Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

28 novembre 2015 6 28 /11 /novembre /2015 16:45

 

 

 

« Il nous faut apprendre à peser la pieuvre qui s'appelle la "vassalité d'une nation" ; et, pour cela, situer ses tentacules dans le contexte géopolitique de l'asservissement continu de l'Europe depuis 1945. »

Manuel de Diéguez  (1)

 

 

 

 

Notre Nation, comme tant d’autres, vient de subir une série d’attentats aveugles contre la population civile.

Partageons notre compassion à l’égard des parents et proches de ces victimes. Dans la dignité et le recueillement.

 

Propagande et Démagogie : du Grotesque à l’Ignoble

 

Mais aussi dans le refus, tout aussi déterminé, de l’hystérie de la propagande et de la démagogie manipulant l’émotion collective, orchestrée par notre oligarchie et sa domesticité, politicienne, médiatique ; panier de crabes de courtisans et courtisanes.

 

Sans oublier les polichinelles de tous poils, bonimenteurs, et autres charlatans, chargés de "vendre" la rhétorique de la caste au pouvoir : "experts du monde arabe" qui n’ont jamais "vécu" dans le monde arabe, "islamologues" dont aucun n’est musulman (je cherche en vain des "christianologues"…), "experts en terrorisme" pitoyables porte-voix des officines des services spéciaux.

 

Se multipliant comme champignons après l’orage. Non pas sous les arbres, dans notre société de la désinformation, mais sur les plateaux, studios,  de radios et TV, ou dans les chroniques de la presse officielle moribonde. Jusqu’à la saturation, la nausée, dans l’enfumage de l’omniscience et de l’omniprésence de ces pantins de la désinformation.

 

Du "Grotesque" (2) des "experts" autoproclamés en "stratégies militaires" ou en "sécurité intérieure", dont la multiplication des apparitions audiovisuelles (35 apparitions recensées dans les médias en 5 jours pour deux d’entre eux…) a été qualifiée de « grande vadrouille médiatique », dans une judicieuse et ironique allusion à nos deux célèbres comiques Louis de Funès et Bourvil. (3)

 

A "l’Ignoble" de ces philosophes ou intellectuels d’ascendance maghrébine ou musulmane, dont le brevet d’"experts" du monde arabe et musulman, délivré par notre "industrie du lavage de cerveaux", n’a pour seul fondement que leur servile alignement sur la doctrine des pays membres de l’OTAN : féroce colonialisme anti-arabe et hallucinant fanatisme islamophobe. Ce déluge d’obscurantisme réactivé dans le présent contexte par ces "intellectuels" a été heureusement dénoncé, avec courage et pertinence, par beaucoup de nos concitoyens.

 

Percutant exemple : la réponse de Pierre Tevanian aux assertions de l’un d’entre eux, sur la cynique imposture duquel j’avais déjà attiré l’attention dans un texte du 5 septembre 2010 (4). Cinglante « Lettre ouverte à mon collègue Abdennour Bidar, marchand de fascisme à visage spirituel », datée du 20 novembre dernier. (5) 

Extrait :

 « Vous parlez de cancer mais de quel "scanner" vous servez vous pour mesurer la propagation de la tumeur maligne ?

Quel "logiciel politique" mobilisez-vous pour avoir recours à ce type de sauts rhétoriques, de registre apocalyptique, de métaphores biologistes ?

La réponse, vous la connaissez aussi bien que moi, car nous avons fait les mêmes études et vous l’avez comme moi apprise en histoire et en philosophie politique : c’est le registre de l’extrême droite raciste et fasciste.

Il n’y a pas de "cancer civilisationnel " chez les musulmans, Monsieur Bidar. Pas plus que n’existait, en 1986, ce "sida mental" que Louis Pauwels, déjà dans "Le Figaro", diagnostiquait dans la jeunesse française.

Et je ne sais pas si vous êtes le ver ou le fruit, Monsieur Bidar, mais je dis que ce que vous faites là, dans ce contexte de crise, de chocs, de peurs exacerbées, est proprement ignoble. »

 

Dévoiler, démonter, déconstruire la manipulation de ces prétendus "experts" est un devoir citoyen. D’autant plus urgent que la désinformation anxiogène atteint des niveaux extrêmement dangereux. Tant pour l’avenir de notre pays, en diabolisant une partie de sa population. Que pour celui de la planète avec les risques de conflit mondial, généralisé à toutes les nations par le jeu des alliances, qu’il dissimule…

 

Car s’entendre dire sans broncher, dans le mensonge le plus cynique, "La  France est en guerre" et, de ce fait, "l’Union Sacrée s'impose", serait souscrire aux pires aveuglements des va-t-en-guerre dans l’anesthésie permanente de notre "esprit critique" et la suppression de nos "Libertés", d’opinion, d’expression, de réunion…

 

La voie ouverte à toutes les formes de Totalitarisme et d’Etat policier.

Faisons comprendre à cette nomenklatura que pour nous, "citoyens", tout en étant solidaires des familles endeuillées, il est hors de question d’être dupes de leur comédie.

"Les Français croient être protégés, ils ne le sont plus"…

Relookage du Pillage Colonial

 

"En guerre" ?... Contre qui ?... Contre quoi ?...

 

Guerre, dans "l’Union Sacrée"…

Contre l’injustice sociale et économique avec son impact dramatique du chômage de masse, de l’extension permanente de la précarité, de la paupérisation ; notre pays étant le plus grand consommateur mondial d’anxiolytiques et d’antidépresseurs ?... Au nom d’une idéologie du "Libéralisme" de droit divin qui, le masque étant levé, n’est qu’un capitalisme sauvage au service d’une minorité de privilégiés "mondialistes", contraignant au servage la majorité de la population…

 

Guerre, dans la "Solidarité Nationale"…

 

Contre le récurrent "tsunami sanitaire", aux gigantesques ravages dans l’addiction ; chaque année notre pays enregistrant : 60.000 morts d’alcoolisme + 60.000 morts de tabagisme ; soit une moyenne annuelle de 120.000 morts ?… En dix ans : 1.200.000 morts… Non compris les "dégâts collatéraux" (cancers, démences précoces, maladies cadiovasculaires, violences, accidents de la route, etc.) …

 

Pour le plus grand profit de groupes et d’actionnaires, "alcooliers" et "cigarettiers" en tête de liste, engrangeant des profits mirobolants dans des paradis fiscaux, sans quasiment payer d’impôts si ce n’est sous forme symbolique d’une poignée d’Euros ?...

 

Laissant à la charge de notre collectivité le poids financier de ce désastre permanent. Camouflé, par une ingénieuse fourberie culpabilisante pour chaque français, sous la forme du "Trou de la Sécu"… Sans parler des empoisonneurs et trafiquants sur la santé publique de l’agro-industrie… Les "pollueurs", en matière de santé, n’étant jamais les "payeurs".

 

Guerre… Contre des "terroristes" infiltrés dans la population qui "en veulent à Nos Valeurs" de paradisiaque démocratie… Jamais arrêtés, lors de leurs crimes, pour ensuite être jugés, dans la clarté d’un procès public permettant de connaître leurs motivations, leurs formations, et surtout leurs commanditaires ?...

 

Qui se révèlent, comme dans les derniers attentats, être des gamins, petits voyous errant dans la petite délinquance, entre drogue et prostitution (y compris masculine)… Sans aucune éducation de base, ni scolaire, ni politique, ni religieuse… Sans maturité, ni envergure intellectuelle… Incapables  de concevoir, d’organiser, d’exécuter, une opération commando portant sur 6 objectifs éloignés, en une demi-heure. (6)

 

Même, "la féroce kamikaze" qui se serait faite exploser, puis qui ne s’est pas faite exploser, ne portant aucune ceinture d’explosifs… Et tout à l’avenant d’un feuilleton en chewing-gum, étiré dans tous les sens par les médias haletants, se prenant les pieds dans le tapis de leurs versions à épisodes… Jeune femme, dont on apprend qu’elle était connue dans son quartier pour être une "droguée-déjantée", sous mélange de shit-vodka. Gentille demi-folle, dansant, ivre, dans les rues, avec un chapeau de paille, il y a peu… (7)

Pathétiques couvertures, manipulées, broyées, pour des actes qui les dépassent de loin. Très loin.

 

Suffisantes, toutefois, pour diaboliser à répétition les musulmans de France et d’ailleurs. Au point que certains fanatiques du colonialisme européen au Moyen-Orient préconisent dans des médias internationaux, avec la fierté de La Bonne Conscience, d’appliquer à l’encontre de la communauté musulmane française (oui : en France !...) les mêmes techniques de "l’hyperviolence" répressive et d’apartheid imposées, infligées quotidiennement, aux Palestiniens… Dans le défi ou, plutôt, le mépris à l’égard de la France jugée, par ces fous furieux, ne pas avoir "les tripes" pour instaurer une telle politique (8) :

“ France simply doesn’t have the stomach for it. ”

 

Guerre… Contre un "Califat" en Syrie ?... Dont on sait depuis le début de sa sortie de la lampe d’Aladin qu’il est totalement "bidon" ; création des services secrets des pays de l’OTAN qui en assurent l’armement et la logistique, adossée aux ressources financières de l’Arabie saoudite et du Qatar. Dans une opération planifiée depuis des décennies avec pour finalité la prédation et le démembrement de la Syrie (puis, ultérieurement de l’Iran…). (9)

 

Comment prétendre détruire ce "Califat",  Daesh-ISIS ou Etat Islamique suivant le packaging de la propagande, multinationale conçue pour assurer la terreur, dont nous avons été, jusqu’à présent, parmi les plus actifs soutiens, politiquement et militairement ?...

 

Ce qu’a fait ressortir, cartes et photos aériennes ou satellitaires à l’appui, le Président de la Russie lors du sommet du G20 tenu la semaine dernière en Turquie. Mentionnant l’aide constante en faveur de ce "Califat" en provenance de 40 Etats, dont plusieurs membres du G20. (10)

 

Parmi ces impressionnants clichés aériens : les immenses colonnes de camions-citernes évacuant, via la Turquie, le pétrole pillé à la Syrie. Véritable fourmilière en mouvement, 24h/24h, 7 jours/7. Depuis des mois. Avec la complicité de la "Communauté Internationale"…

 

En 5 jours, l’aviation russe en a détruit plus de mille. (11) Sans compter, les dépôts et aires de stockage du butin de ces pillards.

 

Ce qui, évidemment, a fortement déplu aux membres de l’OTAN. Ce colossal trafic représente de gros intérêts, partagés entre les oligarchies civiles et militaires. Pas seulement turques… Au minimum, entre 1,5 et 3 millions de dollars par jour. Nets de tous impôts et taxes. Du pur bénéfice s’agissant d’un "vol en bande organisée", au détriment de la Syrie et de son peuple...

Au-delà de l’impact dévastateur de ces bombardements dans les portefeuilles des oligarques occidentaux, le plus préoccupant est de faire apparaître, malgré l’hermétique omerta imposée par notre appareil de désinformation, le partenariat entre l’OTAN et les milices de mercenaires, sous déguisements "djihadistes", ravageant la Syrie depuis plus de 4 ans.

 

Ils avaient bien essayé de dissuader la Russie d’intervenir en Syrie, à la demande du gouvernement Syrien. Leurs bombardements ininterrompus et redoutablement efficaces depuis fin septembre 2015, contre les infrastructures des protégés des occidentaux, devenaient difficilement tolérables. La panique s’emparant même de ces bandes d’égorgeurs.

Ils ont, en conséquence, fait exploser en vol, le 31 octobre 2015, au-dessus du Sinaï, un avion civil avec ses 224 vacanciers Russes retournant dans leur pays, après avoir passé des vacances à Sharm El Sheikh.

 

Le mode opératoire ultrasophistiqué de cet attentat a été reconstitué : rien à voir avec le bobard médiatique de la canette de soda bourrée d’explosif sous un siège de passager… Hors de portée d’une horde de coupeurs de têtes. Seuls des Etats, aux moyens technologiques avancés et maîtrisés, en sont capables. Les Russes, leurs services de renseignement étant excellents, le savent et en ont identifié les commenditaires. Ils en ont pris acte. Laissant, en stratèges accomplis, le temps au temps pour élaborer la réponse appropriée…

 

Dans cette attente, et faire comprendre qu’ils n’étaient nullement impressionnés, les Russes ont déployé leurs bombardiers à long rayon d’action, accompagnés d’une salve de missiles de croisière tirés depuis la Mer Caspienne et la Méditerranée, à partir de bâtiments de surface et de sous-marins. Un déluge s’abattant sur les milices de l’OTAN...

 

Ce retour de bâton a été ressenti comme une magistrale paire de claques par les "traîneurs de sabre" de l’OTAN. Intervient alors, dans cette partie d’échecs, la provocation suivant un plan soigneusement préparé de l’embuscade du chasseur bombardier russe ; abattu par l’aviation turque, le mardi 24 novembre 2015. Par traîtrise.

 

Précisons que le SU-24 est un "bombardier tactique" et non pas un chasseur de combat. Ses cibles sont au sol, n’étant ni conçu, ni armé, pour un duel aérien. Il retournait, sans escorte d'avions de chasse, à sa base après avoir terminé sa mission de bombardement d’installations du "Califat", non loin de la frontière turque. Sans sommation, un chasseur turc a tiré un missile air-air, en se positionnant dans l'axe de l’arrière de l’appareil ; parfait "angle mort" pour rester invisible.

 

Cette grossière provocation n’a pu être exécutée qu’après l’aval de l’OTAN, si ce n'est à son instigation. D'autant que les hiérarques de l'OTAN et de l'UE ont immédiatement  formé bloc derrière la Turquie. Invoquant la "légitime défense de son intégrité territoriale". Obama ayant donné le ton :

"La Turquie, comme tout pays, a le droit de défendre son terrritoire et son espace aérien." (Turkey, like every country, has a right to defend its territory and its airspace).

 

Sans le moindre témoignage de condoléance ou de regret à l'égard d'un des deux pilotes de l'appareil ; sur lequel les mercenaires du "Califat" ont tiré, alors qu'il descendait en parachute, pour l'achever au sol à coups de crosse et de pied. "Crime de Guerre", au regard des Conventions de Genève.

 

Ce que Lavrov, le ministre des Affaires Extérieures de la Russie, n'a pas manqué de faire remarquer.

 

Le prétexte du "viol de l’espace aérien" de la Turquie, par cet avion russe, a fait réagir l’état-major des forces armées de la Grèce. Rappelant qu’en 2014, les avions turcs avaient violé l’espace aérien du pays 2.244 fois (contre 613 fois en 2013) ; de janvier à octobre 2015 : 1.233 fois ; de janvier à juillet 2015, la marine de guerre turque a violé 175 fois les eaux territoriales grecques…

Que dire des occidentaux qui, ces 18 derniers mois, ont procédé à plus de 6.000 sorties aériennes (même l'armée de l'air australienne...) sur le territoire souverain de la Syrie sans aucune autorisation de son gouvernement ; pour renforcer la logistique du "Califat", entraver les contre-offensives de l’armée régulière syrienne, et détruire des infrastructures civiles (centrales électriques, stations d'épuration d'eau, etc.) ?...

 

Que dire du territoire Palestinien de Gaza, considéré, par les occidentaux comme un champ de tirs et de bombardements, en permanence, libre d'accès ?...

 

Restons lucides.

 

Cette criminelle agression à l'encontre de l'aviation russe, véritable "acte de guerre",  présente, au-delà de la traîtrise et du tragique, le mérite de la clarté. Elle confirme ce que nous savons depuis plusieurs mois : nos oligarchies européennes "associées" (pour ne pas dire "vendues") aux tyrannies moyenâgeuses, corrompues, de l'Arabie Saoudite et du Qatar, tout particulièrement en France, soutiennent le "Califat" et le chaos en Syrie.

 

Adeptes de la prédation coloniale et va-t-en-guerre sont au pouvoir dans nos "démocraties"…

Bombardement du pillage pétrolier par l'aviation russe

Le Budget Pharaonique des Va-t-en-guerre

 

Toutefois, gouverner dans la prédation et le mensonge, exige un verrouillage de l’information par le biais de la censure, de l’abrutissement et de la propagande médiatiques. Opération de plus en plus difficile face aux moyens d’information variés, et en croissance exponentielle, dont disposent les opinions publiques via Internet.

 

Reste l’arme absolue de nos oligarchies : le "Gouvernement par La Peur".

 

Peur, emballée dans de faux débats : mariage de la carpe et du lapin, crèche de Noël dans les mairies, etc. L’essentiel, pour nos oligarques, étant de préserver leurs éléphantesques privilèges. Cette pratique, à présent devenue une norme chez nos politiciens de profession, ne peut avoir d’efficacité qu’en étant entretenue en permanence. D’où une ambiance anxiogène revêtant toutes les formes.

 

Pour en renforcer l’emprise, les hauts gradés de nos forces armées y concourent avec zèle.

 

J’ai repris le slogan de l’un d’entre eux pour titre de ce billet : "Les Français croient être protégés, ils ne le sont plus". De quoi avoir peur, paniquer, le soir à la chandelle, dans les chaumières les plus reculées de nos montagnes !...

 

Je tiens cette formule d’un général, Vincent Desportes, ancien directeur de l’Ecole de Guerre et professeur à Sciences-Po. Ses couinements répétés dans les médias officiels, un raz de marrée, durant des semaines, se sont amplifiés depuis les derniers attentats. (12)

 

Infailliblement, sans recoupements, analyses, comparaisons, mises en perspective, des journalistes recueillant religieusement pareils propos. Les resservant, tels quels, à l’opinion publique. Ce qui s’appelle du "formatage de propagande". Non pas du "traitement de l’information".

 

A en croire cette désinformation anxiogène, l’armée française du fait des coupes budgétaires continues, serait "incapable d’assurer les missions qui lui sont confiées" (13)… Rendez-vous compte ! Nous n’avons que 3.500 militaires pour assurer l’ordre dans les pays du Sahel, zone grande comme l’Europe !…

 

En forçant à peine le trait de ces  " chargés de communication apocalyptique ", on imagine, au rythme de la diminution des budgets de la défense, nos soldats contraints bientôt de partir au combat, suivant la mode Taliban, à mobylette, tongs aux pieds et kalachnikov cabossée, achetée sur le marché d’occasion, sous le bras…

 

Evidemment, il s’agit d’une pure désinformation. Occultant cyniquement deux évidences :

 

i)  La réalité incontournable des chiffres 

 

A plusieurs reprises, j’ai évoqué dans ce blog la désinformation systématique, par notre nomenklatura, sur notre budget de la défense nationale. Qui, loin d’être diminué, se porte à merveille : "en pleine floraison". (14)

 

Les comparaisons d’une année sur l’autre et entre pays, ou continents, sont facilement accessibles sur la base de données du remarquable Stockholm Peace Research Institute (SIPRI). Bien sûr, il ne peut avoir connaissance de tous les fonds secrets et budgets occultes que les Etats gèrent en dehors de leurs concitoyens, électeurs ou opinions publiques (certains fondés sur le trafic international de drogue…).

 

Cet organisme de recherches compile, en conséquence, tous les budgets militaires "officiels" de la planète, en monnaies locales et en dollars pour faciliter les analyses. Tout citoyen ou chercheur peut télécharger gratuitement ces informations. Mais, apparemment, les journalistes n’y parviennent pas, encore moins les généraux-anciens directeurs de l’Ecole de Guerre…

 

Contrairement aux mensonges diffusés, le budget militaire de la France est colossal. Un des premiers dans le monde, en valeur absolue et par rapport à son PIB. N’ayant subi aucune diminution, loin de là.

 

Quelques chiffres extraits des dernières compilations "2014" du SIPRI (15) :

 

=>  Exprimé en milliards de dollars US, le budget de la Défense de la France est le premier d’Europe (62,289), devançant celui de la Grande-Bretagne (60,482), supérieur de 30% à celui de l’Allemagne (46,455).

 

=>  Exprimé en pourcentage du PIB, France et Grande-Bretagne sont à égalité (2,2 %), dépassant celui de la Chine (2,06 %), atteignant presque le double de celui de l’Allemagne (1,2 %).

 

=>  Il représente 73,74 % du budget de la défense de la Russie dont le territoire aux immenses ressources minières, gazières et pétrolières, couvre 37 fois la superficie de la France.

 

=>  Par rapport à celui de la Chine, avec ses 1,4 milliards d’habitants « à protéger », il atteint 28,78 % (216,371). Tout en étant supérieur de 24,67 % au budget militaire d’un pays comme l’Inde (49,96).

 

=>  Notons que les budgets militaires cumulés de la France, Grande-Bretagne et Allemagne (169,226) représentent 2 fois celui de la Russie (84,462) ; pour une population équivalente (146 millions d’habitants), mais avec un territoire à couvrir 30 fois inférieur en superficie.

 

=>  La France (excepté les cas pathologiques des USA et pétromonarchies) est même en tête du classement mondial des dépenses militaires par habitant, exprimées en dollars US : 964 !... Devant ses principaux partenaires : Grande-Bretagne (952), Russie (593), Allemagne (562), ou Chine (155)...

 

Le plantureux budget de la Défense de notre pays présente aussi le privilège supplémentaire, à part son extension permanente, celui de ne pas être soumis à l'exigence de produire des "recettes" pour "l'équilibrer". Obligation imposée, dans nos "démocraties", à tous les budgets censés redistribuer la richesse nationale. Tout particulièrement, ceux destinés à assurer à ses habitants des soins de santé de qualité, le revenu d'une retraite décente, ou la protection solidaire en cas de perte d'emploi...

ii)  La sclérose de l’idéologie coloniale

 

La lecture de ces chiffres met en lumière, en ces temps de « crise économique », le niveau d’hypocrisie et de cynisme de la désinformation systématique concernant notre budget de la Défense. A cela s’ajoute, le plus accablant, la vision géopolitique et stratégique de notre caste politico-militaire.

 

L’inévitable copié-collé des diktats du Congrès américain (clichés russophobes justifiant l’annulation de la vente des Mistral, etc.), étant moins préoccupant que la logorrhée colonialiste sur les "forces de projection" nécessaires à nos interventions permanentes au Moyen-Orient et en Afrique.

Symptôme de la sclérose, ou de l’indécrottable, idéologie coloniale de nos oligarchies civiles et militaires. Invoquant notre devoir de "civiliser les barbares" dans des pays lointains. En fait, pour s’emparer de leurs richesses. Cette idéologie, justifiant toutes les aventures et prédations coloniales, a provoqué sur notre territoire national les pires désastres militaires : en 1870, en 1914 et en 1940. Face à un adversaire qui ne perdait ni son argent, ni son énergie ou sa créativité, dans l’assouvissement de sa mégalomanie coloniale.

 

Rejetant la vision d’un De Gaulle d’une France "forte et indépendante", notre caste au pouvoir, tous partis confondus, se satisfait confortablement de la vassalité de notre pays. Ne cessant de la renforcer, au fil des jours. Au service des intérêts exclusifs des Etats-Unis.

 

Lesquels décident avec qui nous devons commercer, chez qui nous devons investir, comment, combien. Selon le bon plaisir de notre suzerain. Jusqu’à exiger, unilatéralement, des indemnités et des pénalités si nous n'obéissons pas à leurs directives. Sans provoquer d’états d’âme, ni "coups de gueule", chez nos valeureux généraux quant à l’abandon de notre "souveraineté nationale"…

 

Terrible régression, ou lamentable analphabétisme, au vu de l’évolution actuelle de la planète. La vision du monde de notre oligarchie, tout spécialement celle de l’Afrique, s’est arrêtée à la Conférence de Berlin de 1884-1885 ; où les puissances coloniales de l’époque se répartissaient, dans un marchandage pointilleux, populations et ressources, des territoires dont ils s’emparaient.

 

Aujourd’hui encore, nous passons notre temps à faire et à défaire gouvernements et dirigeants qui ne répondent pas aux intérêts de notre oligarchie. Voire à les assassiner, comme l’exceptionnel Thomas Sankara. Mais, ne trouvons-nous pas naturel de disposer du droit de décider « qui mérite de vivre sur terre » ?...

 

Faisant de notre armée non pas une Défense Nationale, garante de la souveraineté de notre Nation, mais une milice au service de groupes financiers, pétroliers ou miniers. Sans oublier ceux spécialisés dans la spoliation, et l’enrichissement aussi facile que pharamineux d’une poignée de gros actionnaires, des privatisations des services publics de ces pays, toujours les mêmes d’un pays africain à l’autre : télécommunications, distributions d’eau et d’énergie, transports maritimes, grande distribution, etc.

 

Le France n’a rien à faire en Afrique, ou au Moyen-Orient, avec des soldats. Ces pays ne nous sont pas hostiles, ne nous menacent pas, et sont en mesure de résoudre eux-mêmes leurs problèmes. L’éradication du "terrorisme", authentique ou fabriqué, a pour fondement le respect des nations et des peuples, de leurs identités, de leurs ressources, de leurs indépendances, de leurs traditions et croyances.

 

Tous les pays où nous envoyons nos forces armées sont des pays immensément riches de leurs ressources naturelles, mais immensément pillés. S’ils ne l’étaient pas, leur niveau de vie serait celui de la Norvège. Alors que le partage du développement permettrait de constituer un marché à fort pouvoir d'achat, d’échanges de biens et de services, dans une prospérité commune.

 

A l’exemple de la Chine qui investit plus de 250 milliards de dollars dans le développement de l’Asie centrale renforçant sa présence commerciale ; depuis les trains à grande vitesse jusqu’à des centrales électriques à énergie solaire ou éolienne. (16) Pourquoi ne pas faire pareil, en Afrique ou au Moyen-Orient ? Pourquoi semer le chaos en nous engluant dans une politique, qui nous est imposée par notre suzerain, à l’opposé de nos valeurs et de nos intérêts ?...

 

Qu’on envoie, donc, nos généraux en Suisse, pour un stage de longue durée, afin qu’ils apprennent ce qu’est une "défense nationale". Son budget de la Défense représente 0,8 % du PNB.

 

Surtout, quand ils ont le culot d'affirmer que "les Français devront consentir à des sacrifices"… Déjà plongés dans la précarité, le chômage, avec une paupérisation croissante sous l’effet d’une TVA confiscatoire sur leurs achats de 20 %, s'ajoutant à la diminution de leurs salaires et de leurs retraites...

 

Lesquels ?... Le général Vincent Desportes en précise, froidement, l’étendue (17) :

 

« D’abord, dans le domaine des libertés individuelles. On le voit avec l’état d’urgence, qui va être probablement prolongé, il y aura un certain nombre de restrictions en matière de circulation ou de droit de réunion. Il faudra également prendre des mesures qu’on a trop tardé à prendre et qui demandent de la clarté sur le plan politique, qu’il s’agisse du contrôle aux frontières ou de la politique envers les communautés. Sur ces sujets, il convient de sortir du politiquement correct pour entrer dans le stratégiquement nécessaire.

Puis il faudra faire des sacrifices budgétaires. Si ce qui est prioritaire, c’est la sécurité des Français et la protection du territoire, il faut renforcer les moyens accordés à la sécurité et à la défense. L’armée, qui avait déjà été sur-déployée après les attentats de janvier dans le cadre de l’opération Sentinelle, est une fois de plus sollicitée. Or elle est très en dessous de la masse critique nécessaire pour faire tout ce qu’on lui demande. »

 

 

En résumé : perpétuer à l’intérieur de nos "démocraties" les injustices sociales et économiques, dans un climat de guerre civile en dressant une partie de la population contre l’autre. Avec la suppression des Libertés Publiques, afin d’empêcher toutes contestations sociales ou politiques. A l’extérieur, dans une politique aveugle de destructions, dévastations, chaos et pillage colonial. Le tout, dans la désinformation et la fanatisation des opinions publiques.

 

En route pour le Totalitarisme, ou pour la Guerre ?... Les deux, mon général…

 

Comment ne pas penser à la magistrale analyse d’Henri Guillemin sur les causes de la première guerre mondiale, démontrant la volonté, cachée ou « non-dite », des castes dirigeantes européennes, de jeter leurs populations dans l’enfer de la Guerre ?... Afin d’éviter la remise en cause inéluctable de l’ordre social par la paysannerie et le prolétariat, excédés de leur marginalisation dans le partage de la richesse nationale de leurs pays…

 

Je vous en livre un extrait (18) :

 

 

1.  Manuel de Diéguez, Copernic et les Mistral – Les étapes de la satellisation atlantiste de l’Europe, 13 novembre 2015,
http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/tstmagic/1024/tstmagic/defis_europe/mistral2.htm

2.  Un "expert militaire" allant jusqu’à affirmer, jetant l'huile sur le feu du pseudo Choc de Civilisations, que les Russes faisaient bénir leurs avions par un pope avant d’aller bombarder leurs objectifs en Syrie …

3.  Denis Souchon, La Grande Vadrouille médiatique de deux « experts » ès attentats, ACRIMED, 23 novembre 2015,
http://www.acrimed.org/La-grande-vadrouille-mediatique-de-deux-experts-es-attentats?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

4.  Georges Stanechy, L’infanticide, preuve extrême de la logique de violence du judéo-christianisme ?..., 5 septembre 2010,
http://stanechy.over-blog.com/article-l-infanticide-preuve-extreme-de-la-logiq-56545002.html

5.  Pierre Tevanian,  Le Ver et le Fruit - Lettre ouverte à mon collègue Abdennour Bidar, marchand de fascisme à visage spirituel, 20 novembre 2015, Les Mots Sont Importants.Net,
http://lmsi.net/Le-ver-et-le-fruit

6.  Jacques Tillier, Des tueurs fanatisés, camés, bordéliques et passablement abrutis, 21 novembre 2015,
http://www.bvoltaire.fr/jacquestillier/tueurs-fanatises-cames-bordeliques-passablement-abrutis,220940

7.  Isabelle Rey-Lefebvre & autres, Hasna Aït Boulahcen, entre vodka et niqab, Le Monde, 21 novembre 2015,
http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/article/2015/11/21/hasna-ait-boulahcen-entre-vodka-et-niqab_4814800_4809495.html

8.  David P. Goldman, Why France will do nothing about the Paris Massacre, Asia Times, 15 novembre 2015,
http://atimes.com/2015/11/why-france-will-do-nothing-about-the-paris-massacre/

9.  Georges Stanechy, Calife ?... Moi : Archevêque !, 30 septembre 2014,
http://stanechy.over-blog.com/2014/09/calife-moi-archeveque.html

10.  Putin : ISIS financed from 40 countries, including G20 members, RT News, 16 novembre 2015,
https://www.rt.com/news/322305-isis-financed-40-countries/

11.  Russian airstrikes destroy 472 terrorist targets in Syria in 48 hours, 1000 oil tankers in 5 days, RT News, 23 novembre 2015,
https://www.rt.com/news/323065-syria-airstrikes-terrorists-russia/

12.  Exemples de la servile démultiplication médiatique de ce type de désinformation :

=>  Eléonore de Vulpillières, Général Desportes : " l’armée française n’a pas les moyens des missions qu’on lui confie ", Le Figaro, 13 juillet 2015,
http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/07/13/31003-20150713ARTFIG00278-general-desportes-l-armee-francaise-n-a-pas-les-moyens-des-missions-qu-on-lui-confie.php

=>  Jacques Hubert-Rodier & Anne Bauer, Général Desportes : " Au rythme actuel, l’armée française sera bientôt épuisée ", Les Echos, 26 octobre 2015,
http://www.lesechos.fr/industrie-services/air-defense/021431526984-general-desportes-au-rythme-actuel-larmee-francaise-sera-bientot-epuisee-1169319.php

=>  Hervé Brusini, " Les Français croient être protégés, ils ne le sont plus ", dénonce le Général Vincent Desportes, France TV Info, 11 novembre 2015,

http://www.francetvinfo.fr/monde/terrorisme-djihadistes/les-francais-croient-etre-proteges-ils-ne-le-sont-plus-denonce-le-general-vincent-desportes_1168967.html

=>  Céline Roudin, Général Vincent Desportes : " Les Français devront consentir à certains sacrifices ", La Croix, 16 novembre 2015,
http://www.la-croix.com/Actualite/France/General-Vincent-Desportes-Les-Francais-devront-consentir-a-certains-sacrifices-2015-11-16-1380783?ref=yfp

13.  Le Figaro, 13 juillet 2015, Op. Cit.

14.  Georges Stanechy :
=>  Livre Blanc de la Défense ou Chèque en Blanc ?..., 23 janvier 2008,
http://stanechy.over-blog.com/article-15910705.html
=>  Budget de la Défense : Pleine Floraison, 22 avril 2015,
http://stanechy.over-blog.com/2014/04/budget-de-la-defense-pleine-floraison.html

15.  Stockholm Peace Research Institute (SIPRI) : http://www.sipri.org/

16.  Pepe Escobar, Will Chess, Not Battleship, Be the Game of the Future in Eurasia ?, CounterPunch, 27 novembre 2015,
http://www.counterpunch.org/2015/11/27/will-chess-not-battleship-be-the-game-of-the-future-in-eurasia/

17.  La Croix, 16 novembre 2015, Op. Cit.

18.  Extrait d’une série de 13 vidéos sur le contexte et le déclenchement de la première guerre mondiale. A regarder pour ceux qui souhaitent aller au-delà de la "bouillie historique" qui nous est servie quotidiennement, à la louche…
Cette analyse préfigure celle, aussi édifiante que passionnante, de l’historienne Annie Lacroix-Riz dans son exceptionnel travail de recherches sur la deuxième guerre mondiale.

 

Repost 0
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 17:30

 

 

 

" Il ne suffit pas de respecter les croyances des autres, il faut essayer de devenir digne de leur respect
Nous qui nous enorgueillissons si facilement d’être « tolérants », aspirons-nous à la position d’être à notre tour « tolérés » ? ".
Isabelle Stengers  (1)

 

 

 

Siddhārtha Gautama…

 

Comblé, par le Destin, de tous les bienfaits.

 

Tout ce dont rêve le commun des mortels : Amour, Beauté, Force, Intelligence, Pouvoir, Richesse, Savoir …

Il était prince. Il allait devenir roi.

 

Dans les années 623 – 543, avant notre ère, dans le nord-est de l’Inde. Plus précisément dans la région dite du Terraï, qui est la plaine du Népal. Riche région agricole au pied de la chaîne de l’Himalaya.

Un siècle et demi avant Socrate (470 – 400), disent les uns. Ce qui est fâcheux pour les "européocentristes", chatouilleux du nombril, indécrottablement persuadés que la Pensée, la Philosophie au sens de Sagesse (et non pas du "prêt-à-penser idéologique" actuel), la Théorie des Idées sur le Bien et le Beau, seraient exclusivement nées en Grèce…

Alors on s’arrange un peu avec l’Histoire, comme toujours.

 

Les plus récents spécialistes situent, à présent, sa mort entre 411 et 400 avant notre ère… Ainsi, après une vie de 80 ans, approximativement la même année, ou période, que Socrate. Ouf, pas d’antériorité : l’honneur est sauf !... Platon (428 – 348) n’étant encore qu’un ado en sac à dos et rollers de l’époque, joint au bec, tirant les nattes de ses copines…

 

Car, Siddhārtha Gautama est à l’origine  d’une des grandes religions ou philosophies de notre planète : le Bouddhisme.

Birmanie : Le Bouddhisme Radical…

Marié à seize ans à une des filles du monarque d'un royaume voisin, la magnifique princesse Yashodhara, qui lui donna un fils Rahula. Une vie de luxe, de volupté, d’initiation à son métier de roi et de chef de guerre ; pratiquant les arts martiaux, il était réputé pour son adresse au tir à l’arc.

 

Subitement à 29 ans, il quitte tout. S’enfuyant de son palais sur son cheval après avoir découvert "La Souffrance". Celle de son peuple, en premier lieu. Mais aussi la finitude, comme disent les "psys", de l’être humain ; souvent dans la décrépitude avant de trouver la mort.

Ce fut « La Grande Renonciation ».

 

Il devint un ascète, étudiant avec des maîtres. A 35 ans, il atteint l’éveil ou l’illumination, devenant ainsi "l’éveillé" : le Bouddha.

 

Commença alors une quarantaine d’années de prédication, d’incessantes pérégrinations, avec la mise en forme progressive de son enseignement fondé sur la pratique de la méditation. Créant des communautés de moines et de nonnes, son épouse l’ayant rejoint pour devenir, dit-on, une de ses plus ferventes disciples dans l’ascèse.

 

La suite est connue. Son expansion en Asie, se greffant sur des pratiques locales, pour parvenir à des identités multiples : le Bouddhisme Zen, au Japon, par exemple.

 

 

Un radicalisme sauvage

 

Personnage fascinant que ce "prince-ascète", au courage éthique « exceptionnel ». Son message limpide au départ est difficile à retrouver sous les foisonnants rites, interprétations des différentes écoles avec leurs branches et sous-branches, légendes et folklores, accumulés au fil des siècles, tels un mille-feuille. Jusqu’à la représentation du Bouddha sous forme d’un personnage obèse et béat, dans certains pays ou temples. Lui, sportif de haut niveau, rompu aux arts martiaux, méditant émacié adepte du jeûne…
 

Evolution, distorsion, parasitage, inévitables, sous la patine ou la corrosion du Temps…

 

Pas de quoi s’étonner, alors, du caricatural Dalaï-lama. Flanqué de son bondissant chargé de communication en France, Matthieu Ricard, courant d’un plateau TV à un autre, entre deux mondanités (2), jaillissant des BMW de luxe en tongs et toge safranée. Pour nous vendre, à demi-mot, de "l’antichinoiserie primaire" concoctée par nos officines de propagande.

 

Notre industrie de la désinformation s’acharnant, sans répit, à travestir le Dalaï-lama en pape du bouddhisme mondial. Alors que son autorité ne s’étend pas au-delà d’une infime partie de la communauté Tibétaine, qui reconnaît d’autres chefs ou responsables religieux. Oubliant de dire que les grandes communautés bouddhistes d’Inde, du Sri Lanka, de Thaïlande ou de Birmanie, notamment, le considèrent, tout au plus, en pathétique polichinelle manipulé par l’Occident. (3)

 

Une fois évacués poussières, colifichets, chapeaux, trompettes et breloques, se superposant de siècle en siècle, l’enseignement originel du bouddhisme paraît étonnamment contemporain. Particulièrement, le volet saisissant de sa dénonciation des « poisons pour l'esprit », rongeant, gangrénant, les individus autant que les sociétés. Qui, à l'exemple des poissons, pourrissent en premier de la tête : "élites" achetées, oligarchies vendues... Trois poisons mortels "pour l'esprit" et, en conséquence, pour les "corps sociaux" :

=>   L'avidité ou la rapacité, insatiables (Tṛṣna)

=>   L'aversion ou la haine, dans le mépris (Dveṣa)

=>   L'ignorance ou l’égarement, incarné dans le fanatisme (Moha)

 

Mais, comment se peut-il que les plus beaux enseignements adressés à la communauté des Hommes, de plus confortés par l’exemple et le Bouddha en est un des plus splendides, prônant l’élévation de l’esprit, le retour à des valeurs humaines fondamentales, à l’opposé de la sauvagerie, soient détournés ?...

 

Instrumentalisés par des idéologies forgées par des intérêts aux antipodes des préceptes de base, caricaturés dans ce qu’on appelle aujourd’hui les « radicalismes ». Radicalismes infligeant les plus atroces souffrances à des millions d’êtres humains au nom de leur édification, de leur bonheur… Ou, plus primairement, ou primatement, pour son confort personnel, dans le rejet viscéral, voire l'éradication, de l'Autre...

 

Le Bouddhisme, malgré son puissant, formidable, appel à la sérénité, la quiétude, la paix intérieure partagée avec l’Autre ou le Prochain, n’échappe pas à cette lèpre qui a infesté, et infeste encore, d’autres religions ou croyances…

 

« L’Islamisme Radical » occupe la une des médias de notre propagande, comme s'il s'agissait de l'unique "radicalisme" religieux que la courte Histoire de l'Humanité aurait connu. Oubliant les ravages du « Christianisme Radical » dans l’Inquisition, les Croisades. Plus tard avec, indistinctement, la bénédiction catholique ou protestante, la violente colonisation de peuples, nations et continents durant des siècles.

 

« L’Athéisme Radical », l’athéisme étant une croyance et un système philosophique à l'égal d'un autre, a perpétré parmi les plus abjectes barbaries à l’encontre de la Dignité Humaine, sous l’emprise du nazisme et du stalinisme, tout particulièrement.

 

Dans son émanation actuelle "new look" dite du « Libéralisme Radical », il provoque implacablement sous une rhétorique séculière, pour ne pas dire sous un "laïcardisme" affligeant d'hypocrisie imbécile, prétendant apporter la "démocratie" et les "droits de l’homme" au genre humain, des millions de morts, d’immenses dévastations, détruisant des pays entiers ; comme on le constate en Afghanistan, en Libye et dans les pays du Moyen-Orient. Sans compter la mise en servage cynique de ses propres populations, dans la précarité et le chômage massif... Jusqu’à prostituer ses propres enfants

 

Le judaïsme, composante de la sphère judéo-chrétienne, souffre tout autant de son propre radicalisme. Ce « Judaïsme Radical », prenant la forme d’une idéologie coloniale dont la férocité ne cesse de s’accentuer, de se "radicaliser", avec le temps : "le sionisme", aussi sanguinaire que prédateur. (4)

 

Le Bouddhisme, emporté lui aussi dans ces dérives délirantes, sévit actuellement, dans l’horreur, caricaturé par un « Bouddhisme Radical », en Birmanie. Dans le silence de la Communauté Internationale. Ce qui n’a rien de surprenant. Par contre, dans le silence inadmissible, de lâcheté et de bigoterie, de La Sereine Conscience des responsables et animateurs de la communauté bouddhiste, tant en France qu’à l’étranger…

Birmanie : Le Bouddhisme Radical…

Cruelle Imposture ou Imposture de la Cruauté ?...

 

La population de la Birmanie (52 millions d’habitants), qui s’est renommée Myanmar récemment, est à majorité bouddhiste (80% d’après des statistiques officielles). Gouvernement et clergé bouddhiste ne cessent de s’acharner sur la minorité musulmane qui ne représente que 3% à 4% de la population, suivant les recensements. Déniant même la nationalité du pays aux membres birmans de cette confession.

 

Si ce n’était que de la "discrimination religieuse", ce ne serait pas grave dirions-nous ; nous, qui avons vécu d’atroces guerres de religion dans notre Europe... Le Temps arrangera les choses…

Birmanie : Le Bouddhisme Radical…

Sauf que se multiplient, dans l’impunité, nationale et internationale, des massacres épouvantables (exercice favori des bouddhistes birmans : brûler vifs les musulmans dans leurs habitations), viols, tortures à mort... Et, autres variantes sadiques…

Birmanie : Le Bouddhisme Radical…

Les obligeant à fuir dans les pays limitrophes. A pied ou en barque, si on leur laisse le temps de migrer, en Thaïlande proche, pour beaucoup d’entre eux. Dans ces pays d’accueil, les sévices étant relayés par des trafiquants d’êtres humains, et souvent par les armées « nationales » en cheville avec eux.

Birmanie : Le Bouddhisme Radical…

Une des pratiques privilégiées de ces "glorieuses" forces armées : remorquer les barques surchargées de réfugiés, après viol préalable des femmes et jeunes filles dûment sélectionnées, et les lâcher en plein océan, sans vivres ni eau potable ; prenant soin d’enlever rames, voiles ou moteurs, suivant les cas. Condamnés à une mort lente. Très lente. A moins de choisir le suicide, et de plonger dans la houle...

Leur tort : être musulmans.

 

Le Bouddha en aurait été horrifié. Même le "faux-pape du bouddhisme mondialisé", le Dalaï-lama ne cesse de le marteler :
"Nous avons le devoir de prendre soin de tous les êtres vivants et de notre planète", avec "compassion" et dans "l'harmonie entre les différentes traditions religieuses et philosophiques". (5)

 

Cette minorité est dénommée "Rohingya". Musulmans, mais birmans depuis au moins le 16° siècle pour la plupart. Les autorités du pays en ont, apparemment, planifié l’exclusion, le déplacement, la disparition. Les poussant à l’exil, dans le meilleur des cas, dans une orgie de terreur. Ainsi, dans leur propre pays, plus de 100.000 d’entre eux ont été enfermés dans des camps de réfugiés. L’aide internationale qui commence à leur être adressée, notamment par des pays musulmans, étant ponctionnée au passage, dans la corruption la plus effrénée par les organisateurs de ces chasses à l’Homme…

 

Pour déclencher et entretenir ce "nettoyage ethnique" ou "religieux", la population de confession bouddhiste est fanatisée par un prêcheur halluciné, Ashin Wirathu. Par son hystérique culte de la violence, il rappelle le "frère dominicain" Savonarole qui instaura une dictature théocratique à Florence, au 15° siècle.

Birmanie : Le Bouddhisme Radical…

Ses discours de haine sont relayés par le puissant clergé du pays, moines et nonnes, et leur diffusion démultipliée par les "réseaux sociaux" dans les villes… Véritable star dans son pays, bénéficiant d’une impunité absolue, disposant de moyens financiers et médiatiques considérables ; avec, évidemment, l’appui, la complicité du gouvernement local. Le silence de l’ONU, des pays occidentaux, toujours prêts à défendre la veuve et l’orphelin partout dans le monde, est bizarrement : sidéral…

Rien de nouveau. Nous savons tous ce qu’il en est de "La Communauté Internationale"…

Birmanie : Le Bouddhisme Radical…

Beaucoup plus révélateur : l’attitude de la grande icône birmane des Droits de l’Homme, de la Non Violence, se réclamant de Gandhi, de la Démocratie, chouchou de nos médias et politiciens en Occident ; croulant sous les récompenses et labels de "bonne élève" de l'idéologie mondialiste, prix Nobel de la Paix 1991, Prix Sakharov décerné en grande pompe, en 2013, par le Parlement européen, etc. : Aung San Suu Kyi.

Non seulement, elle reste de marbre, au nom de la Raison d’Etat. Mais, pire : elle nie les évidences. Alors qu'elle est membre du Parlement de son pays, depuis le 9 juillet 2012...
Son indifférence devant cet atroce "nettoyage religieux", dans une barbarie indescriptible, démontre un niveau d’insensibilité, de cruauté, implacable.

Le masque est tombé. L’imposture, dévoilée.

 

Amusant, si le contexte n’était pas aussi tragique, de voir certains de nos médias, surtout dans la sphère anglo-saxonne, atterrés par l’impassibilité méprisante de cette cantatrice des "Droits de l’Homme" face aux sadiques persécutions infligées à une minorité de ses concitoyens. En France, nos médias, dans un obséquieux respect de l'icône tant célébrée par eux, préférant ne rien savoir : le confort de l’analphabétisme "informationnel"… (6)

Pourtant, tout observateur un tant soit peu lucide avait, depuis longtemps, déconstruit l’arnaque de la désinformation.

 

Pour ma part, j’ai toujours considéré Aung San Suu Kyi comme l’alter ego, le clone, de la pakistanaise Benazir Bhutto. (7) Seule différence : elle n’a pas encore réellement exercé tous les pouvoirs régaliens de sa défunte consœur. De la même trempe : grandes féodales, milliardaires, uniquement attachées à leur statut, à la richesse de leur clan et aux privilèges de leur caste. Dont le premier est celui de la prédation perpétuelle et impunie de leur nation.

 

Notre industrie de la désinformation occulte minutieusement que nous sommes en présence de la fille d’un des généraux, Aung San, se disputant le pouvoir dès la fin de l’occupation japonaise de la deuxième guerre mondiale, et la préparation de l’indépendance avec le colonisateur britannique, en deux clans antagonistes.

 

Effet collatéral du démarrage de La Guerre Froide : ceux en faveur du clan occidental et ceux proches de la sphère soviétique de l’époque. Transitait, alors, par la Birmanie toute l’aide occidentale en faveur du chef de guerre chinois, le "généralissime" Tchang Kaï-chek, connu pour sa corruption et sa mégalomanie. Il convenait, en effet, d’entraver le succès grandissant des communistes Chinois regroupés autour de Mao. Tout, ou n’importe quoi, sauf "Les Rouges" !...

 

Le clan pro-occidental perdit cette manche. Son père, favorable au clan occidental, fut assassiné dans un règlement de compte entre bandes rivales de la haute hiérarchie militaire, le 19 juillet 1947. Mais sa famille fut épargnée, physiquement et "patrimonialement"…

Car, " … chez ces gens-là, Monsieur… ", on est toujours le cousin du beau-frère ou la grand-mère de l’oncle, tellement attachements, solidarités et obligations, par mariage sont entremêlés. La Birmanie est un Etat féodal où tout ce beau monde, au sein de l’oligarchie, entretient une filiation, même avec son rival ou son ennemi. Tous ces généraux partageant de solides liens familiaux entre eux et avec les grands propriétaires terriens et fortunes commerçantes, immensément riches de la misère du peuple.

 

Aung San Suu Kyi put ainsi accomplir toutes les études et voyages qu’elle souhaitait. Ceux d’une fille de milliardaire, choyée par la classe dirigeante de son pays : Inde, Grande-Bretagne, Etats-Unis, etc.

 

Son premier emploi, en 1967, fut d’être recrutée en tant que "secrétaire-assistante" du "Comité des questions administratives et budgétaires" de la gigantesque usine à gaz bureaucratique qu’est l’ONU. Vous en connaissez beaucoup qui peuvent entrer dans ce type d’organisation internationale, à New York, sans expérience professionnelle, les deux doigts dans le nez ?...

 

Partenariat "Bouddhisme Radical" et "Evangélisme Radical"

 

Les généraux au pouvoir instaurèrent une dictature inflexible et corrompue au dernier degré, se répartissant les richesses colossales du pays entre chefs de clans. Pillées par ces rapaces, elles ne figurent pas, pour leur plus grande partie, dans les statistiques économiques officielles. Donnant ainsi un PIB ridiculement faible. Transitant, en contrebande sous la protection de l’armée, par les voisins Bengladesh et surtout Thaïlande ; en étroite collaboration avec les généraux de ces pays.  

 

Citons les ressources agricoles, cultivées sur les terres fertiles détenues en quasi-totalité par l’oligarchie, les paysans étant considérés en simples serfs : riz, canne à sucre, arachide, maïs, tabac, coton, blé, millet. Sans oublier les 75% de la production mondiale du bois précieux qu’est le teck.

 

C‘est aussi, le "cinéma d’action" hollywoodien n’a cessé de l’évoquer, un des plus grands producteurs de drogue de la planète, avec l’Afghanistan, aux incommensurables revenus : opium, héroïne, amphétamines, etc.

 

Un des plus importants producteurs de pétrole et de gaz de la région, y compris en mer. Là encore, production vendue pour l’essentiel en contrebande aux pays voisins. Même l’énergie électrique est l’objet d’une prospère contrebande, issue des inépuisables ressources hydrauliques de ce pays tropical-montagneux (le Hkakabo Razi est le plus haut sommet d’Asie du sud-est : 5881 mètres), hors plaines côtières et fluviales.

 

Plus encore, un patrimoine minier d’une qualité exceptionnelle. En tête de liste : une des plus belles extractions de pierres précieuses, par leur degré de pureté : jade, saphir et rubis (90 % de la production mondiale).

 

Cette oligarchie de tous les trafics aurait été laissée tranquille, par "La Communauté Internationale", si elle n’avait présenté deux défauts impardonnables :

=>  Refuser de partager plus généreusement le gâteau avec les prédateurs occidentaux, en cédant l’administration directe du pays à la mafia mondialiste et, en conséquence, en acceptant la fonction de "fondé de pouvoir" de ses intérêts selon les modèles saoudien ou colombien 
=>  Fait aggravant : refuser de s’engager avec les occidentaux dans des opérations antichinoises d’envergure (implantations de stations d’écoutes et d’espionnage, de base militaires avec stockage de matériel et munitions, etc.). En application de la stratégie belliciste occidentale d’encerclement de la Chine, avec qui la Birmanie partage une longue frontière.

 

Sa mise au ban de "La Communauté Internationale" fur alors organisée : sanctions, entraves dans ses trafics (jusqu’aux ventes de rubis…), etc. Tout cela, évidemment, sous couvert de la "Démocratie" et des "Droits de l’Homme".

 

Pour lâcher du lest, les généraux, amateurs en la matière, voulurent organiser des élections générales. Face à leur parti politique bidon, ils trouvèrent qui ?... Aung San Suu Kyi, à la tête d’un groupement de partis, solidement financé et encadré par les occidentaux : "Ligue Nationale pour La Démocratie"…

Le 27 mai 1990, les généraux se réveillèrent sous l’effet de la claque : ne réunissant que 21 % des voix, contre 59 % à la Ligue… Annulant les élections, à la fureur des occidentaux. Manière, pour ces généraux mafieux, de vouloir faire monter les enchères et baisser les prétentions de la mafia mondialiste. Les occidentaux redoublèrent leurs rugissements pro-démocratiques…

 

Notons au passage que deux ans plus tard, le 11 janvier 1992,  lorsque les généraux algériens ont annulé les premières élections libres qu’ils perdirent, inaugurant une longue et sanglante guerre civile, "La Communauté Internationale" est restée paisiblement silencieuse… Mieux, elle les couvrit de sa propagande.

 

Comme pour les "terroristes" : les "bons" généraux ne sont pas à confondre avec les "méchants"…

Tapant du poing sur la table de leur coup d’Etat, nos généraux birmans jugèrent qu’Aung San Suu Kyi devenait un peu trop turbulente, en cheval de Troie des intérêts occidentaux et de son clan. Ils la placèrent en résidence surveillée dans une de ses confortables villas familiales, entourée de sa domesticité et de ses proches. En attendant des jours meilleurs. La traitant toujours avec les plus grands égards.

 

Evidence de cette collusion de classe (les leaders opposants trop "remuants", issus du peuple, étant liquidés sans hésitation) ou de caste. Cette bouddhiste au grand cœur "non violent" n’a-t-elle pas déclaré, récemment, à la BBC :

« J’aime beaucoup l’armée »… (8)

Cette grande dame de "La Démocratie" est au moins porteuse d’une Valeur : la reconnaissance du ventre.

 

Une dizaine d’années plus tard, tout s’est arrangé en famille. Les généraux ont compris que "La Démocratie" c’est avant tout exécuter les consignes de l’Occident, en les légalisant par des simulacres d’élections où seuls ne peuvent se présenter que ceux cooptés par l’oligarchie.

 

Ils firent une place autour du gâteau birman à Aung San Suu Kyi (membre du parlement depuis 2012) et ses affidés. Devenue, entretemps, hyperactive dans le business des mines de cuivre, fermant les yeux sur l'écrasement et le "déplacement"  manu militari des membres de l’ethnie Kachin, spoliés et outragés du saccage environnemental sur leurs terres de ses associés-exploitants…

 

Mais on vous le certifie, dans les chants d’allégresse : la Birmanie est devenu un paradis des Droits de l’Homme. "La Démocratie", comme Zorro, est arrivée…

 

Emerge alors, dans ce jeu de dupes à l’encontre du peuple birman, lentement mais sûrement, un volet important de ces consignes ou ordres à exécuter : la persécution des musulmans, leur éradication religieuse ou culturelle, voire physique. Exigence délirante des "ultras" américains qui ne conçoivent qu’un monde judéo-chrétien sous la coupe d’un "Evangélisme Radical".

 

Ces "fous de Dieu", descendants de ces évangélistes qui massacraient les amérindiens d’Amérique du nord la Bible à la main, le fusil dans l’autre. Les pourchassant, massacrant, en gibier à abattre ; comme Geronimo en fut témoin, sa femme et ses trois enfants en furent les victimes éviscérées. Enfermant dans le désespoir, la maladie ou la malnutrition, les rares survivants… (9)

 

Islamophobie obsessionnelle devenue un des objectifs majeurs à l’échelle de la planète pour ces fanatiques, tout spécialement en Asie. Architecturée sur une stratégie, aux moyens illimités, méthodiquement planifiée à l’encontre des minorités musulmanes du sud de la Thaïlande, du sud des Philippines, et évidemment de la Birmanie.

 

Cet "Evangélisme Radical", pour arriver à ses fins n’hésitant pas à passer des accords de partenariat avec le "Bouddhisme Radical" pour les éliminer.

 

Le Bouddhisme étant jugé inoffensif à leur domination idéologique et géopolitique. Dès lors qu’il se limite à un folklore spirituel destiné à soulager les bobos des "bobos". Ou à singer les bonobos : ne rien voir, ne rien entendre et ne rien dire. Seulement, avec ou sans moquette fumante : planer…

 

Partenariat entre deux radicalismes symbolisé, le 1er juillet 2015, par ce partage du gâteau d’anniversaire du 80e anniversaire du Dalaï-lama dans le ranch, au Texas, de George W. Bush, toujours aussi fier de sa "mission accomplie"… (10)

 

A qui Dieu avait demandé de réduire en cendres l’Irak… (11)

 

 

Le DalaÏ-lama fêtant ses 80 ans dans le ranch texan de George W. Bush - 1er juillet 2015

Le DalaÏ-lama fêtant ses 80 ans dans le ranch texan de George W. Bush - 1er juillet 2015

1.  Isabelle Stengers, « Résister ?  Un devoir ! », Politis, n° 579, 1999, pp. 34-35.
Cité dans l’ouvrage passionnant de Tobie Nathan : « Nous ne sommes pas seuls au monde – Les enjeux de l’ethnopsychiatrie », Points-Essais, collection « Les Empêcheurs de penser en rond », Le Seuil, 2001, p. 88.
2.  Pathétique exemple de ce cirque mondain, ou d’opération de propagande antichinoise, animée par le Dalaï-lama : la séance d’échange d’écharpes blanches (le "kata", symbole de bienvenue) avec le couple Sarkozy, alors président, escorté des courtisans et courtisanes :
http://www.lexpress.fr/actualite/politique/le-dalai-lama-rencontre-carla-bruni-sarkozy-et-bernard-kouchner_553111.html
http://www.lefigaro.fr/international/2008/12/06/01003-20081206ARTFIG00696-premiere-rencontre-entre-sarkozy-et-le-dalai-lama-.php

3.  Le clan familial, aristocratique et tribal (ils ont tous la nationalité américaine…), du Dalaï-lama entretient des rapports « fusionnels » avec la CIA, depuis les années 1950 ; du temps de La Guerre Froide contre le Bloc communiste soviétique et chinois.
Le frère ainé du Dalaï-lama, Thubtan Norbu, animant une officine de la CIA chargée de la propagande antichinoise, avec le Tibet pour vecteur, pompeusement intitulée « Société Américaine pour une Asie Libre »…
Le second frère ainé du Dalaï-lama, Gyalo Thondup, était le baroudeur de la famille. Participant, dès 1951, à des opérations de renseignement, d’assassinat et de sabotage, dans des raids de commandos parachutés au Tibet et ensuite exfiltrés. Entraînés, financés, armés, et encadrés, évidemment, par la CIA.

Tous les efforts occidentaux (les britanniques y prenant une part active…) pour organiser une Révolution Colorée "Safran", connurent l’échec : l’immense majorité des Tibétains vomissant ces aristocrates corrompus qui avaient maintenu leur région, des décennies durant, dans une féodalité moyenâgeuse ; immergeant leur peuple dans l’extrême pauvreté, la misère du servage et l’ignorance.
Les méticuleux travaux des chercheurs Ginsburg et Mathos décortiquent dans le détail tous ces faits, jamais rapportés dans nos médias. En particulier, leur incontournable ouvrage de référence sur le sujet, mondialement connu, intitulé (et non traduit en français, sauf erreur de ma part…) :

"Communist China and Tibet : The First Dozen Years"
Edition Martinus Jihoff / The Hague – première edition 1964

4.  Rappelons que le sionisme est une idéologie politique d’essence coloniale fondée par des juifs, d’Europe centrale essentiellement, au congrès de Bâle en 1897. Le principal organisateur en était Theodor Herzl, né à Budapest en Hongrie ; pays, alors, membre de l’Empire Austro-hongrois.

5.  "Le dalaï-lama rencontre Carla Bruni-Sarkozy et Bernard Kouchner", L'Express, 22-08-2008, (en présence du gratin mondain, entre autres : Alain Juppé, Juliette Binoche, Line Renaud, Inès de la Fressange, Jean-Claude Carrière, etc.).

6.  Quelques réactions internationales :

=>  " Suu Kyi Remains Silent as Burma Burns " , The Irrawaddy, (quotidien Birman), 5 janvier 2013

=>  " L'auréole ternie d'Aung San Suu Kyi ", Le Temps, (quotidien Suisse),  26 mars 2013

=>   David Blair, " How can Aung San Suu Kyi – a Nobel Peace Prize winner – fail to condemn anti-Muslim violence ? ", The Daily Telegraph (britannique),‎ 24 octobre 2013

=>  " Aung San Suu Kyi is turning a blind eye to human rights in the name of politics ", The Guardian (britannique),‎ 26 novembre 2013.

7.  Georges Stanechy, "Benazir Bhutto : Aveuglement et Tragédie", 3 janvier 2008, http://stanechy.over-blog.com/article-15243458.html

8.   Bruno Philip, "Aung San Suu Kyi ménage ses anciens geôliers", Le Monde, 28 mars 2013,
http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/03/28/aung-san-suu-kyi-menage-ses-anciens-geoliers_3149273_3216.html

9.  Georges Stanechy, "Geronimo…", 8 mai 2011,
http://stanechy.over-blog.com/article-geronimo-73423407.html

10.  Le Dalaï-lama fête son 80e anniversaire avec George W. Bush au Texas, alterinfo.net, 9 juillet 2015,
http://www.tibetdoc.eu/spip/spip.php?article305

11.  Extraits de presse :
=>  "Et Dieu parla à Bush…", TF1 - News, 7 octobre 2005,
http://lci.tf1.fr/monde/2005-10/dieu-parla-bush-4901754.html

=>  "George Bush parle avec Dieu", Courrier International, 7 octobre 2005,
http://www.courrierinternational.com/breve/2005/10/07/george-w-bush-parle-avec-dieu
=>  "Bush poussé par une mission divine ? ", Nouvel Observateur, 8 octobre 2005,
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20051007.OBS1422/bush-poussepar-une-mission-divine.html

 

 

 

Repost 0
12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 18:30

 

 

 

Pour une poignée de dollars…

 

Fuyant la Syrie où ils s’étaient incrustés. Chancres, métastases d’un chaos ne cessant de se répandre.

 

Un des plus beaux pays du monde, aux multiples vestiges historiques. Héritages des civilisations fusionnant le long des siècles et millénaires dans ce creuset de la pensée, de l’art et de la spiritualité.

 

Des rats abandonnant le naufrage colonial de l’Occident dans la région, tel un navire coulant à grande vitesse… Courant, éperdus de frayeur, de leurs jambes et de leurs Toyota rutilantes, loin de leurs camps, abris bétonnés, salles de torture et postes de tir, de leur encadrement et commandement des "forces spéciales" des pays de l’OTAN.

 

Sous le pilonnage assourdissant des bombes et missiles, de haute précision, des forces armées russes. Largués, de nuit, par des avions silencieux et invisibles à plus de 5000 mètres d’altitude. Le plus angoissant, ces missiles de croisière supersoniques dont on ne perçoit le bruit du propulseur qu’après son explosion… Trop tard…

Syrie : Panique Chez Les Egorgeurs de l'OTAN...

Mensonge et Barbarie pour Valeurs

 

Pour ces voyous, cela ne faisait pas partie du contrat initial : on leur avait assuré non seulement l’impunité, mais la protection : pas de bombardement aérien. L'aviation militaire syrienne serait neutralisée par une "zone d'exclusion aérienne", à l'exemple de la Libye.

Ils y avaient cru : les avions occidentaux se baladent librement dans l'espace aérien de la Syrie pour les ravitailler en armes, en argent, en médicament et autres fournitures. Leurs bombardements ne sont destinés qu’aux positions et infrastructures, civiles ou militaires, du gouvernement légitime du pays.

 

Dans ces conditions idéales de protection, terroriser et assassiner des gens sans défense, dynamiter, démolir au canon, mitrailler, des immeubles d’habitation, centrales électriques, écoles et universités, ports et aéroports, hôpitaux, ponts et bâtiments administratifs, stations d’épuration d’eau et puits : pas de problème. C’est même une pratique jouissive.

 

Mais risquer sa peau sous des bombes et missiles, d'une stupéfiante exactitude dans la frappe de leurs cibles, pour une poignée de dollars : rien ne va plus. Le salut, dans ce contexte, est dans la fuite ! D’autant qu’être un mercenaire, ou un tueur patenté, n’est pas défendre une cause nationale ou patriotique, encore moins un idéal de justice ou de liberté.

 

Plus de cinq mille  de ces rats, en une semaine, se précipitant vers leurs bases de départ limitrophes, en Turquie et en Jordanie. Ou encore vers le sud-Soudan et la Libye ; ceux-là bénéficiant du privilège d’être exfiltrés par avion… Et, ce n’est qu’un commencement…

 

Tous. Oui : tous. Assassins, trafiquants, voleurs, violeurs et autres psychopathes que l’Occident avait recrutés, résidus de leurs prisons après les avoir "retournés". Avec pour carotte à leur liberté : un emploi de mercenaire bien payé, facile et sans danger…

Syrie : Panique Chez Les Egorgeurs de l'OTAN...

Ratissant large, les services spéciaux des membres de l’OTAN fébriles de zèle, s’ingéniant à trouver les pires ramassis de voyous, de "culs-de-basse-fosse" comme on disait dans le temps. Non seulement d’Europe centrale ou du sud, de Scandinavie ou du Royaume-Uni, mais encore de tout le bassin méditerranéen, et au-delà ; certains même d’Australie…

 

Quoi de plus facile, en effet, que de casser un pays en mille morceaux ?...

 

Avec de confortables primes en dollars convertibles, payées sur les caisses inépuisables du Qatar et de l’Arabie Saoudite… Avec, à la clé : liberté, impunité absolue, de tuer, torturer, assouvir toutes les perversions et sadismes que l’homme peut engendrer dans son délire criminel.

 

Aussi "musulmans" que moi un martien aux pieds palmés. Chargés d’animer cette fiction, mise en scène, sous l’appellation de "Califat", dont même le premier imbécile venu ne peut croire. Pour les armer, les financer, les entraîner, en toute bonne conscience, les "démocraties occidentales" transitant par des soi-disant "opposants au régime syrien", eux aussi bardés d’armes jusqu’aux oreilles. Multipliant les milices, aux appellations aussi nombreuses que les châteaux fantoches du bordelais recyclant du vin italien, espagnol, ou roumain…

 

Chaque groupuscule, avec son chef de guerre, encadré par les "forces spéciales" et "services secrets" de l’OTAN. Les uns par les USA et leurs seconds couteaux des colonies Turque ou Jordanienne ; les autres par la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, etc. Chaque "démocratie", dans la totale désinformation de son opinion publique ou de ses électeurs, gérant sa succursale du crime et du pillage. Schéma analogue, classique et éternel du cynisme colonial, à celui que la Chine, entre autres pays, a enduré pendant un siècle (1840-1940)…

 

Comment s’y reconnaître parmi ces "combattants terroristes" ?...  Impressionnant de dons divinatoires, nos états-majors et traîneurs de sabre y parviennent au premier coup d’œil sur leurs cartes et photos aériennes. Désignant à nos valeureux aviateurs les cibles à bombarder : les "mauvais terroristes", afin de préserver les "bons terroristes", étiquetés "AOG-OGS" - Appellation d’Origine Garantie - Opposants au Gouvernement Syrien.

 

 

Colonialisme Radical pour Religion

Syrie : Panique Chez Les Egorgeurs de l'OTAN...

"Apporter la démocratie et les droits de l’homme" ?…

Prétexte pour apitoyer les chaumières et "la ménagère de moins de cinquante ans", pour reprendre l’expression des experts en marketing télévisuel…

.

Il faudrait être le dernier des abrutis pour y croire une seule seconde…

Alors que l’Occident, politiciens et badernes militaires sans foi ni loi, s’acoquine avec  les régimes les plus abjects de tyrannie et de corruption que sont ceux du Qatar et d’Arabie Saoudite, tout particulièrement. Unanimement vomis dans tout le monde musulman, pas seulement arabe : jusqu'en Malaisie et en Indonésie... Le film controversé sorti le 16 septembre dernier sur les écrans français, du marocain Nabil Ayouch, Much Loved, en livre une féroce charge…

 

Alors que l’Occident ferme les yeux depuis des décennies sur les massacres et horreurs commis en Palestine et Gaza. Où l’on tire impunément, aujourd’hui même, à bout portant sur femmes et enfants, dans la spoliation de leur terre, de leur identité et de leur histoire…

Evidemment, pour justifier l’horreur et le chaos créés et entretenus par nos pays occidentaux au Moyen-Orient, la propagande, qui ne connaît aucune restriction budgétaire en ces temps de crise économique, bat son plein. Le "Colonialisme Radical", Religion de nos oligarques dévots de laïcité, doit impérativement transformer ces pays soumis à nos délires de prédation en annexes de l’Enfer ; aux yeux d’une opinion rendue analphabète par l’industrie de la désinformation et de l’abrutissement public.

 

Au siècle précédent, Jules Ferry personnifiant le plus pathétique exemple de ce fanatisme dans la Bonne Conscience, les pires massacres et exactions à la source de notre "Empire" étaient légitimés par la nécessité de "civiliser les peuples inférieurs". Jusqu’à les caricaturer en Cannibales, comme lors de la conquête et de l’annexion de la Kanaky, dénommée Nouvelle-Calédonie. Les autres pays concurrents au nôtre, dans la spoliation coloniale de l’époque, soutenant la même rhétorique et pratiquant les mêmes abjections : Royaume-Uni, Espagne, Portugal, Allemagne, Belgique, Hollande, etc.

 

Provoquer l’adhésion de l’opinion publique à nos visées coloniales, impose l’entretien permanent d’un violent ressentiment, d’un viscéral écœurement, à l’encontre de populations à soumettre : sus aux cannibales !  Non : avec un argumentaire modernisé dans un nouvel emballage…

 

Aujourd’hui, à écouter nos propagandistes, ce serait le fanatisme d’une religion qui serait à la source du chaos dans cette région et, selon leur stratégie anxiogène, bientôt dans nos villes et villages… Impliquant de ce fait, et dans l’urgence, l’absolue nécessité d’intervenir militairement.

 

A les croire, les "djihadistes" se multiplieraient dans nos pays. Le plus frappant, dans ce délire du mensonge et de l’hypocrisie, c’est le "vecteur Sexe" en plein développement. "Très porteur", prétendent ces spécialistes de la désinformation, dans nos sociétés "pipolisées" qui, dans leurs médias lubriques, n’évoquent obsessionnellement que cela.

 

L’enlèvement d’adolescents ou le détournement après endoctrinement, surtout des jeunes filles transformées en "esclaves sexuelles", mais aussi de femmes, les témoignages "bidonnés" abondent : presse, radios, chaînes TV, édition… Les livres sur ce thème, dans les rayonnages des libraires de la grande distribution, s’empilent à longueur de semaines…

 

Véritables contes de fées ou de sorcières, avec pour héroïnes malheureuses des jeunes filles en fugue, "décervelées" par une horrible religion prêchée par un tout aussi horrible barbu, se retrouvant en Syrie malgré elles et contre la volonté de leurs parents. Tel un pèlerinage diabolique. Avec autant de facilité pour s’y rendre, tranquillement et à peu de frais, que celles qui en mai 68, en plein "Flower Power- Peace and Love", se retrouvaient à Katmandou ou à Auroville, tout en planant le long des chemins en fumant de l’herbe au son des guitares et cithares…

Affligeant.

Autorisons-nous une piqûre de rappel pour ne pas rester anesthésiés face aux mensonges et fourberies dissimulant les objectifs réels de la politique coloniale, prédatrice, dévastatrice, de nos pays, européens notamment, dans cette région. Qualifiée de "Remodelage du Moyen-Orient", sous la cravache de notre suzerain les USA.

 

Opération de "remodelage" couvrant, en fait, tous les pays de confession à majorité ou à fortes communautés musulmanes : de l’Afrique du nord (y compris saharienne : Mali, Niger, etc.) à la Somalie en passant par le Soudan (dont la partition a été une réussite des opérations militaires secrètes et de notre propagande) et l’Ethiopie, jusqu’au Pakistan :

 

i)  Casser, diviser, démembrer, les pays de cette région en micro-états, pour les reconfigurer sur une base ethnique et religieuse dans le classique « diviser pour régner » afin d’annihiler toute capacité de résistance intellectuelle et spirituelle, sociale et économique, militaire et technologique, en mesure de  s’opposer ou contester les projets coloniaux des pays occidentaux.
 

ii)  "Apporter la démocratie" :  intervenir militairement pour installer des gouvernements de "collabos", corrompus et au service exclusif des intérêts prioritaires des oligarchies de l’Occident (industries de l’armement, groupes bancaires et financiers, pétroliers, chimiques, pharmaceutiques, agroalimentaires, etc.).

 

iii)  Entraver durablement le développement de ces pays en éliminant tous les cadres, dirigeants, enseignants et chercheurs de haut niveau, dirigeants et spécialistes en charge de la gestion des infrastructures : télécommunications, centrales électriques, hôpitaux, etc. Susciter, fomenter, maintenir un climat de conflits interethniques et religieux par tous les moyens pour qu’écoles et universités soient fermées afin d’interdire l’accès à l’éducation et au savoir, déscolarisant ainsi plusieurs générations.


iv)  Piller les ressources énergétiques : pétrole, gaz, uranium (au Mali et au Niger, par exemple). Tout aussi important : contrôler les infrastructures d’acheminement du gaz et  du pétrole : oléoducs, pipelines, voies maritimes de transport.
 

v)  Piller, ou vandaliser, leur immense patrimoine culturel accumulé au cours des siècles : vestiges archéologiques, œuvres d’art, mosaïques, statuaires, etc. Ce qui n’est pas transportable étant livré à la démolition à l’explosif : monuments, temples, etc. Afghanistan, Irak, et Syrie ont particulièrement été ravagés par cette politique de la terre brûlée. Ce qu’Irina Bokova, Directeur Général de l’UNESCO, qualifie de « Nettoyage Culturel ».

Syrie : Panique Chez Les Egorgeurs de l'OTAN...

La finalité de ces opérations de vandalisme organisé, outre l’enrichissement frauduleux des mafias de trafiquants en cheville avec des "collectionneurs", est d’éradiquer les racines de toute réminiscence d’une identité nationale, d’une histoire prestigieuse, d’une "estime de soi" propre à tout être humain membre d’une communauté.

Cette déshumanisation systématique permettant aux idéologues du "Colonialisme Radical" d’affirmer, par la suite, que ces terres étaient "vides" de traces de civilisation, incultes sur tous les plans. Comme ils le prétendent, depuis des décennies, pour la Palestine.

 

vi)  Déverser, de manière invisible ou homéopathique aux yeux des opinions publiques, dans les caisses de nos "Etats Profonds" (Deep States) des milliards de dollars et d’euros, à ne plus savoir qu’en faire, pour démultiplier l’enrichissement personnel, exponentiel et faramineux, de nos oligarques. 

C’est Peter Dale Scott, courageux et brillant politologue canadien, diabolisé par l’extrême-droite "OTANesque", qui a décrit ce système de gouvernement occulte échappant à tout contrôle citoyen, adepte des guerres et du chaos par lequels ses dirigeants s’enrichissent sans fin.
On lui doit ce livre essentiel pour comprendre la situation actuelle sur notre planète :
"L'Etat profond américain : La finance, le pétrole, et la guerre perpétuelle"
(Titre original : The American Deep State: Wall Street, Big Oil, and the Attack on U.S. Democracy)

Le général Eisenhower, président des USA (1953-1961), dans son célèbre discours de fin de mandat du 17 janvier 1961, s’était déjà inquiété de ce complexe "militaro-industriel" constituant progressivement un Etat dans l’Etat. Inquiétante prémonition d’un général et chef d’Etat :


« Dans les assemblées du gouvernement, nous devons donc nous garder de toute influence injustifiée, qu'elle ait ou non été sollicitée, exercée par le complexe militaro-industriel.

Le risque potentiel d'une désastreuse ascension d'un pouvoir illégitime existe et persistera.

Nous ne devons jamais laisser le poids de cette combinaison mettre en danger nos libertés et nos processus démocratiques.

Nous ne devrions jamais rien prendre pour argent comptant.

Seule une communauté de citoyens prompts à la réaction et bien informés pourra imposer un véritable entrelacement de l'énorme machinerie industrielle et militaire de la défense avec nos méthodes et nos buts pacifiques, de telle sorte que sécurité et liberté puissent prospérer ensemble. »

 

 Un exemple actuel, tout récent : le Trésor des USA vient de constater que 500 millions de dollars, d’un budget destiné à financer l’entrainement et l’armement d’une milice, avaient tout simplement disparus… A peine une dizaine de combattants ont pu être retrouvés. Le reste, avec armes et bagages s’est volatilisé. Les intermédiaires divers ayant pompé, le long du circuit de financement, l’essentiel. Une enquête est en cours... Les complicités étant innombrables.

 

vii)  Alimenter, exacerber, l’islamophobie des opinions publiques occidentales, pour incruster un fanatisme analogue à celui des Croisades prétendant "Libérer le Tombeau du Christ" dix siècles auparavant. Les services d’action psychologique de nos Etats organisant, créant, scénarios et rhétoriques, pour mettre en scène les pires actes criminels que la perversité humaine soit capable d’engendrer.
 

Justifiant ainsi, par ce constant lavage de cerveaux imbibés d’horreurs attribuées à la religion musulmane,  les colossales dévastations, destructions et tueries, extorsions et vols, que nos pays commettent dans cette région depuis la fin de la première guerre mondiale ; suite au partage des dépouilles de l’Empire Ottoman, entre les grandes puissances de l’époque dont la France, par les Traités de Sèvres du 10 août 1920 et de Lausanne du 24 juillet 1923.

 

A cette propagande s’ajoute, à présent, une intensification de l’hystérie russophobe. Cette couche supplémentaire dans le délire paranoïaque étant la conséquence de l’apparition musclée de l’Ours Russe dans la région, défiant l’hégémonie d’un Empire décadent…

Syrie : Panique Chez Les Egorgeurs de l'OTAN...
Repost 1
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 12:00

 

 

 

« Quand, dans ce grand organisme qu'est l'espèce humaine, chaque groupe humain qui participe à sa constitution comprendra-t-il qu'il ne peut avoir qu'un seul but, la survie de l'ensemble et non l'établissement de sa dominance sur les autres ?

Aucun d'eux n'est représentatif à lui seul de l'espèce et ne détient à lui seul la vérité. »

Henri Laborit (1)

 

 

 

 

Enfin, se dit-on, cet  accord sur "le nucléaire iranien" est conclu !...

Accord Nucléaire Iranien : Le Reflux…

Procès en sorcellerie, ou procès d’intention, on ne savait plus comment qualifier ces négociations traînant depuis des années, serpent de mer ou escargot, déambulant, disparaissant, resurgissant, à petits pas, entre Suisse et Autriche : Genève, Lausanne, Vienne…

.

A n’en plus finir…

"Victoire diplomatique" ?... Dont le mérite serait à partager entre l’Iran et les grandes puissances ?...

 

Langue de bois.

 

Plus lucidement, je dirais : "victoire du bon sens". Parvenir à un accord dans un contexte de tensions armées et belliqueuses, même mal ficelé, débordant d’ambigüités, étant préférable à "pas d’accord du tout". (2)

 

L’essentiel de toute façon réside, tout comme pour une Loi, dans "l’esprit" d’un texte plutôt que dans sa "lettre"…

 

Comme les contrats commerciaux, traités, ou  accords, estampillés "diplomatiques" ou pas, ne valent que ceux qui les signent. Souvenons-nous des propos attribués au chancelier allemand Bethmann Hollweg, sous Guillaume II, à propos du traité de neutralité de la Belgique signé par les puissances européennes. Le considérant avec le plus complet mépris, alors que son pays en était signataire, et même un des "garants" statutaires : un « chiffon de papier ». Menant droit à la première guerre mondiale…

 

Le point focal d’une analyse sur le résultat de ces négociations doit porter, avant tout, sur "l’esprit" de l’accord signé.  A partir de là, la ligne prospective apparaît immédiatement.

 

Au départ, tout le monde savait que l’Iran n’était pas intéressé par l’arme nucléaire, et avait, en conséquence, renoncé aux recherches sur les applications militaires de la recherche atomique. Des spécialistes du renseignement l’avaient confirmé depuis plusieurs années, dans plusieurs pays occidentaux.

 

Même à la CIA, où se trouvent d’authentiques spécialistes, qui ne sont jamais entendus évidemment. Seuls ceux au service de la propagande belliciste ayant droit d’accès à une audience politique ou publique. Parmi ces experts de la région, aussi honnêtes intellectuellement que courageux, figure Flynt Leverett, qui le rappelle encore cette semaine : l’Iran n’entretient ni programmes de recherches, ni investissements, en nucléaire militaire. (3)

 

"Senior analyst" à la CIA pendant plus d’une décennie, il a été un des conseillers (peu écouté…) du ministère des affaires étrangères pour le Moyen-Orient, puis "senior director" pour les affaires du Moyen-Orient au "National Security Council". Auteur d’un livre, non encore traduit en français, Going to Tehran: Why America Must Accept the Islamic Republic of Iran ("En route pour Téhéran : Pourquoi les Etats-Unis doivent accepter la République Islamique d’Iran"), professeur de Relations Internationales à Penn State (Pennsylvania State University), il est un des plus fervents partisans de l’établissement de relations pacifiques et prospères avec cette grande nation.

Accord Nucléaire Iranien : Le Reflux…

Inutile de revenir sur les mécanismes qui ont régi jusqu’à présent "l’iranophobie", véritable "croisade contre l’Iran", dans une propagande continue, hystérique, délirante, à l’échelle planétaire, avec des milliards de dollars. Tout a déjà été dit, démonté et démontré : les occidentaux n’ont jamais toléré le renversement populaire, en 1979, de leur polichinelle, au régime sanguinaire, le Shah d’Iran. (4)

 

Il est vrai qu’il présentait la grande qualité d’acheter, à la saoudienne ou à la qatari, des armements par milliards de dollars, laissant piller les ressources pétrolières et gazières de son pays, dans l’appauvrissement et la terreur de son peuple.

 

Ce n’était qu’un prétexte pour provoquer une guerre et une destruction de l’Iran. Raser ce pays, selon la méthode appliquée dans les pays de la région : Somalie, Irak, Afghanistan, Libye, Liban, Syrie, etc.

 

Mais, l’Iran ne présente pas la même configuration géopolitique, sociale et économique, que ces pays facilement pulvérisés dans la dévastation par les pays de l’OTAN. Les stratèges du chaos découvraient au fil du temps que l’Iran, malgré un embargo instauré dès la révolution de 1979, dont la férocité s’accentuait (la plupart des dispositifs occidentaux, en dehors de toutes décisions internationales approuvées par l’ONU) proportionnellement à sa surprenante capacité de résistance, était plus qu’une grande nation.

 

En pleine mutation, émergeait une grande puissance régionale. Héritière des glorieux empires et espaces Perses, carrefour historique entre Moyen-Orient et Asie Centrale, aux fabuleuses ressources naturelles et perspectives de développement.

 

Plus de trois fois la France en superficie, aux colossales richesses énergétiques et minières, sa population a bondi de 53 millions d’habitants en 1988, fin de la terrible "guerre imposée" (1980-1988) – pour reprendre le qualificatif des Iraniens - par les occidentaux via l’Irak de Saddam Hussein, à 80 millions en 2015 (5). En route, pour les 100 millions…

 

Le plus spectaculaire est le haut niveau d’éducation de sa jeunesse et de son encadrement en général, un des taux les plus élevés dans le monde. Notamment, dans l’enseignement supérieur où - les médias occidentaux ne le mentionneront jamais - les femmes sont plus nombreuses que les hommes. Tout particulièrement dans les domaines scientifiques.

 

La remarquable équipe de négociateurs iraniens est un exemple de compétence et de dignité, face à laquelle nos diplomates européens et américains, aussi incultes qu’arrogants, faisaient figure de minables. Les français en premier lieu, avec notre lamentable ministre des affaires étrangères Fabius, emblématique de stupidité… Déchéance de notre diplomatie

 

Paramètre fondamental, pour comprendre le vecteur principal des négociateurs Iraniens, l’objectif prioritaire du gouvernement est l’investissement dans l’enseignement et la recherche scientifique, garant de l’indépendance et de la souveraineté du pays : économique et militaire. Expliquant ainsi que l’Iran soit le pays le plus à la pointe dans la région : outre ses spectaculaires réalisations, et même exploits, ses publications scientifiques de grande qualité (occultées en Occident), par rapport au nombre de ses étudiants et chercheurs, témoignent d’une éminente vitalité. (6)

On comprend mieux, dans les négociations sur le nucléaire, l’inflexibilité des Iraniens pour résister à la volonté des occidentaux de lui interdire le domaine "atomique" (aérospatial et balistique, aussi), afin de le réduire au niveau de pays sous-développé en termes de recherche, d'enseignement et de culture. Le fait que le droit à cette recherche ait été reconnu à l’Iran, dans le cadre de cet accord - façon d’admettre au passage sa pleine souveraineté - représente une grande victoire sur la "mentalité coloniale" de l’Occident.

 

Conséquence, ou prise en compte du principe de réalité : l’embargo est un échec. Obsolescence d’une arme longtemps en usage dans la prédation coloniale. Malgré ses impacts, ou ses nuisances, sur le commerce extérieur de l’Iran, son économie, sa croissance, sa richesse nationale, n’ont cessé de poursuivre leur ascension. A la surprise du FMI, lui-même…

 

Structurant, rationalisant, modernisant, ses systèmes de gestion grâce à la mise en place d’une « économie de résistance » orientée prioritairement sur le "hors gaz & pétrole", le pays se trouve doté, à présent, d’une industrie diversifiée. Certains gisements de croissance étant encore quasiment inexploités. (7)

 

Non seulement, avec de grands groupes industriels et financiers locaux qui investissent jusqu'en Chine mais, encore plus important, suivant un "modèle à l’allemande", avec un maillage de PME-PMI animé par des entrepreneurs et des créateurs d’entreprises d’une impressionnante réactivité.

 

Paradoxe : dans un rythme accéléré, ne cesse de s’enraciner, s’élargir, s’étendre, ce qui disparaît dans nos pays d’Amérique du nord et d’Europe, débordante d'énergie : une moyenne bourgeoisie…

 

A l’opposé de l’effet recherché par l’Occident. Evidemment, certains enragent…

Accord Nucléaire Iranien : Le Reflux…

Quelle suite à cet accord ?...

 

Résumons-la en deux rapports de force, avec leur interaction.

 

L’un agressif, celui des pays de l’OTAN poursuivant une illusion hégémonique, unipolaire et délirante ; l’autre défensif, celui de l’Iran et de ses principaux partenaires, Russie et Chine, édifiant patiemment, méthodiquement, un monde multipolaire  :

i)   Un déchaînement, dans la diabolisation d’une propagande alimentée en milliards de dollars, des milieux de la prédation coloniale, américains et européens, avec leur "direction régionale" pour le Moyen-Orient et l'Afrique du nord, située en Palestine, qu’est l’entité sioniste.
 

Ceux qui ne se satisfont que de destructions et de morts, pour mieux assurer leur pillage avec leur enrichissement personnel aussi fulgurant que facile : marchands de canons, groupes spéculateurs aux activités spoliatrices dans les secteurs de l’énergie et des mines, charognards spécialisés en privatisations bradées dans la corruption, etc.
 

Pour eux, seule issue admissible : la destruction du potentiel de résistance de l’Iran, son pillage et son asservissement.

 

Dans cette logique, tout sera mis en œuvre pour saboter cet accord.

 

Au-delà des gesticulations frénétiques du Congrès des USA se croyant maître du monde, suivant plusieurs méthodes et tactiques déjà rodées, ou testées, contre l'Iran. Seule différence, elles vont être amplifiées à grande échelle, avec de très, très, gros moyens.

 

Suivant plusieurs cas de figures, combinées ou pas selon les circonstances :

 

=>  Attaques surprises, directes à la Yougoslave, sans mandat de l’ONU (prétextant la non application des clauses de l’accord signé…), ou via des "proxies" ; c’est-à-dire des Etats de la région. Exemple actuel de l’Arabie saoudite qui intervient militairement au Yémen.

=>  Financement et encadrement de "mouvements autonomistes", fabriqués de toutes pièces, pour déstabiliser le pays, dans ses provinces/frontières Est et Ouest (Azerbaïdjan, Kurdistan, Baloutchistan, "iraniens", etc.).

=>  Financement et encadrement d’agitateurs pour provoquer des pseudos "révolutions colorés" ("apporter la démocratie" et blablabla…) afin de mettre au pouvoir des politiciens corrompus, comme ce que vient de connaître récemment l’Ukraine.

=>  Guérilla informatique et cybernétique, aux virus difficilement détectables, pour saboter réseaux électriques, réseaux ferroviaires, grandes industries, aéroports et terminaux portuaires, radars et sécurité aérienne, etc.

=>  Multiplication des attentats et bombes, par des services spéciaux, dans les édifices religieux et centres de pèlerinage (nombreux en Iran), pour provoquer des tensions confessionnelles et ethniques, comme en Irak ou en Syrie.

=>  Assassinats de responsables portant des valeurs d'indépendance ou de fierté nationales, opposés à toute servitude coloniale : "managers" d'entreprises privées ou publiques, scientifiques, artistes ou écrivains, etc. Suivant les pratiques occidentales en usage en Irak, Syrie, Libye, Palestine, etc.

 

 

ii)   Evidemment, l’Iran est prêt à toutes ces éventualités, après avoir minutieusement décortiqué, analysé, les modes opératoires, sur fond de destructions et de massacres quotidiens, des pays de l’OTAN dans la région. Il sait que l'Occident envisage de lui réserver, au minimum, le sort chaotique du Pakistan, avec guerre civile larvée dans les affrontements religieux et ethniques...

 

Accord Nucléaire Iranien : Le Reflux…

Le Chef de l’Etat, Ali Khamenei, vient de le rappeler au gouvernement dans ses félicitations à l’égard de l’équipe de négociateurs qui a brillamment représenté le pays lors des négociations :

.

"Certains Etats signataires de l’accord ne sont pas dignes de confiance" - "cannot be trusted", en anglais. (8)

C’est clair. C’est, chirurgicalement, mettre en lumière "l’esprit" de cet accord. C’est, aussi, rappeler les orientations politiques et stratégiques du pays.

 

Cet "accord" représente, ne l’oublions pas, une bataille que viennent de perdre les occidentaux.  Face à l’Iran et sa talentueuse équipe de négociateurs, certes.

 

Mais, aussi, face à la constante pression de la Russie et de la Chine envers le bloc de l’OTAN à la table des négociations : en tant que membres du Conseil de Sécurité de l’ONU, ils ne pouvaient plus décemment cautionner une interminable mascarade. Etant exclu que l’Iran, ayant démontré sa bonne foi depuis des années, abandonne sa souveraineté nationale pour se transformer en colonie à la botte des occidentaux, sous des prétextes infondés relevant du procès d’intention et non d’une réalité évidente ou objective.

 

Ce recul de l’Occident n’est qu’apparent. Pathologiquement sclérosé dans son délire de suprématie mégalomaniaque, il ne peut tolérer la contestation de son hégémonie par d’autres pays. La lutte va donc se poursuivre, implacablement.  

 

Il suffit de quelques coups d’épingle pour faire sauter le vernis de cet "accord sur le nucléaire iranien". Pour y découvrir sa véritable substance : une pause, dans un affrontement mortel.

S’il y a "choc de civilisations", il est bien là.

 

Non pas le "choc de civilisations" fantasmé par idéologues, politiciens, médias, confits de racisme et de bêtise. Mais, celui plus souterrainement réel, tel une tectonique des plaques, fantastique collision entre deux projets d’humanité totalement irréconciliables : les prédateurs voulant asservir peuples et nations, et les résistants déterminés à combattre cette volonté de puissance. Entre un monde unipolaire et un monde multipolaire.

L’Iran, formidable de résilience, se trouve en contact frontal avec le délire hégémonique occidental. Imperturbable, pratiquant la politique de "la caravane qui passe", son intégration dans le clan multipolaire ne cesse de s’accélérer au cœur du pôle de développement le plus actif de la planète : entre Europe et Asie Centrale. Incessamment, membre des imposantes organisations transnationales naissantes : Marché Eurasiatique, SCO, BRICS…

 

Sa prospérité ne va que se consolider. Pays non endetté, possédant des avoirs gelés par les occidentaux depuis des années dont le montant est estimé à plus de 100 milliards de dollars, récupérables début 2016. Il ne peut être que confiant pour l’avenir…

Ses ultramodernes et redoutables forces armées, adossées à une puissante industrie d’armement totalement autonome, se prépare à toutes les formes d’agression. Multipliant les accords de coopération militaire avec la Russie et la Chine, qui ont fait comprendre aux occidentaux que toute attaque nucléaire contre l’Iran ne serait pas admise…

 

C’est assister à une rapide et inéluctable évolution. Historique et géopolitique.

 

Du "point d’inflexion d’une hégémonie" de l’oligarchie de l’Occident, symptôme du coup d’arrêt à sa politique de prédation, au déclenchement de l’inexorable reflux de sa prépondérance mortifère et spoliatrice dans la région.

Le commencement de la fin de son délire…

 

 

 

 

 

 

 

1.  Henri Laborit, Eloge de la fuite, Collection Folio Essais – Gallimard, 1976, p. 73. Téléchargeable gratuitement.

2.   Le texte de l’accord, de 159 pages avec ses annexes, intitulé " Joint Comprehensive Plan of Action – Vienna – July 2015 ", est disponible en anglais sur le Web. Via le journal latino-américain "El Tiempo", par exemple :
http://www.eltiempo.com/contenido/mundo/medio-oriente/ARCHIVO/ARCHIVO-16091855-0.pdf
Notons qu’aucun média français, à ce jour, n’a été en mesure d’afficher un lien avec l’original du texte… Des nuls.

3.   http://www.democracynow.org/2015/7/14/could_historic_iran_nuclear_deal_transform

4.  Activez le lien, ci-après, sur le musée de Téhéran (Ebrat Museum) consacré à la police secrète du régime du Shah, hallucinante de sadisme et de sauvagerie, formée et encadrée par des spécialistes occidentaux : la SAVAK. Un univers de cauchemars...
http://www.payvand.com/news/12/feb/1092.html

5.  Sources statistiques : http://www.countrymeters.info/fr/Iran/

6.  Exemple : les magistrales recherches et découvertes iraniennes dans les nanotechnologies.

7.  Exemple : le secteur du tourisme en plein boom, avec une croissance attendue de près de 7% en 2015. Le patrimoine historique, architectural, la beauté des paysages, la variété de sa succulente gastronomie, et la gentillesse des habitants, attirent de forts contingents de touristes des pays de l’Est et d’Asie. L’Iran cible 20 millions de touristes en 2025 (hypothèse basse…).

8.   Some P5+1 members cannot be trusted : Ayatollah Khamenei, Press TV, mercredi 15 juillet 2014,
http://www.presstv.ir/Detail/2015/07/15/420422/Iran-Ayatollah-Khamenei-Rouhani-Nuclear-Conclusion-P51

 

Repost 0
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 14:22

 

 

 

Pour ceux qui s’intéressent au sort de la Syrie et de la région, mises à feu et à sang par des mercenaires et bandes d’assassins ramassés dans tous les bas-fonds d’Europe et d’ailleurs, armés, encadrés, par l’Occident et financés par les monarchies du Golfe, la conférence de la religieuse franco-libanaise Mère Agnès-Mariam de La Croix tenue à Paris le 7 juillet dernier est incontournable.

Mère Agnès-Mariam de La Croix, de l’ordre des carmélites, est la supérieure, depuis 1993, du monastère de Saint-Jacques le Mutilé, à Qara, dans le diocèse d’Homs, en Syrie. Au cœur des combats, des bombardements et des horreurs.

 

Monastère qu’elle avait trouvé en ruine et, avec une ténacité hors du commun, à qui elle avait redonné vie. Infatigable de dynamisme, elle a fondé une association, "La Maison d’Antioche", pour préserver l’exceptionnel patrimoine de l’Eglise d’Antioche. A présent bombardé par des « rebelles » porteurs de "démocratie", au dire des médias occidentaux…

 

Grande voyageuse, maîtrisant plusieurs langues dont l’hébreu et le syriaque, elle ne cesse de lutter, aux côtés des musulmans, pour la paix et l’arrêt des massacres. Dès le début des troubles en Syrie, elle a été une des premières "autorités morales" à lutter contre la propagande des pays de l’OTAN ayant pour finalité de susciter la guerre civile en Syrie, sur fond d'affrontements religieux, artificiellement  créés, entre chrétiens et musulmans.

 

Entretenir le chaos permettant de détruire toutes les infrastructures du pays, spolier son pétrole, piller son patrimoine historique - un des plus riches du monde, multiplier les assassinats "ciblés" éradiquant tout son encadrement, et empêcher la scolarisation des jeunes générations. On le sait, l’objectif étant d’empêcher le développement de la Syrie comme celui de l’ensemble de la région.

Avec courage, elle parcourt le monde pour dénoncer la désinformation entretenue dans les médias aux mains de l’Occident, et l'implication des puissances étrangères dans la destruction de la Syrie et des pays voisins. Bien sûr, jamais invitée par les grands médias, tant son discours dérange scénarios, rhétoriques et mensonges des grandes puissances.

 

Sa conférence intitulée "Remodelage du Moyen-Orient : Présent et Avenir des Chrétiens d’Orient", est un témoignage percutant contre le bourrage de crânes qui nous est imposé. Même si on peut rester sur sa faim quant à l’analyse profonde des causes de la volonté occidentale de ce "remodelage", la vision dantesque qu’elle nous apporte, de ces carnages, pillages et abjections, ne peut susciter, outre l’émotion, qu’un profond dégoût envers nos politiciens et nos médias. Tout particulièrement, en France.

 

Tous aussi pourris les uns que les autres…

 

Sa déconstruction méthodique, implacable, du discours dominant, ses preuves de la collusion de nos pays (stupéfiantes photos d'un des leaders de l'extrême-droite américaine, John McCain, en conférence avec le futur "calife" !…), en premier lieu de nos services secrets et « d’action psychologique », sont imparables. En effet, via leurs services secrets les principaux pays de l’OTAN et assimilés (USA, UK, RFA, France, Israël, etc.) soutiennent, chacun, leurs armées privées.

 

Vieille pratique internationale, déjà mise en œuvre lors du pillage de la Chine pendant plus d’un siècle (1840-1940) par les pays occidentaux. A l’époque, chacun soutenant, armant, finançant, gérant - quitte à l’abandonner selon les intérêts du moment - son propre « chef de guerre » et sa milice…

 

Ecoutez cette voix du courage, de la compassion et de l’honnêteté…

C’est si rare…

 

 

 

 

.

Repost 1
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 19:45

 

 

 

« Que faire devant une telle situation qui caractérise un Occident désemparé ayant égaré la clé de fonctionnement d’un système économique où c’est l’offre qui crée la demande et où le renouvellement de l’offre est la raison d’être de l’acte d’entreprendre ? »

Francis Mer   (1)

 

 

.

Code du Travail : Cauchemar des Esclavagistes...

« Austérité … Sacrifices …. Austérité … Sacrifices … »

Nos oligarques en hoquettent du matin au soir. Leur domesticité, castes politiciennes professionnelles et médias, tambours et trompettes au vent, relayant sans relâche l’incantation du dogme.

.

Non pas pour l’appliquer à eux-mêmes, mais pour exiger du peuple « d’en bas » son asservissement dans l'acceptation de son statut légitime de servage.

Car eux, membres de la caste supérieure imbibés du "génie d'entreprendre" et de "comprendre", peuvent tout se permettre. A commencer par la jouissance du privilège de ne pas appliquer ce qu’ils dictent à leurs concitoyens.

 

Comme vient de le démontrer, dans une extraordinaire arrogance et violence symbolique, le "premier ministre socialiste" de la France mobilisant un avion de l’Etat pour assister à un match de foot à Berlin, escorté de ses deux fistons. Invité par on ne sait plus quel marmiton d’une fédération européenne de ce "sport-business", copie conforme en dépit des siècles du système de gouvernement anesthésiant que les "élites" Romaines dénommaient cyniquement "Du Pain et des Jeux", croulant sous les scandales des superprofits, de la corruption et de la gabegie…

 

Premier ministre "socialiste" ?... Il est vrai que ce triste sire nous a habitués à tellement de retournements de veste et autres pantalonnades…

 

En fait, parfaite illustration, aboutissement, des dérives du capitalisme sauvage, de plus d’un siècle, dans une évolution irréversible vers son implosion.

 

Evolution aveuglément imposée à nos sociétés par un personnel politique, seconds couteaux grassement rémunérés par l’oligarchie, chargé de l’habillage rhétorique et législatif de la spoliation de la majorité de leurs citoyens, dans un simulacre démocratique. Système de gestion de l’Etat au service de ce que les peuples, dans nos sociétés dites "occidentales", dénoncent sous l’appellation des "1 %".

 

Les "99 %" restant devant se satisfaire de la précarité, de la paupérisation continue, de la disparition inéluctable du droit à la santé et à une éducation de qualité. De l’érosion permanente de leurs droits, normalement et moralement, imprescriptibles à une retraite décente, juste répartition de la richesse nationale accumulée grâce au travail de toute une vie.

 

Le coup de force le plus redoutable, implacable, mis en œuvre actuellement par nos oligarques, a pour cible la législation assurant la protection des salariés et employés. Notamment à l’égard des grands groupes, face à l’arbitraire des employeurs qui licencient à tour de bras après avoir engrangé de plantureux profits sur le dos à la fois des consommateurs (depuis la suppression du contrôle des prix – à titre d’exemple : agios et frais bancaires…) et, surtout, de leurs ressources humaines

 

Code du Travail : Cauchemar des Esclavagistes...

Les politiciens se bousculent donc, dans le zèle, pour dénoncer cette législation : Code du Travail, Droit du Travail, Tribunaux ou, plus précisément, Conseils des Prud’hommes, et autres protection de La Dignité Humaine.

 

Bête noire, obsession, cauchemar, des oligarques, qui ne souhaitent, dans leur modèle social, que réduire  leurs concitoyens vivant de leur travail et de leur compétence, en "matière première" (des théoriciens anglo-saxons qualifient Le Travail de "commodity" - "matière première" ou "marchandise", en français), taillables et corvéables à merci. Masse assimilable aux serfs d'antan qui n’avaient que le droit de se taire et de se contenter de ce que leurs employeurs, féodaux ou mafieux, voulaient bien leur accorder…

 

Obtenir, enfin, d'une façon claire, inopposable, la légitimité de licencier sans préavis, sur un simple SMS. Voilà la clé du progrès dont rêvent nos oligarques, esclavagistes "new look" drapés dans leur logorrhée des contraintes de productivité ou des nouvelles technologies de l'information et des télécommunications  !...

 

Le prétexte étant, évidemment, que "la protection sociale tuerait l’emploi"… Sans rire…

 

Toutefois, même chez les oligarques les plus représentatifs, certains réalisent que "trop c’est trop". Et, qu’exagérer dans la sauvagerie de la spoliation de la majorité d’une population pourrait à terme provoquer de sérieux retours de bâton. L’aveuglement, face à cette course effrénée "droit dans le mur", n’est pas partagé par tous ces "grands patrons".

 

Citons un des plus prestigieux d’entre eux, qui s’était illustré dans le difficile et tragique démantèlement de notre industrie de l’acier, prélude à la désindustrialisation accélérée de notre pays : Francis Mer.
 

Dans un court rapport (21 pages), intitulé "Nouvelle Entreprise et Valeur Humaine", il s’interroge sur cette dérive du Libéralisme Economique évoluant de plus en plus en Capitalisme Sauvage, doublé d’une régression atterrante de nos Libertés Publiques. Il pose des questions simples, mais fondamentales, sur le projet de société auquel nous souhaitons adhérer collectivement.

 

Comme celle-ci  (2)

« Faut-il rappeler qu’une entreprise « n’appartient pas » à ses actionnaires, qui sont seulement propriétaires d’un capital social qu’ils ont décidé de mettre à la disposition de l’entreprise en lui faisant confiance pour, si possible, faire prospérer cet argent par un retour de dividendes et une valorisation croissante ?

Faut-il rappeler que, sans son capital humain, une entreprise n’est rien, même si elle est « équipée » avec des fournisseurs et des clients ? »

 

Ou, sans renier le credo de La Mondialisation et les grands dogmes actuels, trouve le courage intellectuel d’évoquer  (3) :

« La mise en chantier d’une nouvelle gouvernance de l’entreprise pour mieux équilibrer les rôles que doivent y jouer les deux principales parties prenantes que sont la communauté de ses collaborateurs et les institutions financières lui faisant confiance pour accroître la valeur de leur mise paraît donc la voie raisonnable à suivre, en évitant les excès qui caractérisent actuellement un fonctionnement prédateur du système capitaliste et en créant les conditions permettant à ses outils que sont l’entreprise et le marché de fonctionner utilement au service de la communauté humaine. »

Code du Travail : Cauchemar des Esclavagistes...

"Timide" rappel à la raison, dira-t-on. Peut-être. Mais signe révélateur d’une prise de conscience salutaire. Parmi quelques membres éminents de notre nomenklatura, moins stupidement voraces que les autres. Comprenant que scier la branche sur laquelle elle est assise n’est pas un projet viable, même pour les privilégiés du système.

 

Plus pertinent, combatif et crédible, nous trouvons, en France, Gérard Filoche. Ancien inspecteur du travail, il est un des meilleurs spécialistes de la question pour avoir été un homme de terrain. L'exact opposé d'un cadre dirigeant confiné dans les bureaux de sièges sociaux, à la trajectoire ascensionnelle induite plus par les connivences de réseaux que par d’authentiques compétences…  

 

Il sait, le dit, le démontre, l’écrit, le rappelle, sans cesse, l’entreprise est :

« … un lieu d’exploitation où s’achète et se vend la force de travail. Sans salariés, une entreprise n’existe pas. C’est le salariat qui produit les richesses et n’en reçoit pas la part qu’il mérite. »

 

Evidemment, son travail, ponctué d’une remarquable action militante et de nombreux ouvrages, est systématiquement occulté, voire déformé, par les médias de la propagande aux mains des grands groupes financiers et industriels.

 

Je recommande, tout particulièrement, son dernier livre, paru en mars 2015, dans lequel il déconstruit méthodiquement les mécanismes de la désinformation ambiante sur le Code du Travail et la législation s’appliquant à la protection des salariés ou collaborateurs d’une entreprise (4) :

« Vive l’entreprise ?  - Le Code du Travail en danger »

 

Sa démonstration, remarquablement efficace, nous fait prendre conscience et nous incite, en tant que citoyen, à lutter contre les volontés, injonctions et mécanismes, de prédation que nos oligarques veulent nous faire admettre et imposer.

Nous ne pouvons pas accepter, en Hommes Libres, de vivre dans une société esclavagiste.

 

Au contraire, nous nous devons de leur faire comprendre que, loin d’être dupes, nous avons la lucidité d’un Thierry Pelletier, que je me plais toujours à citer :

 

"De toute façon, seuls les imbéciles et les porcs peuvent encore croire à la pérennité d’un tel monde".

 

 

 

 

 

 

 

 

1.   In "Nouvelle Entreprise et Valeur Humaine", p. 12, Avril 2015, téléchargeable : fondapol.org

Du 7 mai 2002 au 30 mars 2004, Francis Mer est membre du premier et du deuxième gouvernement de Jean-Pierre Raffarin, en tant que ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie.
Président d’honneur du groupe Safran, membre du Conseil de surveillance de la Fondation pour l’Innovation Politique.

2.   Op. Cit., P. 15.

3.   Op. Cit., P. 19.

4.   Gérard Filoche, « Vive l’entreprise ? – Le Code du Travail en danger », éditions Hugo & Cie., 192 pages, mars 2015.

 

 

 

Repost 0
17 mai 2015 7 17 /05 /mai /2015 17:00

 

 

 

« La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique.

Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment.

Oui, ils sont très durs les américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde.

C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort . »


François Mitterrand

( in Georges-Marc Benamou, Le dernier Mitterrand, 1997)

 

 

 

 

 

 

Paysage lunaire, bordé de vagues. Un port.

 

Gwadar...

 

Depuis la nuit des temps, vivotant de pêche et de cabotage.

 

Alexandre et ses troupes dit-on, dans leur frénésie de conquêtes y passèrent, épuisées, assoiffées ; la flotte du conquérant, sous le commandement de son amiral Néarque, y aurait fait escale pour procéder aux inévitables travaux de maintenance de sa flotte de 120 navires et au ravitaillement de ses 10.000 hommes...

 

Longtemps enclave, comptoir, du sultanat de Mascate et d'Oman siégeant sur la rive opposée ou la rive sud de la Mer d'Oman, ou Mer d'Arabie selon atlas et mappemondes. Reliquat de sa puissance maritime qui couvrait l'Océan Indien, de la côte ouest de l'Inde à celle de l'Afrique de l'est, jusqu'à Zanzibar. Avant de succomber sous la tutelle de l'implacable "empire britannique" en 1891.

 

Oman vendit le port de Gwadar au Pakistan, en 1958, qui l'intégra administrativement dans sa province du Baloutchistan le 1er Juillet 1977.

 

Aujourd'hui : 100.000 habitants, en prenant en compte les villages voisins. Demain...

 

C’est-à-dire à la fin de ce siècle : un des premiers, si ce n’est le premier, complexes portuaires du monde par son volume de containers, de flux énergétiques, de trafic ferroviaire et autoroutier.

 

Escale à Gwadar…

Colossal projet, symbolisant le gigantesque basculement géopolitique en cours.

 

Ce port réputé en "eaux profondes", protégé par une péninsule, à la sortie du Golfe Persique, capable d'accueillir les plus grands navires pétroliers, méthaniers et porte-containers de la planète, a été acheté en 2013 au Pakistan par la Chine, via la structure étatique qui gère ses ports hors du territoire chinois, la China Overseas Port Holdings Limited.

 

L'impact de ce spectaculaire investissement se mesure sur deux plans :

 

i)   La Chine sécurise ses approvisionnements et son commerce en raccourcissant ses routes maritimes

 

Environ 60 % de ses ressources en énergie proviennent du Golfe Persique et doivent accomplir un périple risqué de plus de 15.000 km pour atteindre la Chine continentale, essentiellement la région de Shanghaï. Sous la menace constante de la marine de guerre occidentale, et de ses auxiliaires locaux, en embuscade au large de ses côtes ou des détroits à franchir ; notamment celui de Malacca. De plus, les réexpéditions vers la Chine de l'ouest à partir du point d'arrivée de Shanghaï imposent un rallongement de 5.000 km dans le sens opposé par voie terrestre.

 

Pour contourner ces dangers, difficultés, lenteurs et surcoûts, une liaison directe avec la Chine de l'ouest, la province du Xinjiang (ou Sin-Kiang, suivant les transcriptions), est en rapide construction dans toutes ses variantes :

=> Pipelines et gazoducs

=> voie ferrée et autoroute Gwadar - Xinkiang

 

Avec les énormes moyens financiers de la Chine qui vient de signer avec le Pakistan, lors de la visite d'Etat du président Chinois le 20 avril 2015, le pacte du Corridor Economique, en abrégé le CPEC (China - Pakistan Economic Corridor).

 

Escale à Gwadar…

ii)  La restructuration de l'économie du Pakistan et le "boom" du développement de l'Asie centrale

 

Ce corridor de 3.000 km reliera le port de Gwadar, et de sa zone franche, à la ville chinoise de Kashgar, au Xinjiang. Conçu comme une "bretelle" de celui, autre gigantesque investissement en cours, portant sur la réactivation actuelle de la Route de la Soie reliant Chine et Russie au travers des richissimes, en ressources énergétiques et minières, pays d'Asie centrale, le budget programmé est à hauteur de 50 milliards d'euros sur 5 ans.

 

En support de ce projet s'ajoutent plus de 50 autres milliards d'euros d'investissements dans les infrastructures annexes : télécommunications (fibre optique, en particulier), énergies renouvelables, aéroport international de Gwadar, 1.500 km d'autoroutes de montagne dans le nord du Pakistan (projet Karakorum), sans oublier le volet "éducation-formation-santé", etc. Et, ce ne sont là que les premiers jalons d'une longue suite de programmes...

 

A terme le Pakistan, englué dans une guerre civile larvée où s'affrontent en coulisses des oligarchies aux intérêts opposés, va retrouver le chemin du développement, et inéluctablement celui de la véritable indépendance et de la paix, grâce à cet apport massif d'investissements générateurs, d'après les premières estimations, de plus de 2 millions d'emplois qualifiés.

 

Notons que les occidentaux, crispés sur la "stratégie du chaos" imposée par l'extrême-droite américaine, loin de s'associer à ces projets qui pourraient être grandement profitables à leurs propres entreprises, grandes et petites, font tout, n'hésitant pas à recourir à l'hyperviolence la plus abjecte, pour saboter ces volontés, perspectives et programmes de développement...

 

Leurs "services spéciaux" (principalement : US, britanniques, israéliens et saoudiens) multipliant méthodiquement comme en Syrie, en Irak ou ailleurs (diviser pour régner...), sur fond de corruption, les attentats entre "communautés religieuses" (sunnites, shiites, chrétiennes, etc.) pour attiser les conflits et retarder le plus possible la croissance économique, et ses retombées positives pour les populations locales, du Pakistan et de sa région.

 

A ces "conflits religieux", sont rajoutés les "conflits ethniques", via de multiples mouvements autonomistes poussant comme des champignons. Plantureusement financés par l'Occident. La plupart articulés sur les trafiquants de drogue, seigneurs de guerre locaux et mafias diverses. Et, bien sûr, encensés par notre appareil de propagande, tous médias confondus, comme étant d'authentiques mouvements de "libération démocratique"...

 

Ainsi, ceux fomentés au Xinjiang étant étrangement similaires à ceux de la province du Baloutchistan où se trouve le port de Gwadar, à 120 km de l'Iran. Des mouvements terroristes transfrontaliers étant encadrés et puissamment soutenus par les occidentaux pour provoquer aussi des attentats dans le Baloutchistan Iranien voisin...

 

La France, dans tout ça ?...  Absente. Loin de ces fabuleux projets de développement, d'investissement, de croisssance et de prospérité, partagés avec tout un continent.

Nos diplomates sclérosés, nos badernes galonnées, nos médias putassiers, petit doigt sur la couture du pantalon de la servilité, la bedaine gonflée d'autosatisfaction d'avoir vendu 24 avions de guerre au Qatar (dont l'essentiel de la production, de la main-d'oeuvre, de la valeur ajoutée et de la marge bénéficiaire, est domicilié hors de notre pays...), après avoir donné des leçons de démocratie à la Russie en refusant de lui vendre des navires porte-hélicoptères Mistral...

 

Regardant le train de la réalité économique passer à toute vitesse sous les yeux, frétillant de béatitude pour avoir participé "en tant qu'invité d'honneur" au "conseil de gouvernement" de pétromonarchies aussi tyranniques qu'éphémères…

 

Emportées qu'elles seront par le vent de l'Histoire, créations artificielles issues du démembrement de l'Empire Ottoman, effacées par une bourrasque venue du désert dont elles ne sont qu'un décor de carton-pâte.

 

 

 

 

 

 


 

 

 



 

Repost 0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 07:02

 

 

 

 

Pause Zen  :  Vers Souvarov...

 

 

 

 

Repost 0
Published by Georges Stanechy - dans Cartes Postales
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 14:00

 

 

 

 

 

Rhétorique Totalitaire : Le "Complotisme"…

" L'impuissance des foules à raisonner juste les empêche d'avoir aucune trace d'esprit critique,

c'est-à-dire,

d'être aptes à discerner la vérité de l'erreur,

à porter un jugement précis sur quoi que ce soit.
...
Les jugements que les foules acceptent ne so
nt que des jugements imposés

et jamais des jugements discutés."

...

Gustave Le Bon

.

Psychologie des Foules (1)

 

 

 

Nuage de sauterelles...

 

Pullulant, les Torquemada s'abattent à nouveau sur notre pays.

 

Dans la foulée de la colossale instrumentalisation des récents attentats de Paris, engendrée par notre nomenklatura et son Industrie Médiatique de la Désinformation (IMD), rongeant nos cerveaux et notre entendement, s'installe, s'incruste : l'Inquisition.

 

Des Evangiles à la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen

Evolution notable, évidente, depuis le Moyen Age : la modernisation des méthodes et moyens.

Ce ne sont plus robes noires de bure des lugubres prescripteurs de "la pensée unique" de l'époque, entourés de leurs écorcheurs, bourreaux et scribes. Progrès de la modernité, entre autres innovations, de nos jours la profession d'inquisiteur s'est grandement féminisée, drapée en maquillages et escarpins...

 

Mais, l'esprit reste le même.

Ton accusateur, culpabilisateur, soupçonneux et menaçant, identique. Avec sa liste de "blasphèmes", de procès en "hérésie". Pourchassant frénétiquement, pour les éradiquer dans l'intimidation, la persécution, la peur : nos "péchés". Non seulement, d'action, mais aussi d'intention et d'omission.

 

Contexte historique différent, même finalité : étouffer en l'Etre Humain, la capacité de penser, de discuter, d'échanger, d'exercer sa liberté d'opinion et de conscience.

 

Hier, justifiant ces pratiques inquisitoriales en brandissant "Les Evangiles". "Revisités", dans l'inversion cynique de l'enseignement de Jésus. Son " Aime ton prochain comme toi-même ", travesti en " Je te torture et brûle en place publique pour que tu l'aimes véritablement "...

 

Aujourd'hui, c'est la "Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen" que les fanatiques agitent en permanence sous notre nez pour, à l'opposé de la volonté et des combats de ses rédacteurs, encore plus fortement étrangler nos Libertés Publiques.

 

A commencer par La Liberté d'Expression...

Réactivant les manœuvres de diabolisation, avec la panoplie des harcèlements, humiliations, répressions et envois aux bûchers sur la place publique, à présent "médiatique", à l'encontre de ceux qui ne suivent pas la doctrine, la "vérité", le "credo", de la "religion étatique" qu'ils instaurent par la force. Celle prêchée, en permanence, par ce nouveau clergé qu'est notre parti unique aux deux casquettes alternantes, "droite" et "gauche".

 

Un exemple de ces Torquemada qui infestent notre République, avec la prétention d’y asphyxier nos Libertés : cette courte  vidéo, vue près de 400.000 fois sur Youtube. Regardez-là, si vous ne l’avez déjà visionnée, avant qu’elle ne soit censurée…


Pour y entendre et voir, Nathalie Saint-Cricq, "Responsable du Service Politique" (depuis juin 2012) de notre principale chaîne de TV publique, France 2, proclamer à la télévision, dans un langage digne des vétérans les plus aguerris des services spéciaux d’action psychologique :
«  Il faut repérer et traiter ceux qui ne sont pas " Charlie " » ….

 

"Repérer"… Et, "traiter"…

 

 

Surveiller et Punir

Déclaration d’un incroyable cynisme, d’une violence symbolique assumée dans l’impunité. D’une arrogance tranquille ouvrant les portes, à défaut de celles de l’Enfer, du : Totalitarisme.

 

"Repérer" et "Traiter", ces deux mots terrifiants quand on sait qu’ils s’appliquent à des êtres humains, font immédiatement penser à un des ouvrages marquants de Michel Foucault, dont la première édition remonte à 1975, car synonymes de son titre (2) :
"Surveiller et Punir".

"Naissance de la Prison", en était le sous-titre. Mais, sa remarquable analyse portait au-delà de l’origine et de la gestion du système carcéral dans nos sociétés humaines.

 

Dépassant le simple constat des progrès incessants en ce domaine, entre le XVIe et le XIXe siècle. Tout spécialement, dans la mise au point des méthodes pour rendre les surveillés et les punis : "dociles" ou "résignés". Et, en même temps, "utiles" : masse salariale gratuite des "travaux forcés", ou énergie motrice des bateaux de guerre en méditerranée avec les galériens, etc. Pour ce qui est de la manifestation la plus visible et contraignante de cet univers de l'enfermement.

Cette modernisation aboutissant, dans son étape la plus récente, à la volonté de "réadaptation" des délinquants, des insoumis, des rebelles. D’où son instrumentalisation par les pouvoirs totalitaires et fascisants, trouvant son paroxysme dans l’édification des "sociétés de surveillance". Au sens de collectivités humaines. Où chacun se retrouve surveillé par le voisin ou le proche, s’autocensurant, se dénonçant, s’accusant mutuellement.

 

Pour en arriver à interner "récalcitrants" ou "opposants" dans des hôpitaux psychiatriques. La référence dans ces techniques de "traitement" étant le régime stalinien. Mais, il est loin d’être le seul. Nos paradis démocratiques n’étant nullement épargnés par cette pratique. La paille dans l’œil de l’autre, nous faisant oublier la poutre dans le nôtre…

 

Un exemple célèbre, mais étouffé dans nos livres d’histoire et de littérature : le sort de l’écrivain, poète, musicien, essayiste (3), Ezra Pound.

 

Enfermé pendant 13 ans, par les autorités américaines en 1945, dans un hôpital psychiatrique (St. Elizabeths Hospital) avant de l’autoriser à partir en Italie. Beaucoup de ses amis, dont Hemingway, contribuèrent à sa libération par leurs interventions. Il y resta jusqu’à sa mort en 1972, et l’on peut aller méditer sur La Liberté d’Expression face à sa tombe au cimetière San Michele à Venise, proche de celles de Diaghilev et Stravinsky.

 

Cette approche "médicalisée" du traitement des "insoumis", des "déviants politiques", est très vivace en ce début d’année 2015, dans notre pays.

 

Le présentateur d’une émission "sur la santé", diffusée par une de nos chaînes TV publiques, Michel Cymès, médecin de formation, la préconise pour Dieudonné !... S’érigeant à la fois en procureur et juge, dans une déclaration qui en a révulsé plus d’un, même parmi ceux qui ne partagent pas toutes les provocations de l’humoriste (4) :
"Dieudonné est un psychopathe, il faut l’hospitaliser"

Présomption d’innocence ?... Déontologie de la profession médicale ?...

Au diable ces principes, quand le moment est venu d’éradiquer Les Libertés Publiques par tous les moyens !... Ce Totalitarisme à marche forcée nous est imposé par tous les médias, réduits à n’être que des vecteurs d’abrutissement et de fanatisation, au service de la caste au pouvoir.

 

Implacable, répétitif, conditionnement, formatage, imposés par une immense campagne de propagande. Les appels au lynchage des "dissidents", réels ou supposés, se multipliant même sur des chaînes se déclarant "spécialistes de l’information". Jusqu’à faire appel à des acteurs et comédiens pour les prononcer.

 

Briser dans l’œuf toute "dissidence" !...

 

C’est ainsi que le 23 janvier dernier un acteur, Jacques Weber, se livrait à son tour au "lynchage médiatique" de Dieudonné. Qui incarne avec courage, depuis plusieurs mois, la "dissidence française" au Totalitarisme ambiant. Pitoyable prestation d'un comédien étalant sa veulerie, grossièrement cornaqué par la présentatrice du JT où il jouait l'histrion de service.

 

Ses accents de haine, d’une froide et impitoyable hystérie, rappelaient mentalités et pratiques du sauvage mouvement raciste américain le Ku Klux Klan, spécialisé dans la pendaison et le lynchage des "nègres" (niggers), comme ils surnommaient les afro-américains :

 

 

Délation et Déni

Tout le monde l’a compris. Dieudonné est devenu le bouc émissaire d’une oligarchie qui s’acharne sur lui pour faire peur au reste du troupeau. Nous tous. Leurs concitoyens...

 

Il nous est ordonné de ne pas penser, de ne pas nous exprimer. De nous taire. En langage imagé et familier, de nous : « écraser ». Nous soumettre à l’injonction d’accepter, "résignés" ou pas, la "Vérité" qui nous est « révélée » via tribunes et chaires de la propagande que sont les médias. Même si nous savons que ce ne sont que mensonges.

 

Remettre en cause ce système de pensée, d’organisation économique, sociale et culturelle, avec ses ramifications ou ses racines "diplomatiques", est devenu une "hérésie", provoquant les pires châtiments. Encore plus graves, pour les provocations humoristiques, insolences à la Gavroche, caricatures et mots à l'emporte-pièce, qui sortiraient des sentiers de la bien-pensance rigoureusement balisés par les inquisiteurs !...

 

Cette hérésie porte un nom : le "complotisme" !

 

i)  Tartuferie

 

Douter, penser, que ceux qui  nous gouvernent, en apparence ou dans les coulisses de la "politique-spectacle",  fomentent, organisent, participent à des complots, des arrangements, des dissimulations, pour tromper ceux et celles qui croient aux "élections démocratiques" organisées dans notre pays, dans l'intérêt souverain de notre pays ; autrement dit, les membres de notre collectivité, formant la Nation.

Inadmissible !...  Ils détiennent la « Vérité », et ne disent que la « Vérité ».

 

Toutefois, il arrive que parmi ces dispensateurs de La Bonne Parole, certains libèrent leur conscience en déchirant le rideau...

 

C'est le cas d'Arnaud Montebourg qui vient de quitter le gouvernement, et le monde politique par la même occasion. Il y occupait le poste prestigieux de ministre de l’économie. En claquant la porte. Excédé. Ne supportant plus ce milieu, sa courtisanerie, sa corruption, sa prostitution. Son incompétence, sauf dans l’art du mensonge.

 

C’est lui qui l’affirme publiquement en ce mois de janvier 2015, en politique (5) :
"Tout est déloyal, tout est mensonge… François Hollande ment tout le temps. Il ment tout le temps depuis le début".

Les Irakiens, dont le pays a été entièrement dévasté, avec plus d'un million de morts, des centaines de milliers de blessés, d'amputés, de brûlés, de traumatisés, sur fondement de "mensonges" organisés par nos gouvernements et nomenklaturas, en parleraient, certainement, beaucoup mieux...

 

Car, là réside le problème : comment admettre comme "vérité" ce qui n’est que "mensonge" ?...

 

Quand une fois élus, les politiciens professionnels n’appliquent que les consignes de leurs financiers et sponsors. En politique intérieure, économique et sociale, comme en politique étrangère. A l’encontre des intérêts de la majorité de la population, qui souhaite une prospérité partagée dans la Paix avec les autres nations.

 

D’où leur pratique du "déni" par rapport à leurs actes. Leur fureur, lorsque des citoyens se permettent de contester les orientations et mesures imposées. Quitte à les travestir entièrement. Jusqu’à  faire croire le contraire.

 

Ainsi, dans la campagne islamophobe hallucinante à laquelle nous assistons, en permanence, pour couvrir les exactions et prédations des pays européens au Moyen-Orient. Ils nieront la méticuleuse ingénierie de ce "Racisme d’Etat", pour reprendre un concept de Michel Foucault, dont on peut lire une remarquable déconstruction sur le site suisse de Guillaume Borel. (6)

 

Bétonnant, martelant, édifiant un véritable mur d’obscurantisme, avec leur Industrie de la Désinformation et leur appareil inquisitorial, un féroce "négationnisme". Décrétant, en France, en Europe :

« L’islamophobie n’existe pas ! » …

 

Celui qui pense le contraire, considéré en "déviationniste", "dissident", sera menacé, voire broyé.

Rhétorique Totalitaire : Le "Complotisme"…

Mais, "le déni", malgré l’impact de la propagande et de la désinformation, ne représente pas une mesure efficace dans une perspective à long terme. Le lavage de cerveaux, même récurrent, peut s’estomper, se dégrader, avec le temps. Pour toute nomenklatura vigilante dans un "Etat Totalitaire", l’implantation  d’une méthode plus drastique se révèle indispensable : formater, robotiser les cerveaux. Dès l’enfance.

 

D’où l’objectif prioritaire d’y  procéder au stade de l’école, de l’enseignement. Annihiler tout "esprit critique", en supprimant toute référence historique, toute considération de l’actualité, toute culture ouverte sur l’altérité, remettant en cause le "credo", la "Vérité", imposés par nos oligarchies ; la traque organisée, systématique, à tout réflexe de remise en cause de ce qui est annoncé, enseigné, par "l’Autorité".

 

Seuls réflexes et comportements admis dans les sociétés totalitaires : "soumission" et "culpabilité".


Ce que souhaitent "les inquisiteurs", au service des castes au pouvoir, de toutes les époques et de tous les régimes – démocratiques ou fascistes – c’est l’inhibition de la pensée, de la réflexion. Ne pas avoir à rendre de comptes à des "citoyens", mais conduire un troupeau de "veaux" dociles qui consomment et s'abrutissent, en ne pensant surtout pas à l’injustice de leur condition, ni à celle des autres peuples subissant le même sort.

 

L’obsession de toute oligarchie est, en effet, d’assassiner Socrate une deuxième fois.

 

N’avait-il pas eu le tort d’enseigner à la jeunesse l’elenchos, "l’Art de la Réfutation" ?...

 

"La Réfutation", étape essentielle dans l’apprentissage de la construction de toute réflexion, de toute pensée, de toute compréhension. Avant d’aborder la maïeutique et les recherches sur l’éthique. Pour Socrate,  il n’existait aucune vérité absolue ; en conséquence, il était fondamental de démonter "incohérences" et "contre-vérités" de tout ce qui relève de l’opinion ou des connaissances apprises.

La posture emblématique de notre ministre de l’éducation nationale, Najat Belkacem, démontre, dans toutes ses interventions médiatiques, cette pratique totalitaire sous des dehors aseptisés… Evidemment, au son mélodieux du violon des "Valeurs Républicaines & Laïques & Blablabla". Il faut « former, pour ne pas dire formater, les enseignants et les élèves » …

 

A quoi ?...

Aux vérités dispensées par "l’Autorité". Autrement dit, à éradiquer tout "esprit critique". Inhiber la contestation, la "réfutation". Sous la menace permanente de l’accusation de blasphème ou d’hérésie : le  "complotisme".

Ainsi, dans le cas des caricatures islamophobes : rien de plus naturel. Il s’agit du respect de la "laïcité", de la "liberté d’expression", et de l’acceptation de "la discussion critique". Passant soigneusement sous silence la violence des dessins islamophobes à connotations pornographiques. Normal dira-t-on : le délit « d’incitation à la haine religieuse » à l’encontre de l’Islam n’existe pas en France…

 

Pour ma part publier des caricatures, comme j’ai pu le constater dans le magasine en question, de musulmans en train de se masturber dans une tête de porc, ou de dignitaires religieux musulmans en train de sodomiser ou de se faire sodomiser, et autres postures obscènes, me semble un peu léger comme "discussion critique"…

 

Ses propos, son positionnement stratégique dans l’appareil de notre Etat, sont à examiner de près… Connue dans ses fonctions précédentes pour promouvoir dès la crèche l’enseignement de la "théorie du genre", notamment. Consistant, entre autres mesures, à imposer aux garçons de jouer à la poupée et aux filles de s'adonner aux courses de voitures…

 

De fait, importatrice zélée de toutes les théories des néoconservateurs US. Pour avoir été sélectionnée et endoctrinée dans le cadre des promotions annuelles des Young Leaders par leur  principale organisation de noyautage en France, la French-American Foundation. (7)

 

Cette puissante organisation est l'incubateur de tous les promoteurs de "l’atlantisme" et de l’alignement inconditionnel sur la politique de l’extrême-droite américaine, ouvrant la voie royale à toutes les hautes fonctions de la sphère politique, économique, médiatique, et autres sinécures de notre  nomenklatura.

 

Notons que ce programme a été dirigé, entre 1997 et 2001, par le puissant patron des services secrets américains John Negroponte, coiffant à la fois le FBI, la CIA et plus d’une dizaine d’agences spécialisées…

 

Najat Belkacem est membre de la promotion 2006. Notre président de la République, François Hollande, quant à lui, appartient à la promotion 1996, et notre actuel ministre de l’économie Emmanuel Macron (de 2008 à 2012, nommé "associé" en 2010, "banquier d'affaires" chez Rothschild & Cie) à celle de 2012…

 

La France ?... Une colonie américaine, dites-vous ?... Amen. Mais, qu'on cesse de vouloir nous faire prendre un grille-pain pour une imprimante laser !...


Amusons-nous à regarder et écouter dans cette vidéo la ministre de l'éducation nationale, sa rhétorique, dans une partie de ping-pong parfaitement synchronisée, relancée dans l’excitation haletante, théâtralement anxiogène, par le "journaliste-propagandiste" de service, agitant la menace de "la non intégration de l’Islam dans notre société"… :

ii)   Et … Avilissement

Comment ne pas éprouver de la compassion à l’égard de ces femmes d’origine maghrébine et musulmane, prêchant dans les écoles "la théorie du genre", ou autres idéologies de la défense des minorités dites "opprimées" - gays, lesbiens, transsexuels, etc. - et s’interdisant le moindre appel à la raison, ou à la mesure, pour au moins calmer l’islamophobie ambiante, cette « incitation à la haine religieuse » déguisée en "Liberté d’Expression" ?...

 

Rien. Pas un mot.

 

Pourtant, ces femmes politiques devraient du fait de leur double culture être le pont, le lien, apaisants entre deux mondes aux complémentarités et potentiels plus qu’évidents. Contribuant à cimenter notre société, dans la compréhension et le respect.

 

Témoins qu’elles sont, en permanence, de l’abus d’une opinion publique asphyxiée de propagande par les médias ; mettant systématiquement en scène sur un plateau radio-TV, comme "personnalité musulmane", "l’idiot utile". Ne sachant ni débattre, ni argumenter en public, face à des propagandistes retors dont c’est le métier. Genre le "clown-imam" médiatiquement patenté à la "Chalghoumi", incapable de formuler une phrase avec son sujet, son verbe et son complément…

 

Bien qu’il existe de véritables vocations et compétences musulmanes pour débattre ou rappeler les fondements de cette religion. On parle d’Islam "de France", alors pourquoi n’invite-t-on jamais le brillant Jean Abd-al-Wadoud Gouraud, entre autres exemples ?... Mais, ceux-là on ne les verra jamais dans les émissions "dites d’information"…

 

Gravir les escaliers des palais de la République exige-t-il pareil reniement ?...

 

Porter "La Laïcité" en écharpe, c’est bien. Encore faut-il se rappeler que cette composante essentielle du Contrat Social qui nous rend mutuellement solidaires pose, avant tout, l’obligation pour chacun de respecter "La Liberté de Conscience". Qui est le respect de toutes les religions ou croyances, y compris l’athéisme qui est une croyance, ou une transcendance, comme une autre.

Il ne s’agit pas de défendre une religion, mais notre Contrat Social qui n’a de pérennité que s’il fédère tous ses membres, les concitoyens, dans le respect mutuel des principes de notre république : Liberté, Egalité, Fraternité. Dès l’article 1 de son Titre Premier, la Loi du 9 décembre 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat, le spécifie avec force :
« La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes… »

 

Vouloir échafauder la construction artificielle d’une « union nationale », telle que s’y efforcent nos oligarchies, fondée sur le mépris, la persécution et le fanatisme raciste, à l’encontre d’une minorité de ses concitoyens à l’intérieur du pays, et de populations considérées en « êtres inférieurs » à l’extérieur, n’est ni plus ni moins que la construction d’un nouveau fascisme, assimilable en tous points, hormis godillots et chemises noires, au nazisme.
 

Mais, l’Histoire en est toute cabossée, rien de plus aveugle qu’une oligarchie, avec ses inquisiteurs et ses seconds couteaux. "Surveiller et Punir", "Repérer et Traiter", sont leurs seules capacités de réflexion et d’action.

 

S’employant à développer dans notre collectivité, pour renforcer leur emprise, la pathologie la plus abjecte de l’avilissement : "la délation". Cinq siècles avant notre ère, le stratège Chinois Sun Tzu la considérait, non sans ironie, comme la :
« … Divine manipulation des esprits. C’est la plus précieuse faculté des souverains… ».


Faire de notre proche, de notre partenaire, de notre voisin, de notre collègue de travail, de notre coéquipier de sport, les plus impitoyables inquisiteurs, espions, gardiens de notre prison intellectuelle ou mentale ; dans une « société de surveillance », telle que l’analysait Michel Foucault. A l’exemple des systèmes perfectionnés, à notre époque, du Maccarthysme aux USA ; ou du régime de Vichy dans notre pays.

 

Un des modèles du genre étant, le summum en ce domaine, le système implanté par la STASI dans l’ex-RDA :

« … La délation est une pratique qui sévit dès l'école primaire. Les enfants sont encouragés à dénoncer leurs parents si ceux-ci émettent des idées différentes de celles que la propagande relayée par le système scolaire leur inculque…
« … Gangrénant toute la société, personne n'étant plus à l'abri d'un parent ou d'un voisin malveillant… ».


En France, nous y arrivons

 

Le mouvement a été lancé en grande fanfare par nos médias, érigeant en héros l’élève d’un lycée, un centre de formation professionnelle pour être précis, pour avoir "dénoncé" un de ses professeurs, une femme, qui aurait tenu des propos "complotistes" (8) :

«  [L’élève] l’enregistre avec son téléphone portable au bout de quelques minutes. Ce qu’elle ignore. L’élève en retranscrit quelques extraits, que sa mère adresse dès le lendemain à l’établissement, avec une copie de la bande-son. »

 

Ce professeur vient d’être suspendu malgré ses démentis, d’après elle "la bande-son" ne serait qu'un grossier montage, dans l’attente d’une cascade de sanctions…

Les médias font leur métier : diffuser la peur, en s’acharnant sur un bouc émissaire, et encourager la délation. Espérons que la justice exerce le sien, dans la sérénité, et faisons-lui confiance…


 

En fait, ce qu’oligarchies, nomenklaturas, propagandistes et inquisiteurs, appellent "complotisme", n’est que l’exercice légitime du droit d’un citoyen à contester, à réfuter, à remettre en cause, ce qui pour lui ne repose sur aucun fait irréfutable, incontestable, authentique.

 

A cette occasion, comme Monsieur Jourdain dans le Bourgeois Gentilhomme de Molière, découvrant qu’il pratiquait la prose quand il parlait, nous découvrons que nous nous livrons, sans le savoir, au "complotisme", dès lors que nous souhaitons exercer notre raisonnement…

 

Mais, réjouissons-nous !

 

Face à cette horde de prédateurs fanatiques, voulant nous précipiter dans le gouffre du Totalitarisme, combien il est rassurant, de constater  chez la majorité d’entre nous, malgré intimidations et menaces, l’expression naturelle de "l’esprit critique", l’art instinctif de "la réfutation socratique" !...

Témoignage d’une vigoureuse "santé citoyenne".

 

 

 

 

 

1.  Gustave Le Bon, Psychologie des Foules (1895), Edition Félix Alcan, 9° édition, 1905, p. 42, téléchargeable gratuitement,
http://classiques.uqac.ca/classiques/le_bon_gustave/psychologie_des_foules_Alcan/Psycho_des_foules_alcan.pdf
2.  Michel Foucault, Surveiller et Punir, Collection Tel, Gallimard.
3.  Paradoxe pour un éminent poète, il a beaucoup écrit sur le domaine économique, notamment sa décapante critique du système financier international. Les curieux pourront lire avec intérêt : ABC of Economics, actuellement publié  sous le titre ABC of Reading, et Guide to Kulchur.
4.  Michel Cymès, "Dieudonné est un psychopathe, il faut l’hospitaliser", 20 janvier 2015,
http://www.dailymotion.com/video/x2f5nco_michel-cymes-dieudonne-est-un-psychopathe-il-faut-l-hospitaliser_news?start=17
5.  Jordan Grevet, Arnaud Montebourg dézingue la politique "Tout est déloyal, tout est mensonge", Closer, 16 janvier 2015,
http://www.closermag.fr/people/politique/arnaud-montebourg-dezingue-la-politique-tout-est-deloyal-tout-est-mensonge-456120
6.  Guillaume Borel, La construction de la menace "islamiste", 19 janvier 2015,
http://arretsurinfo.ch/la-construction-de-la-menace-islamiste/
7.  Benjamin Dormann, Washington sur Seine ? Ces ministres de François Hollande qui ont été formés par les américains, Atlantico, 22 mai 2012,
http://www.atlantico.fr/decryptage/gouvernement-hollande-formation-plus-atlantiste-qu-on-pourrait-croire-benjamin-dormann-366638.html
8.  Ariane Chemin, Bobigny : une enseignante mise à pied pour avoir tenu des propos
complotistes, Le Monde, 16 janvier 2015,
http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/01/16/bobigny-une-enseignante-mise-a-pied-pour-avoir-tenu-des-propos-complotistes_4557525_3224.html#xtor=AL-32280515

 

Montage des unes de "nos magasines d'information" :
http://www.acrimed.org/local/cache-vignettes/L480xH650/Unesislam-1ab88.jpg
Caricature  de Bernamej

 

Repost 0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 12:45

.

.

.

L'Ensauvagement de l'Europe...

« Au-dessus de l'État et derrière les façades du pouvoir apparent, dans le dédale des multiples services, sous-jacent à tous les déplacements d'autorité et dans le chaos de l'inefficacité, se trouve le noyau du pouvoir dans le pays : les services hyper-efficaces et hyper-compétents de la police secrète. »


Hannah Arendt


"Les Origines du Totalitarisme"

 

 

 

Tuerie à Charlie Hebdo…

Un carnage inadmissible. Abject.

 

Son instrumentalisation politicienne, de tous bords et d’une incommensurable hypocrisie, tout autant.

Evidence que les victimes et leurs familles, pour lesquelles on ne peut éprouver qu’une profonde compassion comme il se doit pour tous êtres humains massacrés, ne sont que des boucs émissaires broyés dans un monstrueux engrenage.

Elaboré dans les grottes d'Afghanistan ou du Yémen ?...

 

Sous l'égide d'un quelconque illuminé, ulcéré de trouver chez son marchand de journaux, au détour d'un chemin de montagne, un hebdomadaire de caricatures, dans une langue qu'il ne comprend pas ?...

 

Restons sérieux.

 

Plutôt, actionné par une cynique et implacable "Raison d’Etat", bras armé d'une idéologie qui, telle une toile d'araignée méticuleusement tissée, enserre à présent l'Europe entière. Espérant, sans illusions, que les "responsables" de la sécurité et de la défense de mon propre pays n'en soient pas les artisans complices ou les exécutants serviles.

 

 

Du Recueillement à la Réflexion

 

"Après le recueillement, il est nécessaire de passer à l’action !", déclare martialement un politicien, aux prétentions présidentielles françaises, très lié à l’extrême-droite US.

 

Cet imbécile, emblématique de notre oligarchie, saute, ou il lui manque, une "case" : "la réflexion" doit toujours précéder "l’action". Sinon, ce n’est que de "l’agitation", dissimulant dans ce cas de figure : "la préméditation", ou la "barbouzerie", échafaudées de longue date...

 

Car la question à été immédiatement posée par ceux, heureusement nombreux, en état de faire fonctionner leur esprit critique. Face à l'horreur, avec pour "final" de ce diabolique feu d'artifice de violences : le meurtre d'une policière et la prise en otage d'un supermarché ; "kasher", évidemment...

 

Récurrente interrogation, en France, comme à l’étranger. Chez les musulmans (1) comme chez les non musulmans (2). Même si, il ne faut pas s'en étonner, tout est mis en œuvre pour en étouffer le puissant écho :

« A qui profite le crime ?... »

C’est le titre même de l’article du journaliste d’investigation d’envergure internationale, Pepe Escobar - nous n’avons plus cette pointure dans notre IMD (Industrie Médiatique de la Désinformation) - publié par Asia Times (Hong Kong), dès le 8 janvier 2015 :
Who profits from killing Charlie ?

 

Mieux, ou pire, n’auraient pu être imaginés pour lancer une campagne islamophobe, d’un ahurissant paroxysme dans l'hystérie collective, parfaitement organisée. Démonstration d’une profonde maîtrise de la "Psychologie des Foules", pour reprendre le titre de l’ouvrage fondamental de Gustave Le Bon, publié en 1895… (3)


Savoir-faire conforté depuis par des décennies de pratiques ; élargi, intensifié, par la démultiplication des procédés, astuces, effets virtuels et caisses de résonances qu’offrent les nouvelles technologies, des télécommunications et de l’audiovisuel tout spécialement. (4)

 

A l’exemple, comme beaucoup l’ont remarqué, des soi-disant révolutions "colorées", en réalité "télécommandées"  : distribution le soir même de l’attentat des slogans et mots-clés, imprimés et visuels (projection des slogans sur les monuments et façades), T-shirts avec reprise des couleurs et slogans, lieux de rassemblement désignés à Paris et en Province via les réseaux sociaux, etc.

 

Ce "marketing de l'émotion", canalisant, instrumentalisant, "les affects de la foule", comme pour le lancement international d’un parfum ou d’une lessive, exige un long et minutieux travail en amont du "Jour J". Effervescence occultant, dans cette opération, une autre question. Collatérale, mais aussi forte qu'immédiate :

« Qui a commis le crime ?... »

 

Eléphants, rhinocéros et branquignols

 

Difficile d’y voir clair, tant storytelling et scénarios déversés par les médias sont, au-delà du tragique de l’évènement, foncièrement ridicules : commando  "cagoulé" le matin , déterminé, style "forces spéciales", entrant dans les locaux du journal comme dans un hall de gare, mais oubliant une carte d’identité dans le véhicule permettant une identification immédiate, "décagoulé" l’après-midi, etc.

 

Hallucinantes incohérences...

 

Nous découvrons ainsi, avec stupéfaction, que le siège de ce magasine ayant déjà fait l’objet d’attaques et de menaces, n’était pourvu d’aucune protection élémentaire. Même pas celle d’agences bancaires équipées d’un sas à deux portes aux vitres  blindées – la seconde ne s’ouvrant qu’après fermeture de la première – dissuadant ainsi les agressions éventuelles. Assurant, par ce dispositif, la sécurité des policiers et agents chargés de la protection des lieux et personnes, qui doivent être placés à l'intérieur et non pas à l'extérieur du local à protéger, pour éviter toute attaque surprise.

 

Gilad Atzmon, ancien militaire israélien sous les ordres du général Sharon lors de l’invasion du Liban en 1982 (écœuré par les massacres de Sabra et Chatila, il s’est exilé à Londres depuis) est l'un des premiers à évoquer l’existence de "deux équipes".

 

La première, constituée de spécialistes, rigoureusement entraînés (détermination, calme, posture, technique du tir en rafale et du coup par coup, etc.). La seconde, destinée à être sacrifiée, composée de branquignols, archétypes des "paumés manipulés", "ados attardés", falots, inconsistants, visiblement dépassés par la situation, errant d’un endroit à un autre, sans planification sur des itinéraires de replis soigneusement reconnus à l'avance, tenant des propos ridicules de simplisme dans des interviews à un "journaliste" lors de leur prétendue cavale, etc.

 

Sur son site, il est formel : il ne s’agit pas d’un "attentat djihadiste", mais d’un "coup monté", d’un faux drapeau (false flag) comme disent les anglo-saxons. Quels en sont les commanditaires ? "Faites travailler votre imagination", comme il le dit non sans ironie :
"It is quite probable that this was another false flag operation. Who could be behind it?  Use your imagination." (5)

 

Avis partagé par de nombreux analystes à l’étranger, dont l’américain Kevin Barrett, pour qui "l’oubli d’une carte d’identité" dans le véhicule des tueurs est, en soi, la signature d’un "coup tordu" organisé par des services spéciaux. (6)

 

Ces analyses portant sur la déconstruction de cette pitoyable mise en scène, vont se multiplier. Je ne m'y attarderai donc pas. Quand on est en mesure, d'un coup de baguette magique, ou médiatique, de faire surgir un "califat" du désert, pourquoi se gêner en faisant croire que la lune est carrée ?...

 

Par contre, reste un niveau d’analyses à creuser, labourer, dans tous les sens : comment n’arrive-t-on pas à prendre "vivants" ces soi-disant "terroristes djihadistes" lorsqu’ils sont encerclés ?...
 

Avant d’infliger "la peine de mort" à ces individus, comme le réclame stupidement une Marine Le Pen, commençons par leur infliger "celle d’être vivant".  Afin de les entendre, assister à leur procès, devant un tribunal, être témoins de leur jugement, selon les Lois de notre république.

 

Moins par charité que pour décortiquer "publiquement" leur mode de vie, d’éducation, de parcours professionnel, de conditionnement, de manipulation, de recrutement, de financement, d’entraînement, d’encadrement, d'équipement (sachant que tous les "trafics" et "filières" de ventes d'armes sont infiltrés par les agences de renseignement). Remonter ainsi aux commanditaires, étrangers ou pas.

 

Ce serait un acquis considérablement pour nos systèmes de sécurité et de défense. Et, surtout, pour "l’information" de l’ensemble des citoyens. En tant que membres d'une collectivité, formant la Nation dans laquelle nous vivons, croyons et travaillons, nous avons le droit à "l’information". Et non pas à des interviews, vidéos, mises en scène, bidonnées et autres histoires à dormir debout. Cette "information" serait-elle à l’usage exclusif, un privilège, d’une secte, d’un clergé nouveau, d'une nomenklatura, d’une caste ?...

Mais, à chaque fois c’est la même conclusion : ils sont transformés en passoire…  Bizarre procédure opératoire qui consiste à étouffer ce qui doit être entendu sur la place publique.

 

Pas simplement en France. Recensons les cas récents : en Australie,  à Sydney (7) ; au Canada, à Ottawa (8). Des dizaines de cartouches tirées, au point paradoxal que la police tue plus d’otages innocents que de "terroristes" (voir les vidéos des atterrantes bousculades policières où chacun se précipite pour vider son chargeur…).

 

La réussite d’une opération policière anti-terroristes devrait être évaluée sur l’habileté, ou la technicité, de les convaincre de se rendre, par un patient siège, ou de les neutraliser pour les faire prisonniers à l’aide de gaz anesthésiants, ou incapacitants. Pourquoi ne sont-ils pas utilisés ?...

 

Les techniques d’immobilisation des animaux les plus sauvages ou dangereux s’effectuent régulièrement au moyen de fusils équipés de seringues hypodermiques : éléphants, rhinocéros, hippopotames, lions, tigres, panthères, etc. Jusqu’aux Indiens d’Amazonie qui, depuis des siècles, savent immobiliser ou tuer une proie ou un ennemi, en dosant le curare dont ils enduisent la pointe des flèches tirées silencieusement à partir de leur sarbacane.

 

Grandeurs et servitudes des sciences et des techniques... Savoir faire rouler un véhicule électrique sur la Planète Mars, ou procéder à des opérations chirurgicales robotisées à des mlilliers de kilomètres de distance via Internet... Et, se révéler incapables de faire prisonniers des forcenés...

 

L’insulte pornographique n’est pas "La Liberté d’Expression"

 

Paradoxe, donc : les "barbares" qui, apparemment, veulent attenter à la Liberté d’Expression dans notre pays, sont systématiquement "réduits au silence". Alors qu’ils auraient tant à raconter…

 

Autre paradoxe, plus sidérant : le déferlement des défenseurs de la Liberté d’Expression. Couinant, de plateaux radio-TV en colonnes de journaux, leur indéfectible attachement à cette liberté menacée.

 

Les mêmes parmi les plus zélés et virevoltants qui, il y a un an à peine, se déchainaient contre Dieudonné. Le diabolisant en "antisémite", alors qu’il n’a jamais tourné en dérision la religion juive, pour avoir eu la simple audace de dénoncer la sauvagerie de la colonisation sioniste en Palestine dans un ou deux "sketches" de ses spectacles. S’acharnant à lui interdire toute apparition publique, jusqu’à vouloir l’empêcher de se produire sur scène. Ne cessant de le brûler en "place médiatique", tel un hérétique à la religion d’Etat. (9)

 

Quel Grand-Guignol !...

 

Les voir nous assurer la main sur le cœur et la larme à l’œil, que les caricatures antimusulmanes, aussi ordurières qu’obscènes, contre le Prophète d’une des grandes religions de l’Histoire de l'Humanité est une démonstration de courage et de Liberté d’Expression…

 

En fait, cette abyssale hypocrisie dissimule les deux axes d’une propagande, ou d’un lavage de cerveaux, vecteur d’une idéologie mortifère pour l’Intelligence et La Liberté :

 

i)  Sacralisation de l’Obscurantisme

La manipulation de l’opinion en cours consiste, à partir de la tuerie de Charlie Hebdo, à "sacraliser" les caricatures islamophobes. Que j’avais pour ma part, dès la reprise des premières venues du Danemark, trouvées inadmissibles. Non pas pour défendre une religion  ou une croyance quelle qu’elle soit, mais pour m’opposer en tant que citoyen à la négation absolue des valeurs fondamentales que sont La Dignité Humaine et L’Humanisme.

 

J’ai toujours considéré, et ne changerai pas, que pareille publication de caricatures était le symptôme de la régression de nos idéaux et de notre culture, contrairement au discours dominant de la pensée unique. Courante chez une partie de la gauche.

 

Non pas la gauche généreuse et pacifiste de Jean Jaurès, mais celle de Jules Ferry. Qui dans son tristement célèbre discours à la Chambre des députés, du 28 juillet 1885, affirmait :
«  … Les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures… »

Gauche indécrottablement raciste, sous couvert d’un discours socialisant à l’intérieur du pays, féroce à l’égard de tous ceux, hors des frontières, qu’elle estime en "êtres inférieurs". Se rendant complice de toutes les aventures coloniales ou prédatrices de nos oligarchies. Dans la Bonne Conscience, évidemment. Témoin le lamentable ralliement de Mélenchon, et du Parti de Gauche, à l’entreprise de dévastation de la Lybie et de la Syrie par l’OTAN. (10)

J’ai contesté ce dévoiement, cet obscurantisme, dans plusieurs billets auxquels je renvoie, pour ne pas répéter indéfiniment les mêmes arguments. Notamment :
  Le premier que je remets en ligne à la suite de ce texte, publié il y a 8 ans, le 11 février 2007, intitulé :  L’islamophobie : Le Cancer de l’Europe
  Le second, du 10 novembre 2011 : Charlie Hebdo : Pétard Mouillé

"Sacraliser l’Obscurantisme" est un piège contre lequel nombreux sont ceux qui ont réagi. Dissociant la condamnation d’une tuerie avec le formatage d’un terrorisme intellectuel, obligeant à "Sanctifier l’Inacceptable". En France, comme à l’étranger.

 

Même dans le New York Times ! David Brooks, titrant sa chronique : I am not Charlie Hebdo (Je ne suis pas Charlie Hebdo). D’après lui, ces caricatures antimusulmanes n’auraient pas tenu plus de 30 secondes aux USA, considérées comme des incitations à la haine :

"… It wouldn’t have lasted 30 seconds. Student and faculty groups would have accused them of hate speech. The administration would have cut financing and shut them down. " (11)

 

Saines, et courageuses, réactions en France, passées naturellement sous silence par les médias de la propagande. Exemple, celle publiée sur le site d’Olivier Berruyer, www.les-crises.fr :
"Indécence – rendons hommage à Charlie Hebdo : boycottons la manifestation du 11 janvier - pour dix raisons. " (12)
 

Rappelons brièvement que l’opération de mystification en cours, par notre "caste" au pouvoir (tous partis confondus), a pour finalité l’inquiétante prolifération des métastases de l’obscurantisme :

 

=>  La négation du Respect Mutuel fondement du « Vivre Ensemble »

Comment invoquer sérieusement une « union nationale », alors que l’on fanatise les foules pour mépriser une partie de leurs concitoyens, et les populations d’autres pays ?...

Ce n’est pas parce que mon voisin a des croyances différentes des miennes que je vais hurler et placarder périodiquement des insultes sous ses fenêtres, au  nom de "La Liberté d’Expression"…

Cette attitude, ce mode de comportement, imbibés du mépris à l'égard de "l'Autre", "infectent", formatent, jusqu'à nos relations avec les autres Nations et Peuples. Inapte à dialoguer, dans la compréhension et l'écoute, la diplomatie de l'Occident est ainsi uniquement fondée sur les rapports de forces à base de menaces, de sanctions, de procès d'intention, de déstabilisations, d'agressions...

=>  Le racisme de "l’Etre supérieur"

La publication répétitive, obsessionnelle, de caricatures méprisantes et obscènes sur l’Islam sont la manifestation maladive d’un racisme sans borne. Relevant d’une pathologie : la mégalomanie. Ce délire de se croire "supérieur" aux autres…
Au-delà de la simple communauté musulmane en France, c’est considérer 1,5 milliard de musulmans en "êtres inférieurs", à la Jules Ferry : des attardés de la civilisation, du savoir, de la spiritualité et de la culture…

Non compris les grands esprits de notre pays, à l’envergure intellectuelle et au savoir impressionnants, que j’ai eu l’occasion d’évoquer, ici ou là, dans ce blog. Ceux qui ont passé leur vie à étudier ou côtoyer l’Islam, avec le plus grand respect et la plus vive admiration : Louis Massignon, Denise Masson, Henri Corbin, entre autres.

Ou encore, ceux qui se sont convertis : René Guénon (son mausolée est au Caire), Vincent Monteil, ou Eva de Vitray Meyerovitch.

Aucun islamophobe ne leur arrive à la cheville, ne serait-ce qu’en termes de culture et de connaissances…

 

=>  L’obsession sexuelle ou l’obscénité tenant lieu de Pensée

Les images islamophobes, obscènes, mettant en scène des copulations avec des porcs (cf. les multiples dessins publiés de sodomie,  zoophilie, etc.) ou autres situations pornographiques, ne sont pas de la "provocation humoristique" ou "libertaire".
Elles sont tout simplement le produit d’un "esprit malade", symptôme d’une "société occidentale malade jusqu'à la moelle".
J’en dirai tout autant de ces "Femen" ou Pussy Riot , qu’on nous impose en modèles de "Liberté d’Expression", s’exhibant les seins nus pour aller insulter Jésus dans les cathédrales Saint-Sauveur de Moscou ou Notre Dame de Paris. Ou encore, se faisant photographier en slip, en train  de tronçonner une croix en bois, symbole du Christ.

Ça, symboles de "Liberté" ?... D’Expression ?... De Pensée ?...

 

=>  La malhonnêteté intellectuelle

Ces caricatures antimusulmanes sont d’une foncière malhonnêteté intellectuelle, car elles s'incrustent, avec violence, sur un analphabétisme total de l’opinion publique de notre société quant à l’Islam et aux pays musulmans. Sans recul, il n’y a aucune possibilité de les recevoir au second degré ou au troisième degré par une population "sous-informée", si ce n'est minutieusement "désinformée".

En ce cas, nous nous trouvons bien devant une « incitation à la haine religieuse » caractérisée, dans l’impunité.
D’autant plus que jamais Charlie Hebdo ne s’est permis dans d’autres caricatures de remettre en cause l’hyperviolence des pays occidentaux dans les pays musulmans (notamment en Palestine...), accompagnée d’actes de prédation d’une horrible barbarie, qui dure depuis la chute de l’Empire Ottoman. Depuis presque un siècle…

Se comportant exclusivement en auxiliaire d’une propagande antimusulmane…

A l’irresponsabilité, l’ineptie, la vulgarité, le racisme, s’ajoute ainsi : "la malhonnêteté intellectuelle".
 

En résumé, les caricatures islamophobes de Charlie Hebdo sont une négation  de la Dignité Humaine, de l’Humanisme, de la Culture, du Savoir, de l’Altérité, de la Raison, de l’Intelligence ;  un concentré de déchets de l’imbécilité la plus crasse. A ignorer avec détermination pour construire une Planète consacrée à la promotion de La Paix et de La Solidarité, dans le Respect Mutuel.

 

L'Ensauvagement de l'Europe...

N'ayez pas peur !  Il s'appelle  " Liberté d'Expression " !

 

 

 

 

ii)  Marketing de la Fanatisation

 

Cet obscurantisme, sous le masque de la dérision, agit en interaction avec le deuxième axe de la propagande consistant à présenter l’Islam comme un "danger" pour la société, "indissoluble" dans la république, "incompatible" avec la modernité.

 

Le "hasard" a fait que les attentats,  auxquels nous venons d’assister avec effroi, se sont déroulés la semaine même où était procédé au lancement en fanfare du roman violemment islamophobe de l’écrivain Houellebecq, intitulé : "Soumission". Déjà numéro 1 des ventes en ligne, se délectent les marchands du Fanatisme…

 

Ouvrage célébré dans le dithyrambe, bien entendu, par les critiques patentés de l’IMD (Industrie Médiatique de la Désinformation), pour imaginer l’horrible perspective de l’arrivée à la présidence de la république d’un musulman !… Mais, n’est-il pas vrai qu’En France, pour avoir du Génie : Soyez Raciste ?… (13)

 

Alors, tels des charognards, à la faveur des tueries, on a vu tempêter sur l’estrade médiatique tous les histrions de l’islamophobie chargés de répandre le doute, la peur, le soupçon à l’égard des musulmans. De France et d’ailleurs.

 

Depuis le sinistre Ivan Rioufol, membre éminent du lobby de l’extrême-droite US en France (Senior fellow à l'Atlantis Institute), "sommant les musulmans de se désolidariser"…  (14) Jusqu’à la gouailleuse Elisabeth Lévy, stigmatisant l’Islam sur une chaîne TV (BFM), comme étant, entre autres amabilités, "une religion susceptible"… Sans se demander, un seul instant, quelle serait sa réaction si on appliquait à sa propre religion, le judaïsme, le même traitement.

Car, cette propagande antimusulmane reprend textuellement les arguments d’un Edouard Drumont dans son livre La France juive, publié en 1886, qui présentait les juifs comme des agents du mal ayant infiltré toute la société et la mettant en danger… Ce qu’Edgar Morin rappelle, dans Culture et Barbarie Européennes : les antisémites de l’époque se focalisaient sur le juif qui, bien que citoyen des sociétés européennes, était considéré comme extrêmement dangereux du fait qu’il avait l’air d’être comme les autres, mais ne l’était pas ; il possédait une "inquiétante étrangeté".

 

Cette fanatisation des opinions publiques est méthodiquement instillée, imposée, dans tous les pays européens. Long et minutieux programme. Depuis des décennies. Au point que l’Allemagne se trouve, actuellement, rongée par cette pathologie. (15)

La France n’y échappe donc pas.

"Maladie sociétale", répandue depuis un petit pays autrefois réputé pour sa tolérance, le Danemark. Intensément "travaillé" des années durant, tel un laboratoire servant de test grandeur nature avant d’être appliqué dans d’autres pays, avec de puissants moyens d’infiltration, d’encadrement, et de corruption, pour susciter des opérations et manifestions islamophobes ; couronnées par les fameuses caricatures antimusulmanes diffusées à travers le monde (16)

 

Jusqu’à la Suède, longtemps reconnue comme un modèle de consensus social où dialogue et respect entre communautés étaient fondamentaux. En ce début 2015, profondément contaminée par cette pathologie. Les incendies de mosquées se multipliant depuis quelques temps. Régressant dans une mentalité et une ambiance moyenâgeuses, rappelant le contexte d'un des chefs-d’œuvre d’Ingmar Bergman : Le Septième Sceau (un de mes films "culte"). Emouvante mise en scène d’un chevalier retournant des Croisades pour retrouver une Suède, son pays natal, en proie à la peste et au fanatisme…  (17)

 

Dans ce retour au Moyen-âge, telle une pandémie, l’Europe se trouve minée, délabrée, moralement, intellectuellement, culturellement, par la peste noire de l’obscurantisme et du fanatisme des Croisades.

 

Seule différence : au XXI° siècle, celles-ci ne sont pas organisées par le Vatican…

L'Ensauvagement de l'Europe...

L’Ensauvagement de l’Europe

 

Quelles perspectives pour une Europe porteuse d’une telle idéologie de "fanatisme", sciemment implantée par ses oligarchies ?...

La photo du "défilé des chefs d’Etat" à la manifestation du 11 janvier dernier en révèle, spectaculairement, cruellement même, orientations et conséquences.

Tout d’abord, surgit la tromperie : il ne s’agissait que d’une mascarade. Hors habiles montages d’angle de prises de vue par les caméras, ce n’était qu’une poignée d’individus, isolés, sur un morceau de boulevard hermétiquement clos, derrière le rideau d’une garde prétorienne…

 

Coupés de la réalité. Pingouins perdus sur une banquise.

 

C’est ce constat d’isolement qui est impressionnant. Où étaient les chefs d’Etat des pays qui préparent actuellement le monde de demain, d’Asie (Chine, Inde) ou d’Amérique latine ?...

 

Murés dans leur mégalomanie, les trois principaux chefs d’Etats européens, Cameron, Merkel, Hollande…

Entourés d’un ramassis de dictateurs corrompus, de polichinelles obséquieux portés au pouvoir par des coups d’Etat "souterrainement occidentaux", d’authentiques criminels de guerre terrorisant, exploitant, massacrant, leurs propres peuples, ou ceux des voisins…

 

C’est, ensuite, une véritable déclaration de guerre à laquelle nous assistons. Une "union nationale" destinée à légitimer une invasion, avec en filigrane d'immenses dévastations et occupations et, bien entendu, prédations, dans des pays musulmans. De grande ampleur. De la Lybie à l’Iran.

 

Oubliant que s’il l’on sait comment on entre dans une guerre, on ne sait jamais comment l’on en sort. Comme lors des précédentes guerres européennes, devenues rapidement mondiales…

 

Oubliant ce que rappelle Andre Vltchek :

« Dans les cinq dernières décennies, ce sont environ 10 millions de musulmans qui ont été assassinés parce que leurs pays ne se soumettaient pas à l’Empire, ou pas suffisamment, ou pour en accélérer la soumission.
Les victimes étaient Indonésiennes, Irakiennes, Algériennes, Afghanes, Pakistanaises, Iraniennes, Yéménites, Syriennes, Libanaises, Egyptiennes, sans oublier celles du Mali, de Somalie, de Bahreïn et de beaucoup d’autres pays.
L’Occident a soutenu les pires monstres, leur a procuré des milliards de dollars, les a armés, fourni un entrainement militaire perfectionné, pour ensuite les laisser tomber
… » (18)


Accessoirement, c’est une guerre imposée par les castes au pouvoir, apparentes et occultes, contre les "Libertés Publiques", les libertés individuelles, de leurs propres peuples. Tous les prétextes seront bons pour justifier les atteintes à la vie privée et à la contestation : télécommunications, surveillances des opinions, en priorité. Avec pour finalité : autoriser, dans l’arbitraire,  toute la gamme des répressions sans protection judicaire.

 

Avec, dans la même foulée, suivant les terribles méthodes rodées sur le Peuple Grec, l’aggravation de la spoliation de leurs propres concitoyens. Dans l’institutionnalisation de la précarité : chômage, blocages et diminutions des salaires, augmentations des taxes à la consommation pour ne pas imposer les revenus des privilégiés des régimes, suppression de tous avantages sociaux. Jusqu’à piller leur épargne. On apprend ainsi, hautement symbolique, qu’en France le taux annuel du livret A va être baissé de 1% à 0,25%...

Inexorablement l’Europe sombre dans l’Obscurantisme, le Fanatisme, le Totalitarisme.

Dans l’Ensauvagement.

 

 

 

1.  Abdelkader Dehbi, Les limites éthiques et les conséquences désastreuses d'une liberté d'expression modulable, 8 janvier 2015,
http://www.alterinfo.net/Les-limites-ethiques-et-les-consequences-desastreuses-d-une-liberte-d-expression-modulable_a109426.html
2.  Pepe Escobar, Who profits from killing Charlie ?, Asia Times (Hong Kong), 8 janvier 2015,
http://www.atimes.com/atimes/World/WOR-01-080115.html
3  Gustave Le Bon, Psychologie des Foules (1895), Edition Félix Alcan, 9° édition, 1905, 192 pages, téléchargeable gratuitement,
http://classiques.uqac.ca/classiques/le_bon_gustave/psychologie_des_foules_Alcan/Psycho_des_foules_alcan.pdf
4.  Georges Stanechy, Bellicisme Impérial : Canonnière, Mensonge et Vidéo, 28 mars 2011,
http://stanechy.over-blog.com/article-bellicisme-imperial-canonniere-mensonge-70426194.html
5.  Gilad Atzmon, Amidst A Religious War in Europe Or is it Just another False Flag Operation ?, 8 janvier 2015,
http://www.gilad.co.uk/writings/2015/1/8/amidst-a-religious-war-in-europe-is-it-possibly-a-false-flag-operation
6.  Kevin Barret, Planted ID card exposes Paris false flag, 10 janvier 2015,
http://www.presstv.ir/Detail/2015/01/10/392426/Planted-ID-card-exposes-Paris-false-flag
7.  Prise d’otages de Sydney : 3 mort, dont l’assaillant, et 4 blessés, i24News, 16 décembre 2014,
http://www.i24news.tv/fr/actu/international/asie-pacifique/54489-141215-australie-des-otages-retenus-dans-un-cafe-a-sydney
8.  Attentat à Ottawa : le tireur espérait partir pour la Syrie, Le Monde, 23 octobre 2014, http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2014/10/23/le-canada-traumatise-apres-l-attaque-du-parlement-par-un-tireur-isole_4510844_3222.html
9.  Georges Stanechy, France : Cartographie du Fanatisme, 8 janvier 2014,
http://stanechy.over-blog.com/2014/01/france-cartographie-du-fanatisme%E2%80%A6.html
10.  Georges Stanechy, Présidentielles : J'ai voulu voir Anvers - On a revu Hambourg , 1er mars 2012,
http://stanechy.over-blog.com/article-presidentielles-j-ai-voulu-voir-anvers-o-100555004.html
11.  David Brooks, I am not Charlie Hebdo, New York Times, 8 janvier 2015,
http://www.nytimes.com/2015/01/09/opinion/david-brooks-i-am-not-charlie-hebdo.html?_r=3#story-continues-2
12.  Olivier Berruyer, Indécence – rendons hommage à Charlie Hebdo : boycottons la manifestation du 11 janvier (pour dix raisons), 10 janvier 2015,
http://www.les-crises.fr/indecense-rendons-hommage-a-charlie/

13.  Georges Stanechy, En France, pour avoir du Génie : Soyez Raciste, 22 janvier 2007,
http://stanechy.over-blog.com/page/34

14.  " Charlie Hebdo " : Ivan Rioufol "somme" les musulmans de se "désolidariser", Le Point, 8 janvier 2015,

http://www.lepoint.fr/societe/charlie-hebdo-ivan-rioufol-somme-les-musulmans-de-se-desolidariser-08-01-2015-1895006_23.php
15.  Hanno Hauenstein, Allemagne : l’irrésistible ascension de l’islamophobie, i24News, 13 décembre 2014
http://www.i24news.tv/fr/actu/international/europe/54300-141213-allemagne-l-irresistible-ascension-de-l-islamophobie
16.  Anne-Françoise Hiver, Nouvelle salve d’islamophobie au Danemark, Libération, 10 octobre 2005,
http://www.liberation.fr/monde/2006/10/10/nouvelle-salve-d-islamophobie-au-danemark_53859
17.  Suède : une troisième mosquée attaquée en huit jours, Le Monde, 1er janvier 2015,
http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/01/01/suede-une-troisieme-mosquee-attaquee-en-huit-jours_4548339_3214.html

18.  Andre Vltchek, Who Should Be Blamed for Muslim Terrorism ?, CounterPunch, 9-11 janvier 2015,
http://www.counterpunch.org/2015/01/09/who-should-be-blamed-for-muslim-terrorism/

 

 

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

Illustrations (Merci à Nicolas) :
◊  Le dessin "Je ne suis pas manipulable" provient du Blog
d'Olivier Berruyer
  La photo des "Pingouins sur la banquise" provient du Blog de Danielle Bleitrach
◊  Les caricatures sont du Brésilien Carlos Latuff, censuré dans tous les médias occidentaux pour avoir le tort de ne pas mettre des œillères sur les forfaits et crimes occidentaux, notamment en Palestine…

 

A la demande d'Amis-Lecteurs, suite à ce texte, je remets en ligne un des premiers billets publiés sur ce Blog qui venait d'être créé le 20 Janvier 2007... Il y a 8 ans...
Rien n'a été changé et je n'ai pas vérifié si les liens d'alors sont toujours actifs. Seules les illustrations de Carlos Latuff ont été rajoutées...

 

Salut et Fraternité
(Expression favorite d'un de mes "maîtres" : Bernard Moitessier)

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

 

11 février 2007

 

L'islamophobie : le Cancer de l'Europe...

 


Le procès où est cité l'hebdomadaire Charlie Hebdo, pour avoir repris les caricatures antimusulmanes « made in Denmark », est l'occasion d'une nouvelle campagne raciste entretenue par les médias et les candidats à l'élection présidentielle. Pour eux, c'est un procès inadmissible, inutile ou scandaleux. 

Amusant, comme réactions. Rappelons que les représentants éminents de cette caste, starlettes, animateurs de l'audiovisuel, politiciens, princes et princesses de pacotille sont les premiers, à tour de rôle, à faire des procès quasiment toutes les semaines à l'hebdomadaire Voici, ou à d'autres, pour "défendre leur honneur, leur vie privée ou leur droit à l'image".

 

Autrement dit, la "protection  de la liberté d'expression" ne s'applique pas à eux, lorsqu'ils sont photographiés ou s'estiment diffamés ou caricaturés. Par contre, dans leur mentalité, la communauté musulmane a vocation à se taire. Toujours, les "valeurs" à géométrie variable...

Je trouve ce procès, pour ma part, très jouissif. D'abord, il n'y pas de raison que l'incitation à la haine religieuse, qui est un délit, ne soit pas sanctionnée. Ensuite, ce coup de pied, dans la termitière raciste, a permis de s'amuser à la vue du défilé des représentants de la caste politique, drapés dans la toge des "défenseurs de la liberté d'expression".

 

Hilarant.

 

En fait, sous des sigles différents, ces bateleurs d'estrade vendent les mêmes savonnettes. Leurs "valeurs", sous couvert de belles idées, sont les mêmes...

Ce déchaînement raciste et islamophobe n'est pas nouveau. Il s'agit d'une même propagande reprise, à intervalles réguliers, sous différentes formes. De plus, cette pathologie sociale touche l'ensemble des pays occidentaux.

 

L'Europe, tout particulièrement. Cela s'est même intensifié ces dernières années dans certains pays, notamment la Hollande, le Danemark et la Grande Bretagne. Ce sont les pays européens les plus envahis, actuellement, avec la France, par les métastases de ce cancer politique.

En Grande Bretagne, je constate les mêmes "plans médias" qu'en France, en Hollande ou au Danemark : campagnes médiatiques récurrentes sur l'inadaptation des musulmans aux "valeurs" de la société britannique et à la modernité, sort "dramatique" des femmes musulmanes entravées dans leur volonté de s'intégrer par les maris ou les frères, etc.

L'Ensauvagement de l'Europe...

Bref, on retrouve tous les clichés islamophobes. J'ai même regardé une émission TV britannique sur ce thème où ont été appelés en tant que "témoins" des racistes danois, hollandais, allemands.

 

Et, étrange apparition, dans cette même émission une journaliste française se présentant comme "féministe" (1), bien connue pour ses positions islamophobes prétextant la défense de la femme, récitant son texte, en anglais, sur les dangers que vit la société française sous la poussée de la vague islamiste recouvrant la France...


Il est, d'ailleurs, intéressant de noter la simultanéité de ces campagnes, sur des thèmes similaires, dans tous les pays européens. Tout spécialement, dans ceux qui ont des troupes en Irak, présence qui rencontre l'hostilité d'une majorité de leur opinion publique : Grande Bretagne, Hollande (2) et Danemark.

 

Sur le même modèle que les campagnes ou plans média des lancements des produits Microsoft ou autres... Visiblement, il y a coordination, de gros, de très gros moyens.

Dans ce mouvement, la caste politique française, assurée de trouver de puissants soutiens financiers et médiatiques, sur le plan international en particulier, se montre profondément raciste et antimusulmane On le sait, elle le déclare et l'assume en toute impunité. On sait, aussi, que cela va s'intensifier, pour trois raisons principales et convergentes :

i)  Il faut gouverner par la peur, quand il y a crise économique, tout spécialement. Telle est l'approche de la classe politique : susciter la "peur de l'autre" pour détourner l'attention sur les problèmes de fond, l'injustice sociale et économique, et surtout le vide de leur programme de gouvernement.
Tactique vieille comme le monde, toujours payante dans l'esprit des démagogues.

ii)  Il faut diaboliser le monde musulman, pour justifier les politiques de destruction, spoliation et prédation au Moyen Orient qui garantissent la fortune des sponsors. Le niveau de violence est tel, que les opinions publiques européennes doivent être anesthésiées en permanence : les « sauvages» qu'on essaie de "civiliser" ne méritent que ce qui leur arrive.
Message subliminal et inusable stratagème des démagogues, là encore, sur lesquels toute les entreprises coloniales ont été construites.

iii)  Il faut conditionner, dans l'immédiat, l'opinion occidentale pour la préparer au bombardement de l'Iran, et le lui faire accepter, sur le modèle du bombardement du Liban, en juillet 2006, mais à plus grande échelle.

Dire que la société occidentale est malade et ses politiciens démagogues, n'est pas suffisant. Au-delà du simple constat, l'attitude à avoir est celle de la contre-attaque. Au-delà, aussi, de la simple défense de la communauté musulmane.

L'Ensauvagement de l'Europe...

Ce combat est un combat citoyen. Car, une société qui n'assume pas son rapport à "l'altérité", ou de vie en commun avec "l'autre" que soi-même, est une société malade. Comment contre-attaquer ?  Plusieurs pistes sont à explorer :

 

1.  Faire respecter la loi : il existe des lois qui interdisent et condamnent l'incitation à la haine religieuse et raciale. En France et en Europe. Elles ne sont pas faites à l'usage exclusif d'une religion ou d'une communauté.

 

La communauté musulmane doit les utiliser à fond. Sur ce point, je ne partage pas l'attitude peureuse de certains, affirmant qu'un procès à l'encontre des diffamateurs serait stupide. Non. Au contraire, il ne faut pas courber la tête sous les intimidations des médias et de la propagande raciste.

 

Il n'y a aucune raison de céder au terrorisme de la haine religieuse entretenu par les politiques et leurs médias. Il faut mettre en lumière l'incapacité de l'Etat à assumer ses responsabilités face à l'incitation à la haine religieuse.

 

Je crois, absolument, aux effets positifs de l'application du droit et à l'exercice de la justice. Les lois sont avec la communauté musulmane, et non pas contre. La loi Gayssot n'est la propriété d'aucune religion. La République, dans sa neutralité laïque, protège toutes les religions.

 

2.  Mettre en place une coordination internationale, et tout particulièrement européenne, pour faire face à ces campagnes islamophobes qui sont lancées à l'échelon européen, parfaitement planifiées et coordonnées. L'union faisant la force ! Or, à ce jour, il n'y a aucune coordination entre les communautés musulmanes anglophones et francophones, par exemple.

 

La communauté musulmane doit avoir une association sur le modèle de la célèbre organisation, spécialisée dans la traque à l'antisémitisme : « Anti Defamation League » (3).

 

En état de vigilance permanente, elle ne laisse rien passer, directement ou indirectement par des associations relais et autres lobbies. Son directeur, Abraham Foxman est reçu par tous les chefs d'Etat. Il vient même (le 16 octobre 2006) d'être reçu à l'Elysée et décoré de la Légion d'Honneur par Jacques Chirac.

 

Elle ne s'occupe pas des problèmes de culte, ou de théologie, mais uniquement de la traque à l'encontre de ceux qui suscitent et cultivent la haine religieuse antijuive. Cela lui permet de réunir des fonds, en tant qu'association de lutte en faveur de la tolérance (4), et non pas en tant qu'organisation confessionnelle...

 

Suivant cet exemple, les musulmans doivent avoir une organisation non "cultuelle" (5). Avec des spécialistes en communication, en marketing, en stratégie juridique, en statistiques et traitement de l'information. Son rayonnement doit être européen dans sa conception et son action.

3.  Organiser des campagnes de sensibilisation, dans les pays musulmans, sur le racisme subi par les communautés musulmanes en Europe : du Maroc jusqu'en Indonésie.

 

Il n'y a pas de raison que ceux qui tiennent des discours islamophobes en Europe soient reçus dans les pays musulmans avec les plus grands égards, et, en plus, avec des contrats d'achat de matériels ou de services en poche. Un exemple : personne ne sait au Qatar, ou dans les Emirats Arabes Unis (6), que Dassault ou Lagardère sont des groupes qui financent des médias islamophobes, parmi les plus virulents en France. Ils ramassent là-bas des contrats mirobolants (7).

 

Autre exemple : quand je vois les honneurs reçus par un Sarkozy, un DSK ou un Hollande au Maroc, ou dans d'autres pays musulmans. Les hypocrites doivent un jour voir des portes fermées devant leur nez, par solidarité. Et, les mêmes contrats, les pays musulmans peuvent en signer, à qualité équivalente (et moins cher), avec la Chine, l'Inde, le Brésil, ou la Corée...

 

C'est aussi au portefeuille qu'il faut toucher les islamophobes et leurs sponsors...

 

4.  Manifester, se montrer, ne pas avoir peur, au contraire.

 

A quand une immense manifestation qui réunirait les musulmans et ceux qui en ont assez de la manipulation des pulsions racistes, à Paris, avec des délégations venant de la France entière par autocars ?  Certaines communautés (juives, gays, etc.) en ont fait à répétition, pourquoi pas les musulmans ? 

 

Dans le silence et la dignité, avec pour slogans : non, à la haine religieuse ; oui, au respect de la dignité humaine dans son identité, dans ses croyances...

 

D'autres voies, sont à explorer. Mais, l'essentiel est de réagir vite, de manière organisée, méthodique et déterminée. La dignité humaine et les droits de l'homme ne sont pas à géométrie variable. Ils ne sont pas un instrument de manipulation au seul bénéfice des racistes.

Non. La communauté musulmane n'a pas pour vocation d'être le crachoir permanent des voyous...

 

 



 

1.  En France, cette militante est salariée d'un hebdomadaire et tous les accès aux médias lui sont ouverts, bien évidemment, en permanence...
2.   L'opinion publique a été secouée par un scandale au sujet des tortures et humiliations exercées par des officiers hollandais sur des irakiens. Rapidement étouffé. L'état-major du contingent hollandais a dû être entièrement renouvelé. A remarquer que le tortionnaire le plus violent, sadique et implacable était : une femme, avec rang d'officier supérieur... Une femme "libérée", peut-être ?...
3.   Budget annuel moyen : 50 millions $, avec 29 bureaux aux USA  et 3 en dehors des USA. Remarquablement efficace : son action n'est pas limitée aux USA, mais internationale. Et, tous azimuts. Un exemple, parmi des dizaines : elle est arrivée à remettre en cause  des téléfilms, prévus pour le Ramadan en Egypte, estimant qu'ils étaient à connotation antisémite... Ou, encore, la publication de livres scolaires.
4.   Exemple : une des plus grandes banques internationales d'affaires et de gestion de fortunes, Morgan Stanley, cite le financement de l'Anti Defamation League dans ses oeuvres caritatives (2005 Charitable Annual Report). Alors qu'elle affirme, dans sa charte, ne financer aucune association confessionnelle. Cette organisation est présentée, en effet, dans la  catégorie des associations pour la "lutte contre l'intolérance"...
5.   Ainsi, le CFCM est en charge des problèmes d'organisation du "culte". Pas autre chose. De plus, en dehors de ses problèmes de légitimité à résoudre (mode d'élection, de désignation, d'indépendance), cet organisme n'a ni les moyens, ni les compétences pour gérer ces actions qui demandent des expertises de haut niveau dans le domaine de la communication, du marketing et du lobbying.
6.   A part la pratique de leur langue, l'arabe, tous les nationaux sont anglophones. Ils ne lisent donc pas la presse francophone, encore moins Charlie Hebdo...
7.   Armes, aéronautique et audiovisuel, notamment.

 

Repost 0