Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 20:01

 

 

" Le Secrétaire d'Etat aux finances de Grèce, en 2010, estimait à 280 milliards d'euros les capitaux grecs qui auraient été placés dans les banques suisses depuis 2003.

Et, selon la Banque Centrale de Grèce, 38 milliards d'euros auraient quitté le territoire national en 2010..."

Roland Guillon  (*)

 

 

 

 

 

Un des plus célèbres et talentueux caricaturistes Indiens, Aseem Trivedi, vient d’être jeté en prison, dimanche 9 août 2012, à Mumbaï (Bombay), pour motif de « sédition ». (1)

 

aseem-trivedi.jpg

Aseem Trivedi

 

En fait, pour avoir publié des caricatures dénonçant la corruption des politiciens et membres du Congrès Indien, en soutien du mouvement, organisé en association, protestant contre la corruption endémique ravageant actuellement l’Inde : “India Against Corruption”.

 

Parallèlement, médias et sites internet publiant ses caricatures sont soit fermés, soit menacés, sous la pression des milieux politiques et économiques dominants, bénéficiaires de ce système.

 

Elles peuvent être vues sur le site : "cartoons against corruption". (2)

 

L’acharnement contre les caricaturistes est d’autant plus violent que nous sommes dans un pays où l’illettrisme est dominant. L’Inde détient actuellement un triste record, celui de contenir plus d’un tiers des illettrés de toute la planète. (3) L’impact d’un dessin, par sa facilité de compréhension, de circulation, est d’autant plus fort qu’il est directement accessible à tous. Ce qui explique combien il est redouté des politiciens.

 

Cette réaction politicienne rejoint un précédent célèbre : William Magear Tweed, surnommé le "Boss" ou le "Grand Sachem" dans les milieux affairistes. Il représente un des politiciens parmi les plus corrompus de l’Histoire des USA.

 

Elu du Congrès des USA (parti "Démocrate") et sénateur de l’Etat de New York, avec son entourage d’intermédiaires et d’entrepreneurs filous, il avait mis en coupes réglées tous les marchés de New York entre les années 1850 et 1870. Achetant les votes et sachant se créer des “obligés”. Le montant des détournements avait été estimé à l’époque entre 50 et 200 millions de dollars. Ce qui correspondrait entre 1 et 8 milliards de dollars de maintenant.

 

Il tempêtait contre les caricaturistes, notamment le plus redoutable Thomas Nast qui ne le lâchait pas d’une semelle et qu’il avait essayé « d’acheter » :

« Arrêtez ces satanées caricatures ! Je me moque de ce que les journaux peuvent écrire sur moi, la plupart de mes électeurs ne savent pas lire ! Mais, arrêtez ces satanées caricatures ! »…

 

Restons humbles, au passage : l’Occident, même de nos jours, n’échappe pas aux ravages de la corruption, où le “lobbying” a pignon sur rue. Cyniquement. Que ce soit à Washington, Londres, Paris ou Bruxelles.

 

Avec ses législations taillées sur mesure pour les groupes industriels mafieux et pollueurs, ses marchés de l’armement et marché publics aux appels d’offre truqués et aux marges non contrôlées. Ils sont simplement moins visibles, au sein d’une population dont la majorité n’est pas aussi pauvre. La richesse se faisant discrète. Ou, émigrant en Belgique, Suisse, Monaco, Los Angeles, et autres paradis fiscaux,

 

De plus, les circuits y sont plus alambiqués, les habillages juridiques plus sophistiqués, les camouflages comptables plus indécelables. Ajoutons à cela : nos "journalistes d’investigation" et caricaturistes plus à l’aise dans l’islamophobie valorisante que dans une dénonciation suicidaire, sur le plan professionnel…

 

En Inde, il est vrai, la progression de la richesse des milliardaires, et leur ostentation, prennent des dimensions qui choquent les plus patients, blasés, ou fatalistes. La croissance fulgurante de l’économie indienne sur fond de privatisations et de mondialisation des transactions, s’est concentrée au profit d’une poignée de familles. Assistées du personnel politique dont elles soutiennent les campagnes électorales et comblent d’avantages. Sur 1,2 milliard d’habitants une centaine de familles possède, ainsi, plus du quart du PIB.

 

Exemple. L’homme le plus riche de l’inde, n’est pas Mittal, que nous connaissons bien en Europe pour lui avoir soldé nos aciéries, mais Mukesh Ambani. Dont la fortune difficilement estimable du fait de la myriade de holdings et de sociétés détenues directement ou indirectement, dans une multitude de pays, serait de loin supérieure à 20 milliards de dollars.

 

Il s’est fait construire, entre autres résidences privées dans le monde, l’une des plus impressionnantes à Mumbai, sur Altamount Road : 27 étages, 3 héliports, 9 ascenseurs, jardins suspendus, mur végétal (sur une façade entière de l’immeuble), salles de bal, gymnases, parking de 6 étages. Avec, pour le service, la maintenance, et la sécurité, une domesticité de 600 personnes. (4)

 

Fortunes colossales édifiées en peu de temps. Bien souvent grâce à des concessions (notamment licences de diffusion TV et de réseaux téléphoniques), privatisations bradées, contrats de marchés de gré à gré, et subventions publiques. Pendant que 250000 paysans surendettés étaient contraints au suicide et 800 millions d’Indiens s’enfonçaient dans la pauvreté. Comme le dénonce à longueur d’année la militante pour la Paix et la Justice, magnifique de courage et d’intelligence : Arundhati Roy. (5)

 

Par son talent, Aseem Trivedi, participe efficacement à ce combat. Quelques exemples de ses impitoyables charges à l'encontre de la ploutocratie de son pays :

 

Dans un de ses dessins, il représente Gandhi apostropher les hommes au pouvoir, assis devant un plat où ils vont se partager la carte de l’Inde, en leur souhaitant un bon appétit.

 

Evoquant la célèbre tirade de la pièce de Victor Hugo, où Ruy Blas (Acte III, scène 2), premier ministre du roi d’Espagne, surprend les conseillers du roi en train de se partager les richesses du royaume. Bien sûr, c’était pour Victor Hugo une manière détournée pour dénoncer, aussi, les ravages de la corruption en France :

« Bon appétit, messieurs !

Ô ministres intègres !
Conseillers vertueux ! Voilà votre façon
De servir, serviteurs qui pillez la maison !
 … »

 

Cartoon-Triverdi--Gandhi-Bon-appetit-Sept-2012.jpg

 

Le simulacre d’élections « démocratiques » est dénoncé par Aseem Trivedi dans un pays où du fait de l’illettrisme et du surendettement de la population les élections sont le plus souvent, particulièrement dans les campagnes, des arrangements locaux sur fond « d’achat » des votes. Facteur aggravant, par cooptation des appareils politiques, ce sont souvent des corrompus qui se font élire, à mille lieux de lutter pour l’amélioration des revenus, de la santé ou de l’éducation des populations qu’ils sont censés représenter.

 

D’où le mépris de la population pour leurs politiciens, parfaitement illustré, même si l’image paraît violente dans un premier temps : le Congrès Indien étant assimilé à un collecteur d’eaux usées et les bureaux de vote, ou isoloirs (polling booth), à des toilettes…

 

Triverdi-Cartoon-Sewage-system-India-Sept-2012.jpg

 

 Aseem Trivedi, dans un exercice de prospective, met en scène une grand-mère racontant des histoires à son petit-fils. Celle d’aujourd’hui commence son histoire par le classique :

« Il était une fois, dans un village, vivait un affreux démon… »

 

En 2050, son introduction connaît une évolution :

« Il était une fois, dans une ville, vivait un affreux politicard… »

 

Triverdi-Granma-Stories.jpg

 

 

Soutenons Aseem Trivedi, et tous ces militants se mettant en danger en luttant pour un monde meilleur. Car, le monde unipolaire actuel, fondé sur la violence et la prédation, prend la forme d’une concentration de la richesse de la planète entre quelques centaines de clans transnationaux.

 

Le plus difficile dans l’édification de la multipolarité sera, pour l’ensemble des citoyens de la planète, de mater cette mafia qui s’est emparée des institutions nationales et internationales. De toute façon, aveuglée par sa provisoire toute puissance, elle va droit dans le mur. Emmenant le reste du monde avec elle.

 

Il est temps de réagir. Arundhati Roy le rappelle (6) :

« Le capitalisme détruit la planète. Les deux vieilles astuces qui lui ont permis de sortir des crises passées – la Guerre et la Consommation – simplement ne fonctionneront plus ».

 

 

 

 

 

 

 

 

1)  Pti Kanpur, “Supporters of cartoonist protest outside Jaiswal’s house”, The New Indian Express, 10 septembre 2012, http://newindianexpress.com/nation/article604072.ece

2)  http://www.cartoonsagainstcorruption.blogspot.fr/p/about.html 

3)  L’illettrisme en Inde, voir : http://pierrealedifice.blogspot.fr/2011/05/lillettrisme-en-inde.html

4)  Arundhati Roy, Capitalism : A Ghost Story”, 18 mars 2012,Dawn.com, http://www.dawn.com/2012/03/18/capitalism-a-ghost-story-2.html

N.B. : Article à lire absolument pour la pertinence de son analyse et la qualité de sa documentation

5)  Capitalism : A Ghost Story”, Op. Cit. 

6)  “Capitalism is destroying the planet. The two old tricks that dug it out of past crises - War and Shopping - simply will not work.”, Arundhati Roy, Op. Cit.

 

(*)  Roland Guillon, " La Méditerranée à l'épreuve de la Globalisation ", éditions L'Harmattan, 2012, p. 40. 

 

 

 

 

 


 

 

 


 

Partager cet article

commentaires

clovis simard 24/10/2012 00:00


Voir Blog(fermaton.over-blog.com)No.23. - THÉORÈME GOMERY. - La loi de la Corruption.