la CIA au Mexique, Philip Agee. Pourtant, pas le genre « tendre ». A tel point qu’il s’est réfugié à Cuba et à passé le reste de sa vie à dénoncer les agissements assassins de l’Empire, malgré les menaces de mort pour lui et sa famille.

(3) Perles vues et entendues, entre autres, sur la chaîne française « i-télé »…

 

 


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Georges Stanechy 07/04/2011 10:23



 


Chère Aline, Bonjour


 


Merci de cette évocation de la Guerre de Troie qui rappelle combien la folie guerrière des Hommes se perpétue de siècle en millénaire... Tant de violences et de morts, alors que la Paix est à
portée de main...


 


Me reviennent en mémoire les vers du poète d'Essaouira, Saïd Saddiki :


"Ce sont les hommes qu'il nous importe de ne pas perdre


Car si les murs s'effondrent, chacun pourra reconstruire le sien..."


 


Amitiés


 


 



aline 05/04/2011 13:13



Cher Georges, bonjour,


Connaissez-vous Oiax ? C’est le nom que Jean Giraudoux donne au poète qui était la voix de la ville de Troie, face au grand Homère, lequel fut, comme chacun sait, la voix des généraux grecs
victorieux ainsi que des héros et des dieux qui les soutenaient.



Oiax a été assassiné, Troie a perdu la parole. Troie est devenue muette.  Giraudoux termine sa pièce, La guerre de Troie n’aura pas lieu,  - phrase qui, 
tout au long de la pièce, avait été  le lamento des Troyens -  par cette déclaration aussi lapidaire que  géniale : « Le poète troyen est mort… la parole est au
poète grec » : le destin  d’une guerre ou d’un mouvement dépend de celui  qui a la parole, de celui qui la chante. 


On sait avec quel génie Homère a chanté les exploits des agresseurs et envahisseurs de la ville. 



Les  pacifiques manifestants  libyens attendaient Byron, ils ont eu  Botul. Ils n’ont pas trouvé d’Oiax à la hauteur de la sincérité de leur engagement pour la liberté. Un barde à
la voix de fausset est venu polluer leur mouvement. Du coup, leur voix est devenue inaudible.



Hier comme aujourd’hui, la parole est donc  au chantre de la guerre. Benghazi sera-t-elle la nouvelle Troie ? Les courageux défenseurs de ses remparts subiront-ils le sort d’Hector ? 



La défaite de Troie a changé le destin des villes-Etats du bassin de la Méditerranée. On dira peut-être, un jour, que la survie ou la mort du mouvement de libération parti de Benghazi a écrit le
destin du printemps arabe.



Amitiés,



aline 22/02/2011 09:50



Cher Georges, bonjour,


Que dire qui n'ait déjà été dit? Avec B. Kouchner, la diplomatie française avait atteint le fond de la piscine. Maintenant, elle creuse...


Amitiés



Noor 21/02/2011 13:36



Rappel : 1 million de morts, parmi eux:  des papas, des mamans, des bébés, des enfants...à qui ont a odieusement volés la vie. Les raisons vous pouvez les trouver ci-dessous. Merci
Georges et merci.


L'empire
contre l'Irak


 


 



Georges Stanechy 21/02/2011 11:47



 


Bonjour Noor


 


A mon grand chagrin, oui : l'Irak ne méritait pas pareils massacres et saccages. Il y a mille et un moyens de renverser un dictateur, sans détruire un pays... La Tunisie et l'Egypte viennent de
le prouver.


 


Mais, on sait sans vouloir l'admettre, que le but des occidentaux était de "détruire" l'Irak, de fond en comble. Tant on redoutait son développement économique et son indépendance politique.
Comme pour l'Iran, que les bellicistes rêvent de voir réduit en poussière...


 


L'Irak est en miettes. Mais, c'est un grand pays, il a survécu aux invasions mongoles, à l'occupation ottomane, britannique... Il renaîtra de ses cendres, encore plus fort, et participera à la
Renaissance du Monde Arabe et Musulman, en train de se lever.


 


La roue tourne...


 


Amicalement


 


 



Noor 21/02/2011 11:30



Salam Georges et à vous tous,


 


Merci pour ton article, je chercher en vain quelques informations sur la situation en Irak. J'espèrais tout de même trouver un site, une fenêtre sur cet horizon, et te voilà en train de conclure
froidement, qu'il n'y a rien qu'il n'y a plus rien de bon après le passage des occidentaux pays des soient disant Droits de l'Homme. J'ai envie de dire...


La France mon pays que j'ai aimé !!!



Georges Stanechy 20/02/2011 12:13



 


Aux Amis Lecteurs


 


Suite au commentaire précédent, relatif au comportement de l'arrogance racaille des "freluquets-ambassadeurs" de notre diplomatie, on lira avec profit l'analyse du philosophe Manuel de Diéguez
sur :


La sous-culture des classes dirigeantes et
l'avenir d'Israël


 


Bonne lecture !


 



Georges Stanechy 20/02/2011 11:41



 


Cher Chahid Bonjour


 


Déplorable illustration de ce que j'ai dénoncé à plusieurs reprises dans ce blog, du "délabrement complet" de la diplomatie française...


 


Cet "ambassadeur" est l'archétype du jeune freluquet, aussi arrogant que stupide. Son attitude relève du comportement du voyou raciste, inculte quant aux règles élémentaires non seulement de la
courtoisie, mais encore plus important, de l'hospitalité quand on est "reçu" dans un pays "hôte"...


 


Ce comportement de "racaille" n'est que l'écho de la "voix de son maître"...


 


La vidéo, dont tu mentionnes le lien, sur un "dégage" devant l'ambassade, présente une excellente analyse par un "manifestant" de l'attitude des occidentaux. Rappelant qu'un ambassadeur, avant
d'ouvrir "le bec", doit être "agréé" par le pays, reçu par le chef de l'Etat pour présenter ses "lettres de créances". Et, non pas envoyé comme un "préfet" dans un "département" ou une colonie...


 


Pauvre France, j'en ai honte... Après le Mexique... Elle sombre, pire que dans l'indignité : dans le "ridicule" !... Mais, si tu savais tout ce que j'ai vu et vois dans ce même style. Il faudra
que j'écrive, un jour, un bouquin sur ce "goudron intellectuel"...


 


Amitiés


 


 


 



Georges Stanechy 20/02/2011 10:50



 


Bonjour Noor


 


En réponse à ta question, et celle d'autres lecteurs sur le même thème, quant au "journalisme" et à "l'information" en Irak, je vais essayer d'être bref et clair : cela est actuellemnt
"inexistant".


 


L'Irak est un pays détruit et occupé militairement par une coalition d'une quarantaine de pays occidentaux. Le travail de cette force de coalition est de finaliser la destruction du pays et d'y
installer à demeure une dictature pour le piller tranquillement (et dans son esprit jusqu'à épuisement de ses ressources), camouflée sous des apparences d'élections "libres".


 


En ce moment même, ce sont :


i) Des chefs de guerre, avec leurs milices, qui se partagent le peu de marge de manoeuvre et de trafic, que leur autorise la coalition qui les oppose les uns aux autres dans un climat
d'insécurité permanente. Vieux schéma du "diviser pour régner" qu'ont imposé les occidentaux pendant un siècle (1840-1940) en Chine, par exemple.


 


ii) Des mafias et clans de gangsters ouvertement encouragés par la coalition, dans leurs ravages, pour destructurer totalement la société Irakienne : contrebande, trafic d'alcool, de tabac, de
drogue, d'armes, prostitution, "industrie" de l'enlèvement et de demande de rançons, etc. L'anarchie mafieuse, soigneusement entretenue...


 


iii) Des organisations de pillage spécialisées dans le pompage et le vol des richesses du pays. A commencer par sa principale richesse qu'est le pétrole, dont le pays ne voit pas rentrer les
devises, si ce n'est une infime partie pour financer les différentes milices. Sans oublier le pillage systématique des immenses richesses historiques et archéologiques de cette nation plusieurs
fois millénaire.


 


En conséquence :


=> La presse locale, n'est constituée que de "canards", au service des différents chefs de guerre, clans, et milices.


=> Les "médias internationaux" ne sont là que pour "illustrer" les documents de propagande qui leur sont demandés par leurs rédactions : genre "La Chasse aux Chrétiens", etc.


Ils les écrivent de leurs chambres d'hôtel, dont ils ne sortent pas. Se faisant filmer, pour les TV, de leur balcons ou des terrasses des palaces qu'ils occupent dans la Green Zone.
Photos et films, "interviews", leur sont procurés par des intermédiaires qu'on appelle dans le jargon des "fixers" qui ne sont, bien évidemment compte tenu du contexte géré par la
coalition, que des "indics" soigneusement sélectionnés par les forces d'occupation.


 


En conclusion, en Irak : information, liberté d'expression et "journalisme", sont en-dessous du point zéro... Pire que sous Saddam...


 


Amitiés


 


 


 


 


 


 



Georges Stanechy 20/02/2011 10:20



 


Bonjour Naradamuni


 


Merci de m'avoir, de nous avoir, fait découvrir le chanteur, poète, artiste Québécois, Richard Desjardins. Je suis allé à la rencontre d'autres de ses oeuvres, pleines d'humour, de sensiblité, de
colère aussi. Notamment, à l'encontre des politiciens corrompus du Canada, auxquels ressemblent comme d'eau ceux des autres pays. En France, comme dans le reste de l'Empire...


 


Son courage, son "engagement" pour la Paix et la Justice, font qu'ils sera "interdit" de diffusion sur nos TV et radios. Tout spécialement en France, où règne une implacable censure de ce ce
genre d'artistes et d'oeuvres...


 


Je ne sais pas s'il a un "agent" en France pour le faire connaître. En tout cas, je souhaite qu'on puisse l'entendre et le voir au festival de la Chanson francophone de Bourges. Ou dans d'autres
festivals, l'été prochain, en France et dans d'autres pays francophones. Afin de contourner la censure...


 


Merci de nous avoir fait découvrir aussi le magnifique poème de Michèle Lalonde, Speak White. Sa portée, sé résonance, étant universelles, je vais essayer de le mettre prochainement en
ligne dans un billet.


 


Amitiés


 


 



Georges Stanechy 20/02/2011 10:00



 


Bonjour Rita


 


Encore une fois, ce blog n'est qu'un petit grain de sable roulé par une petite fourmi parmi d'autres... L'essentiel est qu'il y ait des millions de petites fourmis roulant chacune leur petit
grain de sable, pour édifier une Terre de Paix et de Fraternité...


 


Amicalement


 


 



Chahid Slimani 20/02/2011 01:38



Bonsoir cher Georges


 


Je suis encore sous le choc, le comportement et le discours du nouvel ambassadeur de France à Tunis, Boris Boillon est
catastrophique, je ne comprends pas vraiment  ce qui se passe au Quai
d'Orsay ?


 


 


Boris Boillon l'impolitesse au sens parfait


 


Manifestation devant l'ambassade de France à Tunis


 


Un dégage, pour le nouvel ambassadeur de France


 


Amitiés



naradamuni:Sans ni+ ni- 19/02/2011 15:42



Bonjour Georges et merci,


Vous qui avez apprécié Richard et ses "yankees" vous apprécierez certainement ce poème de Michelle Lalonde composé pour la nuit de la poésie il y a plus de 40 ans déjà... :


Speak white


Bien à vous.


naradamuni:Sans ni+ ni-


 



ritapitton 19/02/2011 11:07



Bonjour Georges, bonjour à tous,


J'ai pris lecture  ce matin de ton billet  que je  trouve  super/excellent .Merci  pour l'éclairage que tu fais .


Oui moi aussi j'aimerai que le système parlementaire  turc soit établi en Egypte ,pour que l'épuration ne soit pas bloquée , pour que les élections ne soient pas truquées, pour que l'Empire
ne conserve pas à son seul usage la politique étrangère et la défense nationale , pour que leur systéme économique ne soit pas approprié par l'Occident . Amen


Oui cet "expert "politologue/spécialiste du monde arabe a survolé avec grande partialité les monarchies pétrolières pour pointer la Chine !! un fou à lier !!


Mais oui ceux qui vont en vacances chez les dictateurs sont abjects et collabos .


Georges ta voix est salvatrice et je prie pour que Dieu te garde et t'éclaire afin  que tu puisses  écraser le DRAGON .Amen


 


 


 


 


 


 


 


 



Georges Stanechy 16/02/2011 13:36



 


Bonjour Cher Chahid


 


On serait disposé à passer l'éponge sur magouilles, jets privés avec copains de magouilles, et tutti quanti...


 


Sauf qu'en l'occurrence, ces comporterments de satrapes ont pour fondement l'assassinat, la torture, la "disparition" d'innocents. Par centaines, par milliers. Que ce soit dans des colonisations
ou des dictatures, aussi spoliatrices et sauvages les unes que les autres.


 


Ces personnages "à grimaces" sont pires que des voyous sans foi ni loi. Pire que ce personnage à qui je fais souvent référence parce qu'ils en sont la perverse filiation : Al Capone. Comme lui,
ils en ont la Bonne Conscience : celle de la Loi du Plus Fort.


 


Ils ne sont que des agents minables au service de leur voracité et des intérêts étrangers qui les soudoient. Et, qui ne sont pas ceux de la France, de son Peuple et de sa Souveraineté. 
L'entourage de de Gaulle, déjà, à sa grande indignation, était largement gangrené par ce type d'individus (cf. vedettes de Cherbourg, etc.). A présent cette lèpre a complètement rongé les plus hautes instances de l'Etat français.


 


Oui. La France est ravalée à une dérisoire "colonie", gérée par une bande de polichinelles "grimaçants" de cynisme...


 


Amitiés


 


 



Chahid Slimani 15/02/2011 22:44



Cher Georges bonsoir


 


On n’aimerait pas être la place de certains dirigeants occidentaux en ce moment, tellement ça pue l’hypocrisie, une
vraie mascarade,  ils dénoncent autrefois l'absence de régimes démocratiques dans le monde arabe, maintenant ils s'inquiètent de la possibilité qu'il
en existe !


 


Il y a un vrai mal qui ronge la classe ou la vie politique française et que les « grimaces » d’un Pierre
Lellouche résument parfaitement, avec leur sourire narquois, ils ne comprennent pas qu’ailleurs qu’en France, ce même sourire passe pour pitoyable.


 


En voulant saper un certain héritage de Charles de Gaulle et  une certaine
politique du Quai d'Orsay dite « d’une vieille aristocratie catholique profondément pro-arabe », ces vermines ont paralysé la France et son image.


 


Quand Michèle Alliot-Marie déclare avoir « appris par un ami le départ de la Tunisie de Ben Ali », vrai ou
faux, c’est un discours qui n’est pas digne de la France et des français.


 


Elle tourne la toupie (au sens propre) de la politique étrangère française …


 


Amitiés



Noor 15/02/2011 12:35



Salam aleykoum cher Abdelkader,


Tu viens enrichir d'avantage le blog de Georges,je te remercie car j'apprends, j'ai tellement à apprendre d'ailleurs que j'en ai la tête qui tourne. Il y a un proverbe arabe qui dit " que les
personnes comme toi sont une bibliothèque à elle seule.


Il y aussi ces prochains jours une manifestation au Maroc n'oublieons pas non plus que le Maroc est aussi une ancienne colonnie française. Bizarrement on en parle comme d'un protectorat français
mais jamais comme d'une colonnie française. A bientôt



Noor 15/02/2011 12:26



Bonjour Georges,


Je viens de commander le livre de Lounis Aggoun, et n'ose tourner les pages, par peur de découvertes sanguinaires. Je remarque mais cela n'engage que moi,que ces dictatures, ont été instaurées
après le passage des colons occidentaux!!



Georges Stanechy 14/02/2011 19:41



 


Cher Abdelkader


 


Oui.


 


En espérant que le Soleil se lève, aussi, sur une Algérie libre et prospère ! Elle en a tous les moyens et le potentiel.


 


Empêcher la libre expression démocratique a toujours été, contrairement à ses affirmations destinées à son opinion publique interne, la priorité de l'Occident dès que l'affirmation d'un libre
choix des populations ne correspondait pas à ses intérêts immédiats (du moins ceux de sa caste au pouvoir, et non pas ceux du peuple).


 


Le montant des souffrances et des tueries devra, un jour, être établi. Les compensations chiffrées et "payées".


 


Car, si la propagande de l'Empire ne cesse de faire référence aux "goulags staliniens", ou aux "camps d'extermination nazis", elle oublie de regarder la poutre dans son oeil. Sous forme des
millions de victimes de ses entreprises coloniales et de ses pillages au moyen des dictatures imposées.


 


L'Amérique latine en a été martyrisée à longueur de siècles et arrive difficilement, même aujourd'hui, à se défaire de cette emprise sanguinaire. Même chose, en Afrique et en Asie. Qu'on se
souvienne des massacres planifiés et commandités par l'Occident en Indonésie, en 1965, au prétexte d'éradiquer la menace communiste. ce furent, au minimum entre 500.000 et un millions de personnes assassinées...


 


C'est tout cela contre quoi Les Hommes de Bonne Volonté, sur cette planète, doivent lutter en permanence : la "folie prédatrice" broyant La Vie et La Dignité Humaine...


 


Amicalement


 


 



Abdelkader DEHBI 14/02/2011 16:59



A la mémoire aussi, des 200.000 algériens tués, des 20.000 "disparus" et des dizaines de milliers d'invalides et de blessés, de la "décennie noire" - 1992 / 2002 - pour l'essentiel, victimes de
la répression commanditée par les généraux putschistes du 11 Janvier 1992, qui ont violé la souveraineté du Peuple algérien, en annulant les élections générales de Décembre 1991, donnant la
majorité écrasante au parti islamiste du FIS. --- Ce rappel, je le fais, non pas par esprit partisan - puisque je ne partage pas beaucoup de thèses du FIS - mais par respect de la règle du jeu
démocratique.