Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 18:25

 

 

Célébrer, chanter, Amour, Liberté, et Dignité Humaine…

 

Sur des textes sublimes de poésie.

 

Avec autant de grâce, de beauté et de talent…

 

De courage, aussi.

 

Ce furent privilège et destin de Warda Al-Jazaïra.

 

Elle vient de quitter ce monde. Jeudi dernier, au Caire. D’une crise cardiaque dans son sommeil, à l’âge de 72 ans.

 

Warda-Al-Jazaira.jpg

 

Immensément populaire dans le monde arabe et au-delà, elle a vendu des disques par dizaines de millions.

 

De père algérien et de mère libanaise, elle était née en France. Pays « des Droits de l’Homme » qu’elle avait dû quitter sous la menace des "milieux" du fanatisme colonial. Du fait de son engagement résolu dans son combat pour l’indépendance de l’Algérie.

 

Elle vient d’être enterrée, à Alger, avec tous les honneurs et le chagrin de son pays. Dans le carré des « Martyrs de l’indépendance ».

 

Je me joins à tous ceux qui la pleurent.

 

 

 


 

 

Partager cet article

commentaires

Noor 31/05/2012 08:55


Bonjour Geroges et salam Abdelkader,


 


Malheureusement je ne connaissait pas, mais je veillais à cette lacune. Et puis nous sommes tellement abreuvés et nourrit de music anglophones de tout genres et de toutes médiocrités verbales que
l'on oublie les autres cultures. Où qu'on aillent  dans les supermarchés, poste, salle d'attentes de médecins etc,  nos oreilles et nos psychisme en sont imprégnés.


Insidieuse colonisation américaine...quand tu nous tiens!!


 

Georges Stanechy 23/05/2012 23:33


 


Bonsoir Abdelkader


 


Merci de ce témoignage historique et amical que tu nous livres au sujet de cette immense artiste et grande dame.


 


Son extraordinaire talent, sa féminité rayonnante, son courage dans le combat pour la Liberté et la Dignité, rendent ridicules ces "féministes" ne cessant de présenter la femme maghrébine dans le
misérabilisme et le reniement de leurs racines afin d'obtenir contrats, sinécures et postes ministériels...


 


Warda, par son magnifique rire, dénonce l'imposture de ces hypocrites que nous devons subir en France, jusqu'à les retrouver à des postes du gouvernement actuel, dans l'analphabétisme culturel et
le mensonge de la propagande.


 


Amitiés


 


 

Abdelkader DEHBI 23/05/2012 23:06


 


Merci Georges, d'évoquer ici la mémoire de cette diva authentique de la chanson arabe, doublée d'un cœur généreux qui vient de nous quitter.


C'est au cours de l'été 1972 que j'ai eu le bonheur et le privilège de faire connaissance avec cette icône nationale qu'est Warda, revenue au chant – sur l'insistance personnelle du défunt
président Boumédiène – à l'occasion des mémorables cérémonies artistiques et culturelles organisées à Alger, pour la célébration du 10ème anniversaire de l'Indépendance de mon pays.
L'Algérie était encore tout auréolée de sa glorieuse Guerre de Libération nationale et de sa victoire contre le colonialisme et s'était peu à peu transformée durant les premières années de
l'Indépendance, en véritable "Mecque" des Mouvements de Libération dans le monde.


 


Personne n'oubliera cette authentique diva qui avait fait irruption, plus de dix années auparavant, en pleine Guerre de Libération, et sans transition aucune, dans le cœur des algériens et des
algériennes, avec sa grande chanson historique "Djamila", relatant les tortures subies par la grande moudjahida Djamila Bouhired.


 


Nous sommes restés en contact par le biais de relations communes, dont mon défunt ami "Si Djamal" – Chérif Belkacem – qui lui vouait une grande et sincère amitié. En 1978 c'est à partir de mon
domicile parisien d'alors, Avenue Victor Hugo, où j'avais organisé un dîner en l'honneur de Warda et de Baligh Hamdi – réconciliés – que le cortège amical entourant le couple s'est ébranlé en
direction du Palais des Congrès de la Porte Maillot où elle se produisait pour la première fois et où, toute une colonie de maghrébins s'était donnée rendez-vous pour encourager notre diva.


 


Puisse Dieu accorder toute Sa Miséricorde à cette grande âme qui n'a pas démérité du pays, par-delà les gesticulations simiesques des faux amis et autres récupérateurs officiels grotesques de la
vingt cinquième heure…