Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

16 février 2021 2 16 /02 /février /2021 15:30

 

 

« Dès que l’individu emprisonné par la perversion cherche à se libérer de la toile d’araignée lentement et imperceptiblement tissée autour de lui, l’étau de la perfidie se resserre par le biais de la culpabilisation, de la dépréciation, de l’humiliation, et de l’interdiction de se révolter. »
Saverio Tomasella  (1)

 

 

 

Une vidéo de notre courageuse amie californienne Kim Iversen, qui réalise avec ténacité et honnêteté un énorme travail de réinformation malgré menaces et censures répétées ; à regarder avant nouvelle censure (2) ...

 

 

Dans la francophonie, une vidéo à voir absolument sur les ravages exercés par la "police de la pensée" dans la manipulation et la censure de l'opinion publique afin de la formater selon la ligne idéologique dictée par "l'Etat Profond".

 

Rigoureuses et courageuses, analyses, déconstructions, illustrant stratégies, tactiques, actions et procédés mafieux au service de ce pouvoir dictatorial... (3)

 

 

 

1.  Saverio Tomasella, La Folie Cachée, Albin Michel, 2015, p. 95.
2.  https://www.youtube.com/watch?v=TEQdQUa05hU&feature=emb_logo

3.  https://www.youtube.com/watch?v=_77Ph8bsgT8



 

 

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2021 7 24 /01 /janvier /2021 22:50

 

 

"La véritable école du commandement est celle de la culture générale.
Par elle, la pensée est mise à même de s’exercer avec ordre, de discerner dans les choses l’essentiel de l’accessoire, (...) de s’élever à ce degré où les ensembles apparaissent sans préjudice des nuances.
Pas un illustre capitaine qui n’eût le goût et le sentiment du patrimoine et de l’esprit humain.
Au fond des victoires d’Alexandre, on retrouve toujours Aristote..."

Charles de Gaulle (*)

 

 

Il voulait faire une Amérique à nouveau « grande »…

MAGA, était l’acronyme à usage de slogan de la campagne électorale qui avait porté Trump pour un premier mandat à la présidence des Etats-Unis : Make America Great Again

 

Beaucoup y avaient cru.

Il a été forcé d’accepter sa défaite électorale, dans un climat de malversations entachant les comptages des suffrages exprimés, de désordres et de chaos dans de nombreux Etats ; et l’humiliation de se voir censuré par les nouveaux maîtres de l’information ou de la propagande que sont devenus les réseaux sociaux, aux commanditaires réels soigneusement occultés…

Trump : La Chute en Vrille…

Il laisse ainsi un pays profondément divisé, ravagé par une crise économique et sociale d’une ampleur inconnue depuis la fin des années 1930.

 

A sa décharge, dit-on, il n’a jamais pu gouverner, paralysé par les mailles du filet de l’Etat Profond ; à l’exemple des autres Etats occidentaux et affiliés.

 

De plus, son pays a dû subir les redoutables effets d’un virus, aux stratagèmes et déclinaisons à l’infini, se révélant une miraculeuse « ingénierie sociale » pour les oligarchies ; utilisant cet outil protéiforme, avec autant de frénésie que de ravissement, pour implanter un totalitarisme menant leurs concitoyens en troupeaux dans l’enfermement d’un goulag de dictature Orwellienne.

Il n’a même pas pu drainer le « swamp », pour reprendre une de ses expressions favorites. Ce « marécage » pestilentiel de connivences, de combines et de corruptions qui infeste les rouages de l’Etat.

 

C’est le « swamp » qui a triomphé, n’ayant eu de cesse de provoquer sa chute en vrille.
 

Trump : La Chute en Vrille…

 

Ni héros, ni victime, il n’est que le symbole, le constat, la mesure, dans une abyssale perte de « valeurs » morales, ou plus simplement humaines, du délabrement des institutions et des systèmes de gouvernement d’un Etat se voulant « impérial », mais n’étant que décadent. Décadence, par osmose, largement partagée, infusée, chez ses « alliés »…

 

Un « gendarme du Monde » en faillite, sur tous les plans.

Son seul titre de gloire, ou de satisfaction, prenant soin de le rappeler dans son discours d’adieu : il restera dans l’histoire un des rares présidents des Etats-Unis à ne pas avoir déclenché une guerre.

 

Peut-être…

 

Mais, il n’a rien fait, ou rien pu faire, pour arrêter les dizaines de campagnes militaires aux budgets faramineux, aux violences et aux destructions, horribles, quotidiennes, permanentes, infligées à des millions de personnes, initiées par ses prédécesseurs sur tous les continents.

 

En tant que président, incapable de remettre en cause les pratiques de ses prédécesseurs, il a signé les ordres nécessaires pour assassiner de hauts responsables et personnalités de pays qui refusent d’être asservis, en violation des conventions internationales. Véritables crimes de guerre.

Multipliant les « sanctions » économiques ou autres, en violation de ces mêmes conventions, toujours à l’encontre de pays refusant la vassalisation ; sous les prétextes les plus artificiels ou les plus mensongers. Jusqu’à inclure la paisible île de Cuba dans la liste les « Etats terroristes »…

 

Cette paranoïa l’amenant, encadré des plus féroces et sanguinaires pitbulls de l’Etat Profond, de Bolton à Pompeo,  à dénoncer les traités internationaux signés par son pays, dans le cadre de l’ONU, tant avec la Russie ou l’Iran, destinés à éviter les conflits mondiaux.

 

La liste est longue. Arrêtons-là…

 

Sans vouloir l’accabler dans l’acharnement, force est de constater qu’il a commis les erreurs impardonnables pour celui qui a l’ambition de devenir un Homme d’Etat :

 

i)  Ne pas avoir le courage de se retirer lorsqu’il se trouve dans l’impossibilité de gouverner et de mener à bien son programme ; selon ses engagements vis-à-vis de ses électeurs, et selon les valeurs qu’il a promis de respecter. Se noyant dans les compromissions avec ses propres adversaires politiques.

 


ii)  Ne pas choisir des collaborateurs de talent, de conviction et de courage. En lieu et place, se compromettre dans le népotisme le plus délirant. Dans le cas de Trump : sa fille et son gendre ayant plus d’importance politique que des ministres en exercice.

 


iii)  Ne pas se forger une connaissance de la « réalité ». Aussi bien celle qu’affrontent quotidiennement ses propres concitoyens, que celle que traversent depuis des siècles les Nations avec lesquelles on traite.
Ce que le Général de Gaulle appelait la « culture générale », celle qui permet d’exercer l’esprit à peser, évaluer, discerner, la différence entre l’essentiel et l’accessoire, dans leurs nuances.


 

Plastronner dans les médias, ou la Jet set, n’est pas gouverner.
 

 

Finalement, Trump n’est que l’archétype de nos gouvernants actuels, quels que soient nos pays occidentaux ; aussi incultes que serviles à l’égard de l’Etat Profond dont ils appliquent les directives. Son successeur ne vaudra pas mieux.

Souhaitons que sa chute en vrille préfigure celle de nos propres et épouvantables oligarques. En attendant le grand nettoyage.

Tchao Pantin !...

 

Trump : La Chute en Vrille…

 

 

*.  Charles de Gaulle, Le Fil de l’épée, Editions Plon.

 

 

Partager cet article
Repost0
3 mai 2020 7 03 /05 /mai /2020 22:00

 

 

« Les foules n’ont jamais soif de vérités.
Devant les évidences qui leur déplaisent, elles se détournent, préférant déifier l’erreur, si l’erreur les séduit.
Qui sait les illusionner est aisément leur maître ; qui tente de les désillusionner est toujours leur victime. »

Gustave Le Bon  (1)

 

 

 

 

En France, le gouvernement vient de renouveler, de proroger, ses « pleins pouvoirs », opération camouflée sous la bienveillante appellation d’Urgence Sanitaire, jusqu’au 24 juillet prochain.

En prévision d’une possible "prochaine Vague", affirment nos oligarques : « la deuxième » !

 

Oui.

 

Même si les meilleurs spécialistes en virologie, et les meilleurs centres de recherche du monde, en restent stupéfaits d’étonnement ; eux qui travaillent depuis des décennies dans le domaine : ils ne savent pas d’où sort pareille "stupidité", pareil "fantasme" !... (2)

 

A ce rythme, pourquoi se gêner et ne pas utiliser ce concept de "Vague" en permanence : après la "deuxième", la "troisième", la "quatrième", etc. ?...

Plus besoin d’avoir recours à celui, devenu obsolète, usé jusqu’à la corde, de "Terrorisme" pour maintenir la privation des libertés publiques : d’opinion, d’expression, de réunion. Supprimant ainsi tout débat politique « jusqu’à nouvel ordre ».

 

Nouveau concept, « nouvelle Vague » !...

 

Les spécialistes en « marketing politique », bien souvent cocaïnés jusqu’aux sourcils, ont une imagination intergalaxique…

 

Ils sont payés pour cela. Dans le cas présent, leur domaine de recherche et de production n’est pas de se battre contre les maladies infectieuses, ou pour la promotion d’une authentique Santé Publique, mais formater la "psychologie des foules" (3), des consommateurs, des groupes sociaux. Ce qu’on appelle pompeusement : « l’ingénierie sociale »…

 

Leurs outils fondamentaux : l’illusion, le mensonge, la contre-vérité. Et, tout particulièrement : « La Peur ».

 

Mais, c’est de l’ouvrage sérieux. Leurs travaux, sont toujours avalisés par des « comités d’experts » faisant autorité.

 

"Experts" ?... En fait des voyous finis, grassement rémunérés. Car, il faut être un voyou de la pire espèce pour valider des contre-vérités ; surtout, quand on sait qu’elles vont provoquer morts, destructions, souffrances, désespoirs...

 

Qu’on se souvienne du superbe, néanmoins diabolique, numéro d’illusionniste du ministre de la défense des USA, Colin Powell brandissant sa petite fiole de talc au Conseil de Sécurité de l'ONU, affirmant que c’était de l’anthrax ; "arme de destruction massive" que produirait l’Irak.

 

Tout était faux.

 

Résultat : l’Irak fut détruit et ne s’en est pas relevé : plus de 1,5 millions de morts, des blessés et traumatisés par millions, des destructions, atrocités, massacres, tortures, à l’infini… (4)

 

Un terrifiant exemple de « satanisme politique », je ne trouve pas d’autre terme.

Tant que nos oligarques exerçaient leurs talents prédateurs sur d’autres pays, à des milliers de kilomètres de nos chaumières, nous pouvions laisser dire, laisser faire… Qu’ils mettent le feu et rasent maisons, boutiques, écoles, hôpitaux, barrages, centrales électriques, ponts et routes, de nos voisins… Bof…

Beaucoup d’entre nous ne s’imaginaient pas qu’un jour ces barbares seraient capables d’exercer leur cruauté à l’encontre de leurs propres concitoyens. Les yeux crevés et les mains arrachées des Gilets Jaunes étaient déjà un signe sanglant de leur sauvage détermination : pour conserver leurs privilèges, ceux de leurs maîtres et de leur caste, ils n’éprouveront aucune hésitation.

 

Cette grippe hivernale avec la gestion démentielle de nos autocrates, défiant toute logique et toute approche réellement scientifique, laisse apparaître dans nos « démocraties » le profond délabrement de nos institutions, gangrenées par la corruption des groupes privés, ou de pression, de tous poils…

 
James Madison (un des "Pères" de la Constitution américaine - quatrième Président des USA en 1808) l'avait constaté, et anticipé son développement, dès 1792, parlant de :
"... l'impudente dépravation de notre temps, les pouvoirs privés devenant la garde prétorienne du gouvernement, à la fois ses outils et ses tyrans corrompus par ses largesses et l'intimidant par leurs clameurs et leurs intrigues" (5).

 

Pour ceux qui en prennent conscience à présent, le réveil est brutal. D’autant que nos oligarques, en France n’ont aucune "opposition" tant au parlement que dans les médias de masse. Notre "pseudo-opposition" se dispersant actuellement dans les discussions sans fin sur les masques, et autres faux débats, alors qu’une majorité de français ont perdu leurs revenus ou leurs emplois. Ne sachant même pas s’ils vont les retrouver…

 

Au point qu’à la violence de sa politique économique et sociale, cette nomenklatura en rajoute dans le sadisme. Ainsi un ministre de la santé, à l’arrogance sans limite, se permet de dire à ses concitoyens qu’il ne sait pas encore si le "déconfinement" sera effectif le 11 mai :
« … s'accordant le droit de repousser la date prévue
en cas de relâchement des Français ». (6)

 

Jusqu’à l’infantilisation du Peuple, de la Nation.

 

Impitoyable et méprisante démonstration de perversion, la caractéristique du pervers narcissique étant sa capacité inépuisable à souffler le chaud et le froid, propager l’incertitude et la confusion, dans ce que Saverio Tomasella a remarquablement défini :

 « La malveillance retorse et la méchanceté vicieuse, ou "perversion morale", sont l’exemple même d’une démence camouflée, d’un dérèglement destructeur qui fait tout pour se parer des atours de la vertu et se draper dans les apparences lénifiantes de la "normalité" ».  (7)

 

Heureusement "la société civile", en l’absence de représentants politiques courageux et intègres, se lève, organise sa résistance, en réseau. Je relais la vidéo, avant peut-être qu’elle ne soit censurée sous un prétexte ou un autre, d’un chef d’entreprise, Silvano Trotta ; qui, sur sa chaîne YouTube, bénévolement, a effectué un remarquable travail de "réinformation" et de débats pendant cette guerre à l’encontre du Peuple de France.

 

Ce qu’il y a de remarquable dans cette vidéo, c’est l'héroïque résistance de députés face à la dictature des oligarques de leurs pays, dans l’enceinte même de leurs parlements ; notamment, en Italie et en Autriche. Ce qu'on aurait voulu voir de la part de nos représentants politiques...

Exemples de courage et d’espoir :

 

 

1.  Gustave le Bon, Psychologie des Foules, Félix Alcan - Editeur, 2° édition - 1896, p. 98
2.  Bulletin d’information scientifique de l’IHU Méditerranée – Infection, Point sur l’épidémie : risque-t-on vraiment une deuxième vague ?, 28 avril 2020,

https://www.youtube.com/watch?v=FcvDi6tjldk
3.  Psychologie des Foules, Op. Cit.

4.  Georges Stanechy, Noël : Les Enfants de Falloujah, 14 décembre 2012,
http://stanechy.over-blog.com/article-noel-les-enfants-de-falloujah-113449774.html

5.  Georges Stanechy, Le Libéralisme : La Loi du Plus Fort, 2 mars 2007,
http://stanechy.over-blog.com/article-5865375.html
6.  Déconfinement : le 11 mai en question, 3 mai 2020,
https://www.youtube.com/watch?v=PoSuzB6xsjU
7.  Saverio Tomasella, La Folie Cachée, Albin Michel, 2015, p. 95


 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2020 7 12 /04 /avril /2020 21:00

 

 

 

 « … L’homme d’argile savoura son importance et son pouvoir.

Une fois lancé, l’homme d’argile ne pouvait plus s’arrêter…

Il était insatiable.

Quand il eut goûté à l’or, il voulut tout l’or.
Puis ce fut la terre et tout ce qu’il voyait.

Sa convoitise le poussait à vouloir toujours plus.

Bientôt ce furent des pays, et puis tous les biens.
Sa convoitise empoisonna la terre. »

Joy Harjo  (1)

 

 

 

Dans nos pays d’Occident, l’IMD (Industrie Médiatique de la Désinformation) tourne à pleine vapeur. Aucune limite à son morbide matraquage, heure par heure, dans une hystérie anxiogène sidérante.

 

Dont on se demande si elle sera en mesure de s’arrêter lorsque tous les citoyens de nos sociétés "civilisées" se seront docilement, sur injonction de leurs oligarques armés de leurs appareils répressifs (2), « emmurés vivants » …

 

Jusqu’à leur mort.

Toutefois, ça et là se constituent, progressivement, dans tous nos pays, de courageux îlots de résistance (3) face à ce colossal formatage des esprits ; cette méthodique anesthésie de l’esprit critique ; cette gigantesque manipulation des faits, des chiffres et des réalités (4).

Face à ce goulag "aseptisé", que Michel Foucault avait esquissé dans son ouvrage : « Surveiller et Punir » (5) ; goulag assumé dans une zélée « servitude volontaire », courbant l'échine devant la tyrannie, si finement analysée dès 1574 par Etienne de La Boétie… (6)

Le plus frappant est de constater que dans cette psychose collective, ce chaos planifié et implacablement entretenu, certains milieux ou forces organisées ne perdent pas la boussole…

 

Entre autres : l’obsessionnelle Russophobie.

 

Méthodique propagande à l’extérieur de la Fédération Russe ; et multiples entreprises, ou du moins essais, de déstabilisation à l’intérieur. La faire éclater pour s’emparer de ses immenses ressources est depuis longtemps l’objectif permanent de nos oligarchies.

 

Notre meilleure historienne actuelle, Annie Lacroix-Riz, le rappelle preuves à l’appui : avant la révolution de 1917, sous le dernier Tsar, la quasi-totalité du système financier, des industries et des mines russes était détenue par les puissances européennes. (7)

 

Renouer avec cette fructueuse prédation est l’armature de la pensée oligarchique occidentale.

 

Il est en conséquence intolérable de voir cette Nation être parmi les mieux gérées et les plus solides dans cette crise planétaire. Au point qu’elle se trouve en mesure d’envoyer une aide de grande ampleur aux USA, en Italie (9 avions gros transporteurs…), en Serbie, en Chine et dans d’autres pays.

 

De quoi s’étouffer de dépit, s’étrangler de rage !...

 

Je vous invite à visionner cette courte vidéo de Xavier Moreau, qui vit à Moscou, déconstruisant ces manœuvres d’enfumage, notamment dans les médias français.

 

Un petit régal :

 

 

 

1.  Joy Harjo, « Crazy Brave », Editions Globe – Décembre 2019 – p.26.

Extrait d’un de ses poèmes, traduit de l’anglais.
Joy est une artiste amérindienne née à Tulsa, Oklahoma, d’une mère Cherokee et d’un père Creek.

Elle est la descendante de cette génération de nations autochtones chassées de leurs terres avec leurs seuls vêtements, déportées sur des milliers de kilomètres de pistes par l’armée US, à pied. Plus de 3.500 kms ont été recensées, sur 6 Etats. De 1831 à 1838, en application de l’Indian Removal Act.
Politiciens colonialistes et traîneurs de sabre sanguinaires de l’époque qualifiaient cyniquement cette politique de : « grand dérangement » ; dont le général Winfield Scott – authentique criminel de guerre – qui en fut l'un des plus zélés organisateurs (en 1852, il présenta sa candidature « pro-esclavagiste » à la présidence des USA). Aujourd’hui, il serait un féroce promoteur, dans des dizaines de pays, des politiques « sanctions - changements de régime - chaos organisés et travestis en guerres civiles », avec, cumulés, leurs millions de morts, de blessés, de traumatisés et de personnes "déplacées" ou "réfugiées"…

Environ 10.000 dit-on, certainement beaucoup plus, moururent dans des conditions atroces, d’épuisement, de faim, de soif, de froid… Ce « nettoyage ethnique » est appelé pudiquement dans les livres d’Histoire américains : « The Trail of Tears » - « La Piste des Larmes ».
2.  Georges Stanechy, Macron : le Masque de l’Hyperviolence Oligarchique, 11 mars 2017, http://stanechy.over-blog.com/2017/02/macron-le-masque.html
3.  Exemples :
=>  Au Québec : Radio-Québec, Alexis Cossette, Pandémie :
La Trahison des Médias, 1er Avril 2020, https://www.youtube.com/watch?v=Z5kA6iBpYR4
=>  En Californie : Kim Iversen, RONA Updates : New Projections, Lots of Poverty, Latest Data, 9 Avril 2020, https://www.youtube.com/watch?v=RGeiYxcXtNU

4.  Georges Stanechy, L’Info à sa Source, 18 mars 2020, http://stanechy.over-blog.com/2020/03/l-info-a-sa-source.html
5.  Michel Foucault, Surveiller et Punir – sous-titre : Naissance de la Prison, Editions Gallimard, première parution : février 1975.
6.  Etienne de La Boétie, Discours de la Servitude Volontaire, première publication : 1574.

7.  Annie Lacroix-Riz, La Révolution d’Octobre, 2 décembre 2017, https://www.youtube.com/watch?v=1Cznr1gwVQs

 


   

Partager cet article
Repost0
8 février 2020 6 08 /02 /février /2020 19:19

 

 

« Il ne faut pas quitter les êtres, mais quitter sa vanité, sa bêtise, son moi-égo.

Les choses tombent d’elles-mêmes comme la peau du serpent.

L’Absolu ne brûle que des écorces.

Il n’y a pas de renoncement, les choses quittent d’elles-mêmes. »

Marie-Magdeleine DAVY

 

 

 

 

 

Vladimir Poutine prépare son départ.

 

L’été 2024 marquera la fin de son mandat présidentiel. Constitutionnellement, il n’est plus rééligible.

 

Partir ne lui pose aucun problème, quant à son accomplissement personnel ; n’étant, en judoka qu’il pratique quotidiennement à haut niveau, aucunement structuré sur le ‟paraître” ou la ‟mégalomanie”. A plusieurs reprises, dans ses conférences de presse notamment, il l’a fait comprendre : "une autre vie existe en dehors de la politique".

 

Si sa mission à la tête de son pays s’achève, il entend bien, en Homme d’Etat visionnaire et responsable, s’assurer que le  relais se passe dans de bonnes conditions compte tenu du contexte international extrêmement hostile à l’encontre de la Russie et dangereux pour la Paix planétaire ; l’acharnement irrationnel et belliqueux des membres et satellites de l’OTAN ne cessant de s'amplifier.


 

Le "Discours-Programme" du 15 janvier 2020

 

Le temps passe vite. En ce début d’année, il lance donc le chantier de « La Transition ».

 

Il n’est pas encore l’heure de faire le bilan de son action, mais ses concitoyens lui sont reconnaissants d’avoir sauvé, redressé, la Russie ; sur tous les plans, entouré d’une nouvelle génération de dirigeants et cadres d’un niveau exceptionnel de compétence et de motivation, dans une gigantesque ‟ Renaissance ”. Son immense popularité, tant en Russie que dans le reste du monde, malgré les massives campagnes de dénigrement de la propagande atlantiste, en témoigne. (1)

 

Extraire la Russie du bourbier où l’ère Eltsine (2) l’avait méthodiquement immergée, en proie aux dépeceurs et pillards au service des intérêts occidentaux, exigeait une personnalité à la stature hors du commun. La Russie a eu cette chance, ou cette bénédiction diront certains. Difficile pour nous d’imaginer cette envergure tant nous sommes habitués, sous nos latitudes, à voir nos institutions gangrenées, truffées de politiciens magouilleurs, à l’insolente veulerie ; au point de croire qu’il s’agit d’une normalité incontournable…

 

Son pays était alors obligé de courber l’échine sous l’emprise de la ‟ famille Eltsine ”. (3) Véritable mafia avec un réseau d’oligarques d’une cynique voracité, travestis en « héros de la démocratie » par la propagande OTANesque,  « … une poignée de mauvais génies où figure sa propre fille, la très influente Tatiana Diatchenko. ‟ Pour avoir accès à Eltsine, il faut en passer par elle”, affirme un haut fonctionnaire. Qui ajoute : ‟Ces gens-là sont tous des parvenus, avides d'argent facile et, jusqu'ici, sûrs de leur impunité ”.» (4)

Les Russes n’oublient pas cette humiliante et dramatique période. Encore moins Vladimir Poutine qui assista, encore trop éloigné des leviers de commande de l'Etat, au naufrage de son pays dans la corruption, le pillage, le chaos, au bord de la guerre civile. Eviter à tout jamais le renouvellement d’une telle décadence présente, pour tout membre de la Fédération Russe qui souhaite la pérennité et le rayonnement de sa Nation, une priorité absolue.

 

Depuis des mois, il travaille avec son équipe sur l’architecture de cette ‟Transition” ; Medvedev - son premier ministre démissionnaire - agissant en tant que "directeur de projet". Le 15 janvier dernier, le président Poutine en a présenté le Sens, le Plan et les Moyens d’action, lors de son discours annuel devant l’Assemblée Fédérale. Ce ‟Discours-Programme”, dont le lancement est ponctué par un changement immédiat de gouvernement, présente les axes déterminants de l’évolution de la Fédération Russe, pour au moins les deux prochaines décennies.

 

Evidemment nos médias, pour ne pas changer, quand ils ne l’ont pas occulté, l’ont traité dans la caricature, la condescendance, si ce n’est le mépris. Dans tous les cas, dans la reprise à la virgule près des dépêches d’agence de presse, principales usines de notre hyperactive industrie de la désinformation. (5)

Discours du 15 janvier 2020 du Président Poutine devant l'Assemblée Fédérale

Consolider La Renaissance

 

La consolidation de la ‟Renaissance Russe” constitue l’armature de ce programme. Il est frappant de constater que pour les dirigeants russes et leur président, les fondements de la conduite de l’Etat doivent être ancrés sur ‟la cohésion nationale” et ‟l’écoute des besoins des citoyens”.

 

A l’opposé de ce qui se pratique dans les pays occidentaux ; tout particulièrement en France, où nos dirigeants n'éprouvent aucune hésitation à faire crever les yeux ou arracher les mains de leurs concitoyens lorsqu'ils manifestent contre la dégradation de leurs conditions de vie...

 

Les leçons de l’Histoire et de l'ère Eltsine, avec ses spoliations oligarchiques en cheville avec les prédateurs mondialistes, ont donc été retenues ; le développement de la Russie sera renforcé selon trois vecteurs essentiels :

 

i)  Renforcement de l’Etat-providence pour le partage de la prospérité


La Fédération
de Russie, on l’oublie, est un immense territoire représentant 37 fois la superficie de la France
, pour une population à peine deux fois et demie supérieure ; où cohabitent une multitude d’ethnies partageant toutes les religions et croyances, de l’athéisme au chamanisme…

 

Une cohésion nationale ne s’obtient que sur le respect par ses dirigeants du contrat social liant entre eux tous les citoyens. En premier lieu : le devoir de solidarité et le partage de la prospérité. Tel est le credo de son président et de son gouvernement.

 

Aux antipodes de l’idéologie du ‟capitalisme sauvage” implacablement imposée dans nos contrées dites « Libérales ». La détestation de la Russie de Vladimir Poutine par les oligarchies occidentales, au-delà des convoitises sur les ressources naturelles de son pays qu’il préserve solidement de leurs atteintes, tient aussi à son refus d’adopter le modèle économique et social de « l’ultralibéralisme » réservant la richesse nationale au 1%  des plus riches… (6)
 

Sous la conduite de Vladimir Poutine, la Russie a remboursé son endettement et accumulé des réserves d’or parmi les plus importantes de tous les pays. Ses gigantesques richesses naturelles, dont beaucoup ne sont pas encore intégralement recensées (dans les régions de l’Arctique, en particulier), jusqu’aux ressources en eau de ses milliers de rivières, fleuves et lacs, lui assurent son présent et son avenir. Le tout mis en valeur par des compétences techniques à l’égal des meilleures dans le monde, et protégé par des forces armées qui ne craignent personne.

 

Malgré des "sanctions économiques" répétées pour entraver sa progression, sur fond de diabolisation permanente et délirante des gouvernements ‟atlantistes”, la Russie n’a jamais été aussi prospère ; multipliant les investissements et les réalisations dans tous les secteurs d’activité. Fermant ses frontières aux productions de l’agriculture européenne en représailles aux sanctions de l’UE, par exemple, ses initiatives de substitution ont généré un supplément annuel de 24 milliards de dollars d’exportation de produits agricoles ; soit 2 fois le montant des exportations d’armement…

 

Le point faible ou préoccupant de la Russie ?...

 

Loin des ridicules gesticulations de l’OTAN et leçons de "démocratie" des autocrates corrompus des USA ou de l’UE, c’est son retard démographique. Les 30 millions de morts de la dernière guerre mondiale n’ont pas été remplacés. Les responsables Russes ne s’en cachent pas et sont déterminés à combler ce retard ; dans la promotion d’une politique nataliste, soutenue par une vigoureuse politique sociale et familiale.

 

L’enracinement de La Renaissance Russe a ainsi pour socle, pour priorité, l’édification d’un Etat-providence aussi solide que dynamique, conforté par l’éradication de la bureaucratie grâce à la mise en place d’une ‟économie digitale”.

 

« Pas une minute à perdre !... »

 

Ce n’est pas moi qui le dit, mais Vladimir Poutine lors de l’inauguration de son nouveau gouvernement, le 7 février dernier, en s’adressant à tous les ministres ; dont le nouveau premier ministre, Mikhail Mishustin. Notons-le au passage, un spécialiste de ‟l’économie digitale”, féru d’IT (Technologies de l’Information), et célèbre sur le plan international (y compris dans la presse économique US ou de la City…) pour avoir construit un système fiscal qui passe actuellement pour le plus efficace du monde… (7)
 

Le président insiste : "l’Etat-providence" est un objectif primordial, une urgence, avec pour moteur une ‟augmentation substantielle” des salaires et des revenus, et une amélioration constante de ‟la qualité de vie” des citoyens. Ce sont ses propres termes. Les budgets et les objectifs sont déjà définis, jusqu’en 2026 ; reste à les répartir efficacement et rapidement dans cet immense pays.
 

Regardez l’extrait de l’inauguration du nouveau gouvernement du 7 février 2020, par le président Poutine :

 

ii)  Renforcement des pouvoirs de l’Etat contre oligarchies - lobbies et mafias

 

Immense pays, la Russie est l’objet de menaces et agressions permanentes. En conséquence, Vladimir Poutine n’a cessé de le répéter, sa gestion nécessite un ‟pouvoir présidentiel fort”, aux décisions dont l’exécution doit être rapide.

 

Mais un ‟pouvoir présidentiel fort”, s’il est confié à une personnalité qui se révèle être un voyou, peut engendrer un monstre à la Eltsine, avec une mafia émergeant dans son sillage. Pillant le pays pour leur bénéfice, et celui des puissances étrangères qui les instrumentalisent. 

 

D’autant que ce Cheval de Troie de la prédation occidentale est toujours actif en Russie, n’hésitant pas à agir à visage découvert. Il s’était fait bruyamment remarquer lors du mémorable Forum Politique International de Iaroslav (9-10 septembre 2010). Il est vrai, qu’à cette époque, Vladimir Poutine et son équipe étaient encore faibles face à ce puissant lobby rêvant de ‟l’intégration de la Russie dans l’OTAN”. Rien que ça… Depuis, ils se font un peu plus discrets, tapis dans l’ombre. (8)

 

Rappelons que le pillage de l’ère Eltsine ne s’est pas limité à une évasion colossale des capitaux à l’étranger ; ou, tout aussi grave, au méthodique démantèlement  de ses forces armées par le non paiement des soldes, aggravé par l’arrêt des dépenses de maintenance ou de renouvellement des équipements et infrastructures (des généraux vendaient du matériel pour, entre autres activités, payer leurs personnels).

 

Les "oligarques-gangsters", qui servaient d’hommes de paille aux intérêts étrangers, assuraient le saccage du pays via les « privatisations » ; dont on sait qu’il s’agit, ni plus ni moins, quel que soit le pays, d’un "vol” pur et simple au détriment de la collectivité. Les oligarques achetant, à crédit, donc sans mise de fonds personnelle, des pans entiers de l’économie et des ressources du pays pour un kopek, afin de les revendre dans la foulée à des groupes étrangers ou internationaux, augmentés d’une marge qui les transformaient d'un coup de baguette magique, tel le carrosse de Cendrillon, en milliardaires.

 

Les Russes ont eu les plus grandes difficultés à se saisir de ce ramassis de collabos et de traîtres, pour la plupart réfugiés à Londres (qui refuse de les extrader), se livrant entre eux à de violents règlements de comptes (juridiques devant les tribunaux britanniques, mais aussi physiques) ; achetant à tour de bras clubs de foot, résidences et yachts de super luxe (certains à 150 millions de dollars pièce)… Se retrouvant avec plusieurs passeports ; en général britannique et canadien, le Canada étant le "pays-écran" des groupes miniers internationaux (avec l’Australie) ; et, bizarrement, tous, sans exception, avec un passeport israélien… La protection de ces ‟héros de la démocratie”, tant célébrés par nos médias de la propagande, revêt souvent de curieuses configurations…

 

Pour en neutraliser autant que possible l’éventualité, une redistribution des pouvoirs au sommet de l’Etat russe sera progressivement mise en place. Tout en conservant un pouvoir présidentiel fort (maintien de son autorité sur l'armée et les forces de l'ordre), celui de la Douma (équivalent de notre Assemblée Nationale) sera renforcé. Par exemple, elle aura à approuver, ou valider, la nomination du premier ministre.

 

Autre mesure phare : le renforcement des pouvoirs du Conseil d’Etat qui agirait en organisme de supervision, ou de contrôle, des décisions et actions du président par rapport aux délimitations constitutionnelles. Notons que Medvedev, suite à sa démission en tant que premier ministre, vient d’être nommé vice-président de ce Conseil.

 

Et, principale disposition que tous les observateurs ont retenue : la limitation des mandats présidentiels dans la durée. Ils seront limités à "deux" dans l’absolu ; et, non plus comme actuellement à deux mandats "consécutifs".

 

Ce rééquilibrage des pouvoirs au sommet de l’Etat sera inséré dans une série d’amendements constitutionnels et soumis au vote. Il sera complété, en synergie, par des dispositions, toutes aussi fondamentales, relevant de la protection de la Souveraineté Nationale.

 

iii)  Renforcement de la Souveraineté Nationale contre l’emprise des puissances ennemies

 

Si la Russie a réussi sa Renaissance, il n’en est rien pour les anciens pays communistes de l’Europe dite ‟de l’Est” ou des pays Baltes, dont certains sont devenus membres de l’Union Européenne et de l’OTAN.

 

Beaucoup croupissent sous des régimes ‟Eltsiniens”, rongés par la corruption, noyautés par par des « collabos » prêts à vendre leur âme pour une poignée de dollars et, certains, de millions de dollars. Agents de corruption formés à l’étranger, possédant plusieurs nationalités, servant de relais aux prédations des oligarchies de l’Occident qui, bien souvent, les ont « placés » et les manipulent. 

 

Pour endiguer ces infiltrations et manœuvres des puissances ennemies, afin de préserver la Souveraineté Nationale, trois amendements constitutionnels majeurs vont être introduits :


=>  Interdiction aux membres du gouvernement, aux juges et aux élus de posséder une double nationalité ou des titres de séjour à l’étranger


=>  Obligation pour tout candidat aux élections présidentielles  d’avoir vécu les vingt-cinq années précédentes en Russie et n’avoir jamais possédé une autre nationalité


=>   Interdiction d’appliquer toute loi internationale, ou extraterritoriale, dès lors qu’elle limite les droits et libertés des citoyens Russes, ou contrevient aux dispositions de la Constitution de la Nation.

 

 

Aucun doute : cette consolidation de "La Renaissance" de la Russie va contribuer à démultiplier son dynamisme et sa progression économique. Saluons, chapeau bas, Vladimir Poutine, cet Homme d’Etat qui a su rendre à ce pays de grande civilisation son rayonnement et sa prospérité.

 

Comme, il avait su le faire pour la ville de Saint-Pétersbourg, dont il fut maire avant d’accéder aux plus hautes fonctions de sa Nation.

Terminons, à ce propos, par une brève ballade dans Saint-Pétersbourg, magnifique ville, une des plus belles vitrines de
"La Renaissance Russe", en plein boom économique :

 

 

1.  Sur les angles d’attaque du formatage Russophobe chez les membres de l’OTAN et autres pays inféodés :
=>  Georges Stanechy, Poutine : Frankenstein et les Prédateurs, 20 avril 2007,

http://stanechy.over-blog.com/article-6444426.html
=>  Georges Stanechy, ‟Pussy Riot” & Propagande de Caniveau, 18 août 2012,
http://stanechy.over-blog.com/article-pussy-riot-propagande-de-caniveau-109210184.html
=>  Georges Stanechy, Russophobie : Analphabétisme Géopolitique, 31 août 2014,
http://stanechy.over-blog.com/2014/08/russophobie-analphabetisme-geopolitique.html
=>  Même la Suisse, dite "neutre", n’échappe pas à cette lèpre intellectuelle ; exemple caricatural : Poutine la menace, Géopolitis, RTS, 20 novembre 2016, 

https://pages.rts.ch/emissions/geopolitis/8083055-poutine-la-menace.html
2.  Gilles Biassette, Les Scandales Financiers Eclaboussent le Clan Eltsine, La Croix, 31/08/1999, https://www.la-croix.com/Archives/1999-08-31/Les-scandales-financiers-eclaboussent-le-clan-Eltsine-_NP_-1999-08-31-481623
3.  Emmanuel Hecht, Même les Mafieux ne Veulent plus du Système Eltsine, Enjeux les Echos, 1/12/1999,
http://archives.lesechos.fr/archives/1999/Enjeux/153-72-ENJ.htm
4.  Sylvaine Pasquier, Alla Chevelnika, Philippe Coste, Le Tsar Pervers et Corrompu – Terrorisme, scandales en série, décomposition de l’Etat… Pathétique fin de Boris Eltsine, cramponné à la barre d’une Russie dérivant tel un bateau ivre, L’Express, 23/9/1999,
https://www.lexpress.fr/informations/le-tsar-pervers-et-corrompu_634986.html

5.  Parmi les spécialistes du genre :
=>  Le gouvernement de la Russie démissionne, Vladimir Poutine veut changer la Constitution, Capital, 15 janvier 2020,
https://www.capital.fr/entreprises-marches/le-gouvernement-de-la-russie-demissionne-vladimir-poutine-veut-changer-la-constitution-1359774
=>  Benjamin Quénelle, Vladimir Poutine change la Constitution et son gouvernement. Pourquoi ?, La Croix, 15 janvier 2020,
https://www.la-croix.com/Monde/Europe/Vladimir-Poutine-change-constitution-gouvernement-Pourquoi-2020-01-15-1201072001
=>  Russie : Vladimir Poutine a formé son nouveau gouvernement - Tout change. Rien ne change - L’Express, 21 janvier 2020,
https://www.lexpress.fr/actualite/monde/russie-vladimir-poutine-a-forme-son-nouveau-gouvernement_2115809.html
=>  Anna Frantz, Russie : Poutine forme son nouveau gouvernement, gardant des ministres clés, Le Figaro, 22 janvier 2020,
https://www.lefigaro.fr/international/poutine-forme-son-nouveau-gouvernement-gardant-des-ministres-cles-20200121
6.  Le Média, Macron ou l’Orgie des Ultra-Riches - Monique Pinçon-Charlot, 21 janvier 2019,
https://www.youtube.com/watch?v=JEOj91N7tn8
7.  IT expert, hockey fan & piano player : Meet Russia’s Prime Minister candidate Mikhail Mishustin, RT, 16 janvier 2020,
https://www.rt.com/russia/478380-mishustin-pm-candidate-volodin-fetisov/

8.  Georges Stanechy, Russie : Le Putsch des Atlantistes, 17 octobre 2010,
http://stanechy.over-blog.com/article-russie-le-putsch-des-atlantistes-59074347.html

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2020 5 10 /01 /janvier /2020 23:30

 

« Comme Faust, ils ont fait le choix de la haine pour devenir immortels.
La haine est une force malfaisante et mortifère de destruction qui donne de l’énergie. »

Saverio Tomasella  (1)

 

 

 

Le général Iranien Soleimani a été assassiné, le 3 janvier 2020, à sa descente d’avion sur l’aéroport international de Bagdad sur ordre du président des Etats-Unis. Il revenait de Beyrouth avant de rentrer à Téhéran. Faisant escale en Irak à l’invitation de son gouvernement, au cours d’un voyage officiel.

Pour justifier cet acte, l’industrie de la désinformation a activé les fourneaux de ses cuisines pour nous servir la bouillie de sa propagande diabolisante, la France se distinguant par son zèle : presse, radio, TV,  ‟censure-occultation” des moteurs de recherche, trolls automatisés distillant leurs commentaires sur les réseaux sociaux ; avec, brassant de leurs louches cette soupe, les "prêcheurs-bonimenteurs" travestis en "experts" autoproclamés du Moyen-Orient et de l’Iran.

 

Objectif : Blanchir les auteurs du crime et anesthésier les opinions publiques, dans une soporifique ‟Bonne Conscience”…

 

Dressant de ce général, dans le meilleur des cas, un portrait à la Picasso. Autrement dit : n’importe quoi…

 

Cet évènement par sa dimension symbolique a une portée aux conséquences majeures pour la région, dont les enjeux échappent totalement à ceux qui l’ont organisé ; révélant leur abyssale imbécillité, leur analphabétisme crasse : culturel, historique, géopolitique. Et, même, spirituel.

 

Leur fanatisme colonial. D’un autre âge.

 

Essayons la simplicité et la précision, pour en délimiter les contours…

 

 

Soleimani : La Victoire Posthume d’un Valeureux Général …

 

Un Soldat d’Elite…

 

Il était un ‟soldat”. Et tel, il se revendiquait. Tout simplement et uniquement.

 

‟Soldat” d’élite. Au service de sa Nation, en premier lieu. Mais aussi, des Peuples de la région occupés, dévastés, spoliés par la soldatesque étrangère, d’une cruauté sans borne, venue de pays situés à des milliers de kilomètres ; avec ses hordes de mercenaires et coupeurs de gorges. (2)

 

Non pas un ‟Homme de l’Ombre”, comme l’affirme la propagande francophone ;  copié-collé du qualificatif ‟Shadow General”, de la propagande anglophone. Il ne se cachait pas, dans des grottes ou des souterrains. Il était connu de tous, dans son pays et au-delà.

 

Homme discret pourtant, dont l’humilité était une qualité fondamentale, il devait sa notoriété à ses faits d’armes.


Il commandait la brigade Al Qods, qu’il avait contribué à forger, secondé par un remarquable encadrement issu, comme lui, des tranchées, marais et combats de rue des 8 ans de la guerre Irak-Iran. (3)

 

Cette Unité des forces spéciales est intégrée aux Forces Armées des Gardiens de la Révolution. Immense organisation militaire qui gère outre son armée de terre, avec sa propre artillerie et sa défense anti-aérienne, sa marine, son aviation, ses missiles à longue portée, ses centres de recherche, ses usines d’armement. Avec des centaines d’officiers généraux et supérieurs, d’ingénieurs et de chercheurs ; de très haut niveau, technique, mais tout aussi important, en termes de motivation.

 

Nous sommes loin, très loin, des descriptions caricaturales de la propagande décrivant les Gardiens de la Révolution en ramassis de fanatiques…

 

Normal : les propagandistes n’ont jamais lu, ni cherché à comprendre, la Constitution Iranienne. Un modèle du genre, qui a su contourner le problème de toute révolution : le détournement de ses acquis, notamment économiques et sociaux, par l’oligarchie et ses profondes ramifications.

 

… Membre d’une Armée d’Elite

 

Deux forces armées coexistent, en effet, en Iran.

 

Les Gardiens de la Révolution mais encore, une Armée Nationale, régulière, avec sa marine, son aviation, ses régiments de missiles, ses centres de recherche (très pointus dans les radars) et industries d’armement (chantiers navals, notamment).

 

Deux armées se répartissant la protection du pays en étroite collaboration, et sous la coordination d’un Ministère de la Défense dont le titulaire, à tour de rôle, est un général provenant de chacune d’elles. Les Gardiens de la Révolution ayant pour responsabilité essentielle la façade sud du Golfe Persique, alors que l’armée régulière, notamment sa marine et son aviation, protège la façade iranienne de la mer Caspienne et celle donnant, à la sortie du détroit d’Ormuz, sur le Golfe d’Oman.

 

Les forces armées des Gardiens de la Révolution sont directement rattachées au "Guide Suprême" qui est le ‟garant de la Constitution”. Tout coup d’Etat militaire est ainsi rendu impossible. Pour comprendre cette conception, ou ce mécanisme, livrons-nous à une analogie.

 

Le Guide Suprême, assisté d’un Conseil aux membres cooptés, n’a aucun pouvoir exécutif qui relève du gouvernement, ni pouvoir législatif qui est exercé par le parlement élu. En tant que "gardien de la Constitution", pour la faire éventuellement respecter face à des putschs, généralement orchestrés par des gouvernements étrangers (actuellement : Venezuela, Bolivie, etc.), il dispose des forces dissuasives nécessaires. Agissant, en fait, comme le Président d’un Conseil Constitutionnel, avec « le pouvoir » de la faire appliquer si besoin est.

 

Imaginons que le CNR (Conseil National de la Résistance), à qui nous devons tous nos acquis sociaux (Retraites, Sécurité Sociale, etc.) que nos oligarchies successives (4), depuis la présidence Pompidou, s’acharnent à démanteler sous couvert de "modernisation" du pays (6° pays le plus riche du monde…) ait conservé à la fin de la deuxième guerre mondiale les FFL (Forces Françaises Libres) de la Résistance ; les organisant, les renforçant, en puissantes forces armées, indépendantes de l’armée nationale, pour les mettre à disposition du Conseil Constitutionnel…

 

Il n’est pas certain que nos oligarques, officiels et dissimulés, agiraient à longueur d’année dans l’impunité et le mépris de la volonté populaire. Crevant des yeux et arrachant des mains… (5)

Des centaines de milliers de personnes ont participé aux  funérailles du général Soleimani dans les priipales villes du pays

Des centaines de milliers de personnes ont participé aux funérailles du général Soleimani dans les priipales villes du pays

Un Homme d’Honneur et de Valeurs

 

En dehors de ses responsabilités militaires, il menait une vie simple. Hors des coteries politiques - elles sont aussi nombreuses et vibrionnantes en Iran qu’ailleurs - et sans aucune relation avec les milieux d’affaires, sans lesquels aucun destin politique n’est possible. D’une rigoureuse probité, il se tenait à l’écart de cette sphère.

 

Prétendre, comme certains médias l’ont claironné, que le général Soleimani aurait été un probable candidat à la présidence du pays, pour succéder à Rouhani, est d’un ridicule intergalactique… Mais, chacun sait que nos médias débitent des bobards à la chaîne.

 

La propagande, il est vrai, veut faire croire que l’Iran est "décapité", selon les termes d’un journal du soir : ‟le numéro 2 du régime” vient d’être ‟éliminé” !... Comme un poulet dont la tête vient d’être tranchée d’un coup de sabre et qui continue à courir en battant des ailes, sans savoir où il va…

 

C’est prendre ses désirs pour la réalité…

 

Il était un général parmi d’autres. Tous aussi valeureux et décorés que lui. Certes, le général Soleimani commandait une brigade d’élite, couvert de gloire, admiré et aimé de ses frères d’armes, ce qui ne faisait pas de lui ‟le numéro 2 du régime”, ou de l’Etat. Proférer de telles affirmations est aussi grotesque que prétendre que le général commandant la Garde Impériale de Napoléon était ‟le numéro 2 du régime napoléonien”. Mais nos médias, dans un rapport fusionnel, ne cultivent-ils pas le grotesque ?...

 

Vieille mentalité coloniale, considérant qu’assassiner un chef de tribu permet d’assurer l’asservissement du reste de la collectivité…

 

L’Iran "décapité", apeuré ?...

 

C’est démontrer, là encore, une idiotie, une ineptie, de dimension sidérale. Héritier d’une des civilisations les plus brillantes que l’Humanité ait connue, des siècles de connaissances et de réalisations accumulées, plus de 3 fois la France en superficie, près de 85 millions d’habitants, aux multiples universités à la pointe des recherches (nanotechnologies, en particulier), ressources naturelles et potentiels économiques : "décapité" ?...

 

Evidemment, ce courageux général était détesté des Occidentaux qui voulaient sa peau, le portraiturant en" terroriste" ; eux, qui détruisent des pays, et sèment le chaos, pour mieux piller... Il le savait, mais ne craignait pas la mort.

 

Il avait développé une activité importante, au sein de sa brigade, dans la formation et l’entraînement des armées alliées ou partenaires de l’Iran, à leur demande.

 

En Syrie, avec ses collaborateurs, en association avec les forces russes et syriennes, il avait fortement contribué à reprendre villes et villages, occupés et saccagés par les mercenaires de l’OTAN. Rue par rue, tunnel par tunnel, immeuble par immeuble, étage par étage, les principales agglomérations furent reconquises. Plusieurs de ses hommes, dont des officiers supérieurs, y laissèrent leur vie.

 

Se retrouvant face aux forces spéciales américaines, britanniques et françaises, armant et encadrant chacune leurs propres milices sous des noms différents. La France, s’illustrant par son dynamisme dans la création du chaos syrien ; souvenons-nous de notre ministre des affaires étrangères Fabius se félicitant du ‟bon boulot” de la milice Al-Nostra ‟made in France”…

 

Les vociférateurs de l’OTAN ne pouvaient lui pardonner.

 

D’autant qu’il avait, par son charisme, sa patience et sa compassion, un formidable talent diplomatique "de terrain" ; sachant convaincre et rassurer, lors des nombreuses négociations de reddition, ou de retournement, de certaines milices.

 

Un Résistant Intransigeant face à la prédation Occidentale

 

On le disait anti-américain, anti-occidental… Même pas. C’était pour lui, l’archétype du faux problème.

 

Le général Soleimani se considérait foncièrement comme un "résistant" face aux prédateurs, quelle que soit leur nationalité, se comportant en terre conquise. Il ne voyait pas pourquoi sa Nation, sa Région, devaient être livrées au pillage de pays étrangers, dictant leur mode de gouvernement, d’organisation économique et sociale, ou sociétale. Dans le mépris, l’humiliation, les destructions et les souffrances les plus horribles. (5)

 

De quel Droit ?... Droit Divin ?... Droit Biblique ?... Droit Chamanique ?... Droit sorti de la cuisse de Jupiter ?...

 

Il était né peu de temps après le renversement du gouvernement démocratique de Mossadegh, par les services secrets britanniques et américains, en 1953. Les Iraniens en ont été marqués. Renversé par un  coup d’Etat fomenté par des puissances étrangères pour avoir eu l’audace de demander des comptes sur les extractions de pétrole et de gaz des compagnies anglo-américaines et, devant leur refus, les avoir nationalisées…

 

Les Occidentaux installèrent, alors, leur polichinelle mégalomane, le Shah d’Iran,  dans une des plus atroces et sanglantes dictatures - avec sa sinistre police secrète la Savak - que la planète ait engendrée.

 

Ils n’acceptèrent jamais la révolution populaire de 1979 qui provoqua l’exil du Shah.

 

Il n’oubliait pas, pour l’avoir vécu et vu beaucoup de ses concitoyens y mourir, que les Occidentaux armèrent et poussèrent Saddam Hussein à envahir par surprise l’Iran en 1980. Imposant (les Iraniens le qualifient de "Guerre Imposée") un conflit qui dura 8 ans, et provoqua d’immenses destructions.

 

Particulièrement visées, toutes les installations pétrolières et gazières furent détruites, l’Iran se trouvant otage d’un blocus l’empêchant  de s’armer ou de se procurer des pièces détachées pour se défendre ; l’Union Soviétique frontalière étant entravée par son effondrement ne pouvait apporter aucune aide.  Tout son matériel étant, sous le Shah, quasi intégralement de fabrication anglo-américaine…

 

Il était intransigeant, comme la majorité des Iraniens, sur le respect de la souveraineté de sa Nation, et la protection des acquis de la Révolution. Tout particulièrement, les acquis sociaux, représentés par la gratuité des soins et de l’accès à l’enseignement pour tous.

 

Son assassinat est sa dernière victoire… Dans d’immenses, et émouvantes funérailles, le Peuple iranien s’est uni dans une réaction solidaire face à l’arrogance sanguinaire des Occidentaux.

 

Il avait une sereine confiance en l’avenir de son Pays, qu’il savait à présent solide, en état de se défendre. En pleine Renaissance, malgré menaces et embargos qui ne l’impressionnaient pas. Avec une jeunesse pleine de vitalité et confiante dans son avenir.

 

Une vidéo très récente, tournée par un couple de français lors des dernières fêtes de fin d'année. Pour en finir avec "l'iranophobie" délirante de notre industrie de la désinformation...

 

La Nation Iranienne, grâce à des hommes comme lui, peut enfin vivre dans la dignité de sa souveraineté, malgré la guerre économique qui lui est infligée par l’Occident depuis une quarantaine d’années, dans une iranophobie délirante ; renouant peu à peu avec la force et le rayonnement du prestigieux passé de la Perse.

 

Quand je vois le niveau d’avilissement de nos oligarques, corrompus, vendus, vassalisés, dans l’obséquiosité la plus abjecte, j’éprouve à l’égard d’un Homme de la trempe du général Soleimani un immense respect et la plus profonde admiration.

 

 

 

 

 

1.  Saverio Tomasella, La Folie Cachée, Albin Michel, 2015, p. 213
2.  Georges Stanechy, Noël : Les Enfants de Fallujah, 14 décembre 2012,
http://stanechy.over-blog.com/article-noel-les-enfants-de-falloujah-113449774.html
3.  Georges Stanechy, Khorramchahr : Le Verdun Iranien, 18 juin 2014,
http://stanechy.over-blog.com/2014/06/khorramchahr-le-verdun-iranien.html
4.  Georges Stanechy, Macron : Le Masque de L’Hyperviolence Oligarchique, 11 mars 1917,

http://stanechy.over-blog.com/2017/02/macron-le-masque.html
5.  Georges Stanechy, Où Va l’Argent ?..., 15 janvier 2019, 
http://stanechy.over-blog.com/2019/01/ou-va-l-argent.html

 

Partager cet article
Repost0
7 mars 2019 4 07 /03 /mars /2019 20:00

 

 

« D'où qu'elle provienne, l'authenticité hérisse toujours ceux qui appartiennent à la médiocrité de la conscience commune."

Marie-Madeleine Davy (1)

 

 

 

Décoiffant !...

 

Un colonel français vient de secouer, avec vigueur, le palmier Syrien !

 

Les assises de notre bureaucratie galonnée en tremblent, de rage et de désespoir… Jusqu’au plus profond des trous de souris de notre Deep State - prolongement de celui de notre suzerain "étatsuniens" - avec notre IMD (Industrie Médiatique de la Désinformation) tétanisée de stupeur.

 

François-Régis Legrier, Chef de corps du 68e régiment d’artillerie d’Afrique, a publié une magistrale analyse sur l’engagement militaire de la France en Syrie et en Irak, dans le numéro 817/Février 2019 de la RDN (Revue de la Défense Nationale). D’autant plus pertinente qu’il commandait le corps expéditionnaire français "officiel" (nos "forces spéciales" et services spéciaux grenouillant de façon occulte) nommé Force Wagram au Levant, d’octobre 2018 à février 2019. Intitulée, en forme d’interrogation :

« La bataille d’Hajin : victoire tactique, défaite stratégique ? »

Nos oligarques politico-militaires l’ont avalée de travers. Réagissant, à l’exemple de toute "République Bananière Démocratique et Populaire", par la censure de l’article ; retiré du site de la RDN, et promettant les plus sévères sanctions à son auteur qui devra rendre compte à sa hiérarchie. (2)

 

Heureusement, il circule sur le Web en dépit de la traque organisée et peut être consulté à loisir. (3) Jusque dans l’enceinte de l’ONU, où le représentant de la Syrie en a cité de larges extraits. (4)

 

Encore plus grotesque que cette stupide et minable censure (5), notre ministre de la défense, Florence Parly, comme une malade s’acharnant à briser son thermomètre, n’hésite pas à employer les vieilles ficelles de la calomnie et de la diffamation, pour décrédibiliser le témoin ou le messager (6) :

« Je vois donc dans son attitude une certaine fausseté et un manque de courage ... »
 

Pitoyable "ministricule"... Comme en toute époque décadente, les dédales de notre nomenklatura en sont encombrées, Les Têtes à Claques se ramassent à la pelle.

 

Par une méthodique mise au point du 27 février 2019, le Général Henri Roure a implacablement cloué le bec de nos perruches oligarchiques en rappelant ce que tout responsable politique ou militaire devrait savoir et suivre, si nous appartenions à une authentique "Démocratie", dont "honnêteté" et "mérite" en seraient les piliers  (7) :

« Devoir de Réserve et Devoir d’Expression »

Hajin - Dans la zone des richesses pétrolières de la Syrie

Hajin - Dans la zone des richesses pétrolières de la Syrie

Pourquoi tant de fureur chez nos satrapes ?...

 

A la première lecture, le colonel Legrier se livre à une critique ciblée, pointant du doigt l’incohérence d’une intervention militaire, par les forces de l’OTAN sous les ordres des Etats-Unis, en Irak et en Syrie : gabegies, inefficiences, divergences de commandement et de communication, engendrées par une Tour de Babel d’incompétents dont les méthodes ne provoquent que colossales destructions et dévastations pour les populations civiles.

 

Rien de neuf sous le soleil, en termes de lointaines expéditions militaires (8) …

 

Partant de son vécu à Hajin, dans la province Syrienne de Deir ez-Zorr, riche en hydrocarbures ; où les troupes françaises intervenaient sous sa responsabilité directe (9). S’y trouve une « poche » qui :

« … regroupe en septembre 2018 environ 2 000 combattants islamistes dont une majorité d’étrangers. S’étirant sur une trentaine de kilomètres le long de l’Euphrate en territoire arabo-kurde syrien et large d’une dizaine de kilomètres, elle est le dernier bastion du soi-disant Califat « État islamique », autant dire pas grand-chose. »

 

Bizarrement, cela a pris des mois au gigantesque marteau-pilon de l’OTAN pour maîtriser ce « pas grand-chose »…

 

Justifiant, à partir de son analyse, une conclusion qui ne devrait surprendre personne :
« …
Nous avons prolongé inutilement le conflit et donc contribué à augmenter le nombre de victimes au sein de la population.

Nous avons détruit massivement les infrastructures et donné à la population une détestable image de ce que peut être une libération à l’occidentale laissant derrière nous les germes d’une résurgence prochaine d’un nouvel adversaire. »

 

Et, le courage de poser le problème de fond :

« Telle est la réalité de la guerre aujourd’hui qui doit nous conduire, décideurs politiques et chefs militaires à un examen critique salutaire sur notre façon de concevoir et faire la guerre. »

 

Encore faudrait-il préciser : "quelle guerre" ou "quel type de guerre" ?...

 

Le film Apocalypse Now de Francis Ford Coppola sur la "guerre du Vietnam", posait les mêmes questions et dénonçait les mêmes errements (10) :

« Nous étions dans la jungle, nous étions trop nombreux, nous avions trop d'argent, trop de matériel et petit à petit, nous sommes devenus fous. »

 

Qu’on se souvienne de l'hallucinante scène d’attaque du village Vietnamien, au lever du jour, par un régiment d’hélicoptères de l’armée US ; avec à sa tête son colonel au foulard jaune (époustouflante interprétation de Robert Duvall), accompagné d'un hélicoptère, équipé de puissantes enceintes, diffusant à plein volume la Chevauchée des Walkyries de Wagner.

 

C’est ainsi que des contrées dites "sous-développées" voient débarquer des fourgons d’un Occident mégalomaniaque, aveuglé de sa "supériorité technologique", dans le carnage et la désolation : Liberté, Démocratie et Civilisation …

Le plus intéressant dans l’article du colonel Legrier n’est pas ce qui est discuté. Tant au niveau de la "tactique" s’appliquant à une bataille, que de la "stratégie" relevant de la conception et de la gestion d’une campagne militaire. Mais, davantage, ce qui n’est pas écrit ou explicité ; le "non-dit", dont le silence assourdissant est plus que révélateur, émergeant de quelques "faits" simplement énoncés...

 

C’est en cela que l’article est brillant.

 

En filigrane, il démontre, éclaire puissamment, ce que nos oligarques tiennent à dissimuler : à l’opinion publique, à la communauté des citoyens. Avec une ouverture de l’analyse sur les perspectives "géopolitiques" et, au-delà, "éthiques". Courageuse approche, d’autant plus précieuse qu’elle est effectuée par un "observateur-acteur" sur le terrain.

A partir de l’ubuesque et pharaonique pagaille "OTANesque" dont il a été témoin et acteur malgré lui à Hajin, en Syrie, avec son corps expéditionnaire, le colonel Legrier propose une saine réaction.

 

Ne serait-ce que pour ne pas trahir la confiance des citoyens, à qui notre oligarchie ne cesse de rabâcher que « les caisses sont vides » , tout en augmentant chaque année le budget de la "Défense Nationale" (le premier d'Europe) :

« … conduire décideurs politiques et chefs militaires à un examen critique salutaire sur notre façon de concevoir et faire la guerre. »

Syrie : Un Colonel Français Secoue le Palmier…

"Examen critique" soulevant 3 questions cruciales :

 

i)    Quelle guerre ?

 

"Concevoir et faire la guerre"... Oui. Mais, quelle guerre ?...
 

Cet officier supérieur confirme que la France occupe militairement un pays souverain et y procède à des bombardements provoquant, directement ou indirectement, des catastrophes innommables à l’encontre des populations civiles. Sans aucune "guerre déclarée" entre cet Etat souverain et le nôtre ; d’autant qu’il ne nous a pas agressés.

 

Rappelons-le : sans mandat de l’ONU, ni demande de sa part sous forme d’un accord de coopération militaire ou d’alliance. C’est donc en toute illégalité que la France intervient avec ses forces armées en Syrie.
 

Nous le savons, le chaos syrien a été préparé, organisé, par les pays de l’OTAN sous la conduite des USA. Sur fondement des mensonges de la propagande évoluant, dans le cynisme le plus total, en fonction de la situation sur le terrain : initialement renverser un "sanguinaire dictateur" et apporter La Démocratie, puis lutter contre un terrorisme menaçant nos chaumières dans un formatage islamophobe démentiel, puis éliminer la présence de l’Iran. Et tutti quanti… (11)

 

Quelle guerre ?...

 

La France doit-elle participer à l’instauration de "chaos" sous forme de guerres civiles (Afghanistan, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie, Yémen, etc.) dans des pays qui ne nous menacent en aucune façon : militairement et économiquement. S’associant à de nouvelles formes de guerres coloniales, de prédations en bandes organisées sous le drapeau de l’OTAN ?... Consistant à annexer des gouvernements, pour y loger des gangsters aux ordres, et se répartir le pillage des pays ainsi asservis ?...

 

Ou, faut-il se recentrer sur la défense de "notre souveraineté nationale", complètement abandonnée sous nos gouvernements successifs depuis le départ du président de Gaulle ?...

 

Nous sommes incapables de nous faire respecter, à commencer de nos propres alliés de l’OTAN. Inaptes à concevoir et mener les nouvelles formes de guerre qui sont des "guerres économiques", commerciales, technologiques, psychologiques, cybernétiques ; dynamisées par des circuits de corruption parfaitement "huilés"...

 

Pour preuve : notre totale, honteuse, obséquieuse, servilité face aux diktats des USA ; nous imposant "amendes" ou "sanctions" mirobolantes, zones commerciales à exploiter ou pas, productions à commercialiser ou pas, suivant l’humeur du moment…
 

ii)  Quelle Géopolitique ?

 

Mener des guerres illégales contre qui, et pour quels objectifs ? Quels sont notre vision, notre destin, nos enjeux, "géopolitiques" ?  Quelle est notre vocation en tant que Nation, à l’égard de nos partenaires amis ou concurrents, et en tant que membre de cette Planète au devenir plus qu’incertain ?...

 

Quel est notre ennemi ?

 

Les « supposés islamistes » que nous bombardons sont, nous le savons, notre création, avec les autres membres de l’OTAN. En majorité des étrangers, ajoute le colonel Legrier ; c’est-à-dire : des non-Syriens. En clair, des mercenaires envoyés et armés dans ce pays par les soins « occidentaux » ; même si pour l’essentiel les financements sont assurés par nos auxiliaires que sont les Etats fantoches : Arabie Saoudite et Emirats Arabes Unis.


Dans une annotation à son texte (note 2), ce colonel d'artillerie précise :

« Il faut également souligner l’emploi massif par Daech de roquettes et de mortiers allant parfois à des consommations de 100 munitions par jour. »

Témoignage irréfutable : ces mercenaires, encerclés depuis des mois, bénéficient d’un flot continu de munitions. Et donc, d’approvisionnements de toutes catégories indispensables au moral et à l’hygiène des combattants : médicaments, produits alimentaires, courrier et colis, etc. Expliquant l’excellent niveau de combativité, décrit dans son article : en mesure de lancer de violentes contre-attaques, souvent réussies, sans aucun appui aérien, ni artillerie à longue portée.

 

Un tel degré de motivation, de la part d’individus qui ne se battent pas « pour sauver leur patrie », prouve le paiement régulier des confortables soldes et primes des mercenaires (en particulier sur les comptes bancaires dans des banques émiraties) ; l’exfiltration des blessés et de l’encadrement, si nécessaire. Sinon, il n’y aurait pas un tel zèle, dans la capacité de résistance…
 

Nous livrons une guerre à un ennemi « préfabriqué » par nos soins, des "commandos de la mort", avec, pour les affronter au sol, dans les zones sous notre contrôle, des milices armées et encadrées, aussi, par nos soins.

 

Dans quel but ?...

 

Installer le chaos, pour mieux piller. Guerre par "proxies" interposés, suivant l’expression à la mode, que nous avons pratiquée aux côtés de nos alliés en Chine pendant un siècle (1840-1940) : armant des chefs de guerre contre d’autres chefs de guerre, changeant de cheval au gré de l’évolution de nos intérêts.

 

Stricte application du Plan Oded Yinon, officiellement publié en 1982 : démembrer et dévaster tous les Etats du Moyen-Orient. La Syrie en premier lieu : lui arracher le 1/3 de son territoire situé à l’Est de l’Euphrate (qui n’a jamais été peuplé de kurdes, précisons-le), riche en pétrole ; pour y constituer un Etat Kurde. A ce déplacement de population (pour satisfaire collatéralement les volontés Turques), serait ajoutée la partie kurde de l’Irak.

Soit. Mais, là encore, qu’en-est-il de nos intérêts, et de notre souveraineté, pour se joindre à de telles "aventures" ?...

Le Plan Oded Yinon de 1982

Le Plan Oded Yinon de 1982

iii)   Quelle Ethique ?

 

Le colonel Legrier est sans ambigüité :

« Hajin a subi le même sort que Mossoul et Raqqa : une destruction quasi complète. »

 

Ajoutant :

« In fine, la question qui se pose est de savoir si la libération d’une région ne peut se faire qu’au prix de la destruction de ses infrastructures (hôpitaux, lieux de culte, routes, ponts, habitations, etc.).

C’est là, l’approche assumée sans complexe, hier et aujourd’hui, par les Américains ; ce n’est pas la nôtre et nous souhaitons ici indiquer ce qui aurait pu être fait pour mettre l’ennemi hors de combat sans transformer la poche d’Hajin en champs de ruines. »

 

Témoignage imparable de lucidité : la France se livre ainsi à des crimes, non pas "de guerre" puisqu’il n’y en a pas officiellement, mais "contre l’humanité". Les mots sont galvaudés, peut-être, mais il s’agit bien de non combattants, de civils innocents, qui sont massacrés ; la plupart du temps, dans leurs habitations et autres lieux de vie.

 

Oui. Crimes.

 

Au mépris des multiples conventions internationales, garantissant plus particulièrement la protection des populations et infrastructures civiles ; dites Conventions de Genève, où fut créée la Croix Rouge.

 

La France "pays des droits de l’Homme" ne cessent de trompeter nos oligarques… Pays qui détient le record du monde au mètre carré d’associations de protection de tout ce qui bouge : quadrupèdes (mention spéciale pour les gorilles et chimpanzés…), bipèdes, vertébrés, invertébrés ; qui nage, avec ou sans nageoire ; jusqu’aux abeilles et aux arbres…

 

Pays qui se livre, s’associe, participe, aux crimes les plus atroces, aux plus gigantesques dévastations et destructions, dès lors qu’il s’agit d’êtres humains…

 

Nous voilà devenus une nation vassale d’intérêts étrangers à ceux de notre pays, de valeurs étrangères à notre Nation, du moins dans son inconscient collectif ; à court, comme à long terme.

 

Pour engager notre pays, nos forces armées, dans de pareilles  opérations criminelles, de "banditisme étatique", nos oligarques, ne peuvent être que des "vendus" à des puissances étrangères. Ni plus, ni moins.

 

Le constat établi par le colonel Legrier, dans son approche clinique, en est l’atterrante vérité.

 

Nos marionnettes despotiques ne s’y sont pas trompées ; d’où leurs féroces aboiements…

 

 

 

 

 

1.  La Chronique de Marie-Madeleine Davy, in Question de, n°111, Albin-Michel, 1997.
http://www.moncelon.fr/massdavy.htm

2.  Jean-Dominique Merchet, Opération Chammal : l’article du colonel Legrier passe mal à Paris – Le chef de la TF Wagram (artillerie) critique la manière américaine de faire la guerre au Levant. Paru dans la RDN, son article est retiré du site, 15 février 2019,
https://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/operation-chammal-l-article-colonel-legrier-passe-mal-a-paris-178107
3.  Article repris, notamment, sur ce site : Réseau International, 16 février 2019,
https://reseauinternational.net/la-bataille-dhajin-victoire-tactique-defaite-strategique/?fbclid=IwAR0kmc9nky-Hnrmv5IlSmFh0dH3wavkzol%E2%80%937LVQE_FQQ8Fc5AMXRX6W8UI
4.  Bachar al-Jaafari (Délégué Permanent de la Syrie à l’ONU), Hajin/Syrie : Pourquoi les Etats occidentaux coalisés entretiennent-ils une armée sans oser l’engager sur le terrain ?, 26 février 2019, http://www.comite-valmy.org/spip.php?article10958
5. 
La France sanctionne le débat sur la réalité de la lutte contre Daesh, Réseau Voltaire 1er mars 2019,

https://www.voltairenet.org/article205407.html
6. http://www.opex360.com/2019/02/28/mme-parly-annonce-des-sanctions-contre-le-colonel-ayant-critique-la-conduite-des-operations-au-levant/
7.  Général Henri Roure, Devoir de Réserve et Devoir d’Expression, 27 février 2019, http://www.comite-valmy.org/spip.php?article10943

8.  Georges Stanechy, Et, Un Tonneau d’Oreilles !... Un !..., 6 septembre 2007,

http://stanechy.over-blog.com/article-12203963.html

9.  Intervention dite Opération Chammal, depuis 2016, composée notamment d’un soutien d'artillerie avec une batterie de quatre camions équipés d'une pièce d'artillerie de 155 mm (canon Caesar).

10.  Palme d’Or au Festival de Cannes en 1979, ce film tourné aux Philippines est l’adaptation d’une nouvelle de Joseph Conrad, Au cœur des ténèbres, dont l’action se situe au "Congo ex-Belge"…
11.  Georges Stanechy, Panique Chez les Egorgeurs de l’OTAN, 12 octobre 2015,

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2019 7 24 /02 /février /2019 19:00

 

 

« Comme Faust, ils ont fait le choix de la haine pour devenir immortels.
La haine est une force malfaisante et mortifère de destruction qui donne de l’énergie. »

Saverio Tomasella   (1)

 

 

 

 

Documentaire exceptionnel, je le mets en ligne avec d’autant plus de plaisir qu’il ne sera jamais diffusé par notre IMD (Industrie Médiatique de la Désinformation).

 

Pour le moment, cette vidéo, d’une durée de 25 minutes, n’est sous-titrée qu’en anglais. Mais, images, visages, situations, dans leur vibration ou leur émotion, transcendent toute parole.

 

Elle présente des artistes Syriens qui luttent et reconstruisent leur pays ravagé  par le chaos infligé par les pays de l’OTAN et ses mercenaires, dans la joie et le bonheur partagés de la danse, la musique, la sculpture, la peinture.

 

Oui, dansant le Tango dans les rues de Lattaquié ; sculptant sur les murs des tunnels du quartier de Ghouta, à Damas, où s’incrustèrent longtemps les milices occidentales ; fabriquant des instruments de percussions musicales avec des fers à béton récupérés dans les gravats…

 

Intitulée (2) :

Syrian Tango - Art and Dance reviving Syria’s soul

Magnifique expression du courage d’un Peuple, d’une Nation. Percutante énergie démontrée par une jeunesse incarnant l’Espoir, à l’exemple de celle de Palestine, dans La Renaissance de l’ensemble de la Région.

 

Un des témoignages les plus émouvants est celui de cette mère, souriante, déterminée, fière de sa Patrie, épouse du chef d’orchestre de Jazz Dulamah Shehab (Damascus Jazz Band) - obligé de fuir un moment au Liban, mais tellement heureux d’être revenu (3) - qui disait à sa fille de "danser" pour conjurer sa peur, sous le déluge des obus de mortier des terroristes s’abattant sur leur quartier. Oui, ceux qui faisaient du "bon boulot" d’après un de nos ministres des affaires étrangères

 

Renaissance de l’Ame Syrienne par l’Art et la Danse…
 

Saisissante représentation, aussi : celle d’un échec.

 

Celui de l’Occident : Echec de l’Ultime Croisade.

 

Depuis des siècles, l’Occident s’acharne à vouloir coloniser, spolier ou ravager le Moyen-Orient. Nos livres d’Histoire occultent les prédations d’une insoutenable violence à l’encontre des peuples et nations de cette région.
 

Toujours sous de vertueux prétextes : "Libérer le Tombeau du Christ, Apporter La Civilisation, La Démocratie, La Liberté", et bla-bla-bla.

 

Depuis plus de 900 ans… Les croisades se sont succédées, sous une forme ou une autre.

 

La première, organisée sous l’égide de l’OTAN de l’époque qu’était le Vatican, remonte à 1096 - 1099. Urbain II, le pape d’alors, demandait aux chrétiens de s’unir « … pour combattre les païens et délivrer les frères d’Orient »…

Depuis, des historiens ont détricoté le cynisme, à l’abyssale cruauté, de cette propagande… (4) Piétaille, endoctrinée, fanatisée, exploitée par les marchands d’armes et les spécialistes en logistique de ces opérations terrestres et maritimes (Venise y édifia sa fortune…) ; gangsters féodaux, plus malins, s’y taillant sur mesure des fiefs sous la forme des Royaumes Francs ou Etats Latins du Moyen-Orient.

Syrian Tango : Echec de l’Ultime Croisade…

Tous nos gouvernements ont participé à ces destructions et spoliations sanguinaires, implacables, dans le mensonge. Hier. Comme aujourd’hui. Avec nos forces armées, nos armements, nos diplomates, nos parlementaires et nos ministres. Et, même, nos cimentiers

 

Envers des peuples qui ne nous ont rien fait.

 

Tout particulièrement, la Syrie.

 

Malgré l’héroïque résistance de la Nation Syrienne, et sa victoire actuelle, nos oligarques affirment vouloir maintenir notre expédition militaire en Syrie ; obéissant, ainsi, aux injonctions de leurs maîtres sans consulter le peuple français, dans une guerre qu’il n’approuve pas. Loin de la défense de notre souveraineté nationale. A l’encontre de nos propres intérêts, ceux relevant de notre influence économique ou culturelle.
 

Signe évident : la langue française très pratiquée, depuis le mandat accordée par la SDN en 1920 sur la Syrie et le Liban, a pratiquement disparu. Au profit de l’anglais, bien sûr. Mais, à présent, de la langue russe. La Russie accueille de nombreux étudiants Syriens ; non seulement dans ses académies militaires, mais aussi dans ses prestigieuses écoles d’ingénieurs, toutes disciplines, et ses facultés de médecine.

L’obstination, l’aveuglement, de nos oligarques dans la promotion d’une idéologie coloniale, prédatrice, d’une sauvagerie sans limite, rencontre de plus en plus de résistance. Notre pays a d’autres priorités, d’autres urgences ; les valeureux Gilets Jaunes sont là pour le rappeler depuis des semaines, que de défendre des intérêts qui ne sont pas les siens.

Mais, soutenir une telle opinion se révèle un blasphème – on dit « complotisme » de nos jours (5) – en nous opposant ainsi aux volontés de nos maîtres, envers qui nous sommes redevables, coupables, d’un « péché originel »… Oui. Depuis notre naissance. En conséquence, nous devons leur obéir les yeux fermés ; sinon, nous sommes considérés comme appartenant au camp de « La Haine ».

 

Fébrilement, dans une véritable chasse aux sorcières digne du Moyen-Age, nos parlementaires s’activent pour légiférer, stigmatiser, pourchasser, censurer les, soi-disant, partisans de « La Haine »…

 

Oubliant que notre jeunesse née dans les années 2000, biberonnée par Internet, dans l’éclat de rire d’une de ses expressions favorites, annonçant celui de La Renaissance de notre pays, ne se laisse pas prendre au jeu de la peur religieuse :

« Le "péché originel" je m’en bats les (n)ouilles !… ».

 

C’est inéluctable, comme le rappelle ces jours-ci un chroniqueur (6) :

« … ces appels à la censure, ce refus de reconnaître l’humanité et la légitimité de l’opposant, ils ne doivent pas tromper : il ne s’agit en aucun cas de marques de puissance, mais bien des derniers soubresauts, désespérés, d’une idéologie à bout de souffle.

Les tentatives de censure, autant que celles de repousser l’adversaire dans le camp de la haine, ne sont que l’ultime refuge de l’incompétence et de la peur d’un ordre moral qui a fait son temps et d’une idéologie à l’agonie qui, chaque jour, entre un peu plus en conflit non seulement avec le réel, mais aussi avec ses propres principes déclarés. »

 

Comme toute doctrine prédatrice, l’idéologie coloniale occidentale au Moyen-Orient, quel qu’en soit l’emballage moralisateur ou religieux, vient d’atteindre son butoir. La Victoire et La Renaissance de la Nation Syrienne en sont la preuve.

Elle sera balayée par le Souffle de l’Histoire, comme un des multiples déchets de la Folie Humaine.

 

 

 

1.  Saverio Tomasella - La Folie Cachée – Albin Michel – 2015 – p. 213
2.  Diffusée sur Youtube depuis le 15 février 2019 par RT News, https://www.youtube.com/watch?v=fW9Pn2YV3i4
3.  Il figurait sur une liste de personnalités à assassiner. Rappelons que, dans l’instauration du "chaos organisé" selon un plan soigneusement élaboré, les mercenaires atlantistes abattaient (par balles ou explosifs) à la sortie de leur domicile, en dehors des officiers de l’armée, de nombreux cadres et personnalités du monde civil ; notamment chirurgiens et chefs de cliniques, spécialistes des centrales électriques ou stations d’épuration d’eau, routes et équipements d’infrastructure, radios et télévisions, etc.
4.  Notamment, un incontournable : Amin Maalouf, Les Croisades vues par les Arabes, Editions J’Ai Lu, 1999.

5.  Georges Stanechy, Rhétorique Totalitaire : Le « Complotisme », 30 janvier 2015, http://stanechy.over-blog.com/2015/01/rhetorique-totalitaire-le-complotisme.html
6.  Martial, La Censure et la Haine – Que cache l’idéologie de la lutte contre la ‘’haine’’ et du contrôle des médias sociaux ?, 18 février 2019, https://neo-masculin.com/la-censure-et-la-haine/

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2019 6 05 /01 /janvier /2019 18:00

 

 

 

 

A tous mes Amis-Lecteurs, j’adresse mes Meilleurs Vœux pour l’Année 2019 ; ainsi qu’à ceux qui leur sont chers.

 

Partager avec nos proches, affection, amitié, solidarité, reste essentiel en ces temps chaotiques. Car, nous le savons, cette nouvelle année sera encore plus dure et violente que celle qui vient de se terminer.

 

Dans nos sociétés occidentales, l’hyperviolence de nos oligarchies mafieuses sera impitoyable ; uniquement soucieuses de conserver leurs privilèges générés par leur corruption effrénée, arcboutées sur leurs colossaux moyens de répression, de désinformation, d’anesthésie et d’abrutissement des opinions publiques. (1) Elles aggraveront encore et toujours, sans aucun scrupule, les injustices sociales et économiques à l’encontre de leurs propres concitoyens.

 

Sans regret, ni état d’âme.

Quant à leurs prédations, spoliations et pillages, dont elles accablent les nations en développement ou en renaissance - notamment au Moyen-Orient,  ces nomenklaturas prises dans leurs vertiges mégalomaniaques, continueront à vouloir les multiplier. Jusqu’à rechercher, au-delà des incessantes provocations, le conflit armé avec les grandes puissances que sont Chine et Russie.

Ces deux pays se préparent à l’affrontement et affinent leurs capacités de riposte.

 

Signes forts, la veille du Nouvel An : le Président Poutine vient d’assister au lancement réussi du nouveau missile hypersonique intercontinental atteignant 27 fois la vitesse du son (2); et, le Président Xi vient de donner l’ordre de préparation au combat de l’ensemble des forces armées chinoises. (3)

 

L’explosion d’un conflit mondial se présente, ainsi, au seuil de 2019…

Dans ce monde d’irresponsabilité, de folie, de satanisme déclaré par son niveau de cruauté, nous nous devons de garder l’espoir dans la résistance au chaos.

 

Pourquoi ne pas commencer l’Année par une chanson face à la sauvagerie ?...

 

Je vous propose la magnifique voix d’Inma Cuesta, dans une belle déclaration d’Amour : Una de esas noches sin final.

 Manière d’opposer un pied de nez, ou une quenelle, aux déjantés qui nous gouvernent.

This song to H…

My Tinker Bell and My Lady

 

 

 

 

1.  Georges Stanechy, Macron : Le Masque de l’Hyperviolence Oligarchique, 11 mars 2017, http://stanechy.over-blog.com/2017/02/macron-le-masque.html

2.  Vladimir Isachenkov, Russia says its new weapon is 27 times faster than the speed of sound, Military Times, 27 décembre 2018, https://www.militarytimes.com/news/your-military/2018/12/27/russia-says-its-new-weapon-is-27-times-faster-than-the-speed-of-sound/

3.   Xi orders PLA to step-up war preparation efforts, Global Times, 4 janvier 2019, http://www.globaltimes.cn/content/1134637.shtml

 

 



 

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2018 7 02 /12 /décembre /2018 09:05

 

 

« Aujourd’hui, les formes dominantes d’institution et de pouvoir sont la forme totalitaire et la forme mafieuse avec une forme intermédiaire qui serait la combinaison des deux. »

Gérard Haddad (1)

 

 

 

 

Je fais le crédit à mes Amis-Lecteurs de comprendre l’anglais, avec l’accent US…

Mettant en ligne une vidéo d’une quinzaine de minutes d’un entretien sans trouver le temps nécessaire de traduire, encore moins de sous-titrer. (2)

 

Intitulée : « Can America Survive a "Stupified Plutocracy" ? »…

 

Rendre la subtilité du titre se révèle délicat : « Les Etats-Unis peuvent-ils renaître d’une "Ploutocratie Pétrifiée" ? » ; est mon choix de traduction.

 

« Stupified », selon le contexte, recouvre une multitude de sens : stupéfié, médusé ;  ou encore tétanisé, rendu inconscient de son environnement, déconnecté de la réalité, par un état de choc ou la prise de drogue. En français plus courant, on pourrait dire "sclérosé" ou, plus brutalement : "abruti", de drogue, d’alcool, ou plus certainement dans le sens du propos, d’imbécilité mégalomaniaque…

 

Elle illustre une lame de fond s’accélérant en vitesse et force : la remise en cause grandissante de la Ploutocratie aux Etats-Unis : régime spoliateur mis en place par les grandes fortunes s’emparant des richesses de la nation ; augmentant exponentiellement leur fortune pendant que l’appauvrissement de leurs concitoyens ne cesse de s’approfondir.

 

Aucun pays dit "occidental", figurant dans les premiers PIB de la planète, n’échappe à ce type de tyrannie politique, dissimulée à l’abri du paravent « démocratie ».

 

Un rapport du parlement britannique, sous la direction de l’ancien ministre Travailliste Liam Byrne, vient de mettre en garde sur les violentes crises (employant le terme « explosions ») à venir dans nos sociétés. Du fait de l’accroissement exponentiel, au rythme minimum de 6% l’an, la fortune des 1% les plus riches de la planète d’après les estimations, atteindra 64 % de la richesse mondiale d’ici 2030 (3).

Dans son rapport publié le 22 janvier 2018, OXFAM International était encore plus sévère, estimant qu’en 2017, 82% de la richesse créée dans le monde avait été accaparée par le « 1% » … Alors que près de 4 milliards de personnes n’avaient enregistré aucune augmentation de leurs revenus. (4)

Dans cette vidéo, la présentation d’un livre par son auteur : Money and Class in America. (5) Rien de nouveau à ce genre d’exercice ou de promotion, mis à part dans ce cas : le site diffuseur et l’auteur.

Gilets US : A "Stupified Plutocracy"…

Aux Etats-Unis, la contestation contre l’injustice sociale et économique est très vivace, comme celle emblématique du mouvement Occupy Wall Street (OWS). Malgré son occultation par les grands médias, par peur de la contagion.

 

Et ce, depuis de nombreuses années et même décennies. En 2007, j’avais évoqué dans un billet (6) le bouleversant témoignage de Barbara Ehrenreich, dans son livre : “Nickel and Dimed” (7) sur la précarité et la détresse d’une partie grandissante du peuple américain ; pour avoir effectué, elle-même dans le cadre de ses recherches, les petits boulots de serveuses, vendeuses, etc.

 

Dès 1932, John Dos Passos avait écrit un "livre coup de poing" sur les violentes luttes sociales, véritable guerre civile larvée rongeant les grandes villes industrielles, en réaction à l’exploitation du patronat américain : L’An Premier du Siècle – 1919 (7).

Cette vidéo donne un coup de projecteur sur l’extension de ces mouvements de contestation du modèle économique, imposé par la caste au pouvoir, que j’ai surnommés les "Gilets US". De plus en plus, rejoints par des membres éminents de l’oligarchie du pays ; suffisamment lucides pour se rendre compte que leur nation va droit dans le mur.

 

Trois points marquants :

 

i)  Le site diffuseur est celui du Institute for New Economic Thinking. Un organisme d’économistes et de chercheurs qu’on ne peut taxer comme on le fait systématiquement aux Etats-Unis de "communiste" ou "cryptocommuniste", dès lors qu’on se livre à une remise en cause du sacro-saint Libéralisme Economique.

Ce blasphème, en France, provoque un qualificatif diffèrent, mais tout aussi immédiat dans le procès d’intention : on est "rouge-brun" ou "populiste". Pour étouffer toute velléité de contestation, chez les plus émotifs, on rajoute la louche traditionnelle : "antisémite", "homophobe", et bla-bla-bla…

 

Cette plateforme de réflexion propose de changer de paradigme du fait de l’échec des théories, modèles économiques et sociaux actuels ; que nos amis anglophones appellent : « Neoclassical Economics ». Qui n’engendrent qu’inégalités croissantes et chômages à tous les niveaux. Sachant, d’après leur propre constat de chercheurs, que « … la résistance au changement est substantielle – tant dans la discipline que dans le monde en général » (… "… the resistance to change is substantial — both inside the discipline and in the world at large").

ii)  L’auteur du livre, Lewis H. Lapham, est issu d’une des familles les plus renommées des USA. Son grand-père était maire de San Francisco ; son arrière grand-père fut un des fondateurs de Texaco. Un de ses fils est marié à la fille de l’ancien premier ministre canadien, Brian Mulroney.

 

Quant à lui, après avoir transité par les établissements d’enseignement les plus huppés (Yale, entre autres), il est devenu écrivain, essayiste, éditeur, directeur de publications dont le prestigieux Harper’s, (fondé en 1850)

 

Rien d’un "casseur-populiste-encagoulé"…

 

 

iii)  Et, pourtant, il cogne… Dur.

Dénonçant les sybarites au pouvoir, déglingués de stupidité et de mégalomanie, promoteurs de l’injustice économique et sociale et de l’éradication du rêve américain d’une démocratie rayonnante ; dans leur propre pays et dans le reste du monde…


Chronique d’une évolution, peut-être même d’une révolution annoncée.

 

 

 

 

1.  Gérard Haddad - Lumière des Astres Eteints - Grasset - 2011 - p. 66
2.  Institute for New Economic Thinking, Can America Survive a "Stupified Plutocracy" ? , 24 octobre 2018, https://www.ineteconomics.org/perspectives/videos/can-america-survive-the-rule-of-a-stupified-plutocracy
3.  Richest 1% will own two-thirds of global wealth by 2030, RT, 9 avril 2018,
https://www.rt.com/business/423587-richest-wealth-shocking-inequality/
4.  Richest 1 percent bagged 82 percent of wealth created last year – poorest half of humanity got nothing, OXFAM International, 22 janvier 2018,
https://www.oxfam.org/en/pressroom/pressreleases/2018-01-22/richest-1-percent-bagged-82-percent-wealth-created-last-year

5.  352 pages • Paperback ISBN 978-1-682191-57-6 • E-book 978-1-682191-58-3

https://www.orbooks.com/catalog/money-and-class-in-america-by-lewis-h-lapham/

Sous sa forme E-book, le livre est facturé US$10 ou UK£7.
6.  Georges Stanechy, Barbara Ehrenreich : Les USA "d’En Bas", 15 juin 2007, http://stanechy.over-blog.com/article-10888996.html
7.  Traduit sous le titre : « L’Amérique pauvre : Comment ne pas survivre en travaillant ». Publié en 2001 - Gallimard.

 

 

Partager cet article
Repost0