Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 15:50

.

.

.

« Aujourd’hui, au sommet de leur achèvement, le capitalisme et le libéralisme engendrent les inégalités, la violence, la pauvreté, l’aliénation des travailleurs et la destruction d’un monde viable pour les générations futures ; bref, l’exact opposé du progrès humain. »

Jacques Généreux (1)

.

Contes, légendes, et croyances…

.

Quoi de plus rafraîchissant, apaisant, en ces temps de crises aux multiples facettes ! Face à l’inéluctable, croire au merveilleux. Se nichant souvent dans des endroits inattendus.

.

Un des plus distrayants, actuellement, pétille à grosses bulles dans l’élection du président du MEDEF. L’effervescent syndicat des “grands patrons”.

.

En fait, dans la désignation du porte-parole officiel du grand patronat.

.

Car, détenant tous les médias de l’audiovisuel et de la presse, la bonne parole de cette caste de grands prêtres est entretenue en permanence. Au point d’être devenue la Bible, le Coran, ou les Mantras, de nos politiciens de tous bords.

.

Oui, nous sommes bien face à la nouvelle religion formatant nos sociétés, en France et ailleurs.

.

Partout où s’impose la croyance au “Dieu Marché”…

.

Qui, de sa main invisible, magnanime, agit en “Grand Régulateur” de nos collectivités. Répartissant, dans la neutralité de sa justice, ses récompenses pour les bons, les méritants, les ineffables entreprenants ou entrepreneurs, ce qui revient au même.

.

Et, inévitablement, ses sanctions pour les moins méritants, inaptes à comprendre l’impérieuse nécessité pour tous de se plier à la loi des plus forts et des plus intelligents. De se comporter en dignes serviteurs zélés à l’égard des détenteurs du “génie d’entreprendre”.

.

En commençant par se serrer la ceinture sur commande, et vider quotidiennement ses poches (le denier du nouveau culte se dénommant TVA) au seul profit de ce vorace clergé escorté de ses bedeaux. Sans oublier, autres bénéficiaires obligés, leurs ascendants, collatéraux et descendants.

.

Un MEDEF Sur La Banquise…

Ma fibre républicaine et laïque s’étonne toutefois du profond silence, intergalactique par sa subite dimension en expansion permanente, des énergiques défenseurs de la “laïcité républicaine”…

.

La République, m’a-t-on ânonné depuis le biberon, accueille avec bienveillance toutes les croyances et légendes, mais s’insurge implacablement, rigoureusement, dès lors qu’une tentative d’imposer un credo, quel qu’il soit, à l’ensemble des citoyens pointe le nez. Pire, prétendant l’imposer par des lois.

.

Mais, où sont-ils ces chevaliers courageux défenseurs de "la laïcité", inquisiteurs implacables de la pureté républicaine ?... Si agités et vibrionnant d’habitude, bondissants d’un média à l’autre, dès qu’il y a un voile ou un foulard en vue.

.

Soudainement, muets comme des fers à repasser.

.

Certains assurent qu’ils seraient “vendus”. Ce sont des médisants. Moi, je ne le crois pas. Je les imagine, au contraire, plongés en méditation transcendantale pour préparer une riposte à cette mainmise sur nos institutions, à ce pillage de notre collectivité. A ce despotisme spoliateur.

.

C’est vrai, à entendre les prêches de cette caste d’êtres exceptionnels, la planète, depuis des millénaires, leur doit ses progrès. Exigeant des privilèges leur revenant, en conséquence, de droit.

.

Ces grands patrons, en fait “grands actionnaires”, devrait-on dire, qu’imposent-ils à la collectivité qu’ils régentent ?...

.

Des dogmes.

.

L’avantage, le confort, de cette religion, je le reconnais, c’est le simplisme de sa métaphysique :

« Tout pour Moi - Rien pour les Autres ».

.

Pas d’impôt, évidemment, comme toutes les castes d’élus de droit divin l’ont exigé dans l’Histoire de l’Humanité. Ou si peu, qu’il en devient symbolique.

.

Productivité” oblige, affirment-ils !... Pas d’impôts ! Pas de "charges" !

.

Un MEDEF Sur La Banquise…

.

Oui !... “Améliorer la Compétitivité” passe par le licenciement et la fermeture d’usines dans nos pays, pour employer de la main-d’œuvre de contrées lointaines dans des conditions d’exploitation et d’esclavage innommables. Le Bengladesh, en ce mois de mai, vient de nous le rappeler : une "usine" de confection de 9 étages, sous-traitante des grandes marques internationales s’est écroulée, tuant plus de 1.155 personnes

.

Par de multiples privilèges fiscaux, sur leurs revenus, sur la transmission de leurs patrimoines, sur leurs châteaux (souvent entretenus aux frais de l’Etat en tant que “patrimoine historique”), tableaux ou œuvres d’art, et autre "signes extérieurs", discrets ou pas, de richesse. Surtout, ne jamais toucher aux revenus de la spéculation.

.

Encore moins, aux paradis fiscaux (Ciel ! Mon Yacht et ma Caisse Noire “logés” aux Bahamas !...)! Comment ne pas les comprendre ?... Eux, envoyés directement du Paradis sur Terre, pour apprendre le bonheur à leurs ouailles, trop stupides pour ne pas bêler de reconnaissance du matin au soir.

.

Ah !... L’ingratitude…

.

Ne jamais remettre en cause les oligopoles qu’ils ont édifiés, en complicité avec les politiciens dont ils assurent la carrière : une poignée de clans se répartissant un marché national (grande distribution, marchands de canons, télécoms, audiovisuels, banques, assurances, distributeurs d’électricité, d’eau, et autres services publics…).

.

La "libre concurrence" ne s’appliquant qu’aux artisans, commerçants, ou petites entreprises. Jamais à Eux, “Les Elus” !

.

Maintenir la vieille et inusable recette du “génie d’entreprendre” : « Privatiser les profits - Etatiser les pertes ».

.

Récemment la France, suivant en cela les autres oligarchies adoratrices du “Dieu Marché”, aux caisses prétendues vides, s’est illustrée dans une magnifique démonstration de son obéissance à la théologie imposée. Déversant 500 milliards d’euros pour renflouer des banques en faillite après avoir joué à l’économie-casino.

.

Refuser “l’intervention de l’Etat”, mais l’obliger à lui accorder aides et subventions permanentes. Comme financer la recherche et le développement, par des fonds gratuits, déguisés en « crédits d’impôts », ou l’apport scientifique non rémunéré, mais fondamental, des universités…

.

Nous sommes nombreux, néanmoins, à nous demander depuis longtemps ce que ce "génie d’entreprendre" serait en mesure d’accomplir s’il vivait seul, sur la banquise… (2)

.

Il réclamerait, immanquablement, à la collectivité des ingénieurs, cadres, techniciens et ouvriers qualifiés, pour mettre en œuvre son "idée géniale", son "dynamisme entrepreneurial", de la conception au processus d'élaboration, sinon…

.

Il réclamerait, fatalement, le support de l’épargne de la collectivité, publique et privé pour financer la réalisation de sa "géniale idée "…

.

Il réclamerait, assurément, à la collectivité des locaux, des infrastructures, pour acheminer son matériel, de production, de fabrication, de stockage, d’expédition et de transport. Jusqu’à des terrains viabilisés, tels ces terres agricoles transformées en zones industrielles et commerciales, sur les fonds publics, et cédées à deux sous pour arrondir les patrimoines immobiliers.

.

Il réclamerait, certainement, à la collectivité, un "bassin de consommateurs" sur son territoire ou ailleurs, pour acheter, vendre, louer, etc. Sans clients, surtout captifs sous forme de services publics privatisés, le génie s’essoufflerait vite …

.

Finalement sur la banquise… Sans la collectivité, sans un Etat, que vaut le "génie d’entreprendre" ?...

.

Et, si ce n’était que de l’esbroufe imposée par une secte spécialisée dans l’arnaque à la crédulité ?...

.

Crédulité dans des dogmes, maintenue par lavage, ou lavement forcé, de cerveau.

.

.

.

(1) Jacques Généreux, L’Autre Société – A la recherche du progrès humain, tome 2, Seuil, collection Essais, 2009, p. 390.

(2) Cf. Jacques Généreux, Op. Cit., P. 342.

.

.

Illustration du caricaturiste Chinois Liu Rui, Global Times, 16 Mai 2013, Global Profits Built on Bangladesh Deathtraps [Les Profits de la Mondialisation Edifiés sur les Pièges Mortels du Bengladesh]...

.

.

N.B. La "nouvelle plateforme" de l’hébergeur de ce blog étant actuellement bourrée de "bugs" [suppression de : sauts de paragraphe - couleurs de titres ou caractères - modifications de police - choix de format et positionnement des illustrations - archives - etc.], je me suis trouvé contraint d’utiliser des points afin de pouvoir formater les paragraphes dans la rédaction. Sinon : une vraie bouillie...
Ce qui explique ce chapelet de points incongrus dans le texte, et la disparition d'éléments d'information ou d'accès aux articles et commentaires préalablement publiés qui figuraient dans la colonne de gauche…
Je remercie les Amis-lecteurs de leur compréhension.

Partager cet article

commentaires

Georges Stanechy 29/05/2013 19:30

.
Bonsoir Naradamuni
.
Merci de votre analyse qui complète mon billet ou mon bref pamphlet.
.
La prise de conscience collective face à la propagande, à la vulgate, à la Doxa, imposées par nos oligarchies, représente le levain qui contribuera à faire émerger le refus de cette société de la prédation. Où n'existent même pas les principes que ces nomenklaturas font semblant de vénérer (libre concurrence, compétitivité, investissement, etc.).
.
L'exemple caricatural des offres de vente des connexions ADSL par les opérateurs qui affichent un prix identique (29,99 €/mensuel...) révèle l'imposture et le cynisme de ce capitalisme mafieux. Aux antipodes d'un authentique "Libéralisme Economique" fonctionnant en synergie avec un Etat souverain ou une Collectivité maîtresse de son destin...
.
Nous vivons bien dans des sociétés du "1%" comme le peuple des Etats-Unis ne cesse de le dénoncer (dans la censure médiatique) : une minorité de 1% de milliardaires régentant les 99% de la population du pays, lui confisquant l'essentiel de la richesse nationale.
.
Mais, comme nous le savons : la roue tourne...
.
Amitiés
.
.

naradamuni 27/05/2013 12:41

Bonjour Georges,
Je ne sais si vous connaissez, mais qui colle à et résonne de vos mots et des maîtres maux résumé par la phrase que vilipendait déjà et de son temps le soit disant fondateur du capitalisme (plutôt son pourfendeur !) Adam Smith dans « Recherche sur la Nature de la Richesse des Nations » : « Tout pour nous et rien pour les autres, voilà la vile maxime qui paraît avoir été, dans tous les âges, celle des maîtres de l’espèce humaine. Aussi, dès qu’ils purent trouver une manière de consommer par eux-mêmes la valeur totale de leurs revenus, ils ne furent plus disposés à en faire part à personne » (p 407)

Ce sont les grands groupes qui coûtent très cher à la collectivité: il n’est que de voir la masse des revenus arrachés au circuit économique collectif dont nous sommes tous créditeurs. Le licencieur qui «reçoit» un gros paquet pour licencier ne l’a pas «gagné» il l’a «volé» à la collectivité et c’est pour cela que les grands groupes ne créent pas d’emplois, pas de richesses mais ne font que «prélever» sur la collectivité. Sans aucun droit à le faire. Cette inflation de leur coût pousse aux prêts bancaires, à l’offre spéculative, pour que l’ensemble de la Société paie tout ce que nous coûte les riches. Le contrôle des salaires ne concerne que les salaires négociés par les syndicats, donc les petits salaires. C’est trop facile et stupidement injuste. Comment justifier qu’il faille limiter les petits salaires en fermant toujours les yeux sur les gros appointements. Car c’est là où le mécanisme de marché n’existe pas qu’il faut installer un autresystème régulateur. Ainsi tout ment dans le néolibéralisme :

1- Ceux qui ont réussi, unilatéralement, à se libérer du fardeau collectif en s’assurant le contrôle unilatéral de leurs propres revenus se dévoilent comme ceux qui exigent pour les autres les « lois du marché.» L’économie de marché est devenue une espèce d’écran devant l’inégalité». Les revenus des dirigeants se devraient de ne pas rester du ressort des intéressés mais bien d’entrer dans le cadre commun. La valorisation du profit indépendamment de sa signification économique ne peut être un principe authentiquement libéral. De trop hautes rémunérations ne peuvent donc se prévaloir de la «formation rationnelle des prix»: c’est d’une imposture dont il s’agit ici. «Alors, qu’autrefois, toute l’activité économique était réglée par les lois du marché concurrentiel, aujourd’hui, elle est de plus en plus soumise aux tractations auxquelles se livrent les groupes d’intérêts sous l’égide du gouvernement» , nous notifie Galbraith dans « Tout ce que vous devez savoir sur l’économie ». Il devient donc impossible de nous faire croire que la destruction de la Société par les marginaux et anarchistes au pouvoir vienne des fatales lois du marché. Tout surgit de la mise hors la loi (par eux-mêmes) des grands groupes prédateurs.

2- Ces grands groupes coûtent très cher aux Sociétés parce que la concurrence n’existe pratiquement plus du tout. Lorsque 2 ou 3 groupes se monopolisent le monde entier nous avons bien là un «communisme privé» puisque le communisme soviétique pouvait être taxé de «communisme public»: mais le résultat est encore moins de liberté individuelle, censure et diffamation, émergence des mêmes dissidences...etc. Le néolibéralisme se démasque comme l’ennemi absolu du libéralisme, de la liberté et de la concurrence. Contrairement à ce que disent les superficiels conformistes, nous vivons dans un système radicalement opposé au système officialisé.
Ce pourquoi le conformiste s’est révélé être extrêmement dangereux :
JAMAIS il n’offre la moindre information sur le réel qui soit juste.
Nous savons désormais qui sont les fauteurs de troubles, les auteurs de tous les désordres, les antisociaux destructeurs, les insurgés du réel, ces contestataires bornés de l’Humanité. Le conformisme nous avait masqué l’entière image du réel en tous ses mécanismes mêmes. Nous savons aussi, désormais, que nous nous en sortirons par la base où tout reste basé; qu’aucune solution ne peut être tirée par le haut vu qu’il «ignore» absolument tout de la réalité qui a été, largement, décryptée dans nombres d’ouvrages censurés par ce même sommet prétendument attentif aux solutions.
Nous ne brosserons que quelques traits de ce vrai réel (que le sommet ne peut connaître). dans, entre autres, « Comment devenir un-e athée - de la religion démasquée - du capitalisme. »... http://www.freethewords.org/dl.php?id=10&idlangue=1&idsession=gBaMKBUr32zj2Kz

Georges Stanechy 26/05/2013 16:40

.
Bonsoir Rita
.
"Changer de religion" pour cette engeance : ce n'est pas pour demain !... Malgré "coups de gueule", "manifs" ou "élections" en tous sens... Autant jeter un seau d'eau sur un canard...
.
L'essentiel est de témoigner solidairement, avec détermination, pour que la "caste" qui nous gouverne sache que nous ne sommes pas dupes. Ni de leur "coup d'Etat permanent", ni de leurs prédations continues à l'encontre de notre collectivité.
.
En attendant que la roue tourne... Car, inéluctablement, elle tourne.
.
Amitiés
.

Pitton Rita 24/05/2013 18:53

Georges j'ai lu avec intérêt ce billet sur le Medef , ces adorateurs du Dieu Marché .
Merci beaucoup pour ce coup de gueule bien mérité .
Quand ils changeront de religion pour adorer le Vrai Dieu d'amour et de justice
ça fera un monde meilleur .
Amitiés .Rita