Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 04:00

 

 

 

J’ai le Blues…

 

Après le Flamby bourré de gélatine, voir cette caste corrompue imposer, euphorique, un Toy Boy

 

Au peuple de France, transformé en troupeau de moutons. Sur l’injonction de leurs maîtres, abrutis de peur et de propagande, courant droit vers le bord de la falaise pour se précipiter dans le vide…

 

Du crétinisme, de la servitude, de la veulerie, de la paupérisation…

 

Face à ce désastre décérébré, pour évacuer toute amertume, autant prendre la Route.

 

Pas la US 66, celle de Thelma et Louise, Bagdad Café, ou des émules de Jack Kerouac et Neal Cassady ; tombée en ruine, quelques tronçons servant de musée pour touristes. Symbole du délabrement d'un Occident sclérosé dans l'arrogance de sa décadence...

 

Mais, la Route de la Soie.

 

En Asie centrale, sous le soleil et les nuits étoilées de la fulgurante Renaissance en cours d’une époque où toutes les ethnies, cultures, traditions, religions et croyances cohabitaient dans les échanges des fastueux caravansérails.

 

Dans mon sac à dos, mes chanteurs de Blues préférés…

 

Dans ma tête, le refrain chanté par Sam McClain :

" When the hurt is over, all the pain is gone… Quand la blessure est cicatrisée, toute la douleur disparaît… "

 

Un de mes blues préférés, sublime dialogue entre le chanteur, la guitare solo et le piano, sur le rythme d’un cœur apaisé…

 

Je vous le livre :

En vous disant : "à bientôt" …

 

 

 

 

 

 

Repost 0
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 04:00

 

 

" Les dominants ont toujours utilisé l'imaginaire des dominés à leur profit.
Cela est d'autant plus facile que la faculté de création imaginaire que possède l'espèce humaine est la seule à lui permettre la fuite gratifiante d'une objectivité douloureuse."

Henri Laborit
(1)

 

 

 

 

 

Et, alors ?...

 

Un problème ?... (2)

 

 

 

 

Présidentielles 2017 : Le Résultat...

 

 

 

 

1.  Henri Laborit, Eloge de La Fuite, Gallimard, Collection Folio Essais, p. 13.

2.  Lire et faire circuler l'ouvrage de Michel Pinçon et Monique Pinçon - Charlot : Les Prédateurs au Pouvoir - Main Basse sur Notre Avenir, Editions Textuel, Avril 2017.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 21:30

 

 

" Satan, en hébreu, c'est l'« adversaire", c'est-à-dire celui qui renverse toutes choses et les prend en quelque sorte à rebours ; c'est l'esprit de négation et de subversion, qui s'identifie à la tendance descendante ou « infériorisante », « infernale » au sens étymologique, celle même que suivent les êtres dans ce processus de matérialisation suivant lequel s'effectue tout le développement de la civilisation moderne. "

 

René Guénon (1)

 

 

 

 

 

 

 

" Tous Unis ! " ...

 

Slogan du deuxième tour des élections présidentielles que nos oligarques clament, déclament, hurlent, tambourinent, "cymbalent", trompettent, cornent, aboient, hululent !...

 

Quel souffle !  Quelle énergie !

 

Tels des termites sortant subitement de tous les trous des poutres vermoulues de nos institutions, partis politiques ou cuisines électorales !... Pullulant, s'activant, courant, dans tous les sens, d'un plateau TV à un micro de radio, d'un meeting militant à une kermesse médiatique...

 

Contre la "Crise" ?... Le "Chômage" ?... "L'Inflation", camouflée dans les statistiques bidonnées ?... La "Paupérisation" croissante de la majorité de la population ?... Pour se mobiliser dans la "création d'emplois" et la "réindustrialisation" du pays ?... Pour que la France redevienne un pôle de Paix, à l'intérieur de ses frontières et à l'égard des pays étrangers qui ne souhaitent que partager concorde, coopération, échanges et prospérité avec nous ?...

 

Mais, non !...

 

Pour affronter le "Diable Fasciste" qui se présente à la porte de nos chaumières... Menaçant, après l'avoir fracassée, de nous entraîner dans l'Enfer et ses Damnations !...

 

Jusqu'à "nos bas de laine" qu'il va nous dérober, nous alerte avec véhémence le "gaulliste" Dominique de Villepin, hystérique, haletant de panique : " il n'y aura plus ni bas, ni laine " !... (2)

 

Oui !  A l'unisson ! 

 

Tous groupés, solidaires,  quels que soient "programmes", "idées", "clivages politiciens", pour "sauver la France" en soutenant Mammon, ou Macron, suivant les accents régionaux...

 

Ce pathétique avatar oligarchique, politicien néophyte ou post-ado, censé incarner la "rupture avec l'ancien système", pour les naïfs ou les drogués de propagande... (3)  En fait : nouveau masque de l'hyperviolence de la caste au pouvoir.

 

Pourquoi cet énorme, colossal, conditionnement anxiogène, de la part d'une caste politique mobilisée comme un seul homme pour nous annoncer que le Ciel allait nous tomber sur la tête ?... Alors que, dès le premier tour de l'élection, elle est assurée que sa marionnette sera élue... Célébrant cette victoire, dans l'euphorie grégaire, au sein d'une des grandes brasseries "branchées" de la capitale...

 

Il est vrai qu'arriver en tête au premier tour avec un pourcentage des "électeurs inscrits" (et donc, pas seulement des "votes exprimés") à peine supérieur à 18 %, cela fait un peu maigrichon comme approbation et légitimité de la part de la "nation française"...

 

Pratiquement, 82 % du corps électoral n'a pas voté pour cette baudruche.

 

Pour mener le peuple à l'abattoir de l'austérité et participer à toutes les guerres impériales décidées par notre suzerain, et enrichir d'autant  notre oligarchie "mondialiste", il est impératif d'inverser la tendance au deuxième tour en provoquant un "vote massif" en sa faveur. La sauvagerie du "programme" étant impossible à mettre en avant, reste : La Peur !...

 

D"où la nécessité de sortir "le Diable" de sa boîte...

 

Afin de mettre en scène "La Marche Triomphale des Oligarques" !...

 

 

Présidentielles : La Marche Triomphale des Oligarques...

 

 

 

1.  René Guénon, La Crise du Monde Moderne, première publication : 1927, p. 74, téléchargeable gratuitement.

2.  Vu et entendu le 3 mai 2017 sur BFM-RMC TV, https://www.youtube.com/watch?v=cTyA_Z1I1LI

Affligeant spectacle d'un homme, dont on avait pu apprécier le courage et la force de conviction, lors de son célèbre discours à l'ONU ; exposant le refus de la France de participer à la coalition se préparant à dévaster l'Irak sur fondement de mensonges.

Réduit à brasser du vent, dans une gesticulation histrionique de veulerie...

3.  Cf. le profil psychologique de cette création médiatique, dressé par un spécialiste italien : https://www.youtube.com/watch?v=NNDgsw39m9s

 

 

 

Repost 0
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 06:00

 

 

Dans la vie, les hommes les plus forts sont ceux qui comprennent la signification du mot patience. "

 

Tokugawa Ieyasu  (1)

 

 

 

 

 

Présidentielles 2017  :  Effet d’optique…

 

 

 

 

 

1.   Tokugawa Ieyasu - 徳川家康 - (31 janvier 1543 - 1er juin 1616), fut daimyo puis shogun du Japon.

 

 

 

Repost 0
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 13:30

 

 

« La grande habileté des dirigeants, dans le monde moderne, est de faire croire au peuple qu'il se gouverne lui-même ; et le peuple se laisse persuader d'autant plus volontiers qu'il en est flatté…

C'est pour créer cette illusion qu'on a inventé le « suffrage universel » : c'est l'opinion de la majorité qui est supposée faire la loi ; mais ce dont on ne s'aperçoit pas, c'est que l'opinion est quelque chose que l'on peut très facilement diriger et modifier …
… Ce ne sont pas toujours les dirigeants apparents qui ont en réalité à leur disposition les moyens nécessaires pour obtenir ce résultat. »


René Guénon  (1) 

 

 

 

Hollande s’en va…

 

Il avait été élu président de la république française par accident...

 

Initialement, ce devait être le « socialiste » DSK, choisi par l’oligarchie pour remplacer Sarkozy ; cet « agité de la casquette » qui commençait à énerver autant le peuple français que ses sponsors occultes.

 

Mais, les malencontreux – "blasphématoires", d’après ses détracteurs acharnés - propos tenus par DSK à l’encontre du « dollar – étalon du système monétaire international » l’avaient disqualifié. Il tomba brutalement en disgrâce, sous forme d'une rocambolesque embuscade hôtelière, ingénieusement et médiatiquement architecturée …

 

« Qui t’a fait Roi ?... », aurait pu se demander Hollande lors de son intronisation. Le Hasard ?... Ou, La Nécessité ?...

 

Beaucoup de français ont voté en sa faveur. N'ayant pas d'autre choix. Pour reprendre espoir, sur le fondement des promesses qu’il formulait… Ne se proclamait-il pas alors, entre autres postures : l'ennemi de "La Finance" ?... Cette intolérable tumeur qui ronge l'économie du pays...

 

Lassés de Sarkozy flanqué de son premier ministre, le sinistre Fillon, qui ne cessait dans le délire d’un « bling-bling » ostentatoire, de casser l’économie française, ses emplois et son système social ;  inondant ses courtisans et courtisanes, grands ducs et barons, affairistes et corrompus, nationaux ou étrangers, de colossaux privilèges, dans un cynisme affiché que même un Louis XV ne se serait pas permis.

 

Avec autant de zèle euphorique qu’il en mettait, toujours secondé par le "vertueux" Fillon, pour détruire la Libye en complicité avec les "fous de guerre" britanniques et américains. Réduisant en cendres ce pays prospère et envié, dans des massacres innommables, le Mensonge et la "Bonne Conscience"… Destructions et ravages que le tandem organisa dans la foulée, avec ses compères anglo-saxons, pour  semer le chaos en Syrie…

Une fois élu, ce fut pire : Hollande, reniant ses promesses électorales, reprit point par point le programme dicté à ses prédécesseurs par leurs maîtres « néoconservateurs » américains.

 

Accentuant, renforçant l'abaissement de la France en colonie, en vassal, ou en auxiliaire, au service de la politique étrangère prédatrice et sanguinaire des Etats-Unis. Livrant l'économie du pays - 6° pays le plus riche du monde par son PIB -, dans une ignominieuse injustice sociale, au pillage de "La Finance", qu'il s'était promis de combattre, et des grands groupes internationaux qui dirigent "l'Union Européenne".

 

Rien ne changea dans la "gouvernance" de la France. L’esprit, les méthodes, la courtisanerie la plus putassière…

 

Avant d'être le "candidat dernière minute" désigné par nos oligarques, il n'était qu'un personnage falot, gérant besogneusement les cuisines d'un parti politique grouillant d'apparatchiks. Tout le monde ironisait sur son sourire aussi béat que rassurant, rappelant le nain "Simplet" du dessin animé Blanche Neige, au point de porter avec une aisance pachydermique le surnom, inspiré d'un célèbre flan industriel bourré de gélatine : "Flamby". Inoffensif, gentil dans le fond, pensaient la plupart de ses concitoyens.

 

Mais, dès ses premiers comportements et décisions en tant que président de la république, apparurent les véritables contours et dimensions du politicien, aux yeux des français sidérés. Emergea la partie invisible, jusqu'alors, de l'iceberg : trahison, lâcheté, incompétence, inculture géopolitique, hypocrisie, nullité... Abyssales...


Flamby a donc bouclé ses valises... Comme le met en scène la formidable caricature de Stollretrouvant son pédalo baptisé « Guimauve le Conquérant »… Pataugeant encore dans le sang du peuple Syrien, dont il a entretenu dans le mensonge, démultiplié dans les actes, avec la plus froide et implacable cruauté, les calvaires et souffrances…

 

Un Nul s’en va. 

 

Un autre Nul arrive. Qui s’annonce tout aussi catastrophique pour notre pays. Les polichinelles changent, l’oligarchie et la nomenklatura restent.

 

Je ne peux croire le dicton : "les peuples méritent les dirigeants qui les gouvernent".

 

Jusqu'à quand, La France devra-t-elle subir, endurer, la calamiteuse et spoliatrice dictature de cette engeance ?...
 

 

Hollande : Le Naufrage d’un Nul…

 

 

 

1. René Guénon, La Crise du Monde Moderne, première publication : 1927, p. 57, téléchargeable gratuitement.

 

 

 

Repost 0
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 17:00

 

 

" Il se produit ici ce singulier phénomène connu sous le nom de "verbalisme", où la sonorité des mots suffit à donner l'illusion de la pensée ; l'influence que les orateurs exercent sur les foules est particulièrement caractéristique sous ce rapport, et il n'y a pas besoin de l'étudier de très près pour se rendre compte qu'il s'agit bien là d'un procédé de suggestion tout à fait comparable à ceux des hypnotiseurs."
René Guénon (1)

 

 

 

 

 

"Macron par-çi ... Macron par-là ..."

 

A en croire nos médias, associés à leurs "sondeurs d’opinion", le futur président de notre république serait connu.

Ce serait leur propre créature, qui n’existait pas il y a peu de temps avant le tintamarre de leur propagande, tel le lancement en fanfare du dernier dentifrice conçu dans les "cuisines marketing" de la grande consommation : Macron !...

 

Incessant bourrage de crâne... Bénéficiant du soutien inconditionnel et massif de notre IMD (Industrie Médiatique de la Désinformation), les autres candidats à l’élection présidentielle éprouvant de la peine à se faire entendre (2) ; et, même, pour certains à se faire connaître…

 

En quelques mois, cet inconnu serait ainsi devenu la "personnalité préférée" des français : auprès de 58% des français, nous claironnent-on dans les oreilles dès le petit-déjeuner !... A ce rythme, les médias vont bientôt inverser les chiffres et affirmer que c'est 85 %...

 

Miraculeuse et subite incarnation d’un « Homme d’Etat » !... Sans parcours, ni parti politique. Si ce n'est créé de toutes pièces en quelques semaines, sans adhérent régulièrement inscrit et à jour de ses cotisations... (3)

 

Encore moins : sans "programme présidentiel". Il n’a été annoncé que le 2 mars dernier. (4)

Sans parcours professionnel, non plus, démontrant une longue pratique des collectivités dans la gestion de la pénurie, une expérience des évènements pétris d’adversité et d’incertitude dans le conflit des urgences et des priorités. Rien.

 

 

Le Vide ou la Taupe

 

Archétype de l’apparatchik de la "politique-business" au parcours opaque, il nous est présenté en homme providentiel à la vision fulgurante : de Gaulle en avalerait son képi !…

 

Emmanuel Macron aurait été "banquier d'affaires" chez Rothschild & Cie de 2008 à 2012. Dans le panier de crabes politicien, les mauvaise langues ("les gens sont méchants", comme disait Fernand Reynaud…), prétendent qu’il était le préposé à la photocopieuse et la machine à café du département « fusions-acquisitions »…

 

Plus sérieusement, d’autres assurent qu’il était le "coursier" de La Finance et du CAC 40 au gouvernement Hollande, chargé de communiquer directives, consignes, textes et échéanciers. Auquel il fut imposé, en effet, en tant que "conseiller économique", puis épisodique ministre des finances lors d’un remaniement ministériel.

 

Encore plus déterminant, quant au pourquoi de cette candidature inopinée confortée par un colossal soutien médiatique, est de se savoir, et de ne cesser de faire savoir, que Macron fut un « lauréat », promotion 2012,  de la formation des Young Leaders.

 

Puissante organisation de formatage et d’endoctrinement, implantée dans les principaux pays occidentaux, financée, organisée et gérée, pour ce qui est de la France, par la French-American Foundation (5). Courroie de transmission essentielle, dans notre pays, des diktats de l’extrême-droite américaine la plus fanatique, qualifiée pudiquement de « néoconservatrice » par la propagande…

 

Voie royale de toutes les hautes fonctions de la sphère politique, économique, médiatique, et autres sinécures de notre nomenklatura. Droite ou Gauche, peu importe. Parmi nos gouvernants actuels, rappelons que Hollande figure dans la promotion 1996 et  Najat Belkacem dans celle de 2006.

 

Au-delà des « néoconservateurs » dont les pitres "va-t-en-guerre" les plus connus s’agitent en permanence sur le devant de la scène - avec John McCain en complaisant histrion - rappelons encore que le programme des Young Leaders est une émanation  de L’Etat Profond américain ; dont le rôle et, surtout, le "pouvoir de décision" sont de très loin supérieurs à ceux des présidents des Etats-Unis. On l’a vu pour Obama, on le constate dès les premiers jours de la prise de fonction de Trump. (6)

 

Révélateur : ce programme a été dirigé sur le plan international, entre 1997 et 2001, par un des plus redoutables et omnipotents patrons de "l'histoire" des services secrets américains John Negroponte, coiffant à la fois le FBI, la CIA et plus d’une dizaine d’agences de renseignement spécialisées et autres officines occultes…

 

Du Vent aux Trous Noirs

 

Avec pareil adoubement, nul besoin de chercher la ligne directrice du "programme présidentiel" de Macron. En un mot, derrière le rideau, ou le sourire béat, de l’autosatisfaction du "technocrate–polichinelle" et de la Bonne Conscience de caste : « l’Hyperviolence ».

 

Sur le plan intérieur : "Hyperviolence" à l’encontre de la population, ainsi que l’exige l’idéologie du « tout pour le 1% ». Avec l’élargissement de la précarité poussée à l’extrême du supportable, et le "terrorisme anxiogène" injecté à doses régulières (7) ; afin d'anesthésier toute velléité de remise en cause populaire, violente ou pas, devant l'injustice sociale et économique qui lui est impitoyablement infligée. (8)

 

Sur le plan extérieur : "Hyperviolence", sous forme d’une guerre permanente et de chaos méticuleusement organisés, à l’encontre de pays à piller ou à soumettre. Dès lors qu’ils contestent leur spoliation par les occidentaux et la prétendue hégémonie qu’ils tiendraient de "droit divin". Au XXI° siècle, ne l’oublions pas, des hallucinés volent ou colonisent dans l'impunité de la "Communauté Internationale", en ce moment même, des territoires du Moyen-Orient ; la Bible dans une main et le fusil dans l’autre…

Il suffit de lire le "programme" qui vient d’être publié sur le site web du candidat Macron (9) : Emballage recouvrant du vide, au slogan aussi stupide que prétentieux : "En Marche !

 

Du vent…

 

Agrémenté d’un saupoudrage de belles paroles destinées à calmer, ou à détourner, les revendications sociales les plus pressantes. Cascade de slogans publicitaires.

 

Programme similaire à celui de son compère en spoliation de la Nation François Fillon, comme lui mondialiste forcené et intégriste de "l'Europe des lobbies", à ce titre membre éminent du Groupe Bilderberg, spécialiste de la paupérisation de la population sous l'appellation "austérité", au faux prétexte que les "Caisses de l’Etat sont vides", sauf pour cette nomenklatura et ses maîtres du "1%"…

 

"En Marche" ?... Vers quoi ?...

« En marche ! », pour ces oligarques c’est la poursuite accélérée de la "casse sociale" dont ils sont les artisans zélés : emplois, salaires, retraites, éducation, santé. Dans une régression à marche forcée vers le statut des Bateliers de la Volga, tragiques héros du célèbre tableau du peintre russe Ilia Répine. (10)

 

Ces bateliers, symbole de l’exploitation de l’homme par un système qui les immerge et les maintient dans la précarité et la pauvreté, tirant le bateau des privilégiés du "1%". Seule différence aujourd’hui, sous l'oppression de la même injustice économique et sociale qu’au XIX° siècle, nos "nouveaux pauvres" portent jeans et baskets sur un chemin de halage goudronné.  

 

 

Le catalogue d'un vendeur de camelotes

 

Feuilletant ce catalogue de slogans tenant lieu de « programme présidentiel » destiné à "réformer la France" et la remettre "En Marche", j’ai relevé surtout les non-dits, véritables "trous noirs", occultant les réels problèmes de fonds que notre "caste politique", quasiment tous partis confondus, prend soin de ne pas aborder. Et, au passage, des contrevérités…

 

Florilège :

 

i)  En premier lieu, parmi les rubriques, l’absence sidérante de la "Politique Etrangère de la France". Silence qui n’est que l’aveu cynique de notre oligarchie considérant que le Peuple n’a aucun droit de regard sur ce soi-disant "domaine réservé" à une élite.

On le sait, la France vassalisée par l’extrême-droite des Etats-Unis a abandonné son indépendance et sa souveraineté. Il est évident qu’avec ces oligarques mondialistes, loin de réformer cette servitude, la consolider sera une priorité. Solidaire de toutes les aventures impériales, ou coloniales, d’un Empire agonisant dans ses délires hégémoniques, et de ce fait extrêmement dangereux pour la Paix dans le Monde.

 

Car notre Planète a un besoin urgent, avant de parler de lutte contre le réchauffement climatique et sauvetage des baleines, d’un apaisement, d'un arrêt des ravages guerriers, et de coopération entre pays, dans un respect mutuel pour faire face aux contraintes qui se posent à l’Humanité dans son propre écosystème, aujourd’hui et demain. En lieu et place de ces postures bellicistes et psychopathes fondées sur la menace, la sanction, l’invasion, dans le déni du droit international.

 

ii)  Face à l’abandon de notre souveraineté nationale, politique, économique, militaire, le couplet sur l’impérieuse nécessité d’augmenter nos dépenses militaires, repris aussi comme des perroquets par la quasi-totalité des candidats, apparaît pitoyable ; d’autant qu’il est fondé sur une contrevérité, alimentée par une tenace propagande de nos marchands d’armes (actionnaires de la plupart de nos médias)… (11)
 

La France est un des pays, dans le monde, dont les dépenses militaires sont les plus élevées par rapport au PIB : 2,1 %, officiellement, en 2015. Et, par habitant – hormis les cas pathologiques des pétromonarchies – au regard des statistiques annuelles (exprimées en US dollars pour faciliter les comparaisons).

 

Ainsi en 2015, les dépenses militaires par habitant de la France se sont élevées à 792 US$, 482 US$ pour l’Allemagne, 454 US$ pour la Russie, 156 US$ pour la Chine, etc. (12)

 

En 2017, les dépenses militaires de la France seront  supérieures à celles de la Russie !... (13) Dont le territoire dépasse les 11 millions de km2 ; soit deux fois celui des USA, ou 37 fois celui de la France... Aux ressources hydrauliques (centaines de fleuves et rivières, lacs par milliers...), énergétiques (gaz, pétrole, charbon, uranium) et minières (or, diamant, fer et métaux rares, etc.) incalculables, et non encore définitivement recensées. Pour une population qui n'atteint pas 3 fois celle de la France. Le seul domaine forestier de la Russie, toutes essences d'arbres confondues, représente 11 fois le territoire français.

 

Ces éléments de grandeur ou de comparaison, donnent un aperçu, à l'occasion, de l'insondable imbécilité ou fanatisme des russophobes qui parlent de "l'agressivité expansionniste" de la Russie dans leur propagande hystérique, alors qu'elle ne cherche qu'à protéger ses frontières et ses richesses...

 

Ainsi, nos dépenses militaires vont dépasser celles de ce gigantesque pays ?...

 

Pour quelle vision, quelle finalité ?... Voir nos forces armées jouer les caniches du Pentagone, ou de l'OTAN ?... Participer, directement ou clandestinement, à la totale destruction de pays tels que la Libye ou la Syrie ?...

 

Où est la défense de notre souveraineté nationale dans tout cela ?...

 

Nos gouvernants tremblent dès qu'un obscur juge ou fonctionnaire américains claque des doigts en infligeant à notre pays des dizaines de milliards de dollars de pénalités au motif d'avoir commercé avec des pays qui ne leur plaisent pas (Total, BNP, etc.), ou autres décisions délirantes (SNCF...). Nous obligeant à annuler des contrats de ventes de bateaux à la Russie, sabotant nos ventes de 50 hélicoptères à la Pologne, à fermer nos usines d'automobiles, renoncer à des contrats civils avec l'Iran, etc... Quand il ne nous est pas ordonné de délocaliser notre industrie aéronautique aux USA, et ses milliers d'emplois à "haute valeur ajoutée", sous peine de voir les ventes de nos avions torpillées comme l'ont été celles du célèbre avion supersonique Concorde...

 

Des milliards de pertes pour notre commerce extérieur et des dizaines de milliers d'emplois sacrifiés... Et, tous nos dirigeants se couchent devant l'injonction, ou le racket, style Al Capone...

 

Quelle réforme devant pareille spoliation, quelle vision pour réaffirmer notre souveraineté dans tous les domaines ?... Rien. Le vide. La soumission la plus obséquieuse.

 

N'y auraient-ils pas d'autres priorités dans notre pays que d'engraisser les marchands d'armes, dans la corruption des uns et des autres via les paradis fiscaux, sachant que conserver le niveau actuel des dépenses militaires est plus que suffisant ?... Ou est-ce le prix à payer des candidats à l'élection présidentielle pour accéder aux médias dont ils détiennent les clés ?...

iii)  Création d'emplois ?... La Chine, pour la 4° année consécutive, a créé 13 millions d’emplois « urbains » (les créations d’emplois dans l’agriculture et la pêche étant comptabilisées à part) avec une augmentation régulière de son PIB de 6 à 7 % par an. (14) En 20 ans, ce pays a sorti 400 millions de ses concitoyens de la pauvreté. Contrairement à l’Europe qui y a précipité, pendant la même période, plus de 100 millions des siens.

 

Et, la France ?...

 

Quelle vision quant à la création d’emplois productifs, de "réindustrialisation" ?... Quels objectifs ?... Quelles actions politiques concrètes à mener pour enrayer les délocalisations ?...

 

Aucun plan, aucune vision, aucune perspective. Rien. Le vide.

iv)  Autre « Trou Noir » : le Tabou Fiscal… La fiscalité est le rouage primordial d’un Etat moderne, assurant la redistribution équitable de la richesse nationale. C’est le cœur d’une « réforme » qu’attend notre pays.

 

Cette remise à plat est évidemment soigneusement évitée. L’oligarchie, dans sa rapacité, refusant de contribuer à la solidarité nationale. Sa propagande étouffant le fait que la France est un pays "très riche", où "les Caisses sont pleines". Thomas Piketty en a réalisé une saisissante, et méticuleuse, démonstration dans son ouvrage « Le Capital au XXI° siècle » (Seuil – 2013).

 

Actuellement, le classement des pays les plus riches de la planète situe la France au 6° rang par son PIB. Devant une grande puissance industrielle, nucléaire et aérospatiale, au 7° rang : l’Inde.

 

Quand on sait, rappelons-le, que la population de l’Inde est évaluée à 1,3 milliard d’habitants, alors que la France compte à peine 66 millions d’habitants (soit 2 fois la population de la grande métropole indienne, avec ses banlieues, de Bombay, ou Mumbai…) ; cela donne une idée de la fabuleuse concentration, détournement, ou accaparement, de la richesse nationale entre quelques mains dans notre pays.

 

Mais se serrant les coudes, les oligarchies européennes, notamment sous le "bouclier législatif" de l’UE, et plus largement occidentales, s’ingénient à assurer le fonctionnement du budget de l’Etat par les seuls impôts, directs et indirects, accablant les « non privilégiés » : les 99 %...

 

Essentiellement sur la consommation des ménages, par une TVA confiscatoire sur chaque achat (hors strictement alimentaire) et sur les revenus du travail (artisans, commerçants, petits agriculteurs et éleveurs, salariés, etc.). Les revenus des fortunes personnelles, des grands groupes, de la finance et de la spéculation, étant quasiment exonérés ou soumis à des impôts de façade ou symboliques.

 

Alors que les revenus du travail devraient ne pas être accablés de charges, cause de l’accroissement exponentiel du chômage, d’entrave  à la création d’emplois dans de nouvelles entreprises. Les frais d’éducation, de santé et de retraite, de chaque français, devraient être à la charge directe du budget de l’Etat comme l’est celui de la Défense Nationale. A condition, évidemment, d’élargir l’assiette fiscale aux privilégiés qui échappent à leur devoir de payer les impôts : « le 1% » !...

 

Intolérable perspective pour la ploutocratie au pouvoir. Loin de tout "esprit de réforme", l’injustice fiscale va donc être renforcée…

 

Comme elle l’a été en Grèce (augmentation de la TVA, baisse des retraites, des salaires, suppression des remboursements médicaux, etc.) qui a servi de laboratoire, ou de "test", pour mesurer le seuil de tolérance des populations, en Europe, à la prédation oligarchique…

v)  Autre "silence", pour en rire et en terminer avec le florilège de sornettes de ce "présidentiable" : "la réhabilitation" de nos libertés publiques grandement malmenées ces dernières années, d’opinion, de réunion, d’expression… Le renforcement du Contrat Social qui nous lie les uns aux autres par nos libertés et nos solidarités, dans le respect mutuel…

 

Quelles actions prévues ou d’engagements ?... Rien…

 

Est-il normal au XXI° siècle, dans un pays aux grandes prétentions démocratiques, que 9 personnes détiennent 80% des médias ? (15)

 

Le vide…

 

Et, son écho…

 

 

Lisez ce "programme présidentiel", en exerçant votre esprit critique, en lisant à travers les lignes et en anticipant sur ce que nous réserve le totalitarisme de cette oligarchie corrompue, dans tous les sens du terme. Vous n’y trouverez que du vent… (16)

 

Oui. Du vent.

 

Pestilentiel…

 

D’injustice sociale et économique à l’encontre de notre Peuple, de pathétique abaissement à l’égard de notre Souveraineté Nationale, de pillage et de sauvagerie infligés aux pays que nous ravageons.

 

Rien d’étonnant de voir quelques unes des girouettes inoxydables du paysage politicien, entre autres l’inusable François Bayrou, s’aligner sur lui au premier courant d’air.

 

Interaction du vent et des girouettes survolant, sous l'emprise de nos oligarques, les pitoyables décombres de nos institutions et prétendues « valeurs républicaines »…

 

 

Les Bateliers de la Volga - Tableau (1870-1873) d'Ilia Répine - Musée Russe de Saint-Pétersbourg

Les Bateliers de la Volga - Tableau (1870-1873) d'Ilia Répine - Musée Russe de Saint-Pétersbourg

 

 

 

1.  René Guénon, La Crise du Monde Moderne, première publication : 1927, p. 56, téléchargeable gratuitement.
2.  http://www.egaliteetreconciliation.fr/Marine-Le-Pen-sur-BFMTV-Votre-media-soutient-Macron-de-maniere-ehontee-44487.html
3.  Les adhérents fictifs d'En Marche !, Infos Toulouse, 27 février 2017,

http://infos-toulouse.fr/2017/02/28/adherents-fictifs-en-marche/
4.  Valérie Mazuir, Les Echos, Présidentielles 2017 : ce que propose Emmanuel Macron, 23 février 2017,
http://www.lesechos.fr/elections/emmanuel-macron/0211680794992-presidentielle-2017-emmanuel-macron-sa-campagne-son-projet-2057545.php#clpWvCzL7h2O82tH.99

5. Benjamin Dormann, Washington sur Seine ? Ces ministres de François Hollande qui ont été formés par les américains, Atlantico, 22 mai 2012,
http://www.atlantico.fr/decryptage/gouvernement-hollande-formation-plus-atlantiste-qu-on-pourrait-croire-benjamin-dormann-366638.html

6.  Peter Dale Scott, L'Etat Profond Américain - la Finance, le Pétrole et la Guerre Perpétuelle, Editions Demi-Lune, 2015.

7.  Georges Stanechy, L'Ensauvagement de l'Europe, 14 janvier 2015,
http://stanechy.over-blog.com/2015/01/l-ensauvagement-de-l-europe.html

8.  Agnès Rousseaux, Monique Pinçon-Charlot : « La violence des riches atteint les gens au plus profond de leur esprit et de leur corps », 5 novembre 2013, http://www.bastamag.net/Monique-Pincon-Charlot-La-violence
9.  https://en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme
10. Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, La violence des riches - Chronique d’une immense casse sociale, Éditions Zones / La Découverte, 2013.
11.  Georges Stanechy, Budget de la Défense : Pleine Floraison, 22 avril 2014, http://stanechy.over-blog.com/2014/04/budget-de-la-defense-pleine-floraison.html  
12.  https://www.rts.ch/info/monde/7625031-l-arabie-saoudite-championne-des-depenses-militaires-par-habitant.html
13.  Guerric Poncet, Budget militaire : la France dépensera plus que la Russie en 2017, Le Point, 12 décembre 2016, http://www.lepoint.fr/monde/budget-militaire-la-france-depensera-plus-que-la-russie-en-2017--12-12-2016-2089696_24.php
14.  http://en.people.cn/n3/2017/0301/c90000-9184179.html
15. "Neuf personnes possèdent 80 % des médias", critique un porte-parole de Mélenchon, AFP, 2 mars 2017,
https://fr.news.yahoo.com/neuf-personnes-poss%C3%A8dent-80-m%C3%A9dias-critique-porte-parole-123727326.html

16.  http://stanechy.over-blog.com/2015/01/rhetorique-totalitaire-le-complotisme.html

 

 

Repost 0
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 17:16

 

 

 

Une leçon de philosophie politique en quatre minutes, par Fernand Reynaud, sur "l'identité nationale"...

 

 

 

 

Repost 0
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 19:30

 

 

« Je crois, malgré les énormes obstacles existant, qu'être intellectuellement résolus, avec une détermination farouche, stoïque et inébranlable, à définir, en tant que citoyens, la réelle vérité de nos vies et de nos sociétés est une obligation cruciale qui nous incombe à tous.

Elle est même impérative.

Si une telle détermination ne s'incarne pas dans notre vision politique, nous n'avons aucun espoir de restaurer ce que nous sommes si près de perdre ­ : notre dignité d'homme. »

 

Harold Pinter - Discours Prix Nobel - octobre 2005

 

 

 

 

Je vais finir par le croire…

 

Notre « république », aussi vermoule que décadente, resterait-elle,  malgré tout, une « méritocratie » ?...

 

Tant est plus que "méritée" la vigoureuse bastonnade administrée par l’opinion publique, à l’encontre d’un des candidats à la prochaine élection présidentielle de notre pays : François Fillon. En chute libre dans les sondages, bidonnés ou pas … (1)

Fillon : Une Bastonnade Méritée …

L’emploi fictif de son épouse en tant qu’attachée parlementaire aux 500.000 euros, d’après les premières estimations, choque plus d’un de ses concitoyens. S’agissant ni plus ni moins, au-delà du népotisme cynique de l’opération, d’un détournement de fonds publics.

 

Restons lucides : François Fillon sert de bouc émissaire sacrifié par une caste politique corrompue profitant de l’occasion pour se blanchir à bon compte. Espérant se faufiler entre les gouttes de l'orage... Attendant des "jours meilleurs"...

 

Abyssale hypocrisie de notre oligarchie : aucun parlementaire ou autre "politicien de métier" ne s’est signalé, à ce jour, par une déclaration proposant une urgente et impérative suppression de ces pratiques ou comportements ; inadmissibles, au XXI° siècle, dans des institutions s’autoproclamant "démocratiques" ; ou, dans un délire mégalomaniaque, "un modèle républicain pétri de valeurs" pour le reste de l'humanité ...
 

 

Les Caisses de l'Etat sont vides...

 

Il n’est pas le seul, nous le savons tous, à profiter, abuser, de ces rouages et privilèges occultes. Règne la solidarité parmi nos oligarques. Quelles que soient rivalités ou détestations réciproques.

 

Celui qui "tombe", ou est pris les doigts dans le pot de confiture des magouilles républicaines, conséquence malheureuse d’un règlement de compte comme il en existe dans toute mafia, ne sera pas sauvé par ses confrères en tripatouillages. Mais, il n’en sera pas pour autant accablé par eux. Leur tour pourrait venir, un jour…

 

Allant jusqu’à allumer des contre-feux, pour expliquer, édulcorer, banaliser, "l’incident" : délayant la sauce de la fourberie, en dissertant à n'en plus finir sur ce qui est légal et ne le serait pas. Via les médias habituels de leur propagande.

 

Partie visible de l'iceberg, qu'il convient d'enfumer aux yeux des citoyens... Car, comment expliquer, ou justifier, "le reste" ?... Ce qui ne se voit pas en-dessous de la ligne de flottaison. Ces montagnes de commissions encaissées par les uns et les autres dans le silence des paradis fiscaux sur les contrats d'armement, les marchés publics, locaux, nationaux, internationaux... A longueur d'années...

 

Nos oligarques serrent les coudes…

 

Ce n'est plus la "force tranquille" de la canaille mitterrandienne ou chiraquienne ; mais, le "cynisme paisible" de la racaille "mondialiste"...

 

La profonde pourriture de ce système n’excuse en rien la responsabilité personnelle de François Fillon. Les médias nous chantent que cette malencontreuse "affaire" ternit son image de "rectitude", de "probité", que se serait forgé ce candidat.

 

Hallucinant de subir pareilles fadaises !...

 

Où est "l’éthique" d’un homme « premier ministre » durant tout le mandat d’un président de la république et d’un gouvernement qui n’a cessé d’appauvrir le pays dans le développement d'un chômage de masse, tout en l’engageant dans les pires aventures coloniales ; l’associant aux atroces crimes de guerre qu’ont été la destruction de la Libye et le saccage de la Syrie, tout particulièrement. Sans oublier, le tragique sort infligé à la Nation Palestinienne depuis des décennies.

Qu’on me démontre où se trouve, ou en quoi est charpentée, « l’éthique » de pareil personnage ?...

 

L’emploi fictif de son épouse aux mirobolantes rémunérations sur l’argent public, est d’autant plus révoltant qu’il est pratiqué par un politicien qui ne cesse d’affirmer : « les caisses de l’Etat sont vides » !...

 

Doublement révoltant, de voir ce même politicien, au lieu de prouver ses capacités à créer des emplois en réindustrialisant notre pays, se faire le promoteur acharné de la suppression de 500.000 postes de fonctionnaires. Sachant qu’un emploi fait vivre une moyenne de 4 personnes. C’est créer, sans contrepartie, plus de 2 millions de "nouveaux pauvres" ; abstraction faire de la destruction de nos services publics, gages d’un « bien vivre » que nous enviaient beaucoup de pays…

 

Le Faux Pas...

 

Il est vrai que pour lui, à l’exemple de ses comparses, « l’austérité » ne s’applique qu’aux « autres » ; ne concernant ni sa famille, ni son clan. Tout pour « le 1% » et rien pour les « autres » !

 

D’où son zèle à célébrer,  la « casse sociale » : sabrer les retraites, l’accès aux soins médicaux, à une éducation et un enseignement de qualité. Une de ses cibles favorites est d’accélérer la régression de la « valeur travail » sous forme d’une « flexibilité » qui est en fait la réhabilitation du servage ou du statut de « journalier », sans aucune visibilité quant aux lendemains pour les familles vivant du travail… Retour au monde d'exploitation et d’injustice, si implacablement décrit, en France, par Emile Zola.

 

Dans le mensonge, véhiculé par l’Industrie de la Désinformation. Notre pays est très riche et les caisses de l’Etat ne sont pas vides. Elles sont vidées par notre oligarchie, dans le détournement de l’essentiel de la richesse nationale à son seul profit. Réduisant la masse de ses concitoyens, en les opposant les uns contre les autres, à des serfs ou des manants du Moyen Age, sans voix ni recours.

 

Oui. La France est riche. Très riche. Très, très riche !...

 

Le PIB de notre pays est en augmentation constante depuis 1949… D’après son PIB de l’année 2016, le FMI, classe notre pays aux 66 millions d’habitants, à la 6° place mondiale.  Devant l’Inde, classée au 7° rang ; avec une population de 1,252 milliard d’habitants… L’échelle de grandeur donne une idée de la colossale concentration de la richesse de notre pays aux mains d’une poignée d’oligarques-escrocs.

 

François Fillon avait tout pour réussir son parcours de candidat-présidentiel, en dépit de la haine de ses rivaux et ennemis personnels. Il était adoubé par l’Etat Profond. Mais, il a commis un faux pas impardonnable, il s’est permis de suggérer un rapprochement avec la Russie. Signifiant, à terme, un renoncement aux entreprises coloniales au Moyen-Orient.

 

Impardonnable ! C’était la ligne rouge à ne pas franchir. Il a été immédiatement "dézingué"…

 

La leçon a été retenue par les politiciens-polichinelles…

 

Ainsi, dès le lendemain, le candidat socialiste Benoît Hamon s’est empressé de courber l’échine, dans une diatribe russophobe du plus bel effet servile auprès de ses maîtres :
« Le candidat favori de la gauche Benoît Hamon a déclaré ce matin qu'il était nécessaire de revoir la politique envers la Russie qu'il juge " trop complaisante " :

" Cette forme d'attitude et de complaisance à l'égard de Vladimir Poutine que je ne comprends pas. Nous avons là un impérialisme agressif de la part de la Russie qu'il faut traiter avec fermeté et certainement pas avec complaisance ", déplore le candidat de la gauche. » (2)

 

S’indigner devant le niveau de voracité, d’irresponsabilité, de suffisance, de mépris, des hobereaux qui nous gouvernent est nécessaire, mais pas suffisant. Une profonde refonte de nos institutions s’impose, avec l’élaboration d’une nouvelle constitution mettant un terme aux abus les plus ravageurs du personnel politique, des "élus du peuple"…

 

En dehors de ce népotisme à interdire, il est indispensable de limiter les mandats électifs : en supprimant tout cumul, et en les limitant dans le temps à deux élections. Sinon, c’est ériger une caste qui s'arroge tous les privilèges dans l’impunité.

 

Tant que ces réformes, aussi élémentaires qu'urgentes, n’auront pas été mises en place pour assurer l’encadrement des "élus" par les "citoyens", dans la transparence et l'efficacité, nous sommes en droit d’affirmer haut et fort :

 

Tous pourris !

 

 

 

 

1.  Lionel Laparade, PenelopeGate : Le crash de popularité de François Fillon – Présidentielle 2017, 27 janvier 2017, La Dépêche du Midi,
http://www.ladepeche.fr/article/2017/01/27/2505622-penelopegate-le-crash-de-popularite-de-francois-fillon.html?ref=yfp

2.  La Russie, pomme de discorde entre les candidats à la présidence en France, Sputniknews, 27 janvier 2017,
https://fr.sputniknews.com/international/201701271029815526-russie-france-presidentielle-valls-fillon-lepen-hamon/

 

 

 

Repost 0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 16:13

 

 

 « La liberté de la presse n’existe jamais, dans aucun pays. »
Alberto Moravia (1)

 

 

 

 

 

« Moche et minable ! »…

Exclamation de la journaliste Michèle Cotta, à la fin de la conférence de presse du 14 janvier dernier du président Hollande, qu’elle commentait sur une de nos chaînes TV publiques. Croyant le son coupé. Une "gaffe", a-t-on dit (2)…

Faut-il donc une gaffe pour entendre un commentaire "objectif" d’un journaliste politique, tant la liberté de la presse est inexistante dans notre pays ?... Certains journalistes anglophones, allant jusqu’à traiter nos dignitaires des médias, devant leur obséquieuse servilité, de : « … bouffeurs d’huîtres poudrés […] menteurs et faiseurs d’opinion » (3). Oubliant qu’eux-mêmes ne valent pas davantage face à leur propre caste politique…

 

Car, dès la fin de cette représentation théâtrale, ce n’étaient que chants de louange à l’annonce du nouveau "programme politique" d’un président "de gauche". En réalité, soumission totale à la prédation de la finance et de la spéculation internationales. Sur fond de prétendues réformes, véhiculées et promues, en France, par le "grand patronat", dont le MEDEF est une des vitrines. Par sa rapacité, un des plus archaïques et "barbares" du monde occidental. Pour reprendre le terme de Jean-Pierre Le Goff de "barbarie douce" infligée au pays, via "la modernisation aveugle des entreprises et de l’école". (5)

 

Signe évident, la bénédiction fut rendue publique via les diffuseurs de leurs encycliques : The Wall Street Journal à New York (4), et The Economist à Londres. "Tournant libéral", célébré inévitablement par les tuteurs de la France que sont Berlin et Bruxelles… (6)
 

Notre président se révélant "social-démocrate" après avoir été élu pour juguler la mafia bancaire, et marquer un coup d'arrêt au pillage du pays par nos oligarques et leurs seconds couteaux. En clair : trahissant son électorat pour passer à l’ennemi. Illustration du conte d’Andersen "Les habits neufs de l’Empereur" : le Roi est  nu !

 

Le masque tombe. Plutôt, modernité oblige : le casque tombe…

 

Notre monarque élu se faisant "surprendre", en effet, coursant la courtisane, non plus à cheval comme dans l’Ancien Régime mais, à scooter. Son garde du corps chargé de porter les croissants… Dans l’hilarité générale, répercutée par les médias internationaux.

 

Rien que la scène de ménage au palais de l’Elysée, la veille de la publication des photos de la chevauchée en scooter, coûterait au patrimoine du Mobilier National en termes de dégâts par une Pompadour enragée ( vases de Sèvres en mille morceaux, horloges, fauteuils et guéridons détruits, etc.) un montant évalué, selon des "sources bien informées", ou des "rumeurs infondées", à environ 3 millions d’euros… (7)

 

Information démentie par le Mobilier National, évidemment. Avec des circonvolutions dignes des plus éminents spécialistes de la casuistique : "Le Mobilier National dément tout vandalisme du bureau présidentiel". Des "vandales" pourraient-ils s’introduire dans le palais présidentiel ?... "Quand même ! ", aboierait notre furibard ministre de l'Intérieur, confondant à son habitude vocifération et autorité... Les contribuables, en ces temps de restrictions budgétaires, n’en attendaient pas moins pour se rassurer. (8)

 

Steve Bell, un des talentueux caricaturistes britanniques, s’inspirant du tableau Olympia de Manet, a parfaitement croqué dans The Guardian le ridicule de la pantalonnade présidentielle. Et, la crudité de l’imposture de celui qui se voulait un "Président Exemplaire". Portraituré, jeu de miroirs, en "courtisane" offerte au plus offrant ... (9)

Le Casque Tombe…

Car, à défaut « d’exemplaire », le voilà flamberge au vent : « social-démocrate » !… 

 

Ce qui ne veut absolument rien dire, si ce n’est de rendre béats d’admiration les porte-paroles de ses sponsors. Impressionnés par le culot d’un président capable de prendre publiquement ses concitoyens pour des imbéciles, en les enfumant avec des slogans de camelot. Où est le "social" ?... Où est le "démocrate" ?...

 

Anonnant son discours, copié-collé des diktats de l’oligarchie dont il n’est en fin de compte que l’attaché de presse. Avec autant de conviction qu’un lutteur de sumo dansant Le Lac des Cygnes en tutu et entrechats…

 

« Le pacte de responsabilité »…

 

Sous cet emballage publicitaire, se dissimule grossièrement l’acte d’allégeance d’un gouvernement à des intérêts qui ne sont pas ceux voulus par la Nation. Ni ceux, bien au contraire, indispensables à son devenir. Uniquement un formatage imposé par une ploutocratie mondialisée qui accapare à son seul profit l’essentiel de la richesse et du patrimoine de nos sociétés.

 

L’ONG Oxfam emploie le qualificatif « obscène » dans un rapport publié en janvier 2014, Working for the Few  [Travailler pour une Poignée], sur la concentration vertigineuse de cette spoliation : Les 85 personnes les plus riches de la planète possèdent l’équivalent des ressources de 3,5 milliards des plus pauvres. Autrement dit : la moitié de la population mondiale… (10) En Europe même, La Croix Rouge s’alarme dans un rapport d’octobre 2013, de constater que 43 millions de personnes souffrent de malnutrition…

 

Sans entrer  dans le détail des mesures économiques et sociales annoncées par le bonimenteur « social-démocrate », relevons deux évidences :

 

i)  Les orientations économiques et sociales de notre pays ne donnent lieu à aucun débat public. Rien qu’un matraquage de propagande sur des « réformes » présentées comme « incontournables » et « sans alternatives ». Slogan récurrent des oligarchies financières, appliqué avec sauvagerie par Thatcher en Grande-Bretagne : « TINA », "There Is No Alternatives"…
 

Seuls des anathèmes contre "L'Etat", avec ses services publics, transformé en ennemi et donc à "démanteler", servent de bruits de fond alimentés par des propagandistes patentés sur l’impérieuse nécessité "d’aller vite"… (11)

Sont systématiquement occultés par l’appareil de désinformation, et donc de censure : études, rapports, colloques, compétences de nombreux chercheurs et acteurs de la vie économique, forts de leurs investigations et de leur expérience, qui contestent et alertent sur le caractère suicidaire pour notre pays du "modèle" économique et social qui l'accable. 

 

ii)  D’une présidence à l’autre, d’un gouvernement à l’autre, dans l’illusion fugitive d’une alternance, nous assistons à l’instauration continue et implacable du même projet politique : la casse du "Contrat Social" qui, nous liant les uns aux autres dans la solidarité, constituait le socle de notre collectivité. (12)


Quels que soient partis au pouvoir, s’affichent volontés identiques de dislocation du fragile système de redistribution de la "richesse nationale", sous forme de services publics dits de base (santé, éducation, énergie, transport, etc.) et d’actions sociales de solidarité collective (retraites, logements, lutte contre la précarité et la pauvreté, etc.).

 

La paupérisation voulue, planifiée, à l’échelon de la sphère dite occidentale pour le bénéfice d’une poignée. Pour la voracité d’une caste. Avec dans son sillage, courtisanes et courtisans, pour se régaler de ses miettes… Ce qu’en termes savants, on appelle : « la déflation ». (13)

 

Rappelons qu’à l’échelon de la Chine, la France n’est qu’une petite sous-préfecture de, même pas, 70 millions d’habitants. Figurant néanmoins parmi les 8 pays les plus riches de la planète, avec 300 000 millionnaires en euros et la femme la plus riche du monde…

 

Que « libéraux » ou « sociaux-démocrates » veulent nous faire croire en faillite, incapable d’assurer son "endettement". Qui, en réalité, n’en est pas un du fait qu’il ne représente que les contributions fiscales dues, et jamais payées, à la collectivité par les grandes fortunes, et les grands groupes industriels et financiers !...

 

Obstinément, notre nomenklatura se refuse d’aborder les véritables réformes pouvant relancer notre économie, mettre un terme à l’appauvrissement continu de la population, créer des emplois et "partager la prospérité". Par cupidité, suivant une politique concertée à l’échelon de l’Europe et des castes dirigeantes des pays "développés" (notamment : Amérique du nord, Japon, Corée du sud, Australie, Nouvelle-Zélande).

 

Oligarchies, aveuglément inconscientes de la réalité économique et sociale de la planète, ainsi qu’en a témoigné le "World Economic Forum" de Davos qui s’est achevé ce week-end. De l’avis même d’analystes économiques un tant soit peu lucides. Patrick L. Young, expert en "global financial markets" n’hésite pas à les considérer comme « dangereusement déconnectées »… (14)

 

En fait, les non-dits du discours présidentiel les rappellent. En dépit du silence imposé par la propagande,  ces réformes essentielles sont connues, recensées, étudiées, depuis longtemps. Nous renvoyons aux travaux des spécialistes et praticiens qui ont abondamment travaillé sur les dysfonctionnements et distorsions du « capitalisme sauvage » actuel, sous prétexte de « mondialisation ».

 

Elaborant des modèles substitutifs aux modèles fiscaux et économiques moribonds, ou définissant des priorités économiques "rationnelles" et non pas "suicidaires" pour nos collectivités. Parmi d’autres, en France : Maurice Allais, Prix Nobel d’économie 1988, qui a été ostracisé, bâillonné, par le monde de la finance et de l’affairisme, et notre caste politique corrompue.

La hausse vertigineuse du chômage "officiel" ("réel" = minimum le double) en Europe depuis 2008

La hausse vertigineuse du chômage "officiel" ("réel" = minimum le double) en Europe depuis 2008

___________________________________

 

Très succinctement nous citerons quatre "réformes oubliées", inextricablement liées par leur interaction et dans leur synergie, parmi les plus urgentes à mettre en place si nous avions des "responsables politiques", aussi honnêtes que courageux, au service de la Nation :

 

 

1.  La relance du pouvoir d’achat

 

« L’offre crée la demande » est le mot-clé du discours présidentiel.

 

D’une totale malhonnêteté, sachant que "la demande" en France, autrement dit "le pouvoir d’achat", s’effondre (à l’exemple de la Grèce, de l’Espagne, etc.) du fait qu’elle est délibérément sacrifiée par l’oligarchie : augmentation du chômage par la désindustrialisation-délocalisation en augmentation quasi-exponentielle depuis 2008, blocage des salaires et des retraites, diminution des prestations sociales, etc.

 

Sans compter la spoliation de l’épargne de ceux, la majorité de la population, qui n’ont pas accès aux astuces et mécanismes de la lucrative spéculation. Spécialement la spéculation boursière, unanimement condamnée par tout économiste sérieux (Maurice Allais préconisait, dès 1991, l’interdiction de la "cotation boursière continue" qu’il traitait d’aberration économique).

Spoliation symbolisée par les taux ridicules du Livret A et autres épargnes populaires, phagocytés par le système bancaire qui y pompe des "ressources" à bas prix, et écrase en retour cette même majorité aux revenus modestes de taux usuraires inconnus des grandes entreprises et fortunes (cf. : taux des découverts, frais bancaires et agios mirobolants, etc.). C’est la tonte systématique du troupeau de moutons enfermé dans son enclos…

 

Cynisme assumé avec pour objectif non avoué d’arriver rapidement à une baisse des salaires, comme en Grèce et ailleurs. Goldman Sachs, qui dirige d’une main de fer les économies européennes, conseille au gouvernement français de programmer une baisse des salaires de 30% (oui : "trente"…). (15)

 

« L’offre » en trompe-l’œil n’a donc pas pour objectif de « créer » ou de « stimuler » la demande intérieure, mais de servir de paravent aux « cadeaux fiscaux » à destination des grands groupes exportateurs, principalement pour accroître leurs gains sur les marchés à l’exportation, et aux spéculateurs fortunés. Il ne s’agit donc que « d’offre à l’exportation ».

 

D’autant que la baisse des charges sociales par exemple, nécessaire en priorité pour les PME-PMI (de loin, les plus grands créateurs d'emplois), va inévitablement être compensée par une augmentation de la TVA, sabrant davantage le pouvoir d'achat. Au lieu d’une évidente contrepartie dans une augmentation des rentrées fiscales en provenance des grandes fortunes et des grands groupes, soigneusement préservés jusqu’à présent du devoir de solidarité fiscale et d’égalité devant l’impôt par le pouvoir politique…

 

Alors que, si nous étions maîtres de notre monnaie et non pas enserrés dans l’Euro, une simple dévaluation (l’horreur pour les grandes fortunes !) aurait suffit à provoquer une relance de « l’offre à l’exportation », tout en sauvegardant le bon fonctionnement du marché intérieur, en préservant le pouvoir d’achat.

 

Ajoutons que ces grands groupes exportateurs et spéculateurs-rentiers sont ceux qui créent le moins d’emplois en France, tout en payant le moins d’impôts et taxes par rapport à leurs chiffres d’affaires et leurs bénéfices ou revenus réels. L’essentiel de leurs marges et profits étant dissimulés dans les paradis fiscaux.

 

Cas d’école : je vends mon "fil à couper le beurre électronique", dont le coût de revient est de 100 €, à une filiale de commercialisation à 102 € dans un  paradis fiscal ou assimilé [zones offshores défiscalisées, etc.]. Me permettant de larmoyer sur la faiblesse des marges en France (2 %, sniff…) et supplier les gouvernements successifs d’alléger la fiscalité qui m’étouffe…

 

En occultant le fait que je revends ce produit, à partir de cette plateforme internationale, à 250 € sur le marché Indien, à 300 € sur le marché Brésilien, etc. La marge réelle étant stockée dans le paradis fiscal dont les comptes bancaires effectifs sont, généralement, en Suisse ou aux Pays-Bas…

 

Précisons : sans avoir l’obligation de faire transiter mon produit par cet écran fiscal. A l’exemple de la banane grassement subventionnée par l’UE, dont la minuscule île de Jersey est le plus grand importateur et réexportateur du monde. Sans voir jamais transiter un seul containeur de ce fruit exotique. Le monde merveilleux des jeux d’écritures…

 

En résumé, le déterminant économique à protéger, stimuler, n’est pas « l’offre », argument fallacieux, mais : « la demande intérieure ». Dans un système équitable de "partage de la prospérité".

 

 

2.  La réforme fiscale
 

"Partager la prospérité" constitue le mécanisme fondamental d’une économie saine et compétitive. La récession s’incrustant dès lors que la richesse nationale est confisquée par une minorité, rouage dévastateur de la spirale du « sous-développement ».

 

L’Europe se "tiers-mondise" lentement mais sûrement, avec l'extension de la pauvreté, de la malnutrition ; la réapparition de maladies liées à la misère dues à l’impossibilité pour les plus démunis, souvent ravagés par l’alcoolisme ou la drogue "béquilles du désespoir", d’accéder aux soins gratuits et à des logements décents. Ainsi la progression actuelle de la tuberculose dans les quartiers pauvres des villes en Grande-Bretagne.

 

"Partager" ?... Inacceptable ! Cela exigerait de remettre en cause un sujet tabou : « l’injustice fiscale », qui ronge et tue notre pays. Le "Travail" est écrasé d’impôts et de taxes, jusqu’au stade ultime de la consommation où il est laminé par une TVA confiscatoire pour les faibles revenus : 20 % en moyenne, avec des projets avancés pour la porter, comme en Grèce qui sert de laboratoire, à 30 %, voire 35 %...

 

Considéré comme une matière première ou un "intrant" quelconques, reprenant le concept des anglophones : "commodity". Commodity s’assimilant à "calamity" dans la mentalité des oligarques : « Comment se passer du "Travail" ?... Ah ! Si tout pouvait être robotisé !… ».

 

Alors que" l’économie-casino", la "rente-spéculation", la concentration accélérée des grands patrimoines, sont, en comparaison des revenus du "Travail" quasiment exemptés de solidarité fiscale. Si ce n’est à titre symbolique. Les "barons-affairistes" allant jusqu’à faire entretenir leurs chateaux et demeures seigneuriales par la collectivité, en tant des que « patrimoine historique ». Tout en rackettant les services publics privatisés : eau, électricité, télécoms, infrastructures autoroutières, portuaires, etc. Grâce aux politiciens intronisés, avec leur soutien financier, et cornaqués pour protéger et élargir leurs intérêts.

 

Thomas Piketty, un de nos plus actifs  chercheurs  en "économie-fiscalité", lance un avertissement. Totalement inaudible pour notre "parti unique à deux casquettes" :
« Cette tendance est tout simplement incompatible avec nos sociétés démocratiques. Car cette concentration du pouvoir économique équivaut à une concentration de la capacité d’influence sur les processus de lobbying politique et cela remet en cause les valeurs des sociétés démocratiques. » (16)

 

La "réforme fiscale", toujours bloquée mais inévitable à terme (certains pessimistes assurent qu’il faudra une "guerre mondiale" pour remettre les compteurs à zéro….), doit rétablir la "justice fiscale". Dont les incitations et avantages serviraient de moteur à l’investissement productif et non pas spéculatif. Depuis la remise à plat des droits de succession sur les grands patrimoines jusqu’à la restructuration de l’impôt sur les bénéfices des grands groupes (ajusté sur la création d’emplois) et sur les revenus de la spéculation.

 

Incitation fiscale à la création d’emplois à "valeur ajoutée", est-il nécessaire de préciser. Et non pas à la multiplication d’emplois précaires à faibles revenus, les "working poors", [les travailleurs pauvres], permettant aux statistiques officielles et aux analystes boursiers véreux de claironner des "amorces de reprise", comme aux Etats-Unis, qui assurent en fait les marges des "annexes du chômage" ou du servage : fast-foods, grande distribution, sociétés de nettoyage, etc.

 

Ceux qui sont intéressés par ce domaine quasiment jamais traité en profondeur, ou sérieusement, dans nos médias et débats peuvent consulter quelques uns des passionnants travaux de Thomas Piketty et son équipe :

=>  Le capital au 21e siècle (Seuil, 2013)
=>  A Theory of Optimal Inheritance Taxation (Econometrica, 2013)
=>  Pour une révolution fiscale (Seuil/La République des idées)
=>  Les Hauts revenus en France au XXe siècle  (Grasset, 2001)

 

La confortable idéologie oligarchique  :  l'esclavage   -   Dessin de Pawel Kuczynski

La confortable idéologie oligarchique : l'esclavage - Dessin de Pawel Kuczynski

3.  La sortie de l’Euro

 

L’Union Européenne, avec sa monnaie unique, ravage l’industrie et l’emploi dans notre pays. Le fait de ne pas être maître de notre monnaie dans une "union" où les règlementations fiscales, économiques et sociales, ne sont pas normalisées d’un pays à l’autre, c’est la substance de notre Contrat Social qui est détruite. Tout en bénéficiant à notre ploutocratie et au commerce extérieur allemand.

 

Dans l’impossibilité de procéder à une dévaluation de notre monnaie, mesure classique de relance d’un commerce extérieur, nous sommes contraints de procéder à une « dévaluation interne ».

 

Sous ce terme, les scribes du FMI, chargés de mettre en forme théorique la rapacité des oligarchies, imposent la « dynamique d’ajustement ». Ne pouvant, en effet, procéder à une "dévaluation monétaire", il ne reste à nos pays que la « dévaluation interne ». Avec pour instruments premiers recommandés par le FMI : le licenciement et la baisse des salaires.

 

La « dévaluation interne » ainsi préconisée se révèle un véritable "déchiqueteur" d'emplois, de diffuseur de misère et de désespoir pour nos populations. Pour mesurer l’étendue de la perversité de ce système, son coût humain intolérable et stupide, dans la glaciale indifférence des bonnes consciences, je recommande la lecture du rapport du FMI d’octobre 2013, téléchargeable en français, intitulé :
"Perspectives de l’économie mondiale : Transitions et tensions"

 

Tout particulièrement le chapitre 1, "Perspectives et enjeux mondiaux", à partir de la page 46 et l’encadré 1.3. :
"Rééquilibrages extérieurs dans la zone euro"

 

Florilège :

=> « Les coûts unitaires de main-d’œuvre ont considérablement diminué dans les pays déficitaires ayant entamé un processus d’ajustement, avec des ajustements plus poussés observés dans des pays comme la Grèce et l’Irlande et obtenus grâce à des gains de productivité (les licenciements ayant été généralement supérieurs à la perte de production) et des baisses de salaires (graphique 1.3.2). »,  p. 48

=>  «  En Grèce, à défaut de reprise de la production, les ajustements prennent la forme de baisses de salaires et de licenciements (graphique 1.3.2, plages 7 et 8). Globalement, aucun gain de production n’a été mesuré, sauf en Irlande, ce qui témoigne notamment d’un effondrement généralisé de la demande intérieure dans la zone euro, et les niveaux de l’emploi sont plus bas qu’avant la crise, dans le secteur des biens échangeables comme dans celui des biens non échangeables. »,  pp. 48-49
=>  « … les marges des exportateurs (prix à l’exportation rapportés aux coûts unitaires de main-d’œuvre) ont augmenté depuis la crise. », p. 49

 

Ainsi les tontons-flingueurs du FMI, tout en se félicitant de la féroce réalisation de la « dévaluation interne » sous forme de licenciements et de baisses des salaires, « supérieurs à la perte de production », admettent que malgré « l’augmentation des marges des exportateurs », les pays qui se livrent à ce massacre ne voient pas pour autant la crise s’estomper : effondrement continu du marché intérieur, niveaux d’emplois encore plus faibles qu’avant la crise.

 

Effectivement déflation, récession, et autres concepts de « destruction créatrice » (très en vogue cette année à Davos) à la Schumpeter, mènent droit dans le mur. Se pose en conséquence, tant que les pays européens ne sont pas en mesure de s’aligner sur un système de gouvernance identique, avec des règlementations fiscales, sociales et économiques, similaires, l’urgente nécessité de sortir de l’Euro.

 

Pour ne pas faire long sur un sujet aussi déformé, diabolisé même, par l’appareil de propagande européiste dominant dans notre pays, je conseille la lecture d’une des meilleurs études, des plus claires, sur l’impact désastreux de l’Euro pour notre pays et les bienfaits quasi immédiats qu’il obtiendrait en recouvrant sa souveraineté monétaire. Remarquable synthèse (88 pages) avec trois scenarii, réalisée par la Fondation Res Publica, sous la direction de l’économiste Jacques Sapir (17) :

"Les scenarii de dissolution de l’Euro"

 

Soulignons que cette approche positive ne représente pas pour notre pays un repli sur soi, dans un protectionnisme paranoïaque. Mais, en concertation avec les autres pays européens, la préparation d’un nouveau modèle d’union fondée sur l’harmonisation de nos sociétés et de leurs économies. Au service des populations, et non pas au seul bénéfice des lobbies et groupements d’intérêts privés plus ou moins occultes, par une bureaucratie se croyant au-dessus des peuples et de leurs suffrages.

 

Cette refondation de l’Union Européenne suppose, en préalable, de réfléchir sur un Contrat Social Européen : vers quel modèle de société voulons-nous évoluer ?... Voulons-nous régresser, comme actuellement vers un modèle oligarchique s’apparentant à la jungle du chacun pour soi, et gloire au plus fort, dans l’abrutissement collectif ?...

 

Ou, vers une société solidaire, où santé, éducation, culture et "bien vivre" seraient des objectifs matériels à partager entre tous, dans le respect de chacun ?... Quitte à chacun à gérer individuellement, librement, son destin ou son accomplissement spirituels…

 

 

4.  Lutte contre la gabegie et la corruption des marchés publics

Brièvement, mais autre réforme tout aussi indispensable : le contrôle effectif, précis, transparent, des marchés publics, concessions de services publics et privatisations des biens collectifs à des intérêts privés.


La « diminution des dépenses publiques » passe en priorité par cette étape. Avant de sabrer dans des postes de fonctionnement ou d’investissement publics. Ce sont des milliards d’euros que l’Etat est en mesure d’économiser chaque année sur ce plan. Ou, dans l’autre sens, des milliards d’euros d'amélioration des recettes publiques.

 

Vaste domaine de réflexion et d’action que l’oligarchie évite soigneusement d’aborder, encore plus de mettre en chantier. Pourtant, exemples, faits, sont multiples. Une vraie galaxie.

 

Beaucoup sont accessibles. Dans un billet, j’ai évoqué l’incapacité de l’Etat à évaluer le coût réel de construction des centrales nucléaires, de leur entretien et de leur démantèlement programmé. Des dizaines de milliards d’euros, avec leurs colossaux travaux de génie civil ou de chaudronnerie, qui échappent au contrôle citoyen. Dans la plus épaisse des opacités… (18)

 

Que dire, autre exemple, de nos « fournitures aux armées » qui sont depuis des siècles la source d’enrichissement individuel  la plus rapide et faramineuse, outre les ventes d’armement à l’exportation, incrustée dans nos institutions ?... Pas simplement sous Louis XIV ou Napoléon. Il en est de même aujourd’hui. Au point que nous payons appareils et engins de combat, à performances équivalentes deux ou trois fois leur prix du marché international. Et, la "différence" n’a rien à voir avec les coûts salariaux…

 

Mais, il y a aussi la myriade des "petits" contrats de la "république des copains" au niveau local, régional. C’est l’intégralité des mécanismes et procédures de contrôle de l’Etat sur la bonne utilisation des finances publiques qui doit être rénovée. Certainement par une réactivation, un élargissement, un renforcement, des Cours Régionales des Comptes, ou organismes semblables, qui ont été vidées, à dessein, de leur contenu et de leurs moyens matériels et disciplinaires.

 

Pour le moment, les faits sont là : la France, par l’absence de contrôle réel et efficace de ses marchés publics (le rapport annuel de la Cour des Comptes étant une caricature de contrôle), demeure un des pays les plus corrompus du monde.

 

Il est vrai que dans notre pays, il est plus facile d’organiser la chasse collective à l’humoriste qu’au corrupteur et au corrompu.

 

Toutefois, malgré slogans, propagandes, censures et faux-semblants, que cette "Noblesse d’Etat" (19) et clans d’oligarques, horde de menteurs et prévaricateurs aussi irresponsables que cupides, sous casquette de "droite" ou de "gauche", sachent que leurs concitoyens ne sont pas dupes de leur cynique prédation.

 

Et, qu’en signe de lucide considération, en mémoire de l’éradication des Libertés Publiques qu’ils imposent avec leurs tribunaux et leurs médias, en dérision de l’obscurantisme qu’ils rêvent d’instaurer dès l’école ou le biberon, mais aussi en prémonition du retour de bâton qui les attend immanquablement au détour du long cheminement de l’Histoire, ils leur offrent comme support de méditation : une pharaonique "Quenelle" !...

 

Celle proposée, avec élégance et raffinement, par la Princesse Neferetiabet de la V° Dynastie d’Egypte, 2560 - 2590 ans avant notre ère… (20)

 

Neferetiabet - V° Dynastie - 2.560 - 2.590 avant notre ère

Neferetiabet - V° Dynastie - 2.560 - 2.590 avant notre ère

 

 

 

 

(1)  in "Vita Di Moravia", Alain Elkann, Christian Bourgeois Editeur, 1991.
(2)  Vidéo. "Moche et minable", la gaffe de la journaliste Michèle Cotta après la conférence de presse de François Hollande, Le HuffPost, 15 juin 2014,     http://www.huffingtonpost.fr/2014/01/15/michele-cotta-gaffe-francois-hollande-moche-et-minable_n_4599929.html
(3)  Les journalistes politiques français sont-ils des « bouffeurs d’huîtres poudrés, Libération, 16 janvier 2014, http://www.liberation.fr/politiques/2014/01/16/les-journalistes-politiques-francais-sont-ils-des-bouffeurs-d-huitres-poudres_973306
(4)  Hollande Courts Business With Economic Revival Plan – French president Pitches Tax and Spending Cuts While Sidestepping Focus on Private Life, Stacy Meichtry & William Horobin, 14 janvier 2014,
http://online.wsj.com/news/articles/SB10001424052702304049704579320463225234676
(5)  Jean-Pierre Le Goff, "La Barbarie Douce – La Modernisation aveugle des entreprises et de l’école", La Découverte, 1999.
(6)  Conférence de presse de Hollande : Berlin, Bruxelles et The Economist plébiscitent le tournant libéral de la France, Gregory Raymond Publication, Le HuffPost, 15 janvier 2014,
http://www.huffingtonpost.fr/2014/01/15/conference-hollande-social-liberal-france-allemande-the-economist_n_4601545.html
(7) A voir, entre autres, avant qu’ils ne soient emportés par les bourrasques de la censure :
=> lintern@ute.com, 21 janvier 2014, http://www.linternaute.com/actualite/personnalites/dispute-trierweiler-hollande-les-murs-ont-tremble-a-l-elysee-0114.shtml
Ou encore :

=> media libre, 22 janvier 2014,
http://www.medialibre.eu/france/rixe-a-lelysee-censure-mediatique-degats-considerables-et-hospitalisation-forcee/14467

Ainsi que :
=> économie matin.fr, 22 janvier 2014 :

http://www.economiematin.fr/ecoquick/item/8232-hollande-trierweiler-elysee-dispute-degats-mobilier-national
Et, un site au nom savoureux :
=> je suis stupide j’ai voté Hollande, 21 janvier 2014,
http://www.je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr/blog/rixe-a-lelysee-une-victime-a-lhopital-et-3-millions-e-de-degats/

(8)  Trierweiler : Le Mobilier National dément tout vandalisme du bureau présidentiel, Claire Bommelaer, Le Figaro, 22 janvier 2014,
http://www.lefigaro.fr/culture/2014/01/22/03004-20140122ARTFIG00216-trierweiler-le-mobilier-national-dement-tout-vandalisme-du-bureau-presidentiel.php
(9)  Steve Bell, The Guardian, 15 janvier 2014,
http://www.theguardian.com/commentisfree/cartoon/2014/jan/15/francois-hollande-france-privacy-cartoon-bell
(10)  Obscene wealth : World’s 85 richest have same wealth as 3.5 billion poorest – Oxfam, RT, 20 janvier 2014,
http://rt.com/news/wealthy-rich-85-billion-879/
Et :
http://www.oxfam.org/sites/www.oxfam.org/files/bp-working-for-few-political-capture-economic-inequality-200114-summ-en.pdf
(11)  En France, un des exemples les plus hallucinants de ce pilonnage de désinformation, prônant le « capitalisme sauvage » jusqu’à l’hébétude, peut-être vérifié tous les matins sur la chaîne radio-TV  "BFM Business". Clonage des "Crazy Business Evangelists" sur les TV américaines à la Fox News, Bloomberg, NBC, CNN, etc.
(12) Crise : De La Dette Publique ou du Contra Social ?..., Georges Stanechy, 9 juin 2010,
http://stanechy.over-blog.com/article-crise-de-la-dette-publique-ou-du-contrat-51967860.html
(13)  Jacques Sapir, Le Pésident - Le "contrat de responsabilité" - Et la déflation, 15 janvier 2014,
http://russeurope.hypotheses.org/1914
(14)  Patrick L. Young, Davos Groupthink Dangerously Out of Touch, RT, 27 janvier 2014,
http://rt.com/op-edge/davos-forum-out-of-touch-237/
(15)  Goldman Sachs conseille à la France de baisser les salaries de 30%, Le Parisien, 30 janvier 2013,
http://www.leparisien.fr/economie/goldman-sachs-conseille-a-la-france-de-baisser-les-salaires-de-30-30-01-2013-2525317.php
(16)  http://blogs.mediapart.fr/blog/journal-cesar/201113/le-capital-au-xxie-siecle-selon-thomas-piketty
(17)  Les scenarii de dissolution de l’Euro, Fondation Res Publica, Jacques Sapir – Philippe Murer – Cédric Durand, septembre 2013, 88 pages, téléchargeable pdf,
http://www.fondation-res-publica.org/etude-euro/#.UuGEy_tKHDc
(18)  EPR : En Pleurer de Rage ou En Pouffer de Rire ?..., Georges Stanechy, 2 décembre 2011,
http://stanechy.over-blog.com/article-epr-en-pleurer-de-rage-ou-en-pouffer-de-91000716.html
(19)  Pierre Bourdieu, La Noblesse d’Etat, Collection « Le sens commun », Editions de Minuit, 1989.
(20)  Merci à Truth pour le lien :
http://blogradiofranceirib.wordpress.com/2013/12/29/dieudonne-nicolas-anelka-un-homme-un-vrai-et-le-terrorisme-intellectuel/,
 et l’identification de ce personnage historique dans son commentaire du 18 janvier 2014 :
http://stanechy.over-blog.com/2014/01/dieudonn%C3%A9-en-5-minutes.html

 

 


 


 

Repost 0
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 21:06

.

.

"A la manière d'un réacteur qui n'assure plus sa production d'énergie nucléaire et se prépare à exploser, le couple moteur de l'histoire entre en divergence et s'apprête à se désintégrer, au point que la répulsion réciproque l'emporte déjà sur l'attirance, la séduction sexuelle..."

Paul Virilio (*)

.

.

.

Nous vivons un "Changement de Civilisation", par la grâce du gouvernement en place... . Ce n'est pas moi qui l'affirme.

.

C'est la Ministre de la Justice, Madame Taubira. Elle détient, en conséquence, toutes les qualifications et hauteurs de vue, pour la croire...

.

Et, tous les médias nous l'ont tambouriné à éclater nos tympans.

.

Alors, c'est que ça doit être vrai.

.

.

Présidence Hollande : Un Changement de Civilisation...

.

.

Je n'en crois pas ma chance !...

.

Etre présent, témoin, d'un saut, d'un bouleversement dans l'histoire de l'évolution de l'Humanité...

.

Assister à l'émergence rayonnante d'une "Humanité Nouvelle" !

.

Ah !... Quel bonheur ! Quel privilège !

.

.

.

(*) Paul Virilio, De la perversion à la diversion sexuelle, dans "La Vitesse de Libération", Editions galilée, 1995, p. 133.

.

Illustration : Caricature glanée sur le réseau social "Fessebouc", et humoristiquement communiquée par ma fille ainée. On en excusera la qualité technique (les inévitables carrés noirs), mais elle illustre parfaitement la solennité de ce jour fondateur.

.

.

Repost 0