Liberté ...

   
 

 

 

 


 
Le Québécois
chante la lutte des Peuples
contre la Prédation
 
 

Horizon...


Du conseil international en gestion stratégique et en développement d'économies émergentes...
Au regard sur la régression du respect de la dignité humaine, des libertés et du partage.
Une espérance solidaire avec ceux qui ne l'acceptent pas.
A contre-courant...

 

 

 

Modération


Tous commentaires et propos contribuant à enrichir échanges et débats, même contradictoires, sont amicalement reçus. Ne sont pas acceptées les pollutions organisées, en particulier :

a)  Hors sujets et trolls

b)  Attentatoires à la Dignité Humaine :

.  Injures

.  Propos racistes

.  Incitations à la haine religieuse

 

Avertissement

Liberté d’expression et abus de procédure

 

Devant la multiplication actuelle des atteintes à la liberté d’expression, sous forme d’intimidations et de menaces à l’égard de blogs et de sites, de la part d’officines spécialisées dans la désinformation et la propagande relatives aux évènements passés, présents et à venir au Moyen-Orient, tout particulièrement, il est rappelé que la Loi du 21 juin 2004 (LCEN),

modifiée par la Loi n°2009-1311 du 28 octobre – art.12, s’appliquant à des « abus » éventuels,

spécifie

dans son alinéa 4 :

« Le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2

un contenu ou une activité

comme étant illicite

dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion,

alors qu'elle sait cette information inexacte,

est puni

d'une peine d'un an d'emprisonnement

et

de 15 000 Euros d'amende»

 

 

22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 19:00

 

 

 

« Les types comme toi portent l’enfer en eux depuis leur naissance… »

Dino Buzzati (1)

 

 

 

 

 

Flonflons et lampions des élections municipales éteints, emportés dans la brume médiatique…

 

Un nouveau gouvernement formé.

 

 

Le profil Grec

Budget de la Défense : Pleine Floraison…

Pour confirmer, combien avait été compris le "souhait de changement" des électeurs.

.

Disent-ils…

.

Cynisme politicien habituel signifiant le contraire : l’implacable poursuite de l’application du fondamentalisme libéral, ou du capitalisme sauvage, suivant les appellations d’origine. Dogme de la Mondialisation oblige. Idéologie régnante sans partage dans nos contrées. Comme dans les autres pays occidentaux, sous prétexte d’un "endettement public" à résorber…

.

"Endettement public" qui correspond, en réalité, à la part de la contribution fiscale au fonctionnement de notre pays, non payée par l’oligarchie au pouvoir.

La Grèce, étant le schéma abouti de cette spoliation, organisée par la finance internationale. Relayée par une ploutocratie locale pressurant le peuple jusqu’à l’épuisement. Rappelons les ordres de grandeur communiqués par Roland Guillon, dans son travail de recherche intitulé « La Méditerranée à l’épreuve de la globalisation » (2) :

« Le secrétaire d’Etat aux finances de Grèce, en 2010, estimait à 280 milliards d’euros les capitaux grecs qui avaient été placés dans les banques suisses depuis 2003.
Et selon la Banque Centrale de Grèce, 38 milliards d’euros auraient quitté le territoire national en 2010 (pour un PIB de 234 milliards d'euros en 2009).
 »

 

Servant de laboratoire (notamment la répression des manifestations de protestation de masse) et de modèle, ce "servage", infligé au peuple Grec par une caste rejetant ses obligations de solidarité citoyenne, représente l’objectif affirmé et assumé par les gouvernements successifs de notre pays.

 

Procédant dans une alternance de jeux de rôle ou de déguisements, "droite" ou "gauche" par échange de casquettes, onctuosité cardinalice ou vocifération cramoisie pour rhétorique, méthodiquement, au démantèlement du Contrat Social qui constitue le socle de notre Nation.

 

S’acharnant, en priorité, sur les budgets assurant la redistribution de la richesse collective, dans un minimum de justice sociale. Au détriment de la majorité de la population. Pour l’enrichissement d’une minorité, gavée de privilèges et d’exemptions, vivant grassement de la spéculation et de rentes de situation sous toutes les formes imaginables. Marchés publics et clientèles captives des services publics "privatisés" (télécoms, transports, eau, gaz et électricité, banques et assurances, etc.) formant leurs plus plantureux fromages…

Budget de la Défense : Pleine Floraison…

Les fondamentalistes de l’ultralibéralisme considérant qu’éliminer le "déficit" impose uniquement la diminution vertueuse des "dépenses publiques".

.

Avec l’augmentation simultanée des taxes sur la consommation, alourdissant d’autant la charge fiscale pour les revenus modestes. Et, hystérique obsession, pour "cœur de cible" : la suppression du SMIC et la généralisation de la baisse des salaires.

Argumentation de cette "casse sociale" formulée en permanence selon le principe comptable qu’une dépense publique doit être "équilibrée", ou trouver sa "contrepartie", dans une recette provenant d’une "cotisation". Jacques Généreux en a méticuleusement, et avec beaucoup de clarté, déconstruit le mécanisme totalement hypocrite (3).

 

Anciennes et futures générations sont visées : éducation, santé, retraites, aides à domicile aux personnes âgées, soutiens aux plus démunis victimes de la précarité économie et de la paupérisation croissante. Eradication de tout ce qui est à connotation sociale, solidaire, érigée en "ardente obligation" !

 

Evitant soigneusement d’accroître les recettes fiscales en sollicitant la contribution de la frange privilégiée qui ne paie pas d’impôts proportionnels à l’accumulation de ses richesses : rente de haut vol dissimulée dans les paradis fiscaux, spéculation financière, immobilière, etc.

 

Cette "obsession antisociale", loin de répondre à une contrainte économique, se révèle un projet de société fondé sur un individualisme forcené, dans l’édification d’une Loi de la Jungle favorisant la concentration de la richesse au seul bénéfice d’une poignée. Tel est le « sens » que nos oligarchies mondialisées souhaitent imposer à l’Humanité.

 

Cette obligation ne s’applique pas, en effet, à plusieurs de nos budgets. Echappant à cette "ardente obligation" de recettes à tout prix... Aucune cotisation ne leur étant  opposée pour "équilibrer leurs dépenses" lors de la préparation des Lois de Finance, consolidant l’ensemble des budgets de l’Etat.

 

Ainsi en est-il du Budget de la Défense Nationale qui, loin de diminuer, poursuit paisiblement sa course dans l’augmentation régulière. Contrairement à tous les slogans et articles catastrophiques, décrivant un budget de la défense nationale régulièrement sabré d’une année sur l’autre, au point de le rendre squelettique, voire symbolique.

 

 

Confortable pourcentage du PIB

Budget de la Défense : Pleine Floraison…

Loin de s’effondrer, comme voudrait le faire croire la propagande alarmiste des lobbies de l'armement, les dépenses militaires de la France se maintiennent à un haut niveau, avec un pourcentage du PIB pratiquement constant d’un exercice à l’autre. Ne connaissant, de fait, aucune baisse. Prétendre le contraire n’est que mensonge.
.
La France consacre en moyenne 2,5 % de son PIB annuel pour sa Défense Nationale. Taux comparable à celui de notre voisin la Grande-Bretagne, aussi dépensier que nous en la matière. Parmi les plus élevés de la planète.

Plus que certains pays figurant parmi les 10 premiers PIB dans le monde. Exemples : Chine 2 %, Allemagne 1,4 %, ou Japon 1%.

 

C’est ce qui ressort des publications du Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), organisme réputé pour son indépendance, procédant à une compilation, année après année, des budgets de la défense nationale dans le monde. Pour faciliter les comparaisons, les montants sont exprimés dans sa base de données, après conversion de chaque monnaie du pays concerné, en dollars.

 

Citons ceux qui nous concernent de près, en milliards de dollars annuels, évidemment (4) :

 

 

2012

 

 

Md $ courants

 

 

% GDP

 

 

   France

 

 

58,94

 

 

2,3

 

 

   UK

 

 

60,84

 

 

2,5

 

 

  RFA

 

 

45,78

 

 

1,4

 

 

   S/T

 

 

165,56

 

 

 

 

Deux constats étonnants.

 

Relevant du dérapage déjanté de la raison ou de la rationalité. A moins qu’il ne s’agisse d’une pathologie planante qu’est la mégalomanie :

 

i)  Le total des trois principaux budgets européens de la défense (France – UK - RFA) représente : 165,56 milliards de dollars. Ce qui pour les eurocrates bruxellois, chargés de superviser les budgets des pays membres, et leur donner des leçons, semble aller de soi.

 

Pourtant, l’équivalent du budget de la défense de la Chine : 166,10 milliards de dollars !  

 

Dont les propagandistes de l’OTAN ne cessent de nous bassiner, agitant l’épouvantail du "surarmement chinois"… Alors que la Chine se doit d’assurer la défense d’une population de 1,5 milliard de personnes réparties sur un territoire plus de 10 fois supérieur en superficie (environ 10 M Km² pour la Chine et 1 M Km² pour les trois européens)…

 

Pour mémoire, rappelons le budget des dépenses militaires "hors concours" de nos amis américains : 1.000 milliards de dollars par an… A comparer au budget, diabolisé aussi en "surarmement", de la Russie – CEI (17 M Km²) : 90,75 milliards de dollars (5). Un maigrichon 10 %, par rapport au budget annuel US, ou encore 55 % des budgets cumulés des mêmes trois européens…

 

ii)  La différence entre les budgets de la défense de la France et de la RFA est en moyenne de 30 % an par an. Suivant les années et les périmètres retenus, l’écart oscille entre 15 et 20 milliards d’euros annuels, au minimum.

 

Sur 10 ans, cela creuse "quand même" un impact de 200 milliards d’euros de dépenses supplémentaires par rapport à nos amis allemands. Mais, jamais cet impact ne sera traité de "Trou" comme celui de la Sécurité Sociale brandi à répétition par l'appareil de propagande...

Budget de la Défense : Pleine Floraison…

Curieusement, la RFA, perpétuellement citée en modèle de rigueur dans la gestion étatique par nos chroniqueurs politiques et économistes, n’est jamais évoquée sur le plan de la Défense Nationale… Nos "désinformateurs", il est vrai, pratiquent avec zèle l’art d’étouffer ou d’occulter l’information pertinente.

.

Peut-être, le sujet étant considéré tabou, la différence s’explique-t-elle par la clairvoyance stratégique de la RFA de ne pas se ruiner dans l’investissement et l’entretien d’une "force de dissuasion nucléaire", inutilisable par essence et donc obsolète par conception ?… (6)

 

Généreuses augmentations annuelles

 

Intéressant à consulter : Le Projet de Loi de Finances 2014 – Budget de la Mission Défense, (dans le jargon du milieu : "PLF 2014 - MINDEF"). Prenant en compte, dans un périmètre élargi, un prévisionnel de Recherche et Développement (R&D) et les opérations extérieures (du moins, une infime partie...) par exemple, il est exprimé en euros (7). Principales rubriques :

 

 

Rubriques / Répartition

 

 

Milliard €

 

 

  Budget de la mission “Défense”

 

 

31, 40  

 

 

  Crédits d’équipements

 

 

16, 50  

 

 

  Entretien programmé des matériels

 

 

3,10  

 

 

  R & D - Innovation industrielle
  et technologique

 

 

3,60  

 

 

 

  Opérations extérieures

 

 

0,45  

 

 

  Total

 

 

55,25   

 

 

Conversion € / $ : 1,38 =>  55,25 milliards  =>  ­$  76,25 milliards

 

Budget de la Défense : Pleine Floraison…

Pour un pays qualifié, par sa nomenklatura, "en faillite", aux "caisses vides", dès qu'il s'agit de réfléchir à la redistribution de la richesse nationale par le financement de la solidarité citoyenne, nous voilà découvrant soudainement une montagne de milliards. Colossal budget annuel aux rubriques, ou "missions", généreusement garnies !...

.

Voté les yeux fermés par nos représentants élus, dans "le grand silence" médiatique... Sans grognements ni objections. Encore moins, sans exigences quant à l'impérieuse nécessité d'en financer "l'équilibre" par des recettes ou cotisations "d'usagers"...

La satisfaction des responsables de la défense transparait, évidente, dans le deuxième paragraphe de la présentation de la loi de finances dite "PLF 2014 – MINDEF" :

« … Malgré un contexte budgétaire marqué par l’impératif de redressement des finances publiques, la Nation consacrera 190 milliards d’euros courants à sa défense sur la période 2014-2019. Le budget 2014, première annuité de cette nouvelle LPM [Loi de Programmation Militaire], reflète cet engagement. »

 

La piqûre d’anesthésie, pour camoufler cette débauche pharaonique de dépenses à l’opinion publique, sans "recettes" ni "cotisations" en contrepartie, sera évidemment de "crier misère" !...

 

Cris de désespoir relayés, amplifiés, complaisamment par nos médias de la désinformation. Avec des procédés et astuces relevant plus de l’action psychologique que d’une réelle vision ou gestion à long terme, avec une définition précise du rôle, ou de la vocation, de nos armées. Dans le monde actuel, et son évolution prévisible.

 

Deux exemples :

=>  Sont mis en avant, au titre de vigoureux efforts d’économies, les compressions d’effectif. Pour en prouver le sérieux de la réflexion, le chiffre du personnel, pour 2014, est affiché en chiffre non arrondi … (8) :
« Le ministère de la Défense contribue à l’effort gouvernemental de stabilisation des effectifs de l’État. Les effectifs du ministère seront donc réduits de 7 881 emplois en 2014… »

 

=>  Ou encore, circulent des informations ou propos d’un "officier au sein du Service de Santé des Armées" qu’à compter du présent mois d’avril, les repas de service des militaires du SSA ne seront plus payés le lundi, en raison des contraintes budgétaires grandissantes. Avec l’inévitable commentaire sur le :

« … manque de plus en plus criant d’argent dont dispose l’État pour assurer le fonctionnement minimum de ses armées, pourtant garantes de la souveraineté nationale. »

Budget de la Défense : Pleine Floraison…

Ces grotesques opérations d’enfumage, outre comportement et mentalité « minables » des responsables qui s’y livrent, illustrent la perversité de deux réactions :
.
i) A l’exemple des patrons cyniques du MEDEF, les responsables de nos Forces Armées considèrent pour seul domaine où l’on se doit de sabrer dans les coûts en priorité : le "Personnel".
Comme sous l’Ancien Régime, à cette allure, on exigera bientôt de tout militaire de base l’achat de son uniforme sur ses propres deniers, par retenues sur sa solde… Régression vers l’éternel comportement féodal faisant porter la charge du fonctionnement de l’Etat sur la piétaille, le serf, le salarié …

.

ii) Mais, surtout pas sur les "Achats", investissements ou maintenance, en l’occurrence les marchés publics aux marges et commissions aussi occultes que vertigineuses... l

Car les dépenses militaires, autres que les charges de personnel, focalisées sur "l’équipement", ne cessent de se poursuivre à un rythme régulier d’une année sur l’autre, et même d’augmenter. Dans tous les domaines.

 

Parmi les meilleurs morceaux de ce gigantesque millefeuille, que se partagent les mêmes groupements d’entreprises et commanditaires à longueur de mois :

>  Nouveaux programmes d’armement et commandes

>  Dissuasion nucléaire

>  4° sous-marin nucléaire d’attaque Barracuda

>  Programme Scorpion modernisation des Groupements Tactiques InterArmes – GTIA] (9)

>  Réalisation MRTT [Multi-Role Transport Tanker - Avion Multirôles de Ravitaillement en Vol et de Transport] (10)

 

N’échappent pas à cette progression des dépenses, sans compter les opérations militaires secrètes sur différents théâtres d’opérations (Moyen-Orient, Afrique, etc.), en 2014, d’autres rubriques budgétaires relatives à "l’entretien". Ainsi, pour rester dans le domaine officiel :

Entretien programmé des matériels : + 5,5%

Crédits d’entretien du matériel : nouvelle hausse de 155 M€

 

Tout ceci peut être vérifié en parcourant le "RAP". Rien à voir avec le genre musical du même nom. Il s’agit du "Rapport Annuel de Performance" qui n’a pas rien à voir non plus avec le véritable sens, ou concept, de "performance". Se limitant simplement au suivi, dans son exécution, ou sa réalisation, du budget des différents programmes de dépenses de notre défense nationale.

 

En feuilletant, tout spécialement, les 228 pages du "Programme 146 – Equipement des Forces". (11) Edifiant : tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes !... A ne pas savoir où donner de la tête dans cette caverne d’Ali Baba. Où, d'un exercice à l'autre, l'on y retrouve en tant que fournisseurs, tel un "Trombinoscope Mondain", les mêmes noms de sociétés privées, servant souvent de chefs de file de groupements d'entreprises...

 

Innombrables pépites, dont les plus chatoyantes :

 

>  Le programme Rafale (deux fois plus cher, à performances et capacités inférieures, qu’un Soukhoï T-50) poursuit sa vitesse de croisière, avec la fourniture de 58 avions "marine" et 228 avions "air". Sans oublier leurs "équipements de mission", le stock de pièces de rechanges initial et les moyens de maintenance. Il en est tout autant avec le programme MRTT affecté au transport et ravitallement en vol.

 

>  L’Armée de Terre, comblée de matériel nouveau, en particulier : le véhicule blindé de combat d'infanterie (VBCI), d’ici 2021 près d'un millier de véhicules blindés multirôles (VBMR), environ 70 engins blindés de reconnaissance et de combat (EBRC), rénovation d’une partie du parc de chars Leclerc, système d'information et de combat Scorpion (SICS), et des kits de numérisation associés.

 

>  La Marine n’est pas oubliée, parmi ses dotations figure son 4° sous-marin nucléaire d’attaque, nouvelle génération (livraison de six sous-marins entre 2017 et 2028), le fameux Barracuda. Magnifique bijou de technologie à 1,5 milliard d'euros l'unité, voire plus suivant les versions !...
 

Outre une flopée de missiles et gadgets en tous genres, toutes configurations et tous calibres, pour tous supports : terrestres, navals, aériens, sous-marins…

 

Qu’on m’explique, devant cette cascade de milliards, et ce mirifique étalage brièvement esquissé, en quoi consiste le :
« … manque de plus en plus criant d’argent dont dispose l’État pour assurer le fonctionnement minimum de ses armées… »

 

 

Tout ça pour ça ?...

 

« Si tu veux la paix, prépare la guerre », affirmait un adage Romain.

 

Certes. Mais, pas n’importe comment, à n’importe quel prix. Pour aller n’importe où.

Budget de la Défense : Pleine Floraison…

Autrement dit : droit dans le mur. Celui de la gabegie, tout autant que celui de l’incohérence. Les deux dissimulés, dans l’emballage soyeux de l'autosatisfaction. Au point qu’en l’état, conceptuel et opérationnel, notre budget de la Défense Nationale ne constitue qu’une fosse abyssale de gaspillages.

.

Des défauts majeurs le décrédibilisent foncièrement. Sous l'effet dévastateur de trois vecteurs convergents, dans une synergie de la contradiction, pour ne pas dire de l'absurde : absence de maîtrise des coûts, pensée stratégique sclérosée, vision d’une Défense non partagée avec la Nation.

i)  Absence de maîtrise des coûts

 

Que nos gouvernements successifs s’engagent à ne pas diminuer les dépenses relatives à la Défense Nationale, pour de bonnes ou mauvaises raisons, mais au contraire à les augmenter en proportion de l’évolution du PIB, est donc un choix politique. Et, non pas : une nécessité. Alors que nous sommes en paix et menacés par personne, c’est effectivement une préférence, une priorité, données aux armements, au détriment de la justice sociale et économique dans la solidarité citoyenne.

 

D’où la question : ces milliards généreusement distribués en "période de crise", d’austérité ou de récession, est-ce en faveur de nos "Forces Armées", ou en faveur de nos "Fournisseurs aux Armées", dont on connait depuis les règnes de Louis XIV ou de Napoléon leur art de bâtir des fortunes foudroyantes de rapidité et d’amplitude sur les deniers  du citoyen et la peau des soldats ?...

 

Devant un fait incontournable : les principaux marchés de notre Budget de la Défense sont captifs d’un pool, d’un club, d’entreprises. Toujours les mêmes. Dans un contexte totalement opaque : absence de débats publics, invocation du "Secret Défense", responsables de la Défense exerçant des activités chez ces mêmes fournisseurs dès leur mise en disponibilité du service de l'Etat, etc.

 

Le RAP (Rapport Annuel de Performance) n’est, en ce cas, qu’une mascarade, incapable de mesurer ou d'induire une "performance", si ce n’est celle du règlement rapide des créances des entreprises titulaires de marchés, ou de contrats, aux marges incontrôlées et incontrôlables.

 

Sans entrer dans le détail des techniques et procédures budgétaires, dérivées du Budget Base Zéro, justifiant l’opportunité d’une dépense et la maîtrise de son coût, il convient d’être lucide face à l’inexistence présente d’un "contrôle effectif" de nos dépenses militaires. Afin d’éviter la dilapidation des fonds publics affectés aux programmes de défense. Vannes grandes ouvertes à tous les dérapages : du gaspillage à la corruption.

 

D’autant que nos "Fournisseurs aux Armées" actuels dans leur vase clos, pour  ce qui relève évidemment des grands contrats, ne sont jamais soumis à un deuxième niveau de contrôle de coût, issu des méthodologies de Benchmarking. Techniques de comparaisons coût/performance de matériel équivalent sur le marché international, afin que notre pays ne paie pas deux ou trois fois, parfois davantage, son prix en faveur d’une des entreprises du pool et des poches de ses actionnaires... Par ce comparatif, incitant ainsi nos fournisseurs à pratiquer des marges "raisonnables", et soulager d'autant les finances publiques.

 

ii)  Pensée stratégique sclérosée

Budget de la Défense : Pleine Floraison…

Dérives, incohérences, dans l’architecture budgétaire de notre Défense Nationale, sont la conséquence directe d’une pensée stratégique irrationnelle. En fait, sclérosée, scotchée, sur un modèle dont l'origine remonte à 1825.

.

Exception de la "parenthèse Gaullienne", la France sommeille sur une doctrine militaire vieille de deux siècles. L’inconscient collectif de nos "penseurs en stratégie" marqué, imbibé, de réflexes coloniaux. Promus, installés aux commandes de nos Forces Armées, il est vrai, par une oligarchie prédatrice.

.

Bref rappel…
.
A la suite des désastres Napoléoniens, sous les différents régimes qui ont pris la suite du 1er Empire, notre pays s’est lancé dans les guerres et conquêtes coloniales à outrance. Epuisée financièrement, son Trésor Public vidé par l’aventure Bonapartiste, la France s'orienta vers un enrichissement rapide, pour le plus grand et premier profit de sa caste au pouvoir. Par le racket et le pillage des pays ne pouvant s’opposer à une force expéditionnaire.

Premier essai réussi en 1825, sous Charles X : la France a exigé une rançon de Haïti pour "conserver son indépendance", sous la menace des débris de sa flotte épargnée par les britanniques. Cela équivaudrait à plus d’une vingtaine de milliards d’euros actuels. Haïti, en réclame aujourd’hui la restitution… (12)

 

C’est sous ce même roi que fut initiée la conquête, en 1830, de la Régence d’Alger. D’abord, pour ne pas honorer les importantes créances générées par les fournitures de blé livrées par l’Algérie, pendant les guerres de la Révolution et de l'ère Napoléonienne, et s’emparer de son important stock d’or. Ensuite, pour entreprendre une colonie de peuplement, dans d’horribles exactions.

 

La suite est connue, dans son accélération et son étendue : Afrique, Madagascar, Pacifique, Polynésie, Îles Marquises, Nouvelle Calédonie, Indochine, pillage de la Chine avec nos alliés. Jusqu'à des essais de débarquement et d'invasion à Taiwan et en Corée !... Napoléon III, n’hésitant pas à s’engluer dans une tentative de conquête du Mexique (1861-1867), etc.

 

Opérations faciles face à des populations désarmées, nos Forces Armées négligeant les réelles menaces à nos frontières. Oubliant de se préparer à des conflits sur le continent, pour éventuellement affronter des armées méticuleusement entraînées sur le plan matériel et organisationnel. Le résultat de cette impréparation technique, tactique et veille informationnelle (renseignements et analyses) fut trois désastres successifs : 1870 – 1914 – 1940. Nos armées mises en déroute en quelques jours.

La France n’ayant pu être sauvée du désastre total induit par l’incurie de nos "penseurs" militaires et politiques que par : en 1914, la levée en masse de nos paysans, considérés en chair à canon, épaulés par "nos troupes indigènes" ; et, en 1940, l’intervention simultanée des américains et des Russes, brisant l’armée allemande et son support industriel.

 

Loin de retenir la leçon, "privilégier la Défense Nationale au lieu de la Conquête Coloniale", les guerres coloniales reprirent avec une intensité d’un effarant niveau de violence et d’atrocité, dès la signature de l’armistice du 8 mai 1945. Ce furent les massacres, les horreurs, à grande échelle, notamment de Sétif (Algérie), Madagascar, Cameroun. Des morts par milliers. Par centaines de milliers. Suivis des luttes, toutes aussi effroyables que stupides, contre les guerres d’indépendance d’Indochine et d’Algérie.

Budget de la Défense : Pleine Floraison…

Mise en perspective indispensable pour stigmatiser cette logorrhée, cette mentalité, polluant notre doctrine militaire : les "Opérations Extérieures" (OPEX). Nouvel habillage rhétorique de la guerre coloniale.

.

"Projeter" à des milliers de kilomètres nos troupes terrestres, assistées de notre marine et de notre aviation, est à l’opposé, géopolitiquement, stratégiquement, de la défense de notre indépendance nationale, de notre "Souveraineté Nationale".

.

La seule finalité étant de transformer nos Forces Armées en "forces d’occupation" au préjudice de peuples, pays et nations qui ne peuvent opposer des moyens équivalents aux nôtres pour se défendre et, encore moins, riposter. Cette doctrine "d’infanterie coloniale", se comportant en forces d’invasion et d’occupation, est parfaitement mise en lumière par une lecture « éveillée » du Budget de la Défense.

On y constate : la totale indifférence, au niveau du combattant de base, de tout équipement anti-aérien portable ou individuel (type Strela ou Stinger). Logique : sachant que la "projection" est planifiée contre des adversaires ne bénéficiant d’aucun soutien d’avions "d’appui au sol", ni d’hélicoptères de combat…

 

De plus, une fois installées dans le pays occupé, ces Forces de Projection, se trouvent confinées dans des bases, dans ou près des principaux centres urbains. Dont elles ne sortent quasiment jamais, mis à part les patrouilles médiatisées (qui souvent tournent au désastre…), du fait de la résistance de la population qui se traduit par des actions de guérilla très meurtrières pour nos troupes.

 

Ces prétendues Forces de Projection en Opérations Extérieures, agissent de fait en gardes prétoriens chargés de protéger des gouvernements illégitimes, souvent mis en place par nos soins à la suite d’un coup d’Etat (cf. Côte d’Ivoire, etc.). S'assimilant, aussi, à des "milices privées" sauvegardant les intérêts des groupes miniers ou énergétiques se livrant au pillage des ressources du pays occupé. Quand ce n’est pas en "troupes auxiliaires", en "supplétifs", pour le compte d’un suzerain quelconque…

 

Sans oublier la poignée de groupes (propriétaires des principaux médias en France, notons-le...) spoliant après simulacres de "privatisation" les services publics "locaux", pressurés en rentes de situation : télécoms, banques, assurances, distribution eau-gaz-électricité, etc.

 

En clair : "La Projection pour le compte de Tartempion"…

 

Où est la Défense de notre "Souveraineté Nationale" dans tout cela ?...

 

 

iii)  Vision d’une Défense non partagée avec la Nation

 

La montagne de milliards que nous réservons, chaque année, à notre appareil militaire ne répond à aucune des préoccupations de la Nation, à partir du moment où cette débauche budgétaire se révèle incapable de garantir la protection de notre Souveraineté Nationale.

 

Malgré le marteau-pilon de la propagande, les guerres coloniales, ou "Opérations Extérieures", sont très impopulaires en France. Tous les sondages, même les plus trafiqués, ne peuvent le dissimuler.

Budget de la Défense : Pleine Floraison…

La France veut vivre en paix avec le reste du monde, et faire face solidairement avec les autres pays aux enjeux du "Développement Durable" de notre planète. En conséquence, nous n’avons pas à intervenir à des milliers de kilomètres dans des pays qui ne nous menacent pas, ne nous agressent pas, et ne souhaitent que commercer ou investir avec nous.

.

Prédation, spoliation, ne sont pas un avenir pour notre pays. En Afrique c’est à l’OUA de prendre en charge conflits et destinées du continent.

.

Pas à nous.

.

Pareil, en Afghanistan : c’est aux Afghans à se développer avec les autres pays de la région. Pourquoi détruire la Libye ?... Entretenir, financer, armer, massacres et chaos en Syrie ?...

Nous commettons les mêmes erreurs, par aveuglement et pulsions coloniales de notre oligarchie, qu’au siècle précédent. Alors que ceux qui nous dépouillent de notre indépendance, de notre capacité de décision et de libre arbitre, qui nous minent industriellement, commercialement, sont près de nous.

 

Ce sont des eurocrates de l’UE, non élus, qui nous imposent un modèle économique et social que notre Nation rejette majoritairement et viscéralement. C’est l’OTAN, planche à billets pour les lobbies de l’armement, qui nous impose des aventures guerrières aussi abjectes, ruineuses, que stupides.

 

Membres de l’OTAN, se livrant contre nous à l’espionnage électronique portant sur nos décisions, orientations, potentiels, économiques, politiques, technologiques ; ou, à une guérilla économique (via le prétexte des "sanctions" et "embargos" imposés à des partenaires industriels et commerciaux) pour nous affaiblir, tuer nos industries et nos emplois.

 

Dans ces conditions, si nous n’avons aucune souveraineté, quelles sont utilité, nécessité, d’une "force de dissuasion nucléaire", par exemple ?

 

Autant rejoindre les pays comme la Suisse ou le Japon,  en limitant notre Budget de la Défense à 1 % du PIB. Ce sera une économie annuelle de 1,5 % du PIB !

 

En fait, l'écart entre le "sens" donné, souhaité, par la Nation pour "La Défense de la Souveraineté" et celui formaté dans les budgets par politiciens et bureaucrates est, tout simplement, intersidéral...

 

Soyons rassurés, toutefois !...

 

Nos "grands stratèges", coiffés de leur casque colonial du haut de leur trésor de guerre, n’en conservent pas moins le Sens de l’Humain, du Bien Collectif. Au point de graver dans le marbre du Projet de Loi de Finances 2014, à propos des retours d’OPEX (Opérations Extérieures) de nos hommes de troupe, l’expression des vibrations de leur grandeur d’âme et de leur ineffable générosité (13) :

« La prise en charge des blessés évoluera puisque 1M€ sont prévus pour équiper de prothèses de nouvelle génération les militaires amputés. »

 

 

 

 

 

 

1.  Dino Buzzati, Un Amour, éditions R. Laffont, 1964, p. 117.
2.  Roland Guillon, La Méditerranée à l’épreuve de la Globalisation, L’Harmattan, 2012, p. 40.

3.  Jacques Généreux, La Grande Régression, Seuil, 2010.

4.  SIPRI military expenditure database : http://www.sipri.org/research/armaments/milex/sipri-military-expenditure-database
5.  Source : SIPRI - http://www.sipri.org/, SIPRI military expenditure database

6.  Frank Sammeth, Comparaison des dépenses de défense de la France et de l’Allemagne, ECODEF – Le Bulletin de l’Observatoire Economique de la Défense, n° 59, Mars 2012.

7.  Projet de Loi de Finances 2014 – Budget de la Mission Défense, PLF 2014 – MINDEF – 10 points clés.pdf

8.  PLF 2014 – MINDEF, point n° 4.

9.  Programme "GTIA Scorpion" :
« Formés à partir des régiments d'infanterie, de cavalerie, du génie et d'artillerie, comprenant entre 500 et 1 500 combattants, les GTIA sont les unités tactiques de combat des forces terrestres qui sont projetées en opérations extérieures. »,
http://www.defense.gouv.fr/dga/equipement/terrestre/le-programme-scorpion

10  MRTT :
« Le programme destiné à remplacer les composantes actuelles de ravitaillement en vol (KC-135R - 3 avions, C-135FR - 11 avions) et de transport stratégique de personnels ou de fret de faible encombrement (A310 - 3 avions, A340 TLRA en location-vente - 2 avions) par un unique type d’avion polyvalent. »,

http://www.defense.gouv.fr/dga/equipement/aeronautique/mrtt-avion-multirole-de-ravitaillement-en-vol-et-de-transport

11.  PLR 2012 – Extrait du RAP de la Mission : Défense – Programme 146 – Equipement des Forces - Version du 21/05/2013, 228 pages,

http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/farandole/2012/rap/pdf/DRGPGMPGM146.pdf

12.  Cf. :
http://www.tanbou.com/2011/LaFranceDoitRestituerAHaitiLaRanconDeLIndemnite.htm
13.  PLF 2014 – MINDEF, point n° 10.

 

 

Dessins de Pawel Kuczynski

 

 

 

Partager cet article

12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 12:58

 

 

 

"On a l'impression que, délibérément ou non, les grands médias n'arrivent à produire que du contresens."
Boubacar Diop  (*)

 

 

 

 

 

L'Union Européenne...

 

Gardienne vigilante et arbitre impartial du Droit International, de la Paix, de la Démocratie, dans le Monde...

Indissolublement attachée au Bien-être et à l'Epanouissement des Peuples et Nations...

 

S'active ...

 

 

 

Russie : Sanctions Européennes ...

 

 

 

(*)  In "Désir d'Afrique" de Boniface Mongo - Mboussa, Collection "Continents Noirs", Gallimard 2002, p. 185.

 

Caricature de Fan Jianping du China Daily

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by Georges Stanechy - dans Russie Cartes Postales
commenter cet article
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 17:48

 

 

« Se satisfaire de jouer avec les ombres, était-ce bien le destin de la pensée ? »
Augustin Berque (1)

 

 

 

 

 

Elections municipales...

 

Victoire des uns... Défaite des autres... Cascade de commentaires, déclarations, proclamations, des chefs de file de nos partis politiques … Tels des résultats sportifs.

 

" Mon royaume pour un strapontin ! "

Municipales d’une République Bananière…

Entre les deux tours, la semaine entière, ce ne furent que bruissements, bourdonnements, au-dessus du panier, ou de la fosse, à tractations, marchandages : "Mon royaume pour un strapontin !..." (2)

.

Appelés pudiquement "désistements". Consentis par les "moins bien placés", censés apporter sur un plateau, tels des petits fours, les voix qu’ils avaient rassemblées au premier tour, aux "mieux placés". Antérieurement, concurrents ou adversaires. Pour constituer, en s'incrustant sur leurs listes, une équipe gagnante à l’issue du dernier tour. Sous réserve, lors de la transaction, que "l’apport" soit estimé "substantiel"…

Les médias amplifiant les rotations de ce moulin à vents, ou à courants d’air, comme ils le pratiquent lors des compétitions sportives animées par des équipes aux dénominations commerciales. Genre ces courses cyclistes à gros budget, où marketing, publicité, dopage et arrangements discrets, assurent le spectacle.

 

Du pareil au même.

 

Oui, nous sommes bien dans "La Société du Spectacle", aux rouages qu'un Guy Debord avait démontés avec plus ou moins de réussite (3)

 

Ou, "Politique-Spectacle".

 

Sur l'estrade, sous les projecteurs : postures, gesticulations, histrionismes, des politiciens professionnels. En fait, comédiens, saltimbanques, bons ou mauvais, rompus aux astuces du métier. Déclamant, récitant leurs textes, sans en croire un seul mot. Quand ils en maîtrisent un. A défaut, débitant, à l'égal des distributeurs automatiques de bonbons, clichés et "petites phrases" se voulant "choc" ou "assassine", concoctés par les "communicants" loués à prix d'or, aux agences de Pub, par les états-majors de leurs partis.

Municipales d’une République Bananière…

Distrayant, amusant, à contempler, si notre pays n’était plongé dans le délabrement économique, social, diplomatique, par une caste politique irresponsable de cupidité.

.

Dans l’effondrement de sa souveraineté nationale, cannibalisée par la bureaucratie de l’UE et le bellicisme, aussi ruineux que paranoïaque, de l’OTAN.

.

Aliénation, écart sidéral, entre l’utopie démocratique prétendant accorder au citoyen un droit de regard, si ce n’est de décision, sur le destin de la collectivité dont il est membre ; et, la froide réalité de ce simulacre électoral. Qui n’est que la théâtralisation de l’arnaque de l’oligarchie au pouvoir. Destinée à masquer notre sort : citoyens, réduits à vivre, soumis, complices, anesthésiés, dans une "République Bananière"...

Stupéfait, admiratif ou incrédule, comment ne pas l’être ?...

 

Face au spectacle de ces "politiciens-dinosaures", inculpés, condamnés, dans de sombres histoires d’emplois fictifs, de "prises d’intérêts" dans des marchés publics, et autres délits dans l’exercice de leurs fonctions, triomphalement réélus. Pour certains, dès le premier tour... Jusqu'à envisager pour l'un d'eux, énivré de son score mirobolant, une candidature à la présidentielle de 2017 !

 

Est-ce une preuve de compassion, de miséricorde, d’une profonde générosité, de nos concitoyens pour pardonner, oublier, à ce point ?... Ou, l’illustration de notre Habitus (4), de "sujet", "d’administré", de "serf" New Age, se complaisant dans un système féodal ?...

 

Autre question, en écho plus rassurant : le "nombre record" d’abstentions pour ces municipales ne traduit-il pas le rejet salutaire, fut-il illusoire, de ce cirque ou de cette régression ?... Premier tour : 36,45 %. Second tour : 36,3 %.

 

 

Féodalités et sinécures

Municipales d’une République Bananière…

Féodalité… Duchés, marquisats ou baronnies. Avec leurs cours locales, favoris, obligés, ou "clientèles" au sens romain du terme.

.

Du nord au sud du pays.

.

Certains maires, de nos plus grandes villes, moyennes et petites aussi, élus, réélus depuis une voire deux décennies. Inusables, inamovibles. Parfois, de père en fils…

Cumulant cette fonction, les uns avec celle de député, les autres avec celle de sénateur. Non compris agrégat, sédimentation, accumulation, mille-feuille débordant, de sinécures. Glanées dans les "corps constitués", "intermédiaires", chambres consulaires ou de métiers, et innombrables "gruyères" locaux. La "présidence" du conseil général du département étant un des plus recherchés...

 

Bétonnant de la sorte un pouvoir, économique, financier, incontrôlable par leurs propres concitoyens du fait des jeux occultes, ou de coulisses, derrière le rideau des marchés publics, concessions tous azimuts de parkings à la gestion de monuments historiques, autorisations infinies et de toutes natures. Sans oublier : nominations et recrutements...

 

Voie royale de la corruption et de la gabegie.

 

Surfant au hasard des programmes des candidats à l’élection municipale, je n’en ai pas trouvé un seul, quelle que soit sa tendance politique, affirmant son souhait d’abandonner ses fonctions de député ou de sénateur en cas d’élection. Pour ceux, évidement, déjà membres de notre parlement.

 

Afin de lutter contre le cumul des mandats, plus particulièrement contre cette lèpre qui ronge nos institutions représentatives : le cumul de maire avec celui de député ou de sénateur. Pas un !

 

Cumul encore plus préoccupant : celui dans la durée. Un mandat électif ne doit pas être un métier, mais rester ouvert, accessible au maximum de citoyens, dans un renouvellement permanent. Comment tolérer des mandats qui s’empilent, parfois sur une génération entière, au profit d'une seule personne ?... Là encore, impossible d’en trouver un seul s’engageant à refuser de se présenter au-delà de deux mandats successifs.

 

Comment résister ?... Les fromages de notre république, prétendue en faillite, sont tellement délicieux !…

 

D’où les ruses, pour conserver celui dans lequel on a pu s’installer à demeure, où se lancer à l’assaut de celui visé… Contenter tout le monde dans son "programme" électoral devient, ainsi, la norme. Expliquant, à leur lecture, l’assoupissement garanti : bouillie de platitudes assaisonnées de belles intentions ; saupoudrages de promesses à destination de tous les lobbies et sponsors, nationaux ou locaux.

 

Ratisser large. De préférence, pas trop de chiffres, pratiquement aucun : évolution, ventilation, des budgets municipaux et de leurs orientations souhaitables ; gestion, maîtrise de la fiscalité locale et amélioration de sa répartition en recettes et dépenses ?…

 

L’écran de fumée est aussi dense que pour ce qui relève des interrogations, et recherches de solutions, sur les ravages du chômage, affligeant toutes les municipalités. Accablées par son augmentation exponentielle, amplifiée par la profonde crise du commerce de proximité dans les centres-villes. (5) Hormis ceux bénéficiant d’un patrimoine historique attirant une clientèle touristique.

 

 

Centres-villes et Fonds de poche

 

En fait, ce sont les maires, tous partis confondus, qui ont tué les centres-villes. S’acharnant pendant des années à les détruire pour favoriser "La Grande Distribution" : authentique sida économique. Ouvrant, toutes grandes, les vannes à "autorisations". (6)

Municipales d’une République Bananière…

Tuant les petites entreprises familiales faisant vivre un nombre de personnes au minimum dix fois plus important que celui de "La Grande Distribution". Dont le niveau de qualité de services est, en comparaison, voisin de zéro : des merceries aux librairies, des drogueries aux papeteries, des boulangeries aux boucheries, des charcuteries aux crèmeries, en passant, bien sûr par les épiceries...

.

De plus, tout autant ravageur, par un effet d’aspiration, celles implantées dans les villages environnants. Se vidant, emportés dans cette déferlante, de leurs commerces de proximité.

Détruisant les abords de leurs villes en informes zones de chalandise, à partir de terrains agricoles (inconstructibles, par définition) vendus à prix dérisoires aux sociétés immobilières des groupes de "La Grande Distribution" (qui les louent à leurs sociétés commerciales…), après avoir été déclarées, soudainement et en catimini : "zones constructibles"… Réalisant au passage de faramineuses plus-values, tout autant "privées" qu'occultes, au détriment de la collectivité.

 

Au lieu d’en conserver la propriété collective, dans l’exercice d’un droit de préemption, en les relouant à des entreprises sélectionnées, pour le plus grand profit des budgets municipaux percevant, en recettes, les loyers de ces terrains. Soulageant d’autant les impôts locaux.

 

Pire : ces élus, inconscients ou corrompus, ou les deux à la fois, endettant leurs collectivités territoriales dans le financement de la viabilisation de ces terrains pour engraisser Les Grandes Enseignes : routes, eau, électricité, plantations d’arbres et arbustes, prolongations des lignes de transports, etc.

 

Egrenant, pour charger la barque, ces fameux ronds-points, ou carrefours giratoires, tout au long de ces zones réservées à la Grande Distribution, dont la France détient le record mondial en nombre. Et, en prix : de 200.000 à 1 million d’euros, en moyenne…
 

Sans oublier, dans certaines villes, ces travaux pharaoniques à l’échelle municipale. Un maire souhaitant son Beaubourg. Un autre, son aéroport international, même s’il en existe déjà un, largement sous-utilisé dans sa circonscription ou à côté… Alors qu’à l’intérieur de la ville ce seront des kilomètres de trottoirs non entretenus.

 

Jusqu’à crouler sous les "emprunts toxiques", engraissant collatéralement les Banksters

 

Persistant, encore aujourd’hui, à multiplier les "autorisations" sous prétexte de "redynamiser" les centres-villes, en  faveur de ces mêmes "Enseignes" pour y répandre leurs supérettes. Eliminant ainsi les derniers survivants des commerces de proximité indépendants.

 

Ajoutant à la "désertification industrielle", la désertification du "commerce indépendant". Libre concurrence ? Non. Nous sommes dans l’instauration systématique d’un oligopole. Une poignée de centrales d’achat régentent l’ensemble du commerce national.

 

 

Sur la tête de mon poisson rouge

 

Evidemment, les "circuits de graissage" sont tellement puissants… Jusqu’au plus haut niveau de l’Etat.

Municipales d’une République Bananière…

Car l’oligarchie, outre la tendresse qu’elle éprouve pour les paradis fiscaux, y voit, à l’exemple des autres pays, un subtil moyen de répression, en cas de troubles, d’insurrections, de révoltes populaires. Il suffit de fermer les plateformes de distribution des centrales d'achat, ravitaillant supermarchés et supérettes et, instantanément : plus de quoi manger ou faire le plein ! "Abracadabra", et le tour est joué ! Tenir la population par le ventre et le véhicule… Charlot n’y avait pas pensé.

Mais, politiciens, élus, réélus, ne reconnaîtront, n'admettront jamais les causes, ramifications, finalités des engrenages et mouvements de ce système politique pervers. S’exonérant de leurs responsabilités, passées, présentes et futures, grâce au recours à la bonne vieille recette : le faux prétexte ou le bouc émissaire.

 

Certains étonnants. Ou, hilarants… Le survol des "programmes" présentés par les candidats à l’élection municipale, sans à priori (si, si, je le jure sur la tête de mon poisson rouge !), m’a procuré quelques bonnes parties de rire. Découvrant Ubu avec une écharpe de maire.

 

Deux brefs exemples…

 

L’un, pour "revitaliser" le centre de sa ville historique, organisé en  rues piétonnières, proposant de les supprimer pour les restituer à la circulation automobile. Sachant qu’une automobile éprouve des difficultés à passer dans l’étroitesse des ruelles, se trouvant de ce fait dans l’impossibilité de stationner… Quelles retombées positives pour le commerce ?...

 

Un autre, pour développer le centre de sa ville, qu’il souhaite « Ville Française », affichant parmi ses premiers objectifs : "interdire les mosquées", au nom de la laïcité ! Si le respect de la liberté de conscience, et donc la "liberté de culte", pour les citoyens français passe par l’interdiction de la pratique de leur religion, ou d’une religion particulière, qu’en est-il des libertés et de la stricte application de la Loi sur la Laïcité ?...

 

Au-delà de cette grotesque contradiction, le plus croustillant, du programme électoral de ce candidat, réside dans  la "promotion de discothèques" ! Pour lui, l’épanouissement de ses concitoyens n’a pas pour fondement la création de bibliothèques, de centres sportifs ou informatiques, mais "le monde des discothèques"… A croire que ses affiches ont été financées par le lobby des alcooliers !…

 

Une règle générale, dans ces "candidatures" et "programmes" : nulle trace d’un projet d’emploi systématique des nouvelles technologies des télécommunications permettant d’assister, en direct sur nos portables, aux ouvertures des plis des appels d’offre et aux séances d’attribution des marchés publics ; ou encore, l’accès à une base de données des contrats conclus par les mairies, etc.

 

C’est fou ce que la modernité éprouve des difficultés à percer le mur de l’opacité des marchés publics !…

 

Plus facile : détourner l’attention des citoyens sur les faux problèmes. Vieux stratagème, jouer sur La Peur : l’insécurité, la délinquance. Cause du déclin de l’activité économique, de la décrépitude des centres-villes. A croire ces « responsables politiques »…

 

La solution miracle  pour ces démagogues : « punir les pauvres » ! Titre d’une excellente analyse de Loïc Wacquant (7) :

« Faire de la lutte contre la délinquance de rue un spectacle moral permanent permet en effet aux dirigeants actuels (comme à ceux qui les précédaient) de réaffirmer symboliquement l’autorité de l’Etat au moment même où  celui-ci se frappe d’impotence sur le plan économique et social. »

 

Cet « avilissement irréversible des idéaux de liberté et d’égalité qu’implique la criminalisation de l’insécurité sociale » (8) n’est qu’une application de la doxa ultralibérale, formatée par les USA et implantée chez nous par le MEDEF et ses relais politiciens. Idéologie dominante martelée en continu par la propagande.

 

Dans le style ringard de ce qu’énonce l'universitaire américaine du MIT Suzanne Berger dans un livre édité en 2014, sans aucun appareil critique, par le CNRS (quel naufrage !...). Nous expliquant que dans notre pays, la crise est due au fait que nous n’avons :

« … jamais osé renoncer aux idéaux anticapitalistes… et se rallier aux idéaux qui reconnaitraient le rôle des marchés et d’une économie mondiale ouverte dans la création de la prospérité ». (9)

 

Toujours la même rengaine : si les gens sont pauvres, au chômage se débattent dans la précarité, cela ne peut être que de leur faute. Des veaux, des imbéciles, vous dis-je !… Ils n’ont pas encore compris qu’il est indispensable de se serrer la ceinture, renoncer aux soins médicaux, à un salaire minimum, et à une retraite décente. Incapables de comprendre que la fin de La Crise doit avoir pour ressort l’accroissement de la misère pour la majorité stupide, au bénéfice exclusif de l’enrichissement d’une minorité éclairée… (10)

 

Promotion d’un système politique, relayé localement par nos mairies, qui n’est finalement que la résurgence de l’affairisme prédateur, méticuleusement décrit par Annie Lacroix-Riz dans son ouvrage magistral traitant du même phénomène de caste qui ruine notre pays : « Industriels et Banquiers – Français sous l’occupation ». (11)

 

Oligarchie liée, bien avant la deuxième guerre mondiale, avec l’extrême-droite allemande, aujourd’hui avec l’extrême-droite américaine. Aux intérêts étroitement imbriqués, dans une synergie fondée et justifiée par une idéologie de l’accaparement. Minorité édifiant implacablement sa richesse sur la spoliation des ressources de pays mis sous tutelle coloniale, et sur l’exploitation sociale de ses propres concitoyens.

 

Au point où nous en sommes autant aller au bout de la logique.

 

Officialiser le pourrissement de nos institutions, le degré absolu de notre asservissement, économique, diplomatique, militaire. L’éradication de notre souveraineté nationale et de nos libertés publiques. Afficher notre statut, cyniquement imposé dans le zèle, l’obséquiosité, par notre oligarchie au service de la voracité de ses appétits personnels, de : République Bananière.

 

En adoptant un nouveau drapeau national, remplaçant les trois couleurs verticales héritées de La Révolution.

 

Hissé, sur tous nos bâtiments publics, entre celui de l’Union Européenne et celui de l’OTAN …

 

Municipales d’une République Bananière…

 

 

 

 

 

(1)  Augustin Berque, Ecoumène – Introduction à l’étude des milieux humains, éditions Belin, 2009, p. 401.

(2)  Pour reprendre la proposition désespérée de Richard III : « Mon Royaume pour un cheval ! », dans la pièce de Shakespeare Richard III (Acte V – Scène 4).

(3)  Guy Debord, La Société du Spectacle, Gallimard, Folio, 1996. Première publication, novembre 1967, chez Buchet-Chastel.

(4)  Cf. Pierre Bourdieu, Le Sens Pratique, ainsi que Questions de Sociologie, éditions de Minuit, 1980.

(5)  Le Monde, Dans le Sud, la désertion des centres-villes favorise le vote d’extrême-droite, 29 mars 2019,
http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/03/29/dans-le-sud-la-desertion-des-centres-villes-favorise-le-vote-d-extreme-droite_4391984_823448.html#xtor=AL-32280515

(6)  Georges Stanechy, La Grande Distribution : Le Sida Economique, 18 février 2014,
http://stanechy.over-blog.com/article-16794434.html

(7)  Loïc Wacquant, Punir les pauvres – Le nouveau gouvernement de l’insécurité sociale, éditions Agone, 2004, p. 297.

(8)   Loïc Wacquant, Op. Cit., p. 19.

(9)  Suzanne Berger & al., La France qui vient – Regards américains sur les mutations hexagonales, ouvrage collectif sous la direction de Jean-François Sirinelli, CNRS Editions, 2014.

(10)  Georges Stanechy, Crise : De la Dette Publique ou du Contrat Social ?, 9 juin 2010,
http://stanechy.over-blog.com/article-crise-de-la-dette-publique-ou-du-contrat-51967860.html

(11)  Annie Lacroix-Riz, Industriels et Banquiers – Français sous l’Occupation, Armand Colin, 2013.
Ouvrage fondamental, remarquablement documenté (815 pages).
Indispensable pour comprendre l’emprise des oligarchies financières sur les politiciens professionnels. Identifier, aussi, les mécanismes et flux d’échanges de leurs réseaux, de leur intégration internationale. Au cynique détriment, évidemment, des intérêts nationaux qu’ils sont censés partager et promouvoir…


 

 

 

Partager cet article

17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 19:08

 

 

« Nous sommes humains dans la mesure où ce qui se passe aux antipodes nous concerne. »
Augustin Berque  (1)

 

 

 

 

 

Impressionnant !

 

Ce sont 82,3 % des inscrits qui ont voté, dont 99,4 % se sont prononcés pour le rattachement à la mère-patrie !...

 

Non, il ne s’agit pas du référendum en Crimée sur son rattachement à la Russie.

 

Mais, de celui organisé par la France le 8 février 1976 pour officialiser la sécession de Mayotte, arrachée à l'Union des Comores qui en réclame toujours l’appartenance. A plus de 7000 km des frontières de la France, dans la partie nord du canal du Mozambique, bras de mer entre la grande île de Madagascar et l’Etat du Mozambique sur le continent Africain. Aux enjeux énergétiques et stratégiques majeurs… (2)

 

 

Nos ancêtres les Gaulois…

Crimée : Obama Souviens-toi de Panama !...

Pour enfoncer le clou la France a organisé un autre référendum, le 29 mars 2009. Transformant cette lointaine possession coloniale, acquise le 25 avril 1841, en "département d’outre-mer et région d’outre-mer" avec un vote favorable de 95,6 %. Statut officialisé, dans nos institutions, le 31 mars 2011.

.

Ce méticuleux travail cosmétique aboutissant au statut européen de "région ultrapériphérique", permettant ainsi l’intégration de Mayotte dans l’Union Européenne, le :

.
1er janvier 2014 !...

Tout chaud ! Sortant à peine du four de nos "cuistots-néocoloniaux"...

 

Notre longue histoire coloniale a forgé, par cooptations successives, une nomenklatura habituée à tailler, organiser, délimiter, territoires et terrains de chasse à sa convenance. Pour son rapide enrichissement personnel et familial, évidemment. Et, accessoirement, celui de ses seconds couteaux et domesticité.

 

Se répartissant ou se disputant, depuis des siècles, avec d’autres complices-prédateurs ces prises de piratage, parmi les plus actifs : Espagne, Portugal, Royaume-Uni, Pays-Bas. Ultérieurement, Etats-Unis et Japon (3)…

 

Dans l’histoire contemporaine occidentale, "l'opération de sécession" représentant un des outils les plus employés. La plupart du temps, bien sûr, sans consulter les populations concernées… Une des plus importantes opérations de sécession "architecturée" par la France a été, par exemple, celle du Liban arraché à la Syrie. (4) Pensant s’y installer à demeure. Mais, les évènements en décidèrent autrement.

 

Sans vouloir dresser une typologie des différentes approches de main mise sur « La Richesse des Nations », notons l’originalité de la méthode britannique. Très « Business Minded », anticipant les enjeux énergétiques entre puissances, les anglais démembraient des Nations en fonction de la superficie des nappes de pétrole et de gaz. D’où cette poussière d’émirats au Moyen-Orient, jusqu’en Indonésie où ils ont créé le sultanat de Brunei pour lui enlever les champs pétrolifères ainsi qu’à la Malaisie…

 

Pratiques de spoliation coordonnées, régulées, de nos jours, mais tout aussi implacablement, par l’Union Européenne pour ce qui relève de l’ancien domaine colonial des Etats membres. Sous emballage se voulant, à présent, indiscutablement scientifique et valorisant : « Accords de libre échange ». (5)

 

Qui ne sont, en fait, que la modernisation du pillage par des Etats "forts" à l’encontre d’Etats "faibles". Forcés d’abandonner leur souveraineté économique et financière. Comme au temps des "politiques de la canonnière", démantelant leurs droits de douane, tuant leurs industries, bradant leurs ressources naturelles et agricoles. En conséquence, renonçant à leur développement.

 

S’emparer des marchés et biens publics, après privatisations ou coups d’Etat suivant le niveau de bonne volonté des pouvoirs locaux. Telles sont les nouvelles approches coloniales…

 

Il est donc particulièrement amusant d’observer la réaction des occidentaux, s’insurgeant la main sur le cœur, l’indignation à la boutonnière, devant le résultat du référendum en Crimée : « contraire au droit international ». D’après eux, et leur exercice du droit international "à géométrie variable".

 

Avec une rage, surprenante chez les uns et les autres. Tout particulièrement, celle de notre suzerain : les Etats-Unis…

Crimée : Obama Souviens-toi de Panama !...

Du Panama au Kosovo, du Soudan à la Libye…

 

« Washington "rejette" le référendum », nous est-il martelé dans nos médias de la propagande ! (6) Les plus bellicistes s’énervent même ! Souhaitant, fous furieux, en découdre avec la Russie.

 

Notamment,  les Laurel et Hardy de la politique étrangère américaine : Robert Menendez, sénateur "démocrate" du New Jersey et président de la commission des affaires étrangères du Sénat, flanqué de son compère Bob Corker, sénateur "républicain" du Tennessee, membre de cette commission. (7)

 

Pourquoi pas ?... Libre à eux d’exprimer leur déplaisir… La Terre n’en continue pas moins de tourner…

 

Aboiements et vociférations, d’autant plus surprenants que les Etats-Unis sont des adeptes fidèles des sécessions. Sauf chez eux !

 

Infatigables et déterminés, concepteurs, promoteurs, planificateurs, artisans, des plus retentissants démembrements de ces dernières années. Dans le mépris du droit international. Généralement, si le pays visé n’a pas été pulvérisé préalablement sous les bombes et dans le chaos, sans référendum : Yougoslavie, Soudan, Irak, Libye, Syrie…

 

La liste est interminable. Dans leurs projets les plus obsessionnels, nous le savons tous, figurent ceux de l’Iran et de la Russie. Et, inévitablement : de la Chine…

Crimée : Obama Souviens-toi de Panama !...

Pour ma part, une des opérations de sécession, véritable cas d’école, parfaitement organisée et mise en œuvre par les Etats-Unis est celle du Panama. A plus de 3500 km de leurs frontières. Au début du XX° siècle. Obama aurait-il oublié ses livres d’histoire ?...

.

Bref rappel.
.
Sous l’impulsion de Simon Bolivar, suite à des batailles acharnées et des répressions féroces, les colonies espagnoles d’Amérique du sud obtiennent leur indépendance de la métropole en 1821. Le Panama, avec une partie du Nicaragua, constituait une province de l’Etat dénommé alors "Grande Colombie". Comprenant aussi l’Equateur et le Venezuela, avant leur séparation ultérieure.

Etat instable qui connut plusieurs guerres civiles, dont celle des "Mille Jours" (1899-1902) évoquée dans le chef-d’œuvre de l’écrivain Colombien Gabriel Garcia Márquez, "Cent ans de solitude". Profitant de son épuisement économique et de son endettement, les Etats-Unis imposent, en 1903, au gouvernement Colombien le traité Hay-Herran.

 

L’objectif principal des américains étant d’obtenir la concession des travaux du percement du Canal de liaison Atlantique-Pacifique à travers l’isthme de Panama. Et, son exploitation ultérieure. Travaux qui avaient été commencés, puis abandonnés, par les Français, suite à un énorme scandale financier, mettant à jour la profonde corruption du monde politique et des médias. Rien de nouveau…

Crimée : Obama Souviens-toi de Panama !...

Coup d’éclat ! Considérant ce traité comme une violation de sa souveraineté et une spoliation économique, le Congrès Colombien en rejette les clauses le 12 août 1903. Les Etats-Unis enclenchent immédiatement l’opération de sécession, en soutenant un mouvement « autonomiste ». Secrètement financé de longue date. Lancement de l’opération prévu pour le mois de novembre 1903.

Impeccable planification.

 

Arrestation de tous les représentants des autorités officielles sur place, hostiles à ce coup d’Etat. Les chemins de fer du Panama sont bloqués. Le câble sous-marin de télécommunications est saboté. Un puissant bâtiment de la marine américaine, le Nashville, assure le blocus de tous les accès maritimes, sous prétexte d’assurer la « neutralité des chemins de fer »… Bloquant, ainsi, toute information et réaction du gouvernement central.

 

Cascade d’enchaînements parfaitement huilés. Un véritable "sprint"…

 

La République du Panama est proclamée le 4 novembre 1903. Le gouvernement central, à Bogota, ne l’apprendra que le 6 novembre. Les Etats-Unis reconnaissent la nouvelle république, le 13 novembre 1903. La France, la reconnaît le lendemain… Puis, le reste du clan…

 

Evidemment, Time is Money, le 18 novembre suivant les Etats-Unis représentés par le secrétaire d'État John Hay, signent avec la jeune République plus que complaisante, représentée par Philippe Bunau-Varilla, le traité de "concession-spoliation" du projet de canal transocéanique...

 

Vite fait, bien fait.

 

Il faudra attendre 1977 pour que le Panama puisse récupérer sa souveraineté, au moins, sur la zone entourant le canal. A défaut du canal lui-même. Grâce à la ténacité du chef de l’Etat de l’époque, Omar Torrijos.

 

Grand ami de Gabriel Garcia Márquez, magnifique personnalité, hors du commun,  préfigurant Chavez par sa sollicitude à l’égard du "petit peuple", au sens affectueux du terme, des paysans. Dont il était issu. Lançant de multiples projets sociaux. Ecoles, dispensaires, en priorité. Politique doublée d’une constante chasse à la corruption. Il travaillait, avec les Japonais, sur un projet du doublement du canal.

 

Pour cela, diabolisé dans les plus invraisemblables mensonges.

 

"Intègre" ! Le "social", la "souveraineté" sur le canal, le "doublement" du canal… Puis, quoi encore ?..

 

Il les a tellement excédés qu’ils lui ont fait exploser son avion.

 

Le 31 juillet 1981.

Crimée : Obama Souviens-toi de Panama !...

Omar Torrijos - Assassiné le 31 juillet 1981

 

 

 

Vous dites : « contraire au droit international » ?...

 

 

 

 

 

 

 

 

(1)  Augustin Berque, Ecoumène - Introduction à l’étude des milieux humains, éditions Belin, 2009, p. 14.

(2)  Raphaël de Benito, Le Canal du Mozambique – Un enjeu stratégique pour la France, 13 juin 2012,
http://survie.org/billets-d-afrique/2012/214-juin-2012/article/le-canal-du-mozambique-un-enjeu
(3)  Georges Stanechy, Tibet : Excuses d’un Français au Peuple Chinois, 11 avril 2008,
http://stanechy.over-blog.com/article-18658527.html

(4)  Georges Stanechy, Syrie : La France Asservie, 22 juillet 2011,
http://stanechy.over-blog.com/article-syrie-la-france-asservie-80003070.html

(5)  Marie Bazin, Afrique Caraïbes Pacifique – L’Union Européenne poursuit son offensive, 1er août 2012,
http://survie.org/billets-d-afrique/2012/214-juin-2012/article/afrique-caraibes-pacifique-l-union

(6)  Crimée : Washington "rejette" le référendum, Le Point, 16 mars 2014,

http://www.lepoint.fr/monde/crimee-washington-rejette-le-referendum-16-03-2014-1801721_24.php

(7)  We need to stand up to Russia, Press TV, 16 mars 2014,
http://www.presstv.ir/detail/2014/03/16/354940/us-must-stand-up-to-russia-senators/

 

Caricature de Sani : http://sanidessinateur.blogspot.fr/

 

 

 

 

 

Partager cet article

5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 12:52

 

 

« Vous n’avez pas été conçus pour vivre comme des bêtes
Mais pour faire preuve de courage et de savoir. »

Ulysse (1)

 

 

 

 

 

 

La "claque" !...

 

Expression jubilatoire de nos plus acharnés chroniqueurs russophobes dans nos médias. Trépignant d’excitation vengeresse en célébrant la réussite du coup d’Etat, renversant président et gouvernement élus de l’Ukraine.

 

"Poutine" venait, d’après ces analystes euphoriques, de recevoir une monumentale "claque". Poutine "avait perdu la main", "s’était endormi" pendant les jeux de Sotchi, "surpris" par les évènements… Et autres sarcasmes et ricanements.

 

Sous-entendu, grâce à l’ingénieux stratagème organisé par les services spéciaux des pays de l’OTAN. Car, dans le fond, ces commentateurs ou "analystes" ne sont pas dupes. Ils mettent, tout simplement, en œuvre leur inépuisable servilité.

 

Tout le monde le sait, l’a compris : sur fond d’un incontestable mécontentement populaire face à la corruption du pouvoir politique, tous partis confondus, les violentes manifestations sur la place principale de Kiev n’était qu’une méthodique mise en scène. Animée, encadrée, par des commandos formés et équipés aux combats de rue, en cheville avec les médias de la propagande occidentale.

 

Avec pour objectif premier de bloquer toute évolution normale en cas de crise politique dans un pays à prétention "démocratique" : dissolution des institutions parlementaires ou représentatives défaillantes, et recours aux élections pour désigner de nouveaux responsables.

 

Pas de quoi s’étonner. Depuis des semaines le "Russia Bashing" battait son plein dans notre sphère médiatique. Ce mélange de désinformation paranoïaque : mensonge, mépris, calomnie, procès d’intention. Avec pour cible principale, la bête noire, le cauchemar des dirigeants occidentaux : Poutine.

 

Comment ne pas rire, là encore, si le contexte n’était aussi dangereux et dramatique, d’un tel niveau de cynique imbécilité ?...

 

En fait, nous venons d’assister à  la vieille recette des coups d’Etat organisés par les occidentaux. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, des décennies durant. Sur tous les continents. Se spécialisant par régions, dans leurs zones d’administration coloniale ou néocoloniale : Afrique dite "francophone" pour la France, "anglophone" pour le Royaume Uni. Amérique latine, Moyen-Orient ou Asie (Indonésie, Philippines, etc.), pour les Etats-Unis.

 

En évitant, à présent, de laisser les militaires au premier plan. Dans le meilleur des cas, sous couvert d’élections truquées.

 

Sauf, que l’Ukraine n’est pas la Côte d’Ivoire, le Nigéria, la Colombie ou le Nicaragua.

 

Ce fut, donc, le réveil... Style : lendemain de réveillon... S'il y eut "claque", le "retour de claque" fut fulgurant... Nos propagandistes, de fureur, en avalent leurs micros et prompteurs...

 

L’oligarchie occidentale titubant dans l’ivresse de sa mégalomanie se retrouve, en Ukraine, soudainement confrontée dans son "hubris", cette démesure dans l’orgueil et le mépris de l’Autre, face à une implacable détermination architecturée sur une remarquable stratégie.

 

Choc d’autant plus démesuré, ou déséquilibré, que cette oligarchie, profondément corrompue, ne peut faire le poids devant un homme d’Etat, son gouvernement et ses collaborateurs, incarnant la souveraineté et les valeurs d’une Nation, au sens large, en pleine Renaissance.

Ukraine : Le Passing-Shot…

L’Hubris de l’oligarchie occidentale

 

Trois tares accablent cette oligarchie, sclérosée dans sa mégalomanie :

 

i) L’analphabétisme géopolitique

 

Habituée à dominer, massacrer, piller, pays et populations sans défenses ou quasiment, elle en vient à oublier l’état du monde, sa rapide évolution, les nations et leurs origines. Prétendre provoquer la Russie dans ce qui constitue un de ses hauts lieux d’identité nationale, par ses racines historiques et culturelles, représente une totale méconnaissance des enjeux géopolitiques actuels.

 

C’est oublier que la fondation de la Russie  remonte au IX° siècle à Kiev. La Russie Kiévienne fondée par Oleg le Sage, la Rus’ de Kiev, en 882, y déplaçant la capitale de son  royaume depuis Novgorod.

 

Puissant Etat qui se permit d’attaquer Constantinople en 907 avec 80.000 guerriers, et 2000 embarcations. A défaut de prendre la ville, ils en repartirent les fourgons débordant d’or payé par Byzance, avec un traité de paix signé en 911 les autorisant à ouvrir un comptoir dans la cité et y commercer librement. Ce fut le premier traité international de la Russie avec un Etat étranger.

 

En 988, lors du règne de Vladimir le Grand, un missionnaire, Cyrille, réussit à convertir au christianisme ces rudes descendants de Vikings, les Varègues. La cathédrale Sainte-Sophie de Kiev a été construite par un des plus grands rois de cette dynastie, Iaroslav le Sage. Cette succession de monarques exceptionnels par leur courage et leurs compétences d’administrateurs avisés, sur les immenses territoires des grands fleuves de la Baltique à la Mer Noire, incarne, symbolise, le socle de la Russie.

 

Non, Monsieur Obama, "Mille ans d’Histoire" ne se balayent pas d’un effet de manche !... Il est vrai, qu’il y a 1000 ans, les Etats-Unis n’existaient pas…

 

L’Occident était pourtant prévenu.

Souvenons-nous en 2008, lors des JO de Pékin, les occidentaux avaient fomenté une attaque-surprise lancée depuis leur protectorat de Géorgie, armé et encadré par l’OTAN. Violente et traitreuse agression contre des membres de la Fédération Russe, Ossétie et Abkhazie, sur ses frontières du Caucase. (2)

 

Ce fut la raclée immédiate.

 

C’est oublier, aussi, deux principes fondamentaux de la stratégie, connus depuis des millénaires. Depuis Sun Tzu (3) :

=>   On n’agresse jamais une nation, qui ne vous souhaite aucun mal, sur son territoire. C’est l’échec assuré. Sun Tzu emploie le terme : « mortel ». (XI-10-225)

=>   Encore plus important : sous-estimer son adversaire est la certitude d’une défaite. (IX-46-212)

 

 

ii) L’illusion de la condescendance

Ce mépris, cette condescendance, attitude permanente des oligarques occidentaux et de leurs médias à l’égard de la Russie, illustrent l’expression récurrente de leur hystérie :
« Prendre ses désirs pour la réalité ».

 

Comment pouvait-on penser, une seule seconde, que les Russes "s’endormaient" dans la préparation ou la célébration des jeux de Sotchi et autres fadaises de la propagande ?... Depuis 2008, les Russes savaient qu’après le fiasco de leur aventure militaire, via la Géorgie, l'oligarchie occidentale organiserait une manœuvre de déstabilisation de l’Ukraine.

 

Eux aussi, ils ont leurs "War Room", "Data Room", moyens d’écoute et de repérage. Avec des dizaines de spécialistes, surveillant les opérations sur le terrain. Minute après minute. Avec organigrammes, photos, profils de tous les protagonistes, groupuscules et commandos. Agitations de tous les diplomates, intellectuels, ONG et journalistes, vrais et faux, des pays de l’OTAN. Venant déverser leur huile sur les feux du mécontentement, de la colère ou de la rue.

 

Relevés méticuleux des circuits de tous les mouvements d’argent. Corruptions des politiciens de tous les partis, responsables des services de police, officiers généraux de l’armée. Paiements "cash", lors des combats de rue, des mercenaires-agitateurs (30 € la journée, 35 € avec leur équipement personnel : casque, bouclier, barre de fer ; 5 € la bouteille incendiaire, etc.) : Business as usual… Identification, aussi, de ceux qui refusaient de se mettre à la solde des occidentaux pour encourager, répandre, le chaos.

 

C’est oublier que leurs services de renseignement sont parmi les plus performants. En Ukraine plus qu’ailleurs. N’oublions pas qu’ils étaient comme chez eux à la NSA, et qu’ils décortiquent semaine après semaine les "2 millions" de  documents ramenés pas Snowden avec sa brosse à dent…

 

Alors, le tissage de la toile, par les services spéciaux (action psychologique et action militaire) des membres de l’OTAN ne pouvait échapper à leur vigilance. Surtout le théâtre d’ombres animé par les services américains, britanniques, et allemands. Et, tout aussi actifs en Ukraine : polonais. La Pologne étant frontalière, et puissance occupante pendant deux siècles (XV° - XVII° siècles) avec une importante influence dans la partie "Ouest" comme il est dit actuellement, par opposition à l'Est de l'Ukraine et à la Crimée.

 

Cette maîtrise du renseignement leur a permis de préparer un large éventail de ripostes en fonction du degré d’implication de l’OTAN, avec ses ramifications dans "l'économie-casino" : spéculations boursières, manipulations du marché des devises, etc. Dans une stratégie parfaitement planifiée. Au-delà d’une simple riposte, il convient en effet de maximiser les gains au détriment d’un agresseur imprévoyant, pris au piège de ses propres mésaventures et de son incurable mégalomanie.

 

Dérisoire illusion de l’arrogance occidentale…

 

iii)  Le fanatisme idéologique
 

Arrogance nourrie par une idéologie coloniale forgée au cours des siècles qui atteint, de nos jours, des dimensions délirantes. Sans contrepoids, du fait que les puissances régionales (Russie et Chine, principalement) évitent, pour le moment, toute confrontation déclarée. Les occidentaux assimilant, évidemment, cette attitude de retenue et de prudence à de la faiblesse.

 

En Ukraine, ils se sont crus ainsi tout permis pour renverser le gouvernement et installer leurs marionnettes. Utilisant pour cela tous les moyens.

 

Jusqu’aux groupes néonazis, très nombreux et bien organisés en Ukraine de l’Ouest. Violemment antirusses. Héritiers des 250.000 d’entre eux qui se sont engagés, lors de la deuxième guerre mondiale, dans les troupes allemandes. Dont certaines se sont férocement illustrées dans l’occupation de la Yougoslavie, défendue par les résistants de Tito.

 

Ce sont eux qui ont pris d’assaut le parlement, armes à la main, pour faire « voter  la destitution » du président...

 

En termes d’organisation et de montage opérationnel, ce coup d’Etat m’a renvoyé à celui de 1953 qui a renversé Mossadegh et son gouvernement, régulièrement élus. Sanctionnés par les anglo-américains pour avoir refusé la spoliation des ressources énergétiques de l'Iran. Même racaille de félons, repris de justice, gangsters et tueurs, pour abattre des institutions démocratiques. Bien sûr, la personnalité magnifique d’intégrité de Mossadegh n’a rien à voir avec celle, pitoyable, de l’incompétent Yanoukovich.

 

Natalia Vitrenko, blessée dans un attentat à la grenade lors de sa campagne à l’élection présidentielle de 1999, responsable d’un des partis politiques du pays (Parti Socialiste Progressiste d’Ukraine - PSPU), a dénoncé ce coup d’Etat :
« Washington et Bruxelles… ont organisé un coup de type Nazi, effectué par des insurgés, des terroristes et des politiciens… pour servir les intérêts de l’Occident »

[Washington and Brussels … used a Nazi coup, carried out by insurgents, terrorists and politicians … to serve the geopolitical interests of the West.]

 

L’américain Mike Whitney qualifie ce coup d’Etat de « plan le plus stupide d’Obama à ce jour » [Obama’s Dumbest Plan Yet] (4) :

« Obama & Co ont renversé le président démocratiquement élu, Viktor Yanoukovich, avec l’aide de l’ultra-droite, de groupes paramilitaires, de gangs néo-nazis, qui se sont emparés et ont brûlé des bâtiments du gouvernement, tué des policiers antiémeutes, et répandu le chaos et la terreur à travers le pays. »

[Obama and Co. have ousted Ukraine’s democratically-elected president, Viktor Yanukovych, with the help of ultra-right, paramilitary, neo-Nazi gangs who seized and burned government offices, killed riot police, and spread mayhem and terror across the country.]

 

Jean-Bernard Pinatel, ancien général de l’armée française, dans une analyse, rappelle les faits qu’omettent systématiquement les médias de la propagande en France (5):
« Un président démocratiquement élu en 2012, chassé de sa capitale par les manifestants de la place de Maïdan où l’on a vu se côtoyer des groupes paramilitaires ultranationalistes affichant des signes nazis et qui refusent l’Europe. »

 

Notre pays, inévitablement, suivant dans son habituel réflexe moutonnier, docile, le troupeau des bellicistes et de l’extrême-droite américaine. "Gauche" en tête, en rang par deux...

 

Au lieu de recommander l'apaisement et le respect des règles démocratiques, de rappeler qu’un "gouvernement de transition" n’a pas à légiférer ni procéder à des nominations  de responsables d'administration, mais se doit de préparer le plus rapidement possible des élections fiables, cette "gauche" se précipite dans la diabolisation de la Russie et de son président. Même José Bové : pathétique…

 

Quant à Bernard-Henri Lévy, du fond des abysses du ridicule, il provoque l’ironie d’Eric Zemmour s’étonnant de le voir soutenir des groupes néo-nazis et des coupeurs de gorge. Mais, à force de répéter : « Ce qui est bon pour Israël… ». N’en perd-il pas la boussole ?...

 

En fait, tous ces zélés propagandistes appliquent à la lettre les directives du plan élaboré dans les années 1990 par Zbigniew Brzezinski et ses acolytes, suite à la disparition de l’Union Soviétique. Programmant la déstabilisation et l’éclatement de la Russie. Dont les grandes lignes, dans une provocante impudence, ont été publiées fin 1997 (6) :
 “A Geostrategy for Eurasia”.

 

Il y est stipulé, avec précision, que la Russie doit être divisée en trois entités : Russie Européenne (European Russia), République Sibérienne (Siberian Republic), et République d’Extrême-Orient (Far Eastern Republic)… L’avantage de cette partition serait une Russie « moins susceptible d’une mobilisation impériale » […“ a decentralized Russia would be less susceptible to imperial mobilization”].

 

Ce projet géopolitique à long terme structure, en conséquence, la russophobie médiatique et les manœuvres incessantes de déstabilisation de ce pays. D’autant que son opposition, exprimée dans ses votes au Conseil de Sécurité, aux récentes aventures guerrières de l'OTAN à l’encontre de la Syrie et de l’Iran, tout particulièrement, ont enragé les grands timoniers de cette géopolitique de la soumission et de la prédation de la planète à leur seul profit.

 

On comprend mieux l’acharnement de la coordinatrice des opérations du coup d’Etat en Ukraine, Victoria Nuland, contre l Russie. Son activisme effréné, caricatural, hystérique, l’avait même amenée à distribuer des cookies aux manifestants, complaisamment photographiée, sur la principale place de Kiev, en décembre dernier. Jusqu’à reconnaître officiellement que le budget de déstabilisation de l’Ukraine, qualifié de "promotion de la démocratie", s’élevait à 5 milliards de dollars (oui : milliards…), sur deux décennies (7).  

 

Elaborant, tel un chef cuisinier choisissant avec soin ses ingrédients, le futur gouvernement et ses titulaires dans un échange avec l’ambassadeur américain à Kiev, Geoffrey Pyatt.  Insultant, au passage, l’Union Européenne, témoignant du mépris du gouvernement américain, dans la plus extrême des vulgarités : « Fuck the EU » (8).

 

Véritable pièce d’anthologie sur la préparation des coups d’Etat, cette conversation téléphonique a été piratée et mise en ligne sur internet. Figurant dans une vidéo téléchargeable (avant censure…), intitulée  ‘Maidan Puppets’ [Les Marionnettes de Maidan (la place centrale de Kiev)]. (9)
 

Depuis, elle s’est excusée auprès de ses collègues européens. Mais, pas auprès du peuple Ukrainien.

 

Ajoutons, pour la petite histoire, qu’elle est mariée à Robert Kagan. Pour ceux qui s’en souviennent, hôte permanent des grands débats sur nos chaînes de TV "publiques", notamment sous la houlette de la "directrice de l’information" de l'époque Arlette Chabot, lors de l’invasion de l’Irak. Islamophobe halluciné, chargé de vendre, à l’opinion publique française, la nécessité de réduire l’Irak en poussière pour la défense de "Notre Civilisation"…

 

En fin de compte, ce coup d’Etat, cette provocation, représentent, pour la Russie, l’occasion rêvée, sur un plateau, de marquer un coup d’arrêt à cette pathologie des oligarques occidentaux. De donner une réelle leçon de géopolitique à cette bande de voyous, fanatiques, hyperviolents, prédateurs sanguinaires et cruels, multipliant destruction, souffrance, désespoir, de tant de peuples et nations.

"An-225 - Plus gros avion de transport du monde (32 roues) de l'avionneur Ukrainien Antonov"

"An-225 - Plus gros avion de transport du monde (32 roues) de l'avionneur Ukrainien Antonov"

Coup pour coup

 

Nos "chroniqueurs-analystes" n’ont rien compris… Loin d’administrer une "claque", les dirigeants occidentaux, infatués, trop sûrs d’eux-mêmes, se sont retrouvés dans un contexte qui les dépassait par ses enjeux mal évalués.

 

En résumé, la métaphore d’une partie de tennis aidant, ils se sont précipités au filet, frappant de toute leur énergie, certains de marquer le point. Sauf que Poutine, maîtrisant parfaitement la vision du jeu, reprenant la balle au bond, a répliqué par un magistral passing-shot, hors de leur portée. Brillant gagnant. Sans effort…

 

 

i)  Présomptueuse montée au filet

 

L’Ukraine traverse le même état de décomposition que la Russie sous Eltsine. Pourrie de corruption, largement alimentée par l’Occident, entretenue par des oligarques locaux. Noyautée, manipulée, par une multitude d’ONG "bidons", dont la vocation est de déstabiliser, fragiliser, fracturer, la société civile exaspérée par l’incurie de sa classe dirigeante.

 

La Russie, tout en connaissant ces mécanismes, ne pouvait intervenir : elle serait immédiatement accusée de vouloir reconstruire l’Empire Soviétique ou, dans le meilleur des cas, l’Empire Russe. Pour reprendre les clichés de la propagande russophobe… Dans l’attente d’une réforme constitutionnelle et l’arrivée d’une nouvelle génération de dirigeants, ne lui restait donc qu’une solution : attendre l’écroulement du système politique actuel, préalable à une mutation, tout en sauvegardant au mieux ses intérêts et ceux de la population Russe dans le pays.

 

A la faveur de cette situation, avec la complicité des responsables politiques soudoyés, cet important marché, de 45 à 50 millions d’habitants selon les recensements, était progressivement pénétré, pour ne pas dire gangréné par les intérêts étrangers.

 

Notamment les meilleures terres agricoles, accaparées par des sociétés occidentales, transformées en monoculture intensive, hyper-mécanisée, dont la production est uniquement destinée aux marchés internationaux spéculatifs (le blé, tout particulièrement). Avec les métastases habituelles : aucune création d’emplois, marges bénéficiaires encaissées à l’étranger, et dissimulées dans les paradis fiscaux.

 

Cette spoliation devait être accélérée, beaucoup d’entreprises et de services publics restant à privatiser. Les requins de la "mondialisation" se délectant, à l’avance, du plantureux festin.

 

A la perspective, mirobolante, de se saisir à bon compte, c’est-à-dire pour une poignée de cacahuètes, du pôle industriel des villes de l’Ukraine de l’Est (Kharkov, Donetsk, etc.). Un des premiers d'Europe centrale : métallurgie (une aciérie est déjà intégrée dans le groupe Mittal) et alliages, mécanique et transformation (matériel de transport, agricole), agroalimentaire, etc. Très lié, pour ses débouchés, au marché Russe fortement demandeur.

 

Signe évident : le "gouvernement désigné par les gangs de la rue", a immédiatement nommé 18 nouveaux gouverneurs dans les provinces. Dont deux "oligarques- milliardaires" (en euros), œuvrant dans les coulisses du pouvoir depuis la "révolution orange". Spécialement affectés à la préparation des "privatisations" dans les régions industrielles de l’Est, en tant que fondés de pouvoir des groupes occidentaux (10) :

   Igor Kolomoysky pour l la region de Dnepropetrovsk

   Sergey Taruta pour la region de Donetsk

 

 

ii)  Fatale erreur d’appréciation

 

Toutefois l’Occident, emporté par la voracité de ses affairistes et le fanatisme de ses idéologues, a franchi deux "lignes rouges". Ce qu’il n’aurait jamais dû faire. Provocation, prétention, action, projet, inacceptables pour la Russie : véritable "Casus Belli" ! Fatale erreur d’appréciation :

 

=>  Remettre en cause la base navale de Sébastopol
Son gouvernement fantoche sous le bras, l’Occident allait rapidement faire dénoncer le contrat de bail (il avait fait "voter" une loi pour supprimer l’usage et l’enseignement de la langue Russe !…) liant l’Ukraine et la Russie pour la location de la base navale de Sébastopol. Célèbre, vénérée par les Russes, pour sa résistance héroïque face aux troupes allemandes pendant la seconde guerre mondiale.
 

D’où sont partis, ne l’oublions pas, les bâtiments de la marine Russe venus s’interposer entre les forces de l’OTAN et la Syrie. L’objectif étant de fermer ces imposantes installations militaires pour affaiblir le dispositif de défense et de dissuasion de la Russie.

 

=>  S’emparer du pôle aéronautique et spatial Russo-Ukrainien

Situé en Ukraine de l’Est (Kharkov, principalement), enjeu stratégique majeur : les occidentaux s'apprêtaient à faire main basse, à partir de rapides opérations "privatisation-escroquerie", sur un des plus importants pôles de haute technologie de la planète dans le domaine aéronautique et spatial. Indissolublement fusionné, depuis des décennies, avec l’industrie de la défense et de l'armement de la Russie.

 

Exemple : à la pointe de l’innovation et de la prouesse technique, le constructeur d’avions Antonov qui vient de lancer le plus gros avion de transport existant sur le marché avec l’impressionnant An-225.

 

Prétention occidentale aussi stupide que le serait celle des Russes voulant s’emparer d’une partie des bureaux d’études et des installations de fabrication de Boeing ou de Lockheed Martin… 

 

 

iii)  Imparable passing-shot

 

Face à ce coup d’Etat, ce coup de force, les Russes bénéficient du soutien de la totalité de l’opinion publique internationale, hors formatage de celles des pays de l’OTAN asphyxiées de propagande. Unanimement détestés pour leurs incessantes manifestations d’arrogance et campagnes de violence armée, sous les prétextes les plus mensongers.

 

Plus important, ils ont le support actif des chancelleries des principaux pays du monde. A commencer par la Chine qui a officiellement déclaré le 3 mars 2014 sa solidarité.

 

Endettés jusqu’au coup, croulant sous le chômage exponentiel, brandissant leurs ineptes menaces de "sanctions économiques", sans foi, ni loi, habitués à ne pas respecter le droit international, les occidentaux ont beau multiplier postures et grands airs, s’agiter et aboyer : ils sont coincés. Pris au piège, comme des rats.

 

Ou, ils acceptent la légalité en Ukraine, élections fiables et non pas "dictature des gangs de rue" agissant pour le compte de l’oligarchie occidentale, reconnaissent les intérêts civils et militaires de la Russie.

 

Ou, Poutine double la mise. Emportant immédiatement deux superbes lots, sous le nez des oligarques de l’OTAN :

 

=>   La Crimée. Donnée en cadeau par Khrouchtchev à l’Ukraine en 1954, retournant à la mère-patrie. D’abord par une autonomie renforcée, évoluant vers l’indépendance, s’achevant par l’intégration à la Fédération Russe. Ce que souhaitent les habitants Russes de Crimée. La Russie sécurisant ainsi sa base navale de Sébastopol, sans avoir à renouveler de bail.

 

=>   L’Ukraine de l’Est. Peuplée majoritairement de Russes souhaitant, eux aussi, rejoindre la Fédération Russe. Rejetant en masse le "gouvernement des casseurs" de Kiev. Surtout, depuis les velléités du "nouveau gouvernement" de vouloir interdire la langue Russe.

Par une sécession en réactivant, sous une forme actualisée, l’éphémère République de Donetsk-Krivoï-Rog proclamée le 11 février 1918. Elle avait eu pour capitales successives : Kharkov et Louhansk. Avant d’être fondue dans l’Union Soviétique.

Elle suivrait la même évolution que la Crimée dans son rattachement à la Fédération Russe. Laissant, la partie Ouest de l’Ukraine à sa russophobie, et aux délices des "plans d’austérité" du paradis de l’UE…

 

Ainsi l’arrogance, l’inculture, l’obscurantisme, la stupidité, des castes au pouvoir en Occident ont fait de Poutine et de la Russie les vainqueurs, toutes catégories, de l’imbécile confrontation qu’ils ont organisée en Ukraine…

 

Ukraine : Le Passing-Shot…

Pour se rassurer, les incrédules sous perfusion de la propagande OTANesque, persuadés de l’invasion par la méchante Russie d’un pays au gouvernement démocratiquement désigné par les "gangs de la rue", vertueusement défendu par les pays occidentaux, considèreront que tout ce que j'énonce n’est que "politique-fiction".

 

Avec raison, peut-être ?...

Sauf sur un point, en dépit de leur déni forcené, grotesque d'obstination : Vladimir Poutine est indubitablement un "Homme d’Etat". D’une exceptionnelle envergure par sa vision politique, sa pondération, sa ténacité et son courage.

 

Son pays et le présent siècle lui devront beaucoup…

 

 

 

 

 

 

 

 

(1)  Ulysse à ses compagnons, Chant XXVI de L’Enfer de Dante, cité par Primo Levi dans "Il canto di Ulisse", éditions italiennes Einaudi, traduction française Julliard 1987, p. 142, note 1, René de Ceccatty, Op. Cit., p. 270.

(2)  Voir :
=> Georgie : La Chasse à l’Ours (1° partie), 27 septembre 2008,
http://stanechy.over-blog.com/article-23178862.html
=> Georgie : La Chasse à l’Ours (2° partie), 27 septembre 2008,
http://stanechy.over-blog.com/article-23178912.html
(3)  Sun Tzu, “L’Art de la Guerre”, préface et introduction par Samuel Griffith, éditions Flammarion, Collection Champs-essais, 2008. 

(4)  Mike Whitney, "Obama’s Dumbest Plan Yet" [Le plan le plus stupide d’Obama à ce jour], CounterPunch, 28 février 2014,

http://www.counterpunch.org/2014/02/28/obamas-dumbest-plan-yet/

(5)  Jean-Bernard Pinatel, Crise Ukrainienne : les 4 scénarios entre lesquelsl’avenir du pays se joue, Atlantico, 1er mars 2014,
http://www.atlantico.fr/decryptage/crise-ukrainienne-4-scenarios-entre-lesquels-avenir-pays-se-joue-jean-bernard-pinatel-997179.html

(6)  Zbigniew Brzezinski, “A Geostrategy for Eurasia”, Foreign Affairs, septembre-octobre 1997,
http://www.foreignaffairs.com/articles/53392/zbigniew-brzezinski/a-geostrategy-for-eurasia
(7)  Finian Cunningham, "Putin faces down Obama over Ukraine" [Poutine défie Obama sur l’Ukraine], Press TV, 1er mars 2014,
http://www.presstv.ir/detail/2014/03/01/352833/putin-faces-down-obama-over-ukraine/

(8) “‘F**k the EU’ : Snr US State Dept. official caught in alleged phone chat on Ukraine”, RT, 7 février 2014,
http://rt.com/news/nuland-phone-chat-ukraine-927/

(9)  img.rt.com/files/news/22/29/70
/00/english_international_2014-02-07_01_01_10_480p.mp4?event=download
(10)  "Rule by oligarchs : Kiev appoints billionaires to govern east", RT, 4 mars 2014,
http://rt.com/news/ukraine-oligarch-rule-governors-512/


 

Caricature de l'artiste Chinoise Li Min du China Daily

 

 


 

Partager cet article

24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 00:05

 

 

 

Changeons d'ambiance !…  Rions !...

 

Démonstration de Force : Ridicule Arrogance...

Les milliardaires "néoconservateurs" américains, adeptes du bellicisme mégalomaniaque, avaient organisé une démonstration de force pendant les Jeux Olympiques d’hiver qui se sont terminés ce week-end en Russie, par une superbe, flamboyante fête.

.

Où, notons-le au passage, la "petite" Norvège, remarquable modèle d'organisation et de comportement sportifs, vient de triompher avec un total de 26 médailles dont 11 médailles d’or !... Devançant Canada, Etats-Unis et Pays-Bas. Pour se classer à la seconde place, derrière la Russie…

Les "fous de guerre" du Congrès avaient donc expédié dans la Mer Noire, pour croiser au large des côtes de Sotchi, siège de cette grandiose manifestation sportive, deux de leurs frégates lance-missiles les plus modernes, dotées des technologies les plus avancées dans le domaine de la guerre maritime.

 

Avec la volonté infantile de défier, d’impressionner les Russes. Leur démontrer que, JO ou pas, il n’y aurait aucune trêve. "La pression" ne se relâcherait pas, de la "désinformation diabolisante et méprisante" aux actions militaires.

 

D’autant qu’en Ukraine, de l'autre côté de la Mer Noire, un des berceaux de leur civilisation, les feux de la guerre civile et du chaos étaient parallèlement attisés par des envois massifs, d’argent, d’armes et de mercenaires spécialisés dans les combats urbains. Puisqu’à présent, les inévitables "snipers" ont investi la ville de Kiev…

 

Imaginons le tintamarre de protestations et d’indignations dans nos médias et chancelleries, devant la provocation, si les Russes s’avisaient d’envoyer leurs bâtiments lance-missiles les plus performants dans le Golfe du Mexique au large de la Nouvelle-Orléans, par exemple, si des JO y étaient organisés. Et de susciter, encourager la guerre civile sur le territoire américain !…

 

Mais, est arrivé ce qui arrive souvent aux traîneurs de sabre. A force de moulinets, ils se prennent les pieds dans leurs harnachements, incapables de maîtriser leurs montures et escopettes. Tombant dans la fosse du ridicule. Bottes et éperons en l’air.

 

Rude leçon d’humilité…

 

Le 12 février dernier, une des deux frégates, USS Taylor, celle dont ils sont le plus fiers, a raté son entrée dans le port turc de Samsun pour faire son plein, et s’est échouée. Autrement dit, s’est encastrée sur les rochers y cassant même son hélice, mais réussissant à être dégagée sans couler. (1) Sort plus heureux que le fameux paquebot de croisière italien, le Concordia, resté semi-immergé de longs mois sur la côte rocheuse.

 

A charge pour la propagande et la censure occidentales de se précipiter pour rattrapper, en l'étouffant de préférence, la bévue navale...

 

Les Russes sont pliés en deux, de rire. Leurs voisins de la région, aussi.

Démonstration de Force : Ridicule Arrogance...

Cet évènement me rappelle un autre, du même ordre, survenu en 1997. Tout aussi historique. Où arrogance, stupidité, irresponsabilité, aux conséquences pouvant se révéler désastreuses, témoignent de l’aveuglement d’hommes robotisés de mégalomanie.

 

Il s’agit d’un échange radio entre des officiers de l’US Navy et des "Galiciens", habitants de la communauté autonome de Galice dans le nord-ouest de l’Espagne. Dont la capitale est célèbre depuis le Moyen-Age pour être l’aboutissement de nombreux "chemins" européens de pèlerinage : Saint-Jacques de Compostelle (Santiago de Compostela).

 

Région magnifique de passions et de paysages, renommée pour sa forte personnalité aux racines historiques Celtes comme la Bretagne, la Cornouaille, le Pays de Galles, l’Irlande et l'Ecosse. A l’humour porté par une musique de cornemuse… Mais, aussi, fracassante façade atlantique redoutée, depuis des siècles, pour être une des plus dangereuses zones maritimes du monde par ses côtes rocheuses et découpées, ses courants, ses brouillards et ses tempêtes.

 

J'extrais ce "dialogue" d’un livre de Hugo Verlomme, intitulé "Coups de folie en mer – Histoires extraordinaires" (2), et cite le passage en entier. Qui est, en fait, la transcription des messages échangés, le 16 octobre 1997 sur le canal 106, fréquence des secours maritimes de la côte du Finisterre de Galice, entre "Galiciens" et Américains…

 

Sans rien écourter, pour ne rien enlever de cette tempétueuse claque, à l’encontre du ridicule de la condescendance…

 

 

« Galiciens  (bruit de fond) :

Démonstration de Force : Ridicule Arrogance...

.

" Ici le A-853, merci de bien vouloir dévier votre trajectoire de quinze degrés au sud pour éviter d’entrer en collision avec nous.

.

Vous arrivez directement sur nous à une distance de vingt-cinq mille nautiques. "

Américains (bruit de fond) :

 

" Nous vous recommandons de dévier vous-mêmes de votre trajectoire de quinze degrés nord pour éviter toute collision. "

 

Galiciens :


" Négatif ! Nous répétons : déviez de votre trajectoire de quinze degrés sud pour éviter la collision. "

 

Américains (voix différente de la précédente) :

 

" Ici le capitaine ! Le capitaine d’un navire des Etats-Unis d’Amérique. Nous insistons : déviez votre trajectoire de quinze degrés nord pour éviter la collision. "

Galiciens :


" Négatif ! Nous ne pensons pas que cette alternative puisse convenir, nous vous suggérons donc de dévier votre trajectoire de quinze degrés sud pour éviter la collision. "

 

Américains (voix irritée) :

Démonstration de Force : Ridicule Arrogance...

" Ici le capitaine Richard James Howard, au commandement du porte-avions USS Lincoln de la Marine nationale des Etats-Unis d’Amérique, le second plus gros navire de guerre de la flotte américaine !

Nous sommes escortés par deux cuirassiers, six destroyers, cinq croiseurs, quatre sous-marins et de nombreuses embarcations d’appui.

Nous nous dirigeons vers les eaux du Golfe Persique pour préparer les manœuvres militaires en prévision d’une éventuelle offensive irakienne.

Nous ne vous suggérons pas, mais « nous vous ordonnons » de dévier de votre route de quinze degrés nord !


Dans le cas contraire, nous serions obligés de prendre les mesures qui s’imposent pour garantir la sécurité de cette flotte et de cette force de coalition.

Vous appartenez à un pays allié, membre de l’OTAN et de cette coalition ; s’il vous plaît, veuillez obéir immédiatement et « sortez de notre trajectoire ! »... "

Galiciens :

Démonstration de Force : Ridicule Arrogance...

" Ici, c’est Juan Manuel Salas Alcántara qui vous parle.

.

Nous sommes deux personnes, nous sommes escortés par notre chien, notre bouffe, deux bières et un canari, qui est actuellement en train de dormir.
.
Nous avons l’appui de la radio de Corogne et du canal 106,
« urgences maritimes ».
.

Nous ne nous dirigeons nulle part, dans la mesure où nous vous parlons de la terre ferme.

Nous nous trouvons ici dans le phare A-853, au Finisterre de la côte de Galice.
Nous n’avons pas la moindre idée de la position que nous occupons actuellement au classement des phares espagnols.

 

Vous pouvez prendre toutes les mesures que vous considérez opportunes, car nous vous laissons le soin de garantir la sécurité de votre flotte qui va « se ramasser la gueule » sur les rochers !
 

C’est pourquoi nous insistons à nouveau et vous rappelons qu’il serait plus logique et raisonnable, pour vous, de dévier votre trajectoire de quinze degrés sud afin d’éviter de nous rentrer dedans ! "

 

Américains :

 

" Bien reçu, merci…" »

 

 

 

 

 

 

(1)  Pauline Jelinek, “Navy ship runs aground in Black Sea. Now what ?”, The Christian Science Monitor, 19 février 2014,
http://www.csmonitor.com/World/Olympics/Latest-News-Wires/2014/0219/Navy-ship-runs-aground-in-Black-Sea.-Now-what

(2)  Hugo Verlomme, "Coups de folie en mer – Histoires extraordinaires", Editions Arthaud, 2010, pp. 295-297.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by Georges Stanechy - dans La "Communauté Internationale"
commenter cet article
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 15:25

 

 

"Se déclarer l'ennemi des peuples, c'est une faute qui ne se réparera jamais".
Talleyrand   (*)

 

 

 

 

 

Les négociations sur le nucléaire de l’Iran se poursuivent…

 

Tout le monde sachant que l’Iran n’est nullement intéressé par la fabrication d’une bombe nucléaire. Prétexte à diabolisation et au démantèlement de ses réalisations scientifiques, avec ses considérables potentiels, dans une multitude de domaines.

 

D’autant que l’Iran la considère comme un arsenal aussi stupide dans son utilisation stratégique que dépassée techniquement. La "bombe atomique" relève de la "bombarde" moyenâgeuse qui explosait deux fois sur trois au nez de ses propres artilleurs…

 

Travaillant, investissant, au contraire, sur d’autres projets de renforcement de sa défense nationale, avec ses excellentes équipes de recherche et développement. Où, paradoxe amusant aux antipodes des clichés  de nos propagandistes amphétaminés, "les femmes" ingénieurs figurent en majorité. Dans la mise au point d'armements fondés sur les technologies électromagnétiques ou laser. Ou encore sur l’intégration des nanotechnologies, domaine dans lequel l'Iran est classé au 8° rang mondial par le nombre de dépôts de brevets…

 

Face à cette négociation délirante, où les enjeux ne sont pas ceux énoncés, le plus intéressant est de relever l’évolution des strates du "front atlantiste" dans les coulisses : lobbies, sponsors, marchands de canons, financiers, industriels, pétroliers et chimistes, paniers de crabes des corporations de "renseignements & mercenaires" associées aux cartels internationaux de la drogue qui alimentent en continu leurs "trésors de guerre", et autres vautours de tous plumages...

 

De la "fusion" initiale, laissant croire à un bloc occidental immuable, apparait lentement,  une "fissure". S’élargissant inexorablement, pour former deux clans dont l’antagonisme ne peut que se renforcer, se radicaliser.

 

L’un, crispé sur une vision idéologique d’un pouvoir prédateur, colonial, sans partage, des richesses de la planète, défiant aussi bien le droit international que la Charte de l’ONU, ou même celle de l’OMC.

 

Obsédé, dans une fureur paranoïaque, par la destruction de l’Iran. Multipliant pour "chauffer", conditionner, son opinion publique, d’incessantes provocations : campagnes de propagande hallucinantes, sanctions, menaces...

 

Aussi bien contre ce pays que contre ceux qui souhaiteraient, Etats, entreprises, particuliers, commercer de bonne foi avec lui.

 

Le "fanatisme suicidaire"…

 

Négociation Nucléaire : Fusion ou Fissure ?...

L’autre, dans un contexte de nécessité de compenser l’effondrement des balances commerciales, désireux de s’ouvrir au marché Iranien. Eminente, incontournable, puissance régionale pacifique mais, aussi, clé du développement de l'ensemble de la région, notamment de l’Asie centrale.

 

Frustré de voir les Iraniens, avec leurs partenaires, Russes, Chinois et Indiens, bénéficier durablement, en petit comité, de l'interminable liste des projets de grands travaux et équipements d’infrastructure, colossaux investissements industriels, agricoles, touristiques, et gigantesques marchés de grande consommation.

 

Le "pragmatisme émergent"…

 

Négociation Nucléaire : Fusion ou Fissure ?...

 

Quel clan va l’emporter ?...

 

Un grille-pain écologique à manivelle, à tout gagnant pour avoir indiqué la bonne réponse !...

 

 

 

 

 

 

(*)  Jean Orieux, "Talleyrand", Flammarion, 1970, p. 508.

Caricatures du talentueux  Li Feng du China Daily

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 16:13

 

 

 « La liberté de la presse n’existe jamais, dans aucun pays. »
Alberto Moravia (1)

 

 

 

 

 

« Moche et minable ! »…

Exclamation de la journaliste Michèle Cotta, à la fin de la conférence de presse du 14 janvier dernier du président Hollande, qu’elle commentait sur une de nos chaînes TV publiques. Croyant le son coupé. Une "gaffe", a-t-on dit (2)…

Faut-il donc une gaffe pour entendre un commentaire "objectif" d’un journaliste politique, tant la liberté de la presse est inexistante dans notre pays ?... Certains journalistes anglophones, allant jusqu’à traiter nos dignitaires des médias, devant leur obséquieuse servilité, de : « … bouffeurs d’huîtres poudrés […] menteurs et faiseurs d’opinion » (3). Oubliant qu’eux-mêmes ne valent pas davantage face à leur propre caste politique…

 

Car, dès la fin de cette représentation théâtrale, ce n’étaient que chants de louange à l’annonce du nouveau "programme politique" d’un président "de gauche". En réalité, soumission totale à la prédation de la finance et de la spéculation internationales. Sur fond de prétendues réformes, véhiculées et promues, en France, par le "grand patronat", dont le MEDEF est une des vitrines. Par sa rapacité, un des plus archaïques et "barbares" du monde occidental. Pour reprendre le terme de Jean-Pierre Le Goff de "barbarie douce" infligée au pays, via "la modernisation aveugle des entreprises et de l’école". (5)

 

Signe évident, la bénédiction fut rendue publique via les diffuseurs de leurs encycliques : The Wall Street Journal à New York (4), et The Economist à Londres. "Tournant libéral", célébré inévitablement par les tuteurs de la France que sont Berlin et Bruxelles… (6)
 

Notre président se révélant "social-démocrate" après avoir été élu pour juguler la mafia bancaire, et marquer un coup d'arrêt au pillage du pays par nos oligarques et leurs seconds couteaux. En clair : trahissant son électorat pour passer à l’ennemi. Illustration du conte d’Andersen "Les habits neufs de l’Empereur" : le Roi est  nu !

 

Le masque tombe. Plutôt, modernité oblige, le casque tombe…

 

Notre monarque élu se faisant "surprendre", en effet, coursant la courtisane, non plus à cheval comme dans l’Ancien Régime mais, à scooter. Son garde du corps chargé de porter les croissants… Dans l’hilarité générale, répercutée par les médias internationaux.

 

Rien que la scène de ménage au palais de l’Elysée, la veille de la publication des photos de la chevauchée en scooter, coûterait au patrimoine du Mobilier National en termes de dégâts par une Pompadour enragée ( vases de Sèvres en mille morceaux, horloges, fauteuils et guéridons détruits, etc.) un montant évalué, selon des "sources bien informées", ou des "rumeurs infondées", à environ 3 millions d’euros… (7)

 

Information démentie par le Mobilier National, évidemment. Avec des circonvolutions dignes des plus éminents spécialistes de la casuistique : "Le Mobilier National dément tout vandalisme du bureau présidentiel". Des "vandales" pourraient-ils s’introduire dans le palais présidentiel ?... "Quand même ! ", aboierait notre furibard ministre de l'Intérieur, confondant à son habitude vocifération et autorité... Les contribuables, en ces temps de restrictions budgétaires, n’en attendaient pas moins pour se rassurer. (8)

 

Steve Bell, un des talentueux caricaturistes britanniques, s’inspirant du tableau Olympia de Manet, a parfaitement croqué dans The Guardian le ridicule de la pantalonnade présidentielle. Et, la crudité de l’imposture de celui qui se voulait un "Président Exemplaire". Portraituré, jeu de miroirs, en "courtisane" offerte au plus offrant ... (9)

Le Casque Tombe…

Car, à défaut « d’exemplaire », le voilà flamberge au vent : « social-démocrate » !… 

 

Ce qui ne veut absolument rien dire, si ce n’est de rendre béats d’admiration les porte-paroles de ses sponsors. Impressionnés par le culot d’un président capable de prendre publiquement ses concitoyens pour des imbéciles, en les enfumant avec des slogans de camelot. Où est le "social" ?... Où est le "démocrate" ?...

 

Anonnant son discours, copié-collé des diktats de l’oligarchie dont il n’est en fin de compte que l’attaché de presse. Avec autant de conviction qu’un lutteur de sumo dansant Le Lac des Cygnes en tutu et entrechats…

 

« Le pacte de responsabilité »…

 

Sous cet emballage publicitaire, se dissimule grossièrement l’acte d’allégeance d’un gouvernement à des intérêts qui ne sont pas ceux voulus par la Nation. Ni ceux, bien au contraire, indispensables à son devenir. Uniquement un formatage imposé par une ploutocratie mondialisée qui accapare à son seul profit l’essentiel de la richesse et du patrimoine de nos sociétés.

 

L’ONG Oxfam emploie le qualificatif « obscène » dans un rapport publié en janvier 2014, Working for the Few  [Travailler pour une Poignée], sur la concentration vertigineuse de cette spoliation : Les 85 personnes les plus riches de la planète possèdent l’équivalent des ressources de 3,5 milliards des plus pauvres. Autrement dit : la moitié de la population mondiale… (10) En Europe même, La Croix Rouge s’alarme dans un rapport d’octobre 2013, de constater que 43 millions de personnes souffrent de malnutrition…

 

Sans entrer  dans le détail des mesures économiques et sociales annoncées par le bonimenteur « social-démocrate », relevons deux évidences :

 

i)  Les orientations économiques et sociales de notre pays ne donnent lieu à aucun débat public. Rien qu’un matraquage de propagande sur des « réformes » présentées comme « incontournables » et « sans alternatives ». Slogan récurrent des oligarchies financières, appliqué avec sauvagerie par Thatcher en Grande-Bretagne : « TINA », "There Is No Alternatives"…
 

Seuls des anathèmes contre "L'Etat", avec ses services publics, transformé en ennemi et donc à "démanteler", servent de bruits de fond alimentés par des propagandistes patentés sur l’impérieuse nécessité "d’aller vite"… (11)

Sont systématiquement occultés par l’appareil de désinformation, et donc de censure : études, rapports, colloques, compétences de nombreux chercheurs et acteurs de la vie économique, forts de leurs investigations et de leur expérience, qui contestent et alertent sur le caractère suicidaire pour notre pays du "modèle" économique et social qui l'accable. 

 

ii)  D’une présidence à l’autre, d’un gouvernement à l’autre, dans l’illusion fugitive d’une alternance, nous assistons à l’instauration continue et implacable du même projet politique : la casse du "Contrat Social" qui, nous liant les uns aux autres dans la solidarité, constituait le socle de notre collectivité. (12)


Quels que soient partis au pouvoir, s’affichent volontés identiques de dislocation du fragile système de redistribution de la "richesse nationale", sous forme de services publics dits de base (santé, éducation, énergie, transport, etc.) et d’actions sociales de solidarité collective (retraites, logements, lutte contre la précarité et la pauvreté, etc.).

 

La paupérisation voulue, planifiée, à l’échelon de la sphère dite occidentale pour le bénéfice d’une poignée. Pour la voracité d’une caste. Avec dans son sillage, courtisanes et courtisans, pour se régaler de ses miettes… Ce qu’en termes savants, on appelle : « la déflation ». (13)

 

Rappelons qu’à l’échelon de la Chine, la France n’est qu’une petite sous-préfecture de, même pas, 70 millions d’habitants. Figurant néanmoins parmi les 8 pays les plus riches de la planète, avec 300 000 millionnaires en euros et la femme la plus riche du monde…

 

Que « libéraux » ou « sociaux-démocrates » veulent nous faire croire en faillite, incapable d’assurer son "endettement". Qui, en réalité, n’en est pas un du fait qu’il ne représente que les contributions fiscales dues, et jamais payées, à la collectivité par les grandes fortunes, et les grands groupes industriels et financiers !...

 

Obstinément, notre nomenklatura se refuse d’aborder les véritables réformes pouvant relancer notre économie, mettre un terme à l’appauvrissement continu de la population, créer des emplois et "partager la prospérité". Par cupidité, suivant une politique concertée à l’échelon de l’Europe et des castes dirigeantes des pays "développés" (notamment : Amérique du nord, Japon, Corée du sud, Australie, Nouvelle-Zélande).

 

Oligarchies, aveuglément inconscientes de la réalité économique et sociale de la planète, ainsi qu’en a témoigné le "World Economic Forum" de Davos qui s’est achevé ce week-end. De l’avis même d’analystes économiques un tant soit peu lucides. Patrick L. Young, expert en "global financial markets" n’hésite pas à les considérer comme « dangereusement déconnectées »… (14)

 

En fait, les non-dits du discours présidentiel les rappellent. En dépit du silence imposé par la propagande,  ces réformes essentielles sont connues, recensées, étudiées, depuis longtemps. Nous renvoyons aux travaux des spécialistes et praticiens qui ont abondamment travaillé sur les dysfonctionnements et distorsions du « capitalisme sauvage » actuel, sous prétexte de « mondialisation ».

 

Elaborant des modèles substitutifs aux modèles fiscaux et économiques moribonds, ou définissant des priorités économiques "rationnelles" et non pas "suicidaires" pour nos collectivités. Parmi d’autres, en France : Maurice Allais, Prix Nobel d’économie 1988, qui a été ostracisé, bâillonné, par le monde de la finance et de l’affairisme, et notre caste politique corrompue.

La hausse vertigineuse du chômage "officiel" ("réel" = minimum le double) en Europe depuis 2008

La hausse vertigineuse du chômage "officiel" ("réel" = minimum le double) en Europe depuis 2008

___________________________________

 

Très succinctement nous citerons quatre "réformes oubliées", inextricablement liées par leur interaction et dans leur synergie, parmi les plus urgentes à mettre en place si nous avions des "responsables politiques", aussi honnêtes que courageux, au service de la Nation :

 

 

1.  La relance du pouvoir d’achat

 

« L’offre crée la demande » est le mot-clé du discours présidentiel.

 

D’une totale malhonnêteté, sachant que "la demande" en France, autrement dit "le pouvoir d’achat", s’effondre (à l’exemple de la Grèce, de l’Espagne, etc.) du fait qu’elle est délibérément sacrifiée par l’oligarchie : augmentation du chômage par la désindustrialisation-délocalisation en augmentation quasi-exponentielle depuis 2008, blocage des salaires et des retraites, diminution des prestations sociales, etc.

 

Sans compter la spoliation de l’épargne de ceux, la majorité de la population, qui n’ont pas accès aux astuces et mécanismes de la lucrative spéculation. Spécialement la spéculation boursière, unanimement condamnée par tout économiste sérieux (Maurice Allais préconisait, dès 1991, l’interdiction de la "cotation boursière continue" qu’il traitait d’aberration économique).

Spoliation symbolisée par les taux ridicules du Livret A et autres épargnes populaires, phagocytés par le système bancaire qui y pompe des "ressources" à bas prix, et écrase en retour cette même majorité aux revenus modestes de taux usuraires inconnus des grandes entreprises et fortunes (cf. : taux des découverts, frais bancaires et agios mirobolants, etc.). C’est la tonte systématique du troupeau de moutons enfermé dans son enclos…

 

Cynisme assumé avec pour objectif non avoué d’arriver rapidement à une baisse des salaires, comme en Grèce et ailleurs. Goldman Sachs, qui dirige d’une main de fer les économies européennes, conseille au gouvernement français de programmer une baisse des salaires de 30% (oui : "trente"…). (15)

 

« L’offre » en trompe-l’œil n’a donc pas pour objectif de « créer » ou de « stimuler » la demande intérieure, mais de servir de paravent aux « cadeaux fiscaux » à destination des grands groupes exportateurs, principalement pour accroître leurs gains sur les marchés à l’exportation, et aux spéculateurs fortunés. Il ne s’agit donc que « d’offre à l’exportation ».

 

D’autant que la baisse des charges sociales par exemple, nécessaire en priorité pour les PME-PMI (de loin, les plus grands créateurs d'emplois), va inévitablement être compensée par une augmentation de la TVA, sabrant davantage le pouvoir d'achat. Au lieu d’une évidente contrepartie dans une augmentation des rentrées fiscales en provenance des grandes fortunes et des grands groupes, soigneusement préservés jusqu’à présent du devoir de solidarité fiscale et d’égalité devant l’impôt par le pouvoir politique…

 

Alors que, si nous étions maîtres de notre monnaie et non pas enserrés dans l’Euro, une simple dévaluation (l’horreur pour les grandes fortunes !) aurait suffit à provoquer une relance de « l’offre à l’exportation », tout en sauvegardant le bon fonctionnement du marché intérieur, en préservant le pouvoir d’achat.

 

Ajoutons que ces grands groupes exportateurs et spéculateurs-rentiers sont ceux qui créent le moins d’emplois en France, tout en payant le moins d’impôts et taxes par rapport à leurs chiffres d’affaires et leurs bénéfices ou revenus réels. L’essentiel de leurs marges et profits étant dissimulés dans les paradis fiscaux.

 

Cas d’école : je vends mon "fil à couper le beurre électronique", dont le coût de revient est de 100 €, à une filiale de commercialisation à 102 € dans un  paradis fiscal ou assimilé [zones offshores défiscalisées, etc.]. Me permettant de larmoyer sur la faiblesse des marges en France (2 %, sniff…) et supplier les gouvernements successifs d’alléger la fiscalité qui m’étouffe…

 

En occultant le fait que je revends ce produit, à partir de cette plateforme internationale, à 250 € sur le marché Indien, à 300 € sur le marché Brésilien, etc. La marge réelle étant stockée dans le paradis fiscal dont les comptes bancaires effectifs sont, généralement, en Suisse ou aux Pays-Bas…

 

Précisons : sans avoir l’obligation de faire transiter mon produit par cet écran fiscal. A l’exemple de la banane grassement subventionnée par l’UE, dont la minuscule île de Jersey est le plus grand importateur et réexportateur du monde. Sans voir jamais transiter un seul containeur de ce fruit exotique. Le monde merveilleux des jeux d’écritures…

 

En résumé, le déterminant économique à protéger, stimuler, n’est pas « l’offre », argument fallacieux, mais : « la demande intérieure ». Dans un système équitable de "partage de la prospérité".

 

 

2.  La réforme fiscale
 

"Partager la prospérité" constitue le mécanisme fondamental d’une économie saine et compétitive. La récession s’incrustant dès lors que la richesse nationale est confisquée par une minorité, rouage dévastateur de la spirale du « sous-développement ».

 

L’Europe se "tiers-mondise" lentement mais sûrement, avec l'extension de la pauvreté, de la malnutrition ; la réapparition de maladies liées à la misère dues à l’impossibilité pour les plus démunis, souvent ravagés par l’alcoolisme ou la drogue "béquilles du désespoir", d’accéder aux soins gratuits et à des logements décents. Ainsi la progression actuelle de la tuberculose dans les quartiers pauvres des villes en Grande-Bretagne.

 

"Partager" ?... Inacceptable ! Cela exigerait de remettre en cause un sujet tabou : « l’injustice fiscale », qui ronge et tue notre pays. Le "Travail" est écrasé d’impôts et de taxes, jusqu’au stade ultime de la consommation où il est laminé par une TVA confiscatoire pour les faibles revenus : 20 % en moyenne, avec des projets avancés pour la porter, comme en Grèce qui sert de laboratoire, à 30 %, voire 35 %...

 

Considéré comme une matière première ou un "intrant" quelconques, reprenant le concept des anglophones : "commodity". Commodity s’assimilant à "calamity" dans la mentalité des oligarques : « Comment se passer du "Travail" ?... Ah ! Si tout pouvait être robotisé !… ».

 

Alors que" l’économie-casino", la "rente-spéculation", la concentration accélérée des grands patrimoines, sont, en comparaison des revenus du "Travail" quasiment exemptés de solidarité fiscale. Si ce n’est à titre symbolique. Les "barons-affairistes" allant jusqu’à faire entretenir leurs chateaux et demeures seigneuriales par la collectivité, en tant des que « patrimoine historique ». Tout en rackettant les services publics privatisés : eau, électricité, télécoms, infrastructures autoroutières, portuaires, etc. Grâce aux politiciens intronisés, avec leur soutien financier, et cornaqués pour protéger et élargir leurs intérêts.

 

Thomas Piketty, un de nos plus actifs  chercheurs  en "économie-fiscalité", lance un avertissement. Totalement inaudible pour notre "parti unique à deux casquettes" :
« Cette tendance est tout simplement incompatible avec nos sociétés démocratiques. Car cette concentration du pouvoir économique équivaut à une concentration de la capacité d’influence sur les processus de lobbying politique et cela remet en cause les valeurs des sociétés démocratiques. » (16)

 

La "réforme fiscale", toujours bloquée mais inévitable à terme (certains pessimistes assurent qu’il faudra une "guerre mondiale" pour remettre les compteurs à zéro….), doit rétablir la "justice fiscale". Dont les incitations et avantages serviraient de moteur à l’investissement productif et non pas spéculatif. Depuis la remise à plat des droits de succession sur les grands patrimoines jusqu’à la restructuration de l’impôt sur les bénéfices des grands groupes (ajusté sur la création d’emplois) et sur les revenus de la spéculation.

 

Incitation fiscale à la création d’emplois à "valeur ajoutée", est-il nécessaire de préciser. Et non pas à la multiplication d’emplois précaires à faibles revenus, les "working poors", [les travailleurs pauvres], permettant aux statistiques officielles et aux analystes boursiers véreux de claironner des "amorces de reprise", comme aux Etats-Unis, qui assurent en fait les marges des "annexes du chômage" ou du servage : fast-foods, grande distribution, sociétés de nettoyage, etc.

 

Ceux qui sont intéressés par ce domaine quasiment jamais traité en profondeur, ou sérieusement, dans nos médias et débats peuvent consulter quelques uns des passionnants travaux de Thomas Piketty et son équipe :

=> Le capital au 21e siècle (Seuil, 2013)
=> A Theory of Optimal Inheritance Taxation (Econometrica, 2013)
=> Pour une révolution fiscale (Seuil/La République des idées)
=> Les Hauts revenus en France au XXe siècle  (Grasset, 2001)

 

La confortable idéologie oligarchique  :  l'esclavage   -   Dessin de Pawel Kuczynski

La confortable idéologie oligarchique : l'esclavage - Dessin de Pawel Kuczynski

3.  La sortie de l’Euro

 

L’Union Européenne, avec sa monnaie unique, ravage l’industrie et l’emploi dans notre pays. Le fait de ne pas être maître de notre monnaie dans une "union" où les règlementations fiscales, économiques et sociales, ne sont pas normalisées d’un pays à l’autre, c’est la substance de notre Contrat Social qui est détruite. Tout en bénéficiant à notre ploutocratie et au commerce extérieur allemand.

 

Dans l’impossibilité de procéder à une dévaluation de notre monnaie, mesure classique de relance d’un commerce extérieur, nous sommes contraints de procéder à une « dévaluation interne ».

 

Sous ce terme, les scribes du FMI, chargés de mettre en forme théorique la rapacité des oligarchies, imposent la « dynamique d’ajustement ». Ne pouvant, en effet, procéder à une "dévaluation monétaire", il ne reste à nos pays que la « dévaluation interne ». Avec pour instruments premiers recommandés par le FMI : le licenciement et la baisse des salaires.

 

La « dévaluation interne » ainsi préconisée se révèle un véritable "déchiqueteur" d'emplois, de diffuseur de misère et de désespoir pour nos populations. Pour mesurer l’étendue de la perversité de ce système, son coût humain intolérable et stupide, dans la glaciale indifférence des bonnes consciences, je recommande la lecture du rapport du FMI d’octobre 2013, téléchargeable en français, intitulé :
"Perspectives de l’économie mondiale : Transitions et tensions"

 

Tout particulièrement le chapitre 1, "Perspectives et enjeux mondiaux", à partir de la page 46 et l’encadré 1.3. :
"Rééquilibrages extérieurs dans la zone euro"

 

Florilège :

=> « Les coûts unitaires de main-d’œuvre ont considérablement diminué dans les pays déficitaires ayant entamé un processus d’ajustement, avec des ajustements plus poussés observés dans des pays comme la Grèce et l’Irlande et obtenus grâce à des gains de productivité (les licenciements ayant été généralement supérieurs à la perte de production) et des baisses de salaires (graphique 1.3.2). »,  p. 48

=>  «  En Grèce, à défaut de reprise de la production, les ajustements prennent la forme de baisses de salaires et de licenciements (graphique 1.3.2, plages 7 et 8). Globalement, aucun gain de production n’a été mesuré, sauf en Irlande, ce qui témoigne notamment d’un effondrement généralisé de la demande intérieure dans la zone euro, et les niveaux de l’emploi sont plus bas qu’avant la crise, dans le secteur des biens échangeables comme dans celui des biens non échangeables. »,  pp. 48-49
=>  « … les marges des exportateurs (prix à l’exportation rapportés aux coûts unitaires de main-d’œuvre) ont augmenté depuis la crise. », p. 49

 

Ainsi les tontons-flingueurs du FMI, tout en se félicitant de la féroce réalisation de la « dévaluation interne » sous forme de licenciements et de baisses des salaires, « supérieurs à la perte de production », admettent que malgré « l’augmentation des marges des exportateurs », les pays qui se livrent à ce massacre ne voient pas pour autant la crise s’estomper : effondrement continu du marché intérieur, niveaux d’emplois encore plus faibles qu’avant la crise.

 

Effectivement déflation, récession, et autres concepts de « destruction créatrice » (très en vogue cette année à Davos) à la Schumpeter, mènent droit dans le mur. Se pose en conséquence, tant que les pays européens ne sont pas en mesure de s’aligner sur un système de gouvernance identique, avec des règlementations fiscales, sociales et économiques, similaires, l’urgente nécessité de sortir de l’Euro.

 

Pour ne pas faire long sur un sujet aussi déformé, diabolisé même, par l’appareil de propagande européiste dominant dans notre pays, je conseille la lecture d’une des meilleurs études, des plus claires, sur l’impact désastreux de l’Euro pour notre pays et les bienfaits quasi immédiats qu’il obtiendrait en recouvrant sa souveraineté monétaire. Remarquable synthèse (88 pages) avec trois scenarii, réalisée par la Fondation Res Publica, sous la direction de l’économiste Jacques Sapir (17) :

"Les scenarii de dissolution de l’Euro"

 

Soulignons que cette approche positive ne représente pas pour notre pays un repli sur soi, dans un protectionnisme paranoïaque. Mais, en concertation avec les autres pays européens, la préparation d’un nouveau modèle d’union fondée sur l’harmonisation de nos sociétés et de leurs économies. Au service des populations, et non pas au seul bénéfice des lobbies et groupements d’intérêts privés plus ou moins occultes, par une bureaucratie se croyant au-dessus des peuples et de leurs suffrages.

 

Cette refondation de l’Union Européenne suppose, en préalable, de réfléchir sur un Contrat Social Européen : vers quel modèle de société voulons-nous évoluer ?... Voulons-nous régresser, comme actuellement vers un modèle oligarchique s’apparentant à la jungle du chacun pour soi, et gloire au plus fort, dans l’abrutissement collectif ?...

 

Ou, vers une société solidaire, où santé, éducation, culture et "bien vivre" seraient des objectifs matériels à partager entre tous, dans le respect de chacun ?... Quitte à chacun à gérer individuellement, librement, son destin ou son accomplissement spirituels…

 

 

4.  Lutte contre la gabegie et la corruption des marchés publics

Brièvement, mais autre réforme tout aussi indispensable : le contrôle effectif, précis, transparent, des marchés publics, concessions de services publics et privatisations des biens collectifs à des intérêts privés.


La « diminution des dépenses publiques » passe en priorité par cette étape. Avant de sabrer dans des postes de fonctionnement ou d’investissement publics. Ce sont des milliards d’euros que l’Etat est en mesure d’économiser chaque année sur ce plan. Ou, dans l’autre sens, des milliards d’euros d'amélioration des recettes publiques.

 

Vaste domaine de réflexion et d’action que l’oligarchie évite soigneusement d’aborder, encore plus de mettre en chantier. Pourtant, exemples, faits, sont multiples. Une vraie galaxie.

 

Beaucoup sont accessibles. Dans un billet, j’ai évoqué l’incapacité de l’Etat à évaluer le coût réel de construction des centrales nucléaires, de leur entretien et de leur démantèlement programmé. Des dizaines de milliards d’euros, avec leurs colossaux travaux de génie civil ou de chaudronnerie, qui échappent au contrôle citoyen. Dans la plus épaisse des opacités… (18)

 

Que dire, autre exemple, de nos « fournitures aux armées » qui sont depuis des siècles la source d’enrichissement individuel  la plus rapide et faramineuse, outre les ventes d’armement à l’exportation, incrustée dans nos institutions ?... Pas simplement sous Louis XIV ou Napoléon. Il en est de même aujourd’hui. Au point que nous payons appareils et engins de combat, à performances équivalentes deux ou trois fois leur prix du marché international. Et, la "différence" n’a rien à voir avec les coûts salariaux…

 

Mais, il y a aussi la myriade des "petits" contrats de la "république des copains" au niveau local, régional. C’est l’intégralité des mécanismes et procédures de contrôle de l’Etat sur la bonne utilisation des finances publiques qui doit être rénovée. Certainement par une réactivation, un élargissement, un renforcement, des Cours Régionales des Comptes, ou organismes semblables, qui ont été vidées, à dessein, de leur contenu et de leurs moyens matériels et disciplinaires.

 

Pour le moment, les faits sont là : la France, par l’absence de contrôle réel et efficace de ses marchés publics (le rapport annuel de la Cour des Comptes étant une caricature de contrôle), demeure un des pays les plus corrompus du monde.

 

Il est vrai que dans notre pays, il est plus facile d’organiser la chasse collective à l’humoriste qu’au corrupteur et au corrompu.

 

 

 

Toutefois, malgré slogans, propagandes, censures et faux-semblants, que cette "Noblesse d’Etat" (19) et clans d’oligarques, horde de menteurs et prévaricateurs aussi irresponsables que cupides, sous casquette de "droite" ou de "gauche", sachent que leurs concitoyens ne sont pas dupes de leur cynique prédation.

 

Et, qu’en signe de lucide considération, en mémoire de l’éradication des Libertés Publiques qu’ils imposent avec leurs tribunaux et leurs médias, en dérision de l’obscurantisme qu’ils rêvent d’instaurer dès l’école ou le biberon, mais aussi en prémonition du retour de bâton qui les attend immanquablement au détour du long cheminement de l’Histoire, ils leur offrent comme support de méditation : une pharaonique "Quenelle" !...

 

Celle proposée, avec élégance et raffinement, par la Princesse Neferetiabet de la V° Dynastie d’Egypte, 2560 - 2590 ans avant notre ère… (20)

 

Neferetiabet - V° Dynastie - 2.560 - 2.590 avant notre ère

Neferetiabet - V° Dynastie - 2.560 - 2.590 avant notre ère

 

 

 

 

(1)  in "Vita Di Moravia", Alain Elkann, Christian Bourgeois Editeur, 1991.
(2)  Vidéo. "Moche et minable", la gaffe de la journaliste Michèle Cotta après la conférence de presse de François Hollande, Le HuffPost, 15 juin 2014,     http://www.huffingtonpost.fr/2014/01/15/michele-cotta-gaffe-francois-hollande-moche-et-minable_n_4599929.html
(3)  Les journalistes politiques français sont-ils des « bouffeurs d’huîtres poudrés, Libération, 16 janvier 2014, http://www.liberation.fr/politiques/2014/01/16/les-journalistes-politiques-francais-sont-ils-des-bouffeurs-d-huitres-poudres_973306
(4)  Hollande Courts Business With Economic Revival Plan – French president Pitches Tax and Spending Cuts While Sidestepping Focus on Private Life, Stacy Meichtry & William Horobin, 14 janvier 2014,
http://online.wsj.com/news/articles/SB10001424052702304049704579320463225234676
(5)  Jean-Pierre Le Goff, "La Barbarie Douce – La Modernisation aveugle des entreprises et de l’école", La Découverte, 1999.
(6)  Conférence de presse de Hollande : Berlin, Bruxelles et The Economist plébiscitent le tournant libéral de la France, Gregory Raymond Publication, Le HuffPost, 15 janvier 2014,
http://www.huffingtonpost.fr/2014/01/15/conference-hollande-social-liberal-france-allemande-the-economist_n_4601545.html
(7) A voir, entre autres, avant qu’ils ne soient emportés par les bourrasques de la censure :
=> lintern@ute.com, 21 janvier 2014, http://www.linternaute.com/actualite/personnalites/dispute-trierweiler-hollande-les-murs-ont-tremble-a-l-elysee-0114.shtml
Ou encore :

=> media libre, 22 janvier 2014,
http://www.medialibre.eu/france/rixe-a-lelysee-censure-mediatique-degats-considerables-et-hospitalisation-forcee/14467

Ainsi que :
=> économie matin.fr, 22 janvier 2014 :

http://www.economiematin.fr/ecoquick/item/8232-hollande-trierweiler-elysee-dispute-degats-mobilier-national
Et, un site au nom savoureux :
=> je suis stupide j’ai voté Hollande, 21 janvier 2014,
http://www.je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr/blog/rixe-a-lelysee-une-victime-a-lhopital-et-3-millions-e-de-degats/

(8)  Trierweiler : Le Mobilier National dément tout vandalisme du bureau présidentiel, Claire Bommelaer, Le Figaro, 22 janvier 2014,
http://www.lefigaro.fr/culture/2014/01/22/03004-20140122ARTFIG00216-trierweiler-le-mobilier-national-dement-tout-vandalisme-du-bureau-presidentiel.php
(9)  Steve Bell, The Guardian, 15 janvier 2014,
http://www.theguardian.com/commentisfree/cartoon/2014/jan/15/francois-hollande-france-privacy-cartoon-bell
(10)  Obscene wealth : World’s 85 richest have same wealth as 3.5 billion poorest – Oxfam, RT, 20 janvier 2014,
http://rt.com/news/wealthy-rich-85-billion-879/
Et :
http://www.oxfam.org/sites/www.oxfam.org/files/bp-working-for-few-political-capture-economic-inequality-200114-summ-en.pdf
(11)  En France, un des exemples les plus hallucinants de ce pilonnage de désinformation, prônant le « capitalisme sauvage » jusqu’à l’hébétude, peut-être vérifié tous les matins sur la chaîne radio-TV  "BFM Business". Clonage des "Crazy Business Evangelists" sur les TV américaines à la Fox News, Bloomberg, NBC, CNN, etc.
(12) Crise : De La Dette Publique ou du Contra Social ?..., Georges Stanechy, 9 juin 2010,
http://stanechy.over-blog.com/article-crise-de-la-dette-publique-ou-du-contrat-51967860.html
(13)  Jacques Sapir, Le Pésident - Le "contrat de responsabilité" - Et la déflation, 15 janvier 2014,
http://russeurope.hypotheses.org/1914
(14)  Patrick L. Young, Davos Groupthink Dangerously Out of Touch, RT, 27 janvier 2014,
http://rt.com/op-edge/davos-forum-out-of-touch-237/
(15)  Goldman Sachs conseille à la France de baisser les salaries de 30%, Le Parisien, 30 janvier 2013,
http://www.leparisien.fr/economie/goldman-sachs-conseille-a-la-france-de-baisser-les-salaires-de-30-30-01-2013-2525317.php
(16)  http://blogs.mediapart.fr/blog/journal-cesar/201113/le-capital-au-xxie-siecle-selon-thomas-piketty
(17)  Les scenarii de dissolution de l’Euro, Fondation Res Publica, Jacques Sapir – Philippe Murer – Cédric Durand, septembre 2013, 88 pages, téléchargeable pdf,
http://www.fondation-res-publica.org/etude-euro/#.UuGEy_tKHDc
(18)  EPR : En Pleurer de Rage ou En Pouffer de Rire ?..., Georges Stanechy, 2 décembre 2011,
http://stanechy.over-blog.com/article-epr-en-pleurer-de-rage-ou-en-pouffer-de-91000716.html
(19)  Pierre Bourdieu, La Noblesse d’Etat, Collection « Le sens commun », Editions de Minuit, 1989.
(20)  Merci à Truth pour le lien :
http://blogradiofranceirib.wordpress.com/2013/12/29/dieudonne-nicolas-anelka-un-homme-un-vrai-et-le-terrorisme-intellectuel/,
 et l’identification de ce personnage historique dans son commentaire du 18 janvier 2014 :
http://stanechy.over-blog.com/2014/01/dieudonn%C3%A9-en-5-minutes.html

 

 


 


 

Partager cet article

8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 23:29

 

 

 

« Il faudrait être bien peu français pour ne pas souffrir horriblement de tous les maux et de toute l’humiliation qu’éprouve notre malheureux pays. »

 

Talleyrand (1)

 

 

 

 

 

En France, à l’ère des nouvelles technologies, nous pourchassons, diabolisons, en place publique, philosophes et humoristes. Avec autant d’acharnement qu’en mettaient les Inquisiteurs du Moyen-Age ou les "bien-pensants" de l’Ancien Régime.

France : Cartographie du Fanatisme…

Nous assistons à une hallucinante chasse à l’homme, un lynchage à la Ku Klux Klan, une mise en scène histrionique où des prêcheurs hystériques singent ces bourreaux de la Place de Grève qui rouaient vif, à coups de barres de fer, le condamné livré à la vindicte de la foule…

.

.

Cet homme est un humoriste : Dieudonné

Ses accusateurs, politiciens et médias déchaînés, comme dans la plus perverse des tyrannies, postillonnant leur haine à son encontre sous forme des pires calomnies : "raciste", "antisémite" !...

 

Ce qu’il n’est pas, évidemment.

 

Mais, tel le Bouffon des Cours féodales, qui avait souvent plus de noblesse, d’intelligence et de talent que la caste régnante, il met à nu la veulerie, le mensonge, la cruauté et l’imposture d’un système qu’il résume dans un geste devenu, à présent, un emblème :

« La Quenelle » !

 

Le pouvoir admet toutes les manifestations et défilés de protestation à son encontre. Il s’en fiche, car il détient la "force légitime" même si son régime devient "illégitime" à force de mentir à ses concitoyens ou électeurs, et de les spolier.

 

Sauf une, celle qui le tue : le ridicule.

France : Cartographie du Fanatisme…

"La Quenelle", ce symbole "anti-système", "anti-establishment" comme le qualifient les anglophones qui en rient, notre nomenklatura en a peur. Il fait tâche d’huile. Plus : une trainée de poudre.

.

Tous les milieux l’adoptent, le font circuler, l'échangent, sur les réseaux sociaux. Dans l’esprit : « Arrêtez de nous prendre pour des imbéciles ! ».

.

Prise de conscience collective inacceptable, pour les castes au pouvoir. Alors, pour le disqualifier, elles le transforment en "geste nazi" …

.

A se pincer pour y croire…

Jusqu’à inculper des lycéens pour « apologie de  crime contre l’humanité » pour avoir reproduit ce geste dans un des couloirs de leur lycée  (2) :

« Deux adolescents de 17 ans ont été placés en garde à vue lundi soir pendant plusieurs heures au commissariat de Montgeron (Essonne) pour s'être photographiés en train de faire le "salut de la quenelle" dans un couloir de leur lycée. Le parquet d'Evry a retenu l'infraction "d'apologie de crime contre l'humanité" et ouvert une enquête… »

 

Pauvre France… En 2014…

 

L’hystérie collective de notre nomenklatura est révélatrice. Permettant plusieurs constats.

 

i)  Le premier constat : celui d'identifier la parfaite superposition au millimètre, dans une rigoureuse cartographie du fanatisme, de la nébuleuse qui s’acharne contre Dieudonné, avec celle qui s’enflamme, se surexcite, à intervalles réguliers, dans les plus frénétiques aventures coloniales de ce XXI° siècle.

 

Tous les mêmes : médias, évangélistes de la haine, des bombardements et de la guerre, partisans de l’hyperviolence et du chaos. Animateurs vibrionnants, et infatigables, des campagnes de propagande islamophobes, propagateurs délirants de la destruction d'une multitude de pays avec des centaines de milliers de morts et des destructions colossales : Irak, Afghanistan, Liban, Soudan, Somalie, Pakistan, Lybie, Syrie, etc. La Palestine et Gaza étant le défouloir permanent de leur sadisme prédateur...

 

En fait, dans le système idéologique et donc politique qui est imposé à nos sociétés, ce sont ces apologistes des crimes contre l’humanité qui, au nom des "Droits de l’Homme", plastronnent dans l’arrogance. Dans l’impunité. Dieudonné servant de bouc émissaire aux ravages et aux orgies sanguinaires dont ils sont les promoteurs zélés.

Syrie : le chaos promu par nos prêcheurs des "Droits de l'Homme". La ville de Deir Ezzor

Syrie : le chaos promu par nos prêcheurs des "Droits de l'Homme". La ville de Deir Ezzor

ii)  Le deuxième constat : celui de voir s’ériger dans notre pays en "norme", sous une énorme pression venue et organisée de l’étranger, le « délit d’opinion ». Qui est la négation absolue de toute "Liberté" et du principe primordial, fondamental, de toute "Démocratie". Puisqu’il ne s’agit, rien de moins, que d’annihiler tout esprit critique, droit d’expression, d’information et de réunion. C’est en cela que chaque citoyen doit se dresser pour refuser une telle régression, une telle répression.

 

Répression utilisant entre autres moyens, au delà d’un terrorisme intellectuel fondé sur une propagande mensongère et culpabilisante, une loi dite "Gayssot" (député communiste...). Dont tout citoyen informé sait pertinemment qu’elle est rigoureusement anticonstitutionnelle au regard de la Constitution de notre pays, et en opposition absolue avec la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

 

Parmi les nombreux commentaires de juristes qualifiés, relisons ceux célèbres de Maître Vergès, lors du procès du philosophe Roger Garaudy. (3)

 

iii)  Le troisième constat : celui de voir des notables locaux, maires, et autres professionnels vivant grassement de la politique, "se coucher" devant cette attaque délibérée, planifiée, contre nos "Libertés Publiques", pour interdire les spectacles de Dieudonné.

 

Notons que les plus empressés, complaisants, obséquieux, rampants, tartufes, dans cette abjecte mascarade, sont ceux qui ont le plus de casseroles, et même de condamnations, attachées à leurs basques : emplois fictifs, détournements de fonds publics, et autres entourloupes dans les marchés publics. Les premiers à pactiser avec le diable pour enfermer leurs concitoyens dans la servitude, dès les premiers courants d'air, en dignes « collabos » dont l’Histoire, à commencer par celle de notre pays, est remplie de si lamentables exemples...

 

Finalement, n’est-il pas compréhensible que les Français démontrent à cette caste politicienne, imbibée de combines et de compromissions, dont l’étoffe n’est pas supérieure à celle de la bande à Lafont de la deuxième guerre mondiale, leur immense mépris par une "Quenelle" ?...

 

iv)  Le quatrième constat : celui sidérant de subir en France, où la laïcité fait Loi, le sionisme en  religion d’Etat. Aussi rigoureuse dans sa vulgate inlassablement répétée, ses sempiternelles cérémonies et commémorations, ses immuables dogmes. Avec sous la moindre contestation, le déferlement de son Inquisition et ses procès en sorcellerie pour hérésie et blasphème, orchestrés par son appareil médiatique. Dans une démence, une transe, moyenâgeuses…

 

Alors que le sionisme n’est pas une religion. Contrairement au Judaïsme, fondement des deux religions monothéistes : Christianisme et Islam. Le sionisme n’est qu’une des nombreuses idéologies issues du XIX° siècle. Lancée, par l’austro-hongrois Theodor Herzl, au congrès de Bâle en 1897.

 

Ecoutons Gilad Atzmon (4), juif pratiquant, écrivain et célèbre joueur de saxophone, que nous aimons et honorons comme Ilan Pappé et tant d’autres de ces juifs résistant au délire sanguinaire du sionisme actuel.

 

Militaire lors de l’invasion du Liban en 1982 sous les ordres de Sharon, il s’est révolté contre les atrocités commises. S’exilant à Londres. S’insurgeant contre ce radicalisme religieux qu’est le sionisme. Le premier au Moyen-Orient contemporain, provoquant en réaction tous les autres. Radicalisme consistant pour une idéologie à instrumentaliser une religion à des fins politiques et économiques, au profit d’une caste.

 

Gilad Atzmon soutient Dieudonné et partage sa critique du communautarisme, y compris celui dominant dans la société française du sionisme. Il commence sa vidéo par une magistrale "Quenelle" en solidarité avec lui. Condamnant le fanatisme de la nomenklatura de notre pays. Plus spécialement, la lâcheté et l’ignominie de la « gauche française » qui ne cesse de trahir les idéaux et valeurs qu’elle se devrait de défendre, de promouvoir. De Liberté, de Solidarité et de Paix entre les citoyens de chaque pays et entre les peuples.

 

Position d’Humanisme et de Courage…

 

Ou encore, Jacob Cohen.

 

A ne pa confondre avec Patrick Cohen, militant et virulent propagandiste du sionisme sévissant dans nos médias. Véritable Torquemada, avec ses "listes noires" des personnalités ou d'intellectuels à interdire de parole. Les qualifiant de "cerveaux malades" pour s'opposer à cette idélologie.

 

Jacob Cohen, juif français, est un de leurs adversaires les plus courageux. Bien sûir, lui aussi est boycotté par les médias de notre pays.

 

Tout comme les israéliens Gilad Atzmon et Ilan Pappé qui se sont exilés en Grande-Bretagne, il appartient à cette partie de la communauté juive qui ne se laisse pas intimider par le "radicalisme sioniste" et son hyperviolence. Notamment en Palestine.

 

Il est bon de se rappeler quelques unes des plus illustres figures, passées ou présentes de ce mouvement de résistance pcculté par les médias occidentaux : Edgar Morin en France, Harold Pinter en Grande-Bretagne, Alberto Moravia en Italie, Arthur Miller, Isaac Assimov ou Noam Chomsky aux Etats-Unis.

 

Ecoutons Jacob Cohen, condamner ce fanatisme et son instrumentalisation des institutions de la France :

 

Tous les prochains spectacles de Dieudonné en Suisse affichent, déjà, salle comble. Il est attendu  avec impatience dans le monde entier par le public francophone : expatriés, étudiants, cadres locaux parlant français, etc. En Russie : Moscou et Saint-Pétersbourg. En Chine : Shanghai et Pékin. En Amérique du sud : Buenos Aires, Rio, Sao Paulo. Et même : à Santiago du Chili.

 

N’en déplaise au ramassis de fanatiques qui souhaite sa destruction, Dieudonné est devenu pour notre pays un symbole de la « Liberté d’Expression ». Tous ceux qui soutiennent cette Liberté, fondement de la Dignité Humaine, sont, solidairement, "fusionnellement", avec lui.

 

Et, dans le pire des cas, il sera reçu à bras ouverts, aux côtés d’Edward Snowden, en tant que réfugié politique en Russie…

 

 

 

 

(1)  Talleyrand, Jean Orieux, Flammarion, 1970, p. 559.

(2)   « Quenelle : deux lycéens en garde à vue pour "apologie de crime contre l’humanité" », Le Parisien, 7 janvier 2014, http://www.leparisien.fr/essonne-91/quenelle-deux-lyceens-en-garde-a-vue-pour-apologie-de-crime-contre-l-humanite-07-01-2014-3470857.php

(3)  Jacques Vergès, plaidoirie reproduite dans "Le procès de la liberté", R. Garaudy et J. Vergès, Editions Vent du large, Paris, 1998, pages 109 à 131

http://rogergaraudy.blogspot.fr/2011/01/la-plaidoirie-de-me-verges-au-proces.html

(4)  Gilad Atzmon : Le Jazz et Le Juste, 8 février 2008, http://stanechy.over-blog.com/article-16427694.html

 

 

 

Partager cet article

5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 01:24

.

.

.

"... Tu verras grimacer tout ce faux monde de faiseurs effrontés, de politiciens traîtres, d'agioteurs, de cabotins et de filles, toutes ces cupidités féroces, qui te volent non seulement tes écus, mais jusqu'à ta virilité, jusqu'à ta nationalité, jusqu'à ton amour de la Patrie.

L'heure est sombre. Il faut lutter - ou tomber."

.

Octave Mirbeau (1)

.

.

.

 

Bref rappel aux "casseurs" actuels de La Liberté en France, tout particulièrement d'expression, de réunion et d'information, sous forme de quelques articles de la (2) :

 

 

Déclaration Universelle des Droits de l'Homme

 

 

Article 19

Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

 

 

Article 20

1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et d'association pacifiques.
2. Nul ne peut être obligé de faire partie d'une association.

 

 

Article 27

1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent.
2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l'auteur.

 

 

Article 30

Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un Etat, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d'accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.

 

 

En foi de quoi, je dis à ces "casseurs" :

 

 

" Vous Nous Pompez l'Air !..."

 

 

 

(1)  Extrait de l’affiche de lancement des Grimaces, juillet 1883.
(2)  http://www.un.org/fr/documents/udhr/

 

 

 

 

Partager cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog