Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 12:20

 

 

« Celui qui tourmente un enfant mérite d’être jeté à la mer, une meule au cou. »

Jésus (1)

 

 

 Un conte de Noël ?...

 

Il était une fois…

 

Un pays, qui avait à sa tête un dictateur : l’Irak.

 

Ni pire, ni meilleur, que les pires autocrates féodaux et corrompus des pétromonarchies du coin, reçus en permanence avec tapis rouge et accolades dans nos "vertueuses démocraties".

 

Mais, il avait eu le tort d’entrer en conflit avec ses protecteurs qui l’avaient installé au pouvoir. Alors, comme dans les films de gangsters, ils ont décidé de le remplacer par des marionnettes interchangeables et plus dociles.

 

Pétrole oblige…

 

"Apporter la Liberté et la Démocratie", affirmaient-ils, la main sur le cœur.

 

Ils avaient une obsession, toutefois : "renvoyer le pays à l’âge de pierre", disaient-ils. On ne comprenait pas bien : pourquoi chasser un dictateur imposait-il de réduire l’Irak en cendres ?...

 

Ils on tout rasé. Méthodiquement.

 

Pas simplement les installations militaires : toutes les infrastructures civiles. Tout ce qui est interdit par les Conventions de Genève et leurs Protocoles Additionnels, ces « Traités internationaux qui contiennent les règles essentielles fixant des limites à la barbarie de la guerre. »

 

Tout : centrales électriques, stations d’épuration d’eau, ponts, ports et aéroports civils, hôpitaux, universités, écoles, usines d’automobiles ou de tracteurs, ateliers mécaniques ou conditionnements de lait et yaourt, fermes d’élevage. Tous les ministères, sauf celui du pétrole !

 

"Retour à l’âge de pierre" : mission accomplie.

 

Jusqu’aux musées et sites archéologiques, pillés à l’exemple du sac du palais d’été des empereurs en Chine, en 1860, par les troupes françaises et les britanniques… Pillage, à l’époque, qui avait scandalisé Victor Hugo, et de nombreux intellectuels. Alors qu’aujourd’hui…

 

Détruire, massacrer, piller… Autres temps, mêmes mœurs.

 

Le plus curieux : ils se sont acharnés sur les femmes et les enfants.

 

Pourquoi ?

 

Pourquoi interdire, sous prétexte d’embargo, l’importation des produits pharmaceutiques, tout particulièrement ceux relevant de la pédiatrie ou de l’obstétrique ? En quoi la protection sanitaire, des enfants de la naissance aux premiers pas, de l’accouchement aux soins élémentaires, encourageait-elle la prolifération des armes de destruction massive, chimiques ou bactériologiques ?...

 

Il est vrai que les fonctionnaires de l’ONU, chargés de superviser l’opération « pétrole contre nourriture », s’amusaient à interdire cahiers et crayons… Probablement, au cas où les enfants survivants auraient envie d’aller à l’école.

 

Nous avions été poliment, froidement prévenus, reconnaissons-le. Impossible de l’oublier. Madeleine Albright, responsable des affaires étrangères des USA au moment des faits l’avait publiquement signifié.

 

Nous nous souvenons tous de sa réponse à une question, dans un entretien télévisé, sur les ravages de l’embargo infligé à la population Irakienne avant son écrasement sous les bombes. La mort “par embargo” de 500.000 enfants de moins de 5 ans, était le prix à payer pour “libérer” l’Irak : « Worth it »…

 

Martin-Rowson-TG-12-10-2012--EU-Nobel-Prize.jpgPercutante caricature de Martin Rawson :
Barroso, président de la Commission européenne, allant chercher le Prix Nobel de la Paix
accordé à “l’Europe” matraquée de répression sociale.

Accueilli par les plus illustres prédécesseurs :
Kissinger aux mains ensanglantées et Obama caracolant sur son drone armé de missiles… (2)

 

 

Le Massacre des Innocents

 

En fait, dans les guerres actuelles menées par l’Occident, femmes et enfants sont des objectifs d’éradication stratégiques. Les plus sérieux et honnêtes des analystes, observateurs, démographes, économistes, géopoliticiens, l’admettent. Plus ou moins ouvertement et, dans tous les cas, en privé uniquement. Aucun ne l’exprimant publiquement par crainte de perdre fonctions et sinécures, crédits de recherche et dotations, subventions et “sponsoring”, accès aux médias et publications…

 

Très rares sont les articles publiés sur cette cible démographique, au cœur de toutes les planifications et opérations guerrières actuelles. Quand ils le sont, ce ne peut être que dans des médias non occidentaux, du fait de la censure. (3)

 

Résurgence d’une pratique ancestrale aux effets démultipliés par les nouvelles technologies. Avec pour objectif de casser, inverser même, la courbe démographique des populations du Moyen-Orient et du monde musulman, en général, composé de peuples non arabes (dont Pakistan, Afghanistan, Iran, etc.). Il s’agit d’un génocide programmé et méticuleusement appliqué.

 

Mais, le terme “génocide” serait réservé, parait-il. Comme une “appellation contrôlée” pour un vin ou un saucisson.

 

On ne parle donc que de "dégâts collatéraux". Terme générique présentant, de plus, beaucoup d’avantages : plus anodin, presque une norme, une fatalité…. C’est "la faute à pas de chance"… Personne n'est responsable. Fêtes de mariages et de naissances, aux fortes concentrations de femmes et d’enfants, sont, ainsi, systématiquement « traités » comme des objectifs militaires à anéantir.

 

La banalisation de cette pratique est telle que ce qu’on pensait appartenir à un autre siècle est repris dans les comportements, manuels de combat, et procédures de commandement, des troupes d’invasion occidentales au quotidien.

 

Tout récemment, décembre 2012, le Lieutenant Colonel Marion Carrington, patron du 1st Battalion - 508 th Parachute Infantry Regiment en Afghanistan, a déclaré publiquement que parmi les “mâles” en âge de porter les armes ("military-age males"), les enfants sont considérés comme des menaces potentielles. En conséquence, sont nommément désignés en tant que cibles : les "enfants au potentiel d’intention hostile" ("children with potential hostile intent"). (4)

 

Mais, que veut dire, ou comment identifier, un "enfant au potentiel d’intention hostile" ?... Sous couvert de concepts fumeux et de cabrioles rhétoriques, ce n’est que la justification hypocrite de tout massacre d’enfants, arbitraire et impuni.

 

Hôpitaux, cliniques, centres médicaux, où se rassemblent femmes et enfants pour obtenir des soins sont évidemment des objectifs militaires, dans toutes les opérations des troupes de l’OTAN. Ce qui s’est passé en Irak se produit en permanence en Afghanistan, et ailleurs. L’accès aux soins des femmes et des enfants, doit être empêché à tout prix. Les comédies humanitaires pour Journaux TV, destinés à endormir les opinions publiques, ne sont que les paravents de ces massacres et destructions sauvages et systématiques.

 

Exemple ? Au début de ce mois, décembre 2012, les troupes d’invasion de l’OTAN, dénommées ISAF en Afghanistan, ont fait irruption à l’hôpital de Sewak, dans la province de Wardak, au centre du pays. L’occupant pendant trois jours, s’en servant comme prison pour “interroger” des suspects. La soldatesque a tout cassé, en plein hiver : portes, fenêtres, lits, matériel médical, placards et étagères, même les murs…

 

Mais, ces soudards sont mal tombés, pour une fois. Le directeur de ce centre hospitalier relevant d’une ONG suédoise [Swedish Committee for Afghanistan - SCA], Andreas Stefansson, loin d’être intimidé, en a été révolté et a pu donner l’alerte en Europe. En dépit de l’inévitable censure médiatique. Dans une déclaration officielle du 6 décembre 2012, il qualifie cette action comme une :

« … violation absolument inacceptable de toutes les Conventions internationales… » (5)

 

Illustrations des violences guerrières directes ou indirectes dont la palette mortifère est employée dans son intégralité : embargos, bombardements, guerres civiles et chaos organisés. Permettant de sabrer, ainsi, des générations entières de femmes et d’enfants porteurs des développements démographiques des pays visés par ces actions.

 

Car, ce n’est pas le seul potentiel militaire des pays musulmans qui préoccupe les "stratèges" occidentaux, mais leur croissance démographique, accompagnée de celui de l’enseignement et de la maitrise des techniques. Le progrès économique et technologique qui en serait la conséquence engendrerait inéluctablement l'enracinement d'une irréversible indépendance politique, face aux visées hégémoniques de l’Occident et à ses entreprises de pillage.

 

On comprend mieux l’acharnement à pulvériser, démembrer, déchirer : Somalie, Irak, Pakistan, Afghanistan, Soudan, Lybie. Syrie, à présent. Le prochain chaos programmé étant l’Iran.

 

Sans oublier la Palestine, encore et toujours. Depuis plus de soixante ans…

 

On sait combien les enfants Palestiniens sont spécifiquement visés et massacrés. L’enclave de Gaza étant le symbole de cet acharnement sanguinaire. Bombardements allant de pair avec un embargo particulièrement implacable, et tout aussi illégal. Puisqu’il relève de la décision unilatérale des forces d’occupation, soutenues par les pays occidentaux dont elles sont l'émanation.

 

Cet embargo constitue un authentique "Crime contre l’Humanité", du fait qu’une population civile est prise en otage et massacrée au bon vouloir d’une armée coloniale. Selon périodicité, intensité, procédé, qui lui conviennent. Avec deux modalités récurrentes : violences armées (tirs, bombardements, assassinats, internements arbitraires et tortures, etc.), ou blocages d’accès aux soins médicaux et à l’alimentation (de l’eau potable aux produits alimentaires de base).

 

Les images de l’assaut meurtrier par des commandos, dans les eaux internationales, des bateaux acheminant de l’aide humanitaire pour Gaza sont encore dans toutes les mémoires.

 

Toutefois, ce blocus maritime, hyperviolent, n’est pas le seul instrument de d’étouffement par “embargo”. Il est renforcé par l’édification d’un mur sous-terrain constitué de palplanches en acier pour empêcher la population de creuser à la main des tunnels vers l’Egypte, et s'y procurer un minimum de médicaments et denrées de premières nécessités.

 

Notons que la France s’associe au plus haut niveau de l'Etat à ce "Crime contre l’Humanité".

 

Une preuve de cette implication, parmi d’autres : le général Benoit Puga est, depuis le 5 mars 2010, “chef d’état-major particulier” de nos présidents de la République. D’abord de Sarkozy, puis de Hollande qui l’a maintenu à son poste. Après avoir exercé les plus hautes fonctions dans nos armées (directeur du renseignement militaire, professeur au Collège interarmées, patron des opérations spéciales, corédacteur du Livre Blanc de la Défense Nationale, et tutti quanti…).

 

Ce n’est pas moi qui le dis, c’est écrit en toutes lettres dans Wikipedia… Figure, dans ses glorieux états de service, une mention aussi révélatrice qu’atterrante (6) :

« En 2009, le général Puga est venu personnellement inspecter le chantier de construction du mur de séparation en acier entre l'Égypte et la bande de Gaza. »

 

On se pince pour y croire…

 

« … Venu personnellement inspecter… ». En 2009… Alors que Gaza, immense camp de concentration enfermant 1,5 millions de personnes, venait de subir durant plusieurs semaines parmi les plus atroces bombardements de population, et de massacres d’enfants, imaginés par les plus hallucinés des criminels…

 

Quelle est l’impératif stratégique de la France, pour que les plus hauts responsables de nos forces armées, au budget pharaonique égal à la moitié de celui de la Chine, se rendent sur place, afin « d’inspecter », de s’assurer de la profondeur et de l’épaisseur du mur sous-terrain en acier asphyxiant la population civile de Gaza ?

 

En quoi, contrôler, superviser, que la population de Gaza, dont ses enfants, crève lentement mais sûrement de faim, de manque de soins, et de désespoir, est-il une obligation de notre état-major ?...

 

Où résident intérêt, urgence, pour notre « Défense Nationale », notre « Souveraineté Nationale », de s’associer en permanence à des "Crimes contre l’Humanité", à l’encontre de populations à des milliers de kilomètres de chez nous, qui ne nous ont rien fait et ne nous menacent en rien ?...

 

Le degré d’abjection, d’infamie, de trahison, de notre caste gouvernementale et militaire, en termes de reniement de toute éthique, mais aussi d’avilissement dans la servilité à l'égard d’intérêts, idéologies et diktats de pays et « milieux » qui nous ont vassalisés, rendent pathétique de grotesque cette éternelle référence de nos politiciens et médias à une France mythique des Droits de l’Homme et des Lumières…

 

Dans le style des incantations mégalomaniaques d’Alexis de Tocqueville, autre féroce raciste colonial :

« Il y a des entreprises que seule la nation française est en état de concevoir, des résolutions magnanimes que seule elle ose prendre.
Seule elle peut prendre en main un certain jour la cause commune de l’humanité et vouloir combattre pour elle
. » (7)

 

Avec une « élite » de cette trempe, la France n’est, et ne sera, qu’un pitoyable polichinelle…

 

Fallujah-Birth-defects-Oct-2012-PTV.jpg

Enfants de Falloujah victimes des munitions à "uranium"

 

 

Falloujah : Laboratoire de l’Horreur

 

Enfants Palestiniens Afghans ou Irakiens : mêmes massacres.

 

Une ville en Irak restera dans l’Histoire une des grandes hontes de l’Humanité, qui en connaît une pléthore : Falloujah. Elle a résisté à l’invasion avec le plus grand courage. Elle en a été châtiée d’autant, avec un rare acharnement dans les atrocités guerrières : multiples bombardements, encerclements et pilonnages d'artillerie, sièges et batailles de rue, maison par maison, étage par étage...

 

Dès 1991, les occidentaux s'étaient amusés à bombarder le marché de la ville par surprise, attendant qu’il soit rempli," l’heure de pointe" comme disent les commerçants, lieu de concentration de femmes et d’enfants accompagnant leurs mères ou leurs sœurs. Officiellement recensés : 1360 civils tués. Certainement, plus du triple.

 

Lors de la destruction de l’Irak, les forces occidentales ont utilisé à profusion des armes nouvelles, à base d’uranium. Il existe un minimum de 40 sites fortement irradiés, mais Falloujah est le pire de tous.

 

Personne ne s’en inquiète, ou ne l’évoque. Ni les Belles Ames, politiciens et “journalistes d’investigation”, spécialisées dans l’histrionisme humanitaire. Encore moins, l’agence de l’ONU en charge du contrôle de la non prolifération des armements nucléaires, l’AIEA (Prix Nobel de la Paix 2005…), et ses rocambolesques “limiers-infatigables-chercheurs-d’atome-iranien”.

 

Toutes les enquêtes, recherches, sont interdites aux Irakiens, par les autorités d'occupation. Nos médias ne traitant le sujet que pour en atténuer l’impact, lorsque l’information fait ou refait surface, par les procédés habituels de la désinformation. Ce qu'on appelle le "contre-feu" (8) :

=> forme interrogative dans le titre : “L’armée américaine a-t-elle utilisé l’arme nucléaire en Irak ?”,
=> et, en dernière ligne, ou conclusion, le démenti officiel américain : “La seule réponse fournie sur ce sujet par le département d'Etat américain : il n'existe aucune preuve scientifique de la dangerosité de l'uranium appauvri sur la santé”...

 

Mais, les faits sont têtus et l’uranium met des milliers d’années avant de disparaître… Lors des mitraillages et bombardements, de 2004 surtout, balles et éclats d’obus ont truffé tous les bâtiments, murs et chaussées de la ville réduite en ruine.

 

Le professeur Christopher Bubsy, scientifique britannique, est le directeur de Green Audit, et secrétaire scientifique du comité européen sur les risques liés aux radiations [European Committee on Radiation Risks]. C’est un des plus éminents spécialistes des phénomènes d’irradiation et des ravages de l’uranium sur les populations et l’environnement. Avec courage, malgré obstacles, menaces et agressions (campagnes de diffamation par la propagande, en particulier), pour lui et ses collaborateurs, il s’est intéressé au destin tragique de cette ville.

 

D’après ses recherches et analyses, même sans explosion de bombe atomique, l’effet des munitions à base d’uranium est dévastateur (9) :

« La situation dans Falloujah est effrayante et affreuse, c’est encore plus dangereux et pire qu’à Hiroshima et à Nagasaki... »

« […] L’uranium est introduit dans le sang par la digestion et la respiration. Les quantités extrêmement élevées d’uranium auxquelles les gens de Falloujah ont été soumis expliquent l’élévation vertigineuse des cancers des ganglions, des poumons, des seins et du système lymphatique chez les adultes. »

 

Il s’est particulièrement penché sur les déformations congénitales dont la multiplication fulgurante atteste que Falloujah a servi de “Laboratoire de l’Horreur”. Parmi celles qui se sont multipliées (10) :
=> enfants nés sans yeux
=> enfants avec deux et trois têtes
=> enfants nés sans orifices
=> enfants nés avec des tumeurs malignes au cerveau et à la rétine de l’œil
=> enfants nés avec l’absence d’organes vitaux
=> enfants nés avec des membres manquants ou en trop
=> enfants nés sans parties génitales
=> enfants nés avec de graves malformations cardiaques.

 

Constats et conclusions du professeur Christopher Bubsy sont effrayants : l’emploi de munitions à base d’uranium avait un objectif à long terme, bien au-delà de la simple destruction de la ville. Ce sont les enfants qui ont été visés, avec des effets durables et multiplicateurs sur plusieurs générations. Extraits (11) :
« Le taux de leucémie d’enfant est 40 fois plus élevé, depuis 2004, que pendant les années qui précédent. »
« Le taux de mortalité infantile pour Falloujah est de 80 enfants en bas âge sur 1000 naissances (80 pour 1000), alors que pour le Koweït ce taux est de 9 enfants en bas âge sur 1000 (9 pour 1000). »

« La troisième génération affiche des malformations génétiques comprenant des maladies chroniques (cancer, cœur, etc.) à un taux 50 fois supérieur à la normale. »

 

La population des enfants « mâles » étant particulièrement ravagée  (11) :
« Avant 2003 naissaient à Falloujah, 1050 bébés de sexe masculin pour 1000 bébés de sexe féminin. En 2005, il y a eu la naissance de seulement 350 garçons pour 1000 filles, ce qui signifie que les bébés de sexe masculin ne survivent pas. »

« En raison du code génétique des enfants en bas âge de sexe masculin (manque de chromosome X), ceux-ci risquent plus de mourir à la naissance, et les enfants en bas âge de sexe féminin ont plus de chance de survivre à la naissance avec de fortes déformations. »

« Quant aux bébés de sexe féminin, les radiations provoquent des changements au niveau de l’ADN, ce qui signifie que ces même enfants de sexe féminin, s’ils survivent et s’ils se reproduisent plus tard, donneront naissance à des filles génétiquement déformées et à des bébés de sexe masculin mort-nés. »

 

Le Massacre des Innocents

 

Comment l’oublier à Noël ?… Noël, fête de la Nativité, des enfants… Célébration de la naissance de Jésus… A présent, celle du culte du Veau d’Or de la Consommation.

 

Mais, que pèsent les enseignements de Paix et de Fraternité de Jésus face aux mugissements  de la Bête ?

                                                    

Quant au respect des enfants, Lui, Le non-violent qui, dans une de ses exceptionnelles colères froides, fustigeant ceux qui les persécutent, les tourmentent, les enferment dans la violence et le désespoir... Jusqu’à souhaiter les voir jetés à la mer. Une meule au cou…

 

Comment l’oublier ?...

 

Enivrons-nous des carillons et clochettes, assis hilares, entre bonhommes bottés aux fausses barbes, glissant dans des traineaux tirés par des rennes en caoutchouc, sur de la neige en polystyrène…

 

Joyeux Noël !… Merry Christmas !… Feliz Navidad !... Frohe Weihnachten !... Buon Natale !... Vrolijk Kerstfeest !... Glædelig Jul !... Wesołych Świąt Bożego Narodzenia !...

 

Loin des regards silencieux des Enfants de Falloujah…

 

Regards qui vrillent notre “âme”. Mais, nous en reste-t-il une ?...

 

A l’exemple de ces criminels pervers de sadisme, ces héritiers de Josef Mengele, qui ont conçu et exécuté ces atrocités, les perpétuant implacablement, conscience en paix avec leurs complices, politiciens et médias, réunis en famille autour du sapin…

 

Entourés de leurs petites têtes blondes dénouant les paquets cadeaux, bourreaux repus et attendris, se délectant de chorales enfantines et grelots…

 

Mélodieuses vibrations de la magnificence de notre "Civilisation" :

« Petit Papa Noël… ♪♪♪…

Quand tu descendras du Ciel… ♪♪♪… 

Avec tes jouets par milliers… ♪♪♪… »

 

 

 


 

 

(1)  Evangile selon Saint Marc, chapitre 9 - verset 42.

(2)  Martin Rawson, On the European Union’s Nobel Peace Prize Win - cartoon, The Guardian, 12 octobre 2012,
http://www.guardian.co.uk/commentisfree/cartoon/2012/oct/12/european-union-nobel-peace-prize-cartoon
3)  Aline de Diéguez, Le boom démographique palestinien affole les Israéliens, 7 décembre 2012,
http://www.algeriepatriotique.com/article/aline-de-dieguez-le-boom-demographique-palestinien-affole-les-israeliens-iii

4) US military facing fresh questions over targeting of children in Afghanistan, (L’armée américaine mise en cause pour prendre les enfants comme cible en Afghanistan), The Guardian, 7 décembre 2012,
http://www.guardian.co.uk/world/2012/dec/07/us-military-targeting-strategy-afghanistan 

5)  NGO : ISAF Attack Afghan Hospitals, Violating ‘’All Established Rules’’, (Une ONG Suédoise [Swedish Committee for Afghanistan - SCA] dénonce les attaques des forces coalisées sur les hôpitaux Afghans, en violation des conventions internationales), Fars News Agency, 8 décembre 2012,
http://english.farsnews.com/newstext.php?nn=9107125160

6)  Article Wikipedia sur le général Benoit Puga, en date du 11 décembre 2012, 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Beno%C3%AEt_Puga#Op.C3.A9rations_ext.C3.A9rieures 

7)  Alexis de Tocqueville, Considérations sur la Révolution, I, VII, Gallimard, collection Pléiade, tome 3, p. 506.

8)  Exemple caricatural de cette pratique, dont sont extraites les citations :
Caroline Caldier, L’armée américaine a-t-elle utilisé l’arme nucléaire en Irak ?, FranceInfo, 9 juin 2011,
http://www.franceinfo.fr/monde-moyen-orient-2011-06-09-l-armee-americaine-a-t-elle-utilise-l-arme-nucleaire-en-irak-542427-14-19.html

9)  Layla Anwar, Falloujah, c’est pire qu’Hiroshima, 24 juillet 2012,
http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=9137

10)  Voir les vidéos (en anglais) sur le site du Professeur Chris Bubsy :
http://www.chrisbusbyexposed.org/?page_id=102
Notamment :

=> Cyclop child and the cause of congenital anormaly in Iraq (Les Enfants Cyclopes et les causes de malformations congénitales en Irak)

=> US depleted uranium ammo behind Iraq birth defects spike (Les munitions américaines à "uranium appauvri" à l’origine de l’augmentation vertigineuse des malformations congénitales en Irak)
(11)  Layla Anwar, Op. Cit. 

 


 


Partager cet article

commentaires

Georges Stanechy 31/12/2012 16:44


 


Cher Abdelkader


 


Nos sociétés sont encore plus cruelles que les plus primitives de l’histoire de l’humanité. Car, nous n’avons pas les
« circonstances atténuantes » de l’absence ou du manque : de connaissances, de références historiques, de méthodologies d’analyse, de systèmes d’identification entre rationalité et
superstition, de valeurs morales ou éthiques enseignées par les grandes religions ou les réflexions philosophiques.


 


Au contraire. Plus, nous avançons dans le "Temps", plus nous régressons dans la "Sauvagerie"…


 


Violences de l’injustice économique et sociale infligées par de riches minorités à l’encontre de la majorité de leurs
concitoyens, comme nous le voyons tous les jours. Notamment, dans les pays les plus riches de la planète.


 


Hyperviolences guerrières à l’encontre de nations et peuples qui ne veulent pas se soumettre aux prédations de ces mêmes
oligarchies. D’autant plus implacables dès lors qu’ils sont sans réels moyens de défense.


 


Le problème majeur de cette situation est l’anesthésie des opinions publiques sous l’effet d’une propagande ou d’une
désinformation permanentes. Aboutissant à une véritable schizophrénie collective, extrêmement dangereuse : prenant le désir, ou l’autosatisfaction, pour la réalité. Dans le déni de la Bonne
Conscience…


 


D’où la nécessité de multiplier nos efforts de "citoyens du monde" pour rappeler sans cesse faits et évidences, face aux
délires de nos castes politiques, imbibées de mégalomanie aveugle, quitte à passer pour un rabat-joie en période de fêtes.


 


Le perpétuel recours aux mensonges et aux violences dans la gestion de nos collectivités va aboutir à une
catastrophe : seule une violence encore plus grande étant en mesure de mettre un terme à la violence propagée par les prédateurs.


 


En l’état actuel de son inconscience, faudra-t-il une bombe atomique reçue au coin de l’œil, pour permettre à l’Occident
d’avoir enfin les yeux en face des trous ?...


 


Espérons une lueur d’espoir pour 2013 ! Année, que je te souhaite excellente ainsi qu’à nos amis
lecteurs.


 


Amitiés


 



Georges Stanechy 31/12/2012 16:36


 


Bonjour VDL


 


Merci pour le lien !


 



Bien à vous


 




Abdelkader DEHBI 30/12/2012 15:25


 


En cette période de l'année où les sociétés occidentales sont toutes à leurs fêtes de fin d'année, comme à l'accoutumée, dans une frénésie de dépenses et dans une orgie de bombances et de
consommation, on ne peut qu'être agréablement réconforté de découvrir qu'il existe encore une autre façon de penser la Justice et de vivre son temps…


 


Ce texte d'une rare objectivité et d'une lucidité aussi froide qu'une page d'algèbre, que tu dédies cher Georges, aux enfants de Falloujah, se lit comme un Acte d'Accusation confondant, contre
l'Ordre occidental du monde, et se ressent par le lecteur, comme un coup de poing balancé sur les gueules de bois de ceux qui s'obstinent encore à voir dans l'Ordre occidental dominant, autre
chose qu'une machine de guerre destinée à broyer à travers le monde – et singulièrement à travers le monde arabo-musulman – toute velléité des peuples à retrouver un statut de vraie liberté et de
vraie souveraineté.


 


Merci Georges, de nous avoir rappelé l'une des tragédies humaines les plus représentatives – aux cotés de celles de la Palestine, de l'Afghanistan et d'ailleurs –  des crimes encore fumants
de l'impérialisme sioniste contre l'Humanité.


 


Et Bonne année 2013.


 


 

VDL 30/12/2012 13:27


un lien alterinfo concernant le criminel de contre l'humanité benoit Puga


 


http://www.alterinfo.net/Des-Faubourgs-aux-marches-du-Palais-n-5_a80231.html


 


 

Georges Stanechy 18/12/2012 15:14


 


Chère Aline, Bonsoir


 


Journaux TV et radios, en France (mais, on peut le constater dans tous les pays dits « occidentaux », y compris leurs vassaux), ne
sont plus que des entités filialisées de Fox News ou CNN…


 


A l’exemple des petits délinquants qui donnent du « Votre Honneur » à nos présidents
de tribunaux à force d’être gavés de séries américaines, j’ai le sentiment que « mon » président est Obama, flanqué de son vice-président
Netanyahou…


 


A moins, que ce ne soit le contraire… Avec Hollande, comme « porte-parole du gouvernement »…


 


Pas moyen d’y échapper, tant le matraquage est permanent…


 


Dans cet abrutissement, scientifiquement injecté sous toutes les formes imaginables, difficile de trouver un espace, si réduit soit-il,
d’esprit critique, de réflexion ou d’information.


 


Alors, les propos du Biélorusse, Shimon Peres (Prix Nobel de la Paix 1994…), que vous citez, d’une incroyable hypocrisie, deviennent une
« norme »…


 


Illustrant ce règne de l’imposture dans le crime. La « Loi du Plus Fort » servant de Conscience…


 


Amitiés


 



Aline 18/12/2012 07:31


Cher Georges, bonjour,


Alors que les actes de barbarie militaire se multiplient au point d’anesthésier les sensibilités et que les médias de nos pays se sont donné le mot afin de n’orienter  l’attention de leurs
citoyens qu’en direction  d’un Etat américain  qui produit le genre de faits divers dont venons d’être témoin de manière récurrente, vous avez eu mille fois raison de rappeler
Falloudja.



Au sein du projet barbare et monstrueux global, fondé sur un mensonge éhonté,   que fut l’invasion et la destruction de l’Iraq, de sa société, de ses richesses, des signes de son passé,
ainsi que le pillage de son sous-sol et de ses trésors archéologiques, la bataille de Falloudja doit être  considérée comme un sommet de la barbarie mécanisée américaine.


En effet, on se souvient qu’après le lynchage de quatre contractuels de la société militaire privée Blackwater,  c’est avec toute la puissance de destruction  de son armée que
l’Amérique s’est ruée sur les résistants, qui avaient réussi à s’installer dans cette ville.  L’état-major  n’a pas lésiné sur le phosphore blanc et autres obus incendiaires, les bombes
à fragmentation, le napalm et les assassinats directs de tout ce qui conservait un souffle de vie, agonisants et blessés compris.


La Raï est la seule télévision qui ait décrit des massacres d’une sauvagerie d’un âge qu’on croyait révolu. Ce film est interdit dans de nombreux pays. Il ne faut pas réveiller les enfants. Il
faut continuer de leur bourrer le mou avec des slogans qu’on a ressortis tels quels en Lybie et qu'on a recyclés aujourd’hui en Syrie où la barbarie est partout présente.



Résultat : il est avéré, comme vous l'avez décrit,  qu’il n’existe pratiquement pas de famille irakienne qui n’ait son bébé monstrueux, ses malades chroniques ou ses cancéreux .  Et la
Jézabel du Département d’Etat, à la bouche toujours grossièrement écarlate appelée Madeleine Albright, a pu sans honte proclamer que 500 000 enfants irakiens tués directement ou indirectement par
son Etat, n’était pas un prix trop lourd à payer pour que les Irakiens  - ceux qui ont survécu – jouissent enfin de la « Démocratie » made in Amerika.



Quand un Shimon Peres, responsable d’une armée dotée d’un Etat  responsable de la mort de dizaines de milliers d’enfants palestiniens , se fend d’une lettre de condoléances à la suite du
fait divers dramatique survenu dans le Connecticut et  dans laquelle il écrit,  qu’ « aucune expérience de la mort ne peut être comparée à celle de la perte d’un enfant pour
des parents. Aucun crime n'est plus odieux que le meurtre d'un enfant »  on se dit qu’il n’y a pas que la bêtise qui est infinie, pour reprendre l’expression d’Einstein, il y a
aussi la tartufferie et son corollaire, l'impudence.


Amitiés

Georges Stanechy 15/12/2012 13:58


 


Bonjour Cerisier du Japon,


 


J’avais un échange récent sur « l’inutile » et le « dérisoire », au regard des moyens dont nous disposons face aux
horreurs de La Folie Humaine.


 


Certes, témoignages, indignations, rappels des faits enfouis ou occultés par l’appareil de désinformation, tout cela n’est que
« dérisoire » devant la puissance du Mal, ou la dimension cataclysmique de notre primitivité, sur cette Terre… Mais, certainement pas « inutile »…


 


Comme une bougie dans l’obscurité, c’est affirmer notre volonté de donner du sens à notre vie, et que la Conscience Humaine, même à l’état
de bourgeon, connaîtra un jour lointain son inéluctable éclosion…


 


En évoquant bourgeon, éclosion et cerisier du Japon, je viens de visionner un film où les cerisiers du Japon, dans leur magnifique
floraison, tiennent un rôle éminent. Décoratif, mais aussi métaphorique.

Je vous donne le lien sur Youtube, où ce magnifique film se déroulant à l’époque Edo, mis en scène par Kenji Nakanishi, est sous-titré en anglais
« After the Flowers » (Hana no Ato, en transcription du
japonais):
http://www.youtube.com/watch?v=WoVudgVNY9g&feature=relmfu


 
Amitiés

Georges Stanechy 15/12/2012 13:57


 


Bonjour Rémi


 


Vous avez raison… Des kilomètres d’encyclopédie ne suffiraient pas à dresser l’inventaire, comme vous le dites si bien, des
« horreurs » de l’arsenal moderne nucléaire…


 


N’oublions pas non plus les explosions nucléaires dans les archipels du Pacifique. Français en Polynésie, ou américains, dans les îles
Mariannes ou Gilbert…


 


Avec leurs effets secondaires. Non seulement sur le plan de l’écosystème, mais aussi quant aux ravages socio-économiques. Bouleversant les
circuits et traditions économiques entre îles.


 


Beaucoup, si ce n’est tout, reste à écrire sur ces cyclones de l’inconscience économique… Laissant des îles à l’abandon après les
expérimentations, ou en état de survie et de désespoir assisté, sur fond d’alcoolisme, de drogue, et de chômage structurel…


 


Bien à vous


 



Rémi 15/12/2012 12:13


Georges,


Parmi les horreurs du "merveilleux" arsenal moderne (cadeaux pour les grands enfants en treillis?), on peut aussi mentionner les ravages causés parmi les populations du Sahara suite aux essais
nucléaires français.


Encore une grande victoire pour la France!

cerisierdujapon 15/12/2012 00:56


Cher Georges;


Comme toujours votre billet est édifiant! Une envie d'hurler m'a submergée, mais à quoi bon? Des femmes et des enfants meurent chaque jours dans l'indéférence totale d'un monde "déshumanisé".
Voilà où mène la"science sans conscience ...."