Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

9 avril 2021 5 09 /04 /avril /2021 22:20

 

 

 

« L’histoire de l’humanité est pleine de récits où la folie le dispute au pouvoir et où les tenants de l’autorité, au cours de l’exercice de leur tyrannie impitoyable ou de leur despotisme insidieux, dans certaines occasions, montrent leur vrai visage : celui de la démence. »

Saverio Tomasella  (*)

 

 

(*)  Saverio Tomasella, La Folie Cachée, Albin Michel, 2015, p. 215

 

 

Partager cet article
Repost0
4 mars 2021 4 04 /03 /mars /2021 19:30

 

 

« D'où qu'elle provienne, l'authenticité hérisse toujours ceux qui appartiennent à la médiocrité de la conscience commune. »

Marie-Madeleine Davy  (1)

 

 

 

 

Oui. Dans le rire et les chansons…

 

Dire, affirmer, ce que nous pensons face à nos oligarques corrompus qui ne cessent d’architecturer la suppression de nos Libertés.

Pourquoi ne pas le chanter, le scander ?...

 

Comme dans cet excellent rap, d’une jeune artiste Keny Arkana : "Violence Masquée". Censuré sur toutes les chaînes ; son producteur allant jusqu’à exiger qu’il soit retiré de son prochain album…

 

Flagrants exemples de la Censure et du Totalitarisme qui accablent notre pays.

 

 

Ce texte dérange, bien sûr, par les vérités qu’il énonce ; mais, qui sont, actuellement, partagées par des millions de citoyens. Dans tous les cas, il donne espoir dans notre jeunesse et sa capacité à réagir face à la violence et l’injustice de nos castes dirigeantes.

Bravo à Keny Arkana, pour son courage et son talent.

 

Encore visible sur Youtube en accès limité, je recommande d’écouter ce percutant manifeste avant sa probable disparition. (2)

 

Son téléchargement étant bloqué ; je n’ai donc pas pu l’inclure dans ce billet.

 

A défaut, je propose en témoignage de solidarité cette vidéo, intitulée :


« Violence Masquée » ne sortira pas - Explications

 

 

 

 

1.  La chronique de Marie-Madeleine Davy, in Question de, n°111, Albin-Michel, 1997.
http://www.moncelon.fr/massdavy.htm
2.  Keny Arkana, Violence Masquée, https://www.youtube.com/watch?v=e-yujR2GEqI


 

Partager cet article
Repost0
16 février 2021 2 16 /02 /février /2021 15:30

 

 

« Dès que l’individu emprisonné par la perversion cherche à se libérer de la toile d’araignée lentement et imperceptiblement tissée autour de lui, l’étau de la perfidie se resserre par le biais de la culpabilisation, de la dépréciation, de l’humiliation, et de l’interdiction de se révolter. »
Saverio Tomasella  (1)

 

 

 

Une vidéo de notre courageuse amie californienne Kim Iversen, qui réalise avec ténacité et honnêteté un énorme travail de réinformation malgré menaces et censures répétées ; à regarder avant nouvelle censure (2) ...

 

 

Dans la francophonie, une vidéo à voir absolument sur les ravages exercés par la "police de la pensée" dans la manipulation et la censure de l'opinion publique afin de la formater selon la ligne idéologique dictée par "l'Etat Profond".

 

Rigoureuses et courageuses, analyses, déconstructions, illustrant stratégies, tactiques, actions et procédés mafieux au service de ce pouvoir dictatorial... (3)

 

 

 

1.  Saverio Tomasella, La Folie Cachée, Albin Michel, 2015, p. 95.
2.  https://www.youtube.com/watch?v=TEQdQUa05hU&feature=emb_logo

3.  https://www.youtube.com/watch?v=_77Ph8bsgT8



 

 

Partager cet article
Repost0
12 février 2021 5 12 /02 /février /2021 15:20

 

 

"Le colonialisme n'est pas une machine à penser, n'est pas un corps doué de raison.
Il est la violence à l'état de nature..."

Frantz Fanon  (1)
 

 

Nous sommes en France. En 2021....

 

Pays, "Phare" des "Droits de l'Homme" nous ânonnent nos castes au pouvoir.

 

Alors que, depuis des décennies, notre Nation ne cesse, en fait, de régresser, dans l'obscurantisme d'un "Racisme d'Etat" le plus halluciné. Formaté, orienté, par un lavage de cerveau constant, obsessionnel, vers une société fondée sur un "apartheid", revendiqué, assumé. Dans la "Bonne Conscience"...

 

Les porte-voix de cette abjection pouvant aboyer leurs éructations maléfiques, véhiculées sur tous les médias - presse écrite, radiophonique, télévisuelle, ou parlementaire - dans l'impunité la plus totale. Et, évidemment, avec la plus grande mansuétude des plateformes dites des "réseaux sociaux", si pointilleuses à l'ordinaire, quant à l'exercice de leur fulgurante censure, sur la défense des "valeurs" de leur "communauté" ... (2)

 

Il est vrai que cette "politique", ou ce  cirque hystérique, drapeau rouge agité sous le museau d'un animal en profonde souffrance, permet de masquer les mécanismes profonds détruisant nos sociétés sur le plan économique et social. Mais aussi "moral", telle la gigantesque corruption dont le spectacle actuel de "La Covida" nous démontre chaque jour les immenses et juteuses ramifications. dont se gorgent nos oligarchies corrompues jusqu'à l'os...

 

Mais, nous savions ce qui nous attendait...  (3)

 

Je vous propose, avant sa probable censure, de visionner ce témoignage présenté par une jeune femme remarquable de courage, d'intelligence, et de sensibilité, révélant la profondeur des abîmes dans lesquels notre pseudo-république est tombée. (4)

 

Abîmes de bêtise, de racisme, de violence. De déni de La Dignité Humaine.

 

Femme admirable de sérénité, de "noblesse d'âme" devrais-je dire, confrontée à l'arbitraire d'un Etat de "non Droit" le plus répugnant.

 

Oui. A présent, nous sommes immergés dans le vomi d'un implacable "Totalitarisme".

 

 

 

 

 

1.  Frantz Fanon, Les Damnés de La Terre, Folio Actuel, Gallimard, 1997 (première publication 1961), p. 92.
2.  Exemple, parmi des dizaines, de ce niveau d'abjection  actuel :
https://www.youtube.com/watch?v=bz06zDLwGqM
3.  Georges Stanechy, Macron : Le Masque de l'Hyperviolence Oligarchique, 11 mars 2017, http://stanechy.over-blog.com/2017/02/macron-le-masque.html
4.  Hanane Loukili, https://www.youtube.com/watch?v=lTxSz7rtWCY

 

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2021 7 24 /01 /janvier /2021 22:50

 

 

"La véritable école du commandement est celle de la culture générale.
Par elle, la pensée est mise à même de s’exercer avec ordre, de discerner dans les choses l’essentiel de l’accessoire, (...) de s’élever à ce degré où les ensembles apparaissent sans préjudice des nuances.
Pas un illustre capitaine qui n’eût le goût et le sentiment du patrimoine et de l’esprit humain.
Au fond des victoires d’Alexandre, on retrouve toujours Aristote..."

Charles de Gaulle (*)

 

 

Il voulait faire une Amérique à nouveau « grande »…

MAGA, était l’acronyme à usage de slogan de la campagne électorale qui avait porté Trump pour un premier mandat à la présidence des Etats-Unis : Make America Great Again

 

Beaucoup y avaient cru.

Il a été forcé d’accepter sa défaite électorale, dans un climat de malversations entachant les comptages des suffrages exprimés, de désordres et de chaos dans de nombreux Etats ; et l’humiliation de se voir censuré par les nouveaux maîtres de l’information ou de la propagande que sont devenus les réseaux sociaux, aux commanditaires réels soigneusement occultés…

Trump : La Chute en Vrille…

Il laisse ainsi un pays profondément divisé, ravagé par une crise économique et sociale d’une ampleur inconnue depuis la fin des années 1930.

 

A sa décharge, dit-on, il n’a jamais pu gouverner, paralysé par les mailles du filet de l’Etat Profond ; à l’exemple des autres Etats occidentaux et affiliés.

 

De plus, son pays a dû subir les redoutables effets d’un virus, aux stratagèmes et déclinaisons à l’infini, se révélant une miraculeuse « ingénierie sociale » pour les oligarchies ; utilisant cet outil protéiforme, avec autant de frénésie que de ravissement, pour implanter un totalitarisme menant leurs concitoyens en troupeaux dans l’enfermement d’un goulag de dictature Orwellienne.

Il n’a même pas pu drainer le « swamp », pour reprendre une de ses expressions favorites. Ce « marécage » pestilentiel de connivences, de combines et de corruptions qui infeste les rouages de l’Etat.

 

C’est le « swamp » qui a triomphé, n’ayant eu de cesse de provoquer sa chute en vrille.
 

Trump : La Chute en Vrille…

 

Ni héros, ni victime, il n’est que le symbole, le constat, la mesure, dans une abyssale perte de « valeurs » morales, ou plus simplement humaines, du délabrement des institutions et des systèmes de gouvernement d’un Etat se voulant « impérial », mais n’étant que décadent. Décadence, par osmose, largement partagée, infusée, chez ses « alliés »…

 

Un « gendarme du Monde » en faillite, sur tous les plans.

Son seul titre de gloire, ou de satisfaction, prenant soin de le rappeler dans son discours d’adieu : il restera dans l’histoire un des rares présidents des Etats-Unis à ne pas avoir déclenché une guerre.

 

Peut-être…

 

Mais, il n’a rien fait, ou rien pu faire, pour arrêter les dizaines de campagnes militaires aux budgets faramineux, aux violences et aux destructions, horribles, quotidiennes, permanentes, infligées à des millions de personnes, initiées par ses prédécesseurs sur tous les continents.

 

En tant que président, incapable de remettre en cause les pratiques de ses prédécesseurs, il a signé les ordres nécessaires pour assassiner de hauts responsables et personnalités de pays qui refusent d’être asservis, en violation des conventions internationales. Véritables crimes de guerre.

Multipliant les « sanctions » économiques ou autres, en violation de ces mêmes conventions, toujours à l’encontre de pays refusant la vassalisation ; sous les prétextes les plus artificiels ou les plus mensongers. Jusqu’à inclure la paisible île de Cuba dans la liste les « Etats terroristes »…

 

Cette paranoïa l’amenant, encadré des plus féroces et sanguinaires pitbulls de l’Etat Profond, de Bolton à Pompeo,  à dénoncer les traités internationaux signés par son pays, dans le cadre de l’ONU, tant avec la Russie ou l’Iran, destinés à éviter les conflits mondiaux.

 

La liste est longue. Arrêtons-là…

 

Sans vouloir l’accabler dans l’acharnement, force est de constater qu’il a commis les erreurs impardonnables pour celui qui a l’ambition de devenir un Homme d’Etat :

 

i)  Ne pas avoir le courage de se retirer lorsqu’il se trouve dans l’impossibilité de gouverner et de mener à bien son programme ; selon ses engagements vis-à-vis de ses électeurs, et selon les valeurs qu’il a promis de respecter. Se noyant dans les compromissions avec ses propres adversaires politiques.

 


ii)  Ne pas choisir des collaborateurs de talent, de conviction et de courage. En lieu et place, se compromettre dans le népotisme le plus délirant. Dans le cas de Trump : sa fille et son gendre ayant plus d’importance politique que des ministres en exercice.

 


iii)  Ne pas se forger une connaissance de la « réalité ». Aussi bien celle qu’affrontent quotidiennement ses propres concitoyens, que celle que traversent depuis des siècles les Nations avec lesquelles on traite.
Ce que le Général de Gaulle appelait la « culture générale », celle qui permet d’exercer l’esprit à peser, évaluer, discerner, la différence entre l’essentiel et l’accessoire, dans leurs nuances.


 

Plastronner dans les médias, ou la Jet set, n’est pas gouverner.
 

 

Finalement, Trump n’est que l’archétype de nos gouvernants actuels, quels que soient nos pays occidentaux ; aussi incultes que serviles à l’égard de l’Etat Profond dont ils appliquent les directives. Son successeur ne vaudra pas mieux.

Souhaitons que sa chute en vrille préfigure celle de nos propres et épouvantables oligarques. En attendant le grand nettoyage.

Tchao Pantin !...

 

Trump : La Chute en Vrille…

 

 

*.  Charles de Gaulle, Le Fil de l’épée, Editions Plon.

 

 

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2021 7 03 /01 /janvier /2021 21:00

 

 

« Le pervers narcissique suinte la satisfaction de lui-même et le mépris d’autrui.
Dans sa posture physique, dans ses gestes, dans sa communication non verbale passe un courant condescendant et navré, voire agacé, par la médiocrité des autres. »

Anne Clotilde Ziégler (1)

 

 

A Tous, je vous souhaite une Bonne Année 2021 !...

 

Nous quittons sans regret 2020, et pouvons aborder les mois à venir avec confiance.

 

Le climat de peur, organisé, entretenu, matraqué, par la propagande de nos oligarques commence à se dissiper : les évidences sont là, incontournables ; la baudruche anxiogène se dégonfle progressivement.

 

La Peste Noire qui nous était annoncée, aux centaines de milliers de morts dans nos pays, aux millions de morts sur notre planète, n’est pas réapparue. 

Ce n’était, ce n’est, qu’
une immense arnaque.

Bonne Année 2021 !...

La malfaisance des castes au pouvoir à l’égard des peuples et nations, y compris de leurs propres concitoyens, trouvera son terme ; et, nos sociétés   ̎occidentales  ̎, profondément dysfonctionelles, décadentes, agonisantes d’injustices sociales et économiques, cruelles de violences guerrières permanentes, auront à se réformer.

 

Un cycle s’achève. La Roue tourne...


Les sociopathes qui prétendent nous gouverner, minables pervers narcissiques à l’arrogance sans bornes, pétris de mégalomanie et de corruption, représentent les Forces du Mal. Elles ne triompheront pas des Forces du Bien, fondement de notre Humanité.

Ce n’est pas faire preuve d’optimisme. C’est une certitude.

Vous savez que j’aime la musique, de tous les genres et horizons. Alors pour célébrer l’inéluctable
Renaissance qui se profile, l’Histoire en a connu plusieurs, magnifiques ; je vous propose d’en écouter une, en ce début d’année.

Un extrait de l’œuvre d’Hans Zimmer, composée pour la trilogie cinématographique The Dark Knight. Allégorie de l’éternelle, l’épuisante, l’implacable, lutte sur notre Terre, entre les Forces du Bien et du Mal. Qui n’est que le chemin initiatique réservé à notre Destin, d’Homme ou de Femme…

 

Interprété par le superbe Orchestre Symphonique de Bucarest, vous y découvrirez une artiste à la voix exceptionnelle, la chanteuse mongole Uyanga Bold. Voix d’un ange descendu parmi nous ; dans cette vidéo, revêtue de la tenue traditionnelle de son pays… (2)

 

Au passage, vous apercevrez la soliste au violoncelle électrique, my sweetheart, Tina Guo, que je vous avez déjà présentée dans ce Blog ; délicieuse de talent et de gentillesse…

 

 

 

 

1.  Anne Clotilde Ziégler, Pervers Narcissiques – Bas les Masques, Editions SOLAR-Harmonie, mai 2015, p. 157

2.  https://www.youtube.com/watch?v=8-wAvbxB7D8

 


 

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2020 2 24 /11 /novembre /2020 20:00

 

 

« Les démagogues, les opportunistes, les magiciens ont désormais la tâche difficile.

La praxis qui les a jetées dans un corps à corps désespéré confère aux masses un goût vorace du concret.

L’entreprise de mystification devient, à long terme, pratiquement impossible. »

Frantz Fanon (*)

 

 

 

Hoy mas que nunca...

 

Aujourd'hui, plus que jamais...

 

Dans nos contrées...

 

Le satanisme ambiant qui nous est imposé, sous la férule d'une oligarchie aussi cynique qu'abyssalement corrompue, ne peut et ne pourra éradiquer le symbole, l'étendard, l'alpha et l'oméga de toute civilisation digne de ce nom : L'Abrazo !...

 

 

 

 

(*)   Frantz Fanon, Les Damnés de La Terre, Folio – Actuel, 1997, p. 128.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2020 1 09 /11 /novembre /2020 22:30

 

 

« Ils se prémuniront contre eux-mêmes par des barrières surnaturelles, tantôt ranimant de vieux mythes terribles, tantôt se ligotant par des rites méticuleux : ainsi l’obsédé fuit son exigence profonde en s’infligeant des manies qui le requièrent à chaque instant. »

Frantz Fanon - Les Damnés de la Terre

Préface de Jean-Paul Sartre (*)

 

 

Etonnant… Plus qu’étrange…

Dans notre pays au "laïcardisme" pur et dur, obsessionnel, ne voilà-t-il pas qu’une "Nouvelle Religion" vient de  s’installer, en quelques mois.

 

Religion ayant pris, aussi vite, racine dans tous les pays de l’OTAN et de ses satellites, jusque dans des pays asiatiques membres de l’ASEAN. Et, avec autant de zèle ou de ferveur…

Avec ses dogmes, dont il est interdit de discuter.

 

Ses conciles, ses synodes et ses encycliques. Ses grands-prêtres, encadrant un clergé aussi zélé que soumis.

 

Ses inquisiteurs, aussi forcenés, hystériques, sadiques et cruels, que ceux de la sinistre Inquisition Médiévale qui avait accablé tous les pays de la chrétienté, sur tous les continents. Les tortures physiques et les bûchers en moins.

 

Ses mises à l’Index, ses censures et ses autodafés, afin d’étouffer toute remise en cause pouvant propager schismes ou hérésies.

Blasphémer est devenu impossible…

 

Encore plus surprenant : il est interdit d’acheter un livre !... Un livre étant considéré comme non indispensable : les librairies sont fermées, et les rayons de livres (même de cuisine…) dans les supermarchés sont interdits d’accès.

 

La Nouvelle Religion et ses Inquisiteurs…

Je me crois à Florence, sous l’administration tatillonne, rigoureuse, implacable, de Jérôme Savonarole. Cela a duré 4 ans : 1494 - 1498 … Mais, ne s’est pas très bien terminé pour lui. Un jour les Florentins se sont réveillés ; et, dans l’explosion d’un ras-le-bol salutaire, ils ont fait le ménage…

Pourtant, il y a des nouveaux convertis heureux de vivre sous la rassurante théocratie dans laquelle nous sommes immergés. Dans la béatitude et l’épanouissement personnel. Dans l’espérance d’un avenir radieux pour l’humanité.

 

Je vous présente l’un d’eux. La solidité de sa foi et sa profonde sérénité m’ont presque convaincu…

 

Si, si, je vous assure !...  Karim Duval.

 

Il nous présente sa métamorphose, dans cette émouvante vidéo …

 

 

 

*.  Frantz Fanon - Les Damnés de la Terre, Folio Actuel, Juillet 1997, p. 49.
La préface de Jean-Paul Sartre est datée de septembre 1961, lors de la première publication de cet ouvrage magistral et injustement oublié, ou plutôt méticuleusement occulté…

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2020 4 22 /10 /octobre /2020 18:00

 

 

« Le despotisme et la tyrannie sont une forme de folie, officialisée, une fureur habilement disculpée et camouflée derrière l’apparence d’une certaine "raison" qui se veut morale et édifiante. »

Saverio Tomasella 

La Folie Cachée - Albin Michel - 2015 - p. 38
 

 

 

Vagues après vagues…

 

Peurs après peurs…

 

Se succédant, s’entremêlant, se chevauchant, se bousculant, se superposant…

 

Nos oligarques ne cessent de vouloir nous submerger, nous noyer.

Dans "
La Terreur".

 

Méticuleusement architecturée, organisée, entretenue, par des campagnes médiatiques, bourrages de crânes, lavages de cerveaux ; les histrions de service, politiciens et journalistes, étant chargés de marteler ce formatage, en permanence, de la peur du lendemain et , surtout, de "La Peur de l’Autre".

Terreur climatique ou écologique, un jour ; terreur sanitaire, un autre.

 

S’y ajoute, dans nos pays dits "civilisés", à intervalles réguliers, la terreur "religieuse". Consistant à stigmatiser une religion, censée constituer "La Menace", "Le Problème", de nos sociétés.

 

Dans les pays de l’OTAN, c’est l’Islam. La France étant à la pointe du mouvement, dans cette persécution religieuse. Nos oligarques, multipliant sermons et prêches, rappelant ceux du pape Urbain II lançant la première croisade, le 27 novembre 1095.

 

Il y a presque mille ans…

 

Mêmes procédés de fanatisation, dans le but d’évacuer les problèmes de la misère d’alors…

 

Une pierre permettant deux coups, à notre ère contemporaine : à l’extérieur, justifier le pillage des pays musulmans détenteurs de pétrole ou d’uranium et leur occupation militaire, si ce n’est leur destruction, s’ils osent résister ; à l’intérieur de nos sociétés, entretenir des tensions entre les citoyens par la création de "boucs émissaires".

 

L’essentiel, par ces perpétuels, hystériques, empilements et matraquages de peurs, étant de ne jamais aborder priorités et urgences que sont les problèmes économiques et sociaux ravageant nos collectivités et nations, dans la précarité et l’injustice.

 

Et, le plus souvent, dans la détresse.

 

Nous le constatons, dans tous nos pays, avec la suppression actuelle de nos Libertés Publiques, d’Opinion, d’Expression, de Réunion, de Manifestation ; et, à présent, de Conscience. Le niveau de désinformation et de "fanatisation" géré par nos oligarchies, permettant de détourner ou d’étouffer toute revendication légitime, est directement proportionnel avec celui de l’injustice économique et sociale.

 

L’Histoire nous l’apprend dans ses cycles séculaires, en attendant le ressac inévitable de cet obscurantisme totalitaire et de cette "horreur économique", écoutons Raymond Devos qui nous rappelle la fonction primordiale d’un oligarque et de ses seconds couteaux :

 

"Parler pour ne rien dire"…

 

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2020 4 03 /09 /septembre /2020 22:30

 

 

 « L’esclavage n’a pas été aboli, mais plutôt étendu aux neuf dixièmes de la population.

Partout. »
Charles Bukowski (1)

 

 

 

Plus courte que celle du yaourt !…

 

Oui. Par les temps qui courent. La durée de péremption d’une information est brève, dès lors qu’elle remet en cause le fonctionnement économique ou social de nos sociétés. Brièveté d’autant plus exponentielle qu’elle sera fondée sur des faits irréfutables ; encore plus accélérateur, sur des témoignages incontestables par leur pertinence et leur qualité.

 

Bientôt, une information « fiable » sera considérée comme un OVNI hypersonique ou, par les poètes, une étoile filante… S’effaçant de l’horizon de La Connaissance aussi vite qu’apparue.

 

Seule surnage, survit, s’incruste ou prospère, noyée dans l’abrutissement du divertissement, "l’information tolérée", contrôlée, par l’autorité politique ; Le "politiquement correct", pour reprendre l’expression de nos amis anglophones.

 

"Information" qui, à force d’être manipulée, déformée, répandue, répétée, matraquée, est de ce fait érigée en "dogme" ; ou, en "acte d'allégeance" tel le port du masque dans nos rues. Toute information non compatible sera, en conséquence, systématiquement dissimulée, étouffée, ou brutalement éradiquée.

 

Anastasie démasquée

 

De l’information, nous basculons ainsi dans "la croyance" ; qui est, actuellement, moins l’expression d’une idéologie que l’instrument d’asservissement des peuples par les castes au pouvoir, en interaction avec l’instauration de La Peur.

 

Pourtant, depuis des années, des milliers d’ouvrages, de conférences, d’articles, de slogans et de gourous, nous persuadaient de l’immense avantage, privilège, quasi paradisiaque, de vivre à « L’Ere de l’Information ». Nous propulsant dans le progrès infini et la béatitude démocratique.

 

Mais, plus ou moins, nous savons tous, ou nous prenons progressivement conscience, qu’il s’agit d’un formatage de l’opinion publique au service des ploutocraties régnantes.

Le plus révélateur de cette "industrie de la désinformation" étant les entreprises de prédations coloniales ravageant depuis des décennies, dans des conditions atroces, les pays du Moyen-Orient tout particulièrement. Dans le mensonge, la dissimulation, la manipulation, la propagande. Et, bien sûr, La Bonne Conscience

 

Dans nos pays dits développées, parmi les plus riches du monde, l’implacable et méthodique progression de l’injustice économique et sociale accablant nos concitoyens, sous le rouleau compresseur de la précarité et de la violence, dissipe le rideau de la cynique fumisterie du "Libéralisme Economique"…

 

Sous nos yeux, l’évidente et grotesque manipulation de l’information structurant ce théâtre d’ombres qu’est la « gesticulation sanitaire » actuelle de nos gouvernants, sur pratiquement tous les continents, met en relief un des mécanismes préférés de tout totalitarisme : "La Censure".

 

Rien de nouveau. L’Histoire ne cesse de nous le répéter.

 

Les moyens techniques changent, mais réflexes et pratiques oligarchiques restent identiques.

 

Dans la seconde moitié du XIX° siècle, "la censure politique", pour la différencier de celle des "bonnes mœurs" d’alors, exerçait ses activités quotidiennes dans l’édition et la presse ; avec pour cibles privilégiées : les caricaturistes. Tournée en dérision sous forme d’un personnage armé d’une énorme paire de ciseaux : Madame Anastasie. (2)

Anastasie Dans Sa Splendeur…

De nos jours, et dans nos Etats dits "démocratiques" moulinant quotidiennement des leçons de Droits de l’Homme à l’égard du reste de la planète, la censure est censée ne pas exister. Nous sommes dans le négationnisme absolu…

 

En fait, Anastasie n’a jamais été aussi débordante de dynamisme, et ses ciseaux frénétiquement actifs. Habilement, elle a changé de "look", devenue entièrement privatisée sous le couvert de "groupes médias" aux noms différents ; exerçant ses forfaits à l’abri d’une protection juridique lui servant de paravent légal.

 

Evoluant ainsi avec ses nouveaux terrains de chasse, créés par les nouvelles technologies : les "réseaux sociaux".

 

Journaux, sociétés d’édition, médias audiovisuels, étant dans leur quasi-totalité aux mains des nomenklaturas, milliardaires en cheville avec les castes au pouvoir, Anastasie commençait à se complaire dans l’inactivité. Les médias traditionnels se transformant au fil du temps de joujoux pour ventiler l’ego des ploutocrates qui nous gouvernent,  en autant de ciseaux à censurer, dans l’orgie des subventions "nationales" ...

 

Notre gouvernement, ces jours-ci, ne vient-il pas d’accorder généreusement près de 500 millions d’euros à cette presse déjà, et en permanence, gavée de subventions étatiques : 840 millions d’euros par an, non compris les aides annexes ?... (3) Alors que "les caisses sont vides" pour améliorer les conditions de vie dans les maisons de retraite et de soins de nos Anciens, à qui nous devons beaucoup…

 

En cette période de « délire hygiéniste » mis en scène par nos princes de l'ombre, Anastasie s’est donc déchaînée sur les nouveaux médias que sont "les réseaux sociaux". Du moins sur ceux qui, via leur support, passionnés de fiabilité et de recherches "sourcées", proposent une information alternative, indépendante, de qualité.

 

Ses proies favorites : les émissions sur des chaînes Web.

 

Pas uniquement en France. Dans tous les pays, ce sont des vidéos qui sont supprimées, ou des chaînes, dès que "le politiquement correct" n’est pas respecté, quelle que soit la fiabilité de l’information véhiculée. A tour de bras, à toute vitesse, à coups de ciseaux…

 

Exemples : Kim Iversen, chroniqueuse Californienne, dont la qualité des analyses et du traitement de l’information est irréprochable, est la victime de cette police "occulte" de la pensée aux USA. Ou encore, en Australie, Caitlin Johnstone qui rappelle dans un article une évidence : quand les groupes internationaux constituent votre gouvernement réel, leurs médias incarnent la presse officielle ; autrement dit "le dogme". Et l’enfreindre, c’est blasphémer et devenir hérétique !... (4)

 

Clauses abusives et pillage du domaine public

 

Le zèle avec lequel Anastasie s’emploie à extirper, entraver, les informations non conformes au "dogme", se pare évidemment de toutes les vertus.

 

Les plateformes internet servant de support aux chaînes vidéos amateurs étant des entreprises privées, travesties en "communautés" : une vidéo, une chaîne avec tout son contenu, seront éliminées, sans discussion, sans recours, sans débat, au prétexte de "ne pas avoir respecté les règlements" de la dite "communauté". Comme on le dirait de l’application du règlement d’un club. Dans l’arbitraire.

Cette hypocrisie, ou cette nouvelle casuistique diront certains, au-delà de l’atteinte flagrante aux Libertés Publiques fondamentales que sont les Libertés d’Opinion et d’Expression, représentent un détournement du droit public et privé dissimulant un authentique pillage du domaine public.

 

Rappelons brièvement quelques principes fondamentaux dans le fonctionnement de nos sociétés ou du Contrat Social qui en est le socle, cyniquement détournés notamment par les multinationales "propriétaires" des supports des publications vidéos.

 

i)  L’impunité des "clauses abusives"

 

Ces groupes mondialisés ne produisent aucun contenu. Leurs sources de profit provenant de la publicité et de la vente des "informations marketing" sur les visiteurs des vidéos, ou des chaines, dont les créateurs sont des internautes eux-aussi. Collatéralement, et de manière occulte, de la colossale évasion fiscale dont ils bénéficient via les niches fiscales, avec cascades de sociétés-écran, et paradis fiscaux organisés à cet effet.

Les créateurs, pour être en mesure de publier leurs contenus vidéos, se voient obligés de signer, sans possibilité de négociation, les fameux contrats ou règlements digitalisés, dont les articles sont astucieusement travaillés pour, sur un claquement de doigt, être unilatéralement interprétés en faveur des "propriétaires" des plateformes internet.

 

C’est se trouver face à un déséquilibre flagrant de la relation contractuelle, fondée sur l’emploi systématique de la clause léonine ayant pour finalité d’attribuer des droits "absolument disproportionnés", en faveur, du détenteur de la plateforme, "par rapport à ses obligations".

 

Ce qui est sanctionné dans toute législation digne de ce nom. Pratique reconnue comme abusive en Droit, la "clause léonine" sera "réputée non écrite". Pouvant entraîner l’annulation de la totalité du contrat dans laquelle elle est insérée. (5)

 

Le droit québécois est plus avancé que le droit français sur ce plan, trop limité aux relations entre associés dans des sociétés, car il régule mieux les « clauses abusives » dans les "contrats de consommation" et les "contrats d’adhésion".

 

Figure ainsi dans le Code Civil Québécois un article, 1437, dont devraient s’inspirer nos législateurs, notamment son alinéa 2 qui stigmatise avec clarté la « clause abusive » :
« … toute clause qui désavantage le consommateur ou l’adhérent d’une manière excessive et déraisonnable, allant ainsi à l’encontre de ce qu’exige la bonne foi; est abusive, notamment, la clause si éloignée des obligations essentielles qui découlent des règles gouvernant habituellement le contrat qu’elle dénature celui-ci. »

 

De quoi faire rendre gorge, par nos juges et procureurs, à ces groupes mondialisés qui par leur racket démolissent, pierre par pierre, nos Libertés.

Anastasie Dans Sa Splendeur…

ii)  Domaine Public et pillage privé

 

Ce phénomène de racket est puissamment renforcé par le pillage du « Domaine Public » par ces groupes. La diffusion des vidéos, pour rester sur cet exemple, s’opère en effet dans un espace couvert par un "territoire national et souverain", que nos gouvernements successifs ont laissé en déshérence ; ou, fermant complaisamment les yeux, abandonné au pillage des groupes mondialisés.

 

En conséquence, ces multinationales se considèrent "propriétaires" non seulement de la diffusion des différents contenus et donc de tout ce qui relève de "l’information citoyenne", mais encore propriétaires de la "pertinence" de l’information…

 

Pourquoi se gêner ?...

 

Alors qu’en Droit, le Domaine Public englobe tout ce qui ne peut faire l’objet d’un droit de propriété individuel ; se trouvant, de fait, au service de la collectivité : les "choses communes", appellation venant du droit latin "res communis".

 

Sont souvent cités en exemple, parmi ces "choses communes", l’air ou l’eau de mer. De nos jours, il convient de mentionner en priorité : "L’Information"…

 

L’article 714 du Code civil français le rappelle :

« Il est des choses qui n’appartiennent à personne et dont l’usage est commun à tous. »

Evidemment, comme dans tout Etat de Droit, il précise :
« Des lois de police règlent la manière d’en jouir . »

 

Sans entrer dans le détail, un arsenal juridique est à la disposition de la Justice pour mettre un terme au pillage du Domaine Public par les multinationales, sévissant sur le réseau Internet pour éradiquer nos libertés citoyennes…

 

A défaut, c’est reconnaître, accepter, valider, le "modèle de propagande" imposé par l’oligarchie mondialisée, tel qu’il est analysé par Noam Chomsky et Edward Herman dans leur étude : La Fabrication du Consentement. (6)

 

N'oublions pas l'avertissement d'Albert Einstein :
"Le monde est dangereux à vivre.
Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."

 

Anastasie Dans Sa Splendeur…

 

 

 

1.  In Le Ragoût du Septuagénaire. Poète de la Dignité Humaine dont cette citation figure dans la préface de l’ouvrage de mon écrivain cubain préféré Pedro Juan Gutiérrez, Le nid du serpent, Albin Michel, juin 2007.
Voir aussi : Georges Stanechy, Pedro Juan Gutiérrez : Bon Anniversaire !, 30 janvier 2007,
http://stanechy.over-blog.com/article-5460619.html

2.  Christian Delporte. « Anastasie » : L'imaginaire de la censure dans le dessin satirique (XIXe – XXe siècles). in : Pascal Ory. La censure en France à l'ère démocratique (1848-…). Bruxelles : Éditions Complexe, 1997.
3.
  La presse recevra des aides supplémentaires de 483 millions sur 2 ans – Une dizaine de dirigeants des quotidiens nationaux et régionaux étaient reçus ce jeudi soir à l’Elysée par Emmanuel Macron, Le Figaro, 28 août 2020, https://www.lefigaro.fr/medias/la-presse-recevra-des-aides-supplementaires-de-483-millions-sur-2-ans-20200827
4.  Caitlin Johnstone, When corporate power is your real government, corporate media is state media, RT, 3 août 2020, https://www.rt.com/op-ed/496962-caitlin-johnstone-corporate-media/

5.  https://www.legalplace.fr/guides/clause-leonine/
6.  https://fr.wikipedia.org/wiki/Mod%C3%A8le_de_propagande

 

Partager cet article
Repost0