Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 18:30

 

 

« La répression ne spécule en définitive que sur la peur.
Mais, la peur peut-elle
suffire à combattre le besoin, l'esprit de justice, l'intelligence, la raison, l'idéalisme, toutes forces révolutionnaires manifestant la puissance formidable et profonde des facteurs économiques d'une révolution ? »  

Victor Serge - 1925 (1)

 

 

 

Mystères de la technologie…

 

Les satellites de surveillance en mesure d’inventorier les sournoises centrifugeuses iraniennes à travers des mètres cubes de béton, produisant à la chaîne et en catimini des bombes atomiques pour en carboniser notre civilisation, sont incapables de trouver trace d’une bande de ravisseurs et leurs “otages” enlevés au Niger.

 

Dans un désert aussi plat que la main…

 

 

Qui est qui - qui fait quoi ?...

 

Ce groupe de terroristes invisibles, se fait appeler AQMI. Nom presque sympathique. Est-ce à la suite d’une étude marketing, cela fait penser à une mutuelle d’assurances ?… Du moins une succursale, puisque son directeur général, Ben Laden, a fait savoir qu’il voulait “discuter” avec la France, pour “négocier” directement. Dans une cassette audio. Car, lui aussi, on ne le voit jamais…

 

Très sérieusement, les médias nous ont assurés que “sa voix” avait été authentifiée par les services de renseignements. Le “top” de la référence !... Les mêmes services de renseignement qui avaient certifié que Saddam Hussein possédait des armes de destruction massive, atomiques et chimiques.

 

Les mêmes médias et services de renseignements qui, la veille de l’invasion de l’Afghanistan, c’était il y a une dizaine d’années, nous avaient affirmé que Ben Laden était gravement malade, les reins bloqués, sous dialyse permanente. Apparemment, il se trouverait dans une clinique climatisée, cachée dans une grotte. Dirigeant le monde, dictant ses ordres. Dans le style “design” et “high tech” des méchants, contre qui se bat le vaillant chevalier de cinéma James Bond.

 

Mais, comment contacter l’increvable PDG de cette multinationale aux multiples filiales ?...

 

Heureusement, l’opinion publique est moins imbécile que ceux qui pondent, répandent, véhiculent pareilles fadaises. C’est dans un immense éclat de rires que les internautes se sont évertués à trouver les meilleurs moyens de le contacter, dans le désir d’aider nos brillants services de renseignements : sur son portable, via Twitter ou encore Facebook, par les Ninjas, et autres astuces… (2)

 

D’autres, avec la précision du chercheur et de l’analyste, ont fait justice de ces manipulations de l’information. L’un d’eux, Lounis Aggoun, en rigoureux journaliste d’investigation, en démonte les mécanismes dans un livre remarquable : La Colonie française en Algérie – 200 ans d’inavouable – Rapines & Péculats. (3)

 

Un des meilleurs ouvrages de géopolitique publiés en français ces dernières années. A lire et relire, pour exercer son esprit critique, et approfondir ses connaissances sur les enjeux et les rapports de force dans la région.

 

 Aggoun-Book-200-years.jpg

 

Là, nous ne sommes pas dans les fumeuses théories académiques des pseudos “géopoliticiens” de la propagande, présentant un bazar idéologique de “chocs, chaos, « fitna » et radicalismes” en tous genres, pour affoler le chaland et brouiller les cartes.

 

Nous sommes dans la dissection ou le démontage, des faits, des recoupements, des rouages et engrenages. De l’examen au scalpel et au microscope, du magma de souffrances et de prédations, qu’on veut nous présenter sous forme de BD, avec les bons d’un côté et les méchants de l’autre…

 

Dans un émouvant, courageux, et passionnant entretien avec Silvia Cattori, le mois dernier, Lounis Aggoun en résume les grandes lignes. (4)

 

Il rappelle la criminelle responsabilité, dans la guerre civile algérienne, des services spéciaux de l’armée. Ceux sont eux qui, avec l’aide des gouvernements occidentaux dont ceux de la France, socialistes ou conservateurs, de “droite” ou de “gauche”, en ont été à l’origine et en ont alimenté les diaboliques fourneaux.   

 

Tous avaient  intérêt à éliminer une opposition (30% des votants) dont la revendication essentielle était une condamnation de la corruption de la nomenklatura, et une volonté de redistribution des immenses richesses du pays livrées au pillage des puissances étrangères (pétrole, gaz, minerais, etc.).

 

Pays, qui compte tenu de ses ressources devrait avoir le niveau et la qualité de vie de la Norvège, un climat de rêve en prime…

 

Guerre civile, nous dit-on. Des milliers de morts, de blessés, de traumatisés, des années de retard dans le développement économique, plusieurs générations sacrifiées. Un Maghreb cassé, entravé dans son édification, provocant une perte annuelle, entre 2 et 3 % au minimum, d’accroissement du PIB pour l’ensemble des pays de cette région.

 

Provocations, assassinats, attentats, sont organisés, dans leur quasi-totalité, par les services secrets pour justifier répression et soutien de l’Occident dans la défense de la civilisation. Oui : Justifier les pleins pouvoirs et la dictature militaire. Le terrorisme islamique ?...

« On peut aisément prouver que chacune de ses actions d’envergure est intervenue à un moment clé qui a eu pour conséquence de desservir le peuple algérien et de renforcer le régime. » (5)

 

Lounis Aggoun démontre l’instrumentalisation des organisations islamistes. GIA et FIS, au plus fort des violences, « travaillaient la main dans la main avec le DRS (services secrets algériens) » (6). Notamment un de leurs principaux chefs, Abassi Madani, qui était un agent infiltré.

 

De même : « L’AQMI et le DRS sont une même organisation […] Amari Saïfi (alias Abderazak el Para ou Abou Haydara), dit « le Ben Laden du Sahara », leader du GSPC. Ce « terroriste islamiste » est en réalité l’ancien commandant de la garde du ministère de la Défense algérien et un agent du DRS. » (7)

 

Dans cet exceptionnel témoignage, Lounis Aggoun, donne une décapante analyse, d’une précision chirurgicale, sur l’appareil de propagande à l’œuvre en France. Avec ses faux “experts”, agents spéciaux recyclés dans la désinformation, “intellectuels” agissant en agents d’influence, travestissant les faits, dressant les communautés les unes contre les autres, des blocs de pays les uns contre les autres, soutenant dictatures, tortures et massacres, incitant à la haine religieuse et au racisme…

 

Cette déconstruction de l’appareil de propagande qui couvre l’information et la connaissance dans notre pays, l’étouffant dans l’obscurantisme, est la partie la plus passionnante et terrifiante de ses travaux de recherche. Bien sûr, Lounis Aggoun est ostracisé, écarté, oublié, de tous les plateaux de TV et stations de radio, son dernier livre n’étant l’objet d’aucune promotion dans les grands médias.

 

Normal, trop “dérangeant” face aux mensonges dont l’opinion publique est submergée quotidiennement :

« Je mets au défi tous ces « experts » réunis, de présenter un seul élément tangible de ce qu’ils avancent sur AQMI, sinon des messages virtuels, envoyés par des terroristes virtuels, via des émissaires virtuels, qui attestent de thèses grotesques, qui se sont déroulées selon des scénarios rocambolesques, et énoncées devant des journalistes qui semblent n’avoir pour tout cahier des charges que de gober d’autant plus volontiers le mensonge que celui-ci est gros. » (8)

 

Son travail de recherche, par son niveau de qualité et de courage, rejoint celui de l’historien Suisse Daniele Ganser établissant que les attentats des années 80 en Italie étaient fomentés par les services secrets de la CIA et des armées secrètes de l’OTAN : Les Armées Secrètes de l’OTAN. (9)

 

Mais l’Occident, n’a-t-il pas un institut spécialisé, surnommé « l’Ecole des Assassins », formant chaque année des spécialistes pour des dizaines de pays vivant sous sa domination ?... (10)

 

 

pinocchio.jpg

 

 

L’Okhrana Tsariste

 

Théories du complot !”, hurlent les gardiens du Temple de la Propagande, pour paralyser toute remise en cause.

 

Malheureusement pour eux : les archives sont là…

 

Rien de plus bavard, neutre, impartial, que des archives. Infiltrations, provocations, attentats, créations d’organisations terroristes, politiques, ou même “syndicales”, organisés par les services secrets des Etats eux-mêmes… Rien de bien neuf. Procédés aussi anciens que l’Histoire.

 

Dans leur “modernité”, un des premiers exemples de ces procédés parmi les plus magistralement achevés, qui a fait école depuis, sur lequel abondent archives et témoignages, est celui de la puissante et redoutable police secrète des Tsars : l’Okhrana.

 

Après l’assassinat d’Alexandre II (13 mars 1881), face à l’ébullition de la société russe rejetant le système féodal, “tout pour les riches - rien pour les autres”, le pouvoir refusant toute évolution de son système politique s’est lancé dans un totalitarisme féroce, justifiant répression et entretenant la peur.

 

Sous le règne d’Alexandre III (1881 – 1894), ce fut le paroxysme de cette pratique organisée sur le plan institutionnel par le bras droit du Tsar, Constantin Pobiedonostsev Haut-Procureur du Saint-Synode, l’équivalent d’un Garde des Sceaux en France. C’est à lui que la Russie doit le Règlement sur le maintien de l’ordre étatique et de la tranquillité publique de 1881, en vigueur jusqu’en 1917…

 

Présenté comme un “Règlement temporaire” de « maintien de l’ordre », il fut prolongé d’année en année, avec pour finalité l’accroissement des jugements arbitraires, avec des simulacres de procès ou, encore mieux, sans procès. Argumentaire, rhétorique, idéologie, se retrouvant dans nombre de législations contemporaines de nos pays, pour en museler les libertés publiques au prétexte de “maintien de l’ordre” ou de “lutte contre le terrorisme”…

 

Cette règlementation servit de couverture à un système policier géré par un génie de l’époque, d’une intelligence, d’une ruse, hors du commun. Certains disent : d’une perversité hors norme. C’était : le lieutenant-colonel Grigori Soudeïkine.

 

Haut fonctionnaire de la police secrète, chargé des enquêtes et surveillances d’ordre politique, il élabora une implacable méthodologie fondée sur l’interaction entre infiltration et provocation. Son but n’était pas simplement d’arrêter des opposants et de les retourner comme agents de renseignements mais, progressivement, de contrôler et d’animer lui-même les mouvements clandestins d’opposition.

 

Il arrêta, ainsi, un des principaux chefs du mouvement « La Volonté du Peuple », Sergueï Degaïev, avec lequel il organisa des attentats donnant le prétexte d’arrestations assimilables à des rafles parfaitement ciblées.

 

Grigori Soudeïkine alla jusqu’à programmer l’assassinat des plus hauts personnages de l’Etat afin de prendre les terroristes en flagrant délit, et légitimer le régime de terreur : le directeur général de la police, Plehwe, le ministre de l’intérieur Dmitri Tolstoï (à ne pas confondre avec l’écrivain Léon Tolstoï…)… Du travail d’orfèvre.

 

Mais, jouer à l’apprenti sorcier est dangereux. En 1883, comme souvent dans ce contexte, sa propre créature lui échappe. Degaïev organise l’attentat de Grigori Soudeïkine. Le Tsar ne se consolait pas de sa mort… (11)

 

Il avait tort, car des élèves aussi doués, si ce n'est plus que leur maître, prennent en main l’Okhrana. Deux ex-révolutionnaires, qui accomplirent une brillante carrière dans les services secrets du Tsar, notamment : Sergueï Zoubatov et, son adjoint, Nikolaï Berdiaev.

 

Avec ces deux éléments d’exception, les services spéciaux de la Russie tsariste franchissent un pallier supérieur : non seulement, ils infiltrent les partis révolutionnaires et contrôlent leur action, mais en plus ils gèrent leurs scissions et dissensions. Provoquant assassinats et règlements de compte entre eux, pour en arriver à leur neutralisation.

 

Poussant le raffinement au plus haut point, ils vont jusqu’à créer les premiers embryions de syndicats…

 

Procurant locaux, subsides, machines à imprimer des tracts, Zoubatov et la police secrète, constituent, en 1901 à Moscou,  la « Société d’Entraide des Ouvriers des Productions Mécaniques ».

 

Devant le succès de l’opération d’infiltration et de contrôle, ils renouvellent le stratagème en avril 1904, à Pétersbourg, créant une « Union des Ouvriers Russes des Fabriques et Usines de Saint-Pétersbourg ». Le dirigeant le plus actif de ce syndicat était un pope, évidemment agent secret, Gapone. Une de leurs plus grandes réussites fut la défection d’Evno Azef, chef de l’ « Organisation de Combat des Socialistes-Révolutionnaires »….

 

Toutes les actions violentes dans les grandes villes étaient organisées par la police secrète. C’est un de ses membres, Iegor Sazonov, qui tuera le ministre de l’intérieur en jetant une bombe sur sa voiture, le 28 juillet 1904. Ces actes prouvant la nécessité de renforcer les moyens de la police, et l’élargissement de la répression, pour lutter contre le terrorisme… (12)

 

Suivant à la trace les opposants hors de Russie, la police secrète ouvre des antennes dans toutes les capitales européennes. Installant à Paris, un as du renseignement et de la provocation, Piotr Ratchkovski, qui travaillait en liaison avec les services secrets français pour faire la chasse au révolutionnaire. Au point de se permettre de tester leur efficacité et leur motivation :

« Le 29 mai 1890, la police française effectue, sur l’ordre du ministre de l'Intérieur Constant, des perquisitions chez vingt immigrés russes. Elles y découvrent des bombes et des moyens d’en fabriquer, tout ce qu’il faut pour démasquer les « nihilistes » russes, préparant un attentat contre Alexandre III.

Les conspirateurs et la police française ignorent que l’affaire a été fabriquée de toutes pièces par le provocateur Piotr Ratchkovski, qui, en 1885-1902, dirige les services étrangers du département de la police, à Paris. » (13)

 

A l’époque il n’y avait ni radio, ni TV, mais les médias, sous forme de la presse à grand tirage, étaient noyautés. Ils y avaient leurs "agents d’influence". C’est ainsi que les archives de l’Okhrana ont livré des noms de journalistes français, avec les reçus de leurs émoluments.

 

Parmi eux on trouve un rédacteur du Figaro, où il tenait la rubrique de politique étrangère, Raymond Recouly. Son nom de code d’agent de l’Okhrana était Ratmir. Il avait pour charge de chanter les louanges de la sanguinaire dictature tsariste, on disait “autocratie” pour faire plus chic, et de repérer les intellectuels opposants. Il encaissait mensuellement la somme de 500 francs par mois, somme considérable en ce début de 20° siècle… (14)

 

Ce fut à cette époque que furent planifiées les déportations massives vers la Sibérie. En fait, ce sont les très chrétiens Tsars de Russie et leurs collaborateurs qui organisèrent les premiers « goulags ». Chaque année ce sont entre 10.000 et 13.000 citoyens Russes qui furent déportés, jusqu’à des enfants de 14 ans, dans des conditions épouvantables de survie, difficilement imaginables. George Kennan qui avait pu visiter quelques uns de ces goulags de l’époque en était atterré. Il en a livré un témoignage bouleversant dans un livre publié en 1891. (14)

 

La machine répressive ne connaissant plus de limite, tout cela bien souvent sans preuve, si ce n’étaient les prétextes les plus bureaucratiques fondés sur le soupçon : « mode de pensée nuisible », « relations douteuses », « appartenance à une famille néfaste ». Signatures de l’arbitraire et du totalitarisme.  

 

Mais une police, quelles que soient la sophistication de ses techniques et la capacité d’imagination de ses éléments les mieux formés aux pratiques de la répression, ne peut servir de rempart à une révolte provoquée par l’injustice économique et sociale soulevant tout un peuple.

 

Ce fut 1917…

 

Heureusement, en France, nous sommes loin de ces comportements. Ecoutant les représentants de notre police s’offusquer qu’on puisse soupçonner que des éléments en civil aient pu jouer les “casseurs”, pour discréditer les manifestations contre la loi sur les retraites, j’en étais ému. Devant leur air choqué, ils me faisaient penser aux jeunes filles en fleur des romans de Proust, buvant leur thé le petit doigt en l’air dans leurs gants en dentelles.

 

C’est vrai, dans les autres pays, ce sont les élèves des écoles de police et leurs instructeurs qui jouent habituellement les “casseurs”, pour effrayer le bourgeois. Cela leur est crédité, dans leur cursus de formation, comme “travaux dirigés”. Mais, pas en France. Nous avons une police vertueuse. Quant à nos services secrets, ils sont angéliques.

 

Dormons sur nos deux oreilles.

 

Sinon… Entre toutes ces barbouzeries, barbes et fausses barbes… En cette période, on risque de confondre Père Noël et Père Fouettard…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(1)  Serge Victor, Ce que tout révolutionnaire doit savoir de la répression, préface d’Eric Hazan, éditions Lyber Zones, 2009, http://www.editions zones.fr/spip.php?page=lyberplayer&id_article=103

(2)  Exemple : La France doit contacter Ben Laden : avec l’aide de Michael Vendetta ?, http://www.lepost.fr/article/2010/11/19/2310452_la-france-doit-contacter-ben-laden-avec-l-aide-de-michael-vendetta.html#xtor=ADC-218

(3)  Lounis Aggoun, La Colonie française en Algérie – 200 ans d’inavouable – Rapines & Péculats, éditions Demi Lune, 2010.

(4)  Entretien de Lounis Aggoun avec Silvia Cattori, du 14 octobre 2010, en deux parties :

i)  http://www.voltairenet.org/article167288.html  

ii) http://www.voltairenet.org/article167514.html

(5)  Lounis Aggoun, entretien avec Silvia Cattori, Op. Cit.

(6)  DRS : Département de Renseignement et de Sécurité, ex-Sécurité Militaire de l’Armée Algérienne.

(7)  Lounis Aggoun, entretien avec Silvia Cattori, Op. Cit.

(8)  Lounis Aggoun, entretien avec Silvia Cattori, Op. Cit.

(9)  Daniele Ganser (professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bâle), Les Armées Secrètes de l’OTAN, éditions Demi Lune, 2007.

(10) Inside the dark legacy of the US ‘School of Assassins’, RT, 19 novembre 2010, http://rt.com/usa/news/usa-military-school-americas/

(11) Michel Heller, Histoire de la Russie et de son empire, Editions Plon, 1997, pp. 834 – 835.

(12) Michel Heller, Op. Cit., p. 883.

(13) Michel Heller, Op. Cit., p. 854.

(14) Serge Victor, Op. Cit.

(15) George Kennan, Siberia and the Exile system, Londres, 1891, vol. 2., p. 456, cité par Michel Heller, Op. Cit., p. 836.

 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Georges Stanechy 03/12/2010 13:33



 


Bonjour Noor


 


Les pays arabes ont la puissance médiatique, en termes de moyens, comme en Occident. Ils ont l'argent et la matière grise. Ils leur manque la liberté. Et, encore ce ne serait pas suffisant...


 


Comme en Occident, la liberté d'expression ne se trouve pas dans les "grands médias" qui ne sont que des instruments de propagande. Il faut une démarche volontariste et le plus souvent "faire son
marché informationnel" ailleurs que dans les médias de la pub et de la désinformation : le Web, les livres dont on ne parle pas, les voyages, etc.


 


Un fait m'a toujours frappé dans les pays arabes, c'est l'extraordinaire niveau d'information du citoyen, même le plus modeste et le moins instruit. C'est, bien sûr, le "bouche à oreille", mais
plus précisément le fait d'avoir souvent des parents dans différentes parties du monde : Europe, USA, Canada, Australie, etc.


 


Ils connaissent, ainsi, tout ce qui se passe dans ces parties de la planète. Alors que peu d'européens, ou nord-américains, ont des parents ou des relations vivant "dans" des pays arabes et
partageant le quotidien de leurs habitants.


 


Ce qui, souvent, en fait des analphabètes de l'information sur le monde arabe ou musulman (y compris les "expats" qui vivent entre eux, sur des bases, dans des "compounds", dans leurs "clubs",
coupés de la population)  et la proie des appareils de propagande...


 


Amicalement


 


 



Noor 02/12/2010 10:53



Bonjour Georges et à vous tous,


Trop d'infos cache la vraie information...


Les pays arabe manquent cruellement d'une puissance médiatique. Pourquoi par manque de formation, ou de professeur assez qualifier pour enseigner ou que sais je ?! C'est en quelque sorte une
protection du savoir que l'Occident se garde bien de divulguer.


 


 



Georges Stanechy 30/11/2010 21:04



 


Chère Aline, Bonsoir


 


Je partage votre analyse. C'est une manipulation pour conditionner l'opinion publique internationale.


 


Ainsi que vous l'avez remarqué, à croire les "fuites", "le monde entier" supplie Israël et les USA de raser l'Iran comme ils l'ont brillamment fait pour l'Irak (sauf qu'Israël n'a joué que dans
l'ombre pour ce qui est de ce voisin trop proche...). A commencer par les pays arabes...


 


Bien sûr, au préalable en passant par la caisse US, pour se fournir en armement le plus cher possible.


 


Je regardais sur la chaïne Bloomberg (New York), les grandes stars du journalisme US (NYT, Newsweek, etc.) dans l'émission de Charlie Rose. Leur conclusion était simple et unique sur leur
"analyse" de ces fuites, expression de la démocratie...


 


Tous, autant traîneurs de sabre fanatiques, sionistes extrêmes, les uns que les autres, en convenaient abattant les cartes sur la table, jubilant presque : l'évidence est là, tous les dirigeants
de la planète, sérieux, courageux et volontaires, le recommandent, le souhaitent, car le sort de l'humanité est en jeu, "l'Iran doit être détruit" !... Les autres, ceux qui hésitent, n'étant que
des rigolos, sans volonté, ni conscience de leurs responsabilités.


 


Du "ziocons" pur sucre...


 


Déjà, les précédentes "fuites" sur l'Irak faisaient apparaître que tortures et horreurs étaient le fait des auxiliaires Irakiens (voire Britanniques...) mais, à part quelques petits dérapages,
surtout pas de la glorieuse armée US...


 


L'Okhrana, New Look, effectivement...


 


Amitiés


 


 



aline 30/11/2010 18:13



Cher Georges, bonsoir,


Comme gigantesque opération de manipulation internationale, il me semble que Wikileaks se situe dans les mêmes zones que les manipulations tsaristes. On amuse la galerie avec des scoops tels
:  que Merkel manque d’imagination, Poutine est un mâle dominant, Sarkozy est autoritaire, susceptible et pro américain  et  Berlusconi se vautre dans des voluptés semblables à
celles des empereurs romains. En voilà des nouvelles  destinées à bouleverser la planète ! 



Cependant et pour l’instant – il devait y avoir une suite, mais on ne voit rien venir - dans une bouillie de peu d’intérêt d’où Israël est absent -  émergent deux informations plus
consistantes : primo,  l’Iran a obtenu 19 « advance » missiles qui lui donnent la capacité d’attaquer Moscou  et toutes les capitales d’Europe de l’Ouest,
secundo, toutes les monarchies sunnites du Golfe supplient pratiquement les Américains de bombarder l’Iran!



Le lapin est sorti du chapeau et le démon se trouve démasqué. Mais, par chance,  oncle Sam veille. Justement, il y a quelques jours, à Lisbonne, il a offert – façon de parler, les Européens
vont payer – d’installer ses bombes atomiques en Europe et de construire un gigantesque bouclier protecteur des poussins européens, resucée de la guerre des étoiles. Quelle coïncidence, comme
c’est étrange ! La guerre, la guerre, peut chanter  de son côté un Israël qui ne se tient plus de joie !



En somme, à part des broutilles, ces documents ne dévoilent rien de ce qu’ils prétendent  dévoiler et me semblent  destinés en réalité à conditionner les esprits dans le sens voulu par
les sionistes. Cette opération me semble s’apparenter à la fiole agitée par Colin Powell à l’ONU.
La suite me démentira peut-être, attendons…
Amitiés,



Georges Stanechy 29/11/2010 22:55



 


Bonsoir Noor et Rita


 


Merci de vos commentaires !


 


Amicalement


 


 



ritapitton 29/11/2010 08:24



Bonjour Georges , bonjour à tous ,


Ton texte bien documenté  démontre clairement les côtés affreux de l'existence humaine avec toutes ces infiltrations assassines et ces massacres !! Horrible .


Quand les hommes comprendront que le MOTEUR de toute vie sur Terre est l'AMOUR la Transcendance prendra le pas sur l'Immanence . Les démons seront vaincus  et le monde sera meilleur .Amen .


Actuellement c'est le règne des Forces des Ténèbres .Prions .


Amitiés .Rita



Georges Stanechy 28/11/2010 10:11



 


Bonjour Cher Chahid


 


Oui. Et, pour ne prendre qu'un exemple, cela commence dès l'école où les manuels scolaires sont trafiqués de telle sorte, que dès leur plus jeune âge, les citoyens sont endoctrinés et fanatisés.
Ne serait-ce que par leur inculture. Je le vois en France, en Grande-Bretagne, ou en Espagne, où beaucoup de jeunes ne connaissent rien des atrocités coloniales de leurs pays.


 


Moi-même, je n'ai pu échapper en partie à cette lobotomie qu'en vivant et en travaillant dans des pays anciennement "colonisés", ou "colonisés"  à présent sous d'autres formes : économies
"privatisées" (pour ne pas dire "spoliées") par l'ancienne puissance coloniale, gouvernements fantoches "légitimés" dans des élections bidons (complices du pillage de leurs pays), etc.


 


Il a fallu cette aveuglante et tragique "découverte" pour que je commence à ouvrir les yeux, après en avoir nié intellectuellemnt l'évidence, tellement elle m'était insupportable...


 


Alors, la manipulation des médias, depuis l'édition, la presse, les radios, puis le déchaînement des TV... Il devient difficle de percevoir le vrai, du faux.


 


Les nomenklaturas, dans tous les pays, ne cherchant qu'à consolider la tranquillité de leurs prédations et d'anesthésier l'esprit critique ou prise de conscience de la collectivité.


 


C'est grave, effectivement. Car, la déliquescence de La Connaissance, son sabotage par les castes au pouvoir, conduisent à l'obscurantisme, dont l'exutoire ne peut être que la
violence...


 


Amitiés


 


 



Chahid Slimani 27/11/2010 18:28



Bonjour cher Georges


 


Il s’agit malheureusement d’un roué et machiavélique  jeu de pouvoir. Tous
ces faux faits, déclarations et mensonges sont des cartes dans le jeu permanent du pouvoir, ces cartes qui sont à la base de simples 
« pets » ou bulles, constituent un « faux savoir » qui devient avec le temps le Savoir d’une société complètement  désemparée et
docile.


 


On disait « celui qui détient l’information détient le pouvoir », mais c’est dépassé, aujourd’hui celui qui
sait construire une information vraie ou fausse détient le pouvoir. Un exemple : quelqu’un quelque part est en train de construire quelque chose de « louche » avec la bulle
« Wikileaks ».


 


Seul le vrai savoir aurait pu neutraliser et faire éclater ces bulles, mais les canaux et les passerelles  vers ce vrai savoir sont bloqués.


 


Cher Georges, les Tsars manipulaient les syndicats et les mouvements populaires, les Tsars de nos jours manipulent le
plus important et le plus décisif : les canaux et les passerelles  vers le vrai savoir. C’est grave.


 


Amitiés



noor 26/11/2010 15:36




http://www.facebook.com/video/video.php?v=153941754645608



Georges Stanechy 25/11/2010 19:59



 


Chère Aline Bonsoir,


 


Le livre de Heller est passionnant. Il s'arrête à la chute de Nicolas II.


 


Mais, sur 1000 pages, retrace les origines de la Russie et les composantes de "ses peuples" en interactions souvent violentes. Y compris avec ses voisins qui furent longtemps dominés ou affrontés
: Suède, Finlande, Danemark, Pologne, Ukraine, Turquie, Perse, etc.


 


En fait, le lisant on perçoit en filigrane les grands axes de ses orientations, et contradictions, géopolitiques actuelles...


 


Quant à Oussama, son utilisation permanente par la propagande OTANesque fait apparaître le niveau minable des concepteurs de la manipulation. Nous sommes loin de l'intelligence diabolique des
responsables de la police secrète des Tsars...


 


Amitiés


 


 


 


 



aline 25/11/2010 19:06



Cher Georges, bonsoir,


Votre texte passionnant m’a donné envie de lire l’ouvrage de Heller – je viens de le commander. Merci de m’avoir permis de connaître cet auteur. Comme je suis plongée dans les deux gros tomes de
Soljenitsyne Deux siècles ensemble, Juifs et Russes avant la révolution,1795-1995,  ce sera intéressant de comparer les visions de l’histoire et leurs
interprétations de la politique de la période pré-révolutionnaire, puis les débuts de la révolution.


Quant à  la constante résurrection d’Oussama et ses multiples métamorphoses, cela devient un gag grotesque, usé jusqu’à la corde, dont on se demande pendant combien de temps encore les
Occidentaux vont oser continuer de bassiner les populations avec une potiche visiblement maquillée et affublée de postiches. Plus le temps passe, plus les portraits présentés rajeunissent. Un
vrai miracle. Mais avec Oussama, tout est possible!
Amitiés,